Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’empreinte à l’emprise

Résistances indiennes et pratiques paysannes

Les frustrations de la participation agraire au Pérou

Claude Auroi

Texte intégral

1Dans cet essai, nous aimerions faire un certain nombre de réflexions à propos du réformisme agraire et plus particulièrement de sa mise en œuvre au Pérou entre 1968 et 1979. Il s’agit, d’une part, de mettre en relief les tentatives gouvernementales de créer une dynamique sociale contrôlée, et de saisir, de l’autre, les réactions des populations face à la sollicitude dont elles ont été l’objet. Nous nous intéressons donc principalement à ce que Pierre Gourou appelle les « techniques d’encadrement » par opposition aux « techniques de production ».

  • 1 Albert Meister en est une heureuse exception. Voir son livre sur le Pérou, L’autogestion en uniform (...)

2L’organisation du monde paysan — lorsqu'elle est le fait de l’administration, des partis politiques ou des syndicats — est souvent absente des études rurales. Il suffit de comparer le peu qui est consacré à ce thème au foisonnement d’écrits concernant la réforme agraire sur le plan juridique, la production physique ou le revenu paysan. Bien peu d’études s’attachent aux problèmes des structures de participation, de gestion et d’actions politiques et à l’usage qui est fait de ces structures1. Les nouveaux organismes sont l’enjeu de pouvoirs ; ils sont en même temps l’objet et le lieu d’affrontements souvent violents et le point de jonction entre les aspirations de la base et les visées — ou les visions — de l'Etat-nation.

3A cet égard, le Pérou est un bon terrain d’étude. L’expérience des militaires progressistes de 1968 se voulait fondée sur la participation des masses populaires, rurales en particulier. Pour ce faire, le gouvernement a créé toute une série d’institutions chargées de promouvoir la planification et la participation. En même temps, par la réforme agraire, il se donnait les moyens apparents d’une politique d’animation et de développement rural. Moyens apparents, car ils se sont par la suite révélés être des obstacles au processus déclenché par le haut, alors que les idéologues du pouvoir estimaient qu’ils auraient un effet stimulant.

4Nous avons montré ailleurs quelle était l’originalité de ces nouvelles formes de propriété créées par la réforme agraire (Auroi 1980). Il nous importe ici de jeter un regard plus général sur l’ensemble du processus de planification-développement. Nous tenterons de lui donner un cadre régional chaque fois que cela sera opportun en nous fondant sur notre expérience personnelle de la région sud du Pérou et de Puno plus particulièrement. Il est d’autant plus intéressant d’étudier le développement rural au niveau de la région que c’est le lieu où se concrétisent les grandes options définies au sommet, dans les ministères de Lima. D’ordinaire, les planificateurs du centre ne connaissent que mal les réalités locales et les « besoins » véritables. Aussi échafaudent-ils des plans merveilleux pour le bien-être des peuples, des plans « rationnels » et en même temps « libérateurs », en supposant que cette rationalité est aussi celle des principaux intéressés, de ceux qui travaillent la terre, en un mot des paysans.

5Nous verrons dans un premier temps comment s’engendrent et se déploient les mouvements descendants, ceux qui partent du pouvoir pour aller vers les masses rurales et, dans un deuxième temps, comment s’expriment les mouvements ascendants, ceux qui, partant des revendications des travailleurs ruraux, se dirigent vers le pouvoir.

L’encadrement de la paysannerie

6Il serait faux de dire que rien n’a été fait au Pérou pour les paysans par le gouvernement militaire et même par le gouvernement précédent de Belaunde Terry (1964-1968). La région du sud par exemple, a été l’objet de nombreux projets et plans de développement dès la fin de la guerre (Dew 1969). A mesure que croissait la tension sociale à la campagne, du fait de l’existence d’un système latifundiaire détesté par le paysannat, les gouvernements de Lima ont été obligés de se pencher sur la question agraire et de faire un geste pour calmer les mouvements revendicateurs.

7Mais aucun plan d’ensemble n’a vu le jour jusqu’en 1968. S’il est vrai, que sur le papier, des tentatives de développement rural sont apparues dès la fin des années cinquante, aucune mesure sérieuse de caractère politique n’est venue appuyer les changements proposés. Seule l’expérience du premier gouvernement Belaunde aurait pu avoir une certaine importance puisqu’un système de promotion rurale a été mis sur pied, mais cette expérience n’a pas débouché sur des changements structurels fondamentaux ; elle est donc restée très modeste. En outre, elle fut de courte durée.

8Le gouvernement militaire est le premier qui ait tenté de donner une solution globale aux problèmes économiques et politiques. Pour cela il s’est doté d’une série d’instruments destinés à étudier, planifier et appliquer sa politique. Notre analyse portera sur les trois types d’instruments principaux qu’il a mis sur pied :

  • les organes d’animation rurale et de mobilisation paysanne dont le principal a été le SINAMOS (Système national d’appui à la mobilisation sociale) ;

  • les organes d’encadrement et de stimulation des producteurs : les ligues agraires et la Confédération nationale agraire ;

  • les organes de conception et de mise en œuvre de la politique agraire : l’Institut national de planification, les ministères et autres agences gouvernementales liées au développement.

Mobilisation sociale et mystification

  • 2 Le terme officiel fut celui de « » démocratie sociale d’entière participation

9L’animation rurale a été prise en charge par une vaste organisation à caractère plus idéologique qu’administratif, chargée d’expliquer aux paysans la réforme agraire et de la faire appliquer. Le SINAMOS avait une structure décentralisée, sous la forme d’organisations régionales chargées de la mobilisation sociale. Il s’agissait là d’un effort unique d’encadrement de la paysannerie en vue de son auto-développement et d’une stimulation des efforts au moyen de la participation. Il a été formé de dizaines de fonctionnaires de la participation pour agir avec et auprès des masses afin qu’elles s’organisent. Le SINAMOS a surtout été actif entre 1972 et 1975 et il nous paraît intéressant de nous pencher un peu plus profondément sur ses aspects idéologiques. Le SINAMOS, comme la Révolution péruvienne dans son ensemble, ne se veut ni communiste, ni capitaliste, mais humaniste et participationniste 2.

  • 3 De quien, para que ? (De qui, pour quoi), s.d.

10Pour illustrer les objectifs du SINAMOS nous commenterons une bande dessinée éditée par l’organisation elle-même 3 et qui reflète bien la physionomie du « Système ».

11Túpac Amaru est une figure historique marquante et un symbole social important du Pérou. Curaca « cacique » de la région de Cuzco au xviiie siècle, il fut touché par les exactions que commettaient les Espagnols à cette époque, notamment la vente forcée de marchandises aux indigènes. Il prit les armes contre les oppresseurs en 1780. Son mouvement suscita immédiatement une grande adhésion des masses indigènes des hauts plateaux et il constitua une puissante armée. Après quelques succès locaux il attendit trop longtemps avant de mettre le siège devant Cuzco, ce qui permit aux armées loyalistes de se renforcer. Malgré un siège acharné, Túpac Amaru ne réussit pas à reprendre l’ancienne capitale de l’empire inca. S’étant finalement replié, il fut trahi par un cacique rival, « questionné » et écartelé sur la place publique de Cuzco. Toute sa famille fut anéantie pour détruire tout ferment de révolte future.

12Túpac Amaru était de sang incaïque. Il était descendant du dernier Inca, Túpac Amaru I, exécuté par les Espagnols en 1752. Il représenta un immense espoir pour les populations indiennes, mais aussi pour d’autres groupes, comme les Noirs, dont il proclama la libération. Par contre les Espagnols et les Métis lui vouèrent une haine tenace, bien que lui-même eut recherché le dialogue.

13Symbole de libération sociale, Túpac Amaru a resurgi lors de la révolution de 1968 et fut prit comme emblème par le SINAMOS. Cette proclamation de filiation est quelque peu ambiguë, car le père, s’il avait encore vécu, n’aurait guère reconnu ses fils.

14Dans notre société la grande majorité n’a pas participé aux grandes décisions qui concernent la vie quotidienne...

15Commentaire : les gouvernements successifs du Pérou ont toujours prétendu représenter le peuple. Celui des militaires de 1968 fît de même. Mais les peuples indigènes se sentent très peu concernés par les intérêts des gens de Lima. N’oublions pas qu’en 1879-83 les Indiens refusèrent de se battre contre les Chiliens pour défendre la bourgeoisie blanche de la capitale.

16De temps en temps se tenaient des élections : on disait ainsi que le peuple exerçait son droit à gouverner. Vaine promesse. Les politicards élus se partageaient ensuite le pouvoir.

17Commentaire : ne pas oublier que la junte militaire a renversé un gouvernement élu, celui de Belaunde Terry.

18... et se soumettaient au capitaliste étranger qui accapare les grandes fabriques, les mines, les haciendas, le commerce, aidé par ses « alliés » péruviens...

19... et n’augmente pas leurs salaires, ... bzzz... bzzz...

20Commentaire : il est vrai que le gouvernement de Velasco Alvarado a étatisé les avoirs étrangers engagés dans l’exploitation des ressources naturelles (agriculture, mines, pétrole) mais les industries de transformation n’ont été que peu touchées, et la bourgeoisie agraire expropriée avait déjà des intérêts commerciaux et industriels qui n’ont pas été étatisés.

21... et se permettait de donner des « conseils » à son complice péruvien. C’est ainsi qu’était gouverné le pays.

22... et tu sais bien... il faut me réduire mes impôts, jeter en prison ces syndicalistes, me donner le monopole de...

23Commentaire : le gouvernement militaire a mis en prison de nombreux dirigeants syndicaux, et en a banni beaucoup d’autres. En 1976, Hugo Blanco, dirigeant paysan, Victor Quadros, président du syndicat des mineurs et d’autres personnalités du monde ouvrier furent déportées en Europe ou dans d’autres pays d’Amérique latine.

24AVEC LA REVOLUTION, LA SITUATION COMMENCE A CHANGER. Le paysan devient propriétaire de la terre. Le travailleur de l’industrie, le mineur et le pêcheur participent à la propriété et à la direction des entreprises.

25Commentaire : participation très contrôlée. Les directeurs des entreprises, les administrateurs des coopératives agricoles étaient nommés par le gouvernement.

26La révolution veut susciter la participation populaire, pour que les secteurs « sociaux » majoritaires interviennent dans les décisions, avec toujours plus de confiance et de force.

27Nous avons pensé changer un certain nombre de choses dans cette entreprise, savez-vous ?

28Par exemple que diriez-vous de réinvestir les bénéfices dans le pays au lieu de les envoyer à l’étranger ?

29Commentaire : le gouvernement a effectivement inversé les flux monétaires, créant un vaste secteur de capitalisme, très bureaucratique, peu fonctionnel et peu rentable. Quant à la participation aux décisions, les travailleurs n’ont jamais vraiment eu accès aux organes-clés dominés par les fonctionnaires du gouvernement.

30Pour cela le peuple doit créer ses propres organisations paysannes, de quartier, de travailleurs, etc. Des organisations AUTONOMES, c’est-à-dire dirigées par leurs propres affiliés.

31Tu n’es pas un bon dirigeant communal, Anastasio

Tu te laisses manipuler par en-haut, mon vieux

32Commentaire : en 1972 le gouvernement promulgue la loi 19 400 qui dissout la Société nationale agraire représentante de la grande bourgeoisie latifundiaire et crée la Confédération nationale agraire (CNA) qui devait représenter tous les paysans regroupés en ligues et fédérations agraires. Les autres syndicats agricoles comme la Confédération des Paysans du Pérou (CCP), la plus importante, ont été déclarées illégales pendant plusieurs années. Pendant toute la durée de la vie de la CNA le gouvernement l’a utilisée pour manipuler les paysans.

33L’organisation du peuple en finira avec la manière paternaliste traditionnelle des affaires « à partir du haut » et avec les accords contractés sur le dos du peuple.

34Finies les combines, Messieurs, maintenant c’est le peuple tout entier qui va prendre les décisions.

35Commentaire : les scandales n’ont pas manqué entre 1968 et 1980, certains ministres ayant largement profité de leurs fonctions pour faire des affaires. En 1975 un ministre détourne 100 000 $ US par un jeu de fausses factures.

36Les commentaires que nous avons apportés à la bande dessinée didactique essaient d’en corriger le contenu en le soumettant — a posteriori — à la critique des événements. Cela signifie qu’au début il n’y avait pas véritablement mystification des travailleurs, mais un climat d’illusion idéaliste et de subjectivisme politique. L’équipe de SINAMOS était formée de personnes honnêtes (Leonidas Rodriguez, Carlos Delgado, Hector Bejar) et bien intentionnées, et leur projet était séduisant. Mais il s’est développé dans un contexte qui ne permettait pas son aboutissement et son succès. La situation, fortement conflictuelle à ce moment-là, accentuait la méfiance de tous face à la solution gouvernementale. Cette méfiance était d’ailleurs fondée car ce qui était proposé ne permettait ni d’abattre définitivement le pouvoir de l’oligarchie, ni de s’allier la majorité des masses urbaines et rurales. Mais quelle était la nature de ce projet en milieu rural ?

37Le SINAMOS était chargé de la « mobilisation sociale ». Il s’agissait d’expliquer aux paysans quel était le sens de la réforme agraire et des projets gouvernementaux et de susciter leur adhésion à ces projets. Le SINAMOS devait aussi promouvoir de nouvelles formes d’organisation du monde rural, plus modernes et considérées comme plus efficaces pour accroître la production. Des promoteurs de l’organisation allaient dans les communautés paysannes, dans les haciendas, et réunissaient les travailleurs pour leur parler de la réforme agraire, des nouvelles lois et des nouveaux droits dont ils jouissaient. Puis, les promoteurs demandaient aux comuneros de se constituer en coopérative : coopérative communale dans les communautés, coopérative agraire de production (CAP) dans les haciendas, ou encore, selon un modèle plus complexe, la Société agricole d’intérêt social (SAIS) qui regroupe des haciendas et des communautés. On promettait la mise à disposition de nouveaux facteurs de production, l’introduction du salaire dans les CAP et SAIS et une série d’améliorations d’infrastructure (écoles, dispensaires, voie d’accès) dans les communautés. Moyennant quoi les paysans devaient se mettre à la tâche en suivant les « conseils » qui leur étaient donnés par les techniciens, et travailler selon des méthodes rationnelles. Quant à la mise en application des bons conseils du SINAMOS, c’est à la structure d’encadrement syndicale qu’il revenait de s’en charger.

La structure syndicale

38Dans l’esprit des théoriciens attachés aux problèmes agraires péruviens, le monde paysan devait être regroupé en organisations uniques facilement contrôlables par le gouvernement, comparables à une sorte de corporatisme de style mussolinien ou péroniste, avec une structure hiérarchisée.

39A la base, les paysans sont donc organisés au sein de coopératives agraires, de sociétés agraires d’intérêt social, de communautés paysannes et de « groupes paysans », ainsi que dans des « associations agraires » de paysans sans terre. Ces organes de base étaient coordonnés ensuite au sein des « ligues agraires », chacun élisant un certain nombre de représentants.

40La base territoriale des ligues agraires est la province ou la vallée, alors qu’au niveau départemental les ligues se regroupent en fédérations agraires, les fédérations étant elles-mêmes coordonnées au niveau national dans la Confédération nationale agraire (CNA).

41Ce système a pris une assez grande ampleur entre 1974 et 1977. La CNA a compté jusqu’à 152 ligues agraires, 20 fédérations, avec une participation de 680 000 affiliés (Mejia 1979). La plus grande partie des membres des ligues agraires provenaient des communautés paysannes et, dans une plus faible mesure, des nouvelles entreprises coopératives créées par le gouvernement. En ce qui concerne les travailleurs sans terre et les propriétaires moyens, le gouvernement échoua dans sa tentative de les organiser officiellement. Cet échec s’explique facilement par le fait que ces deux catégories de paysans n’ont pas bénéficié des décrets de répartition des terres. Ils n’avaient pas grand intérêt à rejoindre des organisations étatiques qui ne leur apportaient rien. Le plus ou moins grand avantage retiré de la réforme agraire explique aussi les tendances antagonistes qui se développèrent au sein même de la CNA, une partie du mouvement s’opposant de plus en plus au gouvernement à cause de la lenteur des expropriations de terres, de l’insuffisance des mesures prises en faveur du paysannat et du caractère autoritaire du système de gestion.

42Après la création de la CNA, les autres syndicats n’eurent plus d’existence légale, ce qui allait entraîner d’autres sources de tension et affirmer le caractère corporatiste du système officiel de représentation des travailleurs, d’ailleurs voulu par le nouveau régime. Cela n’empêcha cependant pas les autres formations de continuer leurs activités. La principale organisation paysanne en dehors de la CNA restait la Confederación nacional campesina del Peru (CCP) fondee en 1947. Cette centrale continua la lutte pour la terre malgré — et peut-être grâce à — son statut « a-légal ». Elle réussit à mobiliser puissamment les paysans sans terre et les membres des communautés qui s’estimaient mal lotis. Le point de départ massif de cette lutte menée en occupant des terres fut l’invasion d’une soixantaine d’haciendas dans la région d’Andahuaylas en 1974 et l’expropriation de fait de ces domaines.

43Néanmoins, malgré la stimulation des mouvements paysans soit par le gouvernement, soit par les syndicats d’opposition, la syndicalisation du monde rural resta minoritaire. Les affiliés de l’ensemble des syndicats agricoles représentaient en 1978 environ un quart des travailleurs agricoles : 540 000 sur 2,2 millions (Mejia 1979, p. 30). Cet auteur suppose que chaque affilié influence un autre travailleur. Selon cette hypothèse, l’emprise des syndicats sur le monde rural concernerait à peu près la moitié des travailleurs actifs. Si l’on compare avec d’autres pays, ce taux est relativement élevé. Mais en ne considérant que le syndicat officiel, la CNA, on constate que son contrôle des masses rurales est resté faible.

44En définitive, les tentatives d’organisation corporatiste du gouvernement ont fait long feu, la maîtrise de l’ensemble du paysannat n’ayant pu être réalisée. Ce sont les ambiguïtés même de la politique agraire qui n’ont pas permis à la CNA de devenir une organisation dominante. Velasco n’a pu avoir l’appui des ruraux, comme Juan Perón avait obtenu celui des ouvriers, car les concessions et avantages octroyés au Pérou n’ont pas eu l’ampleur de ceux dont a joui la classe ouvrière argentine. Le populisme de Velasco était trop autoritaire et pas assez généreux ; il voulait des agriculteurs disciplinés mais il n’était pas prêt à leur donner un contrôle suffisant sur leurs moyens de production.

45L’action du SINAMOS et des ligues agraires consistait à « faire passer » la réforme agraire, c’est-à-dire à promouvoir l’acceptation du réaménagement foncier et de la nouvelle structure de production. La mise en place d’un encadrement syndical très hiérarchisé signifie que le gouvernement syndical se doutait bien que ses propositions n’allaient pas de soi. La nouvelle structure agraire qu’il voulait mettre en place, dont l’axe principal était constitué par les entreprises associatives, n’était pas exactement celle qu’auraient voulue les communautés paysannes. Dès lors il fallait encadrer rigidement le monde rural, l’influencer idéologiquement, pour qu’il en vienne à adhérer aux objectifs du pouvoir.

  • i Certains organes comme SINAMOS et la CNA disparaissent dès 1976.
  • 4 Le tableau ne tient compte que des organes à partir du Département jusqu’à la base. Certains organi (...)

ORGANIGRAMME DE L’INTERVENTION ÉTATIQUE EN MILIEU RURAL AU PÉROU (1968-1980) i4

ORGANIGRAMME DE L’INTERVENTION ÉTATIQUE EN MILIEU RURAL AU PÉROU (1968-1980) i4

46Le rôle du SINAMOS et des organisations paysannes officielles a donc consisté à donner une structure légale aux nouvelles unités de production. Obligation pour tout le monde de faire partie d’une organisation de production. La réalité sociale rurale étant très diversifiée, on a mis en place un système complexe de formes juridiques qui se voulaient adaptés à chaque cas.

47Les producteurs indépendants devaient se regrouper en précoopérative, grupos campesinos, ou en coopératives de production, tandis que les communautés devaient adopter la forme coopérative moderne de gestion. Les SAIS regroupaient à la fois des travailleurs théoriquement sans terre et des communautés. Chacun pouvait et devait trouver sa place dans cet édifice à nombreux étages et infinité de couloirs qui finalement devint un labyrinthe où personne ne se retrouvait, ni ne trouvait sa place.

  • 5 CENCIRA : Centro nacional de capacitación y Investigación para la reforma agraria — Centre national (...)

48Durant la deuxième phase du gouvernement militaire, à partir de 1976, il devint évident que cette structure ne pourrait pas tenir. L’opposition ouverte croissait, se dirigeant spécialement contre les instruments idéologiques du pouvoir, le SINAMOS et la CNA. Le premier de ces organismes ayant été supprimé en 1976 pour être plus ou moins remplacé par CENCIRA 5 dans ses fonctions de formation de dirigeants paysans, les autres tâches, de caractère politique, disparurent complètement. La CNA elle-même fut dissoute en 1978 mais continue d’exister en tant qu’organisation indépendante et... opposée au gouvernement.

La planification et la production de papier

49A côté de la politique idéologique contrôlée du monde rural, le gouvernement s’est aussi appliqué à organiser techniquement la production et l’incitation à la production. Le pouvoir voulant donner, dans la nouvelle structure agraire, la priorité aux grandes unités associatives telles que les SAIS et les CAP, il était évident que l’effort de production allait se concentrer sur elles. Crédits, machines agricoles, bétail de race, irrigation vont affluer vers ce secteur « moderne » au détriment des petites unités paysannes, les communautés.

50A un autre niveau, les unités productives nouvelles devaient également faire partie d’un système plus étendu, coordonné du sommet par l’appareil de planification. A l’échelon territorial, les plans du gouvernement prévoyaient que les unités productives seraient regroupées en ensembles spatiaux plus vastes afin de permettre une planification cohérente des ressources par région et une certaine répartition des bénéfices afin d’atténuer les disparités entre unités de production. Deux niveaux intermédiaires entre le département et les entreprises étaient prévus : les PIAR Proyecto integral de asentamiento rural (Projet intégral d’aménagement rural) ; les PID (Proyecto integral de desarrollo (Projet intégral de développement).

51Cette dernière structure ne sera pas analysée ici car elle n’a jamais réellement vu le jour. Elle devait regrouper un certain nombre de PIAR, qui, eux, ont bien existé, mais n’ont pas pu remplir toutes les tâches qui leur avaient été assignées. Au début de la réforme agraire, ils ont constitué des régions administratives pour l’expropriation des haciendas. Un comité spécial gérait les domaines expropriés jusqu’à ce qu’ils soient transformés en SAIS ou en CAP ou encore morcelés entre plusieurs communautés, ce qui ne fut que rarement le cas. Mais, par la suite, les 87 PIAR mis sur pied n’ont plus eu qu’une existence formelle alors qu’ils auraient dû devenir des entités spatiales importantes pour la planification du développement.

52Un certain nombre de PIAR ont cependant joué un rôle comme cadre d’une autre institution de coordination : la Centrale de coopératives.

53L’idée était intéressante. La Centrale de coopératives devait être bien plus qu’un lieu de coordination, elle devait être un lieu de redistribution des ressources selon les besoins des unités de production. Lorsqu’une coopérative avait besoin de main-d’œuvre, elle pouvait s’adresser à la centrale, qui lui affectait les travailleurs excédentaires d’autres entreprises. En outre, le projet prévoyait la création d’une caisse centrale d’accumulation, alimentée par une part importante (trop importante) des bénéfices des entreprises, allant jusqu’à 70 % de ceux-ci. Cette caisse était supposée répondre aux besoins d’investissements des entreprises les plus pauvres qui ne pouvaient pas dégager suffisamment d’épargne par elles-mêmes. Ces idées n’ont pas vu le jour car les unités de production, empêtrées dans leurs problèmes pratiques de réorganisation et de gestion, et soumises par ailleurs à une forte charge, n’ont pas pu constituer les fonds prévus. Une partie importante des entreprises associatives ont été déficitaires depuis le début de la réforme agraire jusqu’à aujourd’hui.

54En outre il faut bien voir que ce système qui, à première vue, paraît séduisant, servit surtout à assurer le contrôle de l’Etat sur les surplus de production et à en disposer selon sa voloné, puisqu’il détenait le pouvoir dans les organes-clé de la gestion économique.

55L’échec de la constitution d’échelons intermédiaires de coordination et de planification a conduit dès lors à deux types de pratique :

  • dans certains cas, on aboutit à une centralisation abusive des responsabilités de gestion au niveau des délégations ministérielles départementales ;

  • dans d’autres, on en vint à abandonner les coopératives, les SAIS et les communautés à elles-mêmes, ce qui fut, nous semble-t-il, la tendance dominante.

56L’autoritarisme des responsables du ministère de l’agriculture dans les départements existe depuis toujours, mais il a été contrebalancé par la montée des gérants de grandes unités associatives qui se sont créées peu à peu une large marge de manœuvre. En avril 1977, nous avons eu l’occasion d’assister à une réunion des gérants de SAIS et de coopératives du Département de Puno au sujet des prix de la laine de mouton. La désunion qui régnait entre les responsables était frappante : certains voulaient créer un front uni face aux intermédiaires de la laine, tandis que d’autres s’étaient déjà engagés avec des acheteurs privés. Une des SAIS, la Pilcanota, vendait même directement sa production à Lima à des acheteurs nationaux et internationaux. Les entreprises n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur une attitude commune face aux prix, tandis que l’unité régnait dans le camp des acheteurs, les grandes maisons d’Arequipa, les Sarfaty, Mitchell ou dans les deux entreprises d’Etat, lncolona et Alpacaperu. Les responsables de l’agriculture ne parvenaient pas non plus à imposer leur point de vue.

57Cet exemple reflète l’absence d’une structure de planification et de gestion commandant aux entreprises de façon à leur imposer un comportement économique intégré. Deux auteurs ont parfaitement résumé l’ensemble de la situation péruvienne quant au fonctionnement de l’économie institutionnelle :

58« La nouvelle structure des interrelations régionales ne s’étant pas concrétisée, non seulement toute possibilité de planification, mais encore le minimum de coordination requis se sont évanouis. Ainsi on observe que les unités, dépourvues d’une instance d’orientation, agissent sans autre référence que le marché et, lorsqu’elles tentent d’élever individuellement leurs résultats économiques, elles n’y arrivent pas toujours au niveau social. Les conséquences de cette situation sont : l’utilisation déficiente des ressources (par exemple : machines inutilisées dans certaines entreprises et absence de machines dans d’autres ; installations réalisées à double, etc.), la surproduction d’articles déterminés (ce qui leur cause des pertes sur les marchés) et le développement inégal et contrasté des unités en fonction de leur situation antérieure, se traduisant en une gamme très large de rendements et de revenus. D’où il résulte que l’efficacité de gestion d’une entreprise ne signifie pas nécessairement des résultats optimaux pour l’ensemble d’entre elles. » (Matos Mar, Mejia 1980, 74-75, traduit par nous.)

59La première pratique, celle de la centralisation des décisions résultant de l’absence d’échelons intermédiaires s’est de plus en plus fondue avec celle de l’individualisation du comportement des entreprises. Le manque de structures de planification efficaces a conduit à un autoritarisme de plus en plus marqué par l’Etat au niveau financier, surtout à partir de 1976. Des taxes et impôts nouveaux ont été imposés aux unités de production, ainsi qu’un contrôle des salaires, de la main-d’œuvre embauchée et de la gestion administrative. Mais ces mesures n’avaient plus rien à faire avec la rationalité économique, elles étaient dictées par un Etat aux abois qui cherchait avant tout à contenir le mouvement d’inflation, de revendications et de désorganisation sociale, toutes choses qui forcèrent finalement les militaires à quitter le pouvoir.

60Pourtant, avant cette échéance, une deuxième tentative fut faite pour réformer l’appareil de planification. Les régions et départements furent dotés d’une plus grande autonomie d’action sur le plan économique et social. On créa des organismes régionaux de développement, les ORDE. Le modèle expérimental en fut ORDEZA, Organismo regional de desarrollo de la zona afectada, organisme chargé de reconstruire la zone du Callejon de Huaylas à la suite du tremblement de terre de 1970. Ce fut une tentative réussie de décentralisation des pouvoirs économiques, bien que sous contrôle militaire. A Puno, l’organisme ORDEPUNO fut créé et à sa tête on plaça un général avec rang de ministre. A part cette crispation du pouvoir, l’intérêt des ORDE résidait dans l’intégration des différents offices ministériels départementaux. Les directions régionales des Ministères de l’agriculture et de l’alimentation, de la santé, de l’éducation, des transports et communications, de l’industrie, etc., ainsi que l’INP (Institut national de planification) étaient censées travailler de façon coordonnée. L’INP devint un simple organe technique alors qu’auparavant il était chargé de la coordination sectorielle, sans jamais avoir pu d’ailleurs la mener à bien.

61Mais cette tentative de réaménagement des organes de planification et d’exécution fit long feu : trop d’erreurs avaient été commises et la caisse était vide, les mesures réglementaires et administratives ne pouvaient faire oublier l’absence d’un encadrement stimulant à la base, ni les problèmes structurels non résolus, en premier lieu celui de la répartition des terres.

62En fait « l’apport » principal de la planification au Pérou a été la production de papier : rapports interminables sur la situation des régions, diagnostics annuels, formulation de plans sectoriels, programmes à moyen terme, etc. Toute cette littérature n’a donné que bien peu de résultats concrets. A Puno toujours, on n’a vu aucun projet artisanal ou industriel, aucune création d’emploi significative en dix ans surgir de cette masse de dossiers. A part quelques éléments d’infrastructure (marché couvert de Puno, route asphaltée Puno-frontière bolivienne), la seule réalisation visuelle de quelque ampleur est un hôtel de luxe dans la baie du lac, signe plus qu’évident d’un développement mal mené et malmené.

63Nous aimerions toutefois nous étendre un peu plus longuement sur un aspect de la planification qui est apparu à la fin des années soixante-dix et qui est le résultat de la décomposition du système centralisé : la planification micro-régionale.

La micro-région et l’inévitable Banque mondiale

64La tentative de planification à un niveau plus réduit que le département représente d’abord un échec de la planification telle qu’on la concevait au départ. Elle signifie aussi que l’on s’est rendu compte qu’il fallait aborder les problèmes à une autre dimension, plus humaine, plus près des gens et ceci de manière intégrée, en envisageant tous les secteurs importants du développement. Enfin il convient de ne pas oublier que ce type de planification fait partie d’un courant mondial, reflet fortement dénaturé du principe small is beautiful et que des officines comme la Banque mondiale essaient de s’approprier.

65Il s’ensuit que de nombreux pays en mal de fonds adoptent des principes de planification qui leur sont étrangers mais qui sont susceptibles d’entraîner des mises à disposition d’argent. A Puno, département pauvre, on a choisi le développement micro-régional comme base de planification, et la Banque mondiale comme partenaire.

66Mais jetons d’abord un coup d’œil sur l’ensemble de la pyramide géographique allant des macro aux micro-régions. Pour le seul sud du Pérou nous avons :

67Micro-régions : Départements d’Arequipa, Moquegua, Tacna, Cuzco, Apurimac et Madre de Dios

68Région : Département de Puno (72 300 km2, 812 000 habitants)

69Macro-région sud : 7 micro-régions dans le Département de Puno :

70— Sandia (10 districts)

71— Ayaviri (20 districts)

72— Huancané (10 districts)

73— Azangaro (10 districts)

74— Juliaca (23 districts)

75— Puno (10 districts)

76— Juli (9 districts)

77La micro-région présente une certaine unité écologique et économique. Elle comprend un chef-lieu relativement important en tant que centre commercial regroupant un certain nombre de services (santé, éducation, administration) et constituant parfois un nœud de communications extra-régionales, comme Juliaca.

78Sur la base d’un accord signé avec la Banque mondiale en mars 1977 il fut décidé que la micro-région de Juliaca serait retenue comme cadre d’un projet de développement rural intégré. Les motifs du choix de Juliaca sont pour le moins discutables : tous concernent les avantages comparatifs dont jouit la région par rapport à d’autres zones envisageables : nœud ferroviaire important, proximité des deux villes de Puno et Juliaca (50 000 et 40 000 habitants), proportion relativement faible d’agriculteurs, irrigation déjà bien avancée. On a cherché à développer ce qui l’était déjà ! Quant aux buts du projet ils concernent l’augmentation de la production agricole, de l’élevage et la création d’emplois.

79A ces fins l’irrigation reçoit une attention particulière puisque 4000 ha de terres sont concernés. Pour la conservation des ressources naturelles, un programme de reforestation est prévu. Enfin, pour élever le niveau de vie du paysan, un système de crédit est envisagé, ainsi que des mesures concernant l’adduction d’eau potable, une meilleure couverture sanitaire et des cours de formation agricole pour les paysans. Il s’agit donc là d’un projet classique de développement rural intégré touchant les principaux secteurs de la vie économique et sociale.

80Il est trop tôt pour évaluer le projet qui n’a débuté qu’en 1980 et qui, en cinq ans, devait engloutir 27,3 millions de dollars (dont 55 % provenant de la Banque mondiale), soit 1590 US $ par famille paysanne. Mais, compte tenu des problèmes écologiques, économiques et sociaux de la région, nous formulerons un certain nombre de remarques à caractère général.

  • Ce projet n’innove pas en ce qui concerne la stratégie du développement : il met l’accent principal sur les infrastructures.

  • Il n’y aura pas à proprement parler de création d’équipements nouveaux car il s’agira surtout de remettre en état des installations d’irrigation construites quelques années auparavant et rendues inutilisables.

    • 6 SAIS Buenavista, 48 000 ha ; Yocara, 9400 ha ; Yanarico, 30 000 ha ; CAP Micaela Bastides, 63 000 h (...)

    Le projet a le principal défaut de ne pas toucher à la structure agraire existante. Celle-ci indique un fort déséquilibre en faveur des grandes SAIS et coopératives6 qui occupent 57 % des 855 800 ha de la micro-région. Des 29 600 familles de la zone, seules 3000 font partie du territoire de ces entreprises associatives. On peut les considérer comme privilégiées car elles ont en moyenne plus de terres et plus de bétail que les petits paysans indépendants. Or ce sont les unités coopératives qui doivent recevoir le plus de crédits pour accroître leur potentiel productif, notamment pour l’irrigation et le drainage. On ne prête qu’aux riches.

    • 7 « Sound Managerial Capacity » ; document confidentiel de la Banque concernant le projet, janvier 19 (...)

    Si le petit paysan n’est pas oublié par le projet, le tout petit paysan n’est pas considéré comme « rentabilisable » et il est exclu du système de prêt qui sera mis sur pied. Or le paysan minifundiaire représente 42 % des familles de la zone. Où est donc passée l’aide aux plus pauvres que prône la Banque mondiale depuis 1973 ? Une fois encore, les plus démunis seront aussi les laissés pour compte, parce que, comme l’écrit la Banque, ils n’ont pas « une capacité de saine gestion » 7.

  • Certaines dispositions du projet constituent une immixtion dans la politique commerciale du Pérou. Il est stipulé, par exemple, qu’aucun crédit ne sera accordé pour l’achat de tracteurs entre 48 et 100 CV parce que le Pérou n’admet qu’une seule marque sur son territoire. Il faut d’abord que le gouvernement libéralise les importations ! Alors que justement le gouvernement protégeait son usine de montage (Massey-Fergusson) et avait intelligemment tenté de mettre de l’ordre dans l’anarchie de la prétendue concurrence des marchands de matériel agricole. Cette concurrence est fictive parce qu’en fait les vendeurs s’entendent très bien entre eux pour vendre leurs équipements au prix fort et que la concurrence que prône la Banque n’influe pratiquement pas sur les prix.

    • 8 Services de santé rudimentaires, manque d’eau potable (à peine 2 % de la population en dispose), ta (...)

    Le projet est soumis aux aléas de la politique du Pérou. Dans la mesure où 42 % du financement provient de l’Etat, il faut que celui-ci honore ses engagements pour que toutes les phases du projet soient remplies. Or, vu l’instabilité politique régnant dans le pays, il n’est pas certain que le financement se fasse scrupuleusement. Certains aspects sociaux (eau potable, postes de santé, vulgarisation agricole) pourraient bien être laissés pour compte, alors qu’il s’agit certainement des programmes qui intéressent le plus la population indigène, dont les conditions de vie sont déplorables 8.

  • — Le problème de l’eau est certainement moins dramatique en ce qui concerne l’irrigation qu’en ce qui concerne la santé. Non pas que l’eau soit inutile, mais les aléas du climat sur l’Altiplano (gelées fréquentes) font que son utilisation est délicate. Les Incas avaient su dominer techniquement cette ressource rare, ils l’utilisaient principalement dans les vallées interandines et sur la côte pour la culture du maïs (Murra 1978, 35-36 ; 51). Sur l’Altiplano on cultivait sans eau et pratiquement sans fumure. L’apport de l’irrigation pour les cultures est une idée extrêmement récente. Elle date des années cinquante. Le premier grand projet a vu le jour en 1961 : il s’agit du projet Asillo dont la surface irriguée initialement devait être de 5700 ha. Or voici l’évolution réelle :

811969 : 2159 ha

821971 : 4297 ha

831972 : 1400 ha

841975 : 1135 ha

851976 : 1970 ha

86(Source : Institut national de planification, Lima, 1978.)

  • 9 Les taxes d’utilisation ont été fortement majorées en 1972, d’où une chute spectaculaire de la surf (...)

87On trouve une situation analogue pour d’autres projets subséquents. Le manque de canaux tertiaires, une carence dans l’utilisation rationnelle de l’eau et surtout des coûts d’utilisation 9 que les bénéficiaires ne veulent pas assumer sont la cause d’un fonctionnement sub-optimal des installations. L’encadrement agricole étant totalement déficient et les paysans n’ayant pas d’expériences ancestrales dans le maniement de l’eau, ceux-ci sont peu enclins à l’utiliser ou alors ils s’en servent à d’autres fins. Au sujet de la phase initiale du projet Asillo, Edward Dew écrit : « Les quelques familles qui acceptèrent de participer au programme eurent tendance à utiliser l’eau pour leurs besoins familiaux et pour leurs animaux, plutôt que pour irriguer leurs terres » (Dew 1969, 108).

  • 10 De très grands projets d’irrigation ont été aussi lancés sur la côte. Majes (60 000 ha), Chira-Piur (...)

88Les projets d’irrigation constituent à proprement parler un scandale, absorbant des ressources financières considérables pour des résultats qui restent tout simplement inconnus 10. Cette absence de données dissimule en fait des échecs profonds, aussi bien techniquement que socialement. L’apport de l’eau ne provoque pas d’augmentation substantielle de la production, et si c’était le cas (cela reste à prouver pour l’Altiplano), ce n’est pas le petit paysan qui en profiterait.

89A moins que le projet Puno de la Banque mondiale ne donne aux paysans les moyens de gérer l’utilisation de l’eau selon leurs besoins et leurs connaissances de l’écosystème, on aura là une nouvelle preuve de la bêtise profonde des technocrates de la planification.

90On doit se demander qui est véritablement responsable de cette lamentable politique de développement agricole au Pérou. Au-delà des slogans du genre : « c’est la bourgeoisie nationale », ou « c’est l’impérialisme américain », il faut bien reconnaître qu’il s’est créé un système international techno-bureaucratique qui a infiltré tous les esprits, même les mieux disposés. C’est le mythe de l’expert qui prédomine, l’expert qui détient le savoir, l’expert à qui l’on demande une étude qui deviendra ensuite un plan, et cela, dans la grande majorité des cas, sans la consultation des populations concernées. Pratiquement, dans tous les services nationaux des pays en voie de développement on procède de cette manière : consultation des experts et étude de factibilité, discussion au sommet, approbation et financement bi- ou multilatéral.

91Les objectifs politiques déclarés de la participation sociale et de la planification du développement sont devenus antagonistes. Peu à peu, à cause du manque de moyens, mais aussi de par la nature du système, les bureaucrates ont pris le pouvoir et les technocrates sont devenus la seule référence.

92Le gouvernement a inéluctablement dû prendre cette voie car son assise sociale n’était finalement pas le peuple travailleur, mais une nouvelle bourgeoisie montante, avide d’accumuler et de développer l’industrialisation. « Le gouvernement étant une des institutions sur laquelle repose cette formation sociale, il est soumis à la logique du modèle de développement de cette formation particulière » (Wilson Salinas 1977).

93Mais cette classe techno-bureaucratique s’est montrée incapable de financer son propre modèle. Aussi a-t-elle dû, au fil des ans, se rabattre classiquement sur l’aide étrangère et sur la pratique usuelle des « projets » publics et privés. Dès lors la planification en tant que moyen de développement général et coordonné est restée lettre morte, car les projets acquièrent par la force des choses une autonomie importante.

94Graduellement le paysan a été abandonné à lui-même ou aux aléas des micro-plans sans avenir. L’espoir de 1969 s’est transformé en profonde amertume pour le travailleur de la terre aux mains calleuses. Alors est revenu le temps de la révolte. Révolte dont l’expression a été diverse, mais qui n’avait qu’un seul but : la libération par le recouvrement des héritages ancestraux usurpés, à savoir la terre, le bétail, les lacs et les fleuves, et le sentiment communautaire, qui n’est qu’une partie du respect de la terre-mère, où dorment les ancêtres et d’où renaît perpétuellement la vie.

Les formes de la résistance paysanne

  • 11 Depuis la conquête espagnole. Sous les Incas l’Indien était certes soumis mais pas exploité.
  • 12 Campesino veut dire « paysan » mais c’est aussi un euphémisme pour indio « indien », terme considér (...)

95Pendant plus de quatre siècles11 l’Indien a été exploité, dépossédé de ses biens et considéré comme un être à part dans la société péruvienne. Il a été réduit à l’état de bête de somme. Mais il est une chose que jamais le conquérant, le patron et le latifundiste n’ont réussi à annihiler, c’est sa volonté. Sa force de caractère est restée intacte, et loin de sombrer dans la passivité, le campesino12 a tout d’abord cherché à se défendre, puis à survivre, enfin à reconquérir ses biens spoliés.

96Dans les premières années de la Conquête, il y eut en effet une résistance armée assez forte contre les Espagnols, puis suivit une longue période de soumission apparente et de défense des maigres biens que l’Espagnol avait laissés aux indigènes, avec quelques révoltes violentes au milieu et à la fin du xviiie siècle (Juan Santos Atahualpa, Túpac Amaru, Púmacahua). Au xixe siècle, avec l’avènement de la République, on note une nouvelle détérioration de la condition des Indiens car les haciendas s’étendent. Au xxe siècle se développe une lutte de plus en plus vive pour récupérer des terres accaparées par les haciendas, sur la côte comme dans la sierra.

97A travers toutes ces vicissitudes, la combativité des communautés est restée latente, se révélant aux moments les plus durs : lorsque les gouvernants cherchent à réduire les droits des indigènes, ou lorsqu’une occasion se présentait de gagner quelques menus avantages.

98La résistance des « vaincus » a tourné autour de deux pôles essentiels pour la compréhension des mouvements agraires : la cohésion de la communauté et l’attachement à la terre.

99L’attachement à la terre est la motivation de la lutte, elle fixe les objectifs essentiels : récupération du sol et du bétail. Cet attachement tient au fait que c’est la terre des ancêres et que ces mêmes ancêtres ainsi que les esprits bons et mauvais y reposent.

  • 13 Misti ; le blanc, l’étranger.

100La cohésion de la communauté, qui se manifeste surtout face aux agressions de l’extérieur, est la force du mouvement de lutte et son moyen d’action. Ces deux constantes se retrouvent dans tous les mouvements agraires de l’Altiplano, au Pérou comme en Bolivie. Elles constituent deux traits culturels primordiaux des peuples andins. Elles permettent aussi d’expliquer l’attitude des paysans face au misti13, à l’étranger. Pour l’Indien, ce Monsieur de la ville se caractérise par sa soif de richesses et son goût du lucre. Depuis des siècles il a tenté et réussi à déposséder les indigènes de leurs pâturages. Il représente avant tout un danger, une menace. Il n’y eut, de la part du misti que mépris pour l’Indien. Il fallut attendre le début de ce siècle pour voir se dessiner un mouvement de pensée pro-indigéniste, dont José Carlos Mariategui fut le théoricien le plus émérite. Ce ne fut que dans les années vingt et trente que l’on vit les tribunaux reconnaître les droits des indigènes sur leurs terres (qui n’étaient autres que la confirmation de droits octroyés par l’Espagne au xvie et au xviiie siècles (Hurtado 1974). A cette époque, certaines communautés furent reconnues comme entités territoriales et, par la suite, elles acquirent même des terres supplémentaires par le rachat de parcelles que les Espagnols leur avaient dérobées quelques décennies auparavant.

101A la fin du xixe siècle on assiste à une nouvelle extension des haciendas au détriment des terres communales, par conséquent à la recrudescence des litiges fonciers. Luttes incessantes, vengeances, massacres, l’histoire indigène du Pérou n’est qu’un torrent de larmes et de désolation. Entre 1530 et 1800 la population baisse de plus de 80 %. C’est un génocide doublé d’un ethnocide.

  • 14 Túpac Amaru fut le dernier Inca exécuté en 1572 par le vice-roi Tolédo.

102Et puis, soudain, en 1969, un général de Lima, Juan Velasco Alvarado, qui vient de prendre le pouvoir, annonce une réforme agraire en profondeur, la reconnaissance et la réhabilitation de la dignité du campesino. Tout cela en se référant à l’histoire même des Indiens, des Incas jusqu’à Túpac Amaru II14 dont le portrait apparaît partout comme le symbole de la Révolution péruvienne.

103Réjouissances, allégresse chez l’homme de la montagne, le serrano ? Pas autant qu’on pourrait le croire ! Encore une fois, c’est la méfiance qui prédomine. L’Indien a déjà été tant de fois trompé. Et ne va-t-on pas l’obliger à accomplir des tâches dont il ne veut pas ? Car il se souvient encore des années vingt, lorsque le dictateur Leguia obligeait les paysans à casser des cailloux pour la construction de routes. La police attrapait les jeunes Indiens sur les marchés et les forçait à travailler pendant plusieurs jours. L’avant-dernier gouvernement, celui de Belaunde Terry, renversé par les militaires en 1968, n’utilisait pas la contrainte, mais il ne faisait rien non plus de sérieux pour réaliser ses promesses de réforme agraire. Aussi les Indiens restèrent-ils sceptiques devant les nouvelles déclarations.

104Cette fois-ci, pourtant, la réforme agraire se fit. Les haciendas furent expropriés. Et l’on expliqua aux Indiens que c’était la fin de l’exploitation et que dorénavant ils allaient travailler ensemble dans des coopératives, dans des communautés restructurées, et dans des entreprises modernes, les SAIS.

105Ce discours, si convaincant fût-il, ne passa pas. Pendant un certain temps, les bénéficiaires des belles paroles restèrent dans l’expectative, désireux de voir ce qui allait se passer concrètement, mais il n’y eut pas d’enthousiasme généralisé. En outre, dans beaucoup de régions, surtout andines, les expropriations ne se firent pas du jour au lendemain. Le gouvernement agit avec une certaine rapidité sur la côte, s’attaquant d’abord à l’agriculture de rente, canne à sucre et coton. Mais dans la sierra il fallut attendre deux à trois ans avant que les mesures de réforme agraire ne soient appliquées.

  • 15 Département de Cuzco. De 1976 à 1979 la CAP fut l’objet de luttes incessantes pour le recouvrement (...)

106Au début, le paysannat parut accepter les nouvelles structures de production, mais, très rapidement, il passa à la contestation. Il y avait un quiproquo entre le gouvernement et les paysans. Ceux-ci pensaient que la réforme agraire allait leur permettre de récupérer la terre de leurs ancêtres, mais ils se rendirent bientôt compte qu’il n’en était rien. Ils constatèrent que de nombreuses coopératives absorbaient des parcelles qui étaient l’objet de litiges entre les communautés et les haciendas. Ainsi, en 1971, la grande coopérative Túpac Amaru II, aussi appelée Antapampa15, annexa un domaine de 200 ha, Huaypo chico, qui venait d’être attribué par un tribunal à la communauté de Chacan. Celle-ci commença alors une bataille qui dura cinq ans et conduisit à l’invasion et à la récupération de ces terres par la communauté.

107A partir de 1974, eurent lieu un peu partout au Pérou des « prises de terre », tomas de tierra, qui signifiaient en fait la liquidation de la réforme agraire sous sa forme bureaucratique. Le nouveau gouvernement Belaunde Terry, institué en juillet 1980, commença quant à lui à démanteler légalement le grand édifice du gouvernement militaire. Ce point mériterait une analyse particulière, car le démantèlement ne va pas forcément dans le sens souhaité par les paysans. Nous nous en tiendrons cependant ici à la période précédente et aimerions éclairer quelque peu l’attitude, voire la pensée des « oubliés des Andes » selon la belle expression de Sabine Hargous (Hargous 1979). Les témoignages directs des campesinos ne sont malheureusement pas légion et l’on ne dispose que de quelques rares récits de protagonistes de la réforme agraire. Ce phénomène est explicable pour plusieurs raisons :

  • Le contexte politique de la réforme agraire n’était pas celui d’une liberté d’expression maximale. La police avait facilement tendance à emprisonner ceux qui parlaient trop haut.

  • Au fil des siècles l’Indien n’a jamais été encouragé à s’exprimer, mais plutôt à se taire.

  • L’Indien n’écrit pas, il est analphabète.

  • L’Indien ne se confie pas, surtout à un étranger, de peur que ce qu’il dit ne se retourne contre lui.

  • L’Indien parle peu de toute manière, car c’est un paysan, qui travaille dur et n’a pas le temps de philosopher.

  • 16 Titre du livre de Nathan Wachtel, La vision des vaincus, Maspéro, Paris, 1971.

108Aussi les occasions de recueillir des témoignages oraux sont-elles rares. Il faut les chercher soit dans les procès-verbaux des assemblées ou réunions des communautés, coopératives ou autres, soit chez les anthropologues et ethnologues qui ont vécu dans les communautés et su gagner la confiance des comuneros. La « vision des vaincus »16 n’est pas facile à saisir !

109Il existe cependant d’autres moyens de connaître une pensée que le témoignage oral. Dans le cadre de la réforme agraire, nous sommes en présence de toute une série de comportements psychosociaux dont les formes sont variées mais qui se rejoignent dans leur motivation fondamentale : le refus du nouveau système. On peut sérier les formes de résistance en fonction de leur degré de rupture par rapport à la loi, mais il n’y a pas que cette référence qui soit pertinente. L’importance est de saisir la cohérence interne du comportement du paysan, par rapport à ses valeurs propres. On peut alors mieux expliquer certaines revendications qui paraissent surannées, voire aberrantes, car le nouveau système semble offrir des avantages qui compensent largement l’abandon de pratiques patronales antérieures.

Il nous faut dix délégués...

110Dès le début de la réforme, on peut déceler dans certaines régions un rejet des nouvelles structures agraires, le refus d’y participer. Cette attitude fut celle des paysans moyens de la côte qui s’opposèrent à la formation de coopératives, ou celle des communautés de la sierra qui ne désiraient pas se « restructurer » selon les vœux du SINAMOS. Cependant, on ne saurait aller jusqu’à dire qu’il y ait eu dès le début un refus total et inconditionnel des nouvelles unités de production. Il est probable que le monde paysan ne se rendit pas exactement compte de la signification de ces structures et qu’il fut abusé par les discours des agents officiels. Il pouvait également porter au crédit du gouvernement le fait qu’il se soit attaqué résolument aux latifundia, ce qu’aucun gouvernement n’avait fait jusqu’alors.

  • 17 En espagnol, sacar : tirer, extraire ; le terme contient une idée de cœrcition.

111Nous avons cependant connaissance d’un cas d’hostilité délibérée à la formation d’une SAIS, la Marangani, dans le département de Cuzco. Nous reproduisons ci-dessous la description, faite par un fonctionnaire, du processus de constitution forcée de cette SAIS. Ce texte est un document précieux, car il révèle une violence incroyable dans les rapports entre fonctionnaires (c’est-à-dire l’Etat) et le paysannat. « Comme j’étais dans l’obligation de constituer la SAIS jusqu’au 24 juin 1973, il fallut utiliser la contrainte pour que les paysans cèdent ; la méthode usant de la suggestion et de la persuasion s’avéra incapable d’atteindre l’objectif que nous nous étions tracé, celui de la formation de la SAIS Marangani. Au cours de la première étape d’explication et de motivation, un promoteur fut placé dans chaque communauté — il y en avait onze — et trois producteurs furent établis sur les domaines des ex-haciendas. Nous nous sommes nous-mêmes tournés vers les communautés parce que c’était le secteur le plus peuplé et là où la résistance était la plus forte. Lors de la première rencontre que nous eûmes avec les campesinos pour former l’entreprise agricole, nous nous heurtâmes aux premiers obstacles. Ils ne crurent pas les explications que nous leur donnions au sujet de la SAIS et des bénéfices qu’ils en retireraient, bien que nous leur parlions en quechua et leur rendions visite dans leurs maisons, sur les lieux de travail et lors des assemblées qu’ils tenaient. Notre but principal, dans cette phase d’explication et de motivation, consistait aussi à « soutirer »17 dix délégués à chaque communauté et autant au niveau des quarante et une haciendas. Devant le refus catégorique des paysans de désigner leurs délégués, nous avons dû menacer de fermer leurs écoles, de ne plus leur apporter aucune aide de la part de l’Etat et même d’annuler les titres de propriété de leurs communautés, s’ils n’acceptaient pas la formation de la SAIS. Devant ces menaces et insinuations de notre part, ils désignèrent leurs délégués. L’opération fut difficile dans leurs communautés, elle le fut encore plus dans d’autres communautés.

  • 18 En espagnol descuartizar ; écarteler (supplice). La vieille pensait-elle à Túpac Amaru écartelé sur (...)
  • 19 Bel exemple de cynisme !

112« Je me rappelle qu’une paysanne de la communauté de Mamuera m’a dit en quechua : « Señor, si tout cela tourne mal nous allons te mettre en pièces18 ». Devant l’alternative de nommer leurs délégués ou de voir annuler leur droit d’existence communautaire, ils acceptèrent la première solution, comme on peut logiquement se l’imaginer19. Aussi, lorsque dans une communauté, ils avaient nommé leurs délégués, pour nous autres c’était une fête et nous célébrions ce moment par des réjouissances. Peu à peu toutes les communautés nommèrent leurs délégués respectifs. Ce fut beaucoup plus facile pour les ex-travailleurs d’haciendas d’élire leurs délégués car d’après eux « ils n’avaient rien à perdre » (Bartu 1978, traduit par nous).

  • 20 Gamonal ; propriétaire d’hacienda.

113Ce texte remarquable en tous points est un des rares témoignages dont on dispose sur les débuts de la réforme agraire. Il montre non seulement qu’il y eut refus des nouvelles structures mais que les méthodes utilisées pour faire passer celles-ci n’avaient pas grand-chose à voir avec la sensibilisation et la participation. Par rapport au temps des « gamonales »20 les méthodes n’avaient pas beaucoup changé.

114Dans l’état actuel des recherches sur la réforme agraire nous ne pouvons dire si les refus du type Marangani furent nombreux. En revanche les demandes de retrait des SAIS de la part des communautés sont plus connues. Enfin les tentatives de démantèlement de ces entreprises ainsi que des coopératives se sont accélérées depuis les années 1974-1975. Plusieurs grandes SAIS et coopératives ont été partiellement démantelées avant la fin du régime militaire.

L’attachement au passé

115Une deuxième attitude que l’on peut observer dans les entreprises agricoles est le refus de jouer entièrement le jeu des nouvelles relations sociales conçues par les idéologues gouvernementaux.

116Officiellement le gouvernement de Velasco se situait lui-même dans une troisième voie, entre le capitalisme « sauvage » et le communisme « collectiviste ». Il prônait la participation et l’autogestion. Mais si l’on raisonne en termes de mode de production, les faits laissent clairement apparaître une volonté de construire un capitalisme d’Etat. Cette tentative s’observe plus particulièrement à la campagne.

  • 21 Mode de production semi-féodal : féodal au niveau des rapports sociaux entre propriétaires et paysa (...)

117Alors que le système d’haciendas et de latifundias s’inscrit dans le cadre d’un mode de production semi-féodal ou « colonial »21 le nouveau régime essaie d’instaurer une économie relevant du capitalisme, du moins en ce qui concerne les rapports de production. Les relations serviles sont abolies au profit du salariat et de la rémunération en espèces des transactions commerciales et des prestations de services en général. Dans le système d’haciendas la rémunération du travail consistait à attribuer à bien plaire au paysan une parcelle de terre et un troupeau pour assurer sa survie. A cela venaient s’ajouter des gratifications et des cadeaux lors des cérémonies et des fêtes votives, des baptêmes et des mariages.

118Ce système lie très étroitement le travailleur au patron dans un rapport, non seulement de soumission, mais aussi de type paternaliste. Le patron est une sorte de père qui a tous les droits sur ses enfants, même celui de leur faire plaisir de temps en temps.

  • 22 Huaccho : bétail privé de campesino. Littéralement : pauvre, orphelin, en quechua.
  • 23 La feuille de coca est mastiquée, elle donne des forces. La SAIS Rio Grande distribuait de la coca (...)

119Le paysan de l’hacienda, enraciné dans ce contexte depuis des générations, n’avait pas d’autre vision de ses rapports avec le patron que ceux qu’il connaissait depuis toujours. Il ne pouvait voir d’alternative puisque ce modèle dominant s’étendait partout et que même les communautés indépendantes étaient en fait soumises au système par différentes obligations comme la corvée, le tribut, etc. Ce modèle ne commença à évoluer que très timidement à partir des années soixante. Des modifications apparurent d’abord dans les régions côtières où le métayage s’était déjà implanté de fait. Métayers et fermiers commencèrent à revendiquer la liberté de commerce, puis la propriété du sol. Ce type de paysan se trouvait déjà fortement intégré au marché, par le type de produits qu’il cultivait : coton, canne à sucre et riz sur la côte, coca près de Cuzco. Mais ailleurs, dans les haciendas d’élevage de la sierra, le travailleur n’avait que des relations fortement médiatisées avec le marché. L’isolement, les distances, l’ignorance et la toute-puissance du patron faisaient écran à l’évolution générale du pays, dans lequel les relations marchandes prenaient une grande extension. Dès lors, pour le paysan de l’Altiplano, le passage au salariat et à de nouvelles structures de production entraîna une série d’attitudes apparemment contradictoires. On le voit accepter la rémunération en argent, la suppression des corvées, de punitions, ce qui n’est guère étonnant. Mais en même temps on le voit s’accrocher à certains avantages dont il jouissait par le passé. Dans les SAIS et CAP il refuse de céder son bétail huaccho22 à l’entreprise, ainsi que sa parcelle privée. Mais il va plus loin, il exige souvent que les nouveaux gérants des coopératives respectent les anciennes coutumes du patron. Il réclame des cadeaux sous forme de boissons, coca23, couvertures, denrées alimentaires, jouets pour les enfants. Le paysan veut bien jouir de nouveaux avantages mais sans abandonner les anciens.

120Un paysan de la SAIS Rio Grande disait : « La réforme agraire prétend que les terres nous appartiennent, mais nous ne pouvons disposer de rien sinon d’un bas salaire qui ne nous suffit pas : et encore veulent-ils nous enlever nos huacchos qui sont notre unique ressource » (Galvez Flores 1977, 23). De même le paysan se plaint d’être pénalisé lorsqu’il commet des fautes dans son travail. Il subit une retenue sur son salaire. Un paysan de la SAIS Cerro Grande s’exprime ainsi : « Ils nous donnent des ordres, comme au temps du patron, pire encore, car si nous perdons un alpaca ou s’il meurt, ils nous font une retenue. Avant le patron se fâchait beaucoup mais il en restait là, maintenant ils nous taxent, nous sommes baisés la même chose, pas moins » (Tupayachi Luna 1975, 46-47).

121Cette attitude critique peut être interprétée de différentes manières mais en tout état de cause elle reflète une grande incompréhension de l’idéologie nouvelle du projet gouvernemental et elle traduit l’échec de la tentative d’explication de ce projet de la part du SINAMOS et des fonctionnaires de l’Etat. Cet attachement du campesino à certaines formes surannées des relations patron-employé ne signifie certes pas qu’il préfère l’ancien système dans son ensemble. Son attitude consiste plutôt à accumuler les avantages qu’offrent l’un et l’autre système, car il ne s’identifie complètement pas plus au nouveau qu’à l’ancien. Il en résulte que, tout en cherchant à conserver l’acquis, il va tenter d’améliorer sa position sans accroître son effort. Son ardeur au travail sera très relative, provoquant la colère des administrateurs publics.

Eux et nous

122L’accaparement privé des biens appartenant légalement à la collectivité est une autre attitude du paysan que l’on a pu observer à travers le Pérou. Le « système » appelle cela du vol. Vol de bétail, d’engrais, de pesticides, d’outils de travail, de denrées de consommation, tous ces articles disparaissaient à grande allure dans les coopératives et SAIS. On raconte que dans la CAP Túpac Amaru II, les campesinos laissaient dans le sol les plus grosses pommes de terre lors de la récolte, pour venir ensuite les déterrer à leur profit, comme l’uage leur en donne le droit (Avendano 1978).

123Dans la SAIS Rio Grande le bétail de race importé disparaissait souvent pour se retrouver dans un troupeau huaccho. Lorsque le paysan devait « expliquer » ce transfert il prétendait que les animaux s’étaient mélangés par hasard, au gré des rencontres. Mais l’administration savait que le bétail était dérobé pendant la nuit par le paysan lui-même.

124Il est certain que ces vols ont existé, et probablement à grande échelle. Dans plusieurs SAIS, on note pendant les premières années de vie de l’entreprise une augmentation du bétail huaccho et une diminution du cheptel collectif. Le passage d’animaux d’une catégorie à l’autre explique en grande partie ce phénomène. Cet accaparement n’a rien d’étonnant en soi. On retrouve ce phénomène dans tous les types de société et particulièrement là où l’étatisation des moyens de production est forte et la disponibilité privée de ressources réduite. Combien de villas des pays de l’Est européen ont-elles été construites en partie avec du matériel dérobé sur les chantiers d’Etat ? La tendance est plus accentuée pendant les périodes de transformations sociales comme par exemple une réforme agraire. Au cours de ces périodes, le pouvoir policier de l’Etat est relativement désorganisé et les possibilités d’infraction à la loi plus grandes. Dans les entreprises agricoles le système de surveillance et de contrôle du travail s’est relâché par rapport à l’époque antérieure, les surveillants n’ayant plus les mêmes pouvoirs sur les bergers. D’où une recrudescence des vols de tout genre. Mais pourquoi, dans la mesure où le paysan est membre de l’entreprise et légalement « propriétaire », est-il amené à dérober des ressources qui lui appartiennent ? N’a-t-il pas l’impression qu’il se vole lui-même ? Ce n’est certainement pas le sentiment qu’il a. Le campesino n’a pas conscience de se voler lui-même car il ne considère pas que l’entreprise est la sienne. Il y a « eux » et « lui ». Par conséquent il va chercher à se favoriser « lui » au détriment d’« eux ». Mais il y a plus. Par son action il se rend justice puisque la terre sur laquelle il travaille pour « eux » est en fait la sienne. Les voleurs, ce sont « eux », le volé, « lui ». Cette dichotomie apparaît sans cesse dans l’expression paysanne au sujet de la réforme agraire, de la planification et du développement. « Eux » et « nous ». Jamais le paysan ne dira « dans notre coopérative... » ou « dans ma SAIS... ». Une enquête réalisée dans la SAIS Cerro Grande révèle que 74 % des travailleurs ne se sentent pas partie intégrante de la SAIS. Comme la terre est la revendication de base, le paysan n’est pas prêt à payer pour son utilisation. Il va donc refuser de s’acquitter des droits de pâture pour son bétail, ou protester lorsqu’on le lui défalque de son salaire. Il va également s’élever contre les amendes qu’on lui inflige pour négligence, mort d’un animal ou absentéisme. Dans l’entreprise agricole, le travailleur a tendance à en faire le moins possible car il ne se sent pas concerné et ne voit pas de changement majeur dans son mode de vie. A la question « Pensez-vous que la réforme agraire a amélioré votre situation ? » 82 % des travailleurs de la SAIS Rio Grande répondaient en 1978 que leur situation était inchangée, et 67 % que la manière dont ils étaient traités par la direction était la même qu’avant la réforme. Dans la SAIS Cerro Grande 44 % des travailleurs refusent de répondre à la question de savoir quelle est leur attitude face à l’administration, ce qui montre assez le peu de valeur qu’ils doivent lui accorder. Certains groupes paysans politisés ne se sont d’ailleurs pas privés d’exprimer leur opinion par des dessins suggestifs (voir p. 128).

125Le travailleur de SAIS ne fait montre d’aucun enthousiasme particulier dans son travail. Dans la SAIS Rio Grande, pour qu’un travail se réalise correctement la présence du gérant est nécessaire. Il lui faut même mettre la main à la pâte pour que les travailleurs suivent. Les opérations comme la vaccination ou le bain insecticide des moutons ne sont effectués soigneusement que si une surveillance est exercée. Sinon il arrive que les doses de vaccin disparaissent dans les poches du personnel ou que les animaux ne soient pas immergés complètement dans les solutions insecticides. Ce manque d’ardeur est très proche de la résistance passive voire du sabotage, des armes efficace contre un système que l’on réprouve.

La récupération des terres

126Le phénomène de prises de terres d’haciendas ou d’entreprises associatives marque le point culminant de l’opposition paysanne aux plans et à l’action gouvernementaux. Mais les motivations de telles actions ne furent pas les mêmes dans tous les cas.

127Les premières prises de terre eurent lieu dans les vallées côtières du nord, Huaura, Chira, Piura, Chancay, à partir de 1972 (Valderrama 1976, 94-99). Dans ces régions, les paysans demandaient une accélération du processus de réforme agraire. Par la suite, le mouvement s’étendit à la sierra où l’événement majeur fut l’invasion de 60 haciendas d’une superficie totale de 80 000 ha par vingt mille paysans en 1974 à Andahuaylas. A partir de cette date on constate des prises de terre un peu partout dans la sierra, bien qu’après les événements d’Andahuaylas le gouvernement ait pris des mesures pour activer les expropriations afin de prévenir les actions paysannes. Mais si le mouvement d’invasion des terres est général on peut cependant distinguer plusieurs variantes quant aux motivations de ces actions.

128Les métayers, yanaconas, de la côte cherchaient surtout à se rendre indépendants des gros hacendados en devenant eux-mêmes propriétaires (Matos Mar 1976). Par là même ils créaient une nouvelle source de conflits avec les petits paysans qui avaient obtenu très peu de terres et avec les membres des nouvelles coopératives de production créées par la réforme agraire, et qui occupaient le noyau des ex-haciendas. Dans la vallée de Chancay près de Lima on a ainsi en 1975 quatre types de paysannat :

  • les membres des 13 coopératives de production : 35 % des terres

  • les petits propriétaires réunis en coopératives de service 40 % des terres

  • les petits propriétaires non coopérateurs : 3 % des terres

  • les propriétaires moyens : 22 % des terres (Matos Mar 1976 : 243.)

129Les intérêts de ces différentes catégories du paysannat sont antagonistes et si lors des invasions de domaines, l’unité paraissait prédominer, par la suite des divergences sont apparues. Les propriétaires moyens ont été la cible des attaques. La réforme agraire leur permettait de posséder encore jusqu’à cent cinquante hectares, ce qui, dans les vallées exiguës mais très fertiles, est considérable. En 1976, pour donner satisfaction aux petits propriétaires et aux coopérateurs, cette limite fut abaissée à cinquante hectares.

130Dans la sierra, l’unité paysanne paraît plus solide mais on peut tout de même distinguer des sujets de divergence à la suite de la réforme agraire. On observe tout d’abord un déplacement de la lutte pour la terre des haciendas vers les entreprises associatives lorsque le processus d’expropriation commence à toucher à sa fin (1975-1976). Bien que dans les deux périodes il s’agisse apparemment du même objectif, la récupération des terres, il faut distinguer dans chaque cas qui en est le principal bénéficiaire.

131Au début de la réforme agraire les prises de terre furent effectuées d’abord par des travailleurs des haciendas, soutenus dans certains cas par les comuneros des environs. Mais par la suite ce sont les communautés qui prirent l’initiative, les ex-travailleurs étant moins revendicatifs car en général leur situation s’était plutôt améliorée, du moins en ce qui concerne les paysans les plus riches. Une certaine divergence d’intérêts est donc apparue entre les comuneros et les membres des CAP et SAIS, bien qu’il ne faille pas l’exagérer car, dans de nombreux cas, ces derniers ont des liens étroits avec les communautés. Souvent ils en proviennent et y ont encore des terres. On peut comprendre par conséquent que les comuneros n’interviennent pas toujours directement contre l’entreprise mais contre certaines haciendas en voie d’être transférées à des unités collectives ou contre des haciendas non encore expropriées.

132Dans le cas de l’hacienda Chaata par exemple, dans le département de Puno, la propriétaire ayant fait opposition à l’expropriation le 12 octobre 1976, la décision d’affectation fut cassée par la Direction générale de la réforme agraire à Lima. En 1977, seuls 244 ha sur un total de 1913 sont expropriés, ce qui provoque au début de 1979 l’invasion des terres par les communautés environnantes (SUR 1979, 14). Le phénomène nouveau de cession de terres des entreprises agricoles aux communautés favorise des conflits latents : conflits entre communautés lorsque les terres sont attribuées à l’une tandis qu’une autre les réclame, conflits entre les travailleurs de ces entreprises et les communautés. En outre la réduction des surfaces des entreprises associatives ne signifie pas forcément que les comuneros vont voir leur situation économique s’améliorer. Les entreprises lâchent certaines terres marginales, mais gardent les meilleures. La restructuration se fait souvent à leur profit car la gestion de ces « monstres » de parfois plus de cent mille hectares était devenue impossible. Et les terres qu’elles cèdent n’augmentent que faiblement la surface dévolue à chaque famille paysanne des communautés. A Chaata toujours, l’adjudication de 1913 ha à trois ; communautés et quatre hameaux, parcialidades, n’augmente la surface par famille que de 1,9 ha. La densité démographique est si forte dans les communautés que l’attribution de vastes terrains de pâture aux communautés et la dislocation totale des SAIS constitue la seule solution.

133Ainsi les prises de terre ne sont-elles pas l’aboutissement de la révolte paysanne et indienne, mais le début d’une nouvelle lutte pour la terre, qui hélas pour les communautés, n’est pas près de prendre fin au vu des orientations de la politique agraire actuelle du Pérou. La résistance paysanne continuera aussi longtemps que les communautés n’auront pas récupéré l’ensemble de l’héritage de leurs ancêtres. La réforme agraire est loin d’être achevée.

Bibliographie

Auroi, Claude
1980 Contradictions et conflits dans la Réforme agraire péruvienne, le cas de la SAIS Rio Grande (Puno), IUED, Itinéraires, Genève.

Avendano, Thorn
1978 « Cuando las cooperativas explotan », Marka, 22 marzo.

Barru, Friedmann
1978 Estudios de la realidad socio-económica de la SAIS Marangani Ldta no 24, COTESU, Lima, 44 p.

Dew, Edward
1969 Politics in the
Altiplano : the Dynamics of Change in Rural Peru, University of Texas Press, Austin, 216 p.

Galvez Flores, Marcelina
1977 La Reforma agraria y el desarrollo del mercado interno en la economía empresarial y campesina de la SAIS Rio Grande Ltda no 28, UNTA, Puno, 78 p.

Hargous, Sabine
1969 Les oubliés des Andes, Maspéro, Paris, 114 p.

Hurtado, Hugo G.
1974 Formación de las comunidades campesinas en el Perú, Ed. Tercer Mundo, Lima, 121 p.

Instituto Nacional de Planificacion, INP
1978 Analisís regional, INP, Puno, 106 p.

Matos Mar, José
1976 Yanaconaje y Reforma agraria en el Perú, IEP, Lima, 278 p.

Matos Mar, José ; Mejia, José Manuel
1980 Reforma agraria : logros y contradicciones, IEP, Lima, 138 p.

Mejia, José Manuel
1979 « Quien es quien en el Campo », Marka, no 112, 12 julio.

Murra, John
1978 La organización económica del Estado Inca, Siglo Veintiuno, Mexico, 270 p.

SUR
1978 Boletin informativo agrario, SUR
1979
Tupayachi Luna, Margarita
1978 Participación y situación socio-económica del socio en la SAIS Cerro Grande Ltda no 36, UNTA, Puno, 80 p.

Valderrama, Mariano
1976 7 años de Reforma agraria peruana, Pontifica universidad catolica, Fondo Editorial, Lima, 621 p.

Wachtel, Nathan
1971 La vision des vaincus, Paris.

Wilson-Salinas, Patricia
1977 « Le développement régional et les limites d’une réforme : l’expérience au Pérou du gouvernement militaire », Revue Tiers-Monde, no 72, Paris.

Notes

1 Albert Meister en est une heureuse exception. Voir son livre sur le Pérou, L’autogestion en uniforme, Privat, Paris, 1981, 301 pp. 

2 Le terme officiel fut celui de « » démocratie sociale d’entière participation

3 De quien, para que ? (De qui, pour quoi), s.d.

4 Le tableau ne tient compte que des organes à partir du Département jusqu’à la base. Certains organismes de moindre importance font défaut.

5 CENCIRA : Centro nacional de capacitación y Investigación para la reforma agraria — Centre national de formation et de recherche pour la réforme agraire. Au début de sa création (1970) cet organisme s’est surtout occupé de recherche, pour passer dans les dernières années à des activités de formation.

6 SAIS Buenavista, 48 000 ha ; Yocara, 9400 ha ; Yanarico, 30 000 ha ; CAP Micaela Bastides, 63 000 ha, parmi les plus importantes. En tout on compte 7 entreprises associatives dans la micro-région.

7 « Sound Managerial Capacity » ; document confidentiel de la Banque concernant le projet, janvier 1980.

8 Services de santé rudimentaires, manque d’eau potable (à peine 2 % de la population en dispose), taux de mortalité infantile et maternelle très élevé 10 %), déficiences nutritionelles de l’ordre de 30-35 % ; 90 % des familles possédant moins de 3 ha souffrent de malnutrition, espérance de vie de 35 ans à peine.

9 Les taxes d’utilisation ont été fortement majorées en 1972, d’où une chute spectaculaire de la surface irriguée : baisse de 64 % entre 1971 et 1972 dans les huit zones irrigables du département de Puno.

10 De très grands projets d’irrigation ont été aussi lancés sur la côte. Majes (60 000 ha), Chira-Piura (150 000 ha), etc., qui en 1979 absorbaient 64 % de l’ensemble des investissements agricoles. Mais la rentabilité de ces projets sera négative, les coûts se situant autour de 23 000 dollars à l’hectare en 1979.

11 Depuis la conquête espagnole. Sous les Incas l’Indien était certes soumis mais pas exploité.

12 Campesino veut dire « paysan » mais c’est aussi un euphémisme pour indio « indien », terme considéré comme méprisant au Pérou.

13 Misti ; le blanc, l’étranger.

14 Túpac Amaru fut le dernier Inca exécuté en 1572 par le vice-roi Tolédo.

15 Département de Cuzco. De 1976 à 1979 la CAP fut l’objet de luttes incessantes pour le recouvrement des terres. En octobre 1979 elle est dissoute, les communautés récupèrent les terres et les installations.

16 Titre du livre de Nathan Wachtel, La vision des vaincus, Maspéro, Paris, 1971.

17 En espagnol, sacar : tirer, extraire ; le terme contient une idée de cœrcition.

18 En espagnol descuartizar ; écarteler (supplice). La vieille pensait-elle à Túpac Amaru écartelé sur la place de Cuzco en 1780 ? On raconte qu’il résista aux chevaux et qu’il fallut finalement lui couper la tête pour le faire mourir.

19 Bel exemple de cynisme !

20 Gamonal ; propriétaire d’hacienda.

21 Mode de production semi-féodal : féodal au niveau des rapports sociaux entre propriétaires et paysans, marchand au niveau du circuit de la production.

22 Huaccho : bétail privé de campesino. Littéralement : pauvre, orphelin, en quechua.

23 La feuille de coca est mastiquée, elle donne des forces. La SAIS Rio Grande distribuait de la coca aux travailleurs avant certaines tâches pénibles.

Notes de fin

i Certains organes comme SINAMOS et la CNA disparaissent dès 1976.

Auteur

Institut universitaire d’études du développement, Genève

Acheter