Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles chaînes

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Faouez Mellah
, 
Dominique Perrot
, 
et al.

Atelier

Les algériens regardent Dallas

Joëlle Stolz

Texte intégral

Note sur « Dallas »

  • 1 Ces chiffres étaient donnés par les sondages effectués en octobre 1982, On rapporte néanmoins que l (...)
  • 2 Jusqu’ici, les seuls pays réfractaires au phénomène Dallas sont le Japon (où le film n’a tenu que q (...)

1Pour rendre compte de façon impartiale de la « saga des Ewing », de la destinée des « Atrides de Dallas », de ce clan de Texans enrichis par le pétrole et l’élevage, il faudrait la connaître tout entière. Or, après la diffusion d’environ 130 épisodes depuis 1979, on est encore loin d’en soupçonner tous les rebondissements puisque la firme productrice Lorimar, le créateur David Jacobs et le producteur Léonard Katzmann ne songent nullement à mettre un terme à ce gigantesque feuilleton qui, chaque semaine, est regardé par 28 millions de spectateurs de la chaîne CBS aux Etats-Unis1. Sans compter les millions d’autres, répartis dans les quelque 90 autres pays dont les chaînes de TV ont acheté les droits2.

2D’un côté, rien n’est plus caricaturalement américain que ces personnages aux chapeaux stetson à larges ailes, rendus arrogants par le succès et l’argent ou que ces femmes soigneusement maquillées en toutes circonstances, vivant dans le luxe et l’oisiveté. De l’autre, rien n’est plus universel que l’histoire de ce clan, logé dans le même ranch et sous le même toit, où le père fait la loi, où les fils surveillent mutuellement leur accès au pouvoir, où l’une des femmes (prise dans le clan antagoniste des Barnes) fait figure d’espionne tandis que les autres tissent leurs propres intrigues qui contribuent à déstabiliser l’unité familiale. Enfin, contrairement à d’autres feuilletons du même genre, on ne saurait y distinguer a priori les bons des méchants : même si J. R. apparaît comme celui qu’on aime détester (the man you love to hate), tous les personnages sont à la fois attachants et corrompus, égoïstes et soumis à la loi du clan. Ainsi, derrière une histoire typiquement « sudiste », mettant en scène de purs capitalistes, on voit se profiler certains thèmes classiques de l’anthropologie : les rapports aînés/cadets, l’échange des femmes, le prestige et le pouvoir. Avec, en prime et soigneusement dosés, l’amour, la violence, la haine, la jalousie et le sexe. Mais n’est-ce pas l’astuce suprême de tout impérialisme que de se présenter sous les traits de l’universel ?

  • 3 A titre de comparaison signalons que la production d’une heure de feuilleton télévisé coûte, en Sui (...)
  • 4 Time Magazine, August 11, 1980, pp. 44-45.
  • 5 A la TV américaine, le film est entrecoupé par des annonces publicitaires dont le prix s’élève à 25 (...)

3La réalisation de chaque épisode coûte la bagatelle de 700 000 dollars3 dont 25 000 pour chaque acteur principal et entre 50 000 et 75 000 pour Larry Hagmann qui incarne J. R.4. Cette somme considérable est amortie par la seule diffusion du film aux Etats-Unis5. Cela permet à Worldvision Entreprises Inc., chargée de la distribution, de facturer ce feuilleton à des prix très différenciés qui vont, pour les pays industrialisés de 2 500 fr. suisses à 50 000 fr. l’épisode. Quant à la Côte d’Ivoire, elle aurait acheté la série pour moins de 6 000 fr. suisses.

4Même si le cas de Dallas est exceptionnel, il met bien en évidence d’une part l’énormité des coûts de production et, de l’autre, les rabais disproportionnés qui peuvent être consentis selon les marchés d’exportation. Comment s’étonner, dès lors, que les TV « pauvres » préfèrent meubler les heures d’antenne avec des images importées à des prix défiant toute concurrence plutôt que de chercher à produire elles-mêmes des films et des magazines reflétant les réalités locales ? Dallas serait-il le paradigme de ce que la TV de demain proposera quotidiennement et partout ?

5G. R.

  • 1 du 10 octobre 1982.

6Il me paraît indispensable d’avertir le lecteur des conditions dans lesquelles cette contribution a été écrite. Je suis retournée en juillet 1982 en Algérie, après douze ans d’absence d’un pays que j’avais appris à connaître dans une période décisive : les années qui ont suivi l’Indépendance. Parmi les éléments les plus nouveaux aux yeux de la « touriste » que j’étais devenue, deux surtout m’ont frappée, et ils étaient — en apparence du moins — contradictoires : la vigueur toute récente d’une pratique religieuse qui rythme la vie quotidienne et structure le sentiment d’appartenance à la nation islamique, l’oumma ; et l’extraordinaire engouement des Algériens pour Dallas, qui les rattache à la vaste communauté des téléspectateurs et leur confère ainsi une sorte de citoyenneté supranationale et supra-religieuse. L’idée que ce feuilleton si typiquement américain était diffusé en Algérie ne m’avait jamais effleurée : j’ai aussitôt cherché à comprendre pourquoi, comment, dans cette société-là l’effet-Dallas était possible. Mais sans accréditation officielle, et sans connaissance de l’arabe, je n’ai pu recueillir que des informations partielles et des témoignages limités géographiquement et socialement, constituant un matériau précaire pour une analyse forcément hasardeuse. L’enquête que j’ai ensuite publiée dans le Monde-Dimanche1 n’a suscité aucun commentaire public ni aucune polémique qui auraient éventuellement permis d’en rectifier les conclusions, puisque ce numéro a été saisi en Algérie. Il faut noter que depuis, la diffusion du feuilleton a été interrompue.

7J.S.

  • 6 El-Moudjahid signale avec satisfaction que Dallas n’a eu aucun succès auprès des Japonais, phénomèn (...)

8Quel rapport entre Dallas et l’Algérie ? Entre ce pur produit de l’américanité et une société qui se définit en des termes s’opposant justement à l’américanité : nation indépendante du Tiers Monde, pays socialiste, communauté musulmane ? Avec un agacement manifeste, la presse algérienne réduit le plus souvent le succès de Dallas à un phénomène anecdotique, le dissout dans l’insignifiance ou le circonscrit dans le déjà trop connu : le public algérien serait intoxiqué par un « opium » d’origine impérialiste, et victime d’une sorte de fatalité internationale à laquelle il serait presque impossible d’échapper6.

9Pourtant, il est évident qu’en Algérie, l’effet-Dallas n’est pas le même que dans d’autres pays. Dallas fait parler les Algériens : les simples citoyens, la presse, les intellectuels, et même le pouvoir qui à sa façon « parle » en autorisant sa diffusion à la télévision. On en discute aussi passionnément que de la participation de l’équipe nationale de football à la Coupe du Monde, et certainement plus que du soutien aux Palestiniens, même si cela constitue aussi une part du consensus idéologique qui s’est créé depuis vingt ans en Algérie — autour du passé colonial et de la guerre d’indépendance, autour des options socialistes et anti-impérialistes de l’Etat, autour de la famille patriarcale et de l’Islam —.

10Peut-être la fonction de Dallas est-elle celle-là : révéler crûment l’existence d’une nouvelle forme de consensus (être téléspectateurs) qui ne s’ajoute pas simplement aux formes antérieures mais éventuellement les contredit, les fait jouer différemment, en éclaire les failles et les déplacements. Quand ils parlent de Dallas, très vite les Algériens parlent en fait de leur identité culturelle. Interrogation décisive, qui trouve là un dérisoire exutoire en l’absence le plus souvent d’autres terrains où elle pourrait être formulée.

11Cet article ne se propose évidemment pas d’y répondre à la place des principaux intéressés. Il s’efforcera seulement de situer le succès de Dallas dans le contexte de l’Algérie actuelle, de montrer qu’il consacre l’avènement de nouveaux modes de communication en contradiction, par leur forme et les contenus qu’ils véhiculent, avec la culture traditionnelle et même avec les valeurs en vigueur depuis l’indépendance, et que d’une certaine manière il met en jeu l’image que la société algérienne a d’elle-même.

Une société en mouvement

  • 7 Sur les 70 % d’enfants algériens effectivement scolarisés (81 % des garçons, 60 % des filles), moin (...)

12La relative stabilité du consensus social construit depuis vingt ans autour du régime algérien ne peut masquer complètement des mutations profondes, qui vont probablement s’accélérer. L’explosion démographique a creusé un véritable gouffre entre les générations qui ont connu la période coloniale et les jeunes qui ont grandi dans la nouvelle Algérie : aujourd’hui de dix-huit millions d’habitants, la population a doublé depuis l’Indépendance et compte 60 % de moins de vingt ans, près d’un quart de moins de six ans. Dans leur grande majorité, grâce à un effort considérable du régime, ces jeunes sont scolarisés en arabe au niveau du primaire, et en français à partir de leur entrée dans le secondaire. Il accèdent en même temps à la culture écrite — même si la déperdition du système scolaire est à l’heure actuelle énorme, et que beaucoup d’entre eux quittent l’école sans être réellement alphabétisés ni en français ni en arabe7 — et à une culture orale et visuelle diffusée par les médias modernes.

  • 8 La télévision, en diffusant le mode de vie occidental, aggrave la dépendance économique du pays : a (...)

13Par ailleurs, l’industrialisation entreprise dans les années soixante-dix et surtout l’exode rural massif ont entraîné une déstructuration des circuits traditionnels de production et de consommation8 et une transformation du rôle de la famille. 45 % de la population habite en milieu urbain.

14Dans un tel contexte, même si la culture traditionnelle (littérature orale, musique, danse, cuisine) se perpétue grâce aux fêtes religieuses et familiales qui tissent un réseau extrêmement dense de relations sociales, elle est supplantée, surtout auprès des plus jeunes, par les images proposées par la télévision, le cinéma ou les journaux. En arrivant à la ville, le père de famille a souvent perdu son statut d’adulte compétent, de modèle à imiter dans l’apprentissage du travail agricole. Parfois son image est dévalorisée quand il n’a pu trouver un emploi fixe et que la subsistance de la famille est assurée par le salaire du fils ou de la fille aînés, les premiers à avoir été alphabétisés. Souvent aussi il est absent du foyer, en émigration. L’enfant cherche alors à s’identifier aux images fortes véhiculées par les médias : puissance physique de l’Incroyable Hulk, invincibilité des héros de dessins animés japonais, pouvoir financier de J. R., ou victoires des champions sportifs, idoles des adolescents qui constituent un sein du groupe familial un noyau d’acculturation, selon le psychiatre Mahfoud Boucebci.

L’empire de la télé

  • 9 François Chevaldonné, La communication inégale, Paris-VIII, mai 1979.

15Il n’existe pas à ma connaissance d’enquête d’ensemble portant sur les conditions et les modes de la consommation culturelle aujourd’hui en Algérie. Les rares recherches menées au début des années soixante-dix, utilisées par François Chevaldonné dans sa thèse sur La communication inégale9, esquissant le profil classique d’un pays sous-équipé, faiblement alphabétisé, marqué par de fortes différences entre la ville et la campagne : en 1971, selon une enquête menée par des services gouvernementaux, 52 % de femmes et 80 % d’hommes déclarent écouter la radio, mais seulement 40 % d’hommes, et 12 % de femmes, avaient déjà regardé la télévision. L’écart inhabituel entre les réponses masculines et féminines s’explique par le fait qu’à l’époque les rares téléviseurs étaient en général installés dans les cafés, fréquentés exclusivement par les hommes.

  • 10 Chiffres cités par Ahmed Brahimi in Les Deux Ecrans, No 42-43, février-mars 1982.

16Ces chiffres sont très largement dépassés. Selon les estimations du Ministère de l’Information10, le nombre de postes de radio serait passé de 1 000 000 en 1968 à 3 500 009 en 1975, et dans la même période celui des téléviseurs aurait crû de 70 000 à 500 000. Mais ces sept dernières années, la croissance a été bien plus forte, et de très nombreux foyers se sont équipés — plus d’un million de récepteurs pour 2,5 à 3 millions de foyers algériens d’après la R. T. A. — même si dans les campagnes on continue d’aller au café pour regarder le petit écran.

  • 11 Voir Libération du 17 décembre 1982.

17Acheter un téléviseur représente pourtant un investissement financier élevé : de 7 000 à 10 000 dinars en moyenne, alors que le salaire minimum se situe autour de 1 500 dinars. Pour freiner le flux — très coûteux en devises — des importations d’appareils européens et japonais, le gouvernement a lancé une industrie locale, mais la qualité des produits laisse encore à désirer, s’il faut en croire les protestations des consommateurs dans le courrier d’El Moudjahid. Le plus souvent, les téléviseurs, comme les radio-cassettes, les robots électro-ménagers et maintenant les magnétoscopes, sont rapportés par des parents émigrés de retour au pays pour les vacances : rien qu’en France, le commerce à la valise des travailleurs et touristes algériens représente un volume annuel de 5 à 6 milliards de francs11.

18Comment s’explique cet impérialisme de l’audio-visuel ? Sans compter qu’une partie importante de la population adulte n’a pas accès à l’écrit ; la production nationale et l’importation de livres étrangers, même si elles sont subventionnées par l’Etat, n’accrochent guère l’intérêt que des couches les plus « cultivées » ; dans les librairies algériennes, on trouve beaucoup d’ouvrages de poésie et de sciences humaines, mais pas du tout de romans de gare, de policiers ou de récits d’aventure qui constituent 80 % des ventes dans les pays occidentaux. Quant à la presse, elle est peu lue (le principal quotidien, publié en français, El Moudjahid, tire à 300 000 exemplaires) et souffre de sa faible crédibilité et de sa forte concentration à Alger. Enfin, il n’y a pratiquement aucune presse destinée à des publics spécifiques : aucun magazine féminin, et surtout aucune revue s’adressant à la jeunesse en dehors de l’Unité, hebdomadaire de l’organisation de jeunesse du Parti, qui tire à 30 000 exemplaires.

19En fait, cette situation ne correspond pas seulement à une préférence du public, mais à un choix de l’Etat qui privilégie les investissements dans l’audio-visuel et lui consacre 80 % du budget de l’information. Entre 1967 et 1979 plus de 310 millions de dinars — environ 45 milliards de centimes français — ont été alloués au budget d’équipement de la RTA. La radio d’abord qui offre de nombreux programmes sur quatre chaînes différentes, dont l’une, la chaîne 3, qui émet en français, est très écoutée par les jeunes et diffuse beaucoup de musique orientale et occidentale. Et surtout la télévision : C’est le seul moyen de communication qui fonctionne du nord au sud du pays, souligne Azzedine Mabrouki, un journaliste de la radio-télévision algérienne. Les gens lisent peu la presse : El-Moud-jahid est fait à Alger et n’arrive que dans l’après-midi à Tamanrasset, à 4 000 kilomètres de distance. Tandis que l’image télévisée est transmise par satellite. Il n’y a pas beaucoup de pays qui utilisent un satellite à usage interne : l’Algérie, le Canada, l’Inde et bientôt le Pakistan. L’Etat a énormément investi dans le matériel ultrasophistiqué dont nous disposons à la RTA. Nous avons maintenant un projet de télévision par câble pour les villes du Sud, afin d’éviter que les antennes ne défigurent leur architecture. »

La télé-gynécée

  • 12 Mais certains téléspectateurs captent déjà les chaînes tunisiennes, italiennes ou espagnoles, et la (...)

20Alors que beaucoup d’auditeurs, surtout dans le Nord, peuvent capter très facilement les radios européennes, et ont pris l’habitude d’écouter France-Inter et Radio Monte-Carlo, la télévision est un monopole absolu de l’Etat12, avec tous les avantages politiques et idéologiques que cela suppose. On peut émettre l’hypothèse que l’Etat algérien, jusqu’à une période récente, a joué délibérément la carte de la télévision de préférence à d’autres formes d’expression ou de communication, par exemple le cinéma qui aurait probablement connu un succès croissant si les équipements avaient suivi la demande. Dans les années qui ont suivi l’Indépendance, les salles construites par les Pieds Noirs étaient relativement nombreuses, et les « ciné-bus » sillonnaient les campagnes pour apporter le cinéma aux spectateurs potentiels. Une ville comme Alger avait ouvert la première Cinémathèque, et offrait jusque dans ses plus modestes salles un éventail très ouvert de spectacles : films européens ou américains prestigieux, mais aussi films soviétiques, latino-américains, chinois...

  • 13 Il y a 336 salles — contre 420 en 1962 — dont, selon les responsables de la distribution du cinéma, (...)

21La situation actuelle est en nette régression, même si la production cinématographique algérienne, qui avait été complètement arrêtée près de quatre ans, a repris depuis 1982. Beaucoup de salles ont été fermées faute d’entretien et de modernisation13. Alger — deux millions d’habitants — possède une douzaine de salles, mais Constantine, qui compte 600 000 habitants, n’en a que six, et la situation est bien pire dans de petites villes. « Je n’y vais presque jamais, déclare un jeune commerçant d’El Milia, petite ville encore très traditionnaliste de la région de Jijel. Les films ne sont pas bien, et puis la salle est mal fréquentée. » Sa sœur de dix-neuf ans n’y a jamais mis les pieds, mais ils ont à la maison deux postes de télévision, l’un dans la pièce commune et l’autre dans la chambre du frère aîné.

  • 14 François Chevaldonné, op. cit., p. 163.

22A part les cinémathèques, trop rares, qui proposent un programme étoffé et drainent les lycéens et les étudiants, les salles algériennes sont surtout fréquentées par de jeunes célibataires désœuvrés qui viennent tromper leur frustration et leur ennui en s’enivrant des regards féminins et de la musique langoureuse que leur dispensent les mélodrames égyptiens et indiens. Les femmes en sont pratiquement exclues : François Chevaldonné14 note que « dans les agglomérations modestes de l’intérieur, l’introduction de la télévision chez la petite et moyenne bourgeoisie coïncide dans le temps avec la suppression des quelques séances spéciales organisées jusque-là par le cinéma local pour le public féminin », et qui avaient parfois donné lieu à des troubles, comme à Batna en 1965 et à Jijel en 1967, où les municipalités les ont interdites parce qu’elles suscitaient des attroupements de jeunes. Une initiative originale lancée en 1980 par la Cinémathèque de Constantine a également tourné court, victime de son succès : « en accord avec les professeurs du lycée de filles, raconte un des animateurs, nous proposions aux lycéennes des séances de ciné-club non mixtes tous les lundis après-midi. Chaque fois nous faisions salle comble ! Avant le film, on leur passait des disques, les filles dansaient entre elles, s’amusaient. Mais elles avaient aussi des débats qui débordaient largement le cadre du film : sur la prostitution, sur l’émancipation des femmes, sur la politique... ».

  • 15 L’U.N.J.A. est l’organisation de jeunesse liée au F.L.N.

23De quoi déplaire aux dirigeants du Parti, qui s’employaient au même moment à dissoudre la section locale de l’UNJA15, jugée trop turbulente. Les animateurs de la Cinémathèque ont alors préféré arrêter l’expérience plutôt que de risquer la fermeture.

24Chacun chez soi devant sa télé, et les femmes seront bien gardées... Mais plus encore que la famille patriarcale, l’Etat protège et garantit ses propres intérêts devant la menace potentielle que représente tout lieu d’expression collective qu’il ne contrôlerait pas directement. Si on tolère les débats parfois tumultueux qui suivent la projection des films algériens exposant directement le « vécu » et les problèmes des femmes et des jeunes (comme Premiers Pas de Bouamari, et surtout Omar Gatlato d’Allouache auquel se sont identifiés des centaines de milliers de jeunes citadins), on a visiblement peur d’organiser des festivals ou des concerts susceptibles d’intéresser la jeunesse et d’entraîner de vastes rassemblements. Seul lieu de défoulement possible : le stade de football et ses habituels « débordements regrettables ». Et encore, après les graves événements survenus en 1980 en Kabylie sur la question berbère, un match à Alger — ville peuplée en majorité de Kabyles — s’est transformée en manifestation pour la libération des emprisonnés.

25En dehors de ces moments exceptionnels, c’est le désert, l’ennui, le vide. Un vide que seule la télé peut combler, puisqu’elle est la seule compensation offerte par l’Etat à l’enfermement des femmes et à la pauvreté des loisirs proposés à la jeunesse, comme le résume Abdou B., rédacteur en chef des Deux Ecrans, la revue du cinéma et de la télévision : « Elle est toute la vie sociale, elle n’a pas de concurrent ! Des boîtes ? Il n’y en a pas. Des restaus sympas ? Il n’y en a pas. Des concerts ? Il n’y en a pas. Reste ‘notre’ rta ».

Une lucarne sur le monde

  • 16 Mouny Berrah, « Rencontre avec un téléspectateur ordinaire » in Les Deux Ecrans No 41, janvier 1982

26Ainsi la télévision est-elle à la fois l’instrument et le symbole du consensus social : une chaîne unique destinée à un public unifié, puisqu’en l’absence d’autres distractions tout le monde la regarde. « Le premier alibi, explique un intellectuel interrogé par la journaliste Mouny Berrah, c’est le journal télévisé ; le second, la curiosité : ‘Tiens, qu’est-ce qu’il y a en soirée ?’ ; et lorsque le programme est débile, l’alibi c’est de voir jusqu’où peut aller la bêtise »16.

27Il cite l’exemple d’une lettre publiée dans El Moudjahid s’élevant contre l’insanité du feuilleton égyptien.

28« Ce téléspectateur reprochait à la télévision d’avoir laissé passer, dans un épisode, un portrait de Sadate. Remarquer un tel détail montre avec quelle attention sont suivis ces feuilletons tant décriés. T’ai vu dans cette lettre moins un cri de révolte contre ces feuilletons qu’un cri de révolte de ce lecteur contre lui-même, qui malgré tout le mal qu’il en pense, a regardé quand même. C’est un S.O.S. : je regarde mais je ne voudrais pas voir ! »

29Comme « cet ami qui, chaque dimanche, nous racontait en détail l’épisode de Dallas diffusé la veille, en insistant sur sa débilité ».

30Malgré l’hétérogénéité des niveaux culturels et des besoins, malgré le partage des opinions et des réactions : « quelle que soit l’émission, commente Abdou B., la rta reçoit autant de lettres ‘pour’ que de ‘contre’ » ; la télévision cristallise l’ensemble des désirs.

  • 17 In Les Deux Ecrans No 41, novembre 1981.

31« Aujourd’hui, on attend de la télévision qu’elle nous montre le film qu’on ne peut pas voir dans les salles compte tenu de leur état, qu’elle retienne les enfants à la maison, qu’elle soit éducative, audacieuse, accessible à tous et d’un haut niveau, d’avant-garde et populaire. Bref, qu’elle prenne en charge un nœud de contradictions. Tout le monde en attend tout »17.

32Tant bien que mal, la rta s’efforce de répondre à ces attentes, et compose ses programmes en fonction de la célèbre trilogie Informer-Cultiver-Distraire : magazines d’informations en arabe et en français, émissions éducatives destinées aux jeunes ou aux femmes, séquences religieuses, feuilletons et films, variétés locales ou internationales. Il faut coûte que coûte « remplir » sept à onze heures par jour, plus encore pendant le mois du Ramadan.

33Bien que la production algérienne soit en constante augmentation, avec 268 heures de programmes dramatiques et variétés en 1982, la télévision n’est possible qu’en achetant un maximum de programmes étrangers. « Même pour un milliard l’Algérie aurait acheté Dallas, affirme Abdou B., ou alors il faut n’assurer que deux ou trois heures de programme par jour. Mais le tournant a été pris il y a dix ans et aujourd’hui il serait impensable que la télé ne fonctionne pas ! »

  • 18 Environ 5000 francs français.

34Or les Algériens paient un prix ridiculement bas les programmes américains : 3 500 dinars18 pour chaque épisode de Dallas, « chiffre calculé sur la base du nombre de téléviseurs recensés dans le pays, et en l’absence de tout gain publicitaire », alors que la télévision britannique doit verser 210 000 francs pour chaque rediffusion d’un épisode de la série. La rumeur publique ne s’y est d’ailleurs pas trompée, puisqu’elle assure que les Américains ont fait cadeau de Dallas aux Algériens pour les remercier de leurs bons offices dans la libération des otages de leur ambassade à Téhéran.

L’Algérie à l’heure de Dallas

35S’ils n’ont pas fait une bonne affaire sur le plan financier, les Américains se sont largement rattrapés sur le terrain idéologique : aucune production étrangère — et la rta en sélectionne parfois de fort bonnes — n’a jamais eu un tel impact sur le public algérien. Dallas a touché de plein fouet la totalité de la société, et son succès ne s’est pratiquement pas démenti depuis deux ans. Ce feuilleton médiocre, conçu au départ pour les consommateurs américains, a rencontré, éclairé et modifié tout un imaginaire collectif concernant la famille, la réussite sociale, la place des femmes, la sexualité. Il a fait surgir un jeu d’images auquel les Algériens se sont identifiés et confrontés ; il a mis en route un énorme travail d’élaboration collective pour distinguer ce qui est « nous » de ce qui est « eux ». Travail qui est loin d’être achevé, et qu’il serait passionnant d’étudier dans toute sa richesse. On se bornera malheureusement ici à quelques indications d’analyse, faute d’une enquête plus approfondie.

La Sainte Famille

36Le premier élément d’identification, c’est bien sûr la famille, la tribu Ewing. « Mais ils vivent comme nous » ! » répondait un patriarche du Sud dont l’autorité s’étendait sur des dizaines de petits-enfants, à un journaliste américain venu lui demander ce qu’il pouvait bien se sentir de commun avec les Texans coiffés de Stensons, chaussés de bottes mexicaines et roulant en cabriolets sport. Comme les Ewing, les Algériens cohabitent à plusieurs générations, quel que soit leur niveau social. Riches, ils se font construire des résidences comprenant des dizaines de pièces, et y logent toute leur famille.

37Dans Dallas, les individus qui habitent seuls sont des perdants — comme Cliff Barnes — ou des personnages totalement négatifs comme l’arriviste Kristin, et lorsqu’un membre de la famille Ewing vit un conflit psychologique, il se répercute sur l’ensemble de la communauté. Le comble de l’exotisme pour les Algériens, c’est sans doute de voir la malheureuse épouse de J.R., Sue Ellen, aller régulièrement se confier à un analyste : quelqu’un qui n’est pas de la famille, et qu’on paye pour ça ! Démarche tournée en dérision : « S’il suffisait de s’allonger pour résoudre ses problèmes !, s’exclame Rachida. Moi je vis allongée, et j’en ai toujours autant ! » Il est certain que nombre de difficultés matérielles sont aplanies, sinon résolues, grâce au réseau de la solidarité familiale. « C’est un cousin », phrase-clé qui justifie et annonce un échange continuel de services mutuels censés pallier les insuffisances du système. En Algérie, comme dans d’autres pays du Tiers Monde, on peut dire que le groupe familial est une forme spontanée de regroupement syndical contre l’Etat, ses abus ou ses défaillances. L’Etat est d’ailleurs inexistant dans l’univers de Dallas, ce qui correspond à l’idéologie proclamée au Texas, où l’on récuse aussi bien le contrôle que l’assistance des autorités fédérales.

38Avec Dallas, les Algériens prennent ainsi une sorte de revanche contre l’Etat socialiste, autoritaire et paternel, et fréquemment représenté clans les lieux publics, les cafés, les vitrines de boutiques, par l’effigie du président (Boumediene ou Chadli). A la forme vide ou absente de l’Etat-père, le feuilleton substitue une image très forte : celle de Jock, le pater familias chenu mais encore vigoureux, auquel ses fils et ses brus obéissent, et qui tient sa femme à l’écart de ses affaires. Image très rassurante, idéal patriarcal d’autant plus cher aux Algériens qu’il est dans la réalité menacé par la déstructuration de la société rurale. Le public peut ainsi se raccrocher à des modèles archaïques pour mieux se confronter à des modèles nouveaux de comportement, en rupture aussi bien avec la tradition communautaire qu’avec les valeurs du régime socialiste.

Le grand séducteur

39En effet, c’est parce que J.R. est lui aussi un pater familias soucieux d’avoir un fils pour perpétuer sa lignée, qu’il va exercer sa séduction diabolique avec un maximum d’efficacité, qu’il va rendre séduisant le capitalisme. « J.R., c’est un Arabe, plaisantent deux jeunes Algériens. Il se conduit exactement comme les Arabes ; il sort seul le soir, il trompe sa femme, il entretient un harem de secrétaires, mais il ne supporte absolument pas que sa femme le trompe, et surtout l’idée que son fils puisse ne pas être de lui. »

40L’indulgence amusée que le public algérien éprouve pour le machisme de J.R. s’étendra insensiblement à ses autres traits de caractère : il est entreprenant, audacieux, armé d’une volonté farouche et débarrassé de vains scrupules, il ne doit sa fortune qu’à sa famille et à lui-même, et non aux décisions d’un ministre ou d’une bureaucratie, « Je l’admire, il sait ce qu’il veut, il veut réussir », ajoute Djamel, qui rêve du jour où s’implantera enfin à El Milia la grande usine promise depuis longtemps, qui suppute comment il développera alors son commerce, qui espère et redoute à la fois les bouleversements inévitables qui s’en suivront dans cette bourgade tranquille.

41Même quand on ne l’admire pas, on reconnaît son rôle déterminant dans le fonctionnement du mythe. « On le déteste tous, explique Kamel, quatorze ans, mais si J.R. n’est pas là, le feuilleton n’est pas intéressant parce que la famille reste toujours riche. »

42C’est à cause de lui que se produit quelque chose, que le cœur des téléspectateurs bat au rythme de la bourse, que l’argent et le sens circulent et irriguent une intrigue filandreuse. Bref, il incarne avec brio le risque capitaliste, une vision dynamique de l’avenir face au devenir trop prévisible du socialisme planifié.

Tout est affaire de décor

43Mais bien sûr, J.R. ne serait rien sans la preuve de J.R. : l’étalage constant de sa richesse et de sa puissance. On peut couper le son, on lira tout aussi clairement dans les parois en plexiglas du building Ewing, dans les reflets de la piscine, les chromes des grosses voitures et les yeux des belles secrétaires, ce slogan simple et convaincant : « Enrichissez-vous ! ». La force de ces images se trouve multipliée en Algérie par la barrière linguistique, le feuilleton étant doublé en français, ce qui limite forcément la compréhension des dialogues.

44« Avec les femmes que je connais, on parle surtout de Pamela et de Sue Ellen, comment elles sont habillées, leur coiffure et tout ça, explique une jeune femme qui habite dans la banlieue d’Alger avec la famille de son mari, technicien spécialisé ; elle sert d’interprète à la belle-mère qui ne parle que le kabyle. On aime bien aussi regarder comment ils vivent, leur maison. »

45On vendra des kilomètres d’un tissu d’apparat baptisé Dallas parce qu’il ressemblait à celui que portait l’une de ses héroïnes. On demandera au coiffeur une permanente comme Pamela. Et on se contentera de bercer les désirs inaccessibles, sauf à une certaine bourgeoisie algérienne, propriétaire de grands domaines terriens, et surtout d’entreprises privées auxquelles le régime est beaucoup plus favorable depuis que l’on remet en cause les options industrielles prises au début de la décennie précédente. Grâce à Dallas, des millions d’Algériens voient enfin de près le prototype de ces ranches de luxe comme il y en a dans le sud ou l’ouest du pays, camouflés derrière des murs ou au fond d’immenses domaines, mais dont la rumeur leur a appris l’existence.

46Que dans le miroir de Dallas les Algériens voient la fissure qui les traverse eux-mêmes, qui les partage entre privilégiés et besogneux, entre puissants et misérables, voilà qui est sans doute difficile à admettre.

  • 19 Les Deux Ecrans, No 39, novembre 1981.

47Ainsi, dans le numéro des Deux Ecrans consacré à Dallas19, la journaliste Mouny Berrah fait une analyse brillante de la mythologie véhiculée par le feuilleton et de sa construction, mais à aucun moment elle ne se demande comment il touche de façon spécifique la société algérienne. Cette question est seulement esquissée à la fin d’un échange d’idées au sein de la rédaction de la revue : « Chez nous, cette identification est à la fois douloureuse et frustrante. Quand je vois une piscine, moi qui n’ai pas d’eau, je rêve ! Mais je souffre... Et quand je vois Pamela, j’ai beau m’identifier à Bobby, je suis frustré ! Dallas, ailleurs ça fonctionne sur l’excès, chez nous ça fonctionne sur la pénurie. »

  • 20 In El Moudjahid du 1er octobre 1981.

48Pénurie pour la majorité, dans un pays où un logement sur deux n’a ni égout, ni eau courante, et où le taux d’occupation moyen est de huit habitants par pièce, mais pas pour tout le monde. Le décor de Dallas exacerbe l’aspiration au mieux-être matériel après tant d’années de patience, et justifie amplement les appréhensions d’El Moudjahid : « Le résultat ne peut être que nocif, pour ne pas dire catastrophique, car qui peut prévenir les faux mouvements quand Sue Ellen devient un modèle-type pour les jeunes filles en mal d’exotisme ou les jeunes garçons hantés, obsédés par l’American way of life ?20.

Le syndrome Pamela

49Un des indices les plus saisissants du fonctionnement de Dallas comme référence culturelle collective est l’ascension du personnage de Pamela — épouse du « gentil » Bobby, et belle-sœur du « méchant » J.R. — qui en est arrivé à incarner l’essence de la femme désirable, de la féminité. Pamela n’est plus un prénom, mais un qualificatif qu’on lancera aussi bien à une jeune fille qui passe dans la rue qu’à un joueur de football jugé trop peu offensif, trop « efféminé ». La fortune mythologique de Pamela tient sans doute, comme pour les autres éléments du feuilleton, à son ambivalence : elle est à la fois familière et exotique.

50Familière parce qu’avec ses yeux et ses cheveux bruns, son teint mat, Pamela est plus proche d’un physique méditerranéen que les classiques héroïnes blondes, tout en conservant les signes occidentaux de la modernité : la minceur, des vêtements sexy soulignant le corps. Mais aussi parce qu’elle est — au moins au début de la série — l’épouse idéale, gentille, fidèle, pleine de sollicitude pour sa belle-mère et débordant d’instinct maternel. En même temps, avec son job de décoratrice, sa voiture personnelle, ses « revendications » affectives, elle constitue pour les jeunes Algériens un modèle très acceptable d’émancipation.

51Il faut d’ailleurs se demander si l’adhésion massive du public féminin à Dallas n’a pas été préparée par les innombrables feuilletons égyptiens — peut-être devrait-on dire l’interminable feuilleton égyptien au singulier — méprisés par le public masculin mais qui répondent apparemment à une attente féminine et offrent certaines similitudes avec Dallas : même crédo en la famille, même importance de la réussite sociale signifiée par le décor et le vêtement, même pantomime de l’émancipation féminine, même étalement de l’intrigue dans la durée, qui favorise une intimité avec les personnages.

52L’originalité de Dallas, c’est qu’il propose à l’identification plusieurs personnages féminins fortement différenciés par les scénaristes, mais qui miment tous à un degré ou à un autre le conflit des sexes, assument l’opposition hommes-femmes. Il n’y a pas de femme soumise dans cet univers, même si on y trouve quelques femmes-objets, vouées à l’insignifiance ou à l’échec. Aussi le comportement des héroïnes de Dallas est-il abondamment commenté par les femmes qui en discutent entre elles et en famille. « Je préfère les feuilletons où les femmes donnent le bon exemple, explique cette jeune divorcée qui est retournée vivre dans sa famille et élève de façon très ouverte sa fille de treize ans. On a besoin d’apprendre à être autonomes, mais les femmes de Dallas se conduisent souvent comme des enfants. »

53On critique en général sévèrement l’incohérence de Sue Ellen la névrosée : « Elle se cache, se jette dans les bras des hommes, ou dans l’alcool, mais reste avec son mari pour l’argent. Elle devrait divorcer, travailler ! »

54On regrette également que Pamela, épouse heureuse, n’ait pas eu d’enfants : « Nous ici en Algérie on n’a pas compris ça... C’est vrai qu’il y avait le risque d’un enfant anormal, mais c’est la vie, ça. Pour nous, Pamela elle a eu peur de la vie... ».

55Le seul modèle irréprochable est la mère, Ellie ; c’est la vraie femme, le pivot de la famille, ni résignée, ni révoltée : « elle est calme et forte de caractère, elle ne fait pas de scènes », mais « quand elle estime avoir quelque chose à dire, elle le dit : par exemple hier soir, quand Jock a dit à J.R. que les femmes c’était fait pour qu’on les mette au lit et rien d’autre, elle lui a répliqué, elle a vengé toutes les femmes ».

Après la fascination, le rejet

56Si le personnage d’Ellie jouit d’un tel prestige auprès des femmes comme auprès des hommes (d’où l’efficacité de ses tirades), c’est probablement parce qu’elle est la plus « asexuée », à l’abri des tentations ou des chutes qui ont fini par dégrader considérablement l’image des autres personnages. Malgré la censure des scènes les plus « érotiques » par la RTA, il reste suffisamment de situations scabreuses pour heurter profondément les traditions, quand on sait que l’image la plus anodine — par exemple la nudité d’une statue antique dans un documentaire sur des ruines romaines — peut paralyser de honte une famille installée devant son téléviseur. « Dans ce cas-là, mon père fait semblant de chercher ses pantoufles et ma mère d’avoir oublié quelque chose à la cuisine. »

  • 21 Le tabou du regard spécifique à l’Islam, en particulier au Maghreb, est illustré par cette anecdote (...)

57Contradiction insoluble dans une société où tout le monde est téléspectateur, et où en même temps il est « interdit » pour le mari et la femme, pour le frère et la sœur, de regarder ensemble la même scène, comme si la télévision réalisait le rapport sexuel en impliquant directement ceux qui la regardent21. « Souvent, on n’ose pas regarder Dallas ensemble parce qu’on sait qu’il y aura ce genre de choses. Si nous les hommes voyons que les femmes sont déjà installées devant le téléviseur, nous préférons leur laisser la place. » Cet usage séparé de la télévision incite certaines familles à acheter un deuxième téléviseur.

  • 22 Mahfoud Boucebci, Psychiatrie, société et développement, SNED, Alger 1979.

58Les effets de Dallas dépassent très souvent les (mauvaises) intentions des scénaristes américains ; ils sont déplacés ou augmentés quand ils rencontrent des points sensibles de l’imaginaire collectif. Les Algériens ont été particulièrement troublés par les rebondissements liés à la découverte de filiations illégitimes, question brûlante dans un pays qui enregistre un nombre croissant de naissances hors mariage — six à huit mille par an selon un psychiatre algérien22 — et où le projet de loi sur l’adoption est bloqué depuis 1963 pour des raisons religieuses et politiques. Un reportage explosif a été réalisé par la rta sur des problèmes comme la maternité célibataire, la reconnaissance paternelle et la situation pathogène de dizaines de milliers d’enfants « sans père » vivant en institution ou qui ne pourront jamais porter le nom de la famille, en général celle de la mère, qui les élève : ce reportage dort depuis dans les tiroirs, il est jugé « indiffusable » — « C’est comme si on passait un film porno à la télé en Bretagne ! », s’est écrié un journaliste de la rta. Pourtant, à travers la situation exposée par Dallas (le père dévoile l’existence d’un fils illégitime dont il avait fait son régisseur et qui va enfin retrouver sa vraie place au sein de la famille), le public algérien a été effectivement confronté au problème. Tout se passe comme si le pouvoir déléguait inconsciemment (ou non ?) à une fiction étrangère le soin d’aborder certains points de blocage, et de préparer les mentalités à une évolution inévitable sur le plan juridique.

59Par ailleurs, il est certain que les réactions du public à Dallas permettent d’identifier des résistances d’ordre idéologique et culturel, que contre Dallas les spectateurs s’efforcent de rassembler et de redéfinir les éléments de leur identité. Sur la façon dont ces réactions de rejet se modulent suivant les couches sociales, le degré de pratique religieuse et le niveau de scolarisation, les données que fournirait une véritable enquête manquent cruellement. Si le cynisme de J.R. a conforté les partisans du modernisme à l’occidentale — souvent de jeunes berbères refusent l’arabisation qu’ils considèrent comme une solution passéiste, inadaptée aux exigences du progrès technique, et rêvant d’émigrer aux Etats-Unis —, on constate un phénomène de rejet qui se manifeste beaucoup moins dans un comportement (car on regarde toujours autant le feuilleton) que dans un discours, et traduit une saturation. La durée est un élément important qui a permis l’élaboration de ce discours critique et apparaît en même temps comme son premier grief : « C’est une histoire qui n’a pas de fin », « Ça dure trop longtemps », etc.

60Soit Dallas est assimilé au déjà connu, l’« interminable » et répétitif feuilleton égyptien (finalement, on retrouve toujours les mêmes histoires, l’argent, les amants de Sue Ellen...), soit ses effets sont comparables à ceux d’une interminable bande publicitaire — la publicité télévisée étant par ailleurs inconnue en Algérie — qui vanterait les mérites d’un seul produit, le capitalisme. Comme en Occident contre la publicité, le téléspectateur algérien se construit un système de défense : je sais très bien ce qu’on veut me vendre, je ne suis pas naïf, tout ça, c’est de la fiction. « Le problème des femmes de Dallas, à côté des nôtres, c’est mille fois rien ! », s’écrie un groupe d’Algériennes.

61Les impératifs commerciaux de durée du feuilleton jouent contre lui et favorisent un rejet au nom de la morale. En effet, comme il s’agit de relancer l’intérêt du spectateur sans sortir du schéma initial, les scénaristes ont recours à une accumulation de trahisons, d’adultères, de basses manœuvres et de turpitudes sexuelles qui finissent par saper l’image même de la famille et par ruiner le processus d’identification.

62« Ils vont trop loin, ils en rajoutent trop, proteste un musulman pratiquant. Au début, on parlait du pétrole, maintenant on retombe sur les rapports sexuels... »

63Enfin, le spectacle de cette famille inexorablement riche malgré le suspense introduit par les initiatives de J.R. ramène le spectateur à sa propre situation : citoyen d’un pays « pauvre » en face des pays « riches », mais aussi citoyens d’une nation du Tiers Monde qui se bat pour un partage plus équitable des richesses, alors que Dallas renvoie l’image déprimante d’un monde sans défaite des méchants, sans avènement d’une justice, et pousse en définitive les Algériens à se réapproprier d’une certaine manière le discours anti-impérialiste du pouvoir. Il y a bien deux camps économiques, politiques, culturels, il y a bien une frontière entre « eux » et « nous ».

Le feuilleton du chadlisme ?

64L’attitude du pouvoir n’est pas la question la moins intéressante de toutes celles que soulève la diffusion de Dallas en Algérie. Car il est évident que ce feuilleton ne passerait pas à la télévision sans son accord. En ce sens, on peut dire que le pouvoir a joué sur deux tableaux : d’une part, la presse gouvernementale multiplie les attaques contre le contenu idéologique de Dallas, publie les lettres très critiques des téléspectateurs et réaffirme les principes socialistes ; d’autre part, le pouvoir tient un autre discours en laissant diffuser cette propagande « impérialiste », et ce malgré l’opposition déclarée des milieux religieux, notamment dans les émissions religieuses de la rta.

65On peut émettre l’hypothèse que par certains de ses aspects le phénomène Dallas sert les nouvelles orientations du régime depuis la mort de Boumediene : critique de l’étatisation à outrance du secteur industriel, tolérance à l’égard des entreprises privées à condition qu’elles investissent en Algérie, diversification de la dépendance technique avec notamment l’envoi d’étudiants aux Etats-Unis. Grâce à la lucarne de la télévision, l’Algérie devient membre du « village planétaire ».

  • 23 Selon l’AFP le président Chadli a stigmatisé ceux qui tentent de « faire revenir le pays au temps d (...)
  • 24 En même temps, le pouvoir cherche à se prémunir, tant qu’il le peut encore, de l’invasion de la sou (...)

66Cette ouverture sur le spectacle du monde, sur d’autres cultures, sur d’autres mœurs — fussent-elles capitalistes — paraît sans doute moins dangereuse au régime algérien que les risques d’une fermeture sur le monde musulman et d’un développement des courants « intégristes », qui entraîneraient dans leur sillage la masse énorme des jeunes. Deux faits récents renforcent cette hypothèse : l’offensive du pouvoir contre les milieux intégristes, dont vingt-trois animateurs ont été traduits en décembre 1982 devant la Cour de sûreté de l’Etat23, et les pressions exercées sur le Gouvernement français pour qu’il cesse de refouler les citoyens algériens, la « libre circulation » des corps et des idées constituant une garantie contre le repli actuel et une éventuelle déstabilisation à l’iranienne du pays24.

67Pour conclure, je citerai la lettre envoyée au Monde-Dimanche par un étudiant de Tizi Ouzou, qui avait lu l’article sur Dallas : son auteur rappelle l’existence d’un patrimoine culturel algérien : « Nous avons une création théâtrale — autre que celle du tna (le Théâtre National Algérien, Ndlr) qui reste conforme à je ne sais quelle tradition acquise — dont on n’a jamais vu une adaptation TV ; peut-être gêne-t-elle ? Car elle traite tantôt de notre identité culturelle, tantôt des contradictions de notre société. Et je pense à Kateb Yacine et bien d’autres plus jeunes qui veulent avoir la liberté de créer, et participer ainsi à la vie culturelle de notre pays (...). »

68Mais il retrace surtout un dialogue caractéristique des ruptures introduites par les nouveaux médias : « Il y a quelques jours, je disais à ma grand-mère — 78 ans — qui était clouée devant le poste de TV... avec toute la famille : ‘Te souviens-tu grand-mère de ces soirées autour du canoun ? Tu prenais plaisir à nous raconter des contes et légendes kabyles... Nous parlions entre nous ; aujourd’hui vous êtes devant la télé depuis 16 h. et personne ne dit mot’. Vexée elle me répond quelque chose comme ‘Laisse tomber ce vieux temps d’ignorance ; aujourd’hui la télé nous transporte partout dans le monde’. Je continue : ‘Mais Dallas, Ali Choutir [« principal animateur TV des soirées religieuses » précise l’auteur] est contre...’ — ‘Et bien, je regarde quand même’ ».

  • 25 Susan Sontag, Sur la photographie, Collection 10/18, p. 208.

69Mieux qu’une longue analyse, cette anecdote révèle comment la société algérienne est en train de passer, non sans résistances ni contradictions, d’une culture traditionnelle où le regard de chaque individu est pris dans un réseau de règles collectives qui déterminent ce qu’il est licite et ce qu’il interdit de regarder, à la culture « moderne » des médias où, selon l’écrivain Susan Sontag, « la liberté de consommer une pluralité d’images et de biens s’identifie avec la liberté elle-même »25.

Notes

1 Ces chiffres étaient donnés par les sondages effectués en octobre 1982, On rapporte néanmoins que l’épisode intitulé « Qui a tiré sur J. R. ? » a cloué entre 80 et 110 millions d’Américains devant leur TV en novembre 1980. Un record absolu de taux d’écoute (cf. Catherine Delaprée, Le Figaro, 31 mai 1982 et Scena, septembre 1981, p. 69).

2 Jusqu’ici, les seuls pays réfractaires au phénomène Dallas sont le Japon (où le film n’a tenu que quelques semaines) et les pays de l’Est européen (mais, selon Georges Suffert, l’Union soviétique aurait fini par s’y intéresser à son tour ; cf. Le Point, n° 507, 7 juin 1982).

3 A titre de comparaison signalons que la production d’une heure de feuilleton télévisé coûte, en Suisse, entre 300 000 et 400 000 francs et qu’il faut compter 120 000 francs pour un magazine d’information.

4 Time Magazine, August 11, 1980, pp. 44-45.

5 A la TV américaine, le film est entrecoupé par des annonces publicitaires dont le prix s’élève à 250 000 dollars les trente secondes (Catherine Delaprée, Le Figaro, 31 mai 1982).

6 El-Moudjahid signale avec satisfaction que Dallas n’a eu aucun succès auprès des Japonais, phénomène tout aussi intéressant en soi que son succès partout ailleurs.

7 Sur les 70 % d’enfants algériens effectivement scolarisés (81 % des garçons, 60 % des filles), moins de la moitié sont admis en classe de sixième (à 12 ans). Chaque année, 400 000 enfants éjectés du système scolaire, selon Algérie-Actualité du 7 au 13 avril 1983, le chiffre sur le taux de scolarisation réel est donné par la sociologue Anne Verdet, In Anne Verdet, « Ecole : la porte étroite », revue Autrement, mars 1982.

8 La télévision, en diffusant le mode de vie occidental, aggrave la dépendance économique du pays : ainsi l’Algérie, qui produit de la semoule de blé dur, consomme de plus en plus de pain « blanc » et importe des blés tendres d’Amérique du Nord.

9 François Chevaldonné, La communication inégale, Paris-VIII, mai 1979.

10 Chiffres cités par Ahmed Brahimi in Les Deux Ecrans, No 42-43, février-mars 1982.

11 Voir Libération du 17 décembre 1982.

12 Mais certains téléspectateurs captent déjà les chaînes tunisiennes, italiennes ou espagnoles, et la situation sera totalement modifiée avec l’extension des réseaux européens, notamment des télévisions franco-allemandes qui couvriront le nord du Maghreb dès 1984.
Dans Algérie-Actualité du 9 décembre 1982, le directeur de la R.T.A. s’inquiète de l’arrivée prochaine du satellite et de l’invasion de programmes étrangers qui pourrait en résulter « Pourra-t-on interdire, s’opposer à l’utilisation de tels équipements ? Même si de telles mesures étaient décidées, les citoyens pourraient tourner cette décision par l’utilisation d’antennes (...) qui sont déjà à l’étude. La coercition n’est peut-être pas la bonne solution. » Cité par B. Duquenelle dans Libération du 17 février 1983.

13 Il y a 336 salles — contre 420 en 1962 — dont, selon les responsables de la distribution du cinéma, « aucune ne satisfait aux règles de sécurité ».

14 François Chevaldonné, op. cit., p. 163.

15 L’U.N.J.A. est l’organisation de jeunesse liée au F.L.N.

16 Mouny Berrah, « Rencontre avec un téléspectateur ordinaire » in Les Deux Ecrans No 41, janvier 1982.

17 In Les Deux Ecrans No 41, novembre 1981.

18 Environ 5000 francs français.

19 Les Deux Ecrans, No 39, novembre 1981.

20 In El Moudjahid du 1er octobre 1981.

21 Le tabou du regard spécifique à l’Islam, en particulier au Maghreb, est illustré par cette anecdote que rapporte l’écrivain algérien Rabah Belamri dans Le soleil sous le tamis (Editions Publisud, Paris 1982, p. 46). Deux gamins y sollicitent les faveurs d’une femme d’âge mûr : « Nous espérions seulement qu’elle nous laisserait voir son vagin : nous voulions vérifier sur nos personnes si vraiment on perd la vue lorsqu’on regarde en face un sexe féminin, comme d’aucuns le prétendaient »...

22 Mahfoud Boucebci, Psychiatrie, société et développement, SNED, Alger 1979.

23 Selon l’AFP le président Chadli a stigmatisé ceux qui tentent de « faire revenir le pays au temps du Moyen Age et dresser une barrière entre la nation et le progrès ».

24 En même temps, le pouvoir cherche à se prémunir, tant qu’il le peut encore, de l’invasion de la sous-culture américaine. Dans Libération du 17 février 1983, Bertrand Duquenelle, dans un article consacré à une radio franco-marocaine financée par la SOFIRAD, Radio Méditerranée Internationale (Médi I), montre comment celle-ci concurrence jusque dans le sud algérien les chaînes d’Etat, et ajoute : « Les mauvaises langues disent que si la diffusion des épisodes de Fame (qui met en scène un groupe d’adolescents new-yorkais dans une école de danse et de théâtre, n. de la réd.) a été interrompue sans crier gare ainsi que celle de Dallas, c’est justement en raison de leur foudroyant succès populaire ».

25 Susan Sontag, Sur la photographie, Collection 10/18, p. 208.

Notes de fin

1 du 10 octobre 1982.

Auteur

Journaliste

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter