Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles chaînes

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Faouez Mellah
, 
Dominique Perrot
, 
et al.

Atelier

La télévision en Haute-Volta : facteur de dépendance ou moyen de résistance culturelle ?

Théophile Serge Balima

Texte intégral

1La Télévision voltaïque (Voltavision) est l’une des premières nées en Afrique francophone. Créée le 5 août 1963, elle aura bientôt vingt années d’existence, entrecoupées de deux années d’arrêt pour austérité budgétaire (1967-1969).

2Pendant longtemps, elle a été ravalée au rang de gadget de luxe pour une caste d’initiés de la capitale qui n’ont jamais exprimé la volonté politique de faire de ce medium un instrument national. De ce fait, la télévision en Haute-Volta a pris du retard dans son développement et ne couvre aujourd’hui que les deux grandes villes du pays : Ouagadougou en direct et Bobo-Dioulasso en différé.

3Parmi les raisons du non-développement de cette télévision, il y a le manque de moyens, l’extrême faiblesse de ses ressources financières et humaines. Ce manque en suppose donc un autre, plus frappant, qui procède des structures techniques. Elle fonctionne sur un modèle de télévision compacte, avec un matériel hors d’usage qui permet pourtant des performances comme par enchantement.

4Autant de données objectives qui font que la Voltavision s’est tenue à l’écart des grandes innovations audiovisuelles et des marchés de programmes télévisés. Cette situation a engendré un autre esprit au sein des professionnels ; faire une télévision balbutiante mais voltaïque. Par rapport donc aux autres stations africaines, la Volta-vision apparaît comme un instrument parfaitement à la mesure de la conjoncture nationale. Elle se manifeste de manière simple, ouverte et utile en mettant à la disposition de son public potentiel ses programmes d’information générale et de service public.

5Avec actuellement vingt-cinq heures d’émission hebdomadaires, la production nationale représente 35 % de l’ensemble contre 20 %, il y a un an. Cette progression enregistrée depuis 1982 traduit une prise de conscience certaine par rapport à la nécessité d’identifier la station à la nation. Et, selon les prévisions, en 1984, le seuil de nos productions locales devrait dépasser 40 % des programmes diffusés. Cet objectif vise à donner à la télévision les moyens d’accomplir sa mission d’informer et d’éduquer. A travers ces objectifs, les pouvoirs publics l’ont conçue comme un instrument de développement, comme un facteur de mobilisation des populations urbaines et rurales pour la réalisation des tâches de progrès économique et social. La volonté de toucher le monde rural, autre que celui des faubourgs de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, explique la récente décision du pouvoir de réaliser la couverture télévisuelle du territoire en couleur.

Télévision et développement

6Dans nos Etats en voie de développement, on a tendance à lier un peu trop vite médias et développement. Cette relation, en Afrique noire, est une donnée constante dans la mesure où toutes les activités nationales sont conçues pour le développement. Et, à travers les recherches sociologiques, la relation médias et développement donne souvent lieu à des approches conformistes ou stéréotypées. Il faut se rendre à l’évidence : l’utilisation des médias, en l’occurrence la télévision varie selon les pays, selon les systèmes et les hommes politiques. Toutefois, l’audiovisuel peut jouer un rôle essentiel dans la prise de conscience politique, dans la formation d’une conscience nationale véritable et dans la responsabilisation des citoyens. C’est à partir de là que la télévision peut être un facteur de développement. C’est pourquoi l’on doit admettre que toute utilisation de la télévision est d’abord politique et que toute volonté de développement est également politique. La littérature lénifiante tendant à faire des médias des techniques entraînant partout une même utilisation participe d’une propagande grossière. Il n’y a donc pas de recette unique en la matière et ce phénomène constitue la difficulté même de la conception d’une télévision de développement.

7L’efficacité de la télévision est en partie fonction du système politique en place. Entre les deux institutions il faut une relation de communication.

8Autant la télévision se doit d’être intransigeante sur les intérêts politiques de la Haute-Volta, autant les pouvoirs publics doivent s’engager fermement à sauvegarder le dynamisme de ce système de diffusion. Ce point particulier dépend du niveau de conscience politique des autorités au pouvoir. Ce facteur, naguère insuffisant, a connu ces derniers temps une évolution honorable qui laisse à penser que l’avenir, dans ce domaine, sera radieux. La liberté réelle accordée à nos médias d’Etat témoigne de cette maturité politique dont les communications ont besoin, tant pour s’affirmer que pour revaloriser l’action des moyens d’information. Et la transformation du paysage politique nécessaire à cette pratique ne peut se faire sans le concours de la télévision. Le nouveau pouvoir voltaïque l’a justement compris en concevant lui-même une rubrique périodique à l’antenne, animée par lui, sans aucun journaliste. Cette expérience originale signifie, de fait, que ces derniers ne sont plus investis officiellement de la mission de soutenir systématiquement l’action gouvernementale mais de contribuer plutôt à une information constructive par un esprit critique responsable. Cette conception de l’information télévisée est éducative à deux niveaux : celui des pouvoirs publics et celui des professionnels.

9Au niveau des pouvoirs publics d’abord parce que ce système, en réduisant la distorsion informative, favorise la croissance politique, en ce sens que la critique constructive permet aux tenants du régime de rectifier au besoin certaines de leurs décisions. C’est encore par ce canal que le gouvernement aura pleine conscience de l’existence et du rôle de l’opinion publique sur le plan national. Il est illusoire de penser que les autorités pourront insuffler aux populations la volonté et la confiance dans le progrès sans une prise en compte préalable de cette opinion publique, de ses réactions et suggestions. Cette attitude du pouvoir voltaïque s’inspire avant tout d’une certaine élévation du niveau de la conscience politique. Ainsi, par la télévision, les hommes politiques, qui s’intéressent aux groupes sociaux défavorisés, sont encouragés aujourd’hui à repenser le système de diffusion existant afin que le plus grand nombre de citoyens ait accès aux médias. Ce changement de perspective, né des récents changements politiques, constitue un défi intellectuel et politique fondé sur la nature du pouvoir d’Etat.

10Ensuite, au niveau des professionnels de la télévision, cette marge de manœuvre laissée à leur initiative crée un nouvel état d’esprit. Pendant longtemps, l’esprit de nos communicateurs s’est mal accommodé de ces exigences fondamentales : l’analyse et la critique constructives. Il en résulte maintenant une sorte de pratique, très apte à favoriser l’éducation civique des journalistes eux-mêmes, et à les rendre majeurs dans l’appréciation des situations.

11D’un point de vue politique, le monde industriel a imposé en Afrique des systèmes centralisés de décision et d’exécution aux Etats de création récente. Et dans cette optique, nombre de télévisions fonctionnent selon les décisions du pouvoir central qui peut être ou non de tendance démocratique. Ce système, que l’on a défini en Afrique noire comme présentant de l’intérêt, n’a pas démontré une efficacité réelle. Et sur ce point, la Haute-Volta bénéfice d’une liberté de ton, devenue notre patrimoine culturel.

Les limites de la dépendance technique

12Malgré l’âge de maturité atteint par la Voltavision, nos moyens techniques sont restés rudimentaires. Comme tous les pays acheteurs de technique, la Haute-Volta dépend du marché international. En revanche, la maintenance de nos équipements est assurée par des nationaux, préalablement formés en France ou en Allemagne fédérale. Il y a là une situation de dépendance technique dont les prolongements sont culturels.

13Les programmes étrangers, qui représentent 65 % de notre volume hebdomadaire d’émission, se composent essentiellement de films et de documentaires français et allemands, ainsi que des éléments d’actualités reçus au titre de la coopération avec ces pays.

  • 1 Revue Esprit, No 7, du 8 juillet 1970.

14Ce problème de dépendance rejoint celui que connaissent nombre de pays dans le domaine de l’information où des Etats représentant le dixième de la population mondiale se sont accaparés les neuf dixièmes des circuits d’information. Toutefois, sur le plan strictement culturel, ce phénomène s’accompagne d’une série d’influences. De toute évidence, la diffusion des programmes étrangers implique, d’une certaine façon, des influences culturelles et linguistiques. « Les sociétés dépendantes ne sont pas seulement soumises économiquement mais aussi envahies culturellement »1. Organiquement, nos téléspectateurs s’alimentent à une double source ; celle de la tradition et du contexte national et celle de l’apport occidental issu des émissions importées. Ce dualisme peut aboutir à une interaction d’influences, à deux modes de conceptualisation. Il se produit donc tacitement mais farouchement une espèce de concurrence linguistique entre le français et les trois langues nationales utilisées sur les antennes. Dans ce contexte, le français, langue officielle, lutte pour s’assurer la prédominance dans le domaine de la communication à l’intérieur des médias, même si celui-ci, en dépit de son pouvoir politique et culturel, agit uniquement sur la minorité alphabétisée. Jusqu’à aujourd’hui, la culture étrangère, après avoir véhiculé le mythe de la puissance pendant plusieurs dizaines d’années, est de plus en plus contestée par les populations rurales et certaines couches des cités urbaines. Ce rejet se manifeste sous la forme d’une indifférence... Ces émissions importées, même agrémentées d’un peu d’animation locale, apparaissent incapables de provoquer une rencontre effective entre ces produits culturels et d’énormes quantités d’hommes et de femmes qui s’acharnent à survivre au sein de notre société. La coupure existe et s’aggrave entre cette catégorie de téléspectateurs et la minorité gourmande et fascinée par l’Europe. Cette coupure culturelle est profonde, elle recouvre à la fois une coupure économico-sociale et une coupure entre générations. Dans les deux cas, c’est la télévision, tout comme les autres médias, qui se trouve mise en question. Et quelle que soit la pureté de nos intentions en tant que responsables, cette attitude apparaît à nos concitoyens comme une option faite par des privilégiés en faveur d’une culture héritée, particulariste. Tous ces hommes qui n’ont encore aucun accès au phénomène culturel international refusent de s’identifier à des programmes dont le contexte du vécu ne cadre pas avec leur environnement quotidien.

15Cette situation a inspiré une redéfinition de nos programmes dans les limites de nos moyens. Il s’agit maintenant de faire en sorte que le contenu de nos émissions et de nos productions soit utile à nos téléspectateurs nationaux : leur fournir le moyen de rompre le silence, de sortir de l’isolement et de se situer de plus en plus consciemment dans le contexte social et historique voltaïque, en libérant les citadins des mystifications qui tendent à les rendre eux-mêmes complices de la dépendance culturelle.

16Une telle entreprise est fondamentalement politique. L’effort culturel de la Voltavision se propose d’être alors une entreprise de politisation, par-delà le sentiment d’impuissance cultivé naguère par des hommes aux conceptions fatalistes. Non point que la Direction de la Télévision voltaïque tient pour nul, ou contestable en soi, cet héritage de l’école, mais elle doit être en mesure d’affronter un monde où la force prime le droit. La question fondamentale qui se pose est de savoir de quelle manière les médias africains doivent respecter l’héritage culturel : se comporter comme les médias venus d’ailleurs ou agir par adaptation ? S’il est vrai que nous subissons des conditionnements, ceux-ci ne se transforment en déterminisme que lorsque nous nous résignons à les subir indéfiniment.

17L’introduction des émissions en langues nationales participe de cette volonté de ne pas laisser des programmes se poursuivent selon les schémas classiques. C’est aussi la volonté de dépasser la culture de fait vers l’intégration d’un plus grand nombre de téléspectateurs à une culture en train de se faire.

18Par ailleurs, la Voltavision n’a pas les moyens financiers de consommer abondamment la culture industrielle. Dans ce cas, la pauvreté devient aussi un facteur de résistance culturelle. C’est un défi passif aux feuilletons à succès. La pauvreté, dans ces conditions, est un instrument de contestation, une fonction « économique » positive vis à vis de l’ensemble de la collectivité. Dans ce domaine des techniques sophistiquées de la communication, il y a nécessairement une interférence entre les moyens et les formes de culture proposés, et paradoxalement aussi une relation entre puissance économique et dépendance culturelle.

Quelle domination culturelle sur les publics voltaïques ?

19Généralement, on a tendance à exagérer l’influence exercée par la télévision sur les sociétés en voie de développement. On l’a rendue responsable de toutes sortes de méfaits et on a souvent pensé que les esprits subissaient collectivement le conditionnement des programmes importés. En d’autres termes, certains sociologues ont ainsi cru que la multiplication des télévisions conduirait à l’affaiblissement progressif de la liberté de jugement parce que celles-ci imposeraient à nos masses des façons de voir, de penser et de vivre stéréotypées. Sans nier l’effet de ce nouveau média sur nos populations, on peut dire que l’influence de celui-ci est loin d’être automatique. Au fur et à mesure des recherches, on s’aperçoit maintenant que les techniques de diffusion collective n’ont pas un pouvoir illimité de persuasion et de conditionnement. Dans tous les cas, le libre arbitre et la volonté des personnes soumises aux programmes étrangers sont déterminants. Même sous l’action de la télévision, le public ne change pas facilement d’opinion. Cependant la télévision peut suggérer des idées nouvelles, renforcer le public dans ses dispositions d’esprit. Elle renforce tout aussi bien la propension au changement que la tendance à l’immobilisme.

20Sur le plan culturel, il est évident que la télévision donne à la culture une certaine orientation, différente de celle qui correspondait au seul règne de la tradition orale (ou du système de communication traditionnel). Dans ce contexte la télévision tend à faire apparaître comme normales certaines mœurs ou habitudes étrangères. Mais il faut admettre que l’aspiration à un autre mode de vie est plutôt fonction des moyens dont on peut disposer ; de ce fait, cela concerne un micro-milieu culturel. La majorité réagit autrement.

21Plutôt que de se contenter d’imiter les modes diffusées par la télévision, les populations situées en marge du progrès moderne n’ont cessé de penser que les connaissances sont aussi leur affaire et qu’elles peuvent par elles-mêmes répondre en partie à l’attente de leur groupe. C’est le cas dans le domaine des soins médicaux où 70 % de la population préfère encore s’adonner aux connaissances médicales anciennes, et cela malgré les campagnes sanitaires radiophoniques. La participation à la culture moderne n’est donc pas automatique. Les exemples pourraient être multipliés et l’on en trouve pratiquement dans tous les pays.

Mais résistance pour combien de temps encore ?

22Le développement des nouvelles technologies de communication pose un problème de souveraineté des Etats.

23Sur le plan régional, des projets de regroupement existent pour rationaliser les systèmes de communication. Toutes ces tentatives visent à favoriser l’essor des procédés techniques dont la production et la commercialisation se trouvent entre les mains des puissances industrielles. Dans ce secteur, tout développement implique une dépendance, et le choix des procédés traduit de fait une subordination.

24A l’heure où la Voltavision doit choisir son modèle de développement, le problème se pose en termes techniques d’abord : faut-il adopter le procédé PAL ou SECAM ? La réponse, au-delà des considérations purement techniques, est essentiellement politique. C’est en quelque sorte la définition de notre axe de coopération bilatérale ou multilatérale. A ce niveau, seul le pouvoir politique a compétence pour répondre. Ainsi en dépit du poids de la France au Cameroun, le Gouvernement de Yaoundé a, pour l’installation de sa télévision nationale, opté pour le procédé allemand PAL, sans que les raisons profondes de ce choix ne soient connues.

25Le problème des appareils techniques est un domaine où trop d’acteurs cherchent à se présenter sous l’apparence d’une certaine neutralité. Or, à travers ces équipements, on constate une offensive des pays industriels, en cette étape d’accumulation internationale du capital. Au cours de ces vingt dernières années, l’appareil de production de l’Empire américain a subi une concentration industrielle dans la fabrication du matériel lourd, l’établissement des systèmes de communication et l’élaboration des programmes. La dépendance technique des pays en voie de développement est liée à l’essor de la haute technologie, surgie à l’ombre d’une économie de guerre. Les cloisons traditionnelles entre l’économique, le politique, le culturel et le militaire sont tombées avec l’enchevêtrement des intérêts.

26Par rapport au développement futur de notre télévision nationale, nous devons certes chercher à savoir quelle forme concrète prendra la mise en place des nouveaux équipements : satellites, vidéo et tous les autres produits de la télé-informatique. Ce sont ces nouvelles technologies qui détermineront les modes de production de l’information. Et les choix de l’Etat tiennent compte des rapports de forces politique et économique des pays fournisseurs. Ceux-ci, pour imposer leur concept particulier d’organisation en matière de techniques de diffusion, tentent de faire prévaloir leur système comme l’unique norme possible. C’est aussi le cas pour les procédés SECAM et PAL pour la télévision couleur dans les pays africains. Dans ce domaine, l’industrie européenne a déclenché une offensive pour écouler ses systèmes nationaux sur notre continent. La France et l’Allemagne fédérale en l’occurrence, desservent ou veulent desservir un groupe de pays et devenir ainsi les meilleurs interlocuteurs et les meilleurs conseillers en la matière. Toutefois le rythme d’achat de ces nouvelles technologies de communication sera plus lent et moins spectaculaire dans nos nations prolétaires qui ne bénéficient pas d’afflux de richesse. La station terrienne de réception par satellite installée à Ouagadougou est appelée à jouer un rôle dans un futur système régional. Cette station réalisée sur contrat avec des firmes américaines débouche sur plusieurs intérêts : téléphone, téléviseurs, radios, équipements de communication, ordinateurs... Ces firmes deviennent des têtes de pont pour ouvrir des débouchés à l’industrie électronique dans les pays africains. Or, l’électronique engendre un nouveau type de dépendance.

27En cette matière, le problème de coût d’exploitation et de dépendance technique sera-t-il résolu au sein des regroupements régionaux africains ? On peut en douter car il implique un conflit de droits : le droit au libre flux de l’information en vertu duquel un pays doit recourir aux meilleurs moyens pour apporter à son peuple l’information dont il a besoin pour son progrès économique et social ; et, d’autre part, le droit à éduquer son peuple et à conserver sa culture sans interférences étrangères. Le premier droit implique la renonciation à une certaine partie de sa souveraineté face aux idées qui pénètrent dans le pays, le deuxième droit implique l’imposition de restrictions au libre flux de l’information.

28Les Etats africains peuvent faire face à ce dilemme, à condition que les pouvoirs politiques en place acceptent de lutter contre l’impérialisme culturel sous-tendu par le transfert de technologie. Cette volonté est de plus en plus manifeste au niveau des régimes africains et surtout de la nouvelle génération politique, plus consciente et plus radicale.

29La Télévision voltaïque se fera dans ce contexte de bataille économique, technique et politique. Et pour vaincre les nouvelles formes de domination, il est nécessaire de favoriser les regroupements régionaux pour l’exploitation des satellites et de dynamiser les institutions de coopération dans le domaine des médias. Il faut que l’Organisation de l’unité africaine cristallise ses forces pour réduire, au mieux, la pression des multinationales dans ce domaine. Mais une telle organisation de résistance culturelle est, de toute évidence, un phénomène essentiellement politique.

Notes

1 Revue Esprit, No 7, du 8 juillet 1970.

Auteur

Directeur de la Télévision nationale de Haute-Volta.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.