Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles chaînes

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Faouez Mellah
, 
Dominique Perrot
, 
et al.

Débats

« Arabsat » : le satellite des états Arabes

Abdallah Chakroun

Texte intégral

1Au cours de l’année 1984, un satellite sera lancé pour servir les pays du monde arabe dans le domaine de la communication et des télécommunications ; il sera appelé à couvrir les vingt-deux Etats qui composent normalement la Ligue des Etats arabes, à savoir : Jordanie, Etat des Emirats, Bahreïn, Tunisie, Algérie, Djibouti, Royaume d’Arabie Saoudite, Soudan, Syrie, Somalie, Iraq, Sultanat d’Oman, Palestine, Qatar, Koweït, Liban, Al-Jamahiriya, Egypte, Maroc, Mauritanie, Yémen du Nord et Yémen du Sud.

2Pour la mise sur pied et la gestion de ce satellite, les gouvernements concernés ont créé l’Organisation inter-arabe des communications spatiales communément appelée arabsat ; les Etats y sont représentés par leurs administrations nationales chargées des télécommunications. L’arabsat identifie, aussi, l’ensemble de ce système de communication par satellite ainsi que le satellite lui-même.

Ses objectifs

3La mise en œuvre et la mise en orbite de ce nouveau moyen de communication sont envisagées comme étant le parachèvement et une consolidation du réseau terrestre de la région arabe. L’arabsat vise la liaison de deux pays, d’un groupe de pays ou encore de l’ensemble des pays du monde arabe entre eux, qu’ils soient situés à l’est ou à l’ouest, au nord ou au sud.

4Outre les services qu’assurera arabsat en matière de télécommunications, il sera utilisé pour faciliter les possibilités d’échanges de programmes de radio et de télévision et permettra de généraliser, à tous les Etats de la Ligue arabe, la transmission permanente en matière de télévision.

5L’appel à la réalisation de ce projet a été toujours accompagné du sincère désir d’en faire un instrument pratique au service du développement et du progrès aux fins de l’éclosion d’une nouvelle société ; c’est ainsi que ce projet devra faciliter des échanges : informations entre les organismes concernés, conférences et démonstrations scientifiques entre les établissements universitaires et culturels, centres hospitaliers, usines... arabsat sera aussi en état de soutenir et de diffuser l’enseignement, général et professionnel, notamment dans les régions isolées, autrement dit éloignées des grandes villes et centres urbains, et ce dans la mesure où seront installées des stations mobiles de réception en liaison avec le satellite.

6Il est à souligner, d’autre part, qu’on souhaite, par ce satellite, assurer la communication instantanée entre groupes de personnes et individus établis dans des endroits et pays plus ou moins distants, technique qui permet des réunions et conférences télévisuelles multiples ; ceci se traduirait par des économies et une efficacité qu’on espère appréciables.

Description

7Disons d’emblée — en évitant autant que possible tout jargon technique — que ce satellite sera d’un genre spécifique : c’est effectivement un satellite de communication, opérant d’un point à un ou à plusieurs autres points à travers des stations terriennes, pour l’émission et la réception ; mais, bien que satellite de communication, arabsat sera doté d’un canal de grand rayonnement (high power) qui pourra assurer, à partir de son propre émetteur placé à 36 000 km sur l’orbite géostationnaire, la transmission des programmes destinés à être vus instantanément et directement par des communautés dans les divers pays de ce système. Aussi, avec ce canal réservé exclusivement à la télévision communautaire, arabsat — satellite de communication — est en même temps un satellite de semi-diffusion directe. En revanche, il n’est nullement conçu pour la réception individuelle directe.

8Le but principal du rayonnement ainsi envisagé sera d’assurer, au sein des pays membres, la communication entre n’importe quelle station émettrice (à l’intérieur du système arabsat) et les autres stations de réception dotées d’antennes adéquates. Ce nouveau canal rendra de grands services, puisqu’il permettra de diffuser certains programmes en commun, à des horaires préalablement arrêtés, pour l’information, l’éducation, les conférences universitaires, l’enseignement...

9Soulignons que dans la réception communautaire retenue par arabsat, la puissance du segment ascendant est de 6 GHz, donc plus élevée que celle de la liaison descendante, de 2,5 GHz, alors que le caractère global de ce système en ce qui concerne son aspect de satellite de communication, d’un point donné à un ou plusieurs autres points, révèle que la transmission du signal dans le sens de la montée s’effectue à une puissance de l’ordre de 6 GHz, et dans celui de la descente à 4 GHz.

10La première génération d’arabsat se constituera de trois satellites identiques : le premier sera opérationnel, le deuxième — placé également dans l’orbite géostationnaire — parera à toute éventualité, notamment en cas de panne du premier, alors que le troisième restera au sol en guise de secours ; tous trois seront d’une même capacité, à savoir :

  • 8 000 canaux pour services de télécommunications : circuits pour téléphone ; télex ; téléconférences ; vidéophone ; transferts de données et autres renseignements utiles ;

  • sept canaux dits de télévision : distribution et communication de point à point ou couverture régionale et nationale ;

  • un canal de haute puissance pour des programmes de télévision communautaire.

11La durée de vie de cette génération de satellites est de sept années.

Stations terriennes

12Les stations terriennes prévues pour le système arabsat sont de deux catégories :

131. Les stations terriennes à grand usage. Elles sont appelées « catégorie C ». Elles transmettent et captent les signaux du satellite dans les domaines téléphoniques et des divers services dont celui de la télévision au niveau local et régional, c’est-à-dire soit entre un pays et un ou plusieurs autres pays, soit uniquement pour couverture locale, c’est-à-dire nationale. Ces stations terriennes sont pourvues d’antennes de onze mètres de diamètre.

14Le nombre des canaux sonores se rapportant aux programmes de télévision par satellite (via les stations terriennes ou reçus par celles-ci) variera en fonction du nombre des langues dans lesquelles on désire communiquer.

15Les dépenses afférentes à la construction et à l’équipement d’une seule station terrienne de cette catégorie ont été évaluées, en 1980, à un million de dollars.

162. Les petites stations destinées à recevoir les programmes de ce qu’on appelle la télévision communautaire. Elles sont normalement pourvues d’antennes de près de trois mètres de diamètre à seule vocation de réception et sont d’un coût relativement modéré estimé, en 1980, à sept mille dollars ; elles revêtent une importance capitale, car elles sont susceptibles de servir des villages, des écoles, des usines, des hôpitaux, des universités, ainsi que des unités et immeubles d’habitation, etc. Il va de soi que, dans ce cas, l’émission envoyée du sol vers le satellite se fera par le truchement des grandes stations terriennes mentionnées comme étant la première catégorie (catégorie C).

17Dans ce genre de communication par satellite, des canaux téléphoniques pourraient être établis, dit-on, à titre de liaison permanente entre le studio central émetteur du programme de télévision (la source) et les principaux lieux de réception (notamment les universités et instituts supérieurs), afin qu’il soit possible, dans des cas bien déterminés, d’interroger le conférencier !

Station de contrôle et de mesure

18Pour compléter le modeste tableau que nous donnons ici du système arabsat, il conviendrait de signaler que le contrôle du fonctionnement des satellites en orbite sera assuré à partir d’une station principale dite de contrôle et mesure, qui sera construite à Riyad, siège social de l’Organisation inter-arabe des communications spatiales ; cette station veillera constamment au maintien de l’équilibre et à l’emplacement des satellites dans l’espace. Elle prendra les mesures nécessaires, transmettra informations et instructions tout en les protégeant contre toute intrusion (volontaire ou fortuite).

19Une autre station supplémentaire et de secours sera dotée de trois antennes dont l’une aura une capacité d’écoute et de contrôle de la crédibilité des signaux émis — par radio — par le satellite.

20Le coût d’installation de ces deux stations s’élèverait, dit-on, à plus de 22 millions de dollars.

Une opération coûteuse

21Doter les pays arabes de ce système de communications spatiales constitue, à vrai dire, une opération coûteuse. Outre les chiffres cités, la presse internationale a révélé que le marché conclu entre l’Organisation inter-arabe et la SNIAS (Société nationale industrielle aérospatiale française), pour la fabrication des trois prototypes du satellite, s’élève à 134 350 000 dollars. L’opération de lancement du satellite sur l’orbite géostationnaire revient extrêmement cher (entre 40 et 50 millions de dollars).

22Il convient de rappeler, à ce propos, que le capital inscrit de l’arabsat est de 200 millions de dollars. Cette somme est répartie en actions achetées par les Etats concernés chacun selon sa volonté. Au cours de l’Assemblée générale de l’arabsat en avril 1982 à Sanaa (Yémen du Nord), il a été demandé d’augmenter le dit capital de 100 millions de dollars. C’est à la snias, en collaboration avec la société américaine FORD Aerospace, qu’a été confié le soin de fabriquer les trois satellites de la première génération d’arabsat.

La Commission commune

23Dans le cadre des perspectives de l’utilisation pratique de cet important moyen technologique de communication pour l’information, l’éducation, la culture et tous les autres aspects du développement, il s’est avéré que plusieurs organisations et milieux intéressés devraient agir ensemble pour l’établissement d’une planification convenable et pragmatique. Aussi a-t-on constitué à cet effet une Commission commune comprenant :

  • l’Organisation arabe des communications spatiales (arabsat) ;

  • la Direction générale de l’information à la Ligue arabe ;

  • l’Organisation arabe de l’éducation, la science et la culture (alesco) ;

  • l’Union de radiodiffusion des Etats arabes (asbu) ;

  • l’Union arabe des télécommunications (atu) ;

  • la Fédération des agences arabes d’informations (fana) ;

  • la Gulfvision ;

  • l’Union des Universités arabes.

24Les deux grandes organisations internationales, l’unesco et l’uit, se font représenter au sein de cette Commission commune par certains de leurs experts qui s’expriment en arabe, langue officielle et de travail.

25Il est à signaler que, par l’intermédiaire du pidc (Programme international pour le développement de la communication), l’unesco accorde une contribution financière aux travaux préparatoires de cette Commission commune qui est, par ailleurs, dignement et efficacement présidée par le Ministre de l’information du Royaume d’Arabie Saoudite.

26Créée sur l’initiative de l’asbu, cette instance est considérée en quelque sorte comme étant l’organisme planificateur et conseiller pour les utilisations futures — autres que celles relatives aux télécommunications — de l’arabsat.

27Dans le programme que l’asbu a proposé à la Commission commune — dont notre Union assure le secrétariat — figurent maintes missions qui ont pour but de propager et d’exploiter ce réseau spatial sur une large échelle dans les domaines déjà mentionnés, et de capter ainsi l’attention des milieux aussi bien éducationnels et universitaires que communicatifs et informationnels. On a entrepris des opérations de sensibilisation à cet effet et élaboré un pré-plan de travail pour mettre sur pied un projet global du programme d’action que devront entreprendre les utilisateurs de l’arabsat.

28La Commission commune a devant elle un programme surchargé qui, à travers elle, incombe à l’ensemble des futurs utilisateurs du satellite, ce qui présage maintes opérations.

Planification et échanges de programmes

29La planification et les échanges de programmes supposent la mise en œuvre des points suivants :

301. Etablir un plan de coproduction de programmes, à long et à court terme, à partir d’objectifs méthodiques et en commençant par la production de programmes communs pour les pays d’arabsat, et ce dans les domaines du développement, de l’éducation continue, de l’enseignement, de la formation et de la culture générale. C’est un plan primordial.

31Il s’agira de déterminer qui prendra la charge d’exécuter un tel plan et par quels moyens le mettre sur pied. Le rôle de la Commission commune paraît, à cet égard, très utile et efficace. Les milieux arabes intéressés, aux niveaux régional et national, doivent par conséquent être sensibilisés davantage, d’autant plus qu’enseigner et apprendre demande une action organisée et bien définie. Les premiers jalons ont été posés dans ce sens.

322. Entreprendre des plans relatifs aux opérations d’échanges de programmes ainsi que de coproductions entre deux ou plusieurs parties concernées (organismes de radio ou de télévision, institutions à vocation de développement, universités, établissements d’enseignement, centres de formation, etc.). Cette démarche revêt un caractère d’urgence qui ne peut attendre qu’un accord global, en bonne et due forme, soit conclu entre la totalité des pays arabes à propos de plans bien déterminés. Les parties arabes intéressées sont, en fait, appelées à aborder immédiatement ce qu’elles-mêmes peuvent réaliser. Dans cette perspective, l’organisme de la Gulfvision trace d’ores et déjà les lignes d’un plan visant à la production d’une série de programmes qu’arabsat transmettra, en priorité, aux téléspectateurs des pays arabes du Golfe, alors que l’alesco est sur le point d’entamer la réalisation de certains programmes éducatifs et culturels destinés en principe à l’alimentation du canal de haute puissance (télévision communautaire). Tout en appuyant de telles initiatives pour lancer au plus vite les opérations de participation entre plusieurs pays arabes, l’asbu souhaite — en matière d’échanges — d’aboutir à l’instauration d’une couverture efficace et totale du monde arabe.

333. Donner à l’échange des informations télévisées la place qui lui revient de droit dans le système régional de communication qu’est l’arabsat. Forte de son expérience en matière d’échanges d’actualités et de transmissions de reportages informationnels et sportifs au profit de ses membres, l’asbu dresse ses plans d’action en coopération avec les experts membres de sa commission spécialisée des informations. Ces plans embrassent l’échange régional, sous-régional (multilatéral) ou même bilatéral. Il faudra dès lors s’entendre entre tous les partenaires sur une base valable pour qu’un tel échange puisse être établi sans aucune difficulté majeure, qu’elle soit d’ordre technique, financier, professionnel ou autre, car c’est grâce à l’intensification du volume et du niveau « soigné » de la qualité des informations, reportages et correspondances échangées entre les pays de son système qu’arabsat pourra acquérir un rang hautement appréciable dans la télévision des pays arabes. La Commission commune, au cours de ses futures activités, aura sûrement à discuter profondément à propos de telles questions.

344. Envisager l’utilisation du système de l’arabsat au service de la radio sonore, étant entendu que, dans plusieurs pays arabes, les programmes radiophoniques conservent encore leur attrait et une influence certaine sur un vaste public d’auditeurs. Mais, abstraction faite des aspects techniques et informationnels qui ne posent guère de problèmes, l’aspect financier mériterait, le moment venu, une approche bienveillante de la part des administrations nationales des télécommunications dans chacun des pays concernés (comme d’ailleurs pour les tarifs préférentiels souhaitables pour les échanges de télévision sur le système de communication de point à point). Une compréhension mutuelle facilitera bien la réalisation des opérations d’échanges des programmes et informations.

Développement et éducation

35Il est maintes fois répété que ce système, par sa nature « communicative » et son canal « communautaire », sera en toute priorité au service des objectifs de développement et de l’éducation entendue dans sa plus large acception qui inclut l’enseignement, la recherche, la formation, la culture... Aussi est-il primordial de délimiter ce grand cadre et d’en préciser la portée. A ce propos, il est proposé à la Commission commune d’entreprendre les démarches suivantes :

  1. arrêter un plan de recherche quant aux exigences et besoins du développement voulu, aux orientations des contenus des programmes à produire, aux nécessités techniques et moyens matériels et humains dictés par la production ;

  2. établir les méthodes et règlements de base pour l’organisation, l’administration, l’évaluation ainsi que les réactions... relatives à la confection et à la divulgation de ces programmes spécifiques ;

  3. étudier les besoins nationaux en éducation dans tout pays ainsi que sur le plan régional ; préciser les services en radio et télévision demandés pour les années à venir, tant en ce qui concerne l’enseignement scolaire et celui des adultes, qu’au sujet de la définition des matières et thèmes prioritaires dans les plans de l’enseignement, de la formation et du développement aux fins de permettre aux directions et organismes relevant de l’Organisation arabe de l’éducation, la science et la culture ainsi qu’aux départements ministériels arabes de l’éducation, de prendre les dispositions utiles pour répondre à de tels besoins aux niveaux régional et sous-régional ;

  4. coopérer aux études en cours pour profiter davantage du réseau d’arabsat au niveau sous-régional, et plus précisément dans la zone des pays arabes du Golfe, par exemple, où des efforts sont déjà amorcés pour la réservation d’un canal télévisuel commun sur le satellite arabe. Celui-ci sera utilisé exclusivement au service des objectifs de l’information, de l’éducation et du développement dans cette zone ;

  5. coopérer également aux études relatives au projet de la création d’une université ouverte dans la même zone ; coopérer aussi au projet ayant trait à l’unification de certains programmes de l’enseignement et à l’établissement des priorités en matière de la production de programmes éducationnels télévisuels. Ces études doivent tenir compte d’un autre projet, également important, qui prévoit l’instauration de l’Université palestinienne ouverte pour laquelle une étude approfondie est réalisée et les dispositions de son financement partiel prises, arabsat ouvrira ainsi bien des voies pour un développements tous azimuts ;

  6. pour servir les objectifs du développement, envisager l’extension de l’action des banques des données et réseaux d’informations dans le monde arabe, au niveau tant national que régional, et ce, en particulier, à travers leurs liens avec le réseau spatial arabe au bénéfice des activités de l’information, d’une façon générale, et de la radio-télévision, d’une façon particulière. Le but en est de soutenir et d’appuyer les opérations de documentation en matière d’information. Le Secrétariat général de la Ligue des Etats arabes, à Tunis, qui met actuellement sur pied un Centre de documentation (auquel sera liée l’asbu), et le nouveau Centre de documentation informationnelle des pays arabes du Golfe, à Bagdad, apporteront certainement leur concours dans ce domaine ;

  7. dans le même ordre d’idées, afin de servir aussi le développement, étudier la possibilité de faire paraître un journal à large distribution en utilisant pour sa diffusion le réseau de l’arabsat. Les lieux de publication pourraient être soit situés dans le même pays, soit éparpillés à travers le monde arabe, dans différents pays. Cette initiative permettrait de résoudre les difficultés afférentes aux moyens de transport et de distribution des journaux en raison des grandes distances caractérisant, d’une part, les diverses zones — du Maghreb au Machrek et au Golfe — et, d’autre part, certains pays dans la limite de leurs propres étendues (Soudan, Algérie, Al-Jamahiriya, Maroc, Arabie Saoudite, Egypte, Iraq...). Ce projet est naturellement soumis à l’étude et à l’appréciation des milieux les plus compétents et qualifiés (Union générale des journalistes arabes), et figure d’ores et déjà parmi les projets imaginés par le Secrétariat de la Commission commune.

Cadres et moyens humains

36Quelle que soit la bonne volonté des Etats, et quels que soient les équipements techniques dont ils disposeraient, rien ne pourra être parfaitement réalisé et valablement fait sans l’existence de cadres et moyens humains solidement formés et excellemment entraînés. Assurer la formation des cadres et le perfectionnement continu du personnel constitue, en effet, une condition sine qua non de la réussite de tous les projets inscrits ou à inscrire dans le cadre de ce nouveau système de communication, surtout quand il s’agit d’Etats jeunes ou nouvellement acquis aux secteurs de la technologie et de la création. Il s’avère dès lors indispensable :

371. de relever le niveau de l’expérience et de la compétence professionnelles des programmateurs et techniciens, par l’instauration de programmes de formation relatifs aux émissions de l’espace tant dans leur forme artistique que dans leur contenu et la réalisation y afférente.

38L’Union de radiodiffusion des Etats arabes (asbu), prévoyant les exigences infiniment renouvelées et renouvelables dans le domaine de la radio et de la télévision, a créé, à Damas, le Centre inter-arabe de formation pour radio et télévision qui, depuis février 1982, organise des stages et cycles d’études en vue de former, perfectionner et recycler le personnel des programmes relevant des organismes arabes de radio et de télévision.

39Rédacteurs d’informations, speakers et speakerines de la radio-télévision, réalisateurs, auteurs de scénarios, écrivains de textes, planificateurs de productions artistiques, décorateurs, commentateurs sportifs, cameramen de studio, preneurs de son, opérateurs de prises de vues, monteurs de films, animateurs d’émissions... se préparent tous dans le Centre de Damas pour l’ère de l’arabsat.

40Il est encore trop tôt pour faire une évaluation à ce propos. Mais il faut cependant rendre hommage aux organismes arabes de radio-télévision qui, de tout cœur, financent de telles opérations de formation. Des cycles d’études et de stages de formation à caractère plus techniques sont également prévus.

41A Doha, capitale du Qatar, un autre Centre de formation organise, lui aussi, des sessions de perfectionnement et de recyclage en radio-télévision, au profit des jeunes cadres et du personnel de programmes, dans le contexte de la coopération professionnelle entre les organismes de télévision (et de radio) des pays arabes du Golfe : une complémentarité heureuse qui s’ajoute aux actions similaires entreprises, sur le plan national, dans d’autres grandes villes arabes dotées, elles aussi, de centres de formation en radio-télévision (Bagdad, Casablanca, Le Caire, Alger, Sanaa, Aden...).

42La Commission commune sera saisie immanquablement de l’idée d’assurer une coordination et un suivi entre tous ces centres d’entraînement, de façon à éviter tous efforts inutiles et aussi pour que soient dégagées les priorités, et ce afin de faire face aux exigences de l’ère du satellite.

43C’est ainsi qu’il paraît indispensable, pour l’exploitation valable et honorable du réseau spatial, d’accorder la priorité à la formation des catégories suivantes :

  • planificateurs et coordinateurs ;

  • ingénieurs et techniciens supérieurs ;

  • auteurs et écrivains de textes ;

  • producteurs et réalisateurs.

44Des plans de formation devront être soigneusement établis et accompagnés des prévisions budgétaires nécessaires. Il appartiendra à cette autre autorité de l’arabsat qu’est la Commission commune, de prôner la coordination en matière de formation en tenant compte des priorités et en assurant les modalités d’application.

452. D’élaborer un programme global pour la formation des enseignants en vue de les préparer à s’adapter aux techniques des communications et à la technologie spatiale : il s’agira de leur apprendre comment communiquer et recevoir. Il est souhaitable à ce propos que les Facultés d’éducation, les Ecoles normales, les Centres de formation ou de perfectionnement, fassent inclure dans leurs programmes d’études les communications par satellite, comment s’en servir et en profiter dans l’enseignement, l’apprentissage et l’information.

Réglementation et droits

46La diffusion par satellite de programmes de télévision d’un point à un ou plusieurs autres points, ainsi que la transmission de programmes aux fins de la télévision communautaire, sont susceptibles de donner lieu à des problèmes de réglementation.

47Nul n’ignore que dans le système du satellite de communication, chaque télévision qui reçoit une émission en provenance d’une autre télévision, est entièrement libre soit d’injecter directement cette émission dans son réseau terrestre, soit de l’enregistrer pour une diffusion différée (après ou sans montage), soit encore de ne lui donner aucune suite utile. L’indépendance et la souveraineté de l’organisme de télévision « qui reçoit » doivent être parfaitement totales. Il en va autrement de la télévision communautaire, en raison de la réception directe du programme émis depuis le satellite ; comme nous l’avons déjà expliqué, c’est presque une diffusion directe par satellite.

48Quoi qu’il en soit, et dans les deux cas, une réglementation même sommaire s’impose. A ce propos, on a avancé l’idée de l’établissement d’une Charte de l’action éthique pour les émissions spatiales dont dépendrait un Règlement de contrôle pour les matières émises par satellite. Ce Règlement traiterait de toutes les matières (programmes, informations, événements sportifs, spectacles, etc.), que ces matières soient diffusées vivantes et en direct ou enregistrées sur bandes magnétiques, ou encore qu’elles soient des films produits par des firmes cinématographiques ou télévisuelles arabes. Ces matières peuvent être aussi des productions d’une ou plusieurs sociétés cinématographiques étrangères comme elles peuvent être simplement des programmes en distribution par celles-ci ; elles peuvent être, en outre, des émissions transmises en relais d’un réseau étranger.

49Tous ces cas sont imaginés et possibles dans une opération de diffusion multilatérale, qu’elle soit classique ou spatiale ; mais en tout état de cause, ils devraient trouver la réglementation adéquate dans le cadre de la coopération entre les partenaires d’arabsat : organismes de radio et télévision, institutions ou établissements scolaires et éducatifs, services assumant des programmes pour le développement, etc.

50D’autres problèmes, non moins importants, exigent, eux aussi, des solutions de base d’une législation : accords et ententes entre les partenaires spécifiques d’arabsat, et, à travers eux, entre les Etats eux-mêmes ou avec certaines parties intéressées, à propos de questions relatives par exemple aux droits d’auteurs, droits voisins (artistes, phonogrammes, organismes de radiodiffusion), et droits dus aux organisateurs de certains événements (notamment sportifs). Les autres questions ayant trait au secteur commercial doivent être prévues dans la réglementation afin que les programmes ou émissions qui, à l’origine, appartiennent à ce secteur, puissent être passés sur le réseau arabsat à destination de deux ou plusieurs autres organismes diffuseurs.

51Il en va de même des émissions à caractère publicitaire : certains pays arabes acceptent la publicité commerciale sur leurs propres antennes, alors que d’autres ne l’admettent guère. Dans le premier cas, en revanche, il n’est pas toujours facile, même parfois quasiment impossible, de diffuser sur des antennes nationales des émissions publicitaires commerciales introuvables, prohibées ou encore interdites à l’importation à l’intérieur du pays auquel appartiennent ces antennes.

52La Commission commune est appelée, par conséquent, à inscrire de tels problèmes à son ordre du jour de l’une ou l’autre de ses réunions périodiques, conformément à une suggestion qui lui est soumise par son Secrétariat assuré par l’asbu. Il y aura sûrement, tôt ou tard — et le plus tôt sera le mieux — l’élaboration, par les partenaires « informationnels et éducationnels » de l’arabsat, des textes réglementaires en matière de protection des droits d’auteurs, y compris les droits dus aux organismes producteurs est diffuseurs des œuvres transmises par satellite, sur la base d’un échange de programmes entre deux ou plusieurs autres organismes diffuseurs.

53Des négociations d’ordre collectif sont en principe à prévoir avec toutes les parties concernées, telles, par exemple, les :

  • sociétés des auteurs et compositeurs ;

  • fédérations sportives ;

  • syndicats ou associations d’artistes professionnels ;

  • sociétés de production de programmes ;

  • sociétés de production de films.

54Tels sont les traits qui nous paraissent plus ou moins saillants dans le phénomène des utilisations de l’arabsat au service des domaines autres que les télécommunications. D’autres aspects sont naturellement dignes d’être abordés et étudiés dans ce contexte, notamment ce qui se rapporte aux questions d’ordre technique, administratif, financier ou organisationnel. L’instauration de la bonne compréhension entre les groupes et individus d’une unique et même région, grâce à une programmation artistique, informationnelle, éducative et culturelle, et par l’intermédiaire des transmissions instantanées ou semi-instantanées à travers le satellite mis sur pied pour cette même région, mérite vraiment tous les efforts et dépenses qui lui sont consacrés.

Auteur

Secrétaire général de l’Union de Radiodiffusion des Etats arabes, asbu

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.