Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles chaînes

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Faouez Mellah
, 
Dominique Perrot
, 
et al.

Enjeux

La logique des groupes multi-médias français et l’Afrique francophone

Identification des enjeux politiques, industriels et culturels

Henri Delahaie

Texte intégral

1Le développement des nouvelles technologies des télécommunications fait l’objet d’une lutte industrielle, commerciale et politique au sein des différentes nations occidentales. Mais cette lutte ne peut s’analyser sans prendre en considération les conséquences qu’elle peut avoir sur les pays du Tiers Monde, après une décennie consacrée précisément à analyser les flux d’information et à former un nouvel ordre de l’information et de la communication.

2Le cas de la France est exemplaire à plus d’un titre. D’une part, elle est largement engagée dans des filières technologiques directement liées à la communication (réseaux télématiques, satellites de diffusion directe et de transmission des données, fibres optiques), d’autre part, elle est dirigée par un gouvernement qui revendique à la fois une politique culturelle appropriée aux nouveaux médias et une révision de la politique adoptée à l’égard des pays du Tiers Monde et, en premier lieu, envers le continent africain.

  • 1 Les actions des sociétés publicitaires et leur rôle dans les industries culturelles sont en général (...)

3Mais, comme tous les grands pays occidentaux, la France abrite des groupes multimédias qui sont en pleine croissance, en particulier Havas et Matra-Hachette que la logique de leur comportement conduit à s’intéresser aux technologies nouvelles et principalement aux satellites de diffusion directe1. Or l’Etat français possède des intérêts plus ou moins directs dans ces entreprises, ce qui donne aux décisions des pouvoirs publics en matière d’audio-visuel une dimension particulière.

4La présente étude a pour objet de montrer comment les interrelations qui existent en France entre l’action des pouvoirs publics, qui se définira à son tour en fonction de considérations économiques et de politique étrangère, et la stratégie des groupes multi-médias peuvent avoir des conséquences sur le processus de communication qui prévaudra à moyen terme sur le continent africain.

5Pour effectuer cette démonstration, quatre axes de réflexion doivent être développés dans les termes suivants :

  • la politique du contenu de la communication et de la diffusion qui se propagera à travers les nouvelles infrastructures de télécommunications façonnera l’avenir des groupes multi-médias, en leur permettant d’accroître ou non leur importance nationale et en leur donnant ou non une dimension internationale ;

  • la politique culturelle extérieure, encore à l’état d’ébauche, pourra s’appuyer sur les groupes multi-médias comme elle pourra les ignorer ou même combattre leur influence ;

  • Hachette et Havas poursuivent des stratégies propres d’extension envers le monde francophone, correspondant à leur logique multi-nationale. L’Etat peut, en tant qu’actionnaire, réorienter leur stratégie, mais à condition de supporter le coût économique et financier des orientations nouvelles ;

  • la politique d’exportation de technologies a des effets d’entraînement sur les exportations de programmes. Ces effets pourront être combattus ou encouragés, la puissance publique française ayant la maîtrise de la technologie.

***

Les effets de la politique nationale du contenu

6La formidable poussée des réseaux qui affecte la France (quatrième chaîne de télévision, câblage du pays par fibres optiques, et, bien sûr, satellite de diffusion directe TDF 1) pose en termes dramatiques la question du contenu de ces nouveaux supports.

7Comment ces réseaux seront-ils mis en application ? Qui seront les producteurs ? La vie communautaire, associative, locale, sera-t-elle la principale pourvoyeuse de programmes ? En somme, existe-t-il une alternative crédible à la logique capitaliste des industries culturelles, qui veut que les réseaux ne soient utilisés que par ceux qui peuvent en rentabiliser l’infrastructure à travers leurs programmes, quel que soit d’ailleurs le mode de rémunération adopté (publicité, taxation, sponsoring, etc.) ?

8Deux orientations s’affrontent pour l’instant sans que l’on puisse déterminer celle qui l’emportera. Suivant l’orientation choisie, les effets peuvent être très différents sur les marchés extérieurs.

9Le premier clan correspond aux « commerçants » pour lesquels la masse des investissements nécessaires en vue de développer l’infrastructure est telle que seule une approche réaliste du contenu assurera un équilibre des finances publiques ; selon cette approche, aucune alternative culturelle ou sociale n’est envisageable, les critères du marché étant les seuls à pouvoir déterminer le contenu des programmes.

  • 2 Patrice Flichy a clairement résumé l’enjeu : « Pour mettre en place cette nouvelle politique, il ne (...)

10Le second clan dit des « culturels » se divise à son tour en deux. On y retrouve ceux — les « culturels financiers » — pour qui le contenu représente une nouvelle industrie ayant besoin d’investir dès maintenant des sommes considérables, équivalentes à celles engagées dans les infrastructures : « un franc dans les infrastructures, un franc dans les programmes ». Pour les autres, les « culturels alternatifs », la question des programmes se pose en termes d’alternatives de communication, les nouvelles technologies offrant avant tout des possibilités de transformation des relations entre individus et entre groupes2.

  • 3 Le Conseil des ministres du 3 novembre 1982 a décidé de créer une mission inter-ministérielle en vu (...)

11Les orientations définitives de cette politique du contenu ne sont pas encore déterminées, mais elles font l’objet d’un réel effort de réflexions3. Les grands groupes multi-médias comme Havas et Matra-Hachette prétendent même bloquer leurs investissements dans l’attente de décisions politiques.

  • 4 Cette tendance à prendre le relais des sociétés américaines se confirme par les récents accords int (...)

12La première orientation — celle qui correspondrait au clan des « commerçants » — aurait un effet défavorable sur la progression des groupes multi-médias vers les marchés extérieurs ; en effet, une ouverture commerciale des réseaux favoriserait l’importation massive de produits culturels américains, japonais, etc. Il s’en suivrait une destruction de l’industrie culturelle française avec deux conséquences : d’une part, l’absence de dynamisme de la production nationale serait néfaste au discours sur une France culturellement forte, défenseur de la francophonie dans le monde (cf. par. 2)4 ; par ailleurs, les groupes multi-médias, malmenés sur leur marché national, perdraient nécessairement leur position dans le monde francophone ou tout au moins ne pourraient pas y étendre leur influence.

  • 5 La notion même de groupe multi-médias paraît devoir s’imposer comme une nécessité inhérente au stad (...)

13Si des investissements massifs sont encouragés par les pouvoirs publics (l’option défendue par les « culturels financiers ») dans l’industrie culturelle — que ce soit par le biais d’aides financières ou par une répartition contrôlée des accès aux réseaux — cela pourrait constituer un gage de développement d’industries culturelles multiples et diversifiées qui concurrenceraient les grands groupes multi-médias. Mais encore faudrait-il être certain que la tendance économique n’entraîne pas dans ce secteur, comme cela se produit dans les autres secteurs, la constitution d’oligopoles par suite de rachats et d’absorption de la part des majors. Dans ce cas, on aurait favorisé une expansion extérieure des groupes multi-médias5.

14Par contre, si la solution alternative s’impose, elle induira de multiples effets positifs sur le choix d’un type de communication par des pays africains particulièrement sensibles aux orientations nationales françaises. Cette solution, qui permettrait de développer les nouvelles technologies sans encourager automatiquement les groupes multi-médias, pourrait, si elle était adoptée par les pays africains, lever l’hypothèque de la présence encombrante de ces groupes en Afrique. Par ailleurs, elle rend crédibles d’autres aspects d’une politique interventionniste, comme par exemple dans le domaine de la politique culturelle extérieure (qui sera analysée dans la partie suivante) ; elle brise également la dynamique traditionnelle qui existe entre exportations technologiques et transferts de programmes.

La politique culturelle extérieure

15En parallèle à cette politique nationale du contenu qui est en train d’être définie, s’affirme une volonté de bâtir une politique culturelle extérieure. Que recouvrira cette politique ? Dans quelle mesure s’intégrera-t-elle à la politique nationale du contenu ? Quelles seraient les conséquences nationales de cette politique ? Telles sont quelques-unes des questions que l’on est en droit de se poser. Les éléments de réponse sont très épars et les contours de cette action extérieure restent flous.

  • 6 Intervention de François Mitterrand, prononcée le 20 octobre 1981 devant les responsables des Allia (...)

16A Mexico, Jack Lang et surtout François Mitterrand ont concentré leurs attaques sur les multinationales américaines. F. Mitterrand déclarait : « Les 600 millions d’hommes parlant une langue latine peuvent opposer le fer de lance de leur parenté et de leur amitié aux multinationales de l’industrialisation culturelle »6. C’est à partir de tels propos que s’ébauche une politique culturelle française.

  • 7 Jacques Thibau, « L’action culturelle extérieure », Le Monde, 5 octobre 1982.
  • 8 Propos recueillis par Le Monde, 3 novembre 1982.

17J. Thibau, Directeur des relations culturelles au Ministère des relations extérieures et chargé du dossier « satellite de diffusion », a été amené à formuler quelques principes tels que : « il n’est pas possible d’envisager nos relations avec les pays francophones sous le seul aspect d’un rayonnement unilatéral ; il faut une démarche audio-visuelle extérieure de coopération et de réciprocité »7. Pour développer son projet culturel extérieur, Jacques Thibau affirmait que « la France peut adopter vis-à-vis du monde extérieur deux stratégies audio-visuelles, une stratégie de conquête commerciale, une stratégie de coopération internationale ; la France, en raison de son caractère et de ses particularités, peut et doit jouer la seconde stratégie »8. Mais rien n’est dit sur ce caractère et ces particularités qui justifieraient une stratégie non commerciale. Est-ce que cette stratégie servira uniquement à diriger les actions publiques traditionnelles (échanges culturels organisés entre Etats, opérations de prestige, gestion des services culturels extérieurs), ou bien sera-t-elle « recommandée » également aux entreprises françaises qui opèrent sur les marchés francophones ?

  • 9 Philippe Thureau-Dangin, « L’impérialisme culturel : la voix de son maître » In TEL, op. cit. Pourt (...)

18Quoi qu’il en soit, il est de toute évidence prématuré de prétendre que cette politique a toutes les caractéristiques d’un impérialisme culturel qui est en train de rechercher ses modalités d’action, impérialisme culturel sous lequel se dissimulerait mal un impérialisme économique9.

  • 10 Le parallèle entre multi-médias et multinational est considéré comme une donnée économique fondamen (...)

19Mais cette stratégie non commerciale sera d’autant plus difficile à mettre en œuvre qu’elle s’inscrit dans un contexte économique précis, à savoir la multinationalisation de l’entreprise multi-média10. Or la remise en cause du processus d’internationalisation des firmes à capitaux français dépasse le domaine de l’audio-visuel. Jusqu’à maintenant, le gouvernement n’a pas entrepris de réflexions sur ce réaménagement des rapports entre firmes multinationales et pays hôtes, ne serait-ce qu’au niveau des entreprises publiques et nationalisées.

  • 11 Le rapport Technologie, culture et communication, op. cit., aborde précisément cette question.

20Cependant, en matière de communication, la demande d’une redéfinition des actions commerciales des firmes françaises est particulièrement forte11. Et la structure internationale actuelle des groupes Hachette et Havas exigerait qu’un tel effort de réflexion accompagne toute politique culturelle extérieure, si les pouvoirs publics veulent éviter d’être accusés de développer un impérialisme commercial.

21L’effort de définition de cette politique culturelle vis-à-vis du Tiers Monde pourrait être remis en cause par les retraits successifs de Jean-Pierre Cot, Secrétaire d’Etat à la Coopération, et de Jacques Thibau, ces deux personnalités ayant d’ailleurs des vues divergentes en matière d’interventions publiques dans le domaine culturel. Sans que l’on puisse connaître les conséquences politiques de ces mouvements, on constate que les actions des groupes multi-médias en Afrique, par exemple, ne seront que facilitées par cette instabilité politique et administrative, la stratégie propre à ses groupes pouvant ainsi d’autant mieux s’imposer.

La stratégie propre aux groupes multi-médias

22Les deux groupes multi-médias Matra-Hachette et Havas ont déjà la dimension internationale. Sans qu’il soit nécessaire de reprendre ici la structure d’ensemble de ces deux groupes (cf. le tableau ci-dessous), la présence publique dans chacun d’eux, majoritaire chez Havas, fortement minoritaire chez Matra-Hachette, doit être soulignée.

LES GROUPES HAVAS ET HACHETTE
Participations financières, activités principales et implantations africaines

LES GROUPES HAVAS ET HACHETTEParticipations financières, activités principales et implantations africaines

Sources : Rapports d’activité Havas, Hachette ; Echo de la Presse et de la Publicité, septembre 1982 - 4 octobre 1982.

  • 12 Pour le seul mois d’octobre 1982, on apprenait qu’Europe 1 prenait le contrôle des affichages Girau (...)
  • 13 Pour Havas, le passage du groupe publicitaire à un groupe multimédia fait partie d’une politique de (...)
  • 14 Brochure Agence Havas, op. cit., Allocution du président de l’agence devant l’assemblée générale de (...)
  • 15 Brochure Flachette, octobre 1982.

23La diversification et la restructuration qui affectent actuellement les deux groupes en France12 et qui tendent à une intégration plus marquée au sein de la filière communication (avec le contrôle des programmes, la publicité, le cinéma, la télévision, la vidéo, les jeux, les informations de presse, etc.)13 ne se sont pas encore pleinement manifestées sur le continent africain. Mais la politique de développement de ces groupes ne peut que tenir compte des marchés constitués. Ainsi Havas, avec ses partenaires dans le domaine de l’audio-visuel, entend être présent et jouer un rôle actif dans la constitution de pôles européens à vocation internationale14. De son côté, Hachette a pour objectif d’être plus que jamais présent partout où il s’agit d’amener à la culture le plus large public possible, par le texte et par l’image. Partout aussi où l’exige le rayonnement de la pensée française à l’étranger15.

  • 16 Sur les actions et les influences en Afrique durant les dernières années, les deux groupes français (...)
  • 17 La SOFIRAD doit réaliser la deuxième chaîne marocaine de télévision qui pourrait être gérée par la (...)

24Sur le continent africain, durant ces dernières années, la logique multi-média des deux groupes s’est révélée, en collaboration d’ailleurs avec les pouvoirs publics français, par le biais de la sofirad16. Hachette avait principalement des implantations sur le continent liées à ses activités de distribution de presse, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Gabon, à Madagascar, au Maroc, au Sénégal, en Tunisie. Sa participation dans Radio Méditerranée Internationale, station de radio émettant depuis le Maroc, constitue une mutation, d’autant plus que la station développera à l’avenir ses activités de télédiffusion17. En effet, ce passage d’une activité de presse et d’édition à une présence dans une société radiophonique peut être considéré comme un premier pas du groupe multimédia Matra-Hachette sur le continent africain.

  • 18 Brochure Agence Havas, op. cit., p. 31.
  • 19 La régie extra-locale consiste à assurer la régie publicitaire pour le compte d’annonceurs multinat (...)
  • 20 Brochure Agence Havas, exercice 1981, p. 32.

25Quant à Havas, son action en Afrique durant ces dernières années n’a pas subi d’évolution qualitative. Havas possède des participations dans des sociétés qui constituent « un moyen privilégié de développement multi-directionnel de la communication tant au niveau des Etats eux-mêmes qu’au niveau de leurs relations avec la France et les pays industrialisés »18. Par ailleurs, le groupe Havas détient une filiale spécialisée, Communication et Media Internationaux, qui assure sur l’Afrique et le Moyen Orient la régie publicitaire extra-locale de 81 titres de presse, 23 chaînes de radio, 7 chaînes de télévision et 593 salles de cinéma19. Aussi, son association avec la sofirad dans la société émettrice Radio Africa 1 à Moyabi au Gabon, ainsi que son contrôle de la régie publicitaire de cette radio, traduisent sa volonté d’exploiter tous les nouveaux supports de large diffusion. La direction de Havas précise que la rai (Régie Internationale Africa) implante des agents et des sociétés « afin de pouvoir assurer à Africa 1 une image de station panafricaine, commerciale, ceci par la présence sur les antennes des plus grands annonceurs mondiaux »20.

26Ce dynamisme extérieur est indissociable de la progression économique des industries culturelles dans leur ensemble. Les groupes multi-médias font partie d’un secteur qui sera l’un des plus performants durant les prochaines années, avec tout ce que cela implique au niveau de l’emploi et du commerce extérieur. Ce sont de tels arguments qui seront utilisés par les dirigeants de ces groupes pour justifier leurs interventions extérieures, étant entendu que l’Etat actionnaire est toujours sensible aux arguments de saine gestion. On retrouverait ainsi un conflit classique entre ministères techniques (Finances, Commerce extérieur) qui endosseraient les stratégies propres aux groupes Havas et Hachette, et les ministères politiques (Culture, Coopération, etc.) qui seraient tentés de faire prévaloir leurs vues, un tel conflit ne se produisant que si les positions entre ministères sont effectivement divergentes.

Interactions entre exportations de technologie et de programmes

27Les technologies de communication comme les satellites de diffusion directe peuvent faire progresser rapidement l’infrastructure de diffusion en Afrique. Ces technologies, qui sont coûteuses, peuvent avoir des effets bénéfiques quant à la satisfaction des besoins en matière d’éducation, de santé, de développement rural, etc. Mais l’équilibre financier du projet doit être assuré, et ce en tenant compte de ces objectifs de communication.

  • 21 Dans une récente étude, Edward W. Ploman de l’International Institute of Communications a clairemen (...)

28Si cela n’était pas le cas, ce seraient des sociétés commerciales de programmation qui utiliseraient ces canaux de diffusion contre paiement d’une licence auprès de l’autorité gestionnaire21. On conçoit aisément que l’introduction d’une telle technologie peut grandement faciliter la pénétration des groupes multi-médias.

29Le constat suivant s’impose : le promoteur de la technologie a une grande responsabilité en ce qui concerne le type de programmation ultérieure.

30L’engagement le plus important de la part du promoteur public français serait de décider que technologie et contenu forment un « paquet » complet et indivisible dans lequel seraient imbriqués les éléments financiers, techniques et culturels. La méthode du troc, à savoir le remboursement du coût de l’infrastructure par la vente des produits des industries culturelles, s’apparenterait à cette forme d’engagement.

  • 22 Le Ministère de l’industrie parle d’une part de marché de 15 % pour l’industrie française sur le ma (...)
  • 23 Propos tenus par François Mitterrand. Cf. « Technologie, emploi et croissance », Rapport au Sommet (...)

31La France prétend conquérir une place de choix sur le marché des satellites de diffusion directe22. Mais faute d’expériences pratiques, il n’est pas possible de savoir comment seront résolus ces effets d’interaction entre technologie et programmation. Par contre, là encore, la volonté politique a été exprimée : les pays receveurs doivent maîtriser les nouvelles technologies23.

32Les conditions de transfert de technologie de communication à l’étranger dépendent pour une large part des options qui s’imposeront en France même. Ainsi un développement de la communication alternative dissocierait-il de façon pertinente le transfert de technologie des intérêts commerciaux des industries culturelles. Par contre, une politique culturelle extérieure qui s’appuyerait sur une action de promotion commerciale, pousseraient précisément à la réalisation de projets où infrastructure et contenu seraient intimement liés.

  • 24 Ce fut le cas, en particulier, pour les conditions d’utilisation du satellite expérimental franco-a (...)

33De manière générale, un pays comme la France possédant lanceur et satellite, dispose en théorie d’un moyen de contrôle efficace de l’utilisation qui peut être faite de la technologie spatiale. Lorsque les Américains avaient le monopole de fait de la mise en orbite de tous les satellites occidentaux, ils ne se privaient pas de dicter des clauses restrictives quant à l’utilisation future du satellite24. Un tel moyen de pression peut être au service de n’importe quelle politique et permettrait, par exemple, d’exclure d’un projet tel ou tel intérêt commercial. C’est d’ailleurs cette démarche qui est suivie pour « protéger l’espace français ». Mais un tel dispositif reste difficilement applicable envers des pays tiers qui pourraient considérer qu’il s’agit là d’une violation du principe de libre transfert de technologie, surtout si les pays impliqués du continent africain adoptent une politique de diffusion opposée à celle choisie par les autorités françaises.

34Cette analyse en quatre points montre la complexité des paramètres qui peuvent intervenir pour expliquer le comportement plus ou moins actif des groupes multimédias français en Afrique francophone. Cette complexité tient à l’évolution même du secteur de l’information et de la communication qui devient un secteur économique à forte croissance et de haute technologie. L’étude du comportement des groupes multi-médias sur les marchés extérieurs devrait faire partie intégrante des recherches à entreprendre dans le domaine de la communication au sens où le recommande le dernier rapport d’A. Mattelart et Y. Stourdzé ; une telle étude serait la première garantie à apporter de la part d’un pays qui se veut un ferme partisan du nouvel ordre mondial de l’information.

Notes

1 Les actions des sociétés publicitaires et leur rôle dans les industries culturelles sont en général très mal connus. A. Mattelart et J.-M. Piemme expliquent ce manque d’analyse de la façon suivante : « L’appréhension non politique des industries culturelles invite à les voir comme une succession non hiérarchisée de vecteurs, vision qui occulte un fait important : à l’intérieur de cette séquence (télévision, presse, radio, cinéma, etc.), certains vecteurs contiennent des matrices qui déterminent dans une grande mesure l’évolution des autres et donc certains vecteurs, c’est-à-dire certaines industries culturelles sont hégémoniques, imposant aux autres leur légalité propre Tous ces vecteurs font partie d’un système qui a ses locomotives. Des locomotives qui peuvent même ne pas figurer au palmarès des industries culturelles en question. Ainsi en va-t-il de la publicité (qui attend d’être relayée par la locomotive informatique), dont l’absence dans la nomenclature des industries culturelles montre pour le moins qu’on se trouve dans le domaine de l’occultation ». (A. Mattelart et J.-M. Piemme. « Les industries culturelles, genèse d’une idée », in Les industries culturelles, UNESCO, Paris, 1982, pp. 52, 53.)

2 Patrice Flichy a clairement résumé l’enjeu : « Pour mettre en place cette nouvelle politique, il ne convient pas de s’en remettre à quelques grands groupes de médias, mais, au contraire, de favoriser par une véritable politique d’expérimentation, l’appropriation de ces nouveaux outils techniques par les usagers, l’apparition de configurations originales de systèmes, la création de programmes réellement nouveaux » (Le Monde Diplomatique, mai 1982).

3 Le Conseil des ministres du 3 novembre 1982 a décidé de créer une mission inter-ministérielle en vue de coordonner les actions en faveur du développement des industries culturelles françaises : cette mission est chargée d’établir dans les deux mois un avant-projet de plan national pour l’expansion des industries de programmes.

4 Cette tendance à prendre le relais des sociétés américaines se confirme par les récents accords intervenus entre Hachette et la Twentieth Century Fox en matière de production et de distribution de films, et par la prise de participation d’Europe 1 dans une société spécialisée dans la distribution de vidéocassettes des œuvres de Walt Disney.

5 La notion même de groupe multi-médias paraît devoir s’imposer comme une nécessité inhérente au stade de développement du secteur de l’information et de la communication. Le rapport « Technologie, culture et communication » note qu’« en France, le secteur industriel presse est archaïque comme d’autres secteurs capitalistes de la société française (pas de chaînes de journaux, peu ou pas de groupes multi-médias) » (A. Mattelart et Y. Stourdzé, Technologie, culture et communication, La Docunentation française (Paris. 1982).

6 Intervention de François Mitterrand, prononcée le 20 octobre 1981 devant les responsables des Alliances françaises du Mexique, citée dans TEL, 7 octobre 1982.

7 Jacques Thibau, « L’action culturelle extérieure », Le Monde, 5 octobre 1982.

8 Propos recueillis par Le Monde, 3 novembre 1982.

9 Philippe Thureau-Dangin, « L’impérialisme culturel : la voix de son maître » In TEL, op. cit. Pourtant, à l’occasion de la discussion parlementaire sur la loi de la communication audio-visuelle, J. Thibau a tenu des propos qui prêtent à une telle interprétation ; il parlait d’une globalisation de l’action extérieure dans le domaine de l’audio-visuel, le terme de globalisation signifiant que l’action culturelle et le commerce sont intimement liés. Voir Document de l’Assemblée nationale, seconde session ordinaire, 1981-1982, No 826, Rapport Schreiner, tome I, page 114.

10 Le parallèle entre multi-médias et multinational est considéré comme une donnée économique fondamentale. Serge Siritzky, président de la Fédération nationale des cinémas français, déclarait récemment : « L’audio-visuel des années à venir sera forcément multinational. Si les Etats, notamment européens, refusent de reconnaître cette évidence ou cherchent à en retarder l’avènement, leur industrie audio-visuelle ne sera même plus nationale mais uniquement américaine » (Les multinationales de l’audio-visuel, Colloque international, « Les multinationales en mutation », IRM, CREPA, Paris, 15 et 16 novembre 1982). Sur l’internationalisation de la production, voir, par exemple, les commentaires de Henri False dans « L’argent du cinéma », Problèmes audio-visuels, No 10, INA, La Documentation française, Paris, novembre-décembre 1982 ; et Patrick Flichy, « Les nouvelles techniques de communication sonnent-elles le glas des télévisions nationales ? », in Bulletin de l’IDATE, septembre 1982, No 8, Montpellier.

11 Le rapport Technologie, culture et communication, op. cit., aborde précisément cette question.

12 Pour le seul mois d’octobre 1982, on apprenait qu’Europe 1 prenait le contrôle des affichages Giraudy, la deuxième société d’affichage du pays après Avenir Publicité de Havas ; que la même Havas allait mettre un pied dans la régie publicitaire de la troisième chaîne ; qu’enfin Hachette négociait avec la Twentieth Century Fox (voir note 4).

13 Pour Havas, le passage du groupe publicitaire à un groupe multimédia fait partie d’une politique de développement parfaitement définie et analysée. Ainsi Léo Scheer, directeur du développement de l’Agence Havas, déclarait lors d’un colloque : « Je pense que la publicité, tout en disparaissant, dans sa dimension commerciale et dans la philosophie qu’elle représente, du produit de communication, va probablement se diluer dans les activités de production de soft ». « Qui paie la communication ? », Actes du Colloque international, Institute of Communications, section française (Association Téléqual mardi 22 juin 1982. p. 93).

14 Brochure Agence Havas, op. cit., Allocution du président de l’agence devant l’assemblée générale des actionnaires.

15 Brochure Flachette, octobre 1982.

16 Sur les actions et les influences en Afrique durant les dernières années, les deux groupes français sont particulièrement mal analysés dans les études de dimension internationale. Janus Noreene et Roncagliolo Raphaël, dans une recherche considérée comme l’une des plus importantes en matière de publicité, survolent le rôle joué par Havas : « In the African continent, the monopoly of the international network of the Havas agency is particularly active in some countries » (In « Advertising Mass Media and Dependency », Development Dialogue, 1979/1). Dans un ouvrage récent, Sociétés transnationales et développement endogène (Presses de l’UNESCO, Paris 1982), un chapitre entier est consacré à l’influence des sociétés transnationales sur les valeurs culturelles, la communication et la consommation dans les pays en voie de développement. Mais on remarque que ce sont surtout les sociétés anglo-saxonnes qui sont analysées principalement. Or Hachette prétend être le deuxième groupe européen et le cinquième groupe mondial dans le secteur de la communication, de la culture et de l’impression, et Havas le premier groupe européen de publicité. Il semble que la compilation d’une importante littérature anglo-saxone dans les rapports internationaux entretienne une image déformée des influences respectives des groupes anglophones et francophones dans le monde.

17 La SOFIRAD doit réaliser la deuxième chaîne marocaine de télévision qui pourrait être gérée par la même société que celle qui gère déjà Radio Méditerranée Internationale. Il faut rappeler que la SOFIRAD est une société de droit privé dont l’actionnaire unique est l’Etat français et qui gère toutes les participations de l’Etat dans le secteur de la radio-diffusion (Sud-Radio, Europe 1, Radio Caraïbes internationale, etc.).

18 Brochure Agence Havas, op. cit., p. 31.

19 La régie extra-locale consiste à assurer la régie publicitaire pour le compte d’annonceurs multinationaux qui confient l’ensemble de leur budget publicitaire à une seule agence nécessairement de dimension internationale.

20 Brochure Agence Havas, exercice 1981, p. 32.

21 Dans une récente étude, Edward W. Ploman de l’International Institute of Communications a clairement résumé l’enjeu du satellite : « The satellite-based telecommunications facilities are likely to come within an affordable range for progressively smaller user communities (or rather user communities having fewer resources) while the increasing size, complexity and overall cost of a satellite System will dictate that the planning and implementation of such Systems will remain the province of larger user communities, international and national agencies. In other words, the technical advances leading to lower telecommunications transmission costs and potentially extending a wide variety of services to a larger unser community, will not, per se, give the new users any direct influence on the design of the System, nor will they guarantee the availability of the facilities » (Edward W. Ploman, The Uses of Satellite Communication for Information Transfer, PGI-82/WS/5, UNESCO, Paris, février 1982, p. 26).

22 Le Ministère de l’industrie parle d’une part de marché de 15 % pour l’industrie française sur le marché international des satellites de diffusion directe à l’horizon 1990, soit deux à deux milliards et demi de francs d’exportation.

23 Propos tenus par François Mitterrand. Cf. « Technologie, emploi et croissance », Rapport au Sommet de Versailles, 5 juin 1982.

24 Ce fut le cas, en particulier, pour les conditions d’utilisation du satellite expérimental franco-allemand Symphonie.

Table des illustrations

Titre LES GROUPES HAVAS ET HACHETTEParticipations financières, activités principales et implantations africaines
Légende Sources : Rapports d’activité Havas, Hachette ; Echo de la Presse et de la Publicité, septembre 1982 - 4 octobre 1982.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 486k

Auteur

Journaliste

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.