Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles chaînes

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Faouez Mellah
, 
Dominique Perrot
, 
et al.

Enjeux

Vingt-deux repères pour un débat politique sur la communication

Armand Mattelart et Jean-Marie Piemme

Texte intégral

1Ce texte est la version intégrale d’une contribution au colloque « Nikos Poulantzas », organisé à l’Université de Paris VIII-Vincennes à Saint-Denis en novembre 1981.

1. La nature de l’information a changé

2Dans la dernière décennie, et, plus particulièrement à partir de ladite crise de l’énergie, l’information a cessé d’être circonscrite au domaine journalistique. Dans un futur très rapproché, l’information est appelée à trouver sa pertinence dans des sphères de plus en plus nombreuses de la société. Elle est devenue une ressource de base (certains diront une nouvelle matière première, une nouvelle source d’énergie) pour la gestion de la société. Elle comprend les règles, les interdits, les savoirs, les savoir-faire qui conditionnent et irriguent toutes les activités humaines. Plus concrètement, l’information recouvre maintenant des choses aussi diverses que les contenus de banques de données (scientifiques, techniques, financières, sociales, militaires, civiles, etc..) ; l’information dite culturelle, compris la fiction, (films, séries de télévision, dépêches, magazines, publicité, enquêtes, séries éducatives, matériel de vulgarisation, etc.), produite par ce que l’on appelle maintenant les industries culturelles ; toutes les connaissances théoriques et pratiques liées à la maîtrise de la technologie (le know how), les brevets, le management, l’ingénierie, la planification, la formation, etc.).

2. L’industrie de l’information est devenue un secteur économique de pointe

3Dans les pays capitalistes avancés, l’information comprise au sens défini plus haut est devenue un moteur économique puissant. Elle participe de plus en plus à la production de la richesse d’un pays. Aux Etats-Unis, par exemple, l’industrie de l’information depuis quelques années participe pour plus de la moitié au produit national brut et un nombre de plus en plus élevé de gens travaillent dans ce secteur. L’industrie de l’information se trouve au croisement de technologies nouvelles de production, de stockage et de distribution : ordinateur, satellite, câble, fibres optiques, télévision, téléphone, vidéo-disque, magnétoscope. L’arrivée de ces technologies et la globalisation des systèmes d’information ne peuvent se comprendre sans la nécessité de donner un autre souffle à un modèle de développement, à un modèle de croissance sur le bien-fondé duquel on ne s’interroge pas plus que dans les décennies précédentes.

3. Un média déplace l’autre

4Dans tout système de communication, un medium est hégémonique par rapport aux autres. Il trace pour eux le cadre dans lequel ils s’inscrivent. La position dominante d’un medium nouveau force nécessairement les autres à redéfinir le champ de leur autonomie et de leur dépendance. C’est selon ce point de vue qu’il conviendrait de refaire l’histoire des premières technologies de communication à l’ère industrielle : les chemins de fer, le télégraphe, le téléphone, etc. Aujourd’hui, il importe de reconnaître la nature du medium dominant et de repérer les espaces où s’exerce son influence. Un medium nouveau ne s’ajoute pas simplement aux anciens, il refait avec eux une configuration nouvelle qualitativement différente de la somme des effets de chacun des médias. Ainsi, l’arrivée de l’ordinateur ne s’ajoute pas purement et simplement à la télévision, leur jonction définit une étape nouvelle de la rationalité technologique.

4. L’industrie de l’information transversalise des secteurs jadis indépendants de l’industrie

5A la fin des années soixante, la transformation de l’industrie cinématographique et télévisuelle américaine annonçait un mouvement de restructuration des industries culturelles qui depuis lors ne fait que s’accentuer. De puissants conglomérats réunissent en leur sein des activités industrielles jadis dispersées : les fabricants de supports s’intéressent de plus en plus à la production de programmes et découvrent qu’autour de ceux-ci on peut regrouper d’autres types de production industrielle. Depuis la Warner, reprise par une entreprise de plomberie et de pompes funèbres et aujourd’hui une entreprise multimédia florissante où coexistent le film, la série, le livre, les jeux électroniques, les jouets, etc., jusqu’à l’intérêt manifesté par exxon pour la bureautique et les systèmes, l’information et les accointances de ibm avec le satellite, sans oublier les avances du géant des télécommunications American Telephone and Telegraph vers la télévision par câble, c’est un vaste processus de concentration et de diversification auquel on assiste aujourd’hui. Dans la recherche de nouvelles formes d’accumulation du capital, ce modèle semble faire tache d’huile jusqu’en Europe où, à une échelle moindre, on assiste aux mêmes tentatives de concentration et de diversification. L’alliance d’un spécialiste du satellite et de l’armement (matra) avec la cinquième multinationale de l’édition (hachette) a constitué en 1980 un des exemples les plus probants.

5. L’industrie de l’information modifie la conception traditionnelle de la culture

6L’élaboration d’une politique culturelle aujourd’hui est directement confrontée aux effets multiples des produits et du fonctionnement de l’industrie de l’information. Dans le domaine du divertissement, de l’éducation, de la formation permanente, de la création et de l’action culturelle, l’industrie de l’information propose des modèles et un mode de production et de consommation qui forcent les modèles anciens à se redéfinir ou à péricliter. Ainsi l’introduction de l’ordinateur à l’école, si elle n’est pas ramenée à la mise en service d’un gadget comme le fut en son temps la télévision, oblige à une révision complète des modèles pédagogiques, y compris pour les cours qui ne l’utiliseront pas. De même, l’existence des arts vivants aujourd’hui ne saurait plus remplir les mêmes fonctions que celles qu’ils avaient avant la diffusion massive de la télévision.

6. Une industrie de l’information pour gérer politiquement la crise

7Personne ne pourrait nier qu’il existe une industrie de l’information. Mais les Américains parlent aussi d’une « société de l’information ». Dans le glissement d’une notion à l’autre s’infiltre une nouvelle mythologie qui remet au goût du jour les étiquettes anciennes de société de masse, société des loisirs, société de consommation, dont on sait qu’elles avaient pour principal effet de masquer le réel plutôt que de l’expliquer. Les « concepts » incriminés ont en effet le défaut grave de ne pas permettre de repérer comment se constitue dans la rupture et dans la continuité une nouvelle phase du capitalisme avancé. L’idée d’une « société de l’information » (on dit parfois « société de communication ») ne permet pas de saisir la fonction politique qu’est appelé à jouer le développement des nouvelles technologies de communication dans la restructuration des appareils politiques et culturels du système capitaliste mondial, c’est-à-dire l’installation d’un nouveau bloc au pouvoir. Elle ne permet pas notamment de comprendre le rôle que jouent les nouvelles technologies dans la production d’un consensus et l’apparition de nouveaux mécanismes de contrôle social. On ne saurait donc réduire l’impact de ce formidable développement de l’industrie de l’information à un rapport entre des industriels, des marchandises et des consommateurs. Plus profondément, il affecte le rapport de l’Etat au citoyen : l’introduction de la loi de la valeur dans les domaines les plus divers achève le processus atomisant de mercantilisation de la société civile.

7. L’internationalisation menace les identités culturelles

8De plus en plus de pays s’interrogent sur le devenir de leur spécificité face au processus d’internationalisation. En font foi des réalités aussi diverses que les revendications des pays du Tiers Monde pour un nouvel ordre mondial de l’information, les dernières protestations françaises contre l’hégémonie du cinéma américain sur les écrans de l’hexagone, l’inquiétude qui naît devant la constatation que 90 % des banques de données sont américaines et qu’elles ne stockent de l’information que dans la perspective d’une rentabilité économique et politique. Face à l’internationalisation, plusieurs gouvernements et certains groupes avancent une revendication d’identité culturelle. Or, l’identité culturelle peut, si l’on n’y prend garde, passer du concept au fourre-tout. A utiliser légèrement la notion, on court toujours le risque d’en faire une auberge espagnole où coexistent les revendications nationalistes d’une certaine droite et les résistances légitimes au processus de colonisation. Le processus d’internationalisation s’opère selon les rapports de force existant à l’intérieur des différents secteurs de l’industrie de l’information. De ce point de vue, il y a au fond deux types différents d’internationalisation. D’une part, existe un processus d’exportation d’un produit à partir d’un pays et d’une industrie hégémonique (c’est le cas de la domination mondiale du cinéma américain) ; d’autre part, il faut tenir compte d’une internationalisation par intériorisation des normes et des modèles de production et de distribution aboutissant à une marchandise nationalement produite mais correspondant en tous points à la logique transnationale. D’avoir fait cette distinction entre deux types d’internationalisation permet d’éviter les pièges d’une utilisation étroite et chauviniste du concept d’américanisation et empêche les revendications d’autonomie de sombrer dans un anti-américanisme primaire.

8. Au nouveau système d’information correspondent de nouveaux rapports entre les nations

9La possibilité de production et de distribution de l’information-marchandise est devenue un élément en plus de ségrégation entre les peuples. Il y a désormais les pays riches et les pays pauvres en données (data rich et data poor). Dans la mesure où certains Etats en disposent et d’autres pas, l’information devient une arme fondamentale dans la stratégie militaro-économique de défense et d’attaque. L’information devient aussi un élément central des politiques de sécurité. Dans la nouvelle division internationale du travail, l’industrie de la matière grise favorise la mise en place de soft systèmes de domination internationale. L’inquiétude des pays du Tiers Monde face aux flux transfrontières de données en est la plus récente illustration. Mais l’enjeu est beaucoup plus global. Il concerne l’ensemble de l’appareil productif. Et déjà dans ces pays, certains s’inquiètent des possibles conséquences de rapatriement de certaines industries installées là pour des raisons de facilité économique (meilleures conditions politiques d’exploitation de la main-d’œuvre par exemple) et revenant dans le pays d’origine, à la faveur du processus d’automatisation de certaines branches de l’industrie.

9. Les nouveaux systèmes d’information recomposent la distribution du monde du travail

10Les nouveaux systèmes d’information sont appelés à transformer en profondeur les processus de production et donc la composition du monde du travail. Ils interrogent l’usine comme centre visible de la production et comme lieu privilégié de la formation de la conscience ouvrière — ce qu’elle a été depuis la constitution des grandes unités de production au xixe siècle. Ils favorisent l’accession de larges couches de techniciens à la construction de nouveaux lieux de pouvoir et recomposent la distribution sociologique de l’ancienne classe ouvrière. Par voie de conséquence, ils interrogent aussi les formes contemporaines de résistance au processus de développement capitaliste et forcent le mouvement ouvrier à un effort d’imagination sociale.

10. Les industries culturelles sont aussi des vecteurs de privatisation

11Les industries culturelles constituent une partie de l’industrie de l’information. Contrairement aux définitions qui enferment les industries culturelles dans la seule sphère économique, contrairement aux définitions tautologiques qui voient les industries culturelles comme des industries produisant des biens culturels par les techniques de l’industrie, on définira les industries culturelles comme des canaux par quoi s’opère la marchandisation d’appareils restés en marge de la loi de la valeur (la culture, la religion, l’éducation, etc.) et le processus de privatisation de secteurs d’Etat relevant jusqu’ici d’une définition de la fonction publique. On ne saurait donc réduire la relation de l’Etat aux industries culturelles à un face à face entre deux adversaires séparés. Dans la phase actuelle de transnationalisation opérée par les industries culturelles, l’Etat capitaliste est largement partie prenante au processus de dépossession de ses fonctions. Seules les contradictions sociales qui traversent l’appareil et les résistances localisées au sein de la société civile constituent à la fois un frein au mouvement de privatisation et permettent de poser la question de la base sociale des alternatives.

11. Les nouveaux systèmes mettent à l’ordre du jour la question de la créativité sociale

12Les nouveaux systèmes de communication sont contemporains d’une profonde crise de l’ensemble du modèle de développement de nos sociétés et des modèles alternatifs élaborés dans le courant de la fin du xixe et au début du xxe siècle. Seule la stérilité des modèles capitalistes et des contre-modèles de changement structurel a permis de penser que les nouvelles technologies porteraient, de leur technicité même, une solution à ces crises. Or, la révolution sociale par la technologie ne semble pas être pour demain. Le sentiment se généralise de plus en plus qu’il y a un profond divorce entre la sophistication technologique et les modèles (formes et contenus) qui devraient y correspondre. Dans cette perspective, l’absence d’une réflexion sur les modèles pédagogiques et sur les finalités qui devraient accompagner le développement technologique, se fait particulièrement sentir. Pareillement la marge d’une réelle création qui soit une rupture par rapport au mode dominant de l’imaginaire et de la reconstitution du réel, risque d’être soumise à un incessant processus de remake où l’ancien est perpétuellement ravalé aux couleurs du jour.

12. L’accumulation des dépendances culturelles

13En guise d’exemple nous aimerions citer le cas de la Belgique qui nous paraît représentatif. Celle-ci est particulièrement dépendante des productions culturelles étrangères, américaines et françaises pour la partie francophone du pays. Cinéma, télévision dans certains secteurs, la fiction notamment, disques, livres, sont pour l’essentiel des terrains occupés par des firmes étrangères, jusqu’il y a peu, l’Etat n’a pratiquement pas pris en compte ces secteurs comme secteurs de production, se contentant de dispenser une aide ponctuelle dans un plan concerté de développement. La faiblesse des budgets prévus ne permet guère de mettre en valeur les offres de création culturelle qui viennent de certains secteurs de la Communauté ou d’en stimuler l’initiative là où elle manque. L’accumulation historique des phénomènes de dépendance conjugués à la stagnation des appareils de production propres empêchent la Communauté de se constituer un pôle culturel de croissance autonome. Elle force les créateurs soit à l’exil, soit au silence ou à la mort lente par épuisement.

13. La transnationalisation rend paradoxal le monopole public

14Avec le développement de la télévision par câble, depuis 1970, le centre principal de production culturelle de masse — la RTFB — se trouve soumis à une forte concurrence émanant des télévisions étrangères. De par cette situation, la Belgique préfigure ce qui pourrait arriver à d’autres pays européens et du Tiers Monde une fois que les satellites auront permis le débordement des frontières de l’Etat-nation et que les nouvelles technologies comme le vidéodisque multiplieront les offres de programmes. Il y a donc un paradoxe évident à maintenir un protectionnisme dans la production de l’image télévisuelle au moment même où l’offre est en train de se généraliser. Ce paradoxe a pour conséquence de rendre le monopole inadéquat comme instrument de réalisation et de garantie du service public. Non seulement le monopole est devenu incapable d’assurer le maintien d’une réelle identité culturelle en privilégiant une idée de l’intérêt public, mais on peut même penser qu’il empêche aujourd’hui l’émergence de formes de résistance à la poussée commerciale transnationale.

14. Le pragmatisme n’est pas une politique

15Mis à part certains milieux restreints qui en ont fait leur principale préoccupation, les problématiques amenées par l’industrie de l’information et ses nouveaux développements, sont loin d’avoir fait l’objet d’un débat public et loin d’imposer leur urgence aux divers secteurs socio-politiques de prise de décision en Belgique. Trop de projets d’implantation de nouvelles technologies de communication se font dans un pragmatisme où sont mal évaluées les conséquences culturelles et sociales de ceux-ci. Le cas du câble qui s’est développé dans l’absence totale de réflexion théorique et a placé les autorités devant une situation de fait accompli, risque grandement de se répéter avec l’avalanche des nouvelles technologies. Même les expériences nouvelles porteuses d’alternatives, originales par rapport à celles qui se déroulent sur le continent européen, ne donnent pas lieu à un véritable processus d’accumulation théorique faute d’être suffisamment analysés selon des concepts adéquats. Or, sans un détour par une réflexion théorique, il n’y a guère de possibilité de dégager les tendances à long terme dont les expériences sont porteuses. Sans ce « détour » théorique, nécessairement ingrat, il n’est pas davantage possible de faire le tri entre les effets épidermiques et ceux qui portent en eux les germes d’un autre modèle de communication. A traiter la communication comme un ensemble de problèmes qui n’exigent que des solutions pratiques immédiates, bref en s’en tenant à un discours pratico-empirique, on contribue à reproduire l’idéologie spontanée des groupes de terrain qui pensent leur action sans tenir compte de la structure générale du champ où elle opère. Ainsi se perpétue la division hautement nocive entre ceux qui pensent que seules les nouvelles formes de communication appuyées sur les nouvelles technologies constituent réellement l’alternative et ceux qui continuent à l’attendre comme effet des seules contradictions des grands appareils.

15. Les alternatives de communication sont liées à la production de nouvelles formes sociales

16La discussion et la recherche sur les alternatives en matière de communication ne sauraient se circonscrire aux discours des communicateurs qu’ils soient praticiens ou experts en massmédiologie. Le phénomène de la communication touche au plus profond de l’organisation sociale et celle-ci doit être appréhendée en termes de rapports de force et non de communicabilité ou d’incommunicabilité. Les modèles communicationnels n’expliquent pas la société mais c’est la structure sociale qui explique les modèles communicationnels. Ainsi, la difficulté de trouver une communication alternative est corrélative à la difficulté qu’éprouvent les grandes forces historiques en lutte contre le capitalisme à produire de nouvelles formes de relations au sein de leurs organisations et plus largement au sein de la société globale.

16. Le progrès technologique n’est pas nécessairement le progrès social

17Dans la mesure où on ne saurait purement et simplement assimiler progrès technologique et progrès social (seule une logique capitaliste pense que l’un est automatiquement assimilable à l’autre), les alternatives en matière de communication doivent prendre en compte les tentatives faites par différents groupes dans les pays avancés et dans les pays du Tiers Monde pour constituer un modèle de développement non lié à l’idéologie productiviste, qu’elle vienne de l’Est ou de l’Ouest. Il s’agit non pas de dénier l’existence de la technologie ou de vivre avec la nostalgie d’une pureté ante-technologique perdue mais de positionner autrement la technologie dans des autres rapports sociaux. Cela signifie que toute recherche d’une alternative qui s’enferme dans le patriotisme technologique — les Américains ont des industries culturelles, pourquoi pas nous ! — ne font que reproduire, souvent en parents pauvres, les lignes de force du modèle productiviste. Il ne faut pas confondre développement de la concurrence capitaliste et production d’une alternative.

17. Les nouvelles technologies accentuent la division sociale du travail

18L’utilisation intensive des nouvelles technologies d’information dans les bureaux, les usines, les lieux de divertissement et ceux de la vie quotidienne, confirme l’importance d’un nouvel acteur social : le corps des techniciens, des cadres, des ingénieurs, des gestionnaires culturels, des experts, etc. Son émergence ramène à la surface l’épineuse question qui a pesé sur toute l’histoire du mouvement ouvrier plus particulièrement à partir de 1917 : la division sociale du travail. Une utilisation des technologies nouvelles dans l’optique de l’idéologie productiviste risque d’accroître plus encore cette division sociale du travail. Comme tout groupe qui monte, le groupe des utilisateurs des nouvelles technologies risque de faire passer l’ensemble de ses intérêts particuliers comme vérité de tout le corps social. On ne saurait penser les alternatives en dehors d’une analyse de la place des intérêts d’un groupe particulier dans sa relation aux intérêts et aux besoins des autres groupes et classes de la société.

18. Les nouvelles technologies attaquent les anciens cloisonnements

19Une des principales difficultés pour penser les alternatives aujourd’hui est que l’effort de transformation se heurte souvent aux chasses gardées des compétences administratives. On peut souvent trouver des exemples frappants au sein même des ministères qui constituent un gouvernement : l’éducation nationale admet mal que les collègues de la culture puissent intervenir dans son fief et un ministère des affaires économiques ou des télécommunications n’accepte pas que les culturels et les communicologues se mêlent de son secteur. Or, un des effets indéniables du développement des nouvelles technologies est de remanier ces compartimentations si bien qu’aujourd’hui aucune politique globale de la communication n’est pensable si elle ne procède pas d’un décloisonnement des divers départements de l’Etat. Comment concevoir une politique du cinéma en Belgique dès l’instant où le cinéma est « partagé » entre la Culture et les Affaires Economiques ? Mais pour que cet indispensable décloisonnement de l’appareil d’Etat ne se limite pas à une restructuration en vue de l’accueil rentable des nouvelles technologies, il doit s’accompagner d’un décloisonnement au niveau des secteurs qui luttent pour une alternative. Un Etat capitaliste aura d’autant plus de chances de proposer une alternative dans la logique du redéploiement transnational que les syndicats (par exemple) n’auront pas fait tomber les barrières entre certains secteurs professionnels d’une part, et entre les luttes dans la fabrique et celles qui se développent dans la vie quotidienne, d’autre part.

19. La décentralisation est un lieu d’affrontement

20Alors que le processus de transnationalisation s’opère à la faveur d’une concentration économique de plus en plus accentuée, la légitimation de toutes les formes de pouvoir à partir du centre est de plus en plus mise en question. La décentralisation est devenue une nécessité majeure des appareils de pouvoirs centraux pour compenser cette légitimité perdue. Parallèlement, on enregistre une série de pressions venant de vastes secteurs pour que se réalise un mouvement de décentralisation qui permette de potentialiser le fonctionnement démocratique des groupes et de la société. Contrairement à des hypothèses anciennes qui voyaient dans la prise de l’appareil d’Etat le premier jalon indispensable à l’instauration d’une démocratie non formelle, l’idée s’impose aujourd’hui de la construction d’une hégémonie populaire qui est à la fois un instrument nécessaire à un changement de nature de l’Etat et une garantie contre les retours de flammes possibles de cet appareil d’Etat. Il importe donc de bien distinguer le mouvement de décentralisation là où il se profile pour consolider un centre défaillant et une idée de décentralisation comme élément constitutif d’une hégémonie populaire. C’est à ce titre que les revendications pour le retour au « local », la renaissance de la « culture populaire », la célébration de la « proximité » ne peuvent automatiquement passer pour des combats progressistes. Les contenus et les formes de ces revendications sont des lieux d’affrontements à la fois pratiques et théoriques. L’élaboration d’une politique des nouvelles technologies ne saurait être dissociée de l’apprentissage aux rapports démocratiques dans la vie quotidienne. Elle ne peut pas être dissociée du vaste débat qui s’engage à peine aujourd’hui sur le fonctionnement politique de la société civile.

20. Le pluralisme ne garantit pas la pluralité

21La pluralité des groupes constitutifs de la société civile et la diversité de leurs intérêts bat en brèche une conception étroitement juridico-politique et plus souvent formelle du pluralisme comme fondement doctrinaire du service public. Cet affrontement entre la pluralité et le pluralisme est au principe de la naissance de nombreuses expériences qui ont cherché à se développer à la périphérie de l’appareil audio-visuel (télévisions communautaires, radios libres, télématique sociale, etc.). Il importe aujourd’hui de réaménager la notion de service public de manière à mieux y inclure cette pluralité. Sans ce réexamen du service public, c’est la dynamique commerciale privée qui apparaîtra comme le support le plus adéquat à cette demande d’expression. Ainsi aujourd’hui, certains créateurs ne sont pas mal fondés à penser que le « privé » leur offre plus de possibilités réelles de travail que le « public ». Cette nouvelle définition du service public implique une autre distribution des rapports entre appareils centraux et expériences périphériques. Celles-ci ne doivent pas simplement contribuer à « rajeunir » les formules de l’ancien système audiovisuel qui incluerait dans ses pratiques les « bonnes trouvailles » de la périphérie, mais modifier en profondeur la nature du système de communication pour abolir le rapport centre-périphérie au profit d’une multiplication équilibrée des supports à la créativité sociale.

21. L’alternative implique une autre consommation

22Les alternatives en matière de communication n’impliquent pas seulement une autre politique de production mais encore un autre type de rapports au produit. Une politique de communication doit englober le champ de la consommation en réduisant autant que faire se peut le face à face du consommateur individuel et des stratégies industrielles. Il est assez significatif que les organisations de consommateurs, les associations de parents et les groupements d’éducateurs s’inquiètent de la façon dont les moyens audio-visuels façonnent la collectivité sociale et voient dans la critique des contenus et des formes de l’audio-visuel un pas essentiel dans la recherche de voies alternatives. Un changement de statut du consommateur qui en ferait le point de départ d’une demande du différent et non un élément de reproduction du même, suppose que le mode d’évaluation de la demande et du « goût » ne soit pas laissé à la rationalité des sondages d’audience ou aux techniques de « révélation des besoins » chères au marketing. Il est assez paradoxal que ces types de mesure unifient les pratiques des services publics de radio-télévision et des systèmes commerciaux. Face aux industries culturelles privées, particulièrement face à celles qui sont transnationales, il faut développer des mécanismes collectifs d’accès aux produits qui là aussi sont capables de favoriser une autre consommation des produits existants (le prêt au lieu de l’achat n’est qu’un exemple parmi d’autres) mais encore qu’elles soient susceptibles de provoquer la production de produits différents. C’est dans une telle perspective qu’il est souhaitable de définir ou de préciser la fonction d’institutions comme les médiathèques, les vidéothèques, les centres de documentation, les banques de données, etc. En outre, il serait souhaitable que les pouvoirs publics puissent soutenir les canaux de diffusion et de distribution qui mettent sur le marché des produits alternatifs demandant de par leur nature même un autre mode de consommation.

22. La transnationalisation appelle une politique de créneaux

23Le phénomène de transnationalisation étant d’une part impossible à concurrencer par des industries situées dans des pays à marché intérieur restreint, les modèles véhiculés par ces industries transnationales étant politiquement peu désirables, il semble qu’une alternative doive se construire à partir d’une spécificité. Celle-ci doit toutefois être bien définie. La spécificité dont il s’agit ne consiste pas à occuper un créneau économiquement libre dans lequel on pourrait être concurrentiel. Il s’agit plutôt de trouver cette spécificité dans la production de créneaux que le modèle transnational ne peut pas concurrencer, soit pour des raisons de rentabilité économique, soit parce qu’ils heurtent de plein fouet sa rationalité et ses soubassements idéologiques. L’importance d’un produit spécifique, au sens où l’on vient d’en parler, s’impose lorsqu’on prend en considération la place que risquent d’occuper certains pays démunis dans la nouvelle division internationale du travail, d’abord au niveau continental, ensuite au niveau mondial : plus forte sera la spécificité, moins grand sera probablement le risque de sous-traitance imposé par les pays plus favorisés. Pour les pays qui aujourd’hui ne disposent pas de fortes possibilités au niveau de la fabrication de hardware, il semble, à voir la teneur des débats internationaux, plus particulièrement dans le domaine de l’informatique, qu’une des solutions les plus envisageables soit de travailler à la production du software. Cette orientation offre l’avantage de potentialiser un réservoir souvent inemployé de matière grise. Toutefois on évitera de voir dans cette stratégie un remède miracle car dans le soft comme dans le hard se reproduisent nécessairement les rapports de forces au niveau continental comme au niveau mondial.

Auteurs

Université de Paris VIII - Saint-Denis.

Atelier des Arts, Bruxelles.

Acheter