Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles chaînes

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Faouez Mellah
, 
Dominique Perrot
, 
et al.

Les véhicules de l’image — données techniques sur les satellites de télécommunication

Jean-Philippe Rapp

Texte intégral

1L’atout et l’enjeu que représente le satellite dans le domaine de la détection ou de la gestion des ressources terrestres, de la météorologie, de la navigation maritime n’est déjà plus à démontrer. On connaît l’importance que les militaires et les services spéciaux lui accordent (espionnage, observation et peut-être un jour intervention directe dans un conflit). En dépit des conséquences liées à ces divers usages nous ne nous y arrêterons guère ; ces thèmes en effet mériteraient à eux seuls d’autres articles et un autre Cahier tout comme l’étude du développement des informations numérisées grâce à l’apport des larges bandes de transmission.

2Dans les lignes qui vont suivre, nous nous contenterons de rappeler quelques principes de base, nécessaires à la compréhension du rôle que joue le satellite dans le domaine de la communication (échange de liaisons téléphoniques, d’émissions radiophoniques ou télévisées) et nous montrerons de quelle manière on est parvenu à la situation actuelle. Là encore, nous n’ambitionnions pas de réaliser une étude exhaustive, mais de fixer quelques points de repère. D’autres auteurs diront, ensuite, l’enjeu culturel que représente pour certains pays la possibilité de capter sans relais des programmes étrangers et l’atteinte aux monopoles nationaux qu’elle entraîne. On lira aussi ce que représente, au niveau politique, la maîtrise de la technologie par les seuls pays industrialisés.

I. Satellites de télécommunications

3Depuis le télégraphe, premier service de télécommunication offert au public, l’homme s’est efforcé de trouver d’autres moyens de transmettre des informations. Par câbles terrestres ou sous-marins, par ondes courtes, par faisceaux herziens, le téléphone, la radio, la télévision, le télex, les données informatiques ont circulé de manière toujours plus rapide et plus efficace. Mais l’accroissement de la demande a fini par solliciter excessivement le spectre limité des bandes de fréquences disponibles lors de l’emploi des ondes radio-électriques.

  • 1 R. Clavaud. La communication par satellite. Telesoft No 5, août-septembre 1982.

4Une difficulté supplémentaire aggrave encore les conditions de fonctionnement des faisceaux herziens. Un obstacle naturel ou artificiel, même peu important, suffit à interrompre cette liaison qui s’établit toujours en ligne droite. Ainsi se crée ce que les spécialistes appellent « une zone d’ombre », une région où les ondes ne peuvent se déplacer d’un point à un autre. Afin de résoudre ce problème, des réseaux extrêmement complexes d’émetteurs, de réémetteurs et de relais ont été mis en place. Mais, malgré l’importance des moyens employés, ils ne couvrent pas, dans les pays développés, la totalité des territoires habités. En Europe, ces « zones d’ombre » ne représentent que 5 °/o de l’ensemble de la surface à atteindre. Pourtant rendre ces endroits accessibles à la diffusion des ondes hertziennes s’avère être une opération coûteuse. En France, par exemple, 1 % seulement de la population souffre de ce phénomène. Si l’on voulait satisfaire cette légitime exigence d’accès à l’information audio-visuelle, il faudrait que TDF (Télédiffusion de France), chargée de la mise en place des systèmes de communication, ajoute 2000 relais aux 3800 existants1. En effet, l’approche de ces derniers lieux se révèle fort compliquée.

5Dans les pays du Tiers Monde, l’importance des zones d’ombre est à la mesure de l’inexistence des réseaux. D’autres obstacles accroissent les difficultés : les données géographiques, les difficultés de déplacement, l’absence généralisée d’énergie électrique hors des centres urbains. Si un gouvernement décide d’opter pour ce mode de transmission, il lui faut actuellement consentir un très gros effort financier pour mettre en place le système nécessaire.

6La saturation des uns, la privation des autres ont été les moteurs de la recherche dans le domaine des nouvelles technologies en vue d’apporter des solutions apparemment plus rationnelles et moins onéreuses. A ces motivations s’ajoutent, bien entendu, la reconversion d’industries de l’audio-visuel en crise qui tentent de réactiver la demande, l’accroissement des besoins à l’aube d’une société télématique et la nécessaire conquête de nouveaux marchés. C’est à partir de cette situation que se développèrent le satellite de télécommunication, le câble et la vidéo.

7Si on classe les satellites selon leur mode d’action, on distingue les satellites passifs, les satellites actifs à défilement et les satellites actifs géostationnaires.

8Pour les différencier par leur moyen de diffusion, on les range en trois catégories : les satellites de point à point (ou de contribution) ; les satellites de distribution ; les satellites de radiodiffusion directe.

1. Les satellites passifs

  • 2 J. Pares et V. Toscer. Les Systèmes de Télécommunications par satellites. Collection de l’Ecole Nat (...)

9Au début des années soixante, à l’époque où diverses possibilités de télécommunication spatiale étaient expérimentées, des ballons métalliques, dont la seule fonction était de réfléchir l’énergie, ont été satellisés. Fonctionnant tels des miroirs ou de simples volumes réflecteurs, ils permettaient des mesures géodésiques et des essais de transmission2. Le 19 décembre 1968 le président Eisenhower s’adressait au peuple américain, et son message était transmis, pour la première fois au monde par un engin placé dans l’espace. Il s’agissait du satellite score (Signal Communication Orbit Relay Experiment) lancé par une fusée Atlas. Si l’histoire est belle, il faut toutefois ajouter qu’on avait placé une bande magnétique enregistrée dans ce premier satellite passif de télécommunication. Ce n’était là qu’une façon astucieuse de marquer ce tournant de l’histoire de l’espace. Une semaine plus tard le véritable relais était établi. D’autres satellites furent lances par la suite (courrier et la série des ballons echos). A l’époque on envisageait même d’employer la lune comme réflecteur. Mais naturels ou construits de la main de l’homme, ces satellites ne réfléchissaient qu’un signal faible qui devenait, selon la distance de l’engin, presque inaudible sur terre. Leurs performances étaient limitées et seuls les engins placés sur une orbite basse, d’une vitesse de rotation plus rapide que celle du globe, permettaient une réception acceptable.

10A noter, à ce propos, une particularité technique toujours d’actualité. La vitesse de propagation des ondes radioélectriques est de 300 000 km/sec. Si on envoie un message en direction d’un satellite situé, par exemple à 36 000 km d’altitude, il faudra presque trois dixièmes de secondes avant qu’un correspondant ne l’entende à son tour. Ainsi une liaison qui utiliserait la lune comme réflecteur accuserait un retard d’environ 1,3 seconde, ce qui rend encore plus aléatoire le recours à cette dernière solution.

2. Les satellites actifs à défilement

11Après cette première étape et pour pallier les défauts évoqués plus haut, on s’attacha à améliorer la qualité du signal reçu. Ce furent les satellites actifs à défilement. Munis d’un récepteur, d’un amplificateur et d’un réémetteur, ils augmentaient la puissance du message envoyé de la terre et le restituaient dans de meilleures conditions. Cela supposait qu’une source d’énergie fût placée à bord ; des cellules solaires ou des piles électriques à isotopes radioactifs remplirent ce rôle. Toujours placés en orbite basse ou moyenne (en général moins de 20 000 km d’altitude) ils accomplissaient une première fonction : sorte de facteurs de l’espace, ils pouvaient (et peuvent encore) enregistrer un message à leur bord et sur télécommande le renvoyer, plus tard, à une station réceptrice qui n’aurait pas été visible de la source d’émission via le satellite. Mais rôle plus important, ils établissaient une liaison directe entre deux points simultanément en vue du satellite. Equipés d’un répétiteur, ils recevaient des signaux, les convertissaient généralement sur une autre fréquence, les amplifiaient et les restituaient.

12Le 10 juillet 1962, telstar i était lancé. Premier satellite actif de télécommunication, il faisait le tour de la terre en 157 minutes. Dans de bonnes conditions météorologiques il était opérationnel 40 minutes durant entre l’Europe et les Etats-Unis. Ce jour-là, des images télévisées furent échangées entre Andover (Etats-Unis) et la station de Pleumeur-Bodou en Bretagne. Désormais la distance entre les continents n’était plus un obstacle. Avec la série des Relays cons-truits par rca (Radio Corporation of America) pour la nasa (National Aeronautics and Space Administration) ce système se perfectionnait mais gardait pourtant un défaut majeur. De par leur position orbitale, les satellites gravitent très rapidement autour de la terre et ne peuvent assurer de liaisons que pendant une période limitée dans le temps. En effet, ils ne sont opérationnels qu’à partir du moment où ils deviennent visibles de l’émetteur et du récepteur. Pour assurer des communications ininterrompues il est donc nécessaire de disposer d’un grand nombre de satellites en orbite, ainsi que d’équipements au sol d’une haute technicité pour suivre constamment leur déplacement. Par satellite à défilement on entend donc que l’engin tourne autour de la terre plus rapidement que les révolutions du globe lui-même. Plus il en est proche, plus grande est sa vitesse. Si une station peut pratiquement le suivre d’un point à l’autre de l’horizon, ce n’est là qu’une partie de son parcours. Ainsi, afin d’établir une liaison durable, voire permanente avec cette station au sol, plusieurs « satellites à défilement » sont nécessaires sur une même orbite. De plus ils doivent y être répartis de telle manière qu’il y en ait toujours un qui soit visible du point fixe au sol qu’est la station.

13Dès 1965, les Soviétiques, avec leur série molnya (Eclair) choisissent cette voie. Ils placent leurs satellites sur une orbite formant une ellipse très allongée. Son périgée est d’environ 500 km. au-dessus de l’hémisphère nord. Ils survolent ainsi le territoire soviétique à une altitude élevée, l’apogée et le périgée se trouvant en dehors de ces limites. Ils sont opérationnels au moment où les stations les voient le plus longtemps et où leur vitesse angulaire est la plus faible. Les MOLNYA survolent l’URSS pendant la plus grande partie de leur révolution. Ce pays n’a ainsi besoin que d’un nombre très limité de satellites pour établir une communication constante de l’une de ses extrémités territoriales à l’autre alors que sa superficie représente le sixième de la surface terrestre. Ce procédé nécessite, au sol, des stations très complexes et coûteuses, capable de suivre le déplacement des satellites passant dans leur champ de vision. Elles sont munies de trois antennes mobiles. L’une prend en charge le premier satellite, la deuxième poursuit le second dès son apparition au-dessus de l’horizon, la troisième antenne est gardée en réserve, en cas de difficultés des deux autres.

14Les Soviétiques ont longtemps préféré ce système à celui des satellites géostationnaires. L’une des raisons en est leur éloignement de l’Equateur, qui aurait nécessité une technique qu’ils ne maîtrisaient pas pour placer des engins sur une orbite aussi excentrique. A l’époque leurs lanceurs ne parvenaient pas à les transporter aussi loin en raison du poids du carburant nécessaire à ce déplacement. Ce n’est qu’en 1975, avec leur série radouga qu’ils décidèrent de passer à une forme plus moderne de liaison dans l’espace. Dès 1976 leur satellite géostationnaire ekran transmet des programmes de télévision qui sont captés par des stations terrestres rediffusant sur le réseau traditionnel.

15Si l’on différencie les satellites selon leur mode d’action, les premiers furent les satellites de point à point.

3. Les satellites de liaison point à point

16Dans ce cas les stations émettrices réceptrices envoient des signaux en direction du satellite qui les amplifie et les transmet vers une autre station : c’est le principe de la liaison point à point (ou de contribution). De celle-ci des images de télévision, par exemple, sont réémises sur un réseau de faisceaux hertziens, sur un câble coaxial ou à fibres optiques, ou sur un système de réception communautaire. Le même satellite peut aussi assurer des transmissions téléphoniques ou radiophoniques. Les premiers engins assurant ce genre de communication étaient dotés d’une très petite source d’énergie. Il fallait donc, en contrepartie, que les stations au sol soient puissantes et possèdent des antennes de grande dimension, très performantes, afin de capter dans des conditions optimales un signal encore faible. Pour cette raison, et malgré le progrès technique réalisé, les stations demeurèrent complexes et onéreuses.

4. Les satellites de distribution

  • 3 Edward Ploman, « Guide des communications par satellites », Etudes et documents de l’UNESCO No 66, (...)

17Deux moyens vont permettre, soit de diminuer le coût du système, soit d’augmenter son efficacité. En procédant à la réduction de l’importance de la surface à couvrir par le satellite, il fut possible de recevoir un signal plus intense, de meilleure qualité. Par ailleurs on parvint, grâce à la recherche, à augmenter la capacité de production énergétique du satellite lui-même. Le perfectionnement constant de la technique de lancement permit également d’envoyer dans l’espace des engins de plus en plus lourds, emportant davantage de piles solaires. La puissance de l’engin spatial passait de quelques watts à une cinquantaine, améliorant ainsi les liaisons point à point. Mais surtout les systèmes de distribution fonctionnèrent désormais essentiellement pour assurer des liaisons avec ou entre un certain nombre de stations terrestres situées dans une aire géographique donnée, pour des communications bidirectionnelles (téléphoniques, télex, etc.) ou pour la distribution des programmes de télévision sur une vaste étendue. Dans ce dernier cas, le rôle de la station terrestre est de recevoir l’émission du satellite et de la transformer pour qu’elle soit retransmise par un émetteur de télévision conventionnel. Le satellite de distribution remplace ainsi les liaisons hertzienes normalement utilisées pour l’acheminement des émetteurs des programmes de télévision, mais d’une façon plus souple et qui pourrait se révéler moins onéreuse que par les méthodes terrestres3. Ainsi, des régions même très vastes, mais parsemées de stations terrestres simplifiées peuvent être atteintes. La combinaison de ce sytème avec la mise en orbite de satellites géostationnaires allait encore accroître le champ d’action.

5. Les satellites actifs géostationnaires

18C’est en octobre 1945 qu’un expert britannique en radio-électricité, Arthur Clarke, conçut une théorie qui allait, dix-huit ans plus tard, améliorer grandement le fonctionnement général des satellites. Dans un article publié par la revue Wireless World et intitulé « Extra-terrestrial Relays », il décrivait selon quel principe un satellite devenait fixe par rapport à un point terrestre : il fallait faire en sorte qu’il gravite autour du globe à la même vitesse que celui-ci.

19Situé entre 150 et 300 km. d’altitude, un satellite fait le tour de la terre en 90 minutes. Si on le place à 35 797 km., il sera en synchronie avec elle et en décrira l’orbite en exactement 23 heures 56 minutes. C’est exactement le temps que la terre met pour faire un tour sur elle-même. En effet il faut tenir compte du faite que si un point donné met 24 heures pour se retrouver face au soleil, la terre, elle, a progressé sur l’orbite qu’elle décrit en un an ; la position de l’astre solaire n’étant, alors, plus tout à fait le même, le satellite devra parcourir un peu plus d’un tour.

20De plus, en plaçant l’orbite de l’engin spatial dans le plan de l’Equateur, il restera à la verticale d’un même point situé sur celui-ci. Du sol il sera toujours vu au même endroit. Il est donc géostationnaire. C’était là une manière d’éliminer le second défaut majeur des satellites. Bien entendu ce principe pouvait aussi s’adapter aux engins spécialisés dans les liaisons point à point ainsi qu’à ceux de distribution, en attendant les satellites de radiodiffusion directe.

  • 4 S. Carette, H. False, S. Gregory-Brive, « Les Télécommunications spatiales », Service de la Recherc (...)

21Autre avantage : de cette altitude de 35 797 km. On atteint 40 % de la surface terrestre. Théoriquement trois engins « équidistants (décalés de 120°) sur une orbite équatoriale, assurent une couverture « globale » sans pour autant couvrir les zones de haute altitude au-delà de quelque 70 »4. Par ce procédé, il est également possible de simplifier considérablement les stations au sol. Déchargées de leur mission de « poursuite », elles n’utiliseront désormais que des antennes fixes pointées vers le ou les satellites géostationnaires.

6. Les satellites de radiodiffusion directe

  • 5 Simone Courteix, « Télévisions sans frontière, un problème de coopération internationale ». Recherc (...)

22Si l’on peut comparer le satellite de point à point à une sorte de câble immatériel qui sert de relais à une émission d’un point à un autre, grâce à une liaison entre des stations au sol puissantes et un engin spatial relativement faible en énergie, les satellites de radiodiffusion directe obéissent au principe inverse. Chargés de réémettre une émission de radio ou de télévision, ils la renvoient à l’aide de : 3 à 5 canaux vers des milliers d’antennes individuelles de petite dimension ou vers des équipements communautaires locaux ou régionaux. Ils nécessitent une plus grande puissance, ce qui augmente leur poids et pose des problèmes de lancement. On peut donc les définir comme étant des engins chargés « de la diffusion des programmes radiophoniques et de télévision au moyen d’un satellite géostationnaire capté par une antenne collective ou par une antenne particulière »5. S’ils sont généralement désignés sous l’appellation de radiodiffusion directe, il va sans dire qu’ils peuvent tout aussi bien transmettre des programmes télévisés que des données informatiques.

Placé à 36 000 km au-dessus de l’équateur, le satellite de radiodiffusion d’un poids total de 1 000 kg environ, immobile par rapport à la Terre, permet la diffusion de cinq programmes de télévision sur l’ensemble de la France métropolitaine.
Document : Télédiffusion de France.

Document : Télédiffusion de France.

23Ce système nécessite une station émettrice qui s’apparente à celles assurant des liaisons de point à point. Elle est chargée de transmettre les signaux « images et sons » au satellite qui les renvoie grâce à une antenne placée sur l’engin, en arrosant l’ensemble du territoire visé. Pour des raisons techniques, le cône ainsi formé a un angle d’au moins 6 degrés et son ouverture maximale doit permettre, en théorie du moins, la couverture du tiers de la surface terrestre. Le satellite focalise en direction de la région concernée et couvre des surfaces elliptiques. Plus la surface à atteindre est de dimension réduite, plus l’antenne placée sur l’engin et chargée de la concentration des signaux sera grande. Ceci pose un problème supplémentaire aux petits pays voulant se doter d’un satellite de radiodiffusion directe.

Tracés des empreintes des faisceaux (courbes - 103 dB W/m2) couvrant l’Europe occidentale.
Document : Télédiffusion de France.

24D’autre part, le signal émis est plus fort au centre des surfaces elliptiques qu’à leur périphérie, l’intensité déclinant avec l’accroissement de la distance. La zone de desserte du satellite correspond a l’aire dans laquelle le signal sera reçu partout grâce à des équipements de réception individuels. Pour accroître cette zone, il faut augmenter la puissance du satellite ou augmenter la dimension des antennes réceptrices.

25Il existe une génération de satellites de radiodiffusion directe qui n’est construite qu’à destination de systèmes de réception communautaire. La puissance en sera plus faible (2,5 GHz). Cela rend ces engins particulièrement attrayants pour les pays en voie de développement qui s’équiperont de petites stations terrestres collectives et n’imposeront pas l’achat de matériel spécial à leurs habitants. Un privé qui désirerait cette forme de diffusion par satellite ne pourrait le faire qu’au prix d’un investissement extrêmement élevé. En revanche l’inverse n’est pas vrai. Un satellite destiné à une réception individuelle et doté d’une puissance supérieure (12-18 GHz) convient : également à la réception communautaire.

26Bien entendu, les surfaces elliptiques ne parviennent pas à épouser exactement le contour géographique du territoire visé. On assiste alors à des débordements qui amplifient encore le nombre d’auditeurs ou de téléspectateurs potentiels. Ainsi par exemple lorsque le satellite français de radiodiffusion directe sera placé sur orbite, il pourra être reçu par la Belgique, le Luxembourg, la Suisse et l’Angleterre et par une partie de l’Autriche, de l’Espagne, de la Hollande, de l’Allemagne et de l’Italie.

27De même un satellite de radiodiffusion helvétique atteindrait des régions aussi intéressantes d’un point de vue publicitaire que le nord de l’Italie, le sud de l’Allemagne et la France jusqu’aux portes de Paris, cela toujours dans l’hypothèse d’une aire où les téléspectateurs auraient acheté des équipements standards. S’ils acquièrent des antennes de plus grande dimension le champ des possibilités de réception s’accroît d’autant.

7. L’équipement nécessaire

28Pour accéder aux programmes diffusés par les satellites de radiodiffusion, chaque ménage devra posséder une antenne d’un genre nouveau. Munie d’un réflecteur parabolique d’un diamètre de 90 cm. au moins, elle sera orientée avec précision vers le satellite, dans l’alignement exact de sa position. Le poste-récepteur traditionnel comprendra un élément électronique supplémentaire, un adaptateur capable de convertir les très hautes fréquences. Dans l’état actuel des normes et des capacités de production, l’investissement individuel nécessaire à ces modifications correspondrait à 1 500 francs suisses environ.

29Si l’on souhaite avoir accès à plusieurs satellites placés sur la même orbite, et pour autant que leurs programmes obéissent aux mêmes normes, il faudra acquérir un mécanisme capable d’orienter à chaque fois l’antenne parabolique selon le programme désiré ou, là aussi, posséder une antenne de grande dimension. Seules les entreprises spécialisées (câblodistributeurs, organismes régionaux de radio-diffusion, centres spécialisés) pourront s’offrir ce luxe.

8. Expériences de radiodiffusion par satellite

  • 6 John V. Shute, « ATS 6 et la radio-difussion par satellite à réception communautaire », Revue de l’ (...)

30La nasa, dans sa série ats (Aplication Technology Satellite) s’intéresse au satellite de radio-diffusion directe. Après avoir expérimenté les autres systèmes, en 1966 ats 1 fut l’un des premiers à retransmettre de point à point des émissions de télévision, un an plus tard ats 3 permettait des relais entre la terre et des navires. En 1969 ats 5 procédait à différentes expériences, en particulier dans le domaine de la météorologie. Le 30 mai 1974 ats 6 fut placé sur orbite. Il était le premier satellite géostationnaire de radiodiffusion directe à relayer des programmes destinés à certaines régions, grâce à une antenne placée sur l’engin et qui focalisait les signaux. « Il représentait une progression puisqu’il ne s’agissait plus d’un faisceau global fournissant un signal simultané, relativement faible vers tous les points de la terre visibles de l’emplacement géostationnaire du satellite au-dessus de l’Equateur, mais d’un faisceau concentré illuminant avec plus de force une partie limitée de la surface visible du globe au moyen d’un réflecteur parabolique circulaire de 9 mètres de diamètre placé sur l’engin »6.

31ats 6 fut utilisé pour des retransmissions scolaires destinées à la Fédération des Etats des Montagnes rocheuses puis à l’Alaska. Du 1er août 1975 au 31 juillet 1976 il servit à l’expérience site (Satellite Instructional Television Experiment) aux Indes. Pendant quatre heures par jour un enseignement préscolaire et scolaire fut diffusé dans 2400 villages, fournissant une instruction de base. La réception se faisait dans de petits centres communautaires équipés d’antennes « à toile mécanique fabriquée dans le pays » ou par le canal des installations hertziennes au sol.

32Deux ans plus tard, le satellite hermès fut lancé par une mission américano-canadienne. Son signal pouvait être reçu en utilisant des antennes de 160 cm. Il permit aux fabricants de procéder à de nombreux tests.

33En 1978, les Canadiens grâce à anik B diffusèrent à leur tour des émissions scolaires en plus de transmissions de données. La même année les Japonais lancèrent leur bse (Broadcast Satellite Experiment) grâce auquel une bonne réception des programmes devenait possible sur les îles principales du pays à l’aide là aussi d’antennes paraboliques d’un diamètre d’un mètre à 1 mètre 60. Ainsi les programmes de télévision en couleur furent-ils transmis.

34Aujourd’hui, les pays qui se déclarent intéressés par ce moyen de communication sont beaucoup plus nombreux, en particulier en Europe.

II. Projets et réalisations d’aujourd’hui

1. Projets européens

35En effet, si tout se déroule selon les points établis et si cette forme de liaison présente encore le même intérêt, c’est en 1985 et 1986 que devraient apparaître les premiers satellites européens de radiodiffusion directe. Leur mise au point nécessite trois ans de travail. Plusieurs pays ont déjà pris des réservations aussi bien sur la fusée Ariane que sur la navette spatiale. Chacun doit envisager un investissement de plus de 100 millions de dollars pour les engins et les installations au sol.

36L’Allemagne fédérale et la France ont signé, en avril 1980, un accord aux termes duquel ils s’entendent pour devenir très rapidement parmi les plus importants fournisseurs de ce nouveau matériel. Ils sont en position privilégiée sur ce marché aux perspectives fructueuses (particulièrement en ce qui concerne l’équipement nécessaire à un certain nombre de pays en voie de développement). La coopération franco-allemande prend ainsi une place de choix dans l’industrie lourde destinée aux satellites de télévision. La société Euro-satellite (Aerospatiale et Thompson-CSF pour la France, Messerschmitt-Bolkow-Blohm-MBB et AEG-Telefunken pour l’Allemagne) construiront trois satellites de radiodiffusion directe : TVSAT allemand, TDF I français et un engin de rechange. L’avance prise par ces deux pays leur vaut les propositions de leurs voisins directs afin que s’établisse une coopération culturelle au niveau des programmes.

37En Angleterre, d’autre part, la British Aerospace travaille à des projets de satellites de radiodiffusion directe. Aux Etats-Unis Hughes-Aircraft, Ford Aerospace et RCA fabriquent des satellites non militaires. Chacun tente d’être le plus compétitif. D’ailleurs les projets foisonnent. Par exemple :

L-Sat (Italie)

38Plate-forme géante pour télécommunications qui servira à des expériences de télévision en direct pour la péninsule et l’Europe.

Insat I (Indes)

39Deux satellites géostationnaires et polyvalents de télécommunication qui seront employés par la TV (2,5 GHz, antennes réceptrices de 3,6 m. donc à destination de stations communautaires de réception).

BS-2 (Japon)

40Deux satellites de TV directe (antenne de réception de 0,60 cm.).

Arabsat

41Un article est consacré à l’Arabsat dans ce même Cahier.

Luxat (Luxembourg)

42Satellite pour la création de programmes de télévision à destination de l’Europe. A noter le rôle primordial de la compagnie luxembourgeoise (CLT).

BBC Satellite Broadcasting et STV Satellite Television

43Deux projets britanniques, l’un de caractère public, l’autre émanant des milieux privés.

Nordsat

44Projet nordique à l’étude impliquant les pays Scandinaves.

Tele-X

45Projet suédois de télécommunication et de diffusion de programmes TV.

Tel-Sat (Suisse)

46Projets suisse avec participation britannique à l’étude (avantage : canaux multilingues mais devra probablement se contenter d’un ou deux canaux sur un satellite national suisse).

2. Les perspectives économiques

47En fonction de cette demande, les perspectives économiques sont considérables. Les satellites de radiodiffusion directe nécessitent, comme nous l’avons dit précédemment, une puissance radio-électrique supérieure et une fréquence plus élevée (de 12 à 18 GHz) que celles utiles aux satellites de télécommunication point à point ou de distribution. Cela implique une technologie complexe, tant dans la réalisation des engins que dans celles des installations complémentaires et lors de la mise sur orbite.

  • 7 Enzo Castelli, RAI, Intervention au colloque du Prix ITALIA, Venise, septembre 1982.

48A l’heure actuelle plusieurs firmes maîtrisent ces domaines et : sont en mesure de fournir ce matériel. Par exemple, Hughes, Ford, RCA, General Electric aux USA ; Matra, Aerospatial, British Aerospace en Europe ; Mitzubishi et Toshiba au Japon7.

  • 8 R. Clavaud, » La communication audiovisuelle par satellite », Telesoft No 5, août-septembre 1982.

49La concurrence industrielle s’exerce également dans le secteur des lanceurs de satellites. Pendant de nombreuses années, la suprématie américaine avait atteint, dans ce domaine, un parfait contrôle monopolistique. L’arrivée sur le marché de la série Ariane et les efforts concertés de l’Allemagne et de la France modifient maintenant cet état de fait. Or il faut noter que la vie d’un satellite est actuellement de 7 à 10 ans. « Il meurt pour deux raisons : la quantité d’énergie fournie par les panneaux solaires diminuent avec le temps, d’autre part sa trajectoire doit constamment être modifiée par des rétrofusées alimentées par de l’ergol. Lorsque le réservoir d’ergol embarqué est vide, on ne peut plus agir sur le satellite qui s’écarte peu à peu de son orbite et devient inutilisable »8.

50Relevons encore qu’il faut trois satellites pour que le réseau fonctionne sans problème. Peu après le lancement du premier engin, le second est placé en réserve sur la même position pour parer à la panne partielle ou complète du premier et un troisième reste au sol, prêt à prendre la relève. Selon l’UER (Union Européenne de Radio-diffusion) dès la commande un délai de trois ans est nécessaire pour construire un satellite (15 % des dépenses sont consacrées à l’achat du matériel, 35 % à la construction et 50 % à la manufacture et aux tests).

51De plus la mise en orbite géostationnaire d’un satellite n’est pas une opération de routine. L’engin doit accomplir la première partie de son voyage dans l’espace à bord d’une fusée de lancement. Seules capables de mener à bien ce genre d’opération : la fusée Delta (NASA), la fusée Atlas-Centaur (NASA), la fusée européenne Ariane et la navette spatiale de la NASA lancée à partir d’un avion et revenant sur terre par ses propres moyens. Toutes sont conçues pour recevoir des satellites lourds et d’un certain volume (avec d’encombrantes antennes et des panneaux solaires rétractables). Elles placent l’engin sur une orbite en attente. Celui-ci doit ensuite utiliser ses propres moyens de propulsion pour atteindre sa position finale. Selon les spécialistes ces ajustements sont compliqués et peuvent prendre plusieurs jours (40 pour le satellite européen symphonie).

52Ensuite il faudra constamment maintenir le satellite en position grâce à des impulsions qui corrigent les mouvements contraires possibles.

3. Les postes récepteurs et le câble

  • 9 Enzo Castelli, op. cit.

53Un autre domaine où les investissements pourraient être d’un bon rapport : celui des postes-récepteurs modifiés et des câbles. « Pour l’Europe uniquement et dans l’état actuel de la demande potentielle, les satellites et les lanceurs représentent un marché de l’ordre de trois milliards de dollars. La fabrication des récepteurs et de l’ensemble du matériel au sol est un marché plus considérable encore (environ 22 milliards de dollars) »9.

54Toutefois l’étude en est encore malaisée car on ne peut pas mesurer avec exactitude la manière dont évolueront les stratégies politico-industrielles de chaque pays. S’agira-t-il de donner la préférence à la vente d’appareils individualisés accessibles financièrement au plus grand nombre ? Faudra-t-il favoriser le développement de sociétés de câblo-distribution en se garantissant de cette manière, un meilleur contrôle des programmes diffusés et une autre répartition de la manne financière ? On soulignera que de toute manière les investissements prévus pour le système par le câble et le satellite sont énormes et ne paraissent envisageables, dans la plupart des situations, qu’avec un financement assuré en partie du moins par la collectivité. Or il n’est pas certain que ce type de développement technique corresponde nécessairement aux besoins prioritaires d’une société. Le poids des milieux d’affaires, intéressés à la télématique et à la bureautique, pourrait cependant peser lourdement sur la décision.

55Mais déjà, à l’aide des satellites de distribution existants, les différentes parties intéressées à la radiodiffusion directe font leurs premières armes. C’est le cas en Europe. Pour comprendre la situation, remontons à la création d’intelsat.

4. Le réseau INTELSAT

56En 1964, deux ans après le lancement de telstar I, un réseau de satellites de télécommunication est mis en place afin de répondre à la demande internationale (téléphone, télex, radio et bientôt télévision). L’organisation chargée de sa mise en place et du contrôle général de l’acheminement du trafic international des télécommunications s’appelle intelsat. Aujourd’hui elle comprend 106 pays membres qui participent au capital et utilisent le système proportionnellement à leur apport financier. Les Etats-Unis y ont une situation privilégiée, d’abord parce qu’avec 25 % du capital ils sont majoritaires, ensuite parce qu’ils construisent, installent et contrôlent le matériel (fusées et satellites).

  • 10 Jacqueline Denis-Lempereur, « La télévision par satellite avant l’heure », Sciences et Vie No 779, (...)
  • 11 Cuba, Bulgarie, Hongrie, Afghanistan, Laos, Mongolie, Pologne, RDA, Roumanie, Syrie, Tchécoslovaqui (...)

57Avec quatre de ces satellites (2 au-dessus de l’Atlantique, 1 au-dessus du Pacifique, 1 au-dessus de l’océan Indien), intelsat peut établir des liaisons d’un bout à l’autre du monde. En réalité elle en a placé 15 en orbite géostationnaire qui couvrent toute la surface terrestre. « Ces satellites qui offrent quelque 26 000 circuits et sont reçus par 500 stations terrestres, acheminent également plus de 12 000 heures de programmes de télévision par an »10. De leur côté les Soviétiques, grâce à leur propre réseau interspoutnik, touchent 12 pays à l’aide de deux satellites11.

58Pour toutes les autres communications, les Soviétiques utilisent également intelsat qui domine le marché mondial des télécommunications et fait ainsi de substantiels bénéfices dont le réinvestissement dans la recherche technique permet de renforcer sa position.

  • 12 Spencer Moore, « Les satellites canadiens : pratique actuelle et plans d’avenir ». Revue UER No XXV (...)

59Jaloux de sa suprématie internationale, intelsat supporte mal les atteintes à son monopole et ne tolère, hors de son contrôle, que les satellites de télécommunication desservant uniquement un pays ou une région. En 1972, le Canada met à profit cette possibilité en lançant anik I, construit aux Etats-Unis par Hughes. C’est le premier satellite national dont le rôle est d’acheminer un programme de télévision et des conversations téléphoniques. Dès 1973, la Société Radio Canada lui confie la distribution de ses deux services nationaux, en français et en anglais, anik 3 et 4 viendront compléter et perfectionner ce système12.

60Aux Etats-Unis, le secteur privé commence, lui aussi, à s’intéresser à ce moyen de transmission. En 1974 la Western Union Telegraph Company lance deux westar, toujours construits par Hughes. Ces satellites couvrent l’ensemble du territoire américain, rca placera, plus tard, deux autres satellites. De son côté l’American Telegraph and Telephone (att) loue des satellites de la série comsar lancés dès 1976.

61Dans le cadre des programmes régionaux de télécommunication, certains pays mettent donc leurs efforts en commun. Les Européens lancent, en 1978, OTS II (Orbital Test Satellite) chargé d’établir des liaisons téléphoniques entre plusieurs Etats européens. Mais cet engin peut également transmettre des programmes de radio, et de télévision à l’instar de l’ensemble des satellites de distribution. Or l’investissement nécessaire à la captation de ce genre de retransmission est si important que seules les sociétés de câblo-distribution et des organismes puissants y ont accès... Cette perspective intéresse des groupes privés et des télévisions de service public qui espèrent, les uns et les autres, pouvoir vendre des produits audio-visuels à une Europe toujours plus câblée. En exemple, citons la société privée anglaise Satellite Television PLC qui a obtenu l’autorisation de retransmettre à titre expérimental quelques émissions de télévision de portée limitée, en direction de Malte, de la Finlande et de la Norvège. Le but (non avoué) de l’opération est d’intéresser les exploitants de réseaux câblés de toute l’Europe par des offres alléchantes. Parallèlement, dans la perspective d’un éventuel satellite de radiodiffusion européen, plusieurs télévisions de service public profitent également d’ors II pour proposer leurs programmes à d’autres pays que le leur.

  • 13 Jacqueline Denis-Lempereur, « La télévision par satellite avant l’heure » Sciences et Vie No 779, a (...)

62Cette année ots ii sera remplacé par un autre satellite de télécommunication ecs (European Communications Satellite). Lui aussi devrait assurer en priorité des liaisons téléphoniques, mais nombreux sont les candidats à la diffusion des programmes de radio et de télévision. « ecs dispose de 12 canaux (5 sont réservés, 2 en cas de panne, 2 pour l’UER) les 7 canaux restants sont convoités par de nombreuses sociétés (Satellite Television PLC dont nous venons de parler, notamment Reuter, Broadcasting Group of Great Britain)13.

63En Suisse, par exemple, quatre entreprises s’intéressent aux perspectives qu’offrira le satellite ECS : Tel-Sat, la Société suisse de radiodiffusion et de télévision (SSR), Rediffusion (Société privée de câblo-distribution, qui se propose de l’utiliser pour développer la télévision par abonnement ou à péage) et Telesystem qui semble vouloir consacrer son activité à l’information commerciale. Les sept canaux d’Ecs font l’objet d’un très grand nombre de demandes provenant de différents pays. La Suisse ne pourra disposer que d’un seul canal, dont le coût annuel sera de l’ordre de 4 millions de francs, somme à laquelle il faut ajouter le coût des installations au sol (1 million). Le satellite ECS, dont la vocation première est d’établir des liaisons téléphoniques, transmettra donc essentiellement des émissions de radio et de télévision provenant d’entreprises privées ou publiques qui se préparent à l’arrivée prochaine des satellites de radiodiffusion directe et établissent déjà leur stratégie.

5. Dissocier le câble du satellite

64Quels que soient les motifs évoqués aujourd’hui par les partisans de ces systèmes de communication, on peut tout de même se demander s’il est plus intéressant pour un Etat ou un groupe privé d’investir dans le câble et dans le satellite ou si dans certains cas, le premier sera préféré au second. Au vu de la situation prévalant aux Etats-Unis et au Canada, pays où les téléspectateurs ont le choix entre un certain nombre de chaînes clairement distinctes et spécifiques (programmes religieux, sportifs, d’informations continues, etc.), ne vaudrait-il pas mieux développer les possibilités qu’offre la fibre optique et réduire le rôle du satellite à une forme d’appui provisoire et secondaire ? La situation n’est pas clairement définie dans l’état actuel de l’observation du marché. Le câble trouve tout naturellement son champ d’activité dans les réseaux urbains. En revanche, dans les régions où la population est beaucoup plus disséminée, son installation devient trop onéreuse. C’est alors qu’intervient le recours au satellite de radiodiffusion directe.

65Selon la société américaine SSE (Satellite System Engineering), il faudra encore tenir compte de deux facteurs supplémentaires : l’abaissement du coût des satellites, des lanceurs et des postes-récepteurs modifiés ainsi que de l’augmentation continue des frais d’investissement pour le système par câble. En effet, la main-d’œuvre (frais d’entretien) et la modernisation continuelle de l’ensemble du système sont très coûteux.

66Enfin, autre élément de choix : vaut-il mieux acquérir un satellite de télécommunication ou de radiodiffusion ? Le document de la Télédiffusion de France reproduit ci-dessous (p. 37) en fait le point.

67Dès lors, la lutte est ouverte. Les sociétés de service public devront redéfinir leurs objectifs et leurs formes d’engagement. Les groupes privés connaîtront une âpre concurrence alimentée par la nécessité pour de nombreuses entreprises de trouver des solutions à une situation économique difficile. Le satellite, dans un avenir proche, influencera notre vision du monde. Pour découvrir quoi ? Une uniformisation générale ou la différence qui enrichit ?

III. Les satellites à d’autres fins

68Les éléments fournis dans les pages qui précèdent devraient déjà donner quelques informations sur le pari gigantesque qui se joue dans le domaine de la transmission et de la communication. Nous nous sommes volontairement limités à l’aspect très particulier du câble et des satellites, mais nous ne voudrions pas terminer sans évoquer brièvement deux des utilisations possibles des engins spatiaux : la télédétection et l’utilisation militaire du satellite.

1. La télé-détection

69Chaque minute un satellite traverse notre ciel. Certains inventorient nos ressources naturelles, d’autres participent à des projets scientifiques. En voici quelques exemples :

  • La cartographie qui permet l’établissement de cartes nationales, de spatio-cartes pour les zones désertiques, entre autres, améliorant soit la connaissance de l’évolution de ces grandes étendues de sable, soit réactualisant constamment les données connues.

  • La géologie et l’hydrologie. La télé-détection permet une plus grande connaissance du réseau hydrologique et des bassins versants susceptibles d’être aménagés. Elle facilite la réalisation des barrages et des petits ouvrages de génie rural pour l’irrigation et la fourniture d’eau aux populations et au bétail.

    • 14 Séminaire régional sur les résultats des campagnes de simulation sur les données du satellite franç (...)

    Le développement rural. La télédétection donne des indications dans le cadre du problème complexe des prévisions de récoltes et des informations précieuses lorsqu’on cherche à déterminer la fluctuation cartographique de la production agricole par rapport aux aléas climatiques14.

70Ces techniques d’application offertes par le système des satellites démontrent largement la grande importance qu’elles peuvent avoir pour les Etats et pour les grandes multinationales spécialisées dans le domaine des matières premières.

71Arriver à un profit maximum et à une meilleure efficacité grâce au plus grand nombre d’images possibles prises dans des conditions climatiques et à des dates différentes, tels sont les objectifs des entreprises. Un suivi régulier des zones prospectées en vue d’inventaires de récoltes, une cartographie de zones humides ou submersibles, par exemple, permet un contrôle parfait du terrain. L’observation et la prévision, la réception, en direct, des données d’un centre régional de télédétection deviennent une absolue nécessité aussi bien pour les Etats que pour les entreprises multinationales. De manière plus générale, la télédétection intéresse les scientifiques pour l’étude approfondie de notre environnement. Elle permet d’obtenir des cartes géographiques, géodésiques et gravimétriques de la plus grande précision. La télédétection des ressources terrestres en fossiles utiles, comme les minéraux et le pétrole, justifie également l’utilisation du satellite aux yeux des partisans de ces techniques. Que ce soit pour la surveillance des récoltes, pour l’évaluation de la croissance et de l’état des forêts, pour le mouvement et la répartition des ressources en eau, les renseignements et les enseignements obtenus sont aussi précieux pour ceux qui cherchent à préserver un environnement que pour ceux qui en tireront des profits accrus.

  • 15 Léonid Sedov, membre de l’Académie des Sciences de l’URSS, Colloque « Monopoles nationaux radio-TV (...)

72« Il semble que dans un proche avenir il sera nécessaire de limiter l’élargissement du nombre de recherches scientifiques. Cette orientation augmentera l’importance de la question du rendement des différents centres de recherches. On doit s’attendre à ce que la science et la technique se développent harmonieusement en même temps que la société, et qu’elles soient toujours et pour tous une source de bien et un instrument sûr, utilisable pour la résolution des nombreux problèmes complexes auxquels l’humanité se heurte déjà »15.

73En marge de ces déclarations de bonnes intentions, il faut relever que les coûts des recherches qui sont entreprises ne peuvent être couverts que si les résultats apportent les avantages qu’en attendent en priorité les secteurs militaires et économiques. Selon certains spécialistes, cette tendance irait en s’accentuant au cours des années. Le satellite est un instrument de pouvoir dont la maîtrise contribue largement à une stratégie de domination du monde.

2. Les satellites militaires

74Il aura fallu qu’en janvier 1983 un satellite soviétique, cosmos 1402, connaisse des difficultés pour que le public prenne conscience de l’omniprésence d’engins militaires tournant dans l’espace. Ce satellite, doté d’un petit générateur nucléaire compact baptisé Romachka (Marguerite) est devenu une menace pour une partie de la planète dans la mesure où il ne s’éloignait pas, comme prévu, de la terre à la fin de sa mission, mais menaçait, au contraire, de s’écraser sur le globe, répandant au sol ses 49 kilos d’uranium enrichi. Long de 14 mètres, d’un poids total de près de 4 tonnes, cosmos 1402 appartient à la génération des satellites-espions qui n’ont cessé de se perfectionner chez les Soviétiques — comme chez les Américains — depuis 1967, quand fut placé sur orbite le premier prototype COSMOS 198.

75Cette arme extrêmement sophistiquée, ultrasecrète, est dotée d’un radar nécessitant une source d’énergie importante. Les résultats des différentes missions scientifiques réalisées depuis plusieurs années ont permis aux militaires de remplacer les encombrantes piles solaires par le nucléaire.

76Comme des dizaines d’autres, ce type de satellite-espion a pour mission de suivre jour après jour les déplacements militaires de l’« adversaire », en particulier les mouvements des navires et des sous-marins en plongée peu profonde. La perpétuelle mise au point de ces instruments indispensables aux stratèges modernes a joué et joue encore un rôle important dans la stimulation de la recherche spatiale. Nécessairement discrète, l’influence de la recherche à des fins militaires finit par révéler l’importance qu’elle prend dans la plupart des explorations de l’espace qui semblaient ne servir qu’à la science.

77Conçus à l’origine pour satisfaire le désir de l’homme d’explorer le système solaire, les satellites ont donc pris, au fil des ans, une place toujours plus grande dans le domaine des instruments militaires. Aujourd’hui ils sont les yeux et les nerfs des forces en présence.

78Les deux superpuissances ont consacré une grande partie de leur savoir-faire et de leur génie technologique à mettre au point de vastes activités de soutien logistique qu’elles pouvaient plus facilement entreprendre dans l’espace que sur terre. En effet, les progrès technologiques réalisés sont tels qu’il n’est pas impensable d’imaginer une guerre télécommandée. Les satellites militaires sont capables d’amener n’importe quel projectile sur leur cible avec une très grande précision. Chaque camp a lancé dans l’espace plusieurs centaines de satellites susceptibles de réaliser la plus grande partie des opérations de détection avancée d’une attaque adverse. La majorité des moyens d’interception des communications, tels les nouveaux radars, les engins espions, de même que la totalité des moyens de prévision météorologique, sont les éléments indispensables d’une stratégie.

79C’est aussi dans l’espace que se trouve la majorité des instruments qui permettent de transmettre les commandes sur terre et sur mer aux navires et aux avions. Il faut ajouter à cela l’ensemble des moyens de contrôle et de décision de toutes les forces militaires alliées de l’une ou l’autre des puissances. Ainsi en est-il, par exemple, du système américain navastar (Global Positioning System) qui, à l’aide de 18 satellites mis sur orbite à 17 540 mètres et répartis de manière égale sur six plans orbitaux, permet de suivre chaque personne faisant partie du système et de la repérer immédiatement où qu’elle se trouve dans le monde. Il en va de même pour le satellite discos (Disturbance Compensation System) capable d’établir une liaison directe entre Washington et n’importe quel poste de commandement de la planète. L’engin en liaison avec sa station au sol reçoit et traite des informations codées ou brouillées, empêchant ainsi quiconque d’y accéder. C’est lui qui permet notamment au Président des Etats-Unis de rester en liaison constante avec sa capitale et ses centres de décision lors de ses voyages à l’étranger. Le satellite le suit alors dans ses déplacements et prend la position orbitale nécessaire.

80Les satellites militaires sont, de manière générale, de deux genres : les satellites d’alerte avancée et les satellites de reconnaissance. Sur le plan stratégique, l’utilisation de ces deux types d’engins pourrait conduire à une guerre nucléaire limitée et à une tactique de riposte graduée. Les premiers, les satellites d’alerte avancée, sont capables de repérer immédiatement le lancement d’un missile adverse. Les seconds, les satellites de reconnaissance, donnent toutes les informations utiles sur la cible à atteindre et évaluent les dégâts causés. Ces satellites sont essentiellement utilisés pour accroître les performances des armes traditionnelles, bien que certains soient aussi des armes offensives.

  • 16 « L’utilisation de l’espace extra-atmosphérique ». « Armer ou désarmer », brochure 1980, SIPRI.

81Avec le développement des satellites intercepteurs et des satellites tueurs, l’orbite devient un nouveau domaine d’affrontement. A la fin de 1979, on pouvait dénombrer 1697 satellites militaires, soit les trois quarts des satellites placés sur orbite16. Durant l’année 1979 seulement, 94 satellites militaires ont été lancés dont dix pour les USA et 84 pour l’URSS. Cet apparent déséquilibre est dû au fait que les satellites américains ont une durée de vie en orbite considérablement plus longue. Pour les satellites de reconnaissance, par exemple, les engins américains fonctionnent 6 mois, les soviétiques 13 jours. Parmi les 84 satellites militaires soviétiques lancés en 1979, on en compte 35 pour la reconnaissance photographique, 27 pour les télécommunications militaires, 8 pour la météorologie, 6 pour la navigation, 2 probablement pour des essais d’interception-destruction et 6 pour la surveillance des océans, la reconnaissance électronique et l’alerte avancée. Pour cette même année, les Américains ont lancé 2 satellites de reconnaissance photographique, 3 de télécommunications, 2 de météorologie, 2 pour l’alerte avancée et 1 pour la reconnaissance électronique. Pour 1980 et 1981, dans l’état actuel de nos connaissances, les USA auraient envoyé 13 et 14 satellites, l’URSS 89 et 94. Tous ces engins jouent un rôle extrêmement important dans la détermination du degré de préparation de guerre d’un adversaire, dans l’évaluation d’un accroissement du potentiel militaire. Ceci rend ainsi particulièrement difficile toute modification profonde de l’équilibre des forces en présence. La sophistication du système est telle que chaque camp contrôle tout nouveau lancement et suit régulièrement la course des engins mis en place.

82De manière générale, on considère que 8 lancements sur 10 en URSS ont pour objectif des raisons militaires, alors qu’aux Etats-Unis la proportion ne serait que de 5 sur 10. L’évaluation est cependant hasardeuse dans la mesure où il n’est pas toujours possible de connaître la mission exacte d’un engin mis en orbite. Ainsi soyouz 3 et soyouz 5 ont notamment permis la mise au point de caméras d’espionnage très sensibles et cela en marge de la mission scientifique dont l’équipage était chargé. Il faut noter que les occupants des satellites habités ont été plusieurs fois formés d’équipages militaires.

83Dans d’autres cas, ce sont les cosmonautes qui, par la suite, sont engagés dans des programmes militaires, comme par exemple Tom Stafford, devenu responsable de haut rang après avoir piloté des engins spatiaux.

84La navette spatiale américaine, skylab, véritable laboratoire volant, représente un énorme progrès parce qu’elle peut emporter une charge considérable et se prêter à des manœuvres délicates. Elle a donc intéressé au plus haut point l’état-major du Pentagone. En effet, elle est capable d’emporter dans ses soutes des satellites militaires perfectionnés et blindés contre les tentatives de destruction. D’autre part, grâce à un bras articulé, elle pourrait reprendre des satellites en fin de course ou d’exploitation et les ramener sur terre. Ce fait serait d’une très grande importance dans le cadre d’un conflit armé puisque par la même manœuvre elle serait à même d’emporter des satellites non armés de l’adversaire, désorganisant ainsi le système de défense de celui-ci. Mais cette opération serait évidemment effectuée sous le regard de tous et les techniques de riposte et de destruction pourraient être des obstacles majeurs à ce genre d’opération. Les spécialistes cherchent la parade et la riposte à ce nouveau développement.

85Les satellites sont aujourd’hui venus s’ajouter à la liste impressionnante des armes utilisables dans une guerre future.

86La destruction d’un satellite par l’adversaire aurait, à coup sûr, des conséquences très graves, si graves même qu’il est envisageable que la prochaine guerre commence dans l’espace.

Notes

1 R. Clavaud. La communication par satellite. Telesoft No 5, août-septembre 1982.

2 J. Pares et V. Toscer. Les Systèmes de Télécommunications par satellites. Collection de l’Ecole Nationale Supérieure de techniques avancées, Masson Editeur, Paris, 1975.

3 Edward Ploman, « Guide des communications par satellites », Etudes et documents de l’UNESCO No 66, p. 11.

4 S. Carette, H. False, S. Gregory-Brive, « Les Télécommunications spatiales », Service de la Recherche de l’ORTF, Paris, 1972.

5 Simone Courteix, « Télévisions sans frontière, un problème de coopération internationale ». Recherches Ponthéon-Sorbonne, Université Paris I Economica 1975.

6 John V. Shute, « ATS 6 et la radio-difussion par satellite à réception communautaire », Revue de l’UER (Union Européenne de Radiodiffusion), Volume xxviii.

7 Enzo Castelli, RAI, Intervention au colloque du Prix ITALIA, Venise, septembre 1982.

8 R. Clavaud, » La communication audiovisuelle par satellite », Telesoft No 5, août-septembre 1982.

9 Enzo Castelli, op. cit.

10 Jacqueline Denis-Lempereur, « La télévision par satellite avant l’heure », Sciences et Vie No 779, août 1982.

11 Cuba, Bulgarie, Hongrie, Afghanistan, Laos, Mongolie, Pologne, RDA, Roumanie, Syrie, Tchécoslovaquie, Vietnam et Yémen.

12 Spencer Moore, « Les satellites canadiens : pratique actuelle et plans d’avenir ». Revue UER No XXVIII.

13 Jacqueline Denis-Lempereur, « La télévision par satellite avant l’heure » Sciences et Vie No 779, août 1982.

14 Séminaire régional sur les résultats des campagnes de simulation sur les données du satellite français SPOT en Afrique de l’Ouest. Juillet 1982. Centre de télédétection de Ouagadougou en collaboration avec le GOTA, Groupement pour le Développement de la Télédétection Aérospatiale et le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), tous deux français.

15 Léonid Sedov, membre de l’Académie des Sciences de l’URSS, Colloque « Monopoles nationaux radio-TV face au développement des satellites », Nice, avril 1979.

16 « L’utilisation de l’espace extra-atmosphérique ». « Armer ou désarmer », brochure 1980, SIPRI.

Auteur

Journaliste, Télévision suisse romande, Institut universitaire d’études du développement.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search