Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles chaînes

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Faouez Mellah
, 
Dominique Perrot
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

A la mémoire de Roy A. Preiswerk, ancien Directeur de l’Institut, qui ne cessa de combattre les multiples effets de l’impérialisme culturel.

Même si, dans la plupart des pays de voie de développement, les élites occidentalisées ont adopté nos modèles de développement, on ne peut pas concevoir comment les peuples entiers pourront dans le cadre d’une nouvelle « rationalité » pour le bien-être et le « progrès », se contraindre à nier collectivement leur spécificité culturelle.

Roy A. Preiswerk

1Pour de multiples raisons, la réflexion sur l’usage et l’avenir de la télévision est aujourd’hui à la mode. 1983, on le sait, a été proclamée « année mondiale des communications ». Par ailleurs, les ouvrages consacrés à ce thème ne se comptent plus. Et puisque la plupart de nations industrielles cherchent aujourd’hui à sortir de la « crise » en misant sur le développement des industries de pointe, le problème a progressivement envahi l’ensemble des médias eux-mêmes. A quoi bon, dès lors, consacrer ce numéro des Cahiers à un sujet déjà largement balisé ?

  • 1 L’Amérique latine est certainement le continent du Tiers Monde où cette densité est la plus forte, (...)
  • 2 Ainsi, par exemple : « Pour le tiers-monde, la création d’infractructures de communication saines ( (...)

2Si les nouvelles formes de communication font aujourd’hui l’objet d’un large débat, celui-ci est généralement étendu à l’ensemble de la filière télématique (banques de données, informatique, satellites, production de programmes, etc.) et il se limite le plus souvent aux effets que celle-ci entraîne, ou risque d’entraîner, à l’intérieur des pays industrialisés. Notre propos est donc plus modeste puisqu’il ne porte que sur les problèmes liés aux prochains lancements de satellites de télévision, mais il s’efforce aussi de les envisager dans une perspective relativement négligée par les publications de langue française et qui concerne la manière dont les nouveaux médias risquent d’accélérer les changements en cours dans les pays du Tiers Monde. Sans doute les problèmes ne se posent-ils pas partout de la même manière, ni avec la même urgence, car la densité des récepteurs de TV est loin d’être uniforme1. Mais, quelles que soient les disparités actuelles, les enjeux sont semblables et l’on peut même prétendre que ce sont les pays aujourd’hui les moins bien équipés en matière télévisuelle qui vont devoir faire face à l’assaut le plus rude : ne constituent-ils pas, du fait même de leur « retard », le plus formidable marché potentiel ? Voilà pourquoi les organisations internationales et transnationales s’efforcent de convaincre les dirigeants du Tiers Monde que les techniques modernes de la communication sont désormais nécessaires à la promotion du « développement ». N’ont-elles pas tout à y gagner ?2

3Ce sont évidemment les satellites de télévision directe qui transforment la problématique ; jusqu’ici, l’image transitait par voie hertzienne, ce qui impliquait la création de nombreux relais, indispensables pour atteindre les endroits reculés : équipement onéreux pour les pays industrialisés et hors de prix pour les pays pauvres. Le satellite direct permet désormais d’atteindre à peu de frais n’importe quel point du globe. Une fois de plus, la technique triomphe des obstacles naturels et le progrès confirme sa prétention à l’universalité.

  • 3 Les Etats-Unis et la Chine n’importent que 1 % de leurs programmes. Le Japon et l’URSS en importent (...)

4C’est à partir de là qu’il faut s’interroger car, au-delà des possibilités techniques, se profile la question du contenu des programmes proposés par les « industries culturelles ». Chaque pays proclame bien haut que sa TV a la vocation de promouvoir les « valeurs culturelles nationales » mais bien rares sont ceux qui peuvent envisager de produire eux-mêmes la totalité de leurs programmes3. Il faut donc acheter ailleurs les téléfilms qui passionnent les foules, se laisser tenter par les émissions offertes par les annonceurs publicitaires, ou se résoudre à diffuser — comme on l’a vu parfois — telle partie de football disputée le mois précédent dans une lointaine métropole ! A quoi s’ajoute le fait que, pour le consommateur individuel, les nouvelles techniques vont multiplier les offres de programmes, surtout dans les petits pays où l’on pourra capter, de surcroît, les images venues de l’autre côté des frontières. Mais on sait aussi que des Etats voisins ne professent pas nécessairement des idéologies voisines... Dans la guerre (révolutionnaire ou contre-révolutionnaire), l’information/propagande n’est-elle pas aussi importante que les canons ?

  • 4 Tristes tropiques, Plon, Paris, 1955, p. 318.

5On s’est beaucoup inquiété, naguère, de la colonisation des esprits par l’école et l’on n’imagine plus, aujourd’hui, que les écoliers de l’Afrique francophone s’instruisent en récitant l’histoire de « nos ancêtres les Gaulois ». Mais l’impérialisme culturel de ce temps-ci n’est-il pas plus grave encore ? Tant que l’on vivait dans la « galaxie Gutenberg », la contamination épargnait l’ensemble de ceux qui n’avaient pas le privilège de savoir lire et écrire ! Demain, des populations entières seront livrées à la séduction de l’image. On dira que la radio a déjà amorcé cette révolution de l’universel, mais le déchaînement télévisuel n’introduit-il pas, dans ce processus, un saut qualitatif ? Or, au lieu de s’interroger sur cette mutation, on se hâte de la légitimer en lui attribuant des vertus positives : renforcement de la compréhension internationale, avènement de la culture universelle (the village world cher à McLuhan), accès instantané à l’information, développement des possibilités éducatives, etc. C’est peut-être le lieu de rappeler que, voici bientôt trente ans, Claude Lévi-Strauss remarquait que l’écriture paraissait favoriser l’exploitation des hommes avant leur illumination ; il poursuivait en disant : « L’emploi de l’écriture à des fins désintéressées, en vue d’en tirer des satisfactions intellectuelles et esthétiques, est un résultat secondaire, si même il ne se réduit pas le plus souvent à un moyen pour renforcer, justifier ou dissimuler l’autre »4. Que dire alors, aujourd’hui, du pouvoir qui se cache derrière les nouvelles techniques de communication ? Personne ne doute qu’il ne soit énorme, mais personne ne peut savoir encore qui des transnationales ou des Etats en sera le détenteur effectif. On s’était habitué à voir les Etats s’efforcer de limiter le monopole des grandes compagnies, au nom de la liberté du commerce. On risque d’assister bientôt aux efforts des grandes compagnies pour supprimer le monopole des Etats, afin de sauvegarder la liberté de l’information. Là encore, l’enjeu est d’importance.

6Ce faisceau de questions nous a paru suffisant pour mettre en chantier ce Cahier dont la problématique rejoint une préoccupation toujours présente à l’Institut universitaire d’études du développement : affirmer la diversité culturelle et dénoncer les dangers du « progrès » niveleur. Or, cette réflexion sur les incidences de la technologie de pointe permet, entre autres, de montrer de façon exemplaire les transformations fondamentales qu’entraîne l’extension du système productiviste : désormais, l’information n’est plus considérée comme cette qualité propre au monde vivant qui, combinée à l’énergie, lui permet de se reproduire ; elle est devenue elle-même une marchandise ou, mieux encore, un nouveau facteur de production essentiel au développement des entreprises post-modernes. Autre cas tout aussi significatif : celui de l’orbite géostationnaire qu’il convient dorénavant de considérer, nous dit-on, comme une « ressource rare » : le ciel avait été débarrassé de ses dieux, le voici encombré par les choses.

7Enfin, en plaçant ce Cahier sous le titre des « nouvelles chaînes », nous n’avons pas seulement voulu jouer sur les mots. Il s’agissait surtout de manifester à quel point le terme est lié à la culture contemporaine : encouragé par le système à faire un usage toujours plus grand de sa liberté de consommateur, l’homme moderne ne peut bientôt plus satisfaire ses désirs qu’en les abandonnant à des chaînes : chaînes de restaurants, chaînes de supermarchés, chaînes d’hôtels, chaînes de haute-fidélité... De ce point de vue, les chaînes de télévision ne constituent qu’un cas particulier, et la fortune du mot devrait nous inciter à méditer sur la misère à laquelle il pourrait bien nous condamner.

8L’équipe des Cahiers.

Notes

1 L’Amérique latine est certainement le continent du Tiers Monde où cette densité est la plus forte, tandis que l’Afrique est celui où elle est la plus faible. Selon les données ou les estimations du World Radio TV Handbook (1983), voici, pour quelques pays, le nombre de postes de TV disponibles pour mille habitants : Etats-Unis, 615 ; Suisse, 319 ; France, 307 ; Japon, 251 ; Chili, 240 ; Argentine, 216 ; Brésil, 116 ; Egypte, 86 ; Côte d’Ivoire, 70 ; Algérie, 65 ; Colombie, 63 ; Gabon, 36 ; Chine, 9,4 ; Indonésie, 9,3 ; Madagascar, 8,1 ; Ghana, 6 ; Nigeria, 5,9 ; Bénin, 3,6 ; Haute-Volta, 2,6 ; Inde, 2,5 ; Ethiopie, 1 ; Zaïre, 0,3.

2 Ainsi, par exemple : « Pour le tiers-monde, la création d’infractructures de communication saines (et l’Année mondiale de la communication s’est donné comme première tâche de les promouvoir) est une condition sine qua non du développe-mont » (éditorial du Courrier de l’UNESCO. mars 1983, p 1) ou encore : « Communication et développement sont deux notions inséparables. Dans le monde complexe d’aujourd’hui, l’efficacité des services de communication est une condition indispensable d’une gestion rationnelle de l’économie » (Richard Butler, Secrétaire général de l’UIT, ibidem, p. 7). Relevons les expressions « condition sine qua non », et « indispensable » !

3 Les Etats-Unis et la Chine n’importent que 1 % de leurs programmes. Le Japon et l’URSS en importent environ 10 % et l’Europe 30 %. Cf. Jean-Pierre Chamoux, L’information sans frontière, série Impact, La Documentation française, Paris, 1980, p. 69.

4 Tristes tropiques, Plon, Paris, 1955, p. 318.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.