Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise et chuchotements

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Cassures

La crise et la fin de l’économie politique

Claude Auroi

Texte intégral

1Notre propos dans ce papier est moins de discuter des effets actuels ou futurs de la crise de l’économie mondiale que de voir dans quelle mesure nos schémas de réflexion économique sont encore adaptés aux réalités nouvelles que nous vivons dans les sociétés industrielles.

  • 1 L’ironie de cet essai réside dans l’utilisation malgré tout des outils de l’économie politique domi (...)

2Le point central de notre méditation est que les modèles d’analyse économique marxistes, néo-libéraux et keynésiens ne sont plus des instruments suffisants lorsque nous essayons de comprendre les transformations foudroyantes survenues pendant ces vingt-cinq dernières années. Les concepts sur lesquels ils reposent ainsi que les indicateurs qu’ils utilisent sont fondés sur des structures sociales aujourd’hui dépassées et sur une mentalité psycho-sociale surannée. Dès lors, telle qu’elle est enseignée actuellement, l’économie politique correspond à un mode de production en voie d’extinction et une nouvelle théorie est incontestablement à construire1.

De la crise et de ses conséquences épistémologiques

3Les catégories d’analyse utilisées pour cerner la notion de crise au niveau économique sont toutes empruntées à l’arsenal de la pensée marxiste ou néo-libérale. Le phénomène décris est caractérisé par rapport à une dynamique régressive des agrégats classiques du produit social et de son corollaire le revenu ainsi que de l’emploi.

4Les analyses de type monétariste tiennent aujourd’hui une part importante de la pensée économique, car les fluctuations de prix et de taux d’intérêt sont censées être le reflet des désajustements entre la masse monétaire en circulation et la production disponible.

  • 2 « La tendance réelle de la production capitaliste... entraîne, avec la décroissance relative contin (...)
  • 3 La télématique mettra des millions d’employés de bureau au chômage dans les années à venir.

5Dans l’analyse marxiste, la notion de profit est toujours privilégiée, parfois remplacée par celle de surplus (Baran, Sweezy) et sa « baisse » tendancielle2 serait l’indice de la crise du monde capitaliste, crise par ailleurs définie cycliquement. L’analyse marxiste saisit cependant de plus près que la théorie libérale les mécanismes socio-économiques fondamentaux, car elle accorde une importance centrale aux éléments structurels et spécialement à la concentration industrielle. Les mécanismes élaborés par Marx et Engels complétés par Lénine correspondent effectivement au déroulement de l’histoire de ces cinquante dernières années et les instruments d’explication de l’émergence des crises sont fondamentalement corrects jusque vers 1930. Péréquation et baisse tendancielle des taux de profit, crise de surproduction (ou de sous-consommation), expansion impérialiste et abaissement des coûts de production, ces théories étaient appropriées à l’explication de l’économie capitaliste jusqu’à l’apparition du keynésianisme et restent encore partiellement valables aujourd’hui. En revanche, le marxisme classique est actuellement dépassé par les effets de ses propres prévisions scientistes et déterministes, car le capital remplacera un jour presque totalement le travail3 et le prolétariat disparaîtra en tant que force sociale porteuse d’un projet révolutionnaire. La théorie de la paupérisation relative de la classe ouvrière n’aura alors plus de sens.

  • 4 Bien que Keynes lui-même ne raisonnât qu’en courte période, il avait l’habitude de dire « que dans (...)
  • 5 « La loi psychologique fondamentale sur laquelle nous pouvons nous appuyer en toute sécurité, à la (...)
  • 6 Plus la propension à consommer augmente plus la valeur du multiplicateur baisse.

6Le keynésianisme a mis en avant les notions d’investissement et de revenus et ses implications de croissance soutenue de la production4. Keynes a génialement défini le processus vertical de croissance à suivre, soit l’élargissement de la base consommatrice par l’investissement et la redistribution élargie des revenus. Dans ce modèle, la demande joue un rôle capital comme élément moteur du système, mais elle porte aussi en elle-même sa propre fin5. La propension marginale à consommer diminuant avec l’augmentation du revenu, l’expansion du système et le maintien de l’emploi ne peuvent être garantis que par des investissements croissants6. Mais ce processus conduit à un autre vice du système, à savoir une baisse de l’efficacité marginale du capital.

7Keynes rejoint Marx dans son explication de la crise latente du système capitaliste. Les solutions qu’il apporta à la relance ne permirent que de prolonger temporairement la vie active du capital grâce à une expansion de la demande effective.

  • 7 Fourastié ne croit pas à la saturation des besoins : « La satisfaction des besoins antérieurs, même (...)

8Celle-ci a atteint aujourd’hui un point de saturation dans les pays industrialisés capitalistes. Les besoins essentiels, physiologiques et individuels sont largement couverts dans la plupart des pays7. Dès lors le système se trouve devant une crise généralisée de surproduction. Il cherche naturellement à donner une riposte à ce formidable défi de son propre développement-destruction en puisant encore une fois dans l’arsenal classique des armes du passé. Il a une fois de plus recours à l’économie politique.

Les parades ridicules

9La saturation des besoins est fréquemment mise en doute par les tenants du système (qui font du wishful thinking), mais aussi par les dirigeants traditionnels de la classe ouvrière, qui ne peuvent guère faire autrement sous peine de perdre leur crédibilité. Les mesures de relance du pouvoir d’achat des débuts du gouvernement socialiste français sont typiques de cette forme de pensée. André Gorz a bien résumé la situation :

  • 8 André Gorz, Adieux au prolétariat, Paris, Ed. Galilée, 1980, 241 p., pp. 196-197. Le point d’infléc (...)

« Bien sûr, on peut objecter que des zones de pauvreté et même de misère subsistent dans la société actuelle ; que tous les ménages ne sont pas équipés de tous les biens de confort, que, par conséquent, une croissance de la production s’impose pour effacer les inégalités sociales et améliorer le niveau de vie des classes populaires. Il suffirait, ajoute-t-on parfois, d’accroître le pouvoir d’achat populaire pour « relancer » l’industrie des biens de consommation et y créer, dans l’immédiat, de nombreux emplois.
Pour séduisante qu’elle soit dans une perspective à court terme, cette argumentation keynésienne va se révéler illusoire dès qu’on aborde le moyen et le long terme. En effet, pour à peu près tous les produits industriels qui ont alimenté la croissance des vingt-cinq années écoulées, les besoins sont désormais saturés, ou presque : le taux d’équipement et de 85 à 95 % pour les différents « biens de confort » ; le taux de motorisation est proche du niveau américain et — chose trop peu connue —, s’il est plus faible dans les grandes villes que dans les petites, ce n’est point parce que les pauvres y sont plus nombreux, mais parce que les difficultés de la circulation et du stationnement urbains sont telles que les transports en commun conservent ou reprennent d’évidents avantages.
Le marché des véhicules et des biens de confort est et restera essentiellement un « marché de remplacement » : autrement dit, la production sert principalement à remplacer les équipements usés et non à doter les ménages non encore équipés8. »

10Dans cette perspective, l’accélération de l’obsolescence des produits (usure incorporée) est un vieux truc qui marchera encore pendant un temps limité lors de la phase déclinante du capital.

11Le système tend cependant à créer de nouveaux besoins, objectera-t-on, en étendant la sphère marchande vers des domaines jusque là réservés (éducation, santé, loisirs, voyages, services de tout genre, etc.). Certes, mais il ne faut pas oublier que le fondement du capitalisme est la production de biens matériels, les seuls permettant de créer de la plus-value. Il faut dès lors, pour que les biens immatériels puissent être systématiquement monétarisés que l’appareil de production proprement dit assure un surplus suffisant. Or, par le phénomène de saturation des besoins il tend à la stagnation.

12L’extension des marchés, notamment vers le Tiers Monde est une stratégie de contre-crise certes applicable mais qui se heurte à l’opacité anti-keynésienne des classes oligarchiques des pays neufs et à la concurrence effrénée que se font les différents types de capitalisme entre eux. Il s’en suit que l’expansion vers de nouveaux marchés est relativement lente mais qu’elle présente une « alternative » partielle qu’il faut également relier aux tentatives de redéploiement industriel. Néanmoins la conséquence la plus évidente se fera sentir sur les nouveaux marchés eux-mêmes, par leur propre extension, et bien peu sur les marchés anciens, car la soit-disant concurrence de l’industrie du Tiers Monde sur les marchés développés ne résistera guère à l’automation générale de ces derniers.

  • 9 Jacques Attali, La nouvelle économie française, Paris, Flammarion, 1978, 252 p., pp. 24-25.

13Les palliatifs monétaristes sont les pires car ils dépriment encore plus l’appareil de production et paupérisent une fraction importante du prolétariat. Mais la recette en elle-même ne prendra pas et restera sans lendemain car l’équilibre ne peut pas être rétabli seulement en jouant sur les prix et les dépenses. C’est la structure même de l’appareil de production qui est en cause et non seulement le volume de l’offre. Il est cependant probable que les partisans de la « reaganomics » vont tendre à une restructuration de l’industrie dans le sens d’une adaptation à un nouveau type de demande. « C’est là sans doute une des principales critiques qu’on peut adresser au système capitaliste : au-delà des individus et des groupes sociaux concernés il a besoin de crise pour organiser le changement. La crise est pour lui aussi naturelle que l’expansion. Mais, seule, elle rend possible une mutation profonde. Elle est à la fois une nécessité du capitalisme et une chance pour le socialisme. Elle ouvre la voie au changement »9.

14En résumé les vieilles recettes font faillite parce que :

  • les mécanismes de fluctuation des salaires et de l’emploi au gré de la conjoncture ne fonctionnent plus et infirment ainsi les fondements du retour à l’équilibre de la théorie libérale. Ceci donne raison à la conception keynésienne (rigidité des salaires à la baisse), mais,

  • les mécanismes keynésiens d’extension de l’emploi par l’investissement et la demande effective n’apportent pas non plus de solution à cause de l’inélasticité revenu croissante de la demande et du niveau trop bas de l’efficacité marginale du capital. Cela déprime les investissements nouveaux tout en maintenant les prix à la hausse afin de garantir une rentabilité minimale du capital.

  • 10 Y aurait-il, comme l’évoque Baudrillard, une baisse tendancielle du taux de jouissance ? « Selon un (...)

15En définitive ce sont les mécanismes psycho-sociologiques de la demande de biens10 et les mécanismes politiques de l’offre d’emploi qui sont grippés dans le système capitaliste. En outre la logique même de l’accumulation du capital, l’accroissement constant de la composition organique de ce dernier, ont conduit à une impasse. Le système, dans un dernier effort pour survivre, cherche à fuir en avant en accentuant encore plus le remplacement du travail par le capital, pensant par là dégager d’importants surplus de productivité investissables.

  • 11 Appareil de photo à disque au lieu de bobine ou de cassette.

16C’est ce qu’on appelle la troisième révolution industrielle. Cette révolution technologique, celle des microprocesseurs, est certes réelle et se développe à une rapidité foudroyante, mais son principal effet se fait sentir sur l’emploi, et non pas sur l’élargissement de la demande. D’une part le déplacement de la main-d’œuvre est accentué, et d’autre part la demande qui se porte sur les nouveaux biens est souvent une demande de remplacement d’anciens équipements, donc une reproduction simple du système11.

17La reproduction élargie fait problème dans la mesure où l’emploi ne fait que se réduire et le revenu se concentrer. Où est passée la société de consommation de masse ? Elle est certes toujours présente mais elle ne représente plus un phénomène essentiel car de plus en plus la production de biens de masse devient un processus trivial, commun, facile. Déjà pour chaque grand pays une seule usine suffirait pour chaque gamme de produits, et encore le nombre d’ouvriers y serait-il des plus réduits. S’il n’en est pas ainsi c’est à cause des conséquences sociales d’une restructuration complète.

18Plus fondamentalement la « production » en tant que concept a perdu son caractère angoissant, traumatisant (produire de la nourriture pour vivre, des maisons pour s’abriter, etc.) pour n’être plus qu’une préoccupation au niveau des « déséconomies » qu’elle provoque (pollution et épuisement des ressources non-renouvelables).

19Les parades ridicules, traditionnelles et pompeuses, s’avèrent inefficaces. Elles dévoilent d’une manière inquiétante que les dirigeants politiques, mais aussi la majorité des économistes n’arrivent pas à sortir de leurs schémas traditionnels de réflexion. Engoncés dans le carcan d’un mécanicisme simpliste, ils ne peuvent imaginer que la réalité court plus vite que leurs fictions. Le décalage mental s’accélère ; il serait urgent de le combler avant que les faits ne démontrent trop brutalement la faillite de l’économie politique.

La société post-industrielle

  • 12 Alain Touraine, La société post-industrielle, naissance d’une société, Paris, Denoël/Gonthier, 1969 (...)
  • 13 André Gorz, Adieux au prolétariat, op. cit.
  • 14 Dans les pays industrialisés le 50 % de la main-d’œuvre se trouve dans le tertiaire, 40 % dans l’in (...)
  • 15 Alain Touraine, op. cit., p. 25.
  • 16 Ibidem, pp. 25-26.

20Si les schémas de l’économie politique sont aujourd’hui dépassés et non remplacés, cela est dû à un changement vertigineux des méthodes de production. Automation, informatique, télématique et robotique ont bouleversé l’organisation du travail. Ce qui pouvait encore être écrit il y a dix ou quinze ans n’est plus valable aujourd’hui. Alain Touraine écrivait par exemple en 1969 : « Personne, je suppose, n’a sérieusement défendu l’idée que nous entrons dans une société où à court terme les ouvriers deviendraient une catégorie négligeable12. » Et pourtant André Gorz, onze ans plus tard, pouvait envoyer ses « Adieux au prolétariat »13. Bien qu’il existe encore des prolétaires, ils sont en nombre toujours décroissant14 et surtout leur pouvoir en tant que classe est aujourd’hui en déclin. Le même Touraine le reconnaissait : « La question n’est pas de savoir si les ouvriers et le syndicalisme disparaissent, mais si le mouvement de la classe ouvrière est, aujourd’hui comme hier, au cœur de la dynamique et donc des combats de la société. Cette question claire mérite une réponse simple, même si on doit apporter ensuite des nuances et compléments : la classe ouvrière n’est plus dans la société programmée, un acteur historique privilégié15, et cela « simplement parce que l’exercice du pouvoir capitaliste au sein de l’entreprise n’est plus le ressort principal du système économique et donc des conflits sociaux »16.

  • 17 Les manipulations génétiques de toutes sortes ont fait de cette discipline une pure instrumentation (...)

21Le dépérissement des classes sociales et la floraison des groupes de toutes sortes est le résultat de la désagrégation du système industriel et de la réduction à une part minime du rôle de la production matérielle. Ce n’est pas seulement la science économique qui entre en crise mais la sociologie. Le regain d’intérêt suscité par les diverses formes d’anthropologie — et notamment par l’anthropologie culturelle — est dû, principalement, au désarroi dans lequel se trouvent les autres disciplines des sciences humaines, trop liées à une base spécifiquement industrielle. Et parallèlement, la biologie revient à la mode car on y cherche des traces du paradigme perdu, celui de la nature, mais il faut bien convenir aussi qu’elle est une des sciences la plus maltraitée par la frénésie productiviste17.

22Dans la mesure où les sciences humaines et la science en général sont en crise et où bon nombre de leurs postulats sont aujourd’hui erronés, la question se pose de savoir quels instruments nous pouvons encore valablement utiliser pour appréhender le monde actuel, sans parler du futur.

23A ce propos, deux hypothèses principales peuvent être énoncées :

  1. Une nouvelle économie politique sera reconstruite peu à peu (mais par qui ?) sans que l’on sache exactement sur quels concepts sociétaux, car la société (dominante) est en crise ;

  2. L’économie politique en tant qu’idéologie va mourir de sa belle mort et ne sera pas remplacée car les concepts de nature économique seront devenus obsolètes.

24Examinons ces hypothèses plus en détail.

1ère hypothèse

25Le problème central est celui du type de société qui va s’instaurer dans les pays développés. Le dépérissement de l’industrie classique et son remplacement par des robots, la miniaturisation des appareils les plus divers conduiront à une société centralisée-décentralisée. D’une part la fabrication de biens de consommation sera hyper-centralisée et d’autre part l’usage de toute une série de biens de capital pourra être très décentralisé.

  • 18 « Mieux encore : des machines intelligentes, des microprocesseurs, permettent aujourd’hui au petit (...)

26La production de ces machines ou robots restera certes l’apanage de grandes unités mais ces biens de production seront tellement performants que de petits ateliers seront suffisants pour leur usage. Aussi la production pourra-t-elle être très décentralisée et surtout très diversifiée18. Si cette hypothèse est correcte, la nature de la demande de biens pourra être toujours mieux prise en compte car l’appareil de production sera beaucoup plus flexible qu’aujourd’hui.

27L’espoir des néo-marxistes tels que Gorz est qu’une nouvelle société va se créer à partir de ces prémisses, une société où le mode de vie sera différent parce que ce sera la demande qui façonnera l’offre, et non l’inverse comme aujourd’hui.

28Le problème de l’emploi qu’implique ce modèle suppose une réorganisation profonde de l’organisation du travail. Chacun aura à travailler un certain nombre très réduit d’heures par année, et qu’il pourra utiliser très librement. Les calculs indiquent que 2 heures par jour seront amplement suffisantes. En outre et beaucoup plus fondamentalement le revenu de chacun sera garanti car le système, s’il est de nature démocratique, pourra se permettre de satisfaire les besoins de chacun avec une très petite part d’effort programmé des individus.

29Essayons maintenant de dégager quelques éléments de changement que ce modèle entraîne pour la théorie économique.

30En ce qui concerne les fondements mêmes de l’économie politique, la rareté n’est plus une notion centrale, bien que l’offre ne puisse pas non plus être illimitée. Les limites du modèle ne constituent cependant pas un problème majeur car ce n’est pas un modèle de croissance mais de reproduction simple d’un stade supérieur d’industrialisation. Il est même probable qu’une certaine décroissance en termes d’indicateurs classiques soit envisageable.

31Les désutilités que le modèle pourrait contenir, telles que les atteintes au milieu ambiant seront certainement bien moindres qu’aujourd’hui, bien qu’elles ne puissent pas être supprimées complètement.

32En définitive les notions d’offre, de demande, d’emploi, de revenu et d’investissement seront très marginales pour la compréhension d’un tel modèle. Il n’est pas certain en revanche que les exportations et les importations deviennent des préoccupations mineures.

33Inversement, des notions actuellement peu utilisées telles que la qualité des produits, leur durabilité, en un mot leur valeur d’usage seront déterminantes. L’individu devra savoir offrir à la société non plus tellement une somme de travail (un nombre d’heures) mais une capacité d’innovation, de discernement et de contrôle. La notion de marché passera à l’arrière-plan, la société sera programmée pour ses nécessités de base et laissée au libre jeu des forces sociales pour l’aménagement de la vie.

34Pour l’économie politique, l’existence réelle de ce modèle ne signifie pas une disparition totale mais une redéfinition de ses buts (le profit, le bien-être actuellement) vers le champ de la communication, du message. Un grand nombre de ces sphères échapperont cependant de plus en plus au calcul économique et à la statistique, car la comptabilisation ne sera pas nécessaire (bien que possible).

2ème hypothèse

35L’hypothèse de la disparition totale de l’économie politique est plus difficile à discuter par rapport à une pratique sociale concrète car elle se veut justement dégagée d’une telle contingence. Les deux théories qui se rapprochent le plus de cette hypothèse sont dues à Georgescu-Roegen d’une part et à Jean Baudrillard d’autre part. Les deux n’ont d’ailleurs en commun que leur acharnement à détruire l’économie politique traditionnelle, car leurs points de départ sont différents. Pour l’un il s’agit de l’épuisement inéluctable des ressources non-renouvelables, et, pour l’autre, des principes épistémologiques de la valeur.

  • 19 « L’opposition irréductible entre la mécanique et la thermodynamique provient du deuxième principe, (...)

36La hantise de Georgescu-Roegen est l’augmentation frénétique de l’entropie dans le système de production par la dégradation irrévocable de l’énergie19. En quoi cette théorie, empruntée à la physique, modifie-t-elle la pensée économique ? Pour Georgescu-Roegen, « la loi de l’entropie est à la racine de la rareté économique. Si cette loi n’existait pas, nous pourrions réutiliser l’énergie d’un morceau de charbon à volonté, en le transformant en chaleur, cette chaleur en travail, et ce travail à nouveau en chaleur. Les moteurs, les habitations et même les organismes (si tant est qu’ils pussent alors exister) ne s’épuiseraient jamais non plus. Il n’y aurait aucune différence économique entre les biens matériels et la terre au sens de Ricardo.

  • 20 Ibidem, p. 51.

37Dans un tel monde imaginaire, purement mécanique, il n’y aurait pas de véritable rareté de l’énergie et des matières premières. Une population aussi vaste que le permettrait l’étendue de notre globe pourrait en effet vivre éternellement. Un accroissement dans le revenu réel par habitant pourrait s’appuyer en partie sur une plus grande vitesse d’utilisation (exactement comme dans le cas de la circulation monétaire) et en partie sur une extraction minière accrue. Mais il n’y aurait aucune raison pour que survienne une lutte réelle, que ce soit à l’intérieur des espèces ou entre elles »20.

38Cette longue citation était nécessaire afin que l’on comprenne que la préoccupation majeure des disciples de Georgescu-Roegen est de substituer le calcul de coût classique par un calcul de coût énergétique, ce qui suppose en effet l’abandon d’un certain nombre de critères (maximisation du profit par exemple) et leur remplacement par d’autres (minimisation des dépenses énergétiques et préservation des biens à basse entropie).

39En un sens il s’agit bien de la mort de l’économie politique mais sur une base purement « théorique », à partir d’une certaine vision (catastrophiste) de l’évolution de la société humaine. Dans les faits la loi de la valeur n’est cependant pas du tout altérée par les principes de la thermodynamique, et spécialement par le second, dans la mesure où l’économie politique classique a toujours postulé la rareté des ressources et du travail, et que la gratuité des biens naturels telle qu’elle a été postulée par Marx n’est évidemment que relative. Cela ne veut pas dire que la loi de l’entropie n’a pas d’« utilité », sa prise en considération est un facteur positif d’invention technique permettant d’économiser l’énergie et les matières non renouvelables.

  • 21 Jean Baudrillard, Le miroir de la production, Paris, Castermann, 1973, p. 7.

40Quant à Baudrillard, sa critique de l’économie politique porte essentiellement sur la théorie de la valeur et du concept de « production ». Baudrillard, attaquant directement Marx, nie que la finalité de l’homme soit la production. L’homo oeconomicus est une fiction ou plutôt une mystification. « Un spectre hante l’imaginaire révolutionnaire : c’est le phantasme de la production. Il alimente partout un romantisme effréné de la productivité. La pensée critique du mode de production ne touche pas au principe de la production »21.

  • 22 Ibidem, p. 115.

41Baudrillard va au-delà de la valeur d’usage. Le rétablissement de sa primauté voulu par les marxistes, ne fait pas sortir l’humanité de l’économisme. L’« utopie », prônée par Baudrillard, rejette tout l’Economique en vrac pour lui substituer une vision de la liberté. « La révolte des Noirs vise la race comme code, c’est-à-dire un niveau bien plus radical que l’exploitation économique. La révolte des femmes vise le code qui fait du féminin le terme non marqué. Celle de la jeunesse vise un procès de discrimination raciste à la limite, où elle n’a pas droit à la parole. Et ainsi de toutes ces catégories qui tombent sous la barre structurale du refoulement, de la relégation, là où elles perdent leur sens. Cette position de révolte n’est plus celle d’exploités économiques, elle vise moins l’extorsion de la plus-value que l’imposition du code où s’inscrit la stratégie actuelle de domination sociale »22.

42C’est donc bien la primauté de valeurs autres qu’économiques qui est recherchée ici et en ce sens la mort de l’économie politique est immédiate. L’importance de cette théorie tient à sa radicalité mais aussi au fait qu’une partie des minorités opprimées des sociétés industrielles en a adopté l’essence (non-travail, recherche du plaisir, de la sociabilité, etc.). Elle se rapproche naturellement d’autres théories, moins radicales (Gorz par exemple) où de type ultra-gauche (Il Manifesto, Potere operaio, en Italie). Son ambiguïté tient au fait que la grande majorité des humains ne peut pas vivre sans un minimum de calcul économique. Même si celui-ci s’estompe il ne disparaîtra certainement pas entièrement. Epaulé par un système de mensurations énergétiques il subsistera comme une des bases de la valorisation de l’effort humain.

  • 23 Jacques Attali, op. cit., p. 32.

43En revanche, l’importance de l’économie politique ira diminuant, et l’intensité et la profondeur des relations humaines devraient s’en trouver rétablies dans leur rôle-clé et heureusement non mesurable. La crise a ceci de salutaire qu’elle nous fait comprendre que la loi de la valeur-travail est en train de mourir, que le technique supplante l’économique et que « en dernière analyse l’enjeu de cette crise est la liberté »23. Il ne s’agit plus par conséquent de mettre l’économie au service de l’homme, mais la technique. L’ironie de la situation veut que c’est le développement foudroyant de cette technique qui peut nous offrir une liberté plus grande. Mais hélas aussi l’inverse, un esclavage unidimensionnel.

Notes

1 L’ironie de cet essai réside dans l’utilisation malgré tout des outils de l’économie politique dominante, mais pour mieux la confondre.

2 « La tendance réelle de la production capitaliste... entraîne, avec la décroissance relative continue du capital variable par rapport au capital constant, une composition organique de plus en plus élevée du capital total ; la conséquence immédiate en est que, le degré d’exploitation du travail restant inchangé ou augmentant même, le taux de plus-value s’exprime dans un taux de profit général toujours décroissant... ». Marx, Le Capital III, in Les marxistes, Paris, J’ai lu, E. 13, 1965, p. 187.

3 La télématique mettra des millions d’employés de bureau au chômage dans les années à venir.

4 Bien que Keynes lui-même ne raisonnât qu’en courte période, il avait l’habitude de dire « que dans cinquante ans nous serons tous morts » : 1936-1986 !

5 « La loi psychologique fondamentale sur laquelle nous pouvons nous appuyer en toute sécurité, à la fois a priori en raison de notre connaissance de la nature humaine et a posteriori en raison des renseignements détaillés de l’expérience, c’est qu’en moyenne et la plupart du temps les hommes tendent à accroître leur consommation à mesure que leur revenu croît, mais non d’une quantité aussi grande que l’accroissement du revenu ». Keynes, John Maynard, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot, 1963, 405 p., p. 113.

6 Plus la propension à consommer augmente plus la valeur du multiplicateur baisse.

7 Fourastié ne croit pas à la saturation des besoins : « La satisfaction des besoins antérieurs, même vitaux, ne peut oblitérer les désirs nouveaux : elle rend au contraire l’être apte à les concevoir et à les ressentir. L’homme invente ses besoins au fur et à mesure que les besoins biologiques puis les besoins précédemment inventés, sont comblés ou atténués ». (Les 40 000 heures, Denoël/Gonthier, Paris, 1972, 259 p., p. 236). Oui peut-être, mais il ne faut pas oublier que le temps biologique à disposition de l’individu (le jour, la nuit, les saisons) est marqué par un biorythme, peu sujet à des changements radicaux d’accumulation d’objets et d’activités l’homme se heurte tôt ou tard à des limites temporelles et physiologiques.

8 André Gorz, Adieux au prolétariat, Paris, Ed. Galilée, 1980, 241 p., pp. 196-197. Le point d’infléchissement des courbes de demande se situe déjà autour de 1970. cf. Moïse Ikonicoff, 1970-1981 : Crise ou transition ?, EADI General Conference 1981, Working Paper, 27 p.

9 Jacques Attali, La nouvelle économie française, Paris, Flammarion, 1978, 252 p., pp. 24-25.

10 Y aurait-il, comme l’évoque Baudrillard, une baisse tendancielle du taux de jouissance ? « Selon une contre-économie mystérieuse du manque à gagner, ce qui assure en dernière instance le sujet dans son être, c’est cette dénégation vivace et fondamentale de la valeur, cette violence latente envers le principe d’identité et d’équivalence, cette vacillation au-delà de la satisfaction (...). C’est pour avoir rejeté tout cela en bloc comme de la « méta »-psychologie que l’économie et les sciences humaines actuelles voient s’effondrer leur édifice rationnel, sans pouvoir même rendre compte de leur échec ». Jean Baudrillard, Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard, 1972, p. 262.

11 Appareil de photo à disque au lieu de bobine ou de cassette.

12 Alain Touraine, La société post-industrielle, naissance d’une société, Paris, Denoël/Gonthier, 1969, 313 p., p. 24.

13 André Gorz, Adieux au prolétariat, op. cit.

14 Dans les pays industrialisés le 50 % de la main-d’œuvre se trouve dans le tertiaire, 40 % dans l’industrie. Les services fournissent 60 % du PNB. Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde, 1980, p. 167.

15 Alain Touraine, op. cit., p. 25.

16 Ibidem, pp. 25-26.

17 Les manipulations génétiques de toutes sortes ont fait de cette discipline une pure instrumentation industrielle. Hier les roses intéressaient surtout Joachim du Belley mais aujourd’hui c’est la société Moët-Hennessy qui achète le tiers des actions du premier producteur européen de rosiers et d’arbres fruitiers, Georges Delbard. « Diversification poétique ? C’est mal connaître Alain Chevalier et sa passion pour la biotechnologie. S’il s’intéresse à Delbard, c’est parce que ce pépiniériste est le premier au monde à pouvoir appliquer, à l’échelle industrielle, une technique de pointe : la multiplication in vitro des rosiers, pêchers, pommiers, etc. A partir d’une plante « élite » isolée, on peut multiplier sa copie conforme à l’infini. C’est un « clonage », fabuleux pour la vigne » (L’Express, 3.12.82).

18 « Mieux encore : des machines intelligentes, des microprocesseurs, permettent aujourd’hui au petit atelier de produire au moins aussi efficacement que la grande fabrique, sans avoir à supporter les mêmes frais de transport, d’encadrement, d’administration. La production peut être rapprochée de la consommation, les gaspillages et les déperditions qu’entraîne la centralisation peuvent être réduits » (Gorz, op. cit. p. 204).

19 « L’opposition irréductible entre la mécanique et la thermodynamique provient du deuxième principe, la loi de l’entropie. La plus ancienne de ses multiples formulations est aussi la plus limpide pour le profane : « La chaleur ne s’écoule d’elle-même que du corps le plus chaud vers le corps le plus froid, jamais en sens inverse. » Une formulation plus complexe mais équivalente dit que l’entropie d’un système clos augmente continuellement (et irrévocablement) vers un maximum ; c’est-à-dire que l’énergie utilisable est continuellement transformée en énergie inutilisable jusqu’à ce qu’elle disparaisse complètement ». Nicholas Georgescu-Roegen, Demain la décroissance, Lausanne, P.-M. Favre, 1979, p. 47.

20 Ibidem, p. 51.

21 Jean Baudrillard, Le miroir de la production, Paris, Castermann, 1973, p. 7.

22 Ibidem, p. 115.

23 Jacques Attali, op. cit., p. 32.

Acheter

Volume papier

amazon.fr