Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise et chuchotements

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Cassures

Artefact et développement

Andràs November

Texte intégral

Vide conceptuel

1Le spectre de la crise mondiale hante les discours économiques et politiques que charrient les médias. Mais, plus on tente d’approfondir l’analyse de la crise de notre temps, plus on est amené à constater qu’il existe une carence conceptuelle concernant sa nature véritable. On ne peut pas s’empêcher d’éprouver l’impression désagréable que la caste intellectuelle et politicienne (les conseillers des Présidents) qui serait censée élucider cette notion-clé, l’escamote plutôt. Elle s’empare de ce maître-mot pour démontrer les thèses partielles ou encore, elle échafaude les plans à court terme afin de parer au plus pressé. Une réflexion sociale globale et cohérente fait cruellement défaut.

2Deux visions diamétralement opposées tentent d’appréhender la crise actuelle :

  • La première, de loin la plus répandue, propose une explication économique. Elle affirme qu’il s’agit d’un phénomène cyclique, donc temporaire, qui exige les mesures correctrices qu’offre toute la panoplie élaborée par les économistes. Car, comme le remarque Thierry de Montbrial, « le cycle économique, c’est la vie ». La crise annoncerait, pour ainsi dire, un changement ou une mutation économique : elle n’est qu’une période d’apprentissage ou d’adaptation.

  • En revanche, la seconde vision est beaucoup plus pessimiste. C’est une perception apocalyptique qui redoute la fin de la civilisation européenne et prédit le déclin de l’Occident. Autrement dit, la crise est le signe annonciateur de la disparition prochaine du monde « civilisé » qui sombre lentement dans le chaos et dans la décadence.

  • 1 Samuel Pisar, La ressource humaine, J. C. Lattès, Paris, 1983.

3Entre ces deux pôles se situe l’idée de plus en plus acceptée que la crise est structurelle. Elle est inhérente à la société industrielle. Pour pouvoir la résorber, on devrait procéder à des restructurations économiques. D’aucuns attendent le salut des nouvelles technologies qui seules seraient susceptibles de déclencher la reprise : la vie économique et sociale « épousera désormais la courbe exponentielle des progrès technologiques »1. Les tenants de ce « credo technologique » affirment avec assurance que les technologies de pointe ouvrent la voie à une nouvelle ère économique qui n’engendrera pas d’effets sociaux pernicieux. Une fuite en avant pour aboutir, à la sortie de la crise, à un monde post-industriel, technologiquement et socialement meilleur.

4En tout état de cause, l’explication « économiciste » de la crise demeure dominante : le débat mondial qui réunit les économistes de tous bords autour de ce thème débouche sur une interprétation étonnamment concordante, d’abord au niveau des symptômes, ensuite au niveau des solutions. On relève la stagnation ou la baisse des activités productives, l’endettement interne et externe des Etats (et pas seulement ceux du Tiers Monde !), le taux de chômage élevé, l’inflation et l’effondrement des prix des matières premières.

5Quant aux remèdes possibles, on énumère inlassablement les mêmes, à savoir, la nécessité de la restructuration industrielle autour de nouvelles technologies, l’adoption d’une politique monétaire plus rigoureuse et l’instauration d’une répartition solidaire et plus équitable des activités économiques et leurs fruits entre Nord et Sud.

6La crise actuelle est peut-être le dernier sursaut d’un système socio-économique révolu, que ses adeptes tentent désespérément de sauvegarder contre vents et marées. Ils utilisent pour cela les armes économiques tranchantes (souvent même dans le vif) ; déflation, politique budgétaire restrictive et réduction des effectifs industriels. En effet, on voit partout resurgir les politiques économiques conservatrices qui se concentrent exclusivement sur le rétablissement d’un certain ordre économique, laissant de côté toute considération sociale. Certes, ceux qui appliquent cette politique d’austérité reconnaissent qu’elle est « douloureuse », mais ils sont résolus à briser tout obstacle qui se dresse devant la « remise en ordre » selon les conceptions économiques surannées.

7On entend de partout des discours musclés sur la nécessité de rétablir le taux de profit et la capacité bénéficiaire des entreprises par la voie de la restructuration industrielle. Et comme la crise est là, elle fait peur : on peut licencier et fermer les usines, réduire les investissements sociaux ou déplacer l’appareil productif d’une région à l’autre, sans se heurter à trop d’opposition. On en arrive même de présenter le chômage comme la rançon du succès de la politique économique libérale : ce serait le prix à payer pour le « progrès ».

8La crise est démobilisante pour ceux qui la subissent. La menace du chômage et de la perte du pouvoir d’achat incite l’acteur social à la prudence ou elle le condamne à l’inactivité ou à l’impuissance. Les décisions économiques le relèguent à l’état d’assisté passif. Elles lui enlèvent toute initiative et l’empêchent de se reconvertir en dehors du système imposé. La crise invite à l’abandon de la critique sociale, elle réduit la pensée « alternative » au silence. (« Silence, on relance ! »).

9Mais en voulant résoudre la crise par ce train de mesures, on ne peut lui porter remède. Il est plutôt à redouter que la reprise ne débouche sur une « re-crise ». Pour en sortir, il faudrait passer par un changement radical d’approche et de vision.

Paradigme de la crise

10Les effets économiques de la crise sont certes réels, mais il n’en demeure pas moins que l’on ne peut pas réduire la crise aux explications économiques.

11La crise apparaît aujourd’hui dans sa globalité. Elle gagne peu à peu tous les compartiments de la vie sociale et individuelle. Cependant, bien que l’on constate de nombreuses et fréquentes manifestations de divers symptômes que l’on associe, faute de mieux, à la crise, son étiologie reste à l’état embryonnaire. Ce flou reflète en fait la difficulté de conceptualisation du fonctionnement de notre société.

12La crise est omniprésente, mais son sens est introuvable. On peut alors se poser la question si les nombreux discours sur la crise ne veulent pas masquer le désarroi profond en face de notre incapacité à maîtriser le destin humain ?

13Force est de constater que la littérature sociologique est très pudique au sujet du paradigme de la crise. Les ouvrages, manuels, dictionnaires et encyclopédies des sciences sociales semblent éviter la problématique de front et la noient sous diverses dénominations (anomie, aliénation, défiance, conflit, malaise). Seule la crise avec l’épithète « économique » a voix au chapitre. Même le grand chantre de la crise, Marx, la réduit à son aspect économique et reste très évasif concernant l’essence même d’une crise globale. Tout ce qu’il prophétise, c’est que la crise du capitalisme doit obligatoirement déboucher sur la révolution prolétarienne.

14Quand on se penche sur la manifestation et le sens de la crise, on peut remarquer qu’elle a un statut sociologique particulier. Elle n’est donc pas synonyme d’expressions comme le blocage, la récession, le ralentissement ou le désordre du fonctionnement des institutions. Elle est tout à la fois cela et davantage. La crise est un épisode social authentique, dont les caractéristiques sont les suivantes :

  • Avant tout, la crise est vécue comme une situation intenable. Elle naît de la déception et du désenchantement. Ceux qui entrent en crise abandonnent l’espoir de pouvoir agir contre cette fatalité.

  • La crise se manifeste brutalement. Elle passe inopinément de l’état latent à une phase aiguë. Elle se déclenche de manière brusque et inattendue.

  • La crise implique une certaine renonciation. L’impression de « rien-ne-va-plus » domine et la « pagaille » règne. La crise est le domaine de l’incohérence.

  • La crise dépasse l’entendement et échappe à une logique analytique. Elle résulte d’une accumulation aléatoire d’effets économiques et sociaux : elle est l’aboutissement d’un enchaînement irréversible et imprévisible de décisions et d’actes collectifs et individuels.

  • La crise pulvérise les certitudes. Elle frappe au moment même où l’homme présume de ses forces et surestime ses facultés de domination sur son environnement social et naturel.

    • 2 André Gorz, Adieux au prolétariat. Au-delà du socialisme, Galilée, Paris, 1980, p. 1.

    La crise ne peut être associée à la notion de révolution, car elle ne comporte pas un projet social nouveau établi et énoncé par un groupe social organisé. C’est une révolte silencieuse devant les horizons obtus, sans perspectives. Comme le relève André Gorz dans ses « Adieux au prolétariat »2 : « La crise des systèmes industriels n’annonce aucun monde nouveau. La société qui se décompose sous nos yeux n’est grosse d’aucune autre ».

  • Enfin, la crise est créatrice. Elle est un creuset de heurs et malheurs. Elle marque une rupture avec le passé et fait engendrer de nouveaux rapports sociaux. Les nouvelles interactions sociales font disparaître le sentiment de la crise et en continuent la délivrance.

15Les caractéristiques d’une crise globale énumérées ici ne cadrent pas forcément avec la crise que nous vivons. En tout cas, l’amoncellement des signes menaçants nous invite à l’examen des racines de notre crise à nous et à poser des questions fondamentales sur le fonctionnement réel de notre société.

Paradoxe économique

16La crise actuelle remet en cause le fondement du système socio-économique du monde industriel, dont le fonctionnement devient de plus en plus inopérant, du fait qu’il s’est progressivement détaché de sa base sociale. La crise n’est pas seulement économique, mais celle de l’économie qui tourne dans le vide. Autrement dit, la crise est le procès que la société intente avec ses moyens institutionnels et non institutionnels à l’artefact économique : c’est-à-dire aux artifices économiques vidés de leur sens social.

  • 3 René Berger, L’effet des changements technologiques, Ed. Favre, Lausanne, 1983, p. 91.

17L’économique est devenu une fin en soi et soumet à sa prise toute activité sociale. La production, le marché et l’échange sont les forces motrices qui maintiennent artificiellement les activités économiques dans un état d’accélération élevée. C’est « l’économie de vélocipède » qui contraint à pédaler continuellement si on ne veut pas tomber. Ainsi, la société industrielle crée un univers économique et social entièrement fabriqué qui tend à devenir sa propre fin et aboutit à une « course sans fin et sans finalité »3.

18Les multiples aspects de la crise devraient orienter l’économie vers la prise de conscience écologique et sociale. Le moment est peut-être venu de réduire le statut dominant de l’économique et le faire intégrer dans une vision « socio-économique » plus globale. La dimension économique, au lieu de régner sans partage, ne serait dans cette optique qu’une composante des desseins d’une société. Mais il ne faut pas se leurrer : l’économie reste toujours présente et se manifeste d’une manière pesante dans l’ensemble des rapports sociaux. On ne peut pas l’évacuer complètement. Il faut être également conscient du fait que cette fusion éventuelle de l’économique et du social en un champ de discipline n’entraînera pas forcément l’apaisement ou l’harmonie sociale, car le paradoxe fondamental de toute société ou groupe social subsiste, à savoir, l’interaction conflictuelle entre l’objectif économique et le dessein social. Un projet social a toujours un prix économique, et inversement, l’action économique a toujours un coût social (même s’il n’est pas exprimé en termes quantitatifs ou monétaires).

19Livrée à elle-même, sans contenu social, l’économie industrielle fondée sur la technologie puissante est envahissante et s’impose avec ses effets pervers : elle entraîne inévitablement le renfort des grandes unités centralisées au détriment des entités autonomes décentralisées, la concentration du pouvoir économique dans les mains de quelques entreprises transnationales, la centralisation des connaissances scientifiques et technologiques dans les pays industrialisés du centre et la dépendance de l’échange des marchandises importées au lieu d’utiliser les ressources locales.

20La science économique devrait quitter ses hauteurs intellectuelles et se consacrer davantage à l’analyse des mécanismes microéconomiques des rapports sociaux. Elle perdra peut-être de sa superbe, mais gagnera certainement au niveau de décodage du fonctionnement de la société dans toutes ses dimensions. Il est nécessaire de faire table rase des idées reçues et des théories révolues pour retourner aux sources afin de découvrir le véritable réseau social qui est le fondement même de tout « savoir » dans les sciences humaines. Il importe de découvrir la « logique sociale » authentique telle qu’un groupe social la vit et l’exprime à travers ses interactions économiques, sociales et culturelles. Il conviendrait de mettre enfin « l’économie au quotidien » qui multiplie les observations minutieuses et accumule les faits sur le comportement des différents groupes sociaux. Notre société en perpétuel « développement » ne se connaît pas, comme elle ne se reconnaît pas non plus dans le miroir tendu par de nombreuses théories économiques. La tâche principale qui attend les sciences humaines en temps de crise est de remettre en question son savoir lacunaire et de susciter la créativité sociale.

Crise et « développement »

21Depuis tantôt trente ans, les chercheurs rabâchent les problèmes du « développement » sans avoir obtenu la reconnaissance d’un statut scientifique propre à leur discipline au sein de la famille des sciences humaines. Un tel statut, s’il existe un jour, impliquerait la détermination claire et sans équivoque de « l’objet » de la science du développement et, en même temps, l’élaboration d’une méthodologie appropriée. C’est par cette voie que passe l’affranchissement et la consécration d’une nouvelle discipline dans les sciences humaines.

22D’emblée, on peut constater que les problèmes commencent dès qu’il s’agit de déterminer le champ de l’étude du développement, c’est-à-dire, la définition de son concept. On sait, hélas trop bien, que la notion du développement correspond davantage à une dénomination commune des sujets dispersés au lieu de devenir un dénominateur commun des aspects divers de la même discipline. La communication passe, entre spécialistes, par le « jeu des suppositions » réciproques : chacun pense que son interlocuteur sait ce que « développement » veut dire, il est donc inutile de le définir. Pourtant quiconque parle du « développement » ou du « Tiers Monde » met dans ces termes un contenu différent. Comme chacun recourt à une image mentale qui lui est propre et qui est formée de nombreux éléments hétérogènes, le dialogue n’est pas perturbé tant que personne n’exige des éclaircissements concernant le contenu de ce concept très largement utilisé.

23Mais peut-on doter la notion de développement (en même temps que celles de sous-développement ou de maldéveloppement) d’un contenu plus ou moins acceptable ? Actuellement, à défaut d’une définition, un consensus minimal s’établit autour de deux idées forces. D’abord, le concept de développement ne se borne pas à la croissance économique mais englobe la dimension socio-culturelle des sociétés. (On peut cependant remarquer que cette acception de la notion du développement reste au niveau du discours. En réalité, toute pensée en la matière est fortement imprégnée par les idées économiques et obnubilée par l’idéologie de la croissance économique). Deuxièmement, devant l’échec patent des différentes stratégies de développement conçues dans les pays industrialisés, l’élaboration des stratégies « alternatives » s’impose. A partir de ces points, le débat est ouvert.

24La définition d’une méthode spécifique appliquée à l’étude du développement est non moins ardue. Une telle méthodologie devrait apporter des réponses aux interrogations multiples que ce domaine soulève. Or, on peut se demander si les difficultés que l’on rencontre à délimiter le champ d’étude du développement et les carences méthodologiques ne poussent pas les chercheurs à renoncer à instaurer une nouvelle branche des sciences humaines que l’on pourrait appeler éventuellement « développementologie ». Au demeurant, l’élaboration d’une méthode propre à l’étude du développement est en suspens : les méthodes actuelles (empruntées essentiellement à la science économique) ne donnent plus entière satisfaction, mais on ne voit pas encore se dessiner à l’horizon une méthodologie nouvelle. Pour que naisse cette nouvelle démarche en vue d’alimenter nos connaissances des processus du développement, les disciplines, actuellement juxtaposées, devraient dialoguer davantage et tendre vers l’interdisciplinarité au lieu de la dispersion méthodologique. Les sciences humaines qui visent à la compréhension des problèmes réels des sociétés, devraient se décloisonner et s’interpénétrer afin d’améliorer la production du savoir.

25« Développement », « sous-développement », « Tiers Monde », autant de notions « creuses » (mais non moins profondes) que l’on peut apprêter, par commodité intellectuelle, à toutes les sauces ? Pour lever l’hypothèque de manipuler un objet sans substance, il faudra considérer le développement comme un système d’interaction sociale orienté vers l’auto-détermination. En fait, le vocable de « développement » désigne un processus de transformation intentionnelle de l’ensemble des structures économiques et sociales des pays en voie de développement. L’accent est mis sur le caractère délibéré du changement, autrement dit, sur « l’aspiration au développement ». L’ambiguïté de la formule n’est pas due au hasard, elle suggère la question : « qui veut développer qui et selon quelles prémisses ? ». Car, actuellement le domaine du développement est soumis à la volonté des différents « développeurs » (gouvernements, administrations, organisations internationales et associations d’aide). Ils planifient, organisent, financent, aident ou coopèrent au nom du « développement » dont le sens reste toujours dans l’ombre. L’urgence de l’action sur le terrain l’emporte sur toute autre considération au sujet de ce que le vrai « développement » pourrait être. Ainsi le Tiers Monde — les pays en voie de développement — devient un immense chantier pour les projets dépourvus de finalité.

26La notion de développement sert ainsi comme prétexte pour mener une vaste expérience de modernisation des économies du Tiers Monde. C’est la pensée économique qui prime toute action dont le but principal semble être le « rattrapage » d’un monde industriel pratiquement révolu. Le paradoxe économique se perpétue dans les stratégies du développement. L’échec est patent et le rejet est à la mesure des ambitions : on ne peut pas s’immiscer dans la vie d’autrui sans son assentiment, sans le respect de sa culture, sans la connaissance de son organisation sociale et de son passé... ou si on les ignore, on provoque la crise.

Notes

1 Samuel Pisar, La ressource humaine, J. C. Lattès, Paris, 1983.

2 André Gorz, Adieux au prolétariat. Au-delà du socialisme, Galilée, Paris, 1980, p. 1.

3 René Berger, L’effet des changements technologiques, Ed. Favre, Lausanne, 1983, p. 91.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter