Version classiqueVersion mobile

Crise et chuchotements

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Repérages

La révolte impuissante remarques sur l’enfermement social

Bernard Crettaz

Texte intégral

1Nous interrogeons la crise avec nos apriori, nos structures mentales et nos conditionnements sociologiques. Il est dès lors essentiel d’interroger la genèse même de nos questions sur la crise. Ainsi nos quelques remarques visent à dévoiler le « lieu » à partir duquel s’informent nos concepts et notre problématique. Très résumée notre position peut s’énoncer ainsi :

il existe sur la crise une perception actuelle abstraite et réductrice qui provient de la colonisation de la crise par l’économique. En décolonisant, on découvre une dimension profonde et cachée à l’œuvre dans toutes les sociétés et dont la crise est l’une des expressions. Notre société n’a pas l’apanage de la crise et son attitude est double : elle généralise la crise tout en l’enfermant.

Attitudes face à la crise

2Quand bien même les proclamations sur les différentes sortes de crise sont multiples, il se produit un double processus à son égard : banalisation et colonisation par l’économique. Grâce à l’aide complaisante des médias, la banalisation s’étend, faisant descendre la crise dans l’ensemble des divers acteurs et groupes sociaux. Ainsi la crise est intégrée à l’air du temps qui ne peut se respirer sans elle. Ce phénomène est parallèle à la toute puissante mainmise de l’économique sur la crise. Plus que jamais, et quoi qu’en disent certains, le primat de l’économique s’affirme et la crise paraît tout entière contenue dans son domaine : dès que l’on évoque l’économique, on voit surgir la crise ; dès que l’on nomme cette dernière, on voit surgir l’économique. Il se passe ici comme un engluement réciproque, ou une sorte de colonisation désirée de part et d’autre qui produit la grande réduction de la crise en même temps que sa généralisation.

3Face à cet enfermement généralisant, les petits intellectuels chercheurs que nous sommes se trouvent acculés à trois sortes d’attitudes : trouver et dire du nouveau à tout prix ; entrer dans la sur-généralisation de la crise, en y ajoutant, comme en holocauste final, celle de notre « discipline » ; refuser la crise en montrant qu’elle n’est qu’une superficialité construite. Ces trois attitudes sont évidemment vouées à l’échec. Qui peut aujourd’hui et sur quoi que ce soit prétendre dire des choses neuves ? Qui peut sans autre accepter la généralisation de la crise alors qu’elle est peut-être plus rare que nous le pensons ? Qui peut dire qu’elle n’est qu’une vue de l’esprit sans expliquer la genèse de cette vue de l’esprit et sa signification idéologique ?

4On pourrait ici avoir un poste stratégique privilégié pour l’observation de la classe intellectuelle. Impuissante à dire du nouveau, selon les rites du milieu, elle se transforme au rythme des modes et des insertions sociologiques, en chantre du refus de la crise ou en chantre de sa généralisation. Cependant les divers règlements de comptes avec la crise ne s’expliquent pas uniquement par les conditions institutionnelles du savoir intellectuel. Il y a d’autres règlements de comptes plus profonds d’ordre historico-analytique, où l’on pourrait dire avec humour que nos mauvais rapports avec la crise ont leur source dans la mauvaise mère qu’elle fut et dans la sœur incestueuse qui secrètement nous colle à la peau.

On veut dire par là ceci : lorsque, au cœur de notre mental, on décolonise un peu la crise de son engluement à l’économique, on découvre deux sortes de crises que nous aimerions aujourd’hui évacuer et sous-estimer.

5L’une se situe dans les hauteurs de l’histoire et de la pensée. L’autre se loge dans l’existentiel, le quotidien et la micro-histoire. Peut-être est-ce précisément parce que nous vivons leur disjonction que nous ne sommes en bonnes relations ni avec l’une, ni avec l’autre. Mais l’une et l’autre, réajustées pour un instant, nous donnent la trace du phénomène social total qui s’exprime dans la crise.

6Dans les hauteurs, les intellectuels honteux ont à rappeler ici un titre de noblesse : nous-mêmes et notre génération sommes fils de la crise. Elle fut au cœur de la problématique occidentale. Elle devait permettre le bouleversement de l’Histoire. Elle fut espérance créatrice et condition de la révolte. Au cœur de la pensée qu’il faut encore oser nommer dialectique, la crise occupe une place centrale : elle est et définit le moment de la rupture, la possibilité de la prise de conscience et l’utopie du changement. Elle eut, en Europe, sa dernière grande expression entre les années 1965 et 1973. Peut-être est-ce dans la déception puis dans la désespérance et enfin dans la reprise en mains qui a suivi, que ses fils n’osent ni reconnaître, ni revendiquer la filiation d’une mère d’autant plus mauvaise qu’elle a si peu tenu ses promesses. On serait presque prêt à s’écrier : « que l’économique en fasse sa putain, puisqu’elle fut incapable d’engendrer ! ». De sa stérilité à elle paraît être donnée notre stérilité à nous.

7Dans le quotidien, nous vivons en permanence et souvent en silence nos petites crises, faites de nos remises en question, de nos doutes, de nos éruptions que nous médicalisons parfois. Et pourtant, ce petit quotidien en rupture fut aussi pour un moment notre espérance. Nos craquements successifs, nos « dysfonctions », nous les avons vécus dramatiquement parfois, comme autant de remises en question bénéfiques. Il y eut même ce moment historique exceptionnel qui a entrevu, tout au moins dans l’utopie, la jonction des deux crises : celle de l’Histoire et celle de l’existentialité. Et il est surprenant de constater qu’au moment même de leur disjonction, l’une et l’autre se trouvent dépossédées de leur sens et de leur intelligibilité, comme si la crise portait en elle, dans la rupture même qu’elle annonce, le destin réconcilié de l’Histoire et de la personne... Mais l’Histoire s’est brisée — dans la conception totalisante que nous en avions — et l’individu est éclaté. La mère et la sœur sont devenues encombrantes, voire gênantes. Certains ont pensé qu’il valait mieux se bricoler une identité ailleurs. Pour notre part, c’est en collant le plus près possible aux résidus les plus banals de la crise que nous pensons retrouver sa dimension anthropologique capitale.

Repérages pour un fondement de la crise

8Devant nos yeux et en simplifiant, nous avons l’omniprésence d’une vision économiste de la crise ; puis nous avons au niveau des structures sociales et des mouvements sociaux des ruptures partielles et des explosions sectorielles ; enfin, dans l’univers du quotidien, une infinité de crises éclatent qui donnent à l’apparente monotonie des jours son tragique et sa complexité. En inspectant ici notre langage le plus concret, nous percevons quelques signes importants dans des expressions courantes telles que « j’ai eu mes crises » ; « il fait sa crise » ; « il a piqué une crise » ; « elle m’a fait une scène »... On peut d’ailleurs, à partir de cette dernière phrase, se demander s’il n’y a pas un lien essentiel entre la crise et la femme. Fondamentalement, non par un ordre inné de la nature, mais par action de la culture, la crise est peut-être femme, étant ce qui à notre horizon culturel constitue la part non apprivoisée, non maîtrisée, qui résiste dans toute son altérité. Il serait ainsi possible de comprendre que la crise comme la femme demeurent à la fois banalisées et étrangères.

9Dans la phénoménologie du quotidien, la crise se dévoile dans sa manifestation élémentaire. Elle implique rupture, éruption et théâtralité. Elle théâtralise la rupture et l’éruption. A travers des paroles bruyantes, des cris, des gestes violents ou des mutismes forcenés, la crise n’est pas gesticulation désordonnée malgré les apparences. Elle est mise en scène codée, plus normative qu’on ne le croit, qui dramatise une situation critique. Ainsi toutes les « crises de larmes » obéissent à des signes et des codes qui institutionalisent les forces sauvages.

10Dans l’univers des acteurs sociaux en crise, on retrouverait une sémiologie identique à celle qui peut être repérée dans le quotidien. Des divers signes, définissons maintenant quelques caractéristiques de la crise qui approchent de son obscurité.

  1. La crise est rupture et explosion. Elle implique coupure du fonctionnement normal, surgissement abrupt et révolte. Quelle que puisse être la lente gestation, toute crise appelle cassure et imprévisibilité. Et il y a des gestations qui n’atteignent jamais leur point critique comme il y a des crises sans gestation discernable.

  2. Elle est extériorisation du profond, du caché, du refoulé, du résiduel. Elle fait passer du non-dit au dit explosif. Elle explicite, mais dans les cris où elle l’accomplit, elle se joue du vrai et du faux avec une somptueuse ambivalence : quoi de plus vrai qu’une crise ! Et quoi de plus faux ! « J’ai piqué une crise. Vous avez cru voir ma vérité mais si ce n’était que mon mensonge ? De toute façon, je ne serai plus jamais à vos yeux après comme avant ma crise ! » La crise exagère toujours c’est en quoi elle est ambiguë. Mais le fait même qu’elle puisse exploser marque son auteur-acteur à tout jamais.

  3. Elle est invention, car elle permet la prise de conscience des forces profondes insoupçonnées, fait monter l’injustice et le scandale, donne des fulgurances et profile un futur nouveau, libérateur ou désespéré. Dans la crise, il y a ainsi expérience brutale, savoir incandescent et initiation. C’est un « savoir-sentir-acte » ou un « voir-acte-immédiat ». La crise crée ainsi des immédiatetés en rassemblant de façon abrupte des éléments disparates. Ces immédiatetés ont la force et la faiblesse des fulgurances. De même que ces immédiatetés brutales laissent derrière elles, et dans le sujet, le sentiment du risque pris et de la transgression audacieuse mais aussi la mauvaise conscience et la culpabilité de la perte du self-contrôle. Un monde s’est ouvert sur un coup de tête ou un acte de folie, un danger a été frôlé.

  4. Elle est message et langage. Cette théâtralité s’adresse à quelqu’un, à une instance réelle ou imaginaire à qui l’on s’adresse, et face à laquelle on proteste. Dans toute crise, il y a ainsi combat et conflit avec un pouvoir. Et d’une certaine façon, fût-elle réduite au combat avec soi-même, dans toute crise se joue la dialectique du maître et de l’esclave. Elle oblige l’autre à entendre et elle crie pour le réduire à l’écoute silencieuse. Elle est message mais non dialogue.

  5. Elle est porteuse d’une issue incertaine. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise crise en soi. Il n’y a d’issue prédéterminée. Toute crise peut conduire à la vie ou à la mort, au transitoire ou au définitif, à la création ou à la destruction, à la paix ou à la guerre, à la libération ou à l’enfermement. Dans ce sens, elle oblige à reconnaître les forces obscures et non maîtrisables que toute entité (individu, groupe ou société) porte en elle. On ne peut jamais prédéfinir son sens. On ne peut tenter que décrypter un message dont le visage est celui de l’ambiguïté.

11Après l’énoncé sommaire des caractéristiques de la crise, on objectera que nous n’avons donné ici que les aspects « psychologiques » ou secondaires qui accompagnent la crise en tant que fait. Or nos remarques ne visaient nullement une quelconque résonance secondaire et affective de la crise. Nous avons voulu indiquer son lien essentiel au phénomène social total. De ce dernier, la crise est la manifestation de sa face cachée et de ses turbulences profondes. Il n’y a pas un fait objectif d’abord qui trouverait ensuite son expression dans la crise. Il y a des situations, avec ou sans fait objectif, qui appellent la crise. Celle-ci n’est réductible ni à l’objectivisme ni au subjectivisme. Elle est la dimension de la réalité humaine et sociale qui, selon sa dynamique profonde, s’invente comme fait et subjectivité. Elle peut partir du fait pour se donner une subjectivité explosive. Mais elle peut aussi partir de la pure subjectivité pour s’inventer comme fait. On comprend ainsi qu’elle ait résisté au rationalisme positiviste. Et l’on comprend d’autant mieux qu’on ait cru pouvoir la réduire à l’explication abstraite de l’économique. Mais au fond d’elle-même, elle témoigne du dessous, de l’infraconscient, du refoulé, de la part maudite. Et toutes les sociétés ont dû s’arranger avec cette part obscure. Il nous reste pour notre part à repérer son destin dans la société rurale et à signaler son devenir dans le passage du rural à l’urbain. On peut ainsi avoir quelques éclairages sur l’enfermement d’une part capitale de la crise.

La crise dans la société rurale

12Le repérage de la crise dans la société rurale des Alpes ne vise pas ici à connaître cette société dans sa complexité. Il s’agit uniquement de quelques observations qui doivent mettre en évidence, par comparaison, la spécificité de la crise dans la société urbaine. Pour comprendre la place de la crise dans la société rurale, il est nécessaire au préalable de déconstruire la vision citadine de cette société qui peut la percevoir comme équilibrée, stable, cyclique dans une sorte d’harmonie naturelle pré-établie. Cette vision, inspirée du rousseauisme que non seulement le tourisme mais également les sciences humaines ont renforcé, empêche de prendre la mesure des ruptures profondes, des drames structurels ou conjoncturels, des déséquilibres de la société paysanne. Or cette société est faussement appelée traditionnelle. Elle est profondément engagée dans l’histoire malgré les apparences d’immobilisme. Son drame, c’est le déchirement constant entre les nécessités de la répétition terrienne et les injonctions de changement subi ou désiré. La crise en ses différentes formes se situe précisément dans ce déchirement. On peut le saisir essentiellement à trois niveaux.

13Niveau global. Dans le monde paysan comme dans toutes les sociétés globales qui ont précédé la nôtre, l’existence elle-même relève d’un statut critique. S’il y a une légitimité de l’existence fondée sur un ordre de la création, de la Providence et de la nature, il y a une présence du mal sous ses formes multiples qui peut remettre en cause cette existence même. L’homme et la société sont pris dans un jeu dramatique entre les forces contraires et l’issue n’est jamais certaine. Le sens de l’existence place l’homme devant des choix critiques. La religion, les mythes, les légendes, les récits traduisent le sens de cette vision latente qui peut devenir un acte selon les situations historiques. Ainsi au moment des grands bouleversements (ex. Révolution française dans les campagnes), une crise a éclaté avec une telle force que plusieurs années de conflits ont été nécessaires pour métaboliser le changement. D’une façon générale, il faut sans cesse nous rappeler que les visions du monde propres aux sociétés antérieures contenaient une visée critique essentielle.

14Niveau sectoriel. L’histoire des communautés paysannes révèle de multiples crises que l’on peut analyser au travers des conflits.

15Ceux-ci furent nombreux bien qu’on les ait encore peu étudiés pour des raisons idéologiques. Ces conflits concernent la terre, la possession, la limite, le règlement, le droit. Les procès si importants pour connaître le vécu paysan sont des rites d’épuisement sans pardon pour résoudre la crise ouverte.

16Niveau individuel. Bien que pris dans un réseau communautaire omniprésent, l’individu connaît des crises dans ses relations aux autres et à lui-même. Ces crises tiennent pour une part à la possession, au règlement, au partage, à l’héritage. Il faut y ajouter ce que l’on pourrait désigner comme étant des « crises rentrées » qui ne peuvent éclater à cause de la pression du groupe sur l’individu.

17A travers ces différents niveaux, quelques caractéristiques de la crise rurale sont à relever qui portent sur l’instance désignée, la solution ou l’issue de la crise, le style et le rite.

  • L’instance désignée. Disons que cette instance est toujours désignée. Dieu et Satan, le Bien et le Mal, l’Etat et le tribunal dans les crises globales ; le voisin, communauté, clan, village ou région, dans la crise sectorielle ; l’autre individu dans la crise inter-individuelle. L’instance responsable est présente : on sait à qui l’on s’adresse, qui est le partenaire ou l’adversaire. Pour employer un mot courant, il y a personnalisation de la crise.

  • La solution ou l’issue est souvent et presque toujours cruelle car le conflit va jusqu’à l’épuisement des adversaires et est un conflit « sans pardon ». On ignore ici ce qu’est la forme urbaine du « compromis » et de la « table ronde ».

  • La question du style introduit à une analyse de la théâtralité rurale, de la gestualité, des techniques du corps. Dans la crise, « ça hurle, ça gueule, ça crie, ça frappe et ça boit ». Le corps, dans une société où la force physique joue un rôle capital, participe de toutes ses « mauvaises manières » au rite de la violence mesurée... (Il y aurait ici à faire l’analyse d’un grand enfermement historique et social du corporel. La crise silencieuse va appeler la crise rentrée).

Du rural à l’urbain

18Dans le processus complexe d’urbanisation qui voit, avec de grands décalages chronologiques selon les régions, l’introduction de la modernité à la campagne, on peut observer plusieurs processus de la crise. On est placé devant le fait paradoxal d’une crise qui amorce sa « rentrée » ou son apaisement au moment où elle s’accentue et s’objective sur le plan technique et économique. On peut ici indiquer sommairement quatre phénomènes principaux.

  • Une dédramatisation globale due à une laïcisation du monde. Le passage du stade de « chrétienté » au stade de la laïcité moderne, enlève à la vision du monde son aspect dramatique au sens des grands enjeux transcendants entre le Bien et le Mal.

  • Une dépersonnalisation des instances responsables. C’est l’avènement de la société dite démocratique qui voit le remplacement des pouvoirs massifs face aux communautés locales puissantes, remplacés par des micro-pouvoirs et des instances de participation et d’intégration à tous les niveaux. Le pouvoir commence ainsi à perdre de sa désignabilité personnelle pour entrer dans l’anonymat du pouvoir par tous. Il est dès lors plus malaisé de désigner l’instance responsable de la crise.

  • Le passage des procès irréconciliables aux conflits qui s’arrangent. Des procès sans pardon et sans fin, si ce n’est jusqu’à l’épuisement matériel des adversaires, on passe à d’autres conflits médiatisés par toute une série d’instances administratives et judiciaires qui influent sur les arrangements et les procédures de conciliation.

  • La mise en place de la civilisation des mœurs impose un changement de théâtralité. Les nouvelles prescriptions pédagogiques et éducatives, les nouvelles normes de l’homme moderne, l’arrivée de l’étranger et de parents citadins, le mouvement qui s’amplifie avec la ville appellent bonnes manières et bonnes tenues, maîtrise de soi, équilibre... Toute une théâtralité ancienne, ritualisée malgré les apparences « brutales », est ainsi caduque.

19Pour tous ces éléments et d’autres qu’il faudrait analyser en détail, la crise, tout en s’amplifiant, rentre en quelque sorte « à l’intérieur ». La société rurale en voie d’urbanisation nous paraît ainsi un lieu privilégié d’observation pour voir se développer un processus qui est plus accompli en milieu proprement urbain.

Vers un enfermement de la crise : la révolte impuissante

20Les constatations auxquelles nous sommes arrivés à partir du laboratoire alpin pourraient rejoindre, avec des différences de taille tout de même, des constatations qu’on aurait pu faire à partir d’une étude des mouvements ouvriers. Quelles que puissent être de temps à autre les grandes extériorisations de ce mouvement, on assiste à son assagissement, à sa dissolution, à sa résignation.

21Il semble donc qu’on puisse généraliser l’observation déjà faite : une généralisation de la crise et son enfermement ainsi qu’une dichotomisation entre crise globale et crise privée. On ne comprend bien ce phénomène que si l’on ajoute aux constatations précédentes celle qui rend compte de l’autonomisation de l’économique. Encore une contradiction : au moment où les doctrines économiques sont défaillantes, l’économique pur et dur s’impose avec force, et pourrions-nous dire presque avec une force qui transcende les différences capitalistes-socialistes. Tout se passe comme si un économique unidimensionnel dépersonnalisé, omniprésent, mondialisé, ordonné, tyrannique et anarchique à la fois imposait sa loi à tous et appelait de tous la grande résignation.

22A cette anonymisation de l’économique s’ajoute l’anonymat grandissant du pouvoir politique. Pouvoir centralisé et lointain, ordonné et anarchique lui aussi. Un sentiment d’inatteignabilité et d’impuissance grandit.

23Enfin ces impressions collectives sont renforcées par la situation presque définitivement bloquée des impérialismes qui rendent toute perspective de changement dérisoire. D’autant plus que se pressent les menaces de guerre.

24La crise est ainsi partout, omniprésente, tentaculaire, réelle et manipulée, insaisissable et concrète, mais elle demeure silencieuse et rentrée. Face à celle-ci, on peut, en se riant de soi-même, imaginer divers scénarios possibles.

Scénarios du futur posés avec dérision

25Les remarques faites depuis le commencement de cet article posent une question : que se passe-t-il lorsque la rupture s’opère, lorsque la faille s’ouvre, donc lorsque la crise éclate ? On peut constater différentes manières d’« information » de crise. Cette dernière reçoit son maximum d’élan, sa force d’avenir, la concrétisation de la fulgurance, lorsqu’elle peut se prolonger dans un mouvement, portée par un acteur qui métabolise l’explosion en vision d’avenir sous forme d’utopie, puis de choix, enfin de décision et de programmes. Dans ces cas-là, la crise est capable d’une force inouïe de création. A l’autre bout, sous nos yeux, il y a l’explosion « sans personne », sans mouvement, sans acteur, sans choix. Ce n’est plus ainsi qu’une crise à ravaler, susceptible de provoquer retour en arrière, régression et peur. Le sujet est à ce moment-là effrayé par son explosion, vécue comme impuissance, destruction possible et autodestruction. La force explosive rentre sous la peau pourrait-on dire ! Entre ces deux extrêmes, il y a toute une série de degrés, d’acteurs, d’endiguements qui indiquent deux scénarios possibles :

  • A un bout, on peut avoir des explosions propices pour des mouvements réactionnaires et autoritaires, seuls mouvements possibles des périodes de régression et d’impuissance. L’Occident européen pourrait ainsi connaître une sorte de successives explosions reprises par des formes musclées.

  • A l’autre bout, on peut avoir des solutions suicidaires de type individuel ou collectif. Car la marque de notre temps n’est peut-être pas tant l’absence de révolte, c’est l’impuissance de celle-ci face à personne et pour personne. Le suicide resterait la forme d’appel à des instances anonymes-personnalisées.

26En conclusion, on peut revenir sur la colonisation de la crise par l’économique. Cette colonisation est telle que certains ne croient plus trouver d’autres expressions à leur révolte que celles autorisées par les lieux et moyens culturels. On a ainsi une sphère culturelle autonomisée et séparée de l’économique, où il est possible de jouer à l’infini et sans risque les utopies impensables au niveau des « infrastructures ». Pour notre part, nous pensons qu’il faut récuser de toutes nos forces la séparation de l’économique et du culturel. La colonisation de la crise ne signifie pas qu’il faille fuir l’économique pour dégager l’humain qui s’y trouve objectivé. De la crise enfermée on pourrait ainsi, sous des formes nouvelles, revenir à la crise ouverte qui permette à nouveau à l’acteur et au mouvement historique d’engendrer l’utopie. Mais soyons modestes : pour l’instant, il ne s’agit-là que d’un vœu pieux maintes fois formulé. C’est qu’il y a des questions incontournables lorsque l’on a une vue d’ensemble de la totalité sociale.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search