Version classiqueVersion mobile

Crise et chuchotements

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Dominique Perrot
, 
Yvonne Preiswerk
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1La crise. Sujet rebattu. Point d’ancrage du discours dominant. Réalité dramatique vécue par des millions d’hommes et de femmes, dans le Tiers Monde comme ici. La crise : sentiment diffus, malaise insidieux, indice crépusculaire, mais aussi principe explicatif ou légitimateur des inégalités, du chômage et de la misère. Mot de passe que l’on échange sur la ligne de front entre le capitalisme et le socialisme ou entre le Nord et le Sud ; mais aussi épouvantail que l’on agite pour éloigner les revendications sociales. Mot magique que son étymologie rattache à la notion de jugement ou de tri entre les bons et les méchants.

2La crise. Tout le monde — ou presque — en parle ; tout le monde — ou presque — la vit (sous une forme ou l’autre). Dès lors, à quoi bon céder à la mode et lui consacrer ce Cahier ? Ne devrait-elle pas, au contraire, être considérée comme une de ces réalités dont il ne faudrait parler que par antiphrase : tout comme Eschyle qui, craignant d’attirer la vengeance des Erinyes en les appelant par leur nom, avait transformé celles-ci en Euménides (« les Bienveillantes ») ? Ne faudrait-il pas mieux s’intéresser au progrès, afin de conjurer l’emprise de son double détesté ?

3Les interrogations les plus redoutables — et les plus exigeantes — sont toujours celles qui concernent les prénotions ou les prétendues évidences : c’est une chose que d’utiliser le terme de crise pour s’expliquer et expliquer les difficultés que traverse la société ; c’en est une autre que de s’interroger sur le sens même de la notion. Or, comment s’étonner qu’une réflexion sur la crise soit avant tout critique ? Pour le dire le plus simplement du monde, les auteurs de ce Cahier ont refusé de s’en laisser accroire et se sont tous posé la question suivante : « Et si la crise n’était pas celle que l’on dit ? ». A partir de ce doute, leur pensée ne pouvait qu’emprunter des chemins de traverse, explorer des espaces conceptuels peu fréquentés, chercher à entrevoir des « objets » aux contours incertains ; l’un d’entre eux a pressenti la présence d’un pardigme émergeant, un autre a rencontré un sujet infra-individuel, un troisième a failli se laisser envoûter par la vérité nouvelle des sorciers modernes...

4On conçoit qu’il soit difficile, pour transmettre les étranges sentiments qu’éveillent de telles découvertes, d’user d’un langage triomphaliste. Par prudence comme par modestie, la réflexion non-conformiste ne peut s’exprimer sur le même mode que les pseudo-certitudes qui fondent le discours dominant. D’où l’antithèse bien réelle entre, d’une part, ces cris et cette crise qui envahissent l’espace social et, de l’autre, ces recherches à peine ébruitées, ces chuchotements, qui constituent la substance de ce Cahier. Mais qu’on ne s’y trompe pas : la discrétion n’implique nullement l’auto-censure. On serait même tenté de parier pour l’inverse car l’intérêt redouble si l’on peut dire tout bas ce que personne n’oserait affirmer tout haut.

5Ces quelques prémisses — implicites dans la plupart des contributions — confèrent à l’ensemble une certaine cohérence et permettent, du même coup, d’en orienter la lecture.

6Il fallait bien commencer par quelques repérages. Ainsi, Jean-Pierre Jacob et Fabrizio Sabelli font l’hypothèse que la crise n’est pas seulement une notion descriptive sur la pertinence de laquelle on peut s’interroger car elle remplit aussi une fonction expressive. Elle parle aussi bien de l’individu que de la société, et, comme telle, elle est donc justiciable d’une analyse anthropologique qui utilise de façon transculturelle les catégories de sorcellerie, de malheur et de catastrophe. Pour Bernard Crettaz, c’est l’enfermement social provoqué par l’emprise tentaculaire de l’économique sur l’ensemble de la société qui révèle la nature profonde de la crise en Occident. Le paysage rural est ainsi le miroir de l’effet de crise engendré par l’urbain. Décolonisant la crise de son engluement économique, l’auteur la repère au niveau du quotidien en lui donnant une ampleur trop souvent cachée par le discours dominant.

7Dans cette rubrique intitulée mirages — c’est-à-dire « illusions » aussi bien qu’« apparences de réalité » — on découvre, avec François Partant, que la crise est autant une chance à saisir qu’un prélude à la catastrophe, pour peu que l’on prenne au sérieux des mouvements et des phénomènes qui, d’ordinaire, ne retiennent guère l’attention. Mais à cette sortie de la crise « par le bas », par l’association de producteurs devenus allergiques au mythe du progrès, Marc Guillaume ne croit pas ; bien au contraire, il prévoit l’élision du sujet et la dilution du social dans l’infra-individuel. Quant à la « crise » elle-même, elle n’a pas grande importance au regard de la « catastrophe » (cette bifurcation imperceptible) qui détermine déjà le cours de la société. Pour Gilbert Rist, il s’agit de savoir pourquoi la plupart des remèdes proposés pour en finir avec la crise ne font que l’aggraver et pourquoi cette causalité cumulative de l’erreur est si lente à transformer les manières de penser le monde.

8Sous le titre de cassure, on a placé deux articles, écrits par Claude Auroi et Andràs November qui, plus que d’autres peut-être, doutent de la valeur opératoire des concepts et des théorèmes traditionnels de l’économie. Quelle meilleure illustration de la crise que de voir deux économistes refuser à l’économique sa capacité de rendre compte du social ?

9Plutôt que de décrire les « rouages » de l’économique, les deux auteurs suivants s’appliquent à en dévoiler les engrenages. Ainsi, pour Gilbert Blardone, la société industrielle occidentale a toujours connu des difficultés en raison du décalage entre les progrès techniques et les progrès d’organisation. D’où un fonctionnement dialectique et des contradictions où se lisent les manques d’innovation et l’incapacité d’adaptation des structures de l’organisation ancienne aux innovations techniques ; les nations ne guériront du mal de crise qu’en s’efforçant d’adapter les règles d’organisation des structures et des comportements des sociétés industrielles aux innovations techniques et économiques. Quant à Ronald Bugge, il montre que si le surendettement des pays du Tiers Monde tient à l’environnement international, d’autres facteurs, nationaux, liés à la nature des techniques et des projets de développement, ont incité les pays à recourir massivement aux capitaux étrangers. Le fonctionnement du système économique et monétaire international a-t-il mené à une crise des liquidités précipitée par la récession mondiale ou est-il plutôt le reflet des rapports Nord-Sud ?

10Il peut paraître paradoxal d’insérer les articles de Jacques Grinevald et de Florian Meier dans la rubrique ouverture. Ce dernier met l’accent sur la persistance du paradigme industriel et ses effets destructeurs. Face à la masse toujours plus imposante d’informations entraînant la dégradation du niveau de conscience, l’auteur propose de considérer la crise comme le révélateur qui offrirait la chance de se poser une série de questions inaudibles en période de croissance euphorique. Jacques Grinevald, lui, cherche à mettre en perspective le catastrophisme en soulignant l’ampleur des menaces du nucléaire et l’aveuglement des technocrates. Mais l’ouverture se trouve dans la prise en compte de toutes les voix qui, de Sadi Carnot à Georgescu-Roegen, opèrent une rupture avec le « modèle de l’Occident » et son paradigme du Développement.

11A la fin de cette présentation, le lecteur serait en droit de se poser une série de questions : « Quels sont les moyens à mettre en œuvre, les remèdes à prescrire et les initiatives à prendre pour mettre fin à la crise ? De telles questions seraient l’indice d’un malentendu profond. D’abord parce qu’aucun auteur de ce Cahier ne prétend offrir des recettes, ensuite parce que c’est du regard que l’on porte sur la crise que dépend la peur que l’on en a ou le besoin que l’on éprouve (ou non) de la faire disparaître. Une chose semble sûre : la représentation courante que l’on s’en fait ne permet guère de la comprendre. Le constat paraîtra décevant. « Et les gens touchés par la crise, ils ne veulent pas seulement la comprendre, ils veulent en sortir ! » Voire. Mais qui peut assurer qu’ils sont touchés « par la crise » plutôt que « par le mythe du progrès », ou les « lois du marché », ou les « forces du mal » ? Simple effet de langage, prétendra-t-on, qui ne change pas la réalité. Sans doute, mais si le médecin se trompe de diagnostic, le plus spirituel de ses patients aura de la peine à n’y voir qu’un jeu de mots...

12Voilà pourquoi, ne serait-ce que pour y voir plus clair, ces quelques contributions sont assurément les bienvenues : la constitution du savoir ne passe-t-elle pas, aussi, par sa propre mise en crise ?

13L’équipe des Cahiers.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search