Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Demain l’artisanat ?

 | 
René Barbey
, 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

L'artisanat... demain

L'artisanat ou les profils de Janus

Claude Raffestin

Texte intégral

L’artisanat et l’historicité

  • 1 Benveniste, Emile, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, t. 2. Les Editions de Minuit, (...)
  • 2 Touraine, Alain, La production de la société, Seuil, Paris, 1973, p. 81.
  • 3 Touraine, Alain, La production de la société, Seuil, Paris. 1973, p. 81.

1A l’origine du mot artisanat, on trouve une racine indo-européenne « AR- » qui exprime deux idées, « jointure » et « arrangement ». Comme l’explique E. Benveniste, ce qui prédomine c’est « l’ordonnance, l’ordre, l’adaptation étroite entre les parties d’un tout...1 ». La préposition « entre » indique un intervalle qu’il convient de méditer un instant. L’artisanat peut être conçu comme l’expression du rapport originel de l’homme à la matière : d’un côté le dialogue main/cerveau et de l’autre la matière qui doit être informée. Dans cette perspective, il est sans doute banal de rappeler que l’artisanat se confond avec l’hominisation à travers la médiation triangulaire main/cerveau-outil-matière. Mais il est certainement moins banal de faire observer que l’artisanat, ainsi défini, n’a jamais cessé d’exister depuis l’émergence du phénomène urbain et qu’il a toujours scandé le passage d’une historicité à une autre : « L’historicité est d’abord création d’un modèle de connaissance et donc distance par rapport au circuit des échanges sociaux entre les membres de la collectivité ou entre celle-ci et son environnement »2. Mais Touraine ajoute que cette historicité « n’est pas seulement représentation » car « formée à partir d’un état de l’activité, elle intervient sur lui ; elle le transforme en système social, dans lequel les conduites sont commandées par un ensemble d’orientations, déterminées elles-mêmes par le mode d’action de la société sur elle-même »3.

2L’artisanat, comme catégorie naturelle et non pas économique, assure, depuis quelques millénaires, la liaison entre des historicités qui ont commandé la réordination des états de nature qui se sont succédé. Moscovici, auquel j’emprunte la notion d’état de nature, n’a pas vraiment montré comment, matériellement, se sont effectués les passages de l’état de nature organique, à l’état de nature mécanique et enfin à l’état de nature cybernétique. Je fais l’hypothèse qu’il y a eu, chaque fois, retour au couple main/cerveau et ré-arrangement « entre les parties d’un tout » dont le modèle était fourni par l’historicité émergeante. Le couple main/cerveau est en quelque sorte le « point fixe » qui fournit un repère fondamental dont tout part et auquel tout revient. L’artisanat marque ainsi une limite temporelle, un « présent » qui distingue le passé du futur : ce sont les profils de Janus.

3En tant que système de médiatisation premier, l’artisanat traduit des intentions, des volontés, des pouvoirs qu’il contribue à inscrire dans le temps social ; il régule aussi les ressources et les rapports à la matière ; il différencie encore l’en-deçà et l’au-delà du présent ; enfin il relie les historicités les unes aux autres. L’artisanat a tous les caractères d’une limite dans le « territoire » de la culture matérielle. Ambivalent, et par conséquent ambigu, l’artisanat peut tout autant témoigner du passé et expliquer des stagnations saturées de mémoire collective qu’exprimer le futur et expliquer des évolutions caractérisées par des « avancées » de type amnésique.

4L’artisanat remplit les interstices que le passage d’une historicité à l’autre crée dans la durée socio-économique : lieu géométrique de la tradition il n’en préfigure pas moins la modernité. Transtemporel, il relie le pré-moderne au moderne et au postmoderne.

5Depuis deux siècles, l’industrie constitue dans l’ordre de la production, la figure emblématique de la modernité. Modernité à travers laquelle se sont noués des rapports économiques et sociaux essentiels mais tellement forts que l’on en retire la conclusion que l’artisanat s’est effacé. Davantage même, les mutations qui affectent la modernité industrielle font croire à la disparition prochaine du travail. Ralf Dahrendorf, dans un texte paru dans un journal italien il y a quelques années, intitulait ses réflexions : Addio alla società del lavoro ! S’il est vrai que le rapport à la matière dans l’industrie ne fait plus guère appel au travail que comme régulateur et que cela provoque le chômage que l’on sait, il n’en demeure pas moins prématuré, voire erroné, de penser à la réalisation d’une société utopique sans travail. C’est compter sans la nature « spectrale » du travail.

  • 4 Raffestin, Claude : Bresse Mercedes. Travail, Espace. Pouvoir. Ed. l’Age d’Homme. Lausanne. 1979.

6Le travail humain, comme l’artisanat dans lequel il peut s’incarner, est une catégorie naturelle composée de deux faces : une énergie transformée et une information assimilée4. Travailler c’est mobiliser simultanément une « force » et un « savoir ». Cependant, le spectre est large car on peut avoir affaire à un travail composé de beaucoup d’énergie et de peu d’information ou à un travail constitué de peu d’énergie et de beaucoup d’information. Pour prendre une image commode, on pourrait dire qu’à l’une des extrémités du spectre il y a l’homme de Neandertal et à l’autre il y a Einstein. Il y a, bien sûr, une infinité de positions intermédiaires. C’est assez dire que le rapport à la matière est différencié et complexe.

L’artisanat entre la tradition et la modernité

7Quand la Révolution industrielle s’est imposée, elle s’est emparée du travail de l’artisanat pré-industriel. Elle a progressivement dévalorisé la production du forgeron, du cloutier, du serrurier, du chaudronnier, de l’armurier, etc. Elle a réduit l’espace économique de ces artisans et de bien d’autres encore en substituant une médiatisation « longue » à une médiatisation « courte » par la mécanisation. Par la normalisation et la standardisation, l’industrie s’est emparée d’une partie seulement de ces métiers pour produire de « l’identique rentable ». Elle a rejeté le reste. En d’autres termes, elle a couvert les besoins, ou du moins une partie d’entre eux, avec cet « identique rentable ». Les besoins insatisfaits, c’est-à-dire les espaces vides, ont été laissés à l’artisanat traditionnel qui s’est attaché à la production du singulier sinon de l’unique. Dès lors, il y a eu deux mondes tout à fait inégaux en importance, c’est évident, mais surtout deux mondes opposés quant à la structure du rapport à la matière et du travail. Dans l’artisanat traditionnel la pratique et la connaissance sont demeurées confondues alors que, dans l’industrie, pratique et connaissance ont été distinguées. A la transmission des pratiques et des connaissances par observation et imitation dans l’artisanat s’est substituée la formation algorithmique de l’industrie.

8Au xixe siècle déjà, l’histoire économique nous l’a assez enseigné, la crainte de la disparition du travail a déclenché des réactions violentes de la part des artisans et des ouvriers. Et pourtant, cela n’a pas été la fin du travail car la fin du travail... ce serait la fin de l’histoire. Mais indéniablement, on a assisté à un éloignement du couple main/cerveau et à un effacement des métiers traditionnels.

9La ré-émergence actuelle de certains métiers traditionnels et l’intérêt porté à l’artisanat traditionnel sont l’objet d’interprétations diverses. L’une de ces interprétations est qu’il s’agit, dans les pays développés en tout cas, d’un mouvement nostalgique qui cadre bien avec un certain « romantisme ». Les adeptes de cet artisanat traditionnel seraient des nostalgiques déçus par la modernité. Les taxer de nostalgie c’est tenter de leur donner mauvaise conscience parce qu’ils s’éloignent et se distancent de la modernité seule capable de satisfaire les besoins croissants selon les tenants de cette explication. Je ne suis pas convaincu par cette interprétation car on peut renverser le raisonnement. Ne serait-ce pas plutôt à cause de l’incapacité croissante de la modernité à satisfaire les besoins d’une manière différenciée que ce mouvement se ferait jour ? S’il n’est pas possible d’apporter des preuves formelles à ce débat on peut néanmoins citer en cause quelques tendances lourdes qui vont à l’encontre de la théorie de la nostalgie. L’industrie issue de la modernité a contraint pratiquement chacun de nous à devenir « artisan » par le bricolage ou le « do it yourself ». Soutiendra-t-on que ce retour forcé au rapport minimal à la matière a été souhaité par chacun ? Ne serait-il pas plutôt la conséquence de la multiplication des espaces vides laissés par l’industrie ? L’industrie a, en tout cas, fort bien compris qu’en amont du bricolage il y avait des affaires possibles puisqu’elle a produit les éléments nécessaires à l’épanouissement de cette activité ! Le bricolage, dans ces conditions, peut être qualifié de rapport à la matière vulgarisé et appauvri. Pourtant cette forme vulgarisée et appauvrie d’artisanat n’en est pas moins nécessaire. Il ne s’agit pas de nostalgie mais de nécessité.

10Nécessité qui conduit à exhumer, à ré-inventer et à ré-animer des pratiques et des connaissances perdues ou oubliées. De ce point de vue-là, sans doute n’y a-t-il jamais eu autant « d’artisans » qu’aujourd’hui !

  • 1 L'ethno-entreprise pourrait être définie comme une entreprise qui s'enracine quant aux techniques (...)

11Dans le Tiers Monde c’est, à partir de résidus industriels et de ressources laissées pour compte, le développement d’ethno-entre-prises1 qui répondent à des demandes que l’industrie ne satisfait pas parce que non intéressée ou trop chère. Ce n’est pas non plus la nostalgie qui est responsable de ce développement mais bien la nécessité quotidienne d’avoir accès à des biens et des services à un prix compatible avec les ressources des populations.

12Il est vrai qu’un artisanat traditionnel de luxe réapparaît un peu partout mais il n’est accessible qu’à une frange de privilégiés. Ceux-ci, pour des raisons dans lesquelles la nostalgie et aussi une forme de distinction ne sont pas absentes, ne représentent cependant qu’une très petite partie de la demande.

  • 5 Dickson. David, Alternative technology and politics of technical change, London, 1974.

13Il y a une autre raison encore qui peut expliquer le retour de l’artisanat traditionnel c’est celle qui réside dans l’écologisme. En effet, le mouvement écologique en postulant des technologies alternatives cherche à développer des techniques « soft » qui s’opposent aux techniques « hard » : emploi limité de l’énergie fossile, faible taux de pollution, emploi intensif de travail, utilisation des ressources contenues dans l’écosystème, etc.5. Dans ce cas, le retour à la médiatisation courte est commandé par une idéologie liée à la nature. D’une certaine manière il s’agit d’une protestation contre la modernité jugée destructrice des écosystèmes et dans ce cas je n’exclus pas l’explication nostalgique.

14On sait qu’en ce qui concerne l’artisanat traditionnel, les attitudes et les comportements qui l’accompagnent sont variés et assez ambigus finalement.

15En matière d’artisanat lié à la modernité les choses ne sont guère moins ambiguës. On parle beaucoup aujourd’hui de postmodernité pour qualifier plusieurs phénomènes économiques, sociaux ou culturels. Le terme de post-moderne, comme il arrive souvent en pareil cas, est devenu polysémique et pourtant quasiment inutilisable mais il a, au moins, le mérite d’attirer l’attention sur un « changement » indéfinissable qui est en train de s’opérer. Ce changement affecte les relations à l’environnement physique et humain, à l’extériorité et à l’altérité d’une manière générale. Nous vivons vraisemblablement le passage d’une historicité à une autre et tout le système social bouge.

16Il est difficile de saisir le phénomène car cette post-modernité s’élabore en grande partie dans ce qu’on appelle le « submergé », le « souterrain » qui par définition n’est pas recensé ni non plus connu avec précision. L’artisanat post-moderne au contraire du traditionnel invente et innove. En somme, c’est l’atelier de bricolage du futur. Lorsque ce bricolage réussit dans des domaines liés à l’informatique et à l’électronique en sortent de nouvelles entreprises qui sont les jalons de l’industrie de demain. Cet artisanat postmoderne, qui travaille dans des garages ou à domicile, crée des biens ou des services, des systèmes de biens ou des systèmes de services dont des entreprises industrielles existantes ou futures s’empareront au moment où l’on aura réussi à dépasser le stade du prototype.

17On connaît la théorie de Vernon qui a expliqué que les entreprises industrielles passaient par trois stades : l’innovation, le développement et la maturité. L’artisanat post-moderne est très branché sur l’innovation et de fait on constate que beaucoup d’inventions ont été faites ou sont faites dans des entreprises tout à fait artisanales par leurs dimensions et leurs moyens. On pourrait faire l’hypothèse que, quand une branche industrielle arrive à maturité, un mouvement artisanal moderne émerge, autrement dit qu’il y a retour à la médiatisation courte pour trouver des choses nouvelles. Dès ce moment les conditions existent pour que s’amorce une relance de la médiatisation longue, c’est-à-dire vers de nouveaux processus industriels.

18Artisanat et industrie passeraient donc par des cycles d’innovation, de diffusion et d’obsolescence qui réordonneraient complètement et le rapport à la matière et le travail lui-même. Chaque cycle étant inauguré par un artisanat spécifique qui à la fin disparaîtrait ou deviendrait traditionnel. C’est le mouvement même de l’histoire et non pas un perpétuel recommencement car les pratiques et les connaissances combinées sont nouvelles ou bien les modèles donnant lieu à la combinaison sont nouveaux. Pour l’instant les bornes entre lesquelles nous nous mouvons sont bien le couple main/cerveau et le robot, mais en sera-t-il toujours ainsi ?

L’artisanat et l’enveloppe spatio-temporelle

19L’artisanat n’est pas seulement un certain type de rapport à la matière, il est aussi rapport à l’espace et au temps. Spatialement l’industrie se développe dans la petite échelle nationale ou internationale tandis que l’artisanat « balaie » les grandes et moyennes échelles : le local et le régional. Pour l’artisanat traditionnel, le local est certainement le territoire de prédilection. Il réalise l’intégration des logiques fondamentales des écosystèmes humains : éco-logique, bio-logique et socio-logique. L’artisanat s’efforce alors de récupérer des ressources organiques et inorganiques qui sans lui demeureraient inemployées ou sous-utilisées. Il y a souvent de remarquables interfaces de production-échange-consommation qui préservent des habiletés et des capacités qui autrement seraient perdues. C’est la possibilité de conserver active une partie, souvent infime, il est vrai, de la mémoire d’une socio-logique progressivement effacée. Il existe des « régions conservatoires » où l’on rencontre des traces de ce type d’artisanat. Le couplage avec le tourisme est assez fréquent. L’artisanat traditionnel est alors renégocié au gré d’orientations non locales mais censées maintenir une forme de localisme.

20L’artisanat annonciateur d’une nouvelle modernité peut chercher dans le local et le régional moins des ressources que des conditions de développement liées aux trois logiques sus-mention-nées. Ainsi l’actuel développement dans les périphéries alpines pénétrées par de petites entreprises de haute technologie constitue une bonne illustration. Ce que cet artisanat post-moderne cherche ce sont des localisations qui maximisent les accès et les contacts du point de vue de la main-d’œuvre. Se trouver dans des lieux au climat agréable avec des possibilités de loisirs hors travail nombreuses et diversifiées est un objectif qui oriente les choix de localisation des nouveaux entrepreneurs. Etre à proximité de la montagne mais en dehors de la montagne, proche de la mer sans être au bord de la mer et voisin de la grande ville sans y résider constituent des aspirations de plus en plus fréquemment rencontrées. Deux régions en Europe connaissent ce phénomène d’une manière assez marquée, il s’agit du Sud de l’Allemagne et du Nord de l’Italie, dans la zone des lacs.

21Par rapport au temps, l’artisanat traditionnel investit les « temps morts » de la modernité, il comble ces fameux temps « vides »... Le temps non spécialisé de l’agriculteur est récupéré, selon les saisons, pour des activités marginales, mais capables de répondre à certains besoins. Il s’agit d’un temps dont les contenus varient beaucoup au gré des stratégies du travail.

22Au contraire l’artisanat post-moderne investit des temps très qualifiés, temps consacré à la recherche. C’est un temps d’invention et d’innovation qui ne réussit pas toujours à déboucher sur des réalisations mais qui prépare peu à peu les prototypes des produits futurs.

23Il reste un domaine à propos duquel je voudrais encore signaler une série de choses, c’est celui de l’environnement lui-même en tant qu’il est la proie d’une crise dont l’industrie est responsable, non pas complètement, je l’ai dit plus haut, mais en grande partie néanmoins. Tout un ensemble d’activités liées à l’environnement sont en train d’émerger. Ce sont des activités qui, sur une base locale, cherchent à trouver des systèmes d’utilisation directe de la nature dans la perspective d’éviter les nuisances et les pollutions et qui s’efforcent de ne pas détruire les équilibres ou de rétablir les équilibres des trois logiques fondamentales.

24L’artisanat lié au solaire et au biogaz en est une bonne illustration. Ce sont les retombées utiles des écologistes qui découvrent des moyens simples et relativement peu coûteux pour exploiter l’énergie solaire ou les déjections animales dans les régions rurales. Des « machines » simples et ingénieuses sont conçues pour exploiter ces énergies négligées autrefois. Même si certaines de ces machines sont construites par l’industrie, dans la plupart des cas elles relèvent du bricolage le plus pur. Elle n’en sont pas pour autant moins efficaces. Ce sont évidemment, deux exemples parmi beaucoup d’autres.

25Cet artisanat dont la préoccupation est la conservation de l’environnement va vraisemblablement prendre une importance considérable dans les quinze prochaines années. Nous sommes là en face d’une réorientation du modèle de connaissance qui est en formation sous nos yeux mais que nous ne croyons pas encore. Les réussites dans ce domaine se traduiront par la création d’une industrie de l’environnement dont l’apport essentiel se fera dans l’information régulatrice, celle qui justement manque le plus aujourd’hui.

26Une fois de plus, un problème majeur a toutes les chances d’être résolu par le retour à la médiatisation « courte » avant que la médiatisation « longue » de l’industrie ne s’en empare.

  • 6 Serres, Michel, Détachement, Apologue, Flammarion, Paris, 1983, p. 133.

27L’artisanat, au sens où je l’ai défini, rapport minimal à la matière, est donc alternativement recours à la tradition ou promesse de modernité. C’est une activité paradoxale qui appartient tout autant au passé qu’au futur mais qui marque le présent chaque fois qu’il y a une crise dans l’historicité, autrement dit un changement majeur dans le modèle de connaissance. Pourtant ce changement n’est généralement pas vu immédiatement car il n’intéresse pas. C’est peut-être ce qui arrive à l’artisanat post-moderne qui n’est pas vu parce qu’il ne représente aucun pouvoir présent : « Si les gens de culture et de science ne s’intéressaient plus qu’à ce qui n’a pas d’intérêt, il pleuvrait des inventions sur notre monde avec abondance et grâce. Gratuitement, sans tarissement »6.

Notes

1 Benveniste, Emile, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, t. 2. Les Editions de Minuit, Paris, 1969, p. 101.

2 Touraine, Alain, La production de la société, Seuil, Paris, 1973, p. 81.

3 Touraine, Alain, La production de la société, Seuil, Paris. 1973, p. 81.

4 Raffestin, Claude : Bresse Mercedes. Travail, Espace. Pouvoir. Ed. l’Age d’Homme. Lausanne. 1979.

5 Dickson. David, Alternative technology and politics of technical change, London, 1974.

6 Serres, Michel, Détachement, Apologue, Flammarion, Paris, 1983, p. 133.

Notes de fin

1 L'ethno-entreprise pourrait être définie comme une entreprise qui s'enracine quant aux techniques qu'elle mobilise et aux ressources qu'elle utilise dans le contexte socio-économique local.