Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Demain l’artisanat ?

 | 
René Barbey
, 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Argument

Conclusion et post-scriptum

Pierre Rossel

Testo integrale

Une question de point de vue

1Au terme de cet itinéraire, il n’est pas inutile de resituer le propos par rapport à certaines conceptions évoquées au départ (début de la deuxième partie).

2Le seuil de l’industrialité et du règne de la valeur marchande, dans une perspective un tant soit peu pragmatique, ne constitue pas, pour les populations du Tiers Monde, des menaces telles qu’il faille se fermer à l’analyse des situations contemporaines réelles. L’Autre, nous l’avons vu, consiste en un conglomérat de niveaux, de réalités hiérarchisées, interpénétrantes et jusqu’à un certain point, organisées sur le plan planétaire. Cette globalité des antagonismes comprend d’ailleurs ses propres limites, incertitudes et contradictions, où l’Autre joue un rôle ambivalent, au même titre que les dynamiques de changement dans lesquelles il se trouve inséré. Il convient donc d’assortir l’approche de l’Autre à un état d’esprit d’ouverture, assumant les interstices, le flou et l’ambiguïté de ses activités.

3Dans ce bref essai, j’ai beaucoup délaissé l’hypothèse d’une amélioration des conditions de vie liée à un changement social brusque (« la révolution »). J’ai certes souligné l’absence d’incompatibilité entre cette perspective radicale et le fait d’envisager l’artisanat comme un moteur possible du changement socio-économique et culturel (sauf à mon avis en cas de déprivatisation absolue des moyens de production, ce qui n’est, reconnaissons-le, pas très fréquent). Cette interaction entre une plus grande justice sociale et le déploiement de l’artisanat mériterait donc d’être explorée. Il faut reconnaître pourtant, qu’en vertu de certains raccourcis analytiques déjà évoqués, le scénario de l’avènement du socialisme ne prévoit aucun rôle intéressant pour l’artisan, acteur historique maudit, petit patron virtuel que son caractère anti-syndical suffit à disqualifier. Alors que, nous l’avons vu, l’artisan est multiple, inséré dans des situations concrètes, réclamant chacune une observation spécifique.

4L’approche de l’économie classique, bien que pour des raisons différentes, n’est sur ce plan-là pas très éloignée de celle de Marx (qui s’en est largement inspiré, rappelons-le), et des marxistes. Les Physiocrates, dont Turgot, le ministre français de Louis XVI qui supprima les associations ouvrières, considéraient déjà les artisans comme des consommateurs d’énergie, et donc des agents économiques peu intéressants : la terre, avec ses travailleurs et ses propriétaires, était pour eux la seule réelle source de richesse. Bien sûr, comme l’a bien montré Jaeger (1983), il faut prendre ces postulats avec distance et nuance. Le ton était néanmoins donné et les successeurs des physiocrates, d’Adam Smith (qui les avait bien étudiés avant de s’attacher à chanter les vertus de l’industrie naissante), à Say et Ricardo, ont progressivement escamoté la réalité artisanale de leurs théories. Il a fallu attendre le xxe siècle et le renouveau du secteur des métiers (Jaeger op. cit.), pour que la théorie économique « redécouvre » peu à peu son existence, transformée il est vrai dans des classifications nouvelles. Celles-ci manifestent un fort caractère matriciel et/ou statistique, basé non plus sur la tradition et le savoir-faire, mais, tout comme d’autres activités commercialement proches, sur le statut de l’entreprise et son aptitude quantifiable et spécialisée à traduire en valeur ajoutée ses activités transformatrices. Dans une telle perspective, on peut montrer l’effet d’entraînement des différentes branches d’activités entre elles et par conséquent le dynamisme potentiel de l’artisanat nouvelle mouture. Mais dans le Tiers Monde, en raison du flou entourant l’articulation comptable de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, la mise en évidence des relations dynamiques entre ces trois dimensions de la production, reste trop problématique pour faire apparaître la pertinence de l’activité artisanale.

5Si l’économie libérale est la philosophie sous-jacente aux flux d’investissements allant du Nord vers le Sud, et partant, de la plupart des macro-projets de développement, est-ce à dire qu’ici, au Nord, il faille renoncer à toute intervention, à toute mobilisation directe ? Répondre oui irait dans le sens des préoccupations de ceux pour qui toute ingérence du Nord au Sud est a priori une souillure, une exploitation. Dans le cas précis de l’artisanat, il est vrai que dans le meilleur des cas, les enjeux et les liaisons qu’il sous-tend virtuellement restent complexes et difficiles à orienter constructivement. Mais, lorsque les phénomènes de dégradation et de cassure sociales ont déjà fait leur œuvre, à l’image d’un corps gravement malade, il est difficilement pensable qu’une amélioration surgisse de façon endogène ou spontanée. Cela peut certes arriver. Mais le cas le plus fréquent demeure cependant la détérioration des conditions de vie collective, qu’elle soit due aux interventions extérieures, mal intentionnées ou inappropriées, ou à l’inertie locale (ou aux deux). La diffusion de savoirs pertinents par exemple, n’est pas qu’une affaire interne. Aussi, bien qu’à l’autonomisation des experts en développement, il convienne d’opposer l’autonomisation des populations locales, une approche réaliste implique malgré tout, au-delà de tout sentiment de culpabilité, une conjugaison préalable des responsabilités et des compétences des personnes réellement concernées, d’où qu’elles proviennent.

6Alors, au-delà des mythes, des malentendus, des rapports de force et de la diversité des situations, où va l’artisanat et comment se situer par rapport à lui ?

7De façon générale, on peut dire qu’en termes de développement économique, l’artisanat peut être, sous certaines conditions, le facteur clé d’un passage d’énergies locales basses à un niveau d’énergies moyennes ou même élevées, donc productives au sens le plus immédiat. Contrairement à de nombreuses prédictions, il ne s’agit pas d’une catégorie socio-économique en voie de disparition ; tout au plus en voie de transformation. La trajectoire de l’artisanat dans le Tiers Monde suit en effet un itinéraire proche de ce qui s’est déroulé dans les pays industrialisés, à savoir un transfert du centre de gravité de la fonction artisanale du domaine de la production au domaine de la réparation et de la maintenance. Ce mouvement n’est pas absolu, mais tendanciel. En conséquence, on peut dire que, loin de céder devant la concentration des structures de production, quand bien même c’est quelquefois le cas, l’artisanat et ses variantes (cf. la première partie) sont à même de s’insinuer dans le développement industriel en le complétant. Bien plus, devant l’alourdissement et les implications socio-économiques de la grande industrie (chômage, investissements à perte, maintien de structures désuètes, etc.), la petite entreprise, qui dans plusieurs pays comme la Suisse et les USA se confond avec l’artisanat, est souvent la seule à apporter innovation et emplois.

8L’artisanat devrait donc être considéré comme un facteur de dynamisme social ; non seulement sur le plan technique ou économique, mais également sur le plan culturel au sens le plus large. La dimension fonctionnelle de l’artisanat se reproduit en effet au sein d’un rapport symbolique plus général où, en principe l’économique et le technique agissent comme formes de communication, et où tout est susceptible de prendre un sens. Evoquer cet aspect ne relève pas d’un passéisme attendri, mais d’un souci d’approcher l’artisan dans son contexte significatif, et du point de vue fonctionnel, dans son mode de déploiement propre. Dans cet ordre d’idée, l’argument qui consiste à dire qu’avec l’économie marchande et l’industrialisation l’artisanat perd sa dimension symbolique, m’apparaît comme très réducteur. Nous avons vu dans la première partie que si le rapport général de l’artisan à son objet et à son environnement changeait considérablement, ce n’était pas sans laisser la place à une importante réélaboration symbolique (cf. Rossel 1982, 1986).

9En conclusion, dans la recherche d’un compromis à la fois entre la croissance et la qualité de vie, et entre l’innovation et la tradition, ainsi que dans une perspective d’autonomisation économique et politique manifestant des équilibres globaux minimaux, l’écoute des spécificités de l’artisan n’est pas le plus mauvais choix. Cette façon de voir et/ou de faire a essentiellement le mérite de faire apparaître aussi bien les carences, les ruptures, que les virtualités socio-économiques et culturelles et les conditions de leur concrétisation.

Par exemple

  • 55 Tout dépend du mode de calcul. Mais si l’on tient compte de ce qui entre et ressort vraiment, on s’ (...)

10Une idée parmi d’autre serait de profiter du phénomène touristique pour initier un processus d’autonomisation locale. D’ordinaire, le tourisme transforme, corrompt, broie et ne rapporte pas grand chose (tout au moins dans les économies les plus fragiles, cf. Rossel 1984). L’essentiel des revenus du tourisme est en effet approprié par les pays investisseurs, ou par les élites nationales. Les partenaires locaux du tourisme, c’est-à-dire tous ceux qui sont au service direct du touriste, ne voient jamais plus des 10 % des mouvements d’argent impliqués par cette activité55. Malgré tous les problèmes qu’elle a connu depuis dix ans (inflation, émergence de nouvelles élites, mendicité, prostitution, folklorisation, etc.), l’expérience du tourisme « intégré » en Basse Casamance, entreprise en partie sénégalaise et en partie française basée sur l’idée de faire partager aux touristes européens la vie villageoise dans des conditions très contrôlées, a eu au moins deux retombées positives : l’une de constituer une leçon de tout ce qu’il ne fallait pas faire, et l’autre de montrer que si l’argent amené par le touriste restait entre mains locales, le tourisme pouvait rapidement procurer des capitaux pour le développement régional. Ce dernier point est très important.

11Au vu des diverses réalisations touristiques existant de par le monde, il est donc possible d’imaginer une expérience spécifique d’autonomisation, où le tourisme joue le rôle de pourvoyeur de capitaux. Pensons par exemple à un projet qui relierait des institutions ou des ressortissants des pays industrialisés et des partenaires dans le Tiers Monde, et où la négociation, après avoir défini les droits et devoirs de chacun au niveau du pouvoir national, se situerait au niveau des collectivités régionales. Le problème peut s’envisager de la manière suivante.

12Les touristes viennent consommer du soleil, de la sociabilité, du paysage, de l’espace, des artifices ludiques et éventuellement un peu de culture indigène. Ce qu’offrent nombre de pays du Tiers Monde, certains dans des conditions très contrôlées, d’autres de façon plus laxiste. Dans le cas précis, il ne s’agirait pas de favoriser l’intégration du touriste dans la vie rurale, mais au contraire de veiller à son exclusion, en le confinant dans des endroits réservés. Les seuls va-et-vient fonctionnels seraient ceux des indigènes travaillant à l’intérieur de la structure touristique (serveurs, réparateurs, gestionnaires, animateurs, etc.) et les touristes venant assister à des activités ou participer à des excursions spécialement organisées pour eux. L’aspect artificiel de cette dernière dimension ne devrait pas poser de problème puisque neuf fois sur dix c’est déjà ainsi que les choses se passent. Il suffirait seulement de faire en sorte que cet aspect soit limité au besoin minimal et localisé du touriste. Celui qui voudrait sortir des sentiers battus ne serait ainsi plus balisé et protégé par une organisation, mais aurait à négocier sa place d’individu à individu, ce qui est déjà beaucoup plus difficile. Maintenir le flot des touristes dans les limites du contrôlable et du profitable dépend essentiellement de deux conditions interdépendantes : premièrement de la cohésion politique, idéologique et « religieuse » (lié au pouvoir des anciens et de la tradition), et deuxièmement de la possibilité de gérer collectivement l’ensemble des revenus suscités par la venue des touristes (mode coopératif, associé à l’organisation lignagère par exemple). Le contrôle du développement de la mendicité, de la prostitution et la constitution de nouvelles élites corrompues, phénomènes qui possèdent un caractère à la fois idéologique et économique, est également lié à la présence d’un tel dispositif.

13Au volet de l’implantation touristique négociée devrait correspondre, simultanément ou presque, un effort de soutien aux artisanats-clés et aux productions susceptibles d’assurer un certains revenu. L’objectif de ce micro-développement ne résiderait pas tant dans la croissance que dans son mode de déploiement : un compromis difficile serait ainsi à établir entre l’assise des réseaux et des circuits traditionnels et l’essor d’un pouvoir de négociation accru sous l’effet de l’augmentation des revenus et de l’autonomisation technique et économique des régions concernées. Il est bien entendu exclu, en quelques lignes, d’esquisser tous les problèmes et tous les « garde-fous » à même d’intervenir au cours du processus. Une des erreurs les plus dramatiques par exemple consisterait à édifier une grande structure, dévoreuse d’eau, d’espace et d’énergie alors que la population environnante en manque cruellement. Il ne s’agissait ici que de présenter l’exemple d’une micro-initiative parmi d’autres possibles, concrétisable et mettant en jeu la quasi totalité des éléments évoqués dans ce travail. Une piste parmi d’autres.

Post-scriptum

14Ce texte est une provocation. Mettre sous une même dénomination le sabotier jurassien, la potière du Niger, et le réparateur d’ordinateurs indépendant, et dans une même longue, très longue, respiration le passé lointain et le futur en train de se faire, a quelque chose de déraisonnable, ou tout au moins de difficilement défendable. Subsistent néanmoins trois éléments en faveur de cet outrage au bon sens.

  1. J’ai la conviction que tous ces acteurs de l’histoire humaine, aussi différents soient-ils, ont plusieurs choses en commun : une certaine complétude de la relation main-esprit, c’est-à-dire une relative globalité des actes, une relation d’immédiateté et d’intimité avec les moyens de production et avec les produits, et un rôle d’intermédiaire technique, éparpillé dans la société le long de la chaîne reliant les deux « moments » extrêmes de l’extraction des matières premières et des consommations finales. Tous ces gens sont des transformateurs, assurent leur existence à partir d’un savoir-faire spécialisé et d’un outillage adéquat, et à l’intérieur d’une fonction socialement reconnue.

  2. Je vois dans cette catégorie socio-économique et culturelle, non une simple émanation du passé, mais un ferment d’avenir susceptible sous certaines conditions et dans les interstices qui lui sont laissés par la contre-productivité des plans et des grands appareils, de jouer un rôle majeur dans l’amélioration de la qualité de vie un peu partout dans le monde. Face à pareil enjeu il faut bien que l’on sache de quoi on parle. Or, quand bien même le terme « artisanat » serait désuet et inadapté, nous avons vu qu’il n’était pas si facile d’en trouver un plus satisfaisant.

  3. Pour saisir la place de l’artisanat dans le passé, le présent ou l’avenir, il existe un fil rouge, une façon de jouer sur les mots, à envisager comme une espèce de vision historique, ou plutôt comme une grille de lecture de l’histoire, non seulement de l’histoire depuis les Grecs et les Romains, mais aussi de l’histoire d’aujourd’hui et de demain, de l’histoire comme continuum dans lequel nous nous situons. Ce fil rouge correspond dans une large mesure à la dialectique des alternances historiques entre la Main (et par extension l’outil) et l’Esprit. A plusieurs reprises en effet, l’artisanat, en tant que secteur de transformation de la matière produite, apparaît en crise : à la Renaissance (déjà), au Siècle des Lumières, au début du xixe siècle et finalement aujourd’hui (en l’occurrence depuis une quinzaine d’années). Non qu’à ces moments particuliers, l’artisanat en tant que secteur d’activités tend à disparaître. Disons plutôt, sans entrer une nouvelle fois dans les détails, qu’il connaît lors de ces circonstances récurrentes et délicates certaines difficultés de fonction, de statut et d’identité. Ce qui a pendant de nombreux siècles été un problème lié à l’essor particulier de la société « feudo-marchande » puis capitaliste occidentale, concerne, avec la dernière de ces crises, à savoir celle qui nous occupe présentement, la plus grande partie de la planète. A chacune de ces crises de l’artisanat, on voit des « gens de l’esprit », des professionnels de la pensée, ou tout simplement des élites en quête de sens, se mettre en avant et chercher à se substituer aux artisans, le plus souvent au seul plan symbolique, pour s’approprier certaines de leurs vertus présupposées et donner un nouvel influx à la société dans son ensemble. Même si elle reste encore confuse, ou selon un point de vue plus optimiste, relativement ouverte, nous vivons aujourd’hui une situation de ce type, où toutes sortes de directions s’offrent à l’expérience, et où les artisans de fait (les transformateurs de matière et d’objets) comme les artisans de la pensée (les artisans « métaphoriques »), pourraient bien avoir un rôle à jouer comme artisans de leur propre vie, voire de leur propre monde.

15A l’heure actuelle en effet il ne s’agit pas tant de savoir comment observer l’artisanat de l’extérieur, mais comment le comprendre en « entrant dedans », ce qui implique pour le moins de chercher une articulation significative avec ce « secteur », non seulement avec les modalités de son fonctionnement technique et culturel, mais aussi et surtout avec son organisation en réseaux et son dynamisme économique possible.

Note

55 Tout dépend du mode de calcul. Mais si l’on tient compte de ce qui entre et ressort vraiment, on s’aperçoit que dans les pays du Tiers Monde, entre 10 et 30 % restent dans le pays, revenu qui se répartit ensuite de façon très inégale à l’intérieur de la population locale.