Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Demain l’artisanat ?

 | 
René Barbey
, 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Paroles d’artisans de Bamako

Bernard Lecomte

Note de l’auteur

Paroles recueillies par l’auteur de 1982 à 1985.

Texte intégral

1Avant l’arrivée des experts, l’Office national de la main d’œuvre avait fait un appel radio convoquant tous les artisans de la ville.

2A la première réunion, personne n’est venu.

3Un jeune artisan fit ensuite une démarche auprès du directeur du service concerné ; il commente ainsi cette période :

4S.S. — De moi-même, je suis ensuite allé voir le directeur ; il me dit : « non, ce n’est pas pour taxer ! » Il m’explique. Il me dit d’aviser les autres. J’ai expliqué. On m’a beaucoup critiqué. Même mes propres parents. On disait : « tu peux enfoncer ton frère ». Mais d’autres m’appuient. Alors le directeur a fait une deuxième réunion – soit-disant que les experts étaient là – et certains sont venus.

5Et puis il est venu dans mon atelier. Et on s’est réunis là, avec x et y, etc.. Et il ne nous a pas contrôlés. Depuis lors, il ne nous a jamais demandé de taxes. Il nous a dit que maintenant « tout est de nous, artisans. Choisissez vos responsables. Cherchez des terrains vous-mêmes. Et si besoin, devant le propriétaire pour le papier, j’irai ». Il a dit aussi : « il y aura un atelier central et des ateliers d’appui, avec des machines et des stocks ; cherchez des ateliers à louer.

61977 : G. Nihan (BIT) procède à une enquête par questionnaire auprès de deux cent vingt-six artisans (bois, métal, réparations, bâtiment).

71982 : deux experts (BIT) arrivent à Bamako pour mettre en route une première phase exploratoire de dix-huit mois d’un appui au « secteur non structuré » (SNS), financé par la Coopération technique suisse.

8Et celui d’entre les artisans qui devint le moteur du groupe quelques mois plus tard, confirme cette réticence initiale :

9M.T. – Moi-même je ne voulais pas. On s’est réuni chez x..., on a écouté S.S. on lui a dit : « cela ne tient pas debout ». Moi-même j’ai dit à ce moment : « non, je m’en vais ».

10Il y a eu la deuxième réunion. Et puis la troisième avec les Suisses. Mais cest seulement après la quatrième que jai dit : « le petit (S.S. a vingt-quatre ans) a raison ». Depuis, jai confiance.

Attentes et incrédulité se mêlent à l’arrivée des experts

11S.S. – Quand on a entendu qu’une aide allait arriver pour les artisans, on a pensé : « encore, ce sera pour les grands ! »

12– Il y aura des machines, on pourra aller faire le travail là-bas.

13A.M. – Je ne travaille pas avec d’autres menuisiers ; je n’ai pas de stock de bois ; on achète au fur et à mesure ; on ne se groupe pas pour acheter car on n’achète pas en même temps. S’il y a un stock à l’atelier central, il faudra un seul magasinier pour tous les métiers, sinon ça va coûter. On prendra le bois quand on a la commande, et puis on remboursera.

14A.M. – Le projet ? On n’a rien vu du matériel promis. Ils nous ont interrogé en réunion : les outils, le travail, le cahier d’entrée et de sortie des outils que l’on pourrait emmener (pour éviter les malhonnêtes).

15Y.F. – Pour tout, il faut que le projet nous aide. Et aussi pour la garantie des crédits de la banque. Et puis si on prend le bois au stock, on pourra payer moins d’intérêts qu’à la banque.

16S.S. – On a besoin de travail ; le projet a promis de nous aider à fabriquer des outils pour emplacer ceux que le Mali importe.

17A.K. – Le prix normal ? C’est quand le client paie le prix du devis. Mais comment faire ? C’est vrai que quand j’ai pas pour acheter « le petit pain », je lâche. Alors... C’est qu’il y a beaucoup de forgerons-soudeurs. On est tous des « particuliers ». Un ici, un là. Tel il a des sous, il achète une machine. Ça y est, il est soudeur ! On n’a jamais eu de réunion entre soudeurs sur les prix. On en parle à l’un quand on le rencontre dans la rue. On dit qu’on fait « tant » la porte. On a idée, avec mon associé, de faire une rencontre. A Hamdalaye « on est trop ». On veut pas montrer ses devis aux autres ; pourtant, je connais Moussa, Abdoulaye, Doumbia, Malagué et Konate.

18Y.F. – L’entente entre nous, c’est difficile. Celui qui a de l’argent ne va pas avec celui qui n’en a pas : il ne veut pas que l’autre monte ; il fait tout pour que ce soit bouché pour l’autre. Bon, quand dans un groupe il a y un blanc, cela va. Et après ?

Le premier accord entre menuisiers

19Un jeune menuisier (B.C.) disposait d’une raboteuse. Il n’arrivait pas à payer sa facture d’électricité et on lui coupa le courant. Les mois passent. Personne ne l’aide, pas même son voisin (A.T.) qui fut un des premiers à participer au projet. Et puis un jour... A.T. propose à B.C. de participer à la réunion de l’assemblée des artisans qui a lieu chaque jeudi matin.

20A.T. – Oui, j’étais même son logeur. Pendant des mois, il n’avait pas de travail. Je l’ai chassé. Et puis, c’est vrai, c’est moi qui ai poussé B.C. vers le projet : « vas-y, tu seras aidé ».

21B.C. – J’ai connu le projet par mon voisin A. T.... Entre ouvriers on ne se connaît pas. On est nombreux. Le projet, il aide à se connaître. Pour remettre en route la machine, c’est A. T. qui m’a présenté à la réunion. Je leur ai dit : « ma machine a dix-huit ans. Elle est arrêtée. Aidez-moi par un prêt. » Alors ils ont dit :» Toi, si tu n’avais pas ce problème, tu ne serais pas venu ! » Ils ont discuté plusieurs fois. Ils ont fait une petite enquête. Ils sont venus ici. J’ai dit : « Venez travailler sur ma machine, je vous ferai payer moins cher. » Et puis on est devenu « la même chose ». Avant (le projet), personne n’aurait payé pour moi !

22A.T. – Tout le monde est venu travailler avec sa machine ; il a pu ainsi rembourser. Il a bénéficié du projet plus que moi : c’est sa chance. Après la décision il m’a dit : « A.T., c’est toi qui a été la cause, je vais te donner de l’argent ! » J’ai dit non. Mais je vois qu’il me diminue plus qu’à d’autres !

23B.C. – Celui qui m’a prêté ce n’est pas mon voisin, « c’est l’ensemble des artisans, c’est le projet ». Non ! ce n’est pas l’argent des blancs : les ouvriers m’ont prêté avec l’argent des ouvriers, l’argent du Fonds de roulement (F.R.A.).

24A.T. – Nous, les gens du projet. Nous c’est tous, c’est nous les ouvriers, ce sont les deux experts. Moi-même j’ai pu emprunter 60 000 FM. Cela me dépanne. Mais j’ai déjà donné un peu au FRA. L’idée du FRA est venue quand on demande d’emprunter les outils, de se servir des machines, avec l’atelier, quoi. « Si les outils sont gâtés, et l’électricité, et ça... comment on va les payer ? » On discute de cela et on a cette idée que chacun prenne une part sur son travail, au moment, par exemple, où un devis est accepté.

25Comme cela, ensemble, on pourra payer.

26B.C. – Moi-même, j’ai mis de l’argent dans le FRA. Je ne sais plus combien. C’était cinq à dix pour cent d’un travail. Cela a été décidé entre nous, les ouvriers. C’est nous-mêmes qui cherchons le travail. Même si c’est un travail trouvé par moi, je peux donner au FRA. Cela nous sert à tous quand il faut « prêter » (emprunter) si le client ne paie pas tout de suite.

S’organiser

27A.T. – L’artisan, c’est lui qui dirige le projet. Car si l’assemblée qui décide. Car si l’assemblée décide quelque chose, les experts suivent. La commission étudie et précise à l’Assemblée qui décide. A l’Assemblée on adopte ou on rejette. Le système « Commission/ Assemblée générale » chaque semaine est bon. On le reprendra au niveau des quartiers.

28N.A. – Le nouveau qui demande à s’inscrire on va l’observer pendant trois mois, voir s’il vient à la réunion, qu’on le voit. La commission va désigner quelqu’un pour aller voir son atelier. Après trois mois, on va lui donner une première commande, une petite, pour essayer.

29N.A. – Tout le temps qu’on passe en réunion et en visite ensemble, ce n’est pas du temps perdu. « Ce que tu perds là tu le rattrapes en intelligence ». Je me suis développé par le projet. Les gens commencent vers 7 h 30 à venir à l’atelier. Tu restes au moins trente à quarante-cinq minutes par jour, plus les réunions. Sauf celui qui a pris une commande avec un délai ne vient pas.

30N.A. – C’est la masse qui corrige. Travailler ensemble est devenu une habitude. La jalousie entre nous, elle est finie ; elle tenait à ceci : « il y a peu de clients ; ! chacun cherche à garder son client ». Maintenant : « les clients sont à tous ». Cela veut dire que peu de clients viennent te voir dans ton atelier. La plupart viennent à l’atelier SNS. Même ton ancien client à toi. Ainsi ils ont la garantie sur leur argent avancé, sur la qualité, etc.. Et chacun de nous a le travail à son tour.

31Y.F. – Si les experts repartent, « ils » vont s’emparer. Il ne faut pas que ce soit dirigé par un seul. Il faut un comité de quatre personnes, responsables ensemble, pour gérer. Comme cela il faut l’accord des quatre personnes pour décider. C’est sûr, il faut que l’on ait confiance en nous-mêmes. Mais on n’arrive pas à cause de cette question d’argent ! Pour ne pas avoir la dispute entre nous, il faut que chaque artisan soit au courant de tout et qu’on décide ensemble.

32A.T.P. – C’est par un menuisier (qui est l’ami d’un ami menuisier) que j’ai connu le projet. Il m’a dit : « c’est une rencontre entre tous les ouvriers. On peut y trouver la gaieté. On peut se donner des travaux entre ouvriers ».

Devis et contrats assurés en commun

33A.M. – Un jour, ils m’ont donné une table à faire. Je l’ai faite. Ils m’ont aidé à mieux faire la table. Et aussi à faire bien le devis : j’ai eu un bénéfice. Et j’ai fait d’autres devis, mais encore rien d’arrivé.

34B.C. – A plusieurs, on cherche ensemble du travail ; on a ainsi plus la confiance de la clientèle. A la foire, on a trouvé sa chance ! On a vendu. Et cela continue car même les gens de Badalabougou, ils viennent acheter ici.

35B.C. – Les blancs nous aident, surtout pour les devis, le prix. Cela on ne sait pas bien le faire. Alors on perd. Aujourd’hui, je sais mieux et avec le devis que le blanc fait avec nous, on ne perd pas.

36C.I. – A la commission des devis, je peux aller quand je veux pour assister ou pour étudier avec eux un de mes devis. On a progressé pour cela, trop même. Avant avec le client on arrêtait le prix comme ceci : je dis quinze mille, il dit dix, je dis douze, etc.. c’est seulement après qu’on voit qu’on a onze mille de matière et presque rien pour la main d’œuvre. Cela c’est fini. Je fais le devis. Le client le voit : il est rassuré. Et... il commande à un prix beaucoup plus élevé qu’avant. Ainsi nos prix ont augmenté et cependant nos clients sont plus contents ; par exemple, notre bois est de meilleure qualité. J’écris mes devis moi-même.

37N.A. – Avant, chacun se débrouillait à son idée. Maintenant, on s’enseigne mutuellement. Á la commission devis, tu peux venir avec ton problème à toi : tous vont chercher avec toi. Il n’y a pas de secret, pas de jalousie.

38N.A. – Maintenant, chacun se critique lui-même et accepte la critique des autres. Parfois, « on se ramasse ». C’est qu’on veut que « la société » marche. On se dit « on ne veut pas que le client voie cela, alors on démolit ! » Et soi-même on dit les bêtises qu’on fait. Il y a notre nom ; le nom collectif ; le « SNS sur toute la république ». On parle de nous. Les industriels voudraient bien que le SNS cela se gâte. On fait tout pour ne pas gâter. Pour garder la confiance de l’Etat aussi.

39N.A. – La qualité ? On est plusieurs à la contrôler. Si elle est mauvaise on te suspend : « pas de commande pendant quinze jours ». Cela n’est jamais arrivé encore de voir deux mauvaises qualités de suite pour le même artisan.

40C.I. – La commission qualité nous pousse. Notre travail est critiqué. On ne se fâche pas, car on apprend. Cela était impossible avant ; on disait « va-t-en, cela ne te regarde pas ». Même à A. T., aujourd’hui, je peux faire une remarque sur son travail.

41N.A. – L’atelier est connu. Les gens viennent toute la journée pour commander. On ne descend pas nos prix. On dit : « si cela vous paraît trop cher, cherchez ailleurs ».

Des problèmes et des solutions

42M.T. – Nous avons eu des problèmes pour les remboursements au FRA. On a changé ; avant quelqu’un qui avait des besoins, il venait demander quelque chose au FRA. La commission a dit : « Non ! L’argent qui est sorti doit rentrer d’abord ». Beaucoup ont remboursé. Chacun sait à l’assemblée générale – qui se tient chaque jeudi – qui doit encore payer. Maintenant on évite que l’ouvrier qui emprunte « bouffe » l’argent au lieu d’acheter le matériel. On exige qu’il fasse un devis avec matériel et main d’œuvre. Et on lui dit de demander de l’argent comme avance au client pour ces deux postes.

43S.S. – Avant les vacances, les experts s’occupaient des commandes. A leur départ, ils ont dit : « c’est à vous ». Depuis lors, cela va mal, pour la qualité et les délais. S’ils délaissent trop le problème des commandes c’est difficile de réussir. On peut apprendre avec eux encore. Et puis les clients croient que les experts s’en occupent. Il vaut mieux qu’ils suivent les commandes de très près. La commission de qualité est composée des mêmes qui font le travail. Comment alors se contrôlent-ils ? L’expert, quand il le faisait, on le traitait de tout, on disait qu’il était trop dur. Or il avait raison, il faut cette exigence technique. Il n’est pas temps du tout qu’il abandonne cela.

44Z.T. – Le FRA marche mal car on prend des décisions et on relâche. Il faut décider ensemble et tenir. Il y a faiblesse de « la direction ». Il faut obliger à payer. Il faut avoir le souci de la bonne marche. Il faut que les créanciers viennent à l’assemblée générale. On doit bien connaître celui à qui on donne du crédit, là où il habite, ce qu’il possède (qu’on puisse récupérer).

45B.D. – A l’assemblée générale, on ne peut plus parler. Quand on vient là-bas, on ne nous laisse pas parler. On a soulevé le problème pour remplacer la commission des six délégués artisans ; mais elle a été réélue telle quelle. Pour que la décentralisation se réalise, il faut que les délégués de toutes les communes se réunissent en commission, et qu’une assemblée générale ait lieu dans chaque commune chaque semaine.

46On est en juillet 1985. Depuis lors, l’action a éclaté par quartiers de façon à ce que le processus s’étende tout en restant contrôlé par les artisans.