Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Demain l’artisanat ?

 | 
René Barbey
, 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Avant-propos

Texte intégral

1Tout en modes et en vagues, depuis plusieurs années, l’artisanat revient. Et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, il ne revient pas seulement comme curiosité archéologique, ethnographique ou exotique sur des métiers disparus ou en voie de disparition. Il revient aussi et surtout comme interrogation macrosociale, économique, politique et culturelle, comme une autre qualité de vie possible, comme mode d’être, avec toutes les contradictions et tous les paradoxes que cela suppose. Il n’est, dès lors, pas surprenant que naissent, un peu partout, de multiples réflexions, notamment celles de l’intellectuel et de l’artiste tant sur eux-mêmes que face à notre système de production. Ce « retour » n’a plus, cette fois, le caractère nostalgique de la perte mais se traduit par des innovations insoupçonnées.

2C’est au sein de cette effervescence et de ces réinventions possibles qu’il convient de situer les initiatives de deux institutions, pourtant très différentes, celle du « Département Europe » du Musée d’ethnographie de Genève bien souvent confronté aux questions sur l’artisanat et celle de notre Institut universitaire d’études du développement qui s’interroge sur les potentialités de l’artisanat dans la dynamique du développement. Ces échanges interinstitutionnels sont venus alimenter de riches débats sur l’artisanat, son histoire et son devenir. Ils aboutissent aujourd’hui au présent Cahier qui voudrait poser les jalons d’une nouvelle problématique : l’artisanat, est-il à même d’ouvrir d’autres perspectives sur le développement socio-économique et culturel ? Concerne-t-il de façon plus générale le futur de nous tous ?

3Pour tenter de répondre à cette question, les auteurs de ce Cahier formulent une hypothèse. Les grands systèmes de pensée et d’action ont laissé de nombreux interstices ; les projets habituels de développement, entre autres, ont montré leurs limites dans le domaine rural comme dans le domaine industriel... Il y aurait ainsi des espaces pour d’autres choses : de l’invention, de l’artisanat éventuellement.

4Le substantiel texte de Pierre Rossel pose le problème et nous donne un fil conducteur et une grille de lecture de l’histoire. A travers les nombreuses crises, de sa dévalorisation aux nouvelles panacées ou prises de conscience telle celle de « small is beautiful », l’artisanat a connu et connaît des difficultés de fonction, de statut et d’identité. C’est à nouveau le cas aujourd’hui. Il est vrai qu’à chaque fois des professionnels de la pensée ou des individus, à la recherche d’autres formes d’existence, se sont approprié les vertus de l’artisanat, au plan symbolique tout au moins. Anne-Marie Karlen et Patrice Guex nous aident à comprendre la séduction qu’exerce cette quête profonde de sens autour de l’esprit, du geste et finalement de l’objet. Bernard Crettaz, lui, s’interroge sur l’intellectuel-chercheur. Est-il artisan ou bricoleur ? Dans quel stock va-t-il puiser les éléments qui lui permettront d’élaborer sa réflexion. N’y a-t-il pas là en même temps aussi quête de sens et paradoxe ? Pour les pays du Tiers Monde, on parle volontiers de l’artisanat en termes de « secteurs non structurés ». A partir d’expériences particulières, dans le Tiers Monde et en Occident, Michel Carton et Christine Jaeger relatent leurs trajectoires de terrain et leurs réflexions. Ces « secteurs » ont des caractéristiques spécifiques qui leur sont propres, directement liées à leurs modalités de fonctionnement et de survie, mais qui doivent, en même temps, s’articuler avec l’extérieur, du marché local à l’économie nationale, voire mondiale. Les artisans doivent pouvoir transmettre leurs savoirs spécifiques, illustrés ici par l’étude originale et ponctuelle de Marie-Noëlle Chamoux sur une forme de conception d’apprentissage chez les Indiens du Mexique. Ils doivent aussi obtenir la matière première qui leur est nécessaire, trouver des clients à court, moyen et long terme. Mais ils doivent également négocier leur place tant économique que politique face aux autres dimensions de la vie productive et sociale : la précarité de la vie à la campagne, la congestion des communications urbaines, l’opacité et l’inertie fréquentes de l’administration, la puissance de l’industrie et de la société marchande...

5Finalement, il importait aussi de se poser la question : l’artisanat ici et demain ? Dans notre société occidentale fleurissent un peu partout de nouvelles formes d’activités spontanées et artisanales – des « ethnoentreprises » aux « nouveaux entrepreneurs » – qui viennent se loger dans ces interstices laissés vacants par les économies hautement développées. Claude Raffestin et Marian Stepczynski nous montrent comment elles sont à l’œuvre.

6Le carrefour où nous nous trouvons, gens de musées, du développement, gens de la pensée économique, sociale, anthropologique ou psychologique, interroge et appelle à l’engagement. En tant que témoins concernés par notre époque, qu’acteurs minuscules des événements, que sommes-nous là-dedans ? Bricoleurs des idées, nous devons forger des outils – n’est-ce pas de l’artisanat aussi ? – qui nous permettent de saisir les données de ce secteur socio-économique, culturel, et de son adéquation à l’ensemble de la société. Point n’est besoin d’inventer ce secteur de l’extérieur. Il est à découvrir à partir de ce qu’il est, de ses dimensions les plus pertinentes. A travers une meilleure compréhension de l’artisanat si souvent décrié, de sa place symbolique et économique dans la société, ce Cahier tente d’ouvrir de nouvelles pistes vers les formes insoupçonnées que prendra, peut-être, l’artisanat demain.

7L’Equipe des Cahiers