Version classiqueVersion mobile

L’homme inachevé

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Le passage du Nord au Sud

Hermann-Michel Hagmann

Texte intégral

Je cherche le passage entre la science exacte et les sciences humaines. Ou, à la langue près, ou, au contrôle près, entre nous et le monde.
Le chemin n’est pas aussi simple que le laisse prévoir la classification du savoir. Je le crois aussi malaisé que le fameux passage du Nord-Ouest.
Le passage du Nord-Ouest

Michel Serres

1Quel dialogue possible entre le généticien, le scientifique de la vie, et le démographe, le scientifique de la population ? A la fois science « exacte » et science « humaine », la démographie n’a heureusement pas échappé au champ d’investigation de l’auteur d’« Inventer l’homme ».

2Invité au dialogue, le démographe va tenter à son tour de tracer un « passage » entre « nous et le monde » à travers deux problématiques contemporaines essentielles, la croissance démographique du Sud et la décroissance du Nord, ceci en contrepoint de l’ouvrage d’Albert Jacquard.

Du Nord au Sud

3Une progression, d’abord lente, puis toujours plus accélérée, le premier milliard d’hommes atteint au début du xixe siècle (soit environ trois siècles pour passer du demi-milliard au milliard), le deuxième milliard vers 1925 (soit environ un siècle après), le troisième milliard vers 1960 (soit trente-cinq ans plus tard !), le quatrième milliard en 1975, le cinquième en 1986 ! Le constat est clairement établi par Albert Jacquard. Depuis quelques décennies, nous assistons bien à une forte croissance démographique mondiale, amorcée par la transition démographique du Nord et multipliée par celle, plus intense, du Sud.

4A partir de cette observation, certains n’ont pas hésité (et n’hésitent toujours pas) à parler d’une véritable menace pour l’avenir de l’humanité. En évoquant l’arme « P » ou la « marée humaine menaçante », Albert Jacquard lui-même, avec nuance certes, semble leur prêter voix.

5Face à cette évolution démographique mondiale, sans précédent dans l’histoire, quelle évaluation faut-il porter pour le futur démographique des hommes ? Sommes-nous vraiment au bord du gouffre ?

  • 1 Voir notamment les publications des Nations Unies ainsi que le 13e Rapport sur la situation démogra (...)

6La réponse à cette interrogation vitale appelle un examen attentif des tendances récentes1. Jusqu’au début des années 1970, le taux d’accroissement annuel moyen n’a cessé d’augmenter pour la population du tiers monde : d’environ 2,1 % en 1950 à 2,5 % en 1970. Alors même que des efforts non négligeables étaient accomplis par la communauté internationale pour tenter d’inverser la courbe. Reconnaissons qu’il y avait dans ces chiffres, pris à l’état global, de quoi alimenter une certaine angoisse, elle-même à l’origine des scénarios-catastrophe encore présents aujourd’hui dans bien des esprits.

Un tournant historique

7Et pourtant, depuis près d’une quinzaine d’années, le paysage démographique mondial s’est profondément modifié. L’inversion de tendance tant attendue s’est enfin produite : le taux d’accroissement annuel est retombé depuis peu en dessous de la barre des 2 %. Que s’est-il vraiment passé ? Deux faits principaux sont à souligner :

8– Il faut d’abord rappeler que, durant longtemps, la baisse réelle de la fécondité dans maintes régions du tiers monde a été totalement ou partiellement occultée par la diminution de la mortalité. Ainsi, l’Inde, par exemple, a bien vu sont taux de natalité réduit de 15 %o ces vingt dernières années, mais dans le même temps, son taux de mortalité s’est heureusement abaissé de 10 %o. Le gain net pour la maîtrise du taux d’accroissement se trouve donc amputé des deux tiers.

9Toutefois, le rythme accéléré de la diminution de la mortalité, vécue ces dernières décennies, va se ralentir. La marge de baisse future est plutôt étroite : d’environ 12 %o aujourd’hui à 5-6 %o demain. En revanche, le recul de la natalité (actuellement autour de 30 %o) se poursuivra et provoquera une baisse toujours plus sensible du taux d’accroissement. Ce processus est aujourd’hui entamé dans la majorité des pays en voie de développement.

  • 2 Chasteland J.-Cl., Les politiques de population dans le Tiers Monde huit ans après Bucarest. Etudes (...)

10– La dernière décennie a connu l’émergence d’un interventionnisme massif des gouvernements des pays du tiers monde dans les questions de population2. Les politiques démographiques, plus ou moins bien intégrées dans les politiques de développement, sont aujourd’hui largement acceptées et encouragées par la plupart des pays concernés. Les controverses entre développementalistes (la meilleure pilule est le développement) et néo-malthusiens (le développement est impossible sans réduction préalable de la fécondité) s’estompent devant les impératifs de survie et l’évidence de la complémentarité entre les mesures de planning familial et les actions socio-économiques d’ensemble.

  • 3 World Population Prospects. United Nations, New York, 1985. World Population Projections. The World (...)

11La Chine symbolise évidemment cette nouvelle efficacité. En une décennie, le taux d’accroissement a été réduit de moitié : 2,4 % en 1970-75 et 1,2 % en 1980-85 ! Et le mouvement se poursuit. Même si le poids démographique de la Chine est tel que la diminution de son taux d’accroissement influence assez fortement le taux global du tiers monde, tout indique que l’on s’achemine vers une lente maîtrise de la croissance démographique mondiale. Les principales perspectives établies3 s’accordent à envisager une population mondiale « stabilisée » à environ dix milliards à partir du milieu du siècle prochain.

Une moyenne trompeuse

12Ce doublement prévisible de la population mondiale d’ici la deuxième moitié du xxie siècle est-il dramatique ? Aurons-nous les ressources nécessaires pour assurer la survie de notre « vaisseau spatial » ?

  • 4 Tabah L., Les perspectives démographiques mondiales. In Revue Tiers-Monde, Paris, 1983, No 94.

13Les réponses, pessimistes ou optimistes, ne manquent pas4. Mais peut-être que l’enjeu véritable de la démographie mondiale ne se situe pas dans ce débat théorique.

14La vraie question n’est-elle pas à poser sur la situation actuelle du tiers monde plutôt que sur un futur très hypothétique ? La baisse du taux d’accroissement mondial résulte en fait d’une moyenne, trompeuse comme toutes les moyennes. Elle nous cache par exemple l’évolution inquiétante de l’Afrique dont le taux d’accroissement annuel a passé ces dix dernières années de 2,7 % à plus de 3 % ! Et cette désagrégation des données à un niveau plus régional nous montre une grande diversité des conditions de vie... et de mort des humains, non pas demain, mais « ici et maintenant ».

15N’est-il donc pas prioritaire de tout entreprendre pour soulager la faim, la malnutrition et les souffrances de centaines de millions de nos contemporains plutôt que d’imaginer une solution abstraite pour les futurs milliards de demain ? N’y aurait-il pas une certaine « dérive » intellectuelle à s’investir dans un futur théorique pour mieux échapper aux pesanteurs d’aujourd’hui ?

Retour vers le Nord

16Mais les « constructeurs de futurs » que sont les généticiens et... les démographes soulèvent un nouveau problème, celui des « déséquilibres qui vont se créer entre les diverses régions du monde ». D’ici un siècle, les pays dits développés passeront de 1,1 milliard à 1,4 milliard tandis que les pays en développement tripleront presque leur mise : de 3,5 à 9 milliards. Le pourcentage de l’Europe occidentale tombera de 10 à 5 %, l’Afrique passera de 500 millions à 2,2 milliards, etc. Selon Albert Jacquard, « c’est le visage même de notre espèce qui se transforme ».

17Faut-il vraiment s’en inquiéter ? Et d’abord que convient-il d’entendre par le terme « déséquilibre » ?

18Y a-t-il à l’heure actuelle un équilibre ? Y avait-il équilibre au xviiie siècle, par exemple, avant que le trop-plein européen du xixe siècle ne se déverse dans les Amériques. Quelle était l’opinion des Amérindiens à ce sujet ?

19Les objections peuvent se prolonger : est-il vraiment essentiel d’avoir tel ou tel pourcentage de la population mondiale ? La comparaison ne doit-elle pas être pondérée par la mise en relation d’autres variables (par exemple, le P.N.B., les « savoirs », etc.) ? Qui sera dans la catégorie des pays dits « développés » dans un siècle ? Mais là encore, l’interrogation sur le futur ne nous renvoie-t-elle pas aux problèmes contemporains ? Car ces objections, malgré leur pertinence, ne nous permettent pas de faire l’économie d’un constat d’évidence : les différences de rythme d’évolution démographique entre régions développées et régions peu développées créent déjà aujourd’hui des tensions internationales difficiles à gérer. Par exemple, l’immigration clandestine entre les Etats-Unis et le Mexique, celle entre l’Afrique et l’Europe méridionale, mais aussi l’afflux en Europe de « réfugiés économiques » en provenance du tiers monde, en sont une bonne illustration.

La décroissance du Nord

20Mais ces différences de rythme, génératrices de tensions socio-politiques, ne sont pas seulement provoquées par la croissance du tiers monde, mais également par une baisse considérable de la natalité occidentale. Curieusement, Albert Jacquard, ressortissant d’un pays très sensibilisé, pour des raisons historiques bien connues, à la question de la dénatalité, n’en parle pas.

21Et pourtant, par son intensité et sa durée, cette chute de la fécondité occidentale et surtout de l’Europe occidentale est sans précédent. Le nombre moyen d’enfants par femme n’assure plus, et de loin, le remplacement des générations. Ces dernières années, l’indicateur conjoncturel de fécondité a tendance à se stabiliser en moyenne à un niveau très bas, et aucun signe de vraie reprise ne peut être enregistré.

22Tout se passe comme si l’Europe vivait une nouvelle phase de la transition démographique, non prévue par la théorie classique, dans laquelle la faiblesse du niveau de fécondité entraîne une décroissance, d’abord potentielle, puis réelle, de la population. Est-ce finalement si surprenant ? Et devait-on s’attendre à ce que les pays les plus avancés dans le processus transitionnel finissent par avoir tous la même fécondité et la même mortalité ? Qui espérait vraiment que les populations parvenues à leur « maturité » ajustent leur fécondité à l’exact niveau nécessaire au renouvellement de la population (actuellement, 2,1 enfants par femme), ceci afin de conforter les démographes dans leurs théories ? En réalité, il paraît évident déjà aujourd’hui que l’après-transition sera vécu d’une manière hétérogène par les divers pays, ce qui fragilise encore plus les perspectives établies pour le tiers monde.

23Cette évolution, nouvelle, de la démographie européenne doit être prise au sérieux. Car si les conditions actuelles se maintiennent, la population européenne va vieillir toujours plus, puis décroître et connaître un processus de déclin difficilement réversible.

24Toutefois, si les conséquences négatives à long terme sont claires, le court terme est plus malaisé à cerner. Dans un premier temps, la dénatalité améliore même le rapport actifs-inactifs, sans que le vieillissement ne fasse encore trop sentir ses effets. Comment faire comprendre l’urgence du débat, face à l’inertie des phénomènes démographiques et leurs incidences sur plusieurs générations ?

Immigration ou fécondité

25Mais y a-t-il vraiment urgence, rétorquent certains ? Ne pourrait-on pas imaginer qu’une immigration du tiers monde prolifique compense la faiblesse du vieux monde anémique ? On retrouve cette suggestion sous diverses colorations : parfois sur le mode cynique (il suffit d’importer les enfants – ou les hommes – que nous ne voulons plus faire nous-mêmes), parfois sur le mode généreux (il faut ouvrir les frontières pour accueillir plus d’immigrés et soulager ainsi les pays du tiers monde).

  • 5 Voir par exemple Sauvy A., La montée des pays jeunes. In Dumont G.F. et Sauvy A., La montée des dés (...)

26En réalité, cette thèse ne paraît guère défendable, soit sur le plan éthique (comment accepter de résoudre les problèmes démographiques européens par les enfants du tiers monde ?), soit sur le plan de l’efficacité (il serait évidemment illusoire d’imaginer que les capacités d’accueil du Nord suffiraient à résoudre l’immense question démographique du Sud). En revanche, l’argumentation de ceux qui estiment que les différences trop fortes de vitalité démographique, loin de se compenser, accentuent les déséquilibres paraît plus solide5. Une Europe équilibrée sur le plan démographique sera un partenaire bien plus utile pour la communauté internationale lorsqu’il faudra définir de nouveaux rapports Nord-Sud, à la fois plus équitables et plus harmonieux.

27Dès lors, si l’immigration massive doit être écartée, l’alternative est simple : il faut agir sur la fécondité. Mais d’emblée une question redoutable se présente : une telle action est-elle souhaitable et, si oui, est-elle possible ? Albert Jacquard rappelle que « tout ce qui concerne la procréation est noyé dans un brouillard de notions moyenâgeuses et de réflexes moraux ». La question de la légitimité d’une intervention de l’Etat, et celle de son éventuelle efficacité, doit donc être examinée avec soin.

  • 6 Hagmann H.-M., Pour une politique de population en Suisse ? In Les Suisses vont-ils disparaître ? H (...)

28Nous avons déjà tenté6 de démontrer qu’une politique de population, dans le contexte d’un pays européen, n’aura d’efficacité que :

  • si elle est conçue dans le sens large d’une politique socio-économique d’ensemble et non d’une intervention étroitement nataliste (ne pas se contenter que de mesures ponctuelles qui négligent le contexte socio-économique et culturel dans lequel les couples prennent leurs décisions),

  • si elle est définie à long terme (il n’y a de résultat à espérer que sur la continuité et la durée),

  • si elle respecte le principe de positivité (absence de coercition),

  • si elle dispose de moyens suffisants (la modestie du résultat de certaines politiques n’est que le reflet de la modestie des moyens mis en œuvre !),

  • si elle peut compter sur l’appui d’une population bien informée et assurée que les mesures proposées vont dans le sens des aspirations majoritaires des couples.

29Une fois ces conditions respectées, il nous apparaît qu’une politique globale de population pour les pays européens est non seulement souhaitable mais nécessaire.

30A travers cette balade, en compagnie d’Albert Jacquard, nous observons finalement que le « passage » entre le Nord et le Sud peut s’écrire au pluriel.

L’effet de miroir

31Dans une vision courante des principaux thèmes démographiques contemporains, l’on entendra souvent associer le terme de « demain » à la problématique du tiers monde et celui d’« aujourd’hui » à celle des pays développés. C’est pour demain que le scénario-catastrophe est construit pour le Sud. C’est dès aujourd’hui que l’on parle du déclin du Nord.

32Or, notre confrontation Nord-Sud a plutôt inversé le calendrier. C’est aujourd’hui que le tiers monde vit de grandes difficultés ; et l’espoir est pour demain. En revanche, le Nord, qui vit plutôt bien la période présente, risque gros pour l’avenir. En réalité, cet effet de miroir fonctionne dans les deux sens et le jeu des perspectives a ceci d’heureux qu’il nous renvoie de toutes façons aux problèmes contemporains.

Crise ou mutation

33Albert Jacquard nous donne une clé pour approcher les grands problèmes économiques, sociaux, politiques d’aujourd’hui. Avec d’autres, il oppose le concept de mutation à celui de crise. A propos d’emploi et de chômage, il nous précise qu’il n’est pas possible de « sortir de la crise, pour la bonne raison que ce n’est pas une crise ». Selon lui, il s’agit d’une mutation, d’une heureuse mutation, comme l’humanité en a déjà connu plusieurs.

34Ce concept peut s’appliquer au champ démographique. La solution aux problèmes contemporains (par exemple, dans le Nord, nouveaux modèles familiaux et professionnels ; dans le Sud, nouveaux modèles de développement) ne consiste pas à revenir à l’état antérieur, au « bon vieux temps ». La nostalgie ne résout rien et correspond à une « incapacité à saisir un opportunité nouvelle ». Il faut au contraire tout faire pour favoriser la création de nouvelles valeurs et de nouvelles solidarités.

De l’incertitude du surpeuplement à la certitude du vieillissement

35Dans les points de rencontre entre le Nord et le Sud, il y a un phénomène que nous n’avons pas encore évoqué, celui du vieillissement des populations. Or, autant le « surpeuplement » est une notion relative, autant le vieillissement est une certitude pour l’avenir.

36Pour le Nord, c’est déjà une réalité. Mais pour le Sud également, il faut s’attendre à un vieillissement considérable, à la mesure d’ailleurs de la forte croissance de ces dernières décennies. Et le paradoxe veut que plus promptement la maîtrise de la fécondité sera réussie, plus rapidement le vieillissement sera présent !

37Pour le tiers monde, le vieillissement est donc plutôt souhaitable. Pour les pays développés, par contre, il ne sera supportable à terme que si l’on quitte le schéma d’une population décroissante pour retrouver celui d’une population plus ou moins stationnaire. Mais pour les deux, ce destin commun face au vieillissement est un défi. Il implique une nouvelle organisation sociale, de nouvelles solidarités intergénérationnelles, une place et un statut réel pour les personnes âgées, et surtout un nouvel équilibre Nord-Sud.

38A nous donc d’« inventer l’humanité », peut-être grâce à ce « pouvoir d’auto-création de l’homme », dont Albert Jacquard nous parle avec beaucoup d’espoir.

Notes

1 Voir notamment les publications des Nations Unies ainsi que le 13e Rapport sur la situation démographique de la France. In Population, Paris, 1984.

2 Chasteland J.-Cl., Les politiques de population dans le Tiers Monde huit ans après Bucarest. Etudes et Documents, CIACO, Louvain-La-Neuve, 1984.

3 World Population Prospects. United Nations, New York, 1985. World Population Projections. The World Bank, Washington, 1985.

4 Tabah L., Les perspectives démographiques mondiales. In Revue Tiers-Monde, Paris, 1983, No 94.

5 Voir par exemple Sauvy A., La montée des pays jeunes. In Dumont G.F. et Sauvy A., La montée des déséquilibres démographiques. Economica, Paris, 1984.

6 Hagmann H.-M., Pour une politique de population en Suisse ? In Les Suisses vont-ils disparaître ? Haupt, Berne et Stuttgart, 1985.

Auteur

Démographe, professeur associé, Faculté des sciences économiques et sociales, Université de Genève.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search