Version classiqueVersion mobile

L’homme inachevé

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

La dynamique des populations européennes avant la transition démographique

Alfred Perrenoud

Texte intégral

  • 1 Ypsilantis N., Denti E., Bourcier de Carbon Ph., « La main d’œuvre dans le monde depuis 1950 jusqu’ (...)

1Aucune époque n’a connu et ne connaîtra sans doute - à moins d’un accident majeur toujours possible, qu’il soit nucléaire ou épidémique -, une situation comparable à la nôtre. Songez que depuis 1950, la population a presque doublé, c’est-à-dire qu’elle s’est accrue autant que dans les deux millénaires qui précèdent. Il a fallu mille cinq cents ans pour atteindre le premier milliard, aujourd’hui douze ans suffisent. Le potentiel d’accroissement démographique est tel qu’il ne faut pas s’attendre, dans l’hypothèse la plus optimiste des Nations Unies, à une stabilisation de la population mondiale avant 2050. Cette croissance entraîne les déséquilibres que chacun connaît, en 1950, les régions développées représentaient encore un tiers de la population mondiale, aujourd’hui moins d’un quart, dans 15 ans, un cinquième. Dans les régions en développement, les nouveaux actifs se seront accrus de huit cent millions entre 1975 et 2000, soit 50 % de plus que la population active des régions développées en 19751. Telles sont les données du problème, il n’y a aujourd’hui pas d’autre alternative que d’ajuster ressources, population et emploi.

2L’analyse des problèmes posés par l’équilibre démographique des sociétés traditionnelles fait mieux comprendre si l’homme est maître de son devenir et si ses capacités biologiques et culturelles lui permettent de s’adapter à son environnement, par des mécanismes soit conscients, soit inconscients ou induits par la société.

La dynamique des populations traditionnelles

3Pendant une grande partie de l’histoire de l’humanité, le développement économique et la croissance de la population semblent être allés de pair. Sous l’apparence d’une relative stabilité se sont succédé des périodes de forte poussée démographique, suscitée par un accroissement des ressources ou une diminution des épidémies, entrecoupées de croissances plus lentes, de paliers et de reculs, ce qui a amené les historiens à élaborer une théorie des rapports entre environnement biologique, économie et population. Ce modèle éco-démographique tend à toujours ramener la population, par une sorte de fatalité malthusienne, à une position d’équilibre déterminée autant par les lois de l’écosystème que par les ressources alimentaires, les technologies et l’organisation sociale. Le système fonctionnant toujours à la limite de ses capacités, le plafond du peuplement ne saurait être dépassé sans réaction corrective. La mortalité joue ici le rôle essentiel ; variable tout à la fois endogène et exogène, elle assure la régulation entre population et économie.

4La démographie ancienne est ainsi apparue pendant longtemps comme une démographie en déséquilibre, faite de croissances entrecoupées de crises qui balayent les excédents accumulés durant les périodes plus ou moins brèves de rémission. On admet ainsi implicitement que les déficiences alimentaires étaient directement ou indirectement responsables de ces hauts niveaux de mortalité et qu’en conséquence des progrès dans la production agricole ou la diversification des cultures, ou encore l’ouverture des marchés, constituaient un préalable à l’allongement durable de la vie humaine et donc à la croissance de la population.

5Dans la logique du système, il aura fallu, pour sortir de cette société bloquée, toutes les forces rénovatrices du 18e siècle, ensemble multiple de causes qui, constituant une masse critique de transformations, ont dénoué le cercle fatal, et permis un essor dès lors ininterrompu de la population.

  • 2 Perrenoud A., « Le biologique et l’humain dans le déclin séculaire de la mortalité », Annales Econo (...)
  • 3 V.C Wynne edwards, Animal Dispersion in Relation to Social Behaviour, Edimbourg, Olivier and Boyd, (...)
  • 4 Livi bacci M., « Les répercussions d’une crise de mortalité sur la fécondité : une vérification emp (...)

6Ce modèle longtemps admis, est aujourd’hui sérieusement remis en question, pour de multiples raisons que je ne peux développer ici2. Disons qu’il se heurte à deux objections majeures. D’abord au fait que la croissance de la population n’est pas spécifique à l’Europe et que les facteurs humains semblent n’avoir joué qu’un rôle secondaire dans l’évolution de la mortalité jusqu’à Pasteur, rôle secondaire en regard des facteurs biologiques ou climatiques. Ensuite, que le modèle ne tient pas compte des mécanismes de régulation qui, par le jeu de la nuptialité et de la fécondité permettent des ajustements bien avant que n’intervienne le frein « positif », au sens malthusien, de la mortalité due au surpeuplement relatif. Même dans le règne animal, des freins « préventifs » permettent une régulation des effectifs avant même que ne soit atteint le plafond naturel déterminé par la quantité de nourriture disponible3. Ce sont ces mêmes mécanismes qui suscitent, sous certaines conditions, des récupérations extrêmement rapides, au lendemain des crises4.

7Les facteurs pouvant jouer un rôle de régulation démographique sont multiples, ils combinent des mécanismes biologiques, des facteurs culturels, des comportements collectifs et individuels. Dans la problématique de la présente réflexion sur la dynamique de l’humanité, il m’a semblé intéressant d’examiner les mécanismes qui ont permis aux populations traditionnelles à la fois de s’adapter aux contraintes du milieu et de répondre aux changements imprévus ou graduels des conditions de vie.

La régulation par la fécondité

8L’étude de la fécondité dans les sociétés traditionnelles a mis en /évidence l’existence de mécanismes soit biologiques, soit résultant de comportements plus ou moins volontaires, ancrés dans l’inconscient collectif, permettant la régulation du processus fécond.

  • 5 Biraben J.-N., Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 2 vol (...)

9En temps normal, la fécondité était très en deçà du potentiel biologique, mais elle pouvait augmenter rapidement en réponse à un accroissement de la mortalité. Divers travaux sur la peste révèlent des modifications de comportement fécond durant les épidémies5. Ainsi, à Genève, lors de la peste de 1636-1640, les couples qui se sont trouvés exposés à la contagion durant les premières années de leur mariage, ont eu une descendance théorique de 8,7 enfants, alors que les couples formés avant la peste n’en avaient que 7,0. Cet accroissement de la fécondité résulte d’un rythme plus rapide des naissances, qui semble indiquer que les couples adaptent leur comportement aux contraintes du milieu. Savoir si ces réactions relèvent d’une stratégie consciente des individus ou d’un mécanisme d’autodéfense de l’espèce, ancré dans l’inconscient collectif, est évidemment un autre problème.

  • 6 Perrenoud A. et Zumkeller D., « Caractères originaux de la démographie genevoise du xvie siècle. St (...)

10Le comportement individuel des couples n’est pas indépendant non plus de la conjoncture économique, qui détermine des stratégies de prévention des naissances pouvant être réversibles. À Genève, hors de toute pratique contraceptive, on observe une augmentation de la fécondité dans la seconde moitié du 17e siècle dans une conjoncture particulièrement favorable6.

  • 7 Shorter E., « L’âge des premières règles en France, 1750-1950 », Annales Economies Sociétés Civilis (...)

11Les conditions de vie influencent également la fécondabilité. Ainsi, on sait que la puberté était plus précoce dans les classes aisées, en raison sans doute d’une meilleure alimentation7, et à Genève, les couches populaires et les immigrants ont une fécondité nettement plus faible, qui se traduit par des intervalles entre les naissances plus longs, que ne peuvent expliquer des pratiques sociales telles que l’allaitement, car le décalage se mesure dès la première naissance et s’observe également lorsque l’enfant précédent est décédé rapidement.

  • 8 Charbonneau H., « Jeunes femmes et vieux maris : la fécondité des mariages précoces ». Population, (...)

12Le processus de reproduction paraît également influencé par la précocité du mariage. On a constaté que les femmes très jeunes mariées présentaient à tous âges une fécondité moindre et devenaient plus rapidement stériles. Il se peut que la forte fécondité observée en Europe durant ce que l’on a appelé la transition malthusienne, découle en partie du relèvement de l’âge au mariage, ce qui a pu atténuer l’effet recherché. Si tel est le cas, le problème pourrait se poser également dans les pays en développement8. Ce qui montre bien l’effet indirect des facteurs culturels sur la fécondité.

13Parmi ceux-ci, l’allaitement maternel joue évidemment un rôle important dans la régulation du processus fécond en prolongeant les périodes d’infertilité. Aujourd’hui, dans les pays où l’indice synthétique de fécondité est élevé, l’allaitement maternel constitue le principal facteur de limitation des naissances ; il permet de réduire de 25 à 30 % le maximum théorique d’enfants qu’une femme peut avoir. Les effets contraceptifs de l’allaitement au sein n’étaient pas ignorés des populations anciennes, Mais les pratiques d’allaitement ne peuvent être dissociées du contexte culturel car elles participent d’une conception générale de la vie et de l’attitude de la société vis-à-vis de l’enfant. Attitude qui peut varier fondamentalement selon les croyances et les conceptions religieuses.

  • 9 Magaud J., Henry L., « Le rang de la naissance dans les phénomènes démographiques », Population, 23 (...)
  • 10 Head A.-L., Le pays glaronais du milieu du xviie siècle au milieu du xixe siècle. Recherches sur la (...)
  • 11 Corsini C., « Self-Regulating Mechanisms of Traditional Populations before the Demographic Revoluti (...)

14Les milieux réformés ont un système de valeurs qui se traduit par une politique d’économie familiale, un stratégie d’épargne vis-à-vis de l’enfant inconnue dans les milieux catholiques. Au 18e siècle, dans les villages protestants du canton de Glaris, la fécondité des catholiques est systématiquement plus élevée que celle des protestants, de l’ordre de 12 %, mais la mortalité infantile y est aussi beaucoup plus forte (de 20 à 30 %). De sorte qu’on peut se demander si ces différences importantes ne résultent pas d’options individuelles visant à réduire la taille de la famille par des moyens autres que la limitation des naissances. Cette surmortalité infantile est en effet différentielle selon le sexe et liée au rang de la naissance. Il semble bien que dans la population catholique, « la prédisposition ou le désir des familles d’avoir de nombreux enfants s’accompagne de dispositions à les soigner moins bien »9. En effet, le sort des enfants empire, à la fois avec la dimension de la famille et le rang de la naissance. La mortalité infantile des enfants de rang 2 à 4 est de 284 %o, celle des enfants de rang 5 à 8 de 338 %o et celle des enfants de rang 9 et plus de 469 %o. Dans les familles protestantes, rien de tel. La mortalité infantile n’est pas plus forte dans les familles de grande taille, et l’influence du rang de la naissance ne se fait sentir qu’à partir du 9e rang, et encore très faiblement (+ 15 %)10. En Bavière, on voit même des ménages catholiques formuler ouvertement le souhait que le nouveau-né (surtout à partir de la cinquième naissance) « entre au ciel » (himmeln) au plus vite, non seulement pour son propre salut mais pour assurer celui de la famille par ses intercessions. « Trois enfants morts au ciel ont une telle puissance que le salut du père et de la mère est assuré » dit un proverbe. Certains auteurs pensent que la mise en nourrice ou l’abandon des enfants résultent de mêmes stratégies familiales de régulation11. Il est évident qu’il existe, dans le domaine de la fécondité, une interaction constante entre phénomènes biologiques, facteurs socioculturels, et comportements individuels et collectifs. Le système démographique forme un tout dont on ne peut isoler les composantes et qui demande à être toujours replacé dans son environnement bio-sociologique.

15Il n’y a donc pas de population « naturelle » ou « démographiquement primitive », c’est-à-dire totalement livrée aux contraintes du milieu. Toute société, qu’elle soit humaine ou animale, possède ses mécanismes de régulation qui lui permettent de maintenir un certain équilibre entre effectifs et ressources. Toutefois, les conséquences ne sont pas les mêmes selon que l’adaptation se fait plus ou moins bien en raison de la rigidité variable des mécanismes de réponse. Une population qui parvient à ajuster son effectif aux ressources alimentaires en agissant rapidement sur sa fécondité est avantagée par rapport à une population qui maîtrise mal son développement. Son effectif sera moins important et le revenu réel par tête supérieur. Elle sera donc plus apte à progresser sur le plan technique en parvenant à élever simultanément l’effectif de la population et son niveau de vie.

Le rôle régulateur du mariage

  • 12 Dupâquier J„ « De l’animal à l’homme : le mécanisme autorégulateur des populations traditionnelles  (...)

16Le moyen le plus simple d’agir sur la fécondité est bien sûr de /limiter le droit de se reproduire, ce qui suppose un contrôle de la reproduction. De ce point de vue, l’Europe se singularise par un régime de nuptialité qui lui est propre et, semble-t-il, sans équivalent. Les caractéristiques de ce modèle, spécifique à l’Europe issue de la chrétienté latine, sont un célibat définitif important et un mariage tardif. Du point de vue de la régulation de la population, ce système était certainement le plus efficace, puisque seules 45 à 50 % des femmes en âge de se reproduire étaient mariées. En raison aussi de sa souplesse, car il exerçait un effet d’autorégulation en faisant dépendre le mariage de la possibilité pour le nouveau couple de s’établir et d’assurer son indépendance économique12. Le système postulait en effet l’absence de cohabitation d’enfants mariés avec les parents, ce qui était sinon la règle, du moins une caractéristique assez générale, en raison du mariage tardif. Dans le monde rural, l’indépendance économique est assurée par un bien-fonds. Les jeunes gens étaient donc condamnés à un célibat forcé, un « purgatoire matrimonial » (J. Dupâquier) jusqu’à ce qu’ils pussent accéder à l’héritage paternel, ou qu’ils aient réussi, en prenant un emploi domestique, à se constituer l’avoir nécessaire pour s’établir. Bien entendu, les périodes de forte mortalité accéléraient le renouvellement des ménages et stimulaient la fécondité. Enfin, le système était aussi socialement sélectif, les pauvres étant obligés d’attendre pour se marier d’avoir pu accumuler le petit capital indispensable à la fondation d’un foyer.

17Ce système de reproduction permettait donc de maintenir un certain équilibre démographique en freinant ou au contraire en accélérant le renouvellement des générations selon les conjonctures économiques et démographiques. Il supposait un contrôle social assez fort sur le mariage, contrôle exercé par la religion, la famille et la société. Il fonctionnait tant que le groupe domestique restait identifié à l’unité de production, ce qui est le cas dans la société rurale.

  • 13 Chaunu P., « Démographie historique et système de civilisation ». Mélanges de l’École française de (...)

18Ce modèle de mariage tardif, grande originalité de l’Europe, est un véritable « système de civilisation »13, qui a certainement contribué à son avance économique. Il a, en effet, des implications multiples. Sur la main-d’œuvre, en libérant la femme pendant un tiers de sa vie féconde des charges de la maternité (on peut estimer que le fait de passer de 18 à 26 ans augmente de 14 % la population active totale). Sur l’épargne : la période de célibat représente une période de capacité productive maximale sans charge et sans responsabilité familiale, pendant laquelle l’épargne est possible. Cette épargne accumulée en vue de s’établir sera orientée vers des biens autres que de subsistance, ce qui stimulera la production artisanale et industrielle. La possession d’un avoir étant une condition nécessaire pour créer un foyer, dans un système où la famille est l’unité fondamentale - à la fois de production et de consommation -, la sexualité qui ne peut trouver à s’exercer que dans le cadre d’une union légitime, a pu être sublimée vers cet idéal qu’est le mariage et contribuer à développer la compétitivité, l’individualisme et le sens de l’épargne. Sur l’éducation : en raison de la faible probabilité de survie des grands-parents, le mariage tardif transfère le rôle éducatif des aïeux aux parents et substitue au choix lignager du conjoint, le choix individuel. Alors qu’un système lignager tendra à perpétuer des structures anciennes, le rajeunissement des éducateurs ouvre la voir au progrès et à l’innovation. Enfin, sur l’émancipation féminine, la situation de la femme dans le ménage étant fondamentalement différente si la fille passe de la tutelle de son père ou de ses frères à celle d’un mari généralement nettement plus âgé, ou si elle se marie majeure, sur un plan de quasi égalité avec un époux-partenaire.

19Ces conditions particulières font que lorsqu’intervient l’ère industrielle, vers la fin du 18e siècle, la fécondité était bien plus faible qu’elle ne l’est aujourd’hui dans les pays en développement. Vers 1800, aucun pays de l’Europe du nord-ouest ne présentait un taux de natalité supérieur à 40 ‰. Le Danemark, la Norvège, la Suède, la France, avoisinaient 30, alors qu’aujourd’hui, les deux tiers des pays d’Afrique ont encore une natalité de 45 ‰ pour mille ou plus. Des taux de plus de 50 ‰, comme on en trouve au Bénin, au Niger, au Kenya, étaient sauf exceptions inconnus.

  • 14 Wrigley E.A. et Schofield R.S., The population History of England, 1541-1871. A Reconstitution, Lon (...)
  • 15 Wrigley E.A., « The Fall of Marital Fertility in Nineteenth-Century France: Exemplar or Exception?  (...)

20La faiblesse de la fécondité, combinée à une mortalité relativement élevée, a préservé l’Europe d’une croissance trop rapide (0,3 % en 1700-1750, puis 0,5 % en 1750-1800, 0,7 % en 1800-1850). L’accroissement naturel dépasse rarement 1 % par an, il culmine en Angleterre à environ 1,8 % vers 1820. Cet accroissement n’est pas dû seulement, comme on l’a cru longtemps, et comme le voudrait la théorie de la transition démographique, à la baisse de la mortalité. L’Angleterre, dont la population a été multipliée par 3,5 au 19e siècle, est un des pays où les progrès de la mortalité ont été les plus faibles. La croissance de la population y résulte, pour l’essentiel, au moins jusqu’en 1850, d’une forte augmentation de la natalité, due à un abaissement de l’âge au mariage14. En France, au contraire, la mortalité a fortement baissé, mais la population n’a crû que modérément (35 %) en raison de la diminution de la fécondité. La Suède, en revanche, se conforme mieux au schéma classique de la transition démographique, la fécondité y est fluctuante mais stable, et c’est la baisse de la mortalité qui détermine la croissance de la population. Ces trois pays, qui sont ceux que l’on connaît le mieux aujourd’hui, ont donc passé par trois modèles différents de transition démographique15.

21Dès lors, dans quelle mesure l’expérience des pays développés, et les raisons qui ont poussé les couples à avoir moins d’enfants, sont-elles applicables aux pays en développement ? Il y a quelques années, on pensait pouvoir expliquer la transition démographique par le progrès économique, la baisse de la mortalité, en particulier celle des enfants, entraînant tout naturellement une baisse de la fécondité.

22En 1974 encore, la Conférence mondiale de la population à Bucarest, qui s’était donné pour thème les implications sociales et économiques de la croissance rapide de la population, arrivait à la conclusion qu’une « réduction de la mortalité est une pré-condition nécessaire au déclin de la fécondité ». Or, les choses sont loin d’être aussi simples. Nous savons aujourd’hui que le déclin de la fécondité a parfois précédé celui de la mortalité infantile, que souvent les courbes évoluent conjointement ou avec un décalage de quelques années seulement, insuffisant pour établir une causalité. Aussi vouloir freiner la fécondité en abaissant la mortalité revient à prendre l’effet pour la cause. L’exemple historique montre qu’une forte fécondité va toujours de pair avec une mortalité infantile élevée. Ce n’est pas lorsque les chances de survie de leurs enfants augmentent que les parents leur accordent des soins plus attentifs, mais c’est lorsque la procréation résulte d’un choix, que les parents sont incités à investir davantage d’énergie affective et par là même à prêter plus de soins aux enfants, à vouloir leur assurer un avenir par l’éducation et l’élévation du niveau de vie. La somme d’affectivité concentrée par les parents sur leurs enfants est fonction de leur nombre et non de leur probabilité de survie.

  • 16 Andorra R., Determinants of fertility in advanced societies, Methuen, London, 1978, 341 p.

23La théorie de la transition démographique postule que la fécondité était élevée dans les sociétés traditionnelles en raison de la forte mortalité, de l’absence d’opportunité d’avancement dans la société, en raison aussi de la valeur économique des enfants, et que l’industrialisation, l’urbanisation, en un mot, le processus de modernisation, ont modifié cet état de choses. Nous savons maintenant que la croissance économique, au sens le plus large, n’est ni une condition nécessaire, ni une condition suffisante pour provoquer la transition démographique. Avant 1880, la fécondité a souvent baissé, alors que la mortalité infantile était encore élevée et la population en grande partie rurale. Et c’est en France, et non en Angleterre, que ce déclin s’est amorcé, dès la fin du 18e siècle. On a cru y voir l’effet des aspirations nouvelles suscitées par la Révolution, mais la France n’est pas la seule à s’être engagée sur cette voie à cette époque. La limitation des naissances se répand également, non seulement dans les régions culturellement et linguistiquement proches, comme la Suisse romande, mais également en Suisse alémanique protestante (à Mollis dans le canton de Glaris, les couples limitent leurs naissances dès 1760), ou encore dans des régions calvinistes de Hongrie16. Régions qui toutes sont réformées, ce qui montre une fois encore combien est forte l’influence des facteurs culturels sur la fécondité.

24Mais il est évident qu’il faut se garder de tout schématisme hâtif, et ne pas rechercher dans un facteur unique considéré comme déterminant des changements de comportements aux motivations complexes. Tout ce que l’on peut dire, c’est que le système de valeurs mis en place par la Réforme crée les conditions propices à la diffusion de pratiques contraceptives. Reste la question importante, à savoir quels sont les agents sociaux, culturels ou économiques, qui déclenchent les mécanismes de transformation. Or, ici, il n’y a pas de réponse unique.

  • 17 Bardet J.P., Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social. SEDES. Paris. 198 (...)

25Nous savons, par exemple, que certaines populations urbaines possèdent une longue expérience de limitation des naissances, bien avant que celle-ci ne se répande dans les campagnes. Ainsi, Rouen et Genève, villes qui n’ont pourtant rien de comparable, connaissent toutes deux une révolution contraceptive qui se développe très tôt, dès la fin du xviie siècle, en réponse à un emballement de la fécondité. Le contrôle des naissances atteint en premier lieu le sommet de la hiérarchie sociale, mais s’étend très rapidement à l’ensemble de la population, avec une efficacité vraiment étonnante17. Les femmes genevoises, mariées au début du 19e siècle n’ont plus que 2,6 enfants, et près de 60 % de celles mariées avant 25 ans n’ont plus d’enfant après 10 ans de mariage.

26Ces exemples urbains, tellement précoces, montrent que le passage d’une fécondité non contrôlée à la limitation des naissances, n’implique nullement des changements sociaux ou culturels (transformation de la famille, valorisation de l’enfant, laïcisation, renversement des flux économiques et affectifs entre parents et enfants), ni une transformation fondamentale des mentalités ou une nouvelle conception du monde, ni que le contrôle de la fécondité soit moralement acceptable, ni même que des techniques de contrôle des naissances soient accessibles.

  • 18 Bideau A., « Les mécanismes autorégulateurs des populations traditionnelles », Annales Economies So (...)

27Finalement, dans toute société, quel que soit le stade de son développement, le comportement fécond a une rationalité. La fécondité est haute ou basse selon les bénéfices que les individus ou la société peuvent en attendre, mais ce comportement n’est pas seulement rationnel au point de vue économique ; il se réfère à tout un système de valeurs. Ainsi, dans tout système démographique, existent des processus régulateurs, biologiques et sociaux, conscients parfois, mais le plus souvent inconscients, qui participent de la dynamique des populations. Dès lors, une question essentielle surgit : « dans quelle mesure la culture est-elle adaptative au sens biologique du terme », autrement dit existe-t-il « une « sélection » des traits culturels qui assurent les meilleures possibilités de survie et de reproduction ? »18

  • 19 Perrenoud A., « La transition démographique et ses conséquences sur le renouvellement d’une populat (...)

28Ce genre de question en pose d’autres. Quelles peuvent-être, par exemple, les conséquences de la transition démographique sur le renouvellement de la population ? En d’autres termes, qui se reproduit, qui ne se reproduit pas ? Quels milieux, quelles familles assurent le renouvellement de la population ? Comment se transmettent certains caractères biologiques et sociaux ? Y a-t-il eu, avec la transition démographique, une régression sociale, une prolétarisation ou au contraire un phénomène de « capillarité », d’aspiration vers le haut ? L’exemple de Genève amène, à nouveau, à se poser un certain nombre de questions.19

29On constate que dans la période ancienne, le renouvellement de la population est très largement assuré par les classes supérieures. Au 17° siècle, la classe dirigeante double ses effectifs en une génération, alors que les milieux populaires sont très loin d’assurer simplement leur remplacement. Avec le taux net de reproduction qui est le leur (0,6), ils seraient irrémédiablement condamnés à disparaître s’ils n’étaient constamment renouvelés par un apport extérieur. Comme le dit J. Dupâquier, la société se purgeait vers le bas, en empêchant la reproduction des éléments les moins favorisés. À la limite, on serait tenté de dire qu’il ne pouvait y avoir, dans ces conditions, de prolétariat héréditaire. Le renouvellement du patrimoine culturel était assuré par ceux qui se trouvaient le mieux placés sur le plan de la richesse, du savoir, de la culture.

30Ce système de reproduction est renversé par la transition démographique. Les classes dont dépend le dynamisme de la population sont désormais les classes bourgeoises, puis populaires. Condition éminemment favorable à l’ascension sociale, mais responsable aussi d’un certain appauvrissement du patrimoine, puisque la transition fait peu à peu reposer sur les moins favorisés le renouvellement de la population. Les moins favorisés, c’est-à-dire les moins bien placés sur le plan de l’accès aux connaissances, au savoir, à la culture savante, à la richesse. À vrai dire, peut-être était-ce à la longue un facteur favorable, puisque les généticiens nous ont appris que le progrès réside dans la diversité. Peut-être aussi était-ce une condition favorable, voire nécessaire à la réalisation de la révolution industrielle, l’industrie naissante ayant besoin d’une main-d’œuvre docile, résignée à son sort, prête à accepter l’idée d’une loi naturelle qui lie les individus à leur condition et à leur milieu d’origine. En somme, la transition démographique aurait rendu la condition de prolétaire héréditaire, et c’est bien ce qui la rend intolérable.

  • 20 Perrenoud A., « Démographie et politique. Essai d’interprétation des Révolutions de Genève », Pouvo (...)

31Je pourrais tout aussi bien démontrer le rôle joué par la dynamique démographique dans les troubles politiques de Genève au xviiie siècle : on assiste à une polarisation de la société en ses deux extrémités, l’une, les classes populaires, croissant en nombre et en vitalité, tandis que l’autre, les classes possédantes, en procès de vieillissement augmente sa puissance économique. La crise sociale est au bout de ce processus20. Et, tout compte fait, ce microcosme genevois n’est pas sans évoquer par bien des aspects la situation mondiale actuelle, avec son contraste entre pays riches et vieux, pays jeunes et pauvres.

O temps suspends…

Notes

1 Ypsilantis N., Denti E., Bourcier de Carbon Ph., « La main d’œuvre dans le monde depuis 1950 jusqu’en l’an 2000 : Les travaux du BIT et les résultats globaux », Population, 1, 1980, pp. 83-108.

2 Perrenoud A., « Le biologique et l’humain dans le déclin séculaire de la mortalité », Annales Economies Sociétés Civilisation, 1, 1985, pp. 113-135.

3 V.C Wynne edwards, Animal Dispersion in Relation to Social Behaviour, Edimbourg, Olivier and Boyd, 1962, 653 p. ; J. Ddupâquier, « De l’animal à l’homme le mécanisme autorégulateur des populations traditionnelles », ? cf l2 Revue de l’Institut de sociologie, 1972, 2, pp. 177-211.

4 Livi bacci M., « Les répercussions d’une crise de mortalité sur la fécondité : une vérification empirique », Annales de Démographie historique, 1978, pp. 197-207.

5 Biraben J.-N., Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 2 vol. Paris-La Haye, Mouton, 1975-1976 ; A. Perrenoud, « Les mécanismes de récupération d’une population frappée par la peste. L’épidémie de 1636-1640 à Genève », Revue Suisse d’Histoire, t. 28, fasc. 3, 1978, pp. 265-288.

6 Perrenoud A. et Zumkeller D., « Caractères originaux de la démographie genevoise du xvie siècle. Structure et conjoncture », Annales de Démographie historique, 1980, pp. 125-141.

7 Shorter E., « L’âge des premières règles en France, 1750-1950 », Annales Economies Sociétés Civilisations, 36, 3, pp. 495-511.

8 Charbonneau H., « Jeunes femmes et vieux maris : la fécondité des mariages précoces ». Population, 35, 6, 1980, pp. 1101-1122.

9 Magaud J., Henry L., « Le rang de la naissance dans les phénomènes démographiques », Population, 23, 5, 1968, pp. 879-920.

10 Head A.-L., Le pays glaronais du milieu du xviie siècle au milieu du xixe siècle. Recherches sur la démographie et la société. Thèse : Université de Genève, dactylographiée, 1985, chapitres 20 et 21, pp. 418-471.

11 Corsini C., « Self-Regulating Mechanisms of Traditional Populations before the Demographic Revolution : European Civilizations, Congrès international de la population, Mexico 1977, vol. 3, pp. 5-23.

12 Dupâquier J„ « De l’animal à l’homme : le mécanisme autorégulateur des populations traditionnelles ». Revue de l’Institut de sociologie, 1972, 2, pp. 177-211.

13 Chaunu P., « Démographie historique et système de civilisation ». Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Age, Temps modernes, 86 (2), 1974, pp. 301-321.

14 Wrigley E.A. et Schofield R.S., The population History of England, 1541-1871. A Reconstitution, Londres, Edward Arnold, 1981, 800 p.

15 Wrigley E.A., « The Fall of Marital Fertility in Nineteenth-Century France: Exemplar or Exception? », European Journal of Population, 1, 1985, Part I: pp. 31-60, Part II: pp. 14-177.

16 Andorra R., Determinants of fertility in advanced societies, Methuen, London, 1978, 341 p.

17 Bardet J.P., Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social. SEDES. Paris. 1983, 2 vol. , 421 et 197 p. ; A. Perrenoud, « De Rouen à Genève » : les modalités du déclin de la fécondité en milieu urbain », Séminaire de l’Union pour l’Étude scientifique de la population, sur l’urbanisation et la dynamique de la population dans l’histoire, Tokyo, 1986 (à paraître).

18 Bideau A., « Les mécanismes autorégulateurs des populations traditionnelles », Annales Economies Sociétés Civilisations. 38, 5, 1983, pp. 1040-1057.

19 Perrenoud A., « La transition démographique et ses conséquences sur le renouvellement d’une population urbaine », P. Bairoch et A.M. Piuz (éd.) Des économies traditionnelles aux Sociétés industrielles, Droz, Genève-Paris, 1985, pp. 81-117.

20 Perrenoud A., « Démographie et politique. Essai d’interprétation des Révolutions de Genève », Pouvoir, ville et Société en Europe 1650-750, Colloque International du CNRS (octobre 1981), Actes publiés par G. LIVET et B. VOGLER, Ophrys, Paris, 1983, pp. 323-335.

Table des illustrations

Légende O temps suspends…
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

Auteur

Professeur, directeur du département d’histoire économique, Faculté des sciences économiques et sociales, Université de Genève.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search