Version classiqueVersion mobile

L’homme inachevé

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

A propos de l’instinct

Marc-André Cotton

Texte intégral

1L’homme doit évoluer, Il commence à savoir dans quelle direction porter ses efforts mais ne sait comment vaincre sa propre inertie, sa propre résistance au changement. Or le temps presse car en quelques décennies, nos moyens de nuire ont été multipliés par cent mille... « Où y a-t-il un levier pour transformer le monde ? » demandait Albert Jacquard. C’est le point de départ de ma réflexion.

2Constatons tout d’abord que l’évolution du monde actuel est l’œuvre de l’humanité, passée et présente. Elle est le reflet de ce que nous sommes. Or notre cas serait unique : de toutes les espèces vivantes, seul l’homme a pu créer un environnement chaque jour plus inadapté à sa propre survie. Tel semble être le corollaire de notre liberté. Mais est-ce bien cela que nous vivons, ou s’agit-il d’autre chose ? Certains faits troublants – parce qu’ils s’opposent aux apparences – caractérisent le monde d’aujourd’hui et méritent d’être soulevés : mon choix s’est porté sur trois d’entre eux.

3Premièrement, l’homme, s’il s’est doté du pouvoir de nuire démesurément, possède aussi virtuellement celui de nourrir, vêtir et loger cinq milliards d’individus. Les savoirs techniques sont là, mais l’exploitation et la répartition de ces richesses potentielles rencontrent des obstacles apparemment insurmontables. Si douloureusement que cela puisse être ressenti, la moitié du monde meurt donc du fait que l’intendance ne suit pas.

4Deuxièmement, et même si en ce jour il se bat contre lui-même en vingt-cinq points chauds du globe, l’homme s’est virtuellement affranchi des aléas que la sélection naturelle faisait peser, hier encore, sur la tête de ses pères. Des savoirs – médicaux notamment – lui permettent de reconnaître et de préserver la richesse de chaque individu et, dès lors, de maîtriser sa fécondité.

5Enfin, alors que l’Occident traverse une période de restructuration économique douloureuse, l’aube d’une société postindustrielle délivre déjà la majorité d’entre nous du souci de s’occuper personnellement et directement de la satisfaction de ses besoins matériels, libérant du temps pour se cultiver, c’est-à-dire, pour s’informer.

6Ces données récentes font pressentir l’émergence d’un monde où les rivalités deviennent inutiles. Dès lors, comment comprendre nos comportements belliqueux voire auto-destructeurs ? Car si l’horreur est insoutenable, il serait encore pire qu’elle n’ait aucun sens.

7L’éthologie fournit de nombreux exemples de persistance, à travers les générations, de comportements instinctuels archaïques qui deviennent anachroniques lorsque les conditions qui les ont fait naître n’existent plus. Certains singes, nés et élevés en captivité, réagissent au tintement d’une clochette rappelant le bruit du serpent à sonnette qu’ils fuyaient dans leur milieu naturel. Mais le cas de l’homme est plus complexe. Produits de son adaptabilité à des conditions de « lutte pour la survie », ses comportements sont si anachroniques qu’ils deviennent létaux. Malthus soutenait qu’il y aurait toujours plus de bouches à nourrir que d’aliments ; cette idée – bien que découlant d’une réalité historique objective semble être aussi héréditaire pour l’homme que l’est la peur de la sonnette pour le singe. Soumis à un régime d’abondance virtuelle, l’homme – qu’il soit décideur ou administré -réagit par des conditionnements de pénurie. Il se disqualifie pour poursuivre l’évolution.

8Dans un calcul simple, une erreur de décimale peut passer inaperçue ; on se met à sa recherche lorsque les développements qui la prolongent en l’amplifiant deviennent visiblement faux. Posons donc une hypothèse, optimiste certes, mais plausible : seule l’élaboration de nos erreurs peut rendre évidente à nos yeux l’étendue de leur nocivité. Il en découle une seconde hypothèse qui intéresse directement notre propos : un décalage temporel – nécessaire à la prise de conscience générale et explosive des conditions nouvelles de notre survie dans une société d’abondance – est à l’origine des désordres qui culminent aujourd’hui. Contrairement aux apparences, cette situation pourrait être parfaitement adaptée à cette mise au point qui seule peut délivrer notre espèce de l’atavisme qui l’enchaîne au passé, et nous permettre de sympathiser enfin avec ce vieil homme devenu si malfaisant.

  • 1 Voir notamment G. PINSON « Orthologique et auto-pédagogie » in Analyse de systèmes, V.II, N1, mars (...)

9Sommes-nous condamnables, en effet, de ne pas être encore ce que nous devenons ? Des recherches pédagogiques récentes1suggèrent au contraire qu’une déprogrammation en douceur est possible. Quels compléments d’information nous sont nécessaires pour nous libérer de nos peurs ancestrales ?

10L’homme – ou l’animal – qui a peur doit être rassuré. Contrairement à celui du singe, le cerveau de l’homme est réceptif au langage discursif qui véhicule la pensée consciente. C’est sans doute ce qui explique les vertus pacificatrices et desinhibitrices de certaines informations ! Prendre conscience du sens de l’évolution des organismes vivants, a – semble-t-il – une incidence (mesurable ?) sur notre tension nerveuse, de même que certaines mises au point relatives à l’Inné et l’Acquis ont une influence favorable sur l’intelligence des enseignants et de leurs élèves. Serait-ce en postulant le sens qu’on se met en condition de le découvrir en l’homme ? Un héros de Pagnol, récemment redécouvert par le cinéma, a tué son pire ennemi au travail pour lui prendre ses terres, sans reconnaître en lui son propre fils. Lorsqu’il apprend fortuitement le lien qui les unissait et que tous ignoraient, César n’est plus qu’un vieillard aigri par l’âpreté de toute une vie. Au lieu de l’accabler, la nouvelle brise le mauvais sort : il découvre un descendant à qui léguer sa grande fortune et peut mourir sereinement. En évoquant son fils défunt, il conclut dans son patois : « Et puis là-haut, je vais le voir j’ai pas peur de lui au contraire. Maintenant il set que c’est un Soubeyran, il n’est plus bossu par ma fote, il a compris que c’est tout par bêtise, et moi je suis sûr qu’au lieu de m’attaquer, il me défendra ».

11N’est-ce pas un peu cela, la rencontre du passé avec notre futur ?

Notes

1 Voir notamment G. PINSON « Orthologique et auto-pédagogie » in Analyse de systèmes, V.II, N1, mars 1985, 16, Quai Claude Bernard, F-69007 Lyon.

Auteur

Enseignant en géographie et économie, Genève.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search