Version classiqueVersion mobile

L’homme inachevé

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Les possibles de l’individu

Claudine Sauvain-Dugerdil

Texte intégral

1Nous nous attachons ici à explorer les espaces de liberté de l’individu, les possibles physiologiques, psychologiques, théologiques qui s’offrent à lui. Dans quelle mesure peut-il s’affranchir des diverses contraintes qui le limitent ? Des contraintes qui sont liées à sa nature humaine et aux conditions du milieu physique qui l’entoure, mais aussi des contraintes que les hommes se sont assignées pour s’organiser en société et répondre à l’angoisse existentielle de l’individu.

2Il est bien évident que l’approche proposée ici reste très partielle. Non seulement, nous nous limitons à un nombre restreint de domaines, mais nous ne tentons pas de connaître ce que d’autres cultures peuvent apporter au débat : nous demeurons éminemment eurocentristes.

3Les trois textes qui suivent nous donnent l’occasion de pénétrer dans trois disciplines, de mieux connaître leur façon de poser le problème et les questions auxquelles elles tentent de donner réponse. Au-delà des barrières qui les séparent, avant tout celle du langage, on constate que toutes trois s’accordent à reconnaître que ce qui distingue l’homme de l’animal, c’est le rôle qu’il joue dans sa propre élaboration. On rejoint donc le fil conducteur proposé par A. Jacquard :

  • 1 Albert Jacquard (1984) : Inventer l’homme, ed. Complexe, Bruxelles.

« Un animal qui naît est un acteur qui devra jouer une pièce écrite par ses gènes, dans le décor fourni par le milieu. Un Homme qui naît est un auteur chargé d’imaginer une pièce, et de la jouer dans des décors qu’il peut largement modifier. A lui de s’inventer lui-même1. »

  • 2 Rappelons que « inventer » signifie à la fois créer et découvrir.

4S’il ne peut totalement se créer, il peut et doit se découvrir2, découvrir son espace de liberté pour pouvoir participer à sa propre création.

  • 3 La quantité d’ADN dans les noyaux des cellules est de 6x10-6µg chez la souris comme chez l’homme, a (...)

5La question qui se pose alors est de savoir d’où vient cette capacité qu’a l’homme de participer à sa propre création. En quoi est-il différent du reste du monde vivant et même des espèces qui lui sont phylogénétiquement les plus proches ? Comme A. Jacquard nous l’a rappelé ci-dessus, nous savons maintenant que ce n’est pas son patrimoine génétique qui distingue fondamentalement l’homme. En fait ce qui le différencie des autres mammifères et qui sépare Homo Sapiens de ses ancêtres directs, c’est avant tout le volume de son cerveau. Ainsi, bien qu’il soit doté de la même quantité du matériau de base de l’hérédité que la souris, l’homme possède près de 4 000 fois plus de cellules nerveuses3. Le nombre de ses gènes (quelque 100 000) apparaît relativement limité en comparaison de la complexité de son système nerveux (quelque 1015 connexions entre les cellules nerveuses).

6C’est à ce paradoxe que tente de répondre Jean-Pierre Changeux dans son ouvrage « l’homme neuronal » ; prospectant au-delà des clés données par l’expérimentation, il propose une théorie qui fait intervenir au cours de l’ontogenèse des mécanismes combinatoires à deux niveaux.

  • 4 Les agents de cette coordination durant les stades précoces de l’embryogenèse sont mal connus ; par (...)

7D’une part, l’embryon est un système composé d’éléments, les cellules embryonnaires, qui forment un réseau de communication ; celui-ci coordonne à chaque instant l’expression des gènes dans chaque cellule4. La diversité de l’action des gènes se comprend alors par la combinaison de leurs états d’activité et d’inactivité (nombre et type de gènes actifs). Le pouvoir des gènes, ainsi multiplié par la combinatoire, permet l’unité du cerveau dans l’espèce : cette « enveloppe génétique » détermine les principaux traits de l’architecture générale du système nerveux. Toutefois, elle ne peut expliquer ni l’extrême diversité des connexions entre cellules nerveuses, ni leur « spécificité ». L’observation que l’organisation des connexions entre les cellules nerveuses du cerveau diffère entre des êtres génétiquement identiques, les vrais jumeaux, confirme que d’autres facteurs interviennent.

8C’est ainsi que l’on fait appel, d’autre part, à des mécanismes combinatoires de nature différente, non génétique (« épigénétique »), qui s’exercent au niveau de la topologie du réseau de connexions : c’est l’activité nerveuse qui contribue à la structuration du cerveau. Dans les premiers stades de l’assemblage du réseau nerveux au cours du développement, il s’agit d’une activité nerveuse spontanée, à laquelle s’ajoute une activité nerveuse suscitée par l’interaction du nouveau-né avec son milieu.

9Le texte de J.J. Dreifuss présente, par deux exemples, l’importance de l’expérience vécue précocement sur le développement du cerveau. Les données expérimentales nous montrent que le rôle du milieu peut être structurant et nécessaire à la mise en place d’une fonction aussi essentielle que celle du langage, mais que son rôle n ‘est pas indispensable à celle d’une autre fonction, la vision, dans laquelle, en revanche, une expérience anormale peut être déstructurante. La structuration progressive du système nerveux consiste fondamentalement en une élimination des redondances menant à une spécialisation. Cet aspect est développé dans le texte ci-dessous par le cas de la spécialisation des hémisphères et la différenciation des aires du langage.

10La théorie neurobiologique permet de reconsidérer la problématique de l’inné et de l’acquis. Il y a intrication profonde entre des processus de croissance, essentiellement innés, et leur structuration (de caractère acquis). Au lieu de s’acharner à opposer l’inné et l’acquis, il convient alors de leur redonner leur place comme des étapes différentes, mais indissociables, dans un système dynamique.

  • 5 L. Rieben dans ce cahier.

11Les obstacles auxquels se heurtent les psychologues pour expliquer les différences interindividuelles5 apparaissent très représentatifs de la difficulté, pour notre esprit cartésien, de raisonner en termes d’interaction. Malgré la prise de conscience, par les psychologues eux-mêmes, de l’importance de ce terme, de nouvelles études sont entreprises dans le but de distinguer la part du milieu de celle de l’hérédité dans le développement cognitif. Cela signifie qu’il s’agirait d’un troisième terme que l’on peut additionner aux deux premiers. Mais lorsque l’on considère plutôt cette interaction comme une synergie entre l’action de l’hérédité et celle du milieu, on a l’impression que la question n ‘a plus de sens. Est-ce alors un raffinement des outils, ou encore des enquêtes qui tentent de maîtriser un nombre toujours plus important de variables du milieu, comme on nous le propose ici, qui permettront de résoudre l’éternel problème entre inné et acquis ?

12La modèle de J.P. Changeux effectue encore un pas de plus et propose aussi un nouveau regard sur l’opposition entre le mental et le neural, « l’âme et le corps ». Il ne peut y avoir réelle opposition que s’il y a cloisonnement entre l’organisation fonctionnelle et l’organisation structurelle du cerveau. Or la distinction pourrait bien n ‘être que quantative : la fonction est un événement instable, l’activité d’un instant qui laisse une trace dans la structure, événement stable, et devient elle-même structure.

13Il est reconnu en effet que c’est l’activité des cellules nerveuses qui constitue le support matériel de la pensée. Elles sont alors à considérer, non comme des éléments indépendants, mais comme des éléments qui acquièrent des propriétés associatives extrêmement riches par leur intégration à une « assemblée coopérative » : une nouvelle fois, c’est par la combinatoire que l’on explique la complexité. L’activité de ces assemblées permet la formation d ‘« objets mentaux ». Leur activation peut être directement soumise à un stimulus du milieu (formation d’un percept) ; elle peut aussi ne résulter que d’une action extérieure indirecte : les traces laissées par les percepts dans les assemblées de cellules nerveuses participent à l’évocation d’une image mentale ; ou encore, elle peut résulter d’un processus d’activation purement interne ce qui aboutit à la formation des concepts. Une sélection s’opérerait parmi ceux-ci, comparaisons entre eux, recombinaisons, c’est-à-dire auto-organisation du cerveau qui constitue un mécanisme essentiel pour comprendre la genèse de nouveaux concepts.

  • 6 Ibid.

14Le modèle va certes beaucoup plus loin que ce que les données peuvent vérifier, mais il est consistant avec l’état des connaissances neurobiologiques et propose des pistes pertinentes qui devraient contribuer à sortir de certaines impasses. Il pourrait par exemple fournir un autre éclairage sur un certain nombre de problèmes sur lesquels achoppe la psychologie6 ; tel est le cas de la définition de la nouveauté, du problème de l’émergence des comportements nouveaux, de l’opposition entre l’approche longitudinale pratiquée par l’école « développementaliste » et la vision transversale des « différentialistes », ou encore le rôle de l’activité du sujet dans la construction des connaissances.

  • 7 A. Jacquard (1984), pp. 158-161.

15La notion d’auto-organisation n’est alors pas un postulat gratuit, mais un élément d’un modèle, élément qui nous propulse jusqu‘aux limites du modèle. Le recours aux processus d’auto-référence, comme le propose Albert Jacquard7, permet de bien comprendre cette notion. Les meilleurs exemples de ceux-ci sont constitués par des phrases qui génèrent un nombre ou des figurations, telles les tableaux de Max Escher, qui engendrent des illusions d’optique c’est-à-dire une vision contraire à notre logique. Il semble alors qu’un objet en engendre un autre. Toutefois, on oublie qu’il y a à chaque fois une transcendance, c’est-à-dire l’implication d’un sujet extérieur permettant à la logique de fonctionner : c’est l’inventeur de la phrase, ou l’auteur du tableau. Lorsque les transcendances s’enchevêtrent, comme c’est le cas de l’organisation du cerveau, le modèle explicatif arrive à une limite ; l’interprétation est alors reflet du modèle philosophico-religieux auquel on adhère.

  • 8 M. Faessler, dans ce cahier.
  • 9 En collaboration avec Roland Jaccard, Abécédaire de l’ambiguïté (A paraître). Hachette.
  • 10 M. Salamolard, dans ce cahier.
  • 11 M.A. Cotton, dans ce cahier.

16C’est ainsi que la perspective constructiviste peut aussi se retrouver dans le discours théologique : la notion de transcendance prend alors une majuscule. La vie nous est réellement donnée « ... un don de vie qui nous donne jusqu’à nous laisser libres de nous inventer nous-mêmes dans sa Trace... l’humain s’invente dans la trace du Transcendant8 ». Néanmoins, même si l’invention n’est pas une genèse, une création à partir du néant, il s’agit bien de la liberté de se construire et non pas d’une voie toute tracée à suivre. Dieu étant irreprésentable, différent, il est impossible de se construire à son image. La question qui se pose dès lors est celle de la méthode. Inventer l’homme : oui, mais comment ? Les deux théologiens qui participent au présent débat se rejoignent dans la perspective d’une autre approche, l’humain ne pouvant être appréhendé dans sa totalité par la seule explication scientifique. C’est ainsi que le texte de M. Salamolard développe la proposition d’une approche subjective qui repousserait les limites de l’analyse objective. Elle implique de partir non pas du général, mais du particulier, de l’intuitif du moi profond de chacun ; c’est le co-naître présenté par Albert Jacquard9 comme « faire naître le monde en moi ». Il s’agit donc de redécouvrir ce point mystérieux où l’homme est sujet et permettre à l’homme de prendre toute la mesure de son humanité et l’assumer10. Assumer son humanité, c’est peut-être aussi ce qui permettra à l’homme d’aujourd’hui d’oublier ses peurs ancestrales11 ?

***

17Dans l’approche proposée, l’homme est considéré comme un système dynamique, jamais achevé. Or un système est un « objet complexe » et par conséquent, comme nous l’a rappelé Albert Jacquard ci-dessus, nous devons accepter notre incapacité à le connaître totalement. Si nous ne pouvons décrire le détail de sa structure, force est d’explorer d’autres voies d’approche. Il s’agit par exemple, d’utiliser les modèles mathématiques comme « fournisseurs d’imagination » permettant de prolonger la logique.

18L’analyse est alors conçue en termes d’ordre et de désordre. Un désordre qui n’est pas considéré comme synonyme d’entropie, menant au chaos, mais de complexité permettant une structuration, donc un nouvel ordre. Le désordre entropique n’est concevable que dans un système fermé, alors qu’un système ouvert, permet la complexité. Le cerveau de l’homme est un système ouvert, sa complexité lui donne son espace de liberté.

19Toutefois, le processus est dynamique, donc instable. Si nous reprenons le raisonnement d’un Changeux et le suivons jusqu’au bout, il aboutit au constat de la vulnérabilité du cerveau par ce qui fait justement sa richesse, c’est-à-dire son étroite interaction avec le milieu. Rappelons que c’est l’inachèvement-même du petit d’homme à sa naissance qui permet au milieu qui l’entoure de jouer un rôle important dans la mise en place de ce qu’il sera : c’est la làbilité de son cerveau qui donne à l’homme son espace de liberté et son ouverture au monde. Mais si c’est sa force, c’est aussi sa vulnérabilité :

  • 12 J.P. Changeux (1983), p. 343.

« L’organisation et la flexibilité de l’encéphale humain restent-elles compatibles avec l’évolution d’un environnement qu’il ne maîtrise plus que très partiellement ?... Après avoir dévasté la nature qui l’entoure, l’homme n’est-il pas en train de dévaster son propre cerveau ? »12

Notes

1 Albert Jacquard (1984) : Inventer l’homme, ed. Complexe, Bruxelles.

2 Rappelons que « inventer » signifie à la fois créer et découvrir.

3 La quantité d’ADN dans les noyaux des cellules est de 6x10-6µg chez la souris comme chez l’homme, alors que celui-ci possède 10 à 30 milliards de cellules nerveuses et la souris seulement 5 à 6 millions (chiffres dans j-p. Changeux (1983) : L’homme neuronal, Fayard).

4 Les agents de cette coordination durant les stades précoces de l’embryogenèse sont mal connus ; par la suite, les hormones jouent un rôle fondamental.

5 L. Rieben dans ce cahier.

6 Ibid.

7 A. Jacquard (1984), pp. 158-161.

8 M. Faessler, dans ce cahier.

9 En collaboration avec Roland Jaccard, Abécédaire de l’ambiguïté (A paraître). Hachette.

10 M. Salamolard, dans ce cahier.

11 M.A. Cotton, dans ce cahier.

12 J.P. Changeux (1983), p. 343.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search