Version classiqueVersion mobile

L’homme inachevé

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

L’identité culturelle, source et ressource de l’homme

Françoise Lieberherr-Gardiol

Texte intégral

1Pour l’enrichissement de notre autoconnaissance et interconnaissance, Albert Jacquard nous a introduits dans le « cercle de Socrate ». J’en ai ressenti une question pressante : cet homme à inventer, a-t-il besoin d’identité ? Et quelle identité, dans les contradictions de notre société contemporaine ? En effet, d’une part l’homme dispose de moyens techniques presque illimités qui lui ouvrent l’autoconnaissance et la liberté, et d’autre part l’homme se repose sur l’expérimenté réconfortant qui lui ferme l’invention et la reconstruction.

2L’identité est un thème dans l’air du temps, parce que des mouvements de fond traversent nos sociétés : crises et désordres sociaux se propagent, la complexité croissante du monde déconcerte l’esprit humain, l’individualisme contemporain ébranle le sentiment d’appartenance collective, les changements s’accélèrent et transforment les modèles d’identification. Or, l’humanité perturbée et inquiète s’interroge. Elle cherche une signification et une réponse, qu’elle trouve dans l’identité source et ressource, l’identité explication et implication.

3Loin d’avoir la prétention de répondre à un problème aussi vaste et complexe, je me limite à livrer très brièvement quelques points de repères pour la réflexion. Ce thème de l’identité est prisonnier de certaines idées reçues. Permettez-moi de proposer des contre-idées qui replacent l’identité collective dans la dynamique d’une société en acte et en vie.

Des idées reçues et des contre-idées

4– L’identité est un musée qui conserve notre patrimoine culturel, et dans lequel nous puisons des reliques mortes qui ont donné un sens à la vie des générations passées. Or, loin des archives muséologiques, l’identité est un théâtre de rue où se joue une pièce inspirée de la Comedia dell’arte. Dans ce théâtre vivant les acteurs expriment leurs problèmes quotidiens qu’ils comprennent à travers les souvenirs des anciens et leur expérience personnelle, et qu’ils interprètent d’après leurs aspirations pour le futur.

5L’identité correspond aux racines d’un arbre séculaire et vénérable, qui « attachent » l’homme et lui confèrent un ancrage solide et fixe. Mais cette souche morte est une tromperie. L’identité, c’est un arbre aux floraisons multiples : ses racines transmettent le flux de la vie, et ses rameaux, feuilles et fleurs se marquent chaque année des caprices du temps et du climat. Loin d’une plante éphémère, l’arbre a un cycle de vie lent et long qui suit et survit aux générations humaines.

6L’identité est un cliché passéiste figé relatant les hauts faits des hommes, que chacun peut reproduire comme modèle de vie. Faux. La télématique moderne nous fournit les images de l’identité, images souples et flexibles, images remaniables et remaniées, sans cesse retravaillées sur l’écran télévisuel. Images qui combinent les traits épais de l’histoire et les pointillés de l’avenir. Images en marche dans l’histoire, qui retracent les pesanteurs de hier, les volontés d’aujourd’hui et les promesses de demain. Y contribuent toutes les générations qui se côtoient dans la société : certaines plus enclines à récupérer les vestiges des temps passés, d’autres privilégiant la force du présent, d’autres encore créant des projets futurs. Imagerie dynamique qui anime nos écrans d’ordinateur.

7L’identité est un concept abstrait situé dans les hauteurs philosophiques gardiennes de l’esprit. A l’opposé, l’identité est concrète : nous y adhérons tous les jours dans nos manières de nous habiller et d’habiter, de boire et de manger, de vivre et de mourir. L’identité peut être aussi le rôle sacré de la musique ou le prestige de la vache dans une société paysanne. Dans ce patrimoine culturel chacun se reconnaît, mais chacun peut l’adapter à un nouveau projet de vie. Et tous ces éléments d’identité constituent un champ de forces dynamiques qui garantissent l’effervescence créatrice.

8L’identité est un refuge sécurisant contre les désordres sociaux et les insécurités de la vie. Mais l’identité n’est pas enfermement. Elle est ouverture sur la rue, son animation, ses dangers et ses incertitudes. Cette ouverture implique de s’adapter aux événements, choisir les possibles, redéfinir les priorités. C’est accepter les encombrements contrariants de la foule et les risques de la rue.

  • 1 Jacques Berque, dans Michaud G. et ss. Identités collectives et relations interculturelles. Bruxell (...)

9L’identité appartient au monde de la stabilité et de la permanence. Or selon Jacques Berque, l’identité implique une dialectique du changement et de la permanence, dialectique aussi de la rupture et de la continuité. Les sociétés avancent dans le temps, et les enjeux qui se modifient appellent de nouveaux jeux d’acteurs1. Dans cette dynamique, l’identité culturelle est une recherche pour changer tout en restant soi-même.

10L’identité est un produit pur composé d’éléments endogènes. Impossible. Toute identité est métissage et amalgame d’éléments exogènes et endogènes. Les bâtisseurs d’une société viennent de là et de là-bas, et dans leurs échanges ils mélangent leur identité « du dedans » et les identités « du dehors ». Il en résulte une hybridation entre les habitudes d’ici et d’ailleurs, entre les valeurs du pays et de l’extérieur.

11L’identité représente la résignation passive d’une société qui se conforme à l’image qu’elle veut donner d’elle-même ou qu’on lui impose. Au contraire l’identité est catalyse. Elle nourrit une défense offensive contre l’homogénéisation banalisante ou contre l’annihilation totalitaire. Identité positive agissant comme ferments de résistance, elle libère la prise de conscience d’exister soi-même par rapport aux autres sociétés.

Une responsabilité sociale

  • 2 Peter Bichsel, La Suisse du Suisse. (La Cité), 1970.

12Aujourd’hui la Suisse s’interroge sur le droit d’asile, sur l’intégration européenne, sur sa participation à une conscience mondiale. Quelle image veut-elle créer ou quelle image pour-ra-t-elle créer ? Il y a plus d’une décennie, Peter Bichsel déclarait que la Suisse se fige et devient par là « intransformable ». « Nous nous sommes tout à fait habitués à être un musée ».2 Aurions-nous perdu notre capacité à forger notre identité ?

  • 3 Joseph Ki-Zerbo, Les identités culturelles africaines, Genève-Afrique, vol. XXIII, n° 1, 1985.

13En conclusion, l’identité culturelle est source et ressource, énergie et force indéfinitivement renouvelables. Selon l’historien africain Joseph Ki-Zerbo l’identité est une « ressource plus importante que les ressources minières, parce que c’est une ressource vivante créatrice de toutes sortes d’autres ressources ».3

  • 4 André Reszler, Mythes et identité de la Suisse, Genève (Georg), 1986.

14Ainsi l’identité culturelle témoigne de notre responsabilité sociale, responsabilité à construire des sociétés inédites et nouvelles. Responsabilité partagée entre tous, parce que rien n’est plus dangereux qu’une identité gérée et manipulée par un Etat qui confisque les initiatives et les idées. En outre, cette responsabilité sociale doit exister par rapport à sa propre société et par rapport aux autres. Parce qu’une identité constructrice ne peut pas être destructrice de ceux qui nous entourent. Et pour ceux qui imagineraient de construire une société utopique, il faut se rappeler que l’île de Thomas More n’était pas une île comme les autres. Ses habitants avaient creusé un isthme infranchissable pour se séparer de la terre ferme.4 L’utopie correspondait à une volonté sociale, elle traduisait une responsabilité assumée.

15Dans la dynamique homogénéisante contemporaine créant l’« Homo cocacolens », (Ki-Zerbo) l’identité permet de cultiver les différences. Cependant cette culture des différences ne doit pas ouvrir sur le racisme intolérant, mais sur le pluralisme des hommes et des sociétés, sur le respect de la diversité. Parce que la diversité est nécessaire à la vitalité et à la survie de l’humanité.

Notes

1 Jacques Berque, dans Michaud G. et ss. Identités collectives et relations interculturelles. Bruxelles (Complexe), 1978.

2 Peter Bichsel, La Suisse du Suisse. (La Cité), 1970.

3 Joseph Ki-Zerbo, Les identités culturelles africaines, Genève-Afrique, vol. XXIII, n° 1, 1985.

Notes de fin

4 André Reszler, Mythes et identité de la Suisse, Genève (Georg), 1986.

Auteur

Chargée de cours, Institut d’économie rurale, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne ; Collaboratrice scientifique, Direction de la coopération au développement et de l’aide humanitaire, Berne.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search