Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Interstices créateurs ?

De l’inflation créatrice à l’Evangile selon saint Look

René Alleau

Texte intégral

Je distingue deux moyens de cultiver les sciences : l’un, d’augmenter la masse des connaissances par des découvertes, et c’est ainsi qu’on mérite le nom d’inventeur ; l’autre, de rapprocher les découvertes et de les ordonner entre elles, afin que plus d’hommes soient éclairés, et que chacun participe, selon sa portée, à la lumière de son siècle.
Diderot

  • 1 Economie dite « pure » ou « rationnelle ».
  • 2 On a reproché à Walras le caractère statique de sa construction que ne suffit pas à dynamiser, comm (...)
  • 3 Rappelons le rôle capital d’Auguste Walras, le père de Léon Walras (1834-1910), fondateur de l’Ecol (...)

1Au commencement, la mécanique créa l’économie1. Car l’économie était encore vague et vide ; les ténèbres couvraient l’abîme des équilibres ignorés et l’esprit de l’homme planait sur la métaphysique. La mécanique dit : « Que la statique soit ! » et la dynamique essaya d’être2. Et l’économie pure apparut, pleine de grâce mathématique, entre Cournot (1838) et Walras (1873)3.

2Trait pour trait, elle ressemblait aux sciences « exactes », ainsi nommées parce qu’elles arrivent toujours à l’heure quand il s’agit de phénomènes contrôlables, sauf si la paranoïa technologique en abuse. C’était alors, voici plus d’un siècle, le temps du scientisme triomphant et du surhomme possible qui avait réussi au moins à surmonter sa peur des Communards, bannis, déportés ou liquidés. A vrai dire, la notion centrale, le concept fondamental de l’économie pure : l’équilibre général, cet état parfait d’un système réalisant une égalité entière entre les prétentions opposées des participants à un marché, n’était pas une idée politiquement immaculée. Ne proposait-elle pas une formule rigoureuse de la tranquillité des classes sociales et des esprits ?

3La statique, on le sait, est la science de l’équilibre des forces. Observons qu’il n’est pas nécessaire de connaître l’effet actuel des forces sur la matière, c’est-à-dire les mouvements qu’elles sont capables d’y produire, eu égard à leurs intensités et à leurs directions. Il suffit de considérer les forces comme de simples grandeurs homogènes et, par conséquent, comparables. On peut alors leur assigner des rapports qui doivent exister entre elles pour qu’elles s’annulent réciproquement. Ainsi, grâce à la subtile mécanique, un système en équilibre se trouve-t-il dans le même état que s’il était en repos. Cependant, un point obscur demeure : ce système parfait est-il encore vivant ?

4De notre temps, les mathématiques ont changé ; elles ne sont plus, comme au siècle dernier, une seule science de certains objets mais un ensemble de sciences qui développent l’étude de tous les types de structures pures : ensembles, groupes, ordonnances, correspondances topologiques, etc. De même, la physique contemporaine définit ses objets par leurs propriétés structurales. Les électrons sont considérés comme des « états quantifiés » dont la composition définit les niveaux d’énergie stable de l’atome et l’on étudie principalement les substitutions selon lesquelles demeure inchangée ou varie l’économie énergétique de ces états. De nouvelles relations logiques ont permis ainsi de reformuler des problèmes anciens de façon à découvrir, à un niveau conceptuel supérieur aux précédentes et apparentes contradictions, une plus profonde et plus vaste unité. Par exemple, le « modèle » de la mécanique ondulatoire permet de traiter dans les mêmes termes opératoires les processus de l’énergie et ceux de la matière. On a réussi à expliquer des phénomènes qui, à un niveau conceptuel antérieur, semblaient logiquement incohérents, comme, par exemple, des états quantiques « non orbitaux ».

  • 4 L’inflation créatrice, P.U.F., Paris 1975, collection : « Economie en liberté » dirigée par J. Atta (...)
  • 5 L’inflation créatrice, op. cit., p. 12.

5On verra mieux ainsi l’importance méthodologique de l’œuvre novatrice d’Albert Meister4 quand il met en question, en quelque sorte, la « mécanique classique » de l’économie et son antinomie conceptuelle qui considérait l’inflation comme le « déséquilibre destructeur » typique, sans avoir assez bien observé les différences qui distinguent nettement entre eux des types divers d’inflation. On ne peut confondre, en effet, « l’inflation de débordement », phénomène cataclysmique tel qu’il s’est produit en Allemagne, en 1922-1923, ou, plus récemment, au Chili, avec l’« inflation de croissance » ou « inflation rampante », provoquée par les frais d’édification du nouveau système socio-économique qui, sous nos yeux, par la puissance de groupes transnationaux, se ramifie au-delà des idéologies, des institutions, des cultures ou des frontières. Meister nomme ce système l’« ensemble occidental », « conglomérat transnational bien plus qu’international, d’entreprises et d’Etats, de personnels et de nations, de managers et de ministres, double système de très faible visibilité institutionnelle, d’information et de communications, d’intégration et de domination »5.

  • 6 L’inflation créatrice, op. cit., p. 13.

6Ce type « non systémique », au sens classique, d’inflation est la conséquence des nécessités d’auto-financement obtenu en maximisant le bénéfice net ajouté à l’amortissement, c’est-à-dire grâce à ce que l’on nomme pudiquement le cash-flow. Depuis la Seconde Guerre mondiale les conditions de l’auto-financement ne sont plus comparables à celles que connaissaient antérieurement les entreprises, Les industries nationales ne pouvaient acquérir alors des dimensions internationales qu’au terme d’une longue implantation dans leur pays d’origine. Il s’agissait, en outre, de géants industriels, tirant de la production de biens les principaux bénéfices de leurs investissements et non pas, comme à notre époque, de géants financiers dont les courants d’investissements et les manœuvres spéculatives sont les ressources majeures. Peu à peu, les Etats souverains, disposant notamment des privilèges du contrôle de la monnaie et des investissements, durent tenir compte de l’influence des groupes transnationaux en de nombreux secteurs économiques. La vie même des industries nationales où le chômage pose tant de problèmes aux gouvernements dépend maintenant, pour une grande part, des intérêts de groupes transnationaux, souvent sollicités d’intervenir pour éviter la faillite ou la fermeture d’entreprises en péril. Meister observe fort justement que le discours politique, en cette matière comme en bien d’autres, reste en retard car la vie politique, comme les programmes des partis demeurent centrés sur l’idée de l’Etat-nation, encore défini par des frontières et souverain dans ces limites. La pratique politique elle-même, telle qu’elle apparaît dans les élections ou dans les Parlements, se trouve dépassée par la pratique économique qui, elle, « s’innerve de plus en plus aux réseaux invisibles du système transnational »6. Ainsi, le propos essentiel de Meister nous fait-il prendre conscience de la naissance d’une société post-industrielle qui, ayant pour infrastructure et pour centre nerveux le système transnational, utilise « l’inflation de croissance » comme « le prix à payer » pour le salut promis par un nouvel Evangile : la société du bonheur.

7Après avoir étudié, dans la première partie de son ouvrage, l’« inflation de croissance », « signe et effet de la construction de l’ensemble occidental » et rappelé que le chiffre d’affaires et les actifs consolidés de certains groupes transnationaux dépassent les produits nationaux bruts de plusieurs Etats, même développés, la production de ces groupes augmentant deux fois plus vite que le P.N.B. mondial, Meister examine et analyse, dans la deuxième et la troisième partie de ce livre, les processus d’adaptation à l’inflation dans les systèmes nationaux puis le rôle de l’« inflation d’intégration » dans le domaine socio-culturel d’une « société de consommation ». Je crois que l’on peut ajouter à cette expression celle qui, à mon sens, caractérise notre « civilisation de l’image » : une société dont toutes les valeurs dépendent de notre foi dans l’Evangile selon saint Look.

  • 7 Dans son ouvrage remarquable et récent, Le regard, l’être et l’apparence dans l’optique de l’Antiqu (...)

8Voir, c’est savoir ; être vu, c’est être connu ; être vu et connu, c’est exister vraiment pour les autres en tant qu’image de soi-même ; faire voir son image, c’est l’avoir vivante, c’est la posséder enfin en tant qu’identité réelle de l’existant pour autrui et de l’être pour soi7. La tendance au narcissisme ou au voyeurisme annonce, le plus souvent, un affaiblissement de la puissance sexuelle, un éloignement des risques du contact direct. Nos sociétés pratiquent plusieurs heures par jour la « distanciation » télévisée, la participation lointaine aux drames colorés et aux séries noires de la vie du monde, à ses jeux, à ses concours, à ses loteries. Bientôt, grâce aux hologrammes, la troisième dimension approfondira les spectacles et permettra aux acteurs d’être magiquement présents de tous les côtés pour le spectateur. Cette « inflation de la présence imaginaire » ne peut qu’accroître la suggestibilité générale et la passivité de l’hypnose qui en est la conséquence.

  • 8 L’inflation créatrice, op. cit., p. 295.

9Meister a bien observé ces phénomènes de décloisonnement ou de perméabilité nouvelle entre divers domaines socio-culturels : « les croisières culturelles deviennent marché pour les compagnies de transport, de même que les congrès scientifiques, prétextes au tourisme ; la banque intervient dans les contenus culturels du cinéma et de l’édition ; les grands architectes et les décorateurs servent au prestige des groupes financiers... » Meister note aussi un point fort important : « Le projet du système social, et non plus le projet social, est donc à rechercher dans l’analyse des systèmes, dans la logique de leurs régulations de croissance et de défense contre l’entropie, dans leur lutte contre la déviance et leur assimilation des mutations, dans l’élimination des déchets et des monstruosités. Dans cette optique, la société en cours d’édification apparaît comme libérée de la fatalité et de l’aléatoire, sans nécessité de recourir à la transcendance ou à de vulgaires projets pour justifier sa tendance à se survivre et à se renforcer, assurant une place à chaque homme et l’intégrant assez bien pour lui assurer sa place, sachant avec bienveillance écarter les menaces et les points de vue extrêmes et regrouper autour de la moyenne les indociles égarés... »8

10Cette évocation me semble optimiste dans la mesure où il s’agirait d’abord de savoir si une société fondée non pas sur la transcendance lointaine mais sur l’immanence prochaine peut éviter une démonstration permanente de son efficacité immédiate et de son succès dans tous les domaines. A première vue, ce projet social est encourageant à court terme. Cependant ce système ne peut se fonder sur d’autres critères de sa légitimité et de sa supériorité que sur sa seule réussite constante et croissante. Dans ces conditions, le rejet de toute médiation avec le mystère, c’est-à-dire avec un projet sans cesse remis en question par l’interrogation même, majore inévitablement la valeur des règles et des lois par rapport à la liberté. Le meilleur des mondes possibles : celui du travail par la joie, « Kraft durch Freude » (certains déportés se souviennent encore de cette inscription), était celui du pire des projets intégralement rationnels de notre temps : élimination des déchets, protection des plus purs.

  • 9 Meister distingue aussi nettement ces notions : « L’inflation apparaît en sorte comme le prix à pay (...)

11Certes, il ne s’agit nullement de confondre une philosophie vétérinaire comme celle du pseudo-rationalisme nazi avec des projets politiques de type authentiquement rationnel et qui, en rejetant toute tendance au mysticisme, n’en admettent pas moins la validité d’une croyance dans la légitimité des droits de l’homme. De même, est-il évident que le fonctionnement de disciplines mathématisées, comme l’économie « pure » ou « rationnelle » présente des avantages théoriques et pratiques dont on ne peut contester l’intérêt ni la valeur, ne serait-ce qu’en fonction de l’évolution des processus du raisonnement lui-même9.

12Il convient cependant d’observer que, dans cette discipline, l’acte économique le plus parfait ayant pour fin la plus grande efficacité possible, c’est à partir de cette efficacité maxima que l’on calcule et détermine le plus grand avantage possible et le minimum de coût, la mathématique montrant pour quelle valeur de la variable la fonction est maximale ou minimale.

13Comment éviterait-on alors, dans la société du « nouvel évangile » de majorer, en d’autres domaines, ne fut-ce qu’inconsciemment, l’importance de cette notion d’efficacité maxima qui donne tant de preuves de sa validité dans les raisonnements les plus rigoureux ? Et, dans les conditions actuelles du marché mondial, quelle logique économique assurerait-elle une plus grande efficacité aux investissements que celle des placements clandestins et des paradis fiscaux ? Pourquoi risquerait-on de se ruiner dans l’industrie en travaillant alors que l’on peut s’enrichir en se reposant, quitte à fermer les yeux sur des trafics illicites mais rentables ? Les centaines de milliards de dollars du marché mondial de la drogue et du banditisme ne posent plus seulement de redoutables problèmes aux organisations policières internationales : ils mettent en question l’ensemble de l’économie spéculative contemporaine et la liberté incontrôlée de ses jeux et de ses flux sur les changes et sur les opérations boursières, à l’échelle planétaire et non seulement continentale.

14Rien n’est donc plus redoutable que la confusion des langues et des notions car, tôt ou tard, elle produit une fausse conscience des valeurs. La langue des sciences exactes n’est pas assez complexe pour rendre compte des réalités humaines ; nous savons mieux que nos ancêtres dominer les phénomènes naturels et utiliser l’atome à nos risques et périls. Il faudra peut-être bien des millénaires avant que l’homme soit capable de comprendre sa propre réalité qui est « d’un autre ordre », ne serait-ce que par sa conception d’un ordre qu’ignore l’univers.

15Au moins doit-on affirmer dès maintenant que la réussite et le succès ne sont pas les seules mesures des êtres, des œuvres et des personnes. Les critères de l’utilitarisme, si on les appliquait exactement, auraient pour conséquence la lutte de tous contre tous car rien ne peut nous assurer certainement qu’il n’est pas plus utile d’exploiter notre prochain que de nous laisser exploiter par lui, puisque nous constatons dans cet « acte économique » le maximum d’avantages et le minimum de coût.

  • 10 Dans les deux premières tentations, le diable ne cite pas l’Ecriture que lui oppose Jésus. Dans la (...)

16Faut-il même tant sacrifier à la gloire ou à l’illustration de ses ouvrages, de ses entreprises ou de son nom quand on peut constater par quelque fréquentation des bibliothèques et des musées le rôle dévastateur et imprévisible de l’oubli des œuvres les plus célèbres, en leur temps, dans les cultures et les sociétés les plus diverses. Voici plus de deux millénaires pourtant, un inconnu qui se nommait, croit-on, Lao-Tseu, avait découvert déjà une règle d’or : « L’habile marcheur ne laisse pas de traces. » Cette humilité demeure encore une cure de Jouvence. A l’Evangile selon saint Look et à ses enseignements parodiques, on peut préférer la « vie cachée » que rappelle saint Luc et le libre renoncement aux trois tentations10 qui sont aussi celles de chacun de nous dans notre monde convulsif et satanisé.

Notes

1 Economie dite « pure » ou « rationnelle ».

2 On a reproché à Walras le caractère statique de sa construction que ne suffit pas à dynamiser, comme il le croyait, la réintroduction du facteur « temps ».

3 Rappelons le rôle capital d’Auguste Walras, le père de Léon Walras (1834-1910), fondateur de l’Ecole de Lausanne, auteur des « Eléments d’économie ou Théorie de la richesse sociale » (1874-1877). Auguste Walras avait appliqué, dès 1848, à la valeur d’échange le calcul des fonctions indiqué en 1838 par Cournot dont il avait été le condisciple à l’Ecole Normale.

4 L’inflation créatrice, P.U.F., Paris 1975, collection : « Economie en liberté » dirigée par J. Attali et M. Guillaume.

5 L’inflation créatrice, op. cit., p. 12.

6 L’inflation créatrice, op. cit., p. 13.

7 Dans son ouvrage remarquable et récent, Le regard, l’être et l’apparence dans l’optique de l’Antiquité, (Ed. du Seuil, Paris, 1988) ; Gérard Simon a montré le bouleversement produit par la physique de la lumière de Kepler, qui marque la naissance de la science classique au xviie siècle. La géométrie du regard dans l’optique d’Euclide et de Ptolémée était toute différente.

8 L’inflation créatrice, op. cit., p. 295.

9 Meister distingue aussi nettement ces notions : « L’inflation apparaît en sorte comme le prix à payer pour l’édification d’une nouvelle forme de société, placés sous le signe de la rationalité — terme qui n’est pas synonyme de raison et dont l’emploi permet de mettre l’accent sur les moyens en donnant pour acquises les fins qu’ils servent ». (L’inflation créatrice, p. 285).

10 Dans les deux premières tentations, le diable ne cite pas l’Ecriture que lui oppose Jésus. Dans la troisième, c’est le diable lui-même qui la cite et qui oppose la Parole divine au Fils de Dieu.

Auteur

Professeur, Ingénieur-conseil, Historien des Sciences, Conseiller scientifique de l’Encyclopaedia Universalis, Paris

Acheter