Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Interstices créateurs ?

Autogestion, autonomie, autotomie

Marc Guillaume

Texte intégral

1Au-delà de toutes leurs différences, les systèmes politiques partagent une idéologie commune, celle du projet historique. Les acteurs politiques croient et veulent faire croire qu’ils sont en mesure d’inscrire un projet dans une vision du monde et d’infléchir ainsi le cours de l’histoire. Les régimes démocratiques développent leur projet au nom du peuple en recherchant inlassablement son soutien et sa participation au moins formelle. Les régimes autoritaires, avec d’autres référents ultimes que le peuple, « légitiment » des moyens plus répressifs que persuasifs.

2Pourtant cette croyance en un projet politique d’ensemble est de plus en plus difficile à soutenir. Même dans les pays communistes, l’hégémonie du parti n’exclut pas des conflits et des résistances diverses sans compter les contradictions avec la logique économique internationale. Dans les autres pays industrialisés, de multiples incohérences se manifestent car les entreprises, les banques, les administrations, les pouvoirs militaires recherchent d’abord leur propre développement. En dépit d’interdépendances et de synergies multiples, ces grandes organisations jouent leurs partitions séparément.

3Il existe cependant plusieurs moyens de masquer ou d’atténuer les incohérences. L’inflation est l’un d’entre eux. L’une des idées directrices exposées par Albert Meister dans L’inflation créatrice, c’est, comme le rappelle René Alleau, de considérer l’inflation comme une sorte de mécanisme d’auto-régulation sociale, ex post. Il en est sans doute de même, non seulement de l’inflation mais de son accélération ou de son freinage (qui tour à tour allège et alourdit les dettes), voire même de la « bulle » financière et des krachs qu’elle provoque.

4Ce sont d’autres formes d’auto-régulation implicite que j’abordais dans Le capital et son double (publié en 1975, en même temps que L’inflation créatrice et dans la même collection), mais dans une perspective générale finalement assez proche de celle de Meister. Ce dernier pensait principalement à l’accumulation du capital quand il écrivait : « Nos sociétés modernes apparaissent des sociétés sans projet autre que durer, la croissance étant pour elles une façon de s’adapter ; c’est donc dans le système lui-même et dans sa lutte contre l’entropie qu’il faut rechercher le projet social ; l’inflation étant une régulation systémique au profit de l’équilibre social. » J’envisageais quant à moi le développement du « double » du capital, c’est-à-dire des organisations non marchandes et m’interrogeais sur les possibilités d’un projet qui ne se réduirait pas, lui aussi, à une simple croissance de ces organisations. En ces temps de début de crise économique, l’autogestion était à la mode dans notre pays, elle était même au cœur d’un projet de changement politique : « Changer la vie. La planification démocratique, l’autogestion y suffiront-elles ? On peut en douter, car ces choix s’inscrivent en partie dans la stratégie d’un pouvoir qui, pour mieux contrôler un système social complexe, ne refuse pas de donner la parole dans les limites où elle reste piégée dans son discours de l’ordre » (Le capital et son double). En bref, la perspective autogestionnaire ne me paraissait pouvoir engendrer un changement véritable que si elle débouchait sur l’autonomie de groupes confrontant leurs projets et faisant des codes sociaux dominants un usage mineur (forme de subversion analysée par Deleuze et Guattari). Qu’en est-il aujourd’hui de cette dialectique espérée de l’autogestion et de l’autonomie, alors qu’une crise économique qui n’en finit pas de produire ses effets désastreux a balayé les idéologies des années 70 puis les contre-idéologies qui leur ont succédé ?

L’invention de nouvelles formes de gestion

5Les sociétés modernes sont soumises à une double temporalité : la temporalité courte des organisations qui obéissent à une logique fonctionnelle et utilitariste, la temporalité longue qui régit les pratiques et les représentations des gouvernés, de l’homme ordinaire. D’un côté, le temps des stratégies (techniques, économiques, administratives) qui « accélèrent » l’histoire, de l’autre celui des tactiques et des résistances qui forment la trame longue de l’histoire socio-culturelle. Même en dehors des périodes de crise, la société est soumise à une tension temporelle, les pratiques socio-culturelles freinant les évolutions organisationnelles et technologiques. La crise surgit lorsque ces dernières doivent s’accélérer pour répondre à de nouvelles contraintes internes au système techno-économique et accentuent ainsi le décalage habituel : la crise est une dyschronie aiguë sur fond de dyschronie permanente.

6L’une des tâches essentielles et traditionnelles du politique est de gérer au mieux ces dyschronies, mais il est de moins en moins en mesure de le faire. Les organisations, soumises par nature à une logique d’accélération, ont de plus changé de régime de concurrence : la compétition en termes d’accumulation du capital ou de pouvoir a laissé la place à une compétition des vitesses. Ce que Paul Virilio a analysé pour la compétition militaire devient vrai pour la compétition économique ou technique. Ce qui importe aujourd’hui c’est d’arriver les premiers à maîtriser les techniques de pointe et à occuper des places de marché stratégiques. Il en résulte que les grandes organisations ont en quelque sorte atteint une vitesse de libération : elles échappent au contrôle des systèmes politiques. En même temps, elles emportent avec elles une grande partie des possibilités d’arbitrage qui relevaient naguère du pouvoir politique. Le politique ainsi incorporé n’est plus qu’une programmation ou plutôt un ensemble de programmations sectorielles dont personne ne vérifie plus la cohérence. On assiste à ce que les politologues appellent le retrait du politique.

7Ce retrait n’empêche d’ailleurs pas la classe politique de faire semblant de diriger le jeu quelque peu anarchique des organisations. Plus elle perd le contrôle des événements, mieux elle s’applique à feindre de les orchestrer pour tenter de conserver sa légitimité.

8De leur côté, les organisations marchandes et administratives ont, elles aussi, besoin d’un semblant de cohérence et de légitimité. Il importe d’abord de masquer qu’elles se heurtent entre elles et qu’elles heurtent les structures lentes de la société — structures juridiques, familiales, traditionnelles, etc. Plus généralement, il importe de réduire les effets d’instabilité que ces heurts produisent. La machinerie économique, en particulier, détériorée par la crise, recherche avec une violence accrue des gisements de productivité et de débouchés ; personne, même dans les pays les plus riches, n’est à l’abri des conséquences de cette compétition (chômage, précarité, mobilité forcée, faillites) et de la brutalité des « régulations » économiques devenues monopolistes et mondiales. Et tout cela n’est rien en comparaison de la situation dramatique de certains pays du Tiers Monde. L’ordre économique, qui se soutenait naguère de l’idéologie d’une croissance harmonieuse et source de progrès, perd donc sa légitimité. Il en est de même, et pour des raisons semblables, pour des structures traditionnellement stables, comme, par exemple, l’ordre juridique.

9Une perte de légitimité généralisée menace donc les grandes organisations ; leurs moyens classiques de contrôle ne leur suffisant plus, elles doivent user aussi de persuasion pour obtenir un minimum d’adhésion et de mobilisation. Ceci s’est réalisé, ces dernières années, par un changement d’échelle pour l’application de nouvelles méthodes de gestion, par la promotion des petites organisations et du local.

10Dans le domaine économique les formes qu’ont prises ce changement d’échelle à l’enseigne d’une idéologie nouvelle small is beau-tiful sont multiples et bien connues : développement de petites unités de production et de la sous-traitance, autonomie accrue des ateliers, vente de moyens de production à des salariés menacés de chômage (ces nouveaux artisans pouvant éventuellement redevenir compétitifs par auto-surexploitation : ils paient leur autonomie par leur surtravail). A l’intérieur des entreprises les capacités d’initiative et de contrôle des employés se sont étendues ; les cercles de qualité et tous les dispositifs qui relèvent de la même inspiration sont ainsi des formes d’autogestion interne dont on espère une mobilisation et une productivité accrues des travailleurs. Toutes ces tentatives ont leur logique et leur efficacité propres mais l’autonomie qu’elles concèdent reste modeste puisque soumise à toutes les contraintes de la compétition économique.

11Pour les organisations qui ne sont pas immergées dans la seule compétition économique, d’autres changements sont intervenus récemment. Dans plusieurs pays (Etats-Unis, Japon, Grande-Bretagne notamment) les entreprises publiques ont été soumises à des « dérégulations » visant à concilier les contraintes de service public d’une part, les méthodes et les objectifs du secteur privé d’autre part. Quant aux administrations, elles ont acquis en France, avec la décentralisation régionale, les moyens d’une gestion plus fine du social. Cela a induit un indéniable essor du politique au niveau local compensant en partie son retrait au niveau central.

Gestion des intérêts, autonomie des passions

12Mais une certaine démultiplication des niveaux et des projets politiques, une gestion plus proche des citoyens ne constituent qu’un pas timide vers l’autogestion. Une autogestion qui vise plus à mobiliser sur des objectifs, à intérioriser des contraintes et à réduire des incohérences qu’à développer les capacités d’autonomie des citoyens. Même si une certaine participation à la gestion des entreprises ou à la vie politique locale s’est développée depuis une décennie, l’homme ordinaire reste soumis, dans la plupart des dimensions de sa vie quotidienne, à l’emprise des organisations, à l’arraisonnement généralisé par la technique.

13Il pressent, plus ou moins confusément, l’incohérence des mouvements des grandes organisations, l’absence de projet historique d’ensemble. Certes, il est partie prenante, pour sa vie matérielle et professionnelle, de certaines organisations et usager potentiel des autres. Il veut donc connaître leurs règles de jeu et même parfois participer, pour la simple défense de ses intérêts. Mais ses passions sont ailleurs.

14Tout sujet humain est en effet clivé entre deux mondes, celui des intérêts et celui des passions, pour reprendre une terminologie d’Albert Hirschman. Le premier relève du paradigme de l’utilité et de la gestion ; le second est celui de la praxis, de la multiplicité innombrable des tactiques que les hommes déploient, plus ou moins visiblement et plus ou moins consciemment. Ces deux mondes sont incommensurables entre eux mais pas sans rapports : rapports d’acceptation partielle, de résistance, de détournement et de ruse mais aussi, plus souvent peut-être, de dénégation ou d’apathie. Rapports qui peuvent induire des tensions permanentes dans la société ou de brèves explosions mais qui ménagent ordinairement une coupure entre l’univers public et professionnel où s’investissent l’essentiel des intérêts et des activités visibles du sujet et l’univers intime où se nouent les liens affectifs et passionnels selon une symbolique spécifique à chacun.

15Ce dernier univers, en grande partie secret et qui peut sembler négligeable, contient pourtant ce qui importe souvent le plus au sujet ; c’est dans cet univers qu’il veut défendre son autonomie en y cherchant un abri plus ou moins précaire contre l’emprise des organisations. Il me semble que cette défense évoque le comportement du lézard qui abandonne sa queue pour se sauver quand il est pris. Cette autotomie, automutilation de sauvegarde, permet de survivre humainement dans un environnement devenu à la fois hyper-fonctionnel et globalement incohérent. C’est une riposte qui combine, d’une part, une forme d’indifférence et de fuite à l’égard du monde organisationnel (à la typologie bien connue des attitudes — Loyalty, Voice, Exit — il faut ajouter la catégorie de l’apathie, de l’indifférence) et, d’autre part, un investissement personnel dans ce qui reste de temps libre et d’espace privé ou même à l’intérieur des institutions, mais en y inventant des significations et des finalités qui ne sont plus celles de leurs stratégies. C’est finalement une riposte plus radicale que toutes les tactiques de résistance ou d’esquive qui ne sont le plus souvent que des manœuvres de retardement. Elles servent cependant à donner le change, elles permettent de négocier l’essentiel, c’est-à-dire la dichotomie la moins mutilante possible. L’autogestion facilite l’application de règles et de normes organisationnelles devenues plus souples, voire flottantes, mais la vie sociale qui en résulte, parce qu’elle est, dans son principe, fonctionnelle et utilitariste, ne saisit rien d’essentiellement humain.

16Le jeu social est donc fondamentalement un double jeu, un art d’accommoder deux registres. Celui d’une socialité visible, organisée selon des logiques d’intérêts, agitée de contradictions et de conflits, toujours à la recherche de nouveaux systèmes de régulation ; celui des investissements invisibles, des passions et des désirs mal contrôlés, anomiques (puisque à ce niveau les référents communs et parfois même les contraintes de l’identité s’estompent) où s’expérimente ce que j’appelle une socialité spectrale.

17Cette distinction de deux registres n’est pas nouvelle mais leur articulation est restée peu étudiée, mis à part quelques « digressions » de « sociologie interne » de G. Simmel et la réflexion sur lui-même d’A. Schutz décidant de « vivre dans ce monde sans y être réellement » et distinguant entre la relevance imposée — en l’occurrence son travail dans une banque — et la relevance intrinsèque — son activité d’intellectuel et de musicien. Cette insuffisance de l’analyse peut conduire à des erreurs d’interprétation. On dénonce la montée de l’individualisme, les « tyrannies de l’intimité » (R. Sennett) qui sont d’abord le reflet de l’extension de l’utilitarisme et de la marchandisation des rapports sociaux. On entretient surtout la confusion entre des dispositifs d’autogestion dont l’utilité pour la production et la reproduction sociale ne doit pas être sous-estimée et des comportements de sauvegarde de l’autonomie qui font qu’une société assume, en dernière instance, sa créativité et son destin historique.

Auteur

Professeur, Université Paris IX, Centre de recherche IRIS, Travail et Société, Paris.

Acheter