Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Pratiques vivantes : développement, éducation et participation

Quel avenir pour la participation spontanée ?

René Levy

Texte intégral

L’erreur, l’auto-mystification de ceux qui luttent contre le Système est de vouloir le contrer (je ne parle évidemment pas de ceux, visionnaires candides, qui veulent le réformer) car ils s’y engluent ou s’y étouffent. Le seul moyen de refuser le Système est de le nier, de l’ignorer. Pas contre, mais à côté, créer un univers parallèle... (Affeulpin, p. « 286 »)

Société consolidée, société invisible

1S’interroger sur l’avenir de l’action autonome oblige à réfléchir sur les sociétés dites post-industrielles et leur évolution possible. Dans des systèmes de plus en plus complexes et interconnectés, quelle est la place de l’action autonome, conçue et mise en œuvre en dehors des contraintes du Système ? Quelle est sa place dans l’avenir d’un ensemble social qui est parvenu à intégrer la totalité des sociétés existantes dans sa structure ? Une structure multiple, à la fois solidement constituée et peu visible, caractérisée

  • par l’interdépendance dans l’inégalité,

    • 1 II paraît en effet important d’insister sur l’universalité de ce principe dans le cadre des société (...)

    par l’exploitation systématique de toutes les ressources physiques et sociales1,

  • par une logique de « progrès » dans laquelle le changement devient auto-référentiel en se substituant aux fins qui pourraient le justifier,

  • par une concentration de pouvoir dans tous les domaines institutionnels, surtout dans l’économique et le politique.

2Les phénomènes de pouvoir s’avèrent d’autant plus omniprésents et efficaces que celui-ci devient structurel et se loge loin des sites (géographiques et sociaux) soumis à son exercice. Touraine semble se référer à cette situation lorsqu’il constate que « la domination sociale aujourd’hui devient à la fois plus extensive et plus diffuse » (1974, p. 187) ; l’évolution récente lui donne raison. La structure sociale continue de se différencier, créant ainsi des espaces multiples et spécifiques abritant des clivages divers et souvent divergents.

3Devant la multiplicité des situations individuelles, « la société » devient invisible ou semble se réduire à des fantasmes. Il arrive que les observateurs, scientifiques ou non, adoptent à leur tour cette attitude. Ils s’intéressent alors à cet imaginaire « désocialisé » sans plus s’intéresser à son éventuel réalisme. En paraphrase exagérée, une telle perspective affirmerait que si la société n’est pas morte, elle n’a jamais été plus qu’une idée plus ou moins arbitraire — vivent les images et les désirs individuels !... — Ainsi la structure sociale, la société en tant que telle se dérobe à la perception de ses membres derrière l’écran d’un individualisme à la fois idéologique et factuel. Nous nous trouvons, comme dirait Habermas (1985), dans une situation nouvelle d’intransparence sociale. Et la place de l’autonomie, dans ces conditions ? Les individus qui aspirent à leur spécificité, à leur épanouissement non pas collectif, mais individuel, ne cherchent-ils pas précisément à la réaliser sur le plan pratique et quotidien ? Ou vivent-ils au contraire, ce faisant, dans l’illusion partagée d’un individualisme parfaitement géré et orchestré par « le Système » qui, en privilégiant les formes incitatives du contrôle social par rapport à la répression, se consolide et se réorganise sans contestation majeure ?

Depuis toujours on nous a imposé de suivre certaines voies, d’obéir, de nous conformer. Parfois la société, c’est-à-dire ceux qui détiennent le pouvoir, sont plus subtils et demandent notre adhésion, allant jusqu’à nous faire obéir « librement » aux règles qu’insidieusement ils ont édictées pour nous. Et nous avons tellement l’habitude que l’on décide les règles à notre place que la liberté nous heurte, nous pèse, nous embarrasse, et qu’il nous est difficile de définir nous-mêmes les règles de notre propre jeu. (Affeulpin, p. 26)

  • 2 Dans le même ordre d’idées, on peut diagnostiquer les configurations complémentaires. Le structuro- (...)

4Ce genre d’analyse, caractéristique du radicalisme de « 68 », n’a rien d’original. Dans quelle mesure a-t-il perdu de sa pertinence ? On peut le critiquer sur le plan de ses sous-entendus, voire de ses conséquences idéologiques. Ainsi, par exemple, il mène facilement à une espèce de déterminisme structurel, fataliste et mécaniste, dans lequel la liberté de l’action ne peut être qu’une chimère idéologique, une mystification détachée de tout réalisme social — on pourrait parler à son sujet de « structuro-pessimisme »2.

C’est un peu facile de toujours déclarer que les gens sont les victimes du Système et qu’il faut d’abord changer le Système si on veut changer les gens. Mais qui fera le changement si tous sont des créatures du Système ? (Affeulpin, p. « OGGI »)

5Toutefois, la critique idéologique paraît moins intéressante que celle par la confrontation aux pratiques sociales. Une première évolution peut paraître contraire à la tendance générale de la critique surgie des mouvements de la nouvelle gauche : l’individualisme croissant, constaté par nombre d’observateurs récents. Certains privilégient les orientations culturelles post-modernes (Lipovetski 1983, Lyotard 1979), d’autres les changements structurels ou alors l’interaction entre ces deux aspects de l’organisation sociale (Beck 1986). Si certains modes d’analyse sont nouveaux, le constat du phénomène n’invalide pas l’analyse rappelée à l’instant, il la confirme plutôt en l’élargissant.

  • 3 On pourrait épiloguer sur la question de savoir si l’insistance, par une partie importante des nouv (...)

6Parmi les phénomènes récents qui concernent notre question, on oublie parfois trop vite ce que « 68 » nous a légué. Ce sont des acquis qui survivent inégalement selon les pays et les secteurs, paraissent souvent marginaux par rapport à l’ensemble des pratiques sociales, mais nourrissent les débats, les expériences pratiques et les perspectives futures. Ne nous laissons pas obnubiler par la mise en exergue de quelques personnages qui, de dirigeants contestataires, sont devenus aujourd’hui dirigeants « intégrés au système ». Les prendre pour l’ensemble des mouvements auxquels ils avaient donné, en leur temps, quelques visages, serait tomber dans le travers de la perception élitaire pour qui l’ensemble social se borne aux personnalités publiques. Il est inutile d’énumérer avec soin les domaines où perdurent, souvent en se transformant, les processus de réflexion et de changement engendrés par « 68 », et où ils contribuent à produire des formes sociales plus ou moins nouvelles3.

  • 4 A ce propos, il importe de ne pas sous-estimer l’impact lent mais profond que constitue la reconnai (...)

7Deuxième évolution : Les remises en question de la fin des années 1960 ont amorcé un changement de valeurs et des changements de pratiques, bien que sur le plan des aspirations politiques l’optimisme arrogant du « Tout, tout de suite » ait été ébranlé par les expériences socio-politiques qui se sont avérées trop problématiques pour pouvoir encore servir de modèles4. Les études successives de Meister sur différentes tentatives d’autogestion à large échelle — dans des pays aussi différents qu’Israël, la Yougoslavie, le Pérou, le Japon — sont un témoignage poignant de la tension entre l’enthousiasme provoqué par toute entreprise pratique et le scepticisme dû à la connaissance des échecs passés (Sainsaulieu 1982)

8Une troisième évolution entretient un rapport très ambigu avec la précédente. Depuis le « choc Nipon », une réflexion critique sur les mérites comparatifs de la centralisation et de la décentralisation (des échanges, des équipements techniques, de la division du travail, du pouvoir de décision et d’organisation) s’est développée au sein même du plus haut bastion auquel la contestation de la nouvelle gauche avait buté : de l’économie et plus précisément du management. Les débats sur ce sujet y sont plus répandus que les expériences pratiques, mais ces dernières ne manquent pas, bien qu’elles restent le plus souvent fort limitées. Elles s’inscrivent évidemment, dans la quête « traditionnelle » de la rentabilité, conçue le plus souvent étroitement en termes de profit monétaire — cercles de qualité, enrichissement du travail, groupes semi-autonomes, orientation sur projet, participation des collaborateurs aux bénéfices et au capital de l’entreprise. Le catalogue ne laisse aucun doute sur le caractère « réformiste » de ce genre de mesures. S’agit-il dès lors, après l’industrialisation des loisirs, après la professionnalisation et la monétarisation des soins les plus personnels (du corps, de l’âme), simplement d’une autre expression de la force de récupération du Système ? Est-ce un signe annonciateur d’une transformation ? Voire même le clairon d’une rupture décisive ? Laissons, pour l’instant, la question ouverte et prenons davantage de recul.

Clivages, contradictions et espaces de liberté

  • 5 II serait intéressant de poursuivre cette piste pour voir s’il convient de distinguer des « types d (...)

9Il ne suffit pas de considérer les sociétés actuelles comme complexes, hautement structurées et auto-reproductrices. Une des erreurs qu’il convient d’éviter est le postulat, explicite ou implicite, de l’homogénéité quasi parfaite de ces mêmes sociétés. Les sociétés modernes, surtout les sociétés actuelles, sont traversées non seulement par de multiples clivages qui font partie de leur structure, mais ces clivages et leurs interférences créent des contradictions, des surdéterminations et des indéterminations. Dans les champs sociaux ainsi constitués, les personnes peuvent parfois agir comme des marionnettes qui vont jusqu’à ignorer qu’elles sont suspendues à des fils qui conduisent leurs mouvements — mais il n’y a plus guère de sociologue ou d’anthropologue qui prêterait à cette image une validité générale. En parallèle à des situations où le comportement paraît hautement déterminé socialement, il en existe d’autres où, pour l’exprimer paradoxalement, c’est la liberté d’action qui est inscrite dans la structure sociale5.

10On pourrait alors tenter de passer en revue systématiquement les « lieux » sociaux où, théoriquement, l’innovation non soumise à la logique du système dominant trouve plus aisément qu’ailleurs son espace vital. Contentons-nous d’en mentionner deux : dans les périphéries, loin des ressources et des enjeux majeurs (et donc loin de l’aisance matérielle), et au milieu des agglomérats urbains où, dans la densité et la diversité de ces concentrations humaines et sociales, s’installent des sous-cultures et des contre-cultures assez importantes, des réseaux marginaux assez étendus pour permettre à des expériences sociales non conformes de survivre.

  • 6 Ajoutons qu’il serait faux d’attribuer une signification quasi-explosive à ces « nouvelles valeurs  (...)

11Un autre espace moins colonisé est celui de l’imaginaire et des valeurs. Les chercheurs nous parlent depuis plus de quinze ans d’un changement de valeurs : diminution de l’intérêt pour les valeurs matérialistes au profit de valeurs non (ou post-) matérialistes. Ce changement apparaît d’abord auprès des jeunes et aurait tendance à se répandre dans la société, même dans des milieux aussi « intégrés » que ceux des cadres — les yuppies seraient alors les champions de l’articulation entre les deux orientations. Visiblement, beaucoup est fait pour « récupérer » cette évolution des mentalités, en la canalisant dans les créneaux de la consommation (surtout des loisirs), mais aussi (avec plus d’hésitation, il est vrai) en lui aménageant des niches au sein de structures plus « sérieuses ». Autant de signes qu’elle est considérée comme une force importante, en puissance dérangeante, sur le plan des mobiles individuels ; les sociologues seraient mal conseillés de la considérer comme un simple résidu social sans authenticité6.

12Ces quelques éléments suffisent à démontrer que toute vision dichotomique (p.ex. à la Gorz) ne laisse pas sa place au fait fondamental que les sociétés modernes sont traversées de contradictions. A un niveau plus général, laissons-nous tenter pour quelques instants par l’idée que se dessine, au sein même des sociétés les plus riches matériellement, une espèce de dérive entre le monde institutionnel et la vie quotidienne. Dérive qui se fait sentir très inégalement entre les pays, selon les régions, et dont nous sommes certainement loin d’avoir établi une appréciation véritable. Esquissons-la en tant qu’hypothèse et de manière idéal-typique, en pensant moins à des sociétés politiquement centralisées comme la France qu’à d’autres comme l’Allemagne fédérale, les Etats-Unis ou, pardon, la Suisse.

Dérive entre structures institutionnelles et vie ordinaire

13Les « économies » des pays occidentaux se trouvent impliquées dans un processus de transformation radicale, jalonné par un certain nombre d'éléments peu en vue il y a dix ou vingt ans: mondialisation des marchés importants, pression concurrentielle accrue sur ces marchés, tendance à la surproduction, diminution de toutes sortes de protections étatiques et corporatives («dérégulation»), mesures de rationalisation et de flexibilisation tant dans la production que dans les services, augmentation de la pression sur la main-d’œuvre sur fonds de chômage, stratégies de multinationalisation dans tous les secteurs.

  • 7 Il n’est pas possible dans un bref papier forcément réducteur de présenter une analyse plus complèt (...)

14Si les bouleversements provoqués par ces transformations brusques et non coordonnées apparaissent souvent comme ébranlements, il est néanmoins permis de penser qu'en définitive, ils contribueront à renforcer le degré d'institutionnalisation de l'économie, au prix d'une plus grande hiérarchisation entre les individus, les entreprises et les régions7. L’accroissement de la pauvreté au milieu des sociétés d’abondance matérielle en est l’expression la plus choquante, sinon la plus lourde en conséquences. Du point de vue structurel, ceci implique une intégration à large échelle des entreprises et de la division du travail qu’elles englobent avec, en parallèle, une concentration accrue du pouvoir de décision qui s’exerce dans une perspective non plus régionale ou nationale mais internationale.

  • 8 On n’apprécie pas toujours à sa juste valeur le fait qu’elles jouissent d’une flexibilité stratégiq (...)

15Sur le plan politique, un corollaire direct de cette transformation est l’affaiblissement des pouvoirs étatiques face à l’économie. Tantôt résultat d’une politique délibérée (reaganisme, thatcherisme), tantôt résultat d’une stagnation du pouvoir d’intervention de l’Etat face à des organisations économiques dont la force augmente8. Garants (selon leurs régimes de politique sociale) d’une certaine sécurité sociale, les Etats se trouvent dans une situation ambiguë : leur pouvoir d’intervention diminue, mais ils continuent de se voir attribuer la responsabilité d’une vaste gamme de problèmes. Leurs ressources sont attaquées, leurs marges de manœuvre menacées, mais ils demeurent des éléments charnières de l’ordre social global, ne serait-ce qu’en servant de paratonnerre légitimateur à d’autres secteurs de la structure sociale. Une stratégie qui pourrait s’opposer quelque peu à ces tendances s’affirme surtout en Europe : la création de structures politiques supra-étatiques ; mais pour l’instant, ce ne sont pas les institutions politiques, mais les entreprises qui se réorganisent efficacement à l’échelle européenne, creusant ainsi le décalage entre pouvoirs économique et politique...

16Contentons-nous de ce rapide survol concernant les deux piliers principaux du monde institutionnel des sociétés modernes ; on peut penser que les autres, moins importants, ne viendraient pas contredire fondamentalement le tableau ainsi esquissé. Le constat qui nous intéresse ici est celui d’un renforcement, d’une consolidation progressive que certaines secousses tendent à amorcer, encore qu’à court terme, elles paraissent produire le contraire.

  • 9 Si l’on entend par structure sociale l’ensemble des formes institutionnalisées qu’assument les rapp (...)

17Que se passe-t-il de l’autre côté, sur le plan des conduites et des orientations quotidiennes ? Pour commencer, il serait irréaliste de ne pas constater que la majorité des gens, la majorité des comportements sont « conformes à la structure sociale » et contribuent de ce fait à sa reproduction9. Mais l’image d’une société parfaitement synchronisée, habitée par des individus qui, sans accroc, jouent les rôles qui leur sont dévolus ne correspond guère aux pratiques observables.

  • 10 Nous reprenons ici, en la complétant, une typologie proposée par Hirschman (1972).
  • 11 Le succès de « programmes » politiques visant à réduire l’influence étatique sur la vie économique (...)

18Il faut ici distinguer deux aspects qui parfois se conjuguent et se mélangent. D’une part, un nombre croissant de personnes paraît tourner le dos aux grandes institutions des sociétés modernes, souvent — là où il y a contrainte — moins physiquement que mentalement10. Les entreprises se plaignent de l’absentéisme (des absents et des présents), des fluctuations, des problèmes de motivation ; les armées connaissent des problèmes de recrutement et de discipline qu’elles essaient de contrer en offrant des prestations et des avantages qui n’ont plus grand-chose à voir avec les conceptions traditionnelles des tâches militaires ; les églises sont désertées, souvent au profit de mouvements religieux apparemment moins « institutionnalisés » ; les difficultés des jeunes de trouver un emploi se répercutent sur l’institution scolaire qui éprouve une difficulté croissante de susciter l’adhésion des élèves à ses objectifs et règles ; le scepticisme des populations quant à la capacité des systèmes politiques de résoudre les problèmes les plus urgents (économiques, écologiques, géo-politiques) va croissant lui aussi11. Mais il serait sans doute erroné de conclure à une démission individualiste généralisée — elle existe sans marquer entièrement les conduites.

  • 12 Rappelons qu’elle a été déplorée il y a plus d’une dizaine d’années dans un rapport à la, très étab (...)

19Au contraire, même en dehors du sous-sol du Centre Beaubourg d’où nous parle le précité Affeulpin, ça grouille. Sans tomber dans un optimisme béat, avouons-nous que les années 1980 ne sont pas seulement marquées par des crises et des injustices sociales, par le chômage, des conflits et des perspectives sombres, mais également par un grand nombre de tentatives nouvelles, de mises en pratique d’idées novatrices, que ce soit dans la vie personnelle, dans l’activité économique, dans le domaine de l’appropriation de nouvelles technologies à des buts non lucratifs, dans le domaine de la solidarité, même en politique. Du point de vue de la politique institutionnelle, de la gestion globale de la société, cela fait partie de l’augmentation de la complexité sociale, de la diversité des problèmes et des revendications, des divergences qui augmentent la « non-gouvernabilité » des sociétés actuelles12. Du point de vue de l’expérimentation sociale, de l’exploration de possibilités d’agir et d’être, cela indique par contre une bouffée d’oxygène, cachée dans les capillarités et les interstices de la société post-industrielle, précaire aussi, soumise à des aléas de toutes sortes.

20Et les mouvements sociaux ? Actuellement, ils font peu parler d’eux, mais nous pouvons parier qu’il s’agit plutôt d’un creux que d’une tendance à long terme. Si à présent les régionalismes français ne s’affirment pas avec une grande vigueur, leurs homologues en Espagne sont tout sauf disparus. La question s’impose de savoir si la grande Europe qui est en train d’être échafaudée, avec les mesures de dérégulations qui vont l’accompagner, ne risque pas à la fois d’agrandir les disparités régionales (par la diminution des mesures de péréquation au niveau intranational) et de miner la pertinence sociale des actuels découpages administratifs intra- et internationaux. Ceci pourrait, à terme, renforcer les régionalismes, qu’ils soient progressistes ou réactionnaires — si tant est que cette distinction a un sens à leur égard. Rien ne permet de penser que les autres mouvements récents, ceux des femmes, des jeunes, des écologistes, des « alternatifs », des pacifistes, des racistes et des antiracistes, ne continueront pas, avec des hauts et des bas, leur action.

Vers un clivage intégration-autonomie ?

  • 13 Les mouvements déjeunes pourraient être particulièrement révélateurs à ce titre, ayant souvent repr (...)

21Il est difficile de voir dans toutes ces évolutions, en partie hypothétiques, des éléments communs. Est-il possible de trouver des facteurs structurants simples dans une évolution dont la première caractéristique paraît être la complexité croissante ? Je suggère que l’on s’interroge sur la possibilité que ce sont précisément la complexité et l’abstraction qui pourraient former ce facteur, mais en relation dialectique avec son opposé : l’action spontanée, les relations inter-personnelles, l’autonomie. Il ne peut s’agir de nier la pertinence, c’est-à-dire la force structurante des clivages « anciens » des sociétés européennes, négociés dans des champs institutionnels aussi différents que le marché et le politique. Peut-être nous trouvons-nous au début d’une période qui verra s’imposer progressivement une espèce de nouveau clivage, plus général et plus difficile à théoriser globalement, moins propice aussi à servir de catalyseur à une démarche collective unie (et non morcelée sous forme de mouvements à objectif régulier) — celui entre l’intégration et l’autonomie13.

22Une telle évolution ne serait probablement pas le signe — comme essaient de faire croire certains commentateurs conservateurs — d’une déstructuration sociale, mais d’une phase de plus grande fluidité structurelle. Cette idée fait partie d’une vision plus globale selon laquelle les changements actuels concernent d’un côté une transformation partielle des clivages anciens, notamment de l’antagonisme entre travail et capital, de l’autre côté l’émergence de « nouveaux » clivages (ou plutôt leur nouvelle importance). Différents auteurs ont proposé des conceptualisations de tels clivages ; ici n’est pas le lieu de les comparer systématiquement. Disons simplement que l’opposition opérée par Habermas entre les structures institutionnelles et l’expérience vécue quotidiennement nous paraît la plus pertinente — structures institutionnelles qui demandent d’être légitimées et doivent, dans une certaine mesure, venir à la rencontre des aspirations qu’elles essaient de canaliser vers les prestations qu’elles offrent, vécu quotidien qui est la cible de tentatives de « colonisation », mais aussi le lieu de recherche d’autonomie et plus généralement de la réalisation des valeurs auxquelles on adhère.

  • 14 Le mot est à prendre au sens figuré, mais il est valable jusqu’au niveau géographique où la pertine (...)

23Nous postulons donc que dans cette relation s’opère une dérive dont la dialectique a tout juste commencé à se développer. La non-gouvernabilité tant déplorée par certains n’est qu’une de ses conséquences directes. Le développement de cette dialectique créera de nouvelles coalitions, de nouveaux centres de force, de nouvelles lignes de démarcation14, et finalement de nouvelles fixations structurelles. D’ici là, davantage que pendant la prédominance quasi totale d’un modèle d’organisation hiérarchique et intégrée à large échelle, un espace s’ouvre pour l’action autonome, l’exploration de possibles non seulement sur le plan micro mais aussi sur le plan méso-social, la création de nouvelles formes de réalisation sociale.

Bibliographie

G. Affeulpin, La Soi-disant utopie du centre Beaubourg. Edition Entente, Paris 1976.

U. Beck, Risikogesellschaft. Auf dem Weg in eine andere Moderne. Suhr-kamp, Frankfurt/Main 1986

R.G. Braungart, Historical Generations and Youth Mouvements: A Theoretical Perspective. Research in Social Movements, Conflict and Change 1984, 6, 95-142.

M. Crosier, S.P. Huntington, J. Watanuki, The Crisis of Democracy. Report on the Governability of Democracies to the Trilateral Commission. New York University Press, New York 1975.

J. Gillis, Youth and History. Tradition and Change. Academic Press, New York 1974.

A. Gorz, Les chemins du paradis. Galilée, Paris 1983.

J. Habermas, Theorie des kommunikativen Handelns. Suhrkamp, Frankfurt/Main 1981.

J. Habermas, Die neue Unübersichtlichkeit. Kleine politische Schriften. V, Suhrkamp, Frankfurt/Main 1985.

P. Heinz et al., « Strukturelle Bedingungen von sozialen Vorurteilen », in : A. Karsten, Vorurteil - Ergebnisse psychologischer und sozialpsychologischer Forschung. Wissenschaftliche Buchgemeinschaft, Darmstadt 1978, 321-350.

T. Held, « Strukturpessimismus und Kitsch — Zur Subkultur einer Theorie », in : G. Hischier, W. Obrecht & R. Levy, Weltgesellschaft und Sozialstruktur. Rüegger, Diessenhofen 1980, pp. 649-674.

A. Hirschman, Face au déclin des entreprises et des institutions. Editions ouvrières, Paris 1972.

G. Lipovetski, L’ère du vide. Gallimard, Paris 1983.

B. Lutz, Der kurze Traum immerwährender Prosperität - eine Neuinterpretation der industriell-kapitalistischen Entwicklung im Europa des 20. Jahrhunderts. Campus, Frankfurt/Main 1984.

J. F. Lyotard, La condition postmoderne. Minuit, Paris 1979.

M. J. Piore et Ch. F. SAbel, The Second Industrial Divide. Possibilities for Prosperity. Basic Books, New York 1984.

J. Raschke, Soziale Bewegungen. Ein historisch-systematischer Grundriss. Campus, Frankfurt/Main 1985.

R. Sainsaulieu, Un sociologue de la démocratie. Autogestions 1982, 10, 115-121.

A. Touraine, Pour la sociologie. Seuil, Paris 1974.

A. Willener, L’avenir instantané. Mouvement des jeunes à Zurich. P.-M. Favre, Lausanne 1984.

Notes

1 II paraît en effet important d’insister sur l’universalité de ce principe dans le cadre des sociétés industrielles, qu’elles s’appellent capitalistes ou non. Il s’applique bien au-delà des ressources matérielles, que ce soient les matières premières ou les sources d’énergie. Certains sociologues allemands se sont particulièrement intéressés à cet aspect, notamment Lutz (1984) qui suggère qu’en absorbant, depuis les débuts de l’industrialisation, ce qu’il appelle le secteur traditionnel (paysans et autres travailleurs dans l’agriculture, artisans, commerçants), le secteur moderne — industriel et administratif — exploite non seulement une main-d’œuvre, mais en même temps les valeurs de celle-ci. Ces valeurs correspondent à des formes de travail et de production non uniquement axées sur le profit maximal, mais sur une activité économique insérée dans son environnement social et naturel. Bref, le secteur industriel exploite des « ressources » morales ou culturelles (valeurs, motivations, discipline concernant le travail) qu’il érode par sa pratique au lieu de les régénérer. Le principe en est toujours ce que les économistes appellent « l’externalisation des coûts de production ».

2 Dans le même ordre d’idées, on peut diagnostiquer les configurations complémentaires. Le structuro-optimisme ne serait pas moins déterministe, mais se trouverait assorti d’une croyance en l’évolution libératrice qui serait inscrite dans le mécanisme social — les humains n’y seraient que les exécutants d’une logique qui les dépasse et qu’ils ne maîtrisent pas. Le culturo-pessimisme et le culturo-optimisme se caractériseraient par le postulat de la non-pertinence de la structure sociale et de la dynamique propre des courants culturels, des « récits » et autres imaginaires partagés. Cette idée est empruntée à Held (1980) qui la développe plus systématiquement.

3 On pourrait épiloguer sur la question de savoir si l’insistance, par une partie importante des nouvelles gauches, des mouvements fémininistes, de divers autres mouvements et groupes d’émancipation, même d’une partie des mouvances du « new age », sur l’épanouissement personnel ne fait pas paradoxalement partie de la tendance individualisatrice évoquée plus haut.

4 A ce propos, il importe de ne pas sous-estimer l’impact lent mais profond que constitue la reconnaissance progressive de l’échec du rêve marxiste dans les pays du « socialisme réel » par les gauches et des intelligentsias occidentales.

5 II serait intéressant de poursuivre cette piste pour voir s’il convient de distinguer des « types de liberté » selon la situation qui les produit : liberté par la marginalité, par le pouvoir, par la « surdétermination » des choix, par la non-structuration d’une situation... L’écart par rapport à des visions déterministes dans les sciences sociales se reflète d’ailleurs dans la multiplication des tentatives récentes d’étudier le rapport entre le micro- et le macrosocial. Rares sont devenues les approches sérieuses qui seraient réductrices en faveur de l’un ou de l’autre de ces termes. Selon les auteurs, l’articulation est formulée de manière complexe, en termes d’interaction, de facilitation, de structuration, de sélection, d’action au milieu de contingences. La recherche empirique, qu’elle y aspire ou non, fournit des résultats qui appuient cette tendance. D’une part, les « données » de toutes sortes font preuve de résistance face aux modèles « déterministes », même très complexes (signe technique : les taux d’explication statistique, plutôt modestes généralement, produits par les études quantitatives). D’autre part, les résultats d’études quantitatives et qualitatives n’apparaissent que très exceptionnellement comme aléatoires. Ce double constat — ni singularité ni détermination totales — est de plus en plus interprété non pas comme résultant du balbutiement d’une science sociale encore jeune, mais comme l’expression d’une qualité intrinsèque de son objet : la vie humaine en société. Ainsi semble s’instaurer une convergence de points de vue sur une question « ontologique » importante, un aspect de la « nature du social ».

6 Ajoutons qu’il serait faux d’attribuer une signification quasi-explosive à ces « nouvelles valeurs ». Mis à part le fait que là encore la nouveauté se situe moins sur le plan de leur contenu spécifique — elles existent depuis longtemps dans l’univers culturel occidental — que sur celui de l’importance qui leur est attribuée. Mais il est à parier qu’aussi longtemps que certains arrangements structurels fondamentaux ne changent pas, cette évolution sera relativement limitée — c’est sans doute un des enjeux majeurs de l’idée du revenu universel qui ferait sauter l’étau qui tient les individus dans les liens institutionnels de la société monétarisée.

7 Il n’est pas possible dans un bref papier forcément réducteur de présenter une analyse plus complète des tendances économiques. Indiquons cependant le travail fort intéressant de Piore et Sabel (1984) qui, sur la base du concept du fordisme, préparent le terrain à la thèse que le modèle fordiste pourrait arriver à une crise décisive parce que son exploitation atteint ces limites internes.

8 On n’apprécie pas toujours à sa juste valeur le fait qu’elles jouissent d’une flexibilité stratégique bien plus grande que les Etats, liés à un territoire et à des procédures de décisions plus ou moins démocratiques.

9 Si l’on entend par structure sociale l’ensemble des formes institutionnalisées qu’assument les rapports sociaux dans une société concrète, on peut définir la conformité structurelle (ou reproductrice) par le fait qu’un acteur respecte au maximum les contraintes et exploite au maximum les options qu’il rencontre, selon l’endroit où il se trouve dans un champ social. L’inverse — refuser les options offertes et ne pas accepter les contraintes imposées — serait l’idéal type de la non-conformité structurelle (transformatrice ou novatrice). Cette idée est empruntée à P. Heinz (1978), un sociologue suisse disparu il y a cinq ans, peut-être tout aussi créatif et sensible que Meister, mais plus méconnu que lui.

10 Nous reprenons ici, en la complétant, une typologie proposée par Hirschman (1972).

11 Le succès de « programmes » politiques visant à réduire l’influence étatique sur la vie économique et sociale semble être largement tributaire de ce désenchantement populaire et moins des problèmes qu’ils attribuent à un excès d’intervention politique.

12 Rappelons qu’elle a été déplorée il y a plus d’une dizaine d’années dans un rapport à la, très établie mais peu officielle, Commission Trilatérale (Crozier et al., 1975).

13 Les mouvements déjeunes pourraient être particulièrement révélateurs à ce titre, ayant souvent repris des questions de sociétés majeures de leur période — et cela peut-être grâce au fait que « par définition » ces mouvements sont les moins stables sur le plan de leurs participants (Braungart 1984). On a peu analysé les mouvements de jeunes du début des années 1980, plus éparpillés que ceux de 1968, et encore moins les a-t-on comparés chronologiquement. J’aimerais simplement avancer l’hypothèse que les vagues successives de ces mouvements expriment de plus en plus clairement une opposition au pouvoir. D’abord concernant un pouvoir précis et défini plutôt culturellement (les mouvements estudiantins et de jeunes du xixe et du début du xxe siècle opposés à la « bourgeoisie » voire aux restes de l’aristocratie au pouvoir (comme dans l’Allemagne du xixe) ; les mouvements de jeunes national-socialistes et fascistes opposés, de manière manipulée et détournée, au capitalisme des grands industriels ; le mouvement de 68, avec une analyse bien plus tranchante, aux structures de pouvoir dans pratiquement tous les domaines institutionnels des sociétés modernes ; les mouvements de 80 au pouvoir tout court (indiqué notamment par leur énorme réticence à toute forme de structuration, de délégation, de direction en puissance — voir à ce sujet Raschke 1985 ou Willener 1984, pour une perspective historique dans la longue durée Gillis 1974). « Objectivement », un faible degré de structuration interne peut être une force ou une faiblesse selon la situation ; il exprime dans le cas des nouveaux mouvements avant tout un refus du modèle hiérarchique intégré qui caractérise à la fois les structures institutionnelles, contre lesquelles ils militent, et leurs contrepouvoirs traditionnels, notamment les organisations du mouvement ouvrier.

14 Le mot est à prendre au sens figuré, mais il est valable jusqu’au niveau géographique où la pertinence des découpages administratifs et politiques est remise en question par l’émerge de nouvelles régions socialement « épaisses ».

Auteur

Professeur, Institut d’anthropologie et de sociologie, Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne.

Acheter