Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Pratiques vivantes : développement, éducation et participation

Action collective et intégration sociale : éléments pour une typologie de la participation associative

Jean Kellerhals

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment A. Meister, Vers une sociologie des associations. Editions Ouvrières, Paris, 1972 ; « (...)

1La place de la participation aux associations dans les formes contemporaines d’action collective et d’autogestion est éminemment controversée. Si d’importants sociologues classiques se sont montrés assez optimistes à cet égard, les chercheurs contemporains, et notamment Meister1, ont émis quantité de réserves quant à l’ampleur de cette participation, à l’efficacité de sa médiation entre les individus et l’Etat et à sa valeur de contre-modèle de rapport social.

  • 2 Cf. A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Union générale d’éditions, 1963, pp. 12 (...)
  • 3 E. Durkheim, Leçons de sociologie, Paris, PUF, 1969, pp. 62-63 notamment.

2Pour des auteurs comme Tocqueville et Durkheim, la participation associative apparaît, dans des sociétés démocratiques dont l’intégration est menacée par l’atomisation des relations sociales et la montée de l’individualisme, comme le lieu par excellence de formation du projet politique et comme un relais indispensable entre les personnes et les institutions. Certes, Tocqueville et Durkheim diffèrent beaucoup sur l’analyse des motivations individuelles de cette action collective. Le premier a sur ce point une sorte de modèle économiste. C’est par simple intérêt égocentrique que les individus se groupent en association pour atteindre des buts personnels inaccessibles autrement. Mais l’intégration hiérarchique de ces groupements (du niveau local au plan national) et la coordination partielle de leurs modes d’action ont pour conséquence la formation d’un réel projet politique2. Différemment, le second propose un modèle identificatoire. Dans la société moderne, les individus sont à ce point isolés, coupés de la communauté, qu’ils aspirent à participer à des groupes intermédiaires — Durkheim a surtout en tête les corporations professionnelles — qui leur servent tout à la fois de réseau affectif et de référence normative. Les associations constituent pour lui tout à la fois un mécanisme essentiel de la socialisation normative et un lieu irremplaçable de construction d’une rationalité politique3. Ainsi, au-delà de leurs divergences, les deux auteurs se retrouvent-ils dans l’idée que la société démocratique a la participation associative pour pivot.

  • 4 Cf. M. Hausknecht, The Joiners, The Bedminster Press, New York, 1962; W. Spinrad, « Correlates of T (...)
  • 5 Cf. notamment M. Hausknecht, The Joiners, op. cit.; B.G. Zimmer et A.H. Hawley, « The Signifiance o (...)

3Les chercheurs contemporains ne partagent qu’en partie cet optimisme. Quantité d’enquêtes ont en effet montré que la participation aux associations se ressent beaucoup des déterminismes de classe et des carences de l’intégration sociale. Très importante, quantitativement parlant, dans le haut de la hiérarchie sociale, la participation décroît au fur et à mesure que l’on descend les échelons, de sorte qu’elle est particulièrement faible dans ces classes mêmes où elle pourrait en principe constituer un contrepoids efficace à l’ordre établi4. De même ces enquêtes établissent-elles que la participation associative est d’autant moins prononcée que les personnes sont plus mobiles, moins intégrées dans une localité ou une région5. Enfin on s’aperçoit que nombre d’associations se bureaucratisent, recréant en leur sein les mêmes hiérarchies, les mêmes rigidités, que l’on observe dans les autres organisations, alors que d’autres sont tout simplement remplacées par le circuit commercial. On est alors tenté de conclure — contrairement aux perspectives classiques — que le développement des sociétés modernes a pour conséquence un progressif déclin de la participation et des chances de créativité sociale qu’elle représente.

4Cette perspective comme la première, est probablement trop générale. Plutôt que d’envisager une évolution unilinéaire (croissante ou décroissante) de la participation, il est peut-être utile d’en distinguer d’abord des types spécifiques, corrélés tant au statut social des participants qu’au genre d’intégration sociétale caractérisant les contextes dans lesquels ils se développent. Nous aimerions proposer ici quelques matériaux pour une telle construction typologique en décrivant quatre types de participation associative que l’on voit plus particulièrement se développer dans l’histoire récente des pays industriellement développés. On les nommera, pour faire image, associationnisme d’allégeance, de médiation, de conscientisation et de gestion.

Le modèle d’allégeance

5Le modèle d’allégeance est, historiquement parlant, le plus traditionnel. C’est un genre de participation qui vise principalement l’expression et le renforcement de clivages sociaux — religions, classes sociales, sexes et âges, etc. — qui lui préexistent. En ce sens, il dépend de groupes-porteurs et traduit l’existence de statuts sociaux relativement rigides, permanents et socialement visibles.

6Ici, les buts de l’action sont diffus. Bien que centrés apparemment sur une activité principale (pensons par exemple au scoutisme d’obédience catholique, aux sociétés de chant sacré, aux clubs sportifs professionnels, aux sociétés d’étudiants, etc.), ils visent aussi bien la sociabilité interpersonnelle qu’une certaine présence « civique » dans la communauté locale et la perpétuation d’une éthique corporatiste spécifique. Il s’agit donc de liens multifonctionnels pour lesquels la désignation d’une activité particulière n’a qu’une importance secondaire. Ils sont, à cet égard, assez adaptables.

  • 6 Cf. J. Kellerhals, Les associations dans l'enjeu démocratique, op. cit., pp. 33-41.

7C’est que la fonction latente de ce type de participation est essentiellement celle de cohésion. C’est peut-être pourquoi la participation des membres est dans la plupart des cas régulière et fortement investie. L’élément affectif tient une grande place dans les interactions6.

8La structuration hiérarchique de ce genre de participation associative ne pose guère de problèmes. En effet, les notables du groupe-porteur (église, corporation, etc.) deviennent assez naturellement les leaders de l’association. On s’y attend, et à la limite on ne comprendrait pas qu’il en aille autrement. Ils sont supposés incarner, plus que les autres, les valeurs « morales » fondatrices de l’action.

9Dans ces groupes, la bureaucratisation est faible. Par contre la ritualisation peut être prononcée.

10La logique sous-tendant l’action n’est pas prioritairement celle de la rationalité économique. Elle est plutôt celle de l’identification à un mythe fondateur, une tâche essentielle du groupe étant à cet égard de définir l’orthodoxie des comportements, attitudes et croyances de ses membres. L’admission des nouveaux membres est d’ailleurs souvent soumise à diverses conditions (sexe, religion, statut social, etc.) ou à des procédures de parrainage. A la force du sentiment d’appartenance correspond alors la stigmatisation des non-membres. Les valeurs de loyalisme l’emportent sur le souci d’efficacité ou d’autonomie personnelle.

  • 7 Cf. J. Kellerhals, Les associations dans l'enjeu démocratique, op. cit., pp. 33-41.

11Ce modèle d’allégeance, assez typique des associations fondées à la fin du xixe siècle, tend à décroître7. Il est caractéristique de contextes à frontières statutaires marquées et à faible mobilité géographique ou sociale (de type bourgade, p. ex.). Il est particulièrement investi par les personnes dont les ressources socio-économiques sont, comparativement, faibles ou moyennes, mais qui sont bien intégrées à la communauté locale.

12Un sous-type particulièrement important de ce modèle d’allégeance, et qui en illustre bien la structure et les fonctions, est constitué par l’associationnisme de diaspora, c’est-à-dire par des communautés de migrants. On y note en effet une forte ritualisation, une nette structuration en fonction des clivages de la société d’origine (groupe-porteur) et un fonctionnement dialectique assez typique : l’intégration à la société d’accueil se fait par le truchement de la valorisation de la culture originelle.

Le modèle de médiation

13Tout autre est le modèle de médiation. On peut penser, à titre d’exemple type, au style de participation dominante dans les innombrables clubs de hobbies (modélisme, photographie, minéralogie, aviation, etc.) qui se sont multipliés après la Deuxième Guerre mondiale. Ou encore au cas des associations mammouth d’automobilistes. Ici la participation associative se libère des groupes-porteurs, progressivement perçus comme non pertinents par rapport à l’action. Celle-ci, telle qu’exprimée dans les objectifs du groupe ou des membres, se fait plus sectorielle, plus spécifique.

14La fonction de cohésion caractéristique du modèle d’allégeance étant remplacée par le souci de production d’un bien spécifique, la logique organisatrice de l’action est celle de la rationalité économique : obtenir davantage, ou mieux, à un moindre coût.

15C’est-à-dire que la valeur de loyauté s’estompe devant celle d’efficacité :

  1. l’admission et le statut des membres sont uniquement subordonnés à des critères de performance ou de compétence ;

  2. l’investissement personnel est plus irrégulier, moins unanimiste aussi. Il est fortement tributaire des gratifications immédiates perçues par les membres.

16Dans ce type de participation, la tendance à la centralisation bureaucratique est forte et vécue de manière ambivalente. D’une part elle se donne comme augmentant l’efficacité de l’action, et permettant aux leaders des divers niveaux une sorte de mobilité sociale par le biais de l’identité sociale accessoire que fournit l’association. Mais d’autre part, elle est ressentie comme diminuant l’investissement personnel et la liberté d’action.

  • 8 M. Oison, Logique de l’action collective, Paris, PUF, coll. Sociologies, 1987.

17Le problème fonctionnel principal de ce type de groupe, vu sa logique de rentabilité, de coût-bénéfice, est sa sensibilité à la concurrence externe, émanant du circuit commercial notamment. Les préoccupations essentielles des leaders sont donc souvent de type logistique : trouver les bons locaux, les installations adéquates, le bon matériel, au moindre coût. C’est dans ce modèle-là de participation (et dans celui-là uniquement ?) que les considérations de Oison sur la logique de l’action collective s’appliquent vraiment8. Cette sensibilité à la concurrence permet peut-être de comprendre — que poussé à son terme — l’associationnisme de médiation remplace quelquefois la poursuite d’un objectif unique sur une longue durée par une stratégie de définition d’objectifs très sectoriels à court terme, faisant chaque fois appel à des animateurs et des publics partiellement différents. Seul le noyau de l’association demeure stable, même si par ailleurs le succès populaire et l’impact social des actions entreprises sont, de cas en cas, considérables.

18Dans ce type de participation, le principe de hiérarchisation est assez naturellement celui de la compétence. Il peut s’agir soit de compétences techniques directement liées à l’activité principale, soit de compétences sociales pour les relations du groupe avec l’extérieur : trouver des fonds, représenter dignement l’association, négocier des accords ou planifier des activités. Si le modèle d’allégeance oppose à cet égard des Notables à des Fidèles, celui-ci oppose des Experts à des Usagers.

19Ce type de participation, particulièrement développé dans le deuxième tiers de ce siècle, caractérise les contextes sociaux où les frontières statutaires — entre sexes, religions, etc. — se sont abaissées et où la mobilité s’est accrue. Il est le fait surtout de personnes dont les ressources socio-économiques sont limitées ou moyennes, mais leur intégration à la communauté locale n’est pas un facteur décisif.

Modèle de conscientisation

  • 9 Cf. P. Gundelach, « Social Transformation and New Forms of Voluntary Associations », Social Science (...)

20Un troisième modèle, celui de conscientisation, s’est particulièrement développé à partir des années soixante-dix. On peut en prendre pour exemple privilégié le type de participation prévalant dans les groupes de self-help, dans les mouvements féministes, dans certaines associations de consommateurs ou encore dans les mouvements écologistes et alternatifs. Il se manifeste surtout dans des contextes hautement différenciés et mobiles. Il est surtout mis en œuvre par des personnes fortement dotées en capitaux symboliques, mais peu identifiées à une classe ou à un statut particulier (notamment les ressortissants des « nouvelles classes moyennes » : enseignants, travailleurs sociaux, etc.)9. Ses traits sont les suivants :

21Les buts assignés à l’action sont à la fois spécifiques et diffus. Spécifiques en ceci qu’un objectif précis est revendiqué — il peut s’agir de diététique ou d’expression corporelle aussi bien que de pacifisme — et diffus parce que la poursuite de ces buts suppose une conscientisation globale de la personne, une sorte de conversion, bien plus large que les objectifs officiels de l’action.

22Dans ce processus de prise de conscience, les relations interpersonnelles sont essentielles : c’est autrui qui permet à chacun de se découvrir, de s’analyser. De ce point de vue, alors que le modèle d’allégeance est marqué par la primauté du groupai et celui de médiation par la prévalence de l’individuel, ce modèle de mobilisation est prioritairement interindividuel. Il n’y a pas une loyauté de principe au groupe comme tel, ni une utilisation purement instrumentale d’autrui, mais une découverte de soi par le biais de l’interaction.

23C’est dire que la logique de l’action est d’abord celle de l’identité. La dynamique de la rationalité économique — arriver au but au moindre coût — est remplacée par l’idée de la promotion de la personne.

24Certains voient là un nouveau rapport politique, où la vie quotidienne est déchiffrée à l’aide d’une grille politique (par ex. les rapports conjugaux) dans le même temps que les enjeux publics sont évalués à l’aide de critères tels que l’autonomie individuelle et la capacité d’expression du « je ». Dans ce type de participation, l’organisation hiérarchique est plus ambivalente que dans les cas précédents. D’une part, des experts de divers genres sont impliqués dans l’action, et ils tendent assez spontanément à avoir une influence décisive. Mais d’autre part le groupe cherche à les instrumentaliser, à en faire de purs auxiliaires d’une action dont ils ne sont pas les maîtres ultimes. L’accent est mis sur la démocratie directe, sur l’expression spontanée des individualités. Renoncer à cette forme « spontanéiste » paraît compromettre le sens même de l’activité. Dès lors, dans cette dialectique du pouvoir, le charisme personnel de l’expert joue évidemment un rôle de premier plan. Plus généralement, c’est tout le leadership qui prend une teinte charismatique.

25On comprend que dans ce type d’action collective, où la progression vers le but ne va pas sans une affirmation des autonomies et spécificités individuelles, le problème fonctionnel numéro un soit celui de l’organisation. Définir les objectifs spécifiques, établir des réseaux de communication, coordonner les efforts, durer par-delà les fluctuations des motivations individuelles, ce sont là autant d’enjeux auxquels le groupe achoppe constamment. Ces problèmes sont d’autant plus ardus que d’une part l’engagement des membres est à la fois paroxystique et irrégulier et que d’autre part la qualité de membre n’est pas claire. En effet, le statut ou l’identité objective de la personne — identité de femme, de diplômé, etc. — ne suffit pas à donner droit d’accès au groupe : il s’installe une sorte de négociation sur l’identité morale du postulant, et d’autre part les procédures d’admission et d’exclusion sont peu formalisées.

Modèle de gestion

26Un quatrième type d’action collective, que l’on peut nommer modèle de gestion, s’est beaucoup développé avec la croissance de l’Etat-Providence. Il est caractéristique de contextes sociaux fortement différenciés et mobiles, où l’abstraction des personnes les unes par rapport aux autres est maximale. On peut en prendre pour exemple les associations consacrées au service social ou à la formation des spécialistes de ce domaine. Il est plus particulièrement mis en œuvre par des personnes à forte ressources symboliques et forte identification statutaire. Il possède les traits suivants :

27Il s’agit d’associations-comités (la différence entre les deux instances est peu marquée) qui gèrent un secteur donné d’action au nom de l’intérêt d’un « public » ou de clients potentiels. L’acteur ne vise apparemment pas, dans ce type de participation, une amélioration directe de son statut ou la satisfaction de ses besoins personnels. On trouve plutôt, à la base de ce type d’action, un rapport implicite de délégation : les besoins et volontés des clients potentiels sont interprétés — formalisés — par des sortes d’« entrepreneurs moraux » dont les interactions ont pour objectif principal de dégager des normes d’action, ou un consensus « politique » si l’on préfère.

28Les buts de l’action et les relations entre membres sont relativement spécifiques. L’élément affectif n’intervient guère pour motiver l’action. L’attitude est instrumentale.

29L’activité des membres est faible, mais régulière.

30C’est dans cette logique de production normative, différente des logiques de cohésion de rentabilité et d’identité, que la structuration hiérarchique est la plus ambiguë. En effet, trois types d’acteurs revendiquent le leadership. Les Notables représentant la Cité et/ou les Publics s’affrontent aux Experts, c’est-à-dire aux professionnels de ce secteur d’action. Les uns s’estiment dépositaires d’une opinion publique qu’il s’agit de satisfaire, alors que les autres sont prioritairement animés par un projet corporative-ment élaboré et doté à leurs yeux d’une légitimité plus grande que l’opinion publique interprétée par les Notables. Experts et Notables sont cependant soumis à l’arbitrage de l’Etat, qui intervient massivement dans le financement du secteur. Malgré des statuts spécifiant les compétences respectives, il y a dans les faits un renvoi constant des responsabilités et devoirs aux autres instances. On comprend alors que, dans ce genre de situation « anomique », les procédures informelles de communication et de décision (confidences, sous-entendus, aparté, etc.) concurrencent largement l’organisation rationnelle « affichée ». La logique de cette élaboration normative ne peut pas se fonder purement sur la science, sur le désir ou sur la loi. C’est une logique interpersonnelle : les acteurs tentent de se « reconnaître » les uns les autres, de s’évaluer et de dégager par ce biais des compromis. On note à ce propos l’importance décisive de la cooptation comme modalité de recrutement des membres.

***

31Gardons-nous de considérer cette liste de formes de participation associative comme définitive et exhaustive. Elle se veut un simple outil, très provisoire, incomplet et trop peu systématique, de prise de distance avec les perspectives évolutionnistes unilinéaires et de meilleure élaboration du rapport entre intégration sociale et style d’action collective. Mais elle offre peut-être un intérêt complémentaire. On peut en effet considérer ces types non seulement comme des genres d’action propres à des contextes différents, mais aussi comme des « temps » de la vie d’un groupe. On voit se confronter à l’intérieur de chaque groupe, qu’il s’agisse de partis politiques, de syndicats ou de groupes sportifs, des logiques de fonctionnement très proches de ce que l’on nomme ici l’allégeance, la médiation, la conscientisation et la gestion. Il peut alors être intéressant de caractériser la dynamique spécifique de chacun de ces groupes par la manière dont s’articulent ces logiques. Dans certaines associations, cette articulation se fera sous la forme d’une succession diachronique de ces modalités de fonctionnement, alors que d’autres collectivités offriront une hiérarchisation synchronique très claire de ces logiques et que d’autres associations encore seront caractérisées par une oscillation constante et conflictuelle entre ces diverses facettes de l’action collective. Quelles sont les conditions structurales de ces forme d’articulation (succession, hiérarchisation, oscillation, etc.), à quelles configurations d’acteurs et d’intérêts sont-elles associées : voilà des thèmes de recherches bien susceptibles d’éclairer un peu plus le rapport entre intégration sociale et action collective.

Notes

1 Cf. notamment A. Meister, Vers une sociologie des associations. Editions Ouvrières, Paris, 1972 ; « Participation organisée et participation spontanée », Année sociologique, 1961 ; Participa-lion, animation, développement, Anthropos, Paris, 1969.

2 Cf. A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Union générale d’éditions, 1963, pp. 123, 269, 271-282 entre autres.

3 E. Durkheim, Leçons de sociologie, Paris, PUF, 1969, pp. 62-63 notamment.

4 Cf. M. Hausknecht, The Joiners, The Bedminster Press, New York, 1962; W. Spinrad, « Correlates of Trade Union Participation », ASR, vol. 27, n° 5, 1962, pp. 691-696; R.E. Lane, The Free Press, New York, 1969, pp. 220-234; G. Almond et S. Verba, The Civic Culture, Princeton, Princeton University Press, 1963; J. Kellerhals, Les associations dans l’enjeu démocratique, Lausanne, Payot, 1974.

5 Cf. notamment M. Hausknecht, The Joiners, op. cit.; B.G. Zimmer et A.H. Hawley, « The Signifiance of Membership in Associations », AJS, vol. 65, n° 2, 1959; H.E. Freeman, E. Novak et L.G. Reeder, « Correlates of Membership in Voluntary Association », ASR, vol. 26, n° 2, 1961; J. Kellerhals, Les associations dans l’enjeu démocratique, op. cit., pp. 61 ss.

6 Cf. J. Kellerhals, Les associations dans l'enjeu démocratique, op. cit., pp. 33-41.

7 Cf. J. Kellerhals, Les associations dans l'enjeu démocratique, op. cit., pp. 33-41.

8 M. Oison, Logique de l’action collective, Paris, PUF, coll. Sociologies, 1987.

9 Cf. P. Gundelach, « Social Transformation and New Forms of Voluntary Associations », Social Sciences Information, 1984, 23, 6, pp. 1049-1098 ; cf. aussi pour une analyse récente M. Finger, L’émergence du nouveau mouvement pour la paix, thèse de l’Université de Genève, Faculté des sciences économiques et sociales, 1987 (à paraître).

Auteur

Professeur, Département de sociologie, Faculté des sciences économiques et sociales, Université de Genève.

Acheter