Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Pratiques vivantes : développement, éducation et participation

De la faillite des « gestions »

Claude Auroi

Texte intégral

1La pensée d’Albert Meister a toujours été fascinée par le dilemme permanent du développeur : gestion ou auto-gestion des populations ? Faut-il, lorsque l’on a un certain pouvoir (même relatif) dans des actions de développement favoriser plutôt la prise en charge du changement par des groupes humains assez étendus, ou mettre l’accent sur la direction orientée d’individus ou de groupes restreints, des leaders ?

2Aucun développeur n’a jamais pu échapper à cette question essentielle et chacun lui a donné une réponse selon sa philosophie personnelle influencée par des contextes socio-culturels et des bagages idéologiques divers. Albert Meister n’a jamais pensé qu’il avait trouvé la solution ultime à ce problème et son œuvre est justement marquée par des oscillations fréquentes entre les deux pôles extrêmes de l’équation : institutions démocratiques c’est-à-dire favorisant la participation populaire d’un côté, et direction technocratique mais « éclairée » de l’autre.

3Albert Meister a cherché toute sa vie le modèle idéal, celui qui concilierait des aspirations très souvent contradictoires des développeurs et des populations. Ont retenu tour à tour son attention le kibboutz israélien, l’autogestion yougoslave, le système institutionnel mexicain, les mécanismes de la promotion sociale à travers l’éducation des adultes, les coopératives comme lieu de la prise en charge collective des décisions. Pratiquement toutes les expériences associatives l’ont intéressé. Il est et restera l’auteur le plus « complet » des années soixante et soixante-dix ayant traité des formes modernes d’organisation en faveur du développement des pays nouveaux. Il nous a légué une pensée nuancée mais décidée, soucieuse de faire progresser les structures tout en évitant l’appropriation du pouvoir par des élites accapareuses. Il n’a jamais, comme tant d’autres le font, mis unilatéralement l’accent sur la capacité d’auto-développement des populations comme panacée, alors qu’elle n’est souvent que la perpétuation de la domination de vieilles élites immobilistes. Il a estimé à juste titre que le développement doit venir d’en bas et d’en haut et que, négliger les superstructures d’Etat sous prétexte qu’elles sont corrompues, dénote une grande dose de naïveté.

4Il a aussi évité d’introduire dans ses réflexions ce moralisme de bonne ou mauvaise conscience de type « il faut aider les pauvres » ou « nous ne sommes pas responsables » qui d’un côté comme de l’autre empêche une réflexion scientifique et heuristique de suivre son cheminement.

  • 1 L’autogestion en uniforme, Toulouse, Privat, 1981, 306 pages.
  • 2 Claude Auroi, « Les frustrations de la participation agraire au Pérou » in De l’empreinte à l’empri (...)

5Un de ses derniers livres, L’autogestion en uniforme1, traite de l’expérience de prise en charge du développement par les militaires péruviens entre 1968 et 1980. A cette époque nous travaillions nous-même sur la problématique de la réforme agraire au Pérou2, qui était un des éléments-clés de la stratégie des dirigeants de ce pays pour faire changer les structures sociales. Nous avons ainsi eu l’occasion de connaître Albert Meister et même de faire une présentation dans son séminaire de l’Ecole pratique des hautes études. Sa disparition prématurée nous empêcha hélas d’avoir des discussions plus approfondies à la sortie de son livre sur le Pérou et c’est en quelque sorte une conversation reportée que nous aimerions reprendre ici.

6Ces quelques réflexions tenteront de voir dans quelle mesure les jugements de Meister sur le processus péruvien se sont réalisés par la suite, entre 1978 et 1988 et comment les événements récents (la récession, la violence, le marasme politique) se rattachent à son diagnostic des années 1970. La troisième voie à la péruvienne, celle qui tentait de combiner gestion autoritaire des populations et autogestion dirigée n’a pas eu les résultats escomptés.

La gestion en uniforme

  • 3 Une disposition légale du gouvernement militaire facilitait le réinvestissement du montant des bons (...)

7Aucune des quatre réformes fondamentales des militaires regroupés autour du Général Juan Velasco Alvarado qui prit le pouvoir en 1968 n’a vraiment été un succès « pratique ». Les effets escomptés (planifiés) de la réforme agraire, de la réforme industrielle, de la réforme urbaine et de la réforme de l’éducation n’ont pas été très positifs à moyen terme. Le problème de l’inégalité dans la répartition des terres n’a été que partiellement et mal abordé. La participation sociale et financière des travailleurs dans les entreprises est restée pratiquement lettre morte, tout comme d’ailleurs le transfert de capital de l’agriculture vers l’industrie de la part des industriels3. Au niveau urbain il a été impossible d’ordonner le formidable foisonnement d’occupations de terrains (appelées invasions au Pérou) par des immigrés ruraux et des chômeurs en mal de logement. Enfin la réforme de l’éducation a certes fait monter appréciablement les taux de scolarisation primaire et secondaire mais au prix d’une forte dégradation de la qualité de l’enseignement secondaire et universitaire. D’une manière générale non seulement la situation économique ne s’est pas améliorée mais elle est devenue au contraire toujours plus désastreuse. Le niveau de vie urbain de 1988 se situe à peine autour de 50 % de celui de 1975, mesuré en terme de pouvoir d’achat.

  • 4 Le gouvernement militaire a duré de 1968 à 1980, date à laquelle il a passé la main à un gouverneme (...)

8Ce serait cependant une erreur d’attribuer les causes d’une mauvaise situation économique actuelle à un processus de changement structurel qui s’est produit dix à quinze ans auparavant. On ne doit imputer aux réformes de 1968-754 que ce qui relève spécifiquement des nouvelles structures mises en place et du fonctionnement qui en découle. Faire la part avec d’autres facteurs n’est naturellement pas aisé, comme par exemple le système mondial des prix ou la politique conjoncturelle des gouvernements, mais cet effort doit être tenté car il est trop facile de trouver un bouc émissaire unique dans le passé et qui de surcroît n’est plus en mesure d’assurer sa défense.

9Ceci dit Albert Meister a parfaitement raison lorsqu’il relève que les réformes n’ont pas abouti à une démocratisation sociale et économique. Il écrit :

  • 5 L’autogestion en uniforme, op. cit., p. 282.

« En toute logique, les réformes ont partout garanti des revenus confortables à la catégorie sociale qui les promulguait. Nous l’avons vu en matière agricole où les gérants coopératifs sont particulièrement bien rémunérés. De même en ce qui concerne l’industrie, où la tendance générale est à un transfert plus important des revenus et profits aux cadres et dirigeants au détriment des propriétaires et actionnaires. La techno-bureaucratie a, en outre, repris à son compte le style paternaliste de rapports avec les inférieurs, notamment les Indiens. Dans les coopératives, le gérant a pris la place de l’hacendado et c’est maintenant lui qui préside la fiesta. Aucune réforme, on l’a vu, n’a été pensée avec les intéressés eux-mêmes. Les styles de vie domestiques et familiaux : éducation des enfants dans les écoles privées, domesticité nombreuse, etc. imitent l’ancien modèle aristocratique et colonial. Enfin, on l’a vu encore à propos des officiers, les retombées, avantages et privilèges indirects découlant de la fonction se sont particulièrement développés »5

10Tous ces traits restent hélas d’une brûlante actualité dix ans plus tard et il est certain qu’en partie ils sont le résultat de l’action des militaires, qui, bien que paraissant initialement « de gauche », ont favorisé de fait une classe moyenne supérieure sans toucher véritablement aux privilèges des classes supérieures urbaines. Seule une certaine bourgeoisie rurale propriétaire d’haciendas a finalement été touchée en substance, ce qui a provoqué sa crispation ultérieure. Mais il est certainement exagéré de penser que toute l’inégalité et l’iniquité sociales viennent des militaires. L’attitude des classes dirigeantes faite de mépris pour les pauvres et les Indiens date en fait de la Conquête (1532), de même que l’esprit « aristocratique » profiteur cherchant avant tout à exploiter autrui. Il est au Pérou un dicton qui résume très bien cet état d’esprit :

El vivo vive del pobre,
el pobre vive de su trabajo

(le malin vit du pauvre, le pauvre vit de son travail).

11Il serait simpliste de penser cependant que cette « philosophie de la vie » n’est l’apanage que des classes aisées. Elle s’est étendue à toutes les couches sociales, chacun cherchant et trouvant souvent un plus pauvre que lui. L’on ne voit guère comment des réformes de « structures » à elles seules pourraient entraîner une plus grande honnêteté et un sens de la solidarité nationale. Une action « idéologique » en profondeur devra y être associée, notamment à travers l’école et toutes les institutions qui jouent un rôle dans la mobilisation sociale. D’une certaine manière le gouvernement avait amorcé un processus de ce type à travers SINAMOS (Système national d’appui à la mobilisation sociale), la réforme scolaire qui associait les parents à la vie des nucleos educativos (centres d’éducation), l’action dans les coopératives de production, dans les quartiers pauvres (pueblos jovenes), etc. Mais si l’intention d’une réforme en profondeur existait indéniablement le personnel conscientisé (conciente) fait défaut. C’est une autre des phrases que l’on entend souvent au Pérou : No hay conciencia (il n’y a pas de conscience) mais qui, si elle dénote un certain sens de l’autocritique, est malheureusement généralement prononcée avec un air découragé peu propice à une attitude orientée vers la prise en main de son destin. S’il n’y a personne pour porter le changement celui-ci n’est guère en mesure d’avancer par lui-même.

  • 6 Voir d’excellentes études sur les systèmes administratifs et le corps des fonctionnaires en Asie et (...)

12La bonne gestion est affaire de personnel, en l’occurrence de « serviteurs de l’Etat »6 ayant une certaine compétence et surtout le sens du service public. Malheureusement, si l’on trouve ces qualités dans une certaine mesure chez les fonctionnaires de pays ex-colonies des systèmes britannique et français, il n’en va pas de même dans le monde hispanophone. Dans le système de l’empire colonial espagnol, la fonction publique n’était pas considérée comme un honneur impliquant des devoirs mais comme une délégation de pouvoir entraînant essentiellement des droits. Ces droits consistaient à tirer profit des charges exercées, ce que firent abondamment les encomenderos et corregidores des débuts de la colonisation et par la suite tous les représentants de la Couronne d’Espagne. En fait ces fonctionnaires vendaient leurs services. Ils ne rendaient service que contre récompense en argent ou en nature. La « libération » de l’Amérique latine n’a rien changé à ce système ; elle l’a peut-être même amplifié, car les Créoles, qui avaient été discriminés par les Espagnols auparavant, pouvaient maintenant se rattraper en prenant le pouvoir. Ce sont principalement les Indiens qui firent les frais de ce changement dans la continuité et, de haut en bas, ils furent soumis aux extorsions des tinterillos (littéralement « ceux qui utilisent l’encre, pour écrire », soit tous les fonctionnaires, percepteurs de redevances, notaires, avocaillons, etc.).

13Aujourd’hui encore cette mentalité existe et il n’est papier officiel qui ne demande pour être obtenu sans trop de délai (ou obtenu tout court) certains cadeaux destinés « à faciliter la vie du fonctionnaire et de sa famille ». Il est certes vrai que la corruption existe dans de nombreux pays en dehors de l’aire culturelle hispanophone mais dans celle-ci elle est absolument institutionnalisée informellement depuis plus de trois siècles, ce qui en dit long sur la difficulté qu’il y aura à l’éradiquer.

14Les militaires n’ont nullement contribué à moraliser les services publics et les scandales concernant le versement de pots de vin ont été nombreux.

L’autogestion en guenilles

15Si la gestion des militaires n’a pas changé les comportements des classes dominantes elle a cependant provoqué peu à peu à partir de 1970 une ébullition sociale à la base. En effet, à force de crier les slogans de la participation et de brandir l’emblème de l’autogestion, le gouvernement de Velasco a mis en route un formidable mouvement de prise de conscience et de revendications. Paysans, ouvriers, fonctionnaires et autres corps de l’Etat ont tout à coup réalisé que des « droits » pouvaient exister, même pour eux. Certains de ces droits leur furent donnés comme l’accès à la terre, aux sources d’eau, mais aussi surtout à la discussion, à l’organisation et à la revendication. L’Etat lui-même se mit à « organiser » les populations, en syndicats, groupes paysans, communautés, coopératives. Tout se mit à bouger.

16Mais il fallait, selon les vues des dirigeants, que cela change dans une direction déterminée. Seules les organisations créées par le pouvoir pouvaient être tolérées. En outre elles devaient être soigneusement encadrées par des leaders acquis au régime, les autres devant être expulsés. Il s’agissait plus d’un système mussolinien ou peroniste que d’une vision socialiste.

  • 7 L’animation sociale dans les quartiers déprimés et les bidonvilles consistait à organiser les habit (...)

17Cet échafaudage ne résista pas aux poussées d’une base et de partis politiques qui ne pouvaient naturellement accepter ce carcan. A l’intérieur même de certaines organisations, comme la Confédération nationale agraire créée par le gouvernement, les tendances hostiles à celui-ci prirent le pouvoir. Certaines structures comme les Ligues agraires se désagrégèrent. La réforme des communautés indigènes ne firent pas long feu devant le rejet total par les intéressés de transformer brutalement leur système de gouvernement. Dans les villes seules quelques expériences d’animation sociale7 de barriadas (bidonvilles) peuvent être caractérisées de positives. L’exemple le plus connu est celui de Villa el Salvador à Lima. Mais pour le reste ce n’est guère le gouvernement qui fit avancer les choses car il était bien incapable de gérer efficacement les multiples problèmes urbains.

18Ainsi la mobilisation sociale se retourna contre ses initiateurs gouvernementaux. Les revendications, grèves et manifestations se mirent à fleurir mais le cahier de doléances fut naturellement présenté aux nouveaux maîtres, et non aux anciens qui avaient perdu le pouvoir et avaient été déchus de leurs titres.

19Cet esprit de revendication et d’agitation perpétuelle est un des grands héritages du Gouvernement militaire car il perdure actuellement dans toute sa splendeur. Les populations ont pris l’habitude d’exprimer leurs préoccupations de manière organisée, en groupes formels ou informels et de marquer leur détermination par des arrêts de travail extrêmement fréquents. Descendre dans la rue est une habitude comme une autre et fait partie de la normalité.

20Au Pérou, contrairement aux autres pays latino-américains, l’organisation syndicale est forte parce qu’elle peut s’appuyer sur un code du travail assez favorable à l’employé en lui garantissant une certaine sécurité de l’emploi. Après un engagement probatoire de trois mois il ne peut que difficilement être renvoyé, sauf motifs graves. Dans la fonction publique les syndicats sont particulièrement puissants et se mettent en grève pour un oui ou pour un rien. Aussi les écoles sont-elles souvent fermées, et la conscience professionnelle est un concept absolument étranger au cadre et à l’employé tous secteurs confondus. Lorsque je travaillais avec le Service de la recherche agricole entre 1983 et 1986 j’ai souvent vécu des arrêts d’activité aux conséquences fâcheuses. Par exemple cette grève d’ingénieurs et de techniciens agronomes qui ne se souciaient absolument pas de ce qui adviendrait aux plantations si elles n’étaient plus irriguées par suite de débrayage du personnel. Il ne s’agit pas ici de pourfendre les droits syndicaux dont tout pays devrait être pourvu, mais de constater que s’il n’y a que des droits et pas de devoirs, pas d’éducation ni de sanctions, il ne peut pas y avoir de développement soutenu. Or au Pérou on s’arroge certes des droits, mais il n’y a pas de contrepartie, il n’y a pas de « principe d’autorité ».

No hay conciencia, no hay autoridad
(Il n’y a pas de conscience, il n’y a pas d’autorité).

21Les deux termes de ce binôme sont certainement reliés par une relation du genre : « plus d’autorité acceptée et respectée égale plus de conscience », l’inverse étant également vrai. Or aujourd’hui au Pérou la bonne gestion est devenue impossible, même si elle est souhaitée. Etre cadre ou responsable à quelque niveau que ce soit est une situation à haut risque. Dès que vous désirez changer quelque chose vous vous heurtez :

  • au manque de moyens matériels et de budget,

  • à la méfiance de vos supérieurs,

  • à l’opposition de vos subordonnés qui ne veulent pas changer leurs petites habitudes,

  • peut-être à la réaction hostile d’une partie de la population concernée,

  • aux menaces d’attentat, d’exécution ou autres gracieusetés de la part de mouvements terroristes tels que le Sentier lumineux ou les trafiquants de drogue.

22Dans ces conditions nul ne sera surpris que l’administration péruvienne ne soit pas un modèle de dynamisme. La gestion est tout simplement impossible, parce que l’autogestion, au début beaucoup trop dirigée s’est transformée en anarchie, et empêche le principe d’autorité de s’exprimer raisonnablement. L’incapacité de prendre des décisions et à les faire appliquer a eu des conséquences extrêmement graves, que Meister n’avait fait qu’entrevoir dans son livre. Il écrit au sujet des « marginaux » (chômeurs, ouvriers agricoles temporaires, vendeurs ambulants, etc.) :

  • 8 L’autogestion en uniforme, op. cit., p. 46.

« Qui, dès lors, continuera de s’intéresser à ces marginaux ? Quelque groupe d’extrême gauche, abusé par la légende maoïste de la prise du pouvoir par les masses rurales elles-mêmes ? »8

  • 9 Le Sentier lumineux est un mouvement politico-militaire de tendance communiste maoïste cherchant à (...)

23Il ne pouvait véritablement prévoir en 1980-81 que ce mouvement maoïste allait devenir un élément restructurant important de la marginalité et de l’anarchie. Le Sentier lumineux9remplit en effet en quelque sorte une partie du vide laissé par la paralysie de la gestion étatique des populations et l’incapacité des formes autogestionnaires à prendre la relève.

  • 10 Claude Auroi, Contradictions et conflits dans la réforme agraire péruvienne, le cas de la SAIS Rio (...)

24Le Sentier lumineux n’est pas un mouvement autogestionnaire. Extrêmement hiérarchisé (les chefs se marient entre chefs, les militants de base entre militants) il a totalement incorporé le principe d’autorité à son action. Il se fait respecter parce que la désobéissance est punie par la mort, presque invariablement. Ses progrès géo-politiques et socio-politiques depuis 1980 montrent bien qu’il a trouvé un terrain fertile. Là où l’Etat tergiverse, hésite, ne fait rien, le Sentier trouve sa voie. Ainsi en est-il des grandes coopératives d’élevage de la région de Puno (Sociétés agricoles d’intérêt social) soumises à des occupations des communautés avoisinantes qui veulent récupérer leurs terres ancestrales. Le problème est posé depuis plus de dix ans10 mais rien ne se fait. En 1985 le Sentier est passé à l’action, a envahi plusieurs de ces fermes, chassé ou tué les dirigeants, brûlé les installations et le matériel, abattu le bétail et réparti la viande aux paysans des environs. Il est cependant des circonstances où le mouvement maoïste n’est pas présent, parce que faiblement implanté dans une zone. Dans ces circonstances l’inertie de l’Etat entraîne des réactions de type individualiste. Sur la côte par exemple les coopératives créées par la Réforme agraire se sont morcelées d’elles-mêmes, chaque paysan s’en allant avec cinq, dix ou quinze hectares. Plus de la moitié des 614 coopératives ont été « naturellement » divisées entre les coopérateurs depuis 1984, sans que l’Etat n’intervienne dans le processus. Cet exemple assez unique au monde porte une fois de plus à la méditation sur ce que devraient être des « structures socio-économiques idéales ». Sans en revenir à un vulgaire « laisser faire, laisser-aller » on est bien obligé de constater après tant de décennies de développement mal dirigé et mal digéré que les modèles de gestion autoritaire sont des systèmes en quelque sorte contre nature. De surcroît, n’étant pas naturels à l’homme, ils sont inefficaces et engendrent à long terme plus de maux qu’ils ne résolvent de problèmes dans un premier temps.

25Qu’en est-il alors de l’autogestion ? N’est-ce pas là le contre-modèle idéal de l’autoritarisme ? L’exemple du Pérou, mais aussi de toutes les expériences idéalistes du xixe siècle (Owen, Fourrier, la Commune de Paris) démontrent que l’autogestion à elle seule n’est pas viable. Elle mène inéluctablement soit à la désagrégation totale (coopératives de la côte du Pérou) soit à l’émergence d’individus et de groupes autoritaires qui assoient alors un nouveau modèle de domination sociale (Sentier lumineux). Pour qu’elle puisse s’exprimer harmonieusement elle a besoin d’un système de pouvoirs en cascade qui permettent de corriger les effets pervers qui se développeraient à un niveau donné.

Accélérer le changement

26Il est certain que le développement (à l’occidentale) ne peut se concevoir sans gestion et sans gestionnaires, alors que l’autogestion n’en est nullement une condition sine qua non. Mais comment met-on sur pied une saine gestion, une administration non corrompue et recherchant l’efficacité sociale ? Le contrôle des populations sur les administrations est certes utile pour éviter les abus, assurer la rotation des cadres et éviter la formation de castes. Un système de représentation démocratique doit donc exister au niveau politique. Mais ce n’est pas encore une garantie d’un fonctionnement harmonieux et compétent de la fonction publique.

27De fait il paraît illusoire de vouloir définir théoriquement les conditions socio-administratives d’un développement effectif dans la mesure où le nombre de facteurs à prendre en compte est trop important pour que dans la pratique ils puissent tous être réunis. En outre l’interdépendance des facteurs économiques, politiques et sociaux est telle qu’on ne peut être certain des résultats des changements introduits dans une réalité sociale mouvante et instable comme celle des pays nouveaux. Meister a vu très juste lorsqu’il écrit :

  • 11 L’autogestion en uniforme, op. cit., pp. 290-291.

« Comme l’organisme individuel, les systèmes sociaux, organisations et sociétés possèdent un seuil de tolérance au changement. Ne sont tolérés que ceux qui innovent le moins possible, c’est-à-dire qui ne bouleversent pas ou presque pas les équilibres antérieurs. Si les réformateurs vont trop loin, les changements trop audacieux sont peu à peu dénaturés ou vidés de toute substance. » Et il ajoute : « Bref, tenant compte à la fois de l’inertie et de ces oppositions, il apparaît bien, au vu des abandons péruviens, ainsi que d’autres expériences de réformes, que ne change que ce qui peut être changé. Une telle conclusion est beaucoup moins un truisme qu’il ne semble et ne sous-estime pas le rôle dynamiseur que l’annonce de grands changements a sur la réalisation effective de petits changements »11

  • 12 W.W. Rostow, Les étapes de la croissance économique, Paris, Seuil, 1963, 218 pages.

28Il est en fait des hasards dans l’histoire passée et future et toute l’intelligence des grands hommes consiste à saisir des occasions propices à introduire certaines réformes, et pas n’importe lesquelles. Il est probablement aussi des stades d’évolution des sociétés, comme l’a montré Rostow12 bien qu’il n’ait pas pu expliquer clairement leur contenu, à cause encore une fois de la trop grande diversité des facteurs en jeu. La société péruvienne n’est pas encore prête à prendre part de manière ordrée à un processus de développement orchestré. Car cette société est encore en formation en tant que nation et il lui manque toujours les éléments structurants intégrateurs qui permettent une gestion dynamique, équitable et socialement acceptable.

29C’est probablement pour ces raisons que le projet des militaires n’a pas eu les effets escomptés au Pérou, que la technobureaucratie, comme l’appelle Meister, n’a pu aller jusqu’au bout de ses projets. Mais paradoxalement l’échec a tout de même servi à déclencher un processus de changement social, qui bien que chaotique, fera évoluer beaucoup plus rapidement qu’auparavant les éléments indispensables à la constitution d’un nouveau système social intégré.

Notes

1 L’autogestion en uniforme, Toulouse, Privat, 1981, 306 pages.

2 Claude Auroi, « Les frustrations de la participation agraire au Pérou » in De l’empreinte à l’emprise, identités andines et logiques paysannes, Cahiers de l’IUED, Paris-Genève, PUF/IUED, 1982, pp. 91-134.

3 Une disposition légale du gouvernement militaire facilitait le réinvestissement du montant des bons de la réforme agraire (indemnisation des propriétés agricoles expropriées) dans des entreprises industrielles. Il n’en a pratiquement pas été fait usage par le secteur privé à l’exception notoire de la création d’une usine textile à Piura par le groupe Romero, un des plus puissants du pays.

4 Le gouvernement militaire a duré de 1968 à 1980, date à laquelle il a passé la main à un gouvernement civil élu au suffrage universel. La période des militaires comprend deux phases distinctes. De 1968 à 1975 s’étend la phase radicale, pendant laquelle furent prises toutes les mesures importantes de réformes. En 1975, le général Juan Velasco Alvarado, jusque-là chef de l’Etat, est remplacé par le général Francisco Morales Bermudez, beaucoup plus modéré. En fait, progressivement, les réformes sont gelées ou prennent un rythme beaucoup plus lent et un retour au libéralisme économique est prôné à partir de 1978. La situation économique se dégrade rapidement à partir de 1975, à la suite du renchérissement du prix des produits importés et de la dégradation constante des termes de l’échange (baisse des cours des matières premières dont le Pérou est exportateur, comme le cuivre, l’étain, l’argent, le sucre, le coton, le café, etc.). Le produit brut a été négatif en 1982, 1983, 1985, et l’indice de la production alimentaire par tête d’habitant est en régression depuis 1975. Voir Cynthia McClintock; Abraham Lowenthal (compiladores), El gobierno militar, una experiencia peruana, 1968-1980, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1985,466 pages. Editions anglaise: The Peruvian experiment reconsidered, New Jersey, Princeton University Press, 1983.

5 L’autogestion en uniforme, op. cit., p. 282.

6 Voir d’excellentes études sur les systèmes administratifs et le corps des fonctionnaires en Asie et en Afrique dans François Bloch-Lainé, Gilbert Etienne (sous la direction de), « Servir l’Etat », Paris, Cahiers de l’Homme, Ed. Hautes Etudes en sciences sociales, 1987, 280 pages.

7 L’animation sociale dans les quartiers déprimés et les bidonvilles consistait à organiser les habitants de telle manière à ce qu’ils prennent en main un certain nombre de services tels que crèches, centres de divertissement et de culture, cantines populaires et scolaires, voirie, etc. Ces actions ont eu un succès mitigé mais il en est resté tout de même quelque chose de durable. La mobilisation des femmes, des mères de famille en a été le trait le plus marquant et encore aujourd’hui ce sont elles qui font marcher les comedores populares (cantines) à travers lesquels se distribue la plus grande partie de l’aide alimentaire du gouvernement et des organismes internationaux. Par contre le problème de l’emploi n’a pas pu être résolu par ce biais, ce qui a entraîné une désillusion certaine de la part des populations sans travail. En résumé on peut dire que les programmes d’assistance ont été lancé avec succès et ont laissé des traces durables et positives, mais que pour le reste les programmes d’animation ont été totalement insuffisants.

8 L’autogestion en uniforme, op. cit., p. 46.

9 Le Sentier lumineux est un mouvement politico-militaire de tendance communiste maoïste cherchant à instaurer au Pérou un régime semblable à celui de Pol Pot au Cambodge. Le Sentier (officiellement « Parti communiste du Pérou ») est né de plusieurs scissions du Parti communiste péruvien prosoviétique dans les années 1960 à 1970. Son foyer est la ville d’Ayacucho à 600km au sud de Lima dans la Sierra, plus précisément l’université de cette ville où dès 1975 un groupe de professeurs et d’étudiants dirigés par la prose du pouvoir et la construction d’une société entièrement nouvelle dans laquelle les vieilles élites, de droite comme de gauche, n’ont plus leur place. Pour cette raison, le Sentier ne conclut pas d’alliance, et élimine physiquement ses adversaires, avec méthode et persévérance. Depuis 1980 les morts avoisinent les 12 000, dont une bonne partie sont dus à la répression entreprise par l’armée dans les zones de trouble. Voir Claude Auroi, Des Incas au Sentier lumineux, l’histoire violente du Pérou, Genève, Ed. Georg (à paraître en novembre 1988), 250 pages.

10 Claude Auroi, Contradictions et conflits dans la réforme agraire péruvienne, le cas de la SAIS Rio Grande (Puno), Genève, IUED, coll. Itinéraires, 1980, 75 pages.

11 L’autogestion en uniforme, op. cit., pp. 290-291.

12 W.W. Rostow, Les étapes de la croissance économique, Paris, Seuil, 1963, 218 pages.

Auteur

Professeur, Institut universitaire d’études du développement, Genève.

Acheter