Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Pratiques vivantes : développement, éducation et participation

La participation et le développement : l’analyse d’Albert Meister et les tendances actuelles

Guy Le Boterf

Texte intégral

1La notion de participation se porte bien. Elle fait régulièrement son apparition dans les colloques, ne manque pas un rendez-vous dans les documents de projets de développement, évolue au fil du temps. Sur le terrain, les approches technocratiques ont montré leurs limites mais les démarches participatives sont souvent restées de portée restreinte. Il apparaît de plus en plus que le développement ne peut naître de la seule volonté programmative des experts et de l’Etat : l’implication des acteurs locaux dans les projets dont ils ont la responsabilité, se révèle être une condition nécessaire du changement. Face aux nouveaux défis des approches participatives des année 80-90, les travaux d’Albert Meister sur l’animation rurale et le développement communautaire dans les années 60-70 constituent un éclairage tout à fait remarquable et utile. Ils permettent non seulement de mieux saisir l’évolution des problématiques et des pratiques des vingt dernières années mais de formuler des hypothèses de travail plus réalistes pour l’avenir.

Albert Meister : une attitude critique dans un univers piégé

2Toute l’analyse d’Albert Meister concernant le développement communautaire et l’animation rurale repose sur un principe de base que l’on pourrait résumer ainsi : adopter une position critique dans un univers « piégé ». Le sociologue doit adopter vis-à-vis de ces pratiques une prudence critique pour deux raisons : elles sont sympathiques et fonctionnent à l’idéologie. Elles sont en effet des situations où les individus qui les conduisent ou les « animent » sont plutôt généreux et altruistes ; les motivations de leurs animateurs, formateurs et agents de développement sont en général louables et dignes de respect. On peut être tenté de les défendre, de modérer l’acuité de l’analyse de crainte de briser ces élans, ces efforts quotidiens et ces espoirs. Le second piège qu’elles tendent : c’est l’idéologie. Elles sont fondées davantage sur des concepts philosophiques que sur des analyses concrètes. Or, nous dit Albert Meister, le développement suppose des analyses froides quelle que soit la sympathie que l’on éprouve pour ces idées. Contribuer à la réussite de ces projets participatifs de développement, c’est ne pas craindre d’en faire une analyse critique rigoureuse. Il faut se centrer sur l’observation des effets réels et non pas se laisser enfermer dans la problématique des intentions. Il faut répondre à la question : qu’est-ce que cela produit ? Plutôt qu’à celle : est-ce que les objectifs ont été atteints ? C’est, me semble-t-il, l’attitude fondamentale adoptée par Albert Meister.

Les principales observations et hypothèses de travail d’Albert Meister

3Quelles sont alors les principales observations et hypothèses de travail auxquelles Albert Meister a abouti ? Sans vouloir être exhaustif, je résumerai comme suit celles qui me semblent les principales :

  1. Les structures traditionnelles constituent un frein au développement économique ; ce dernier exige une certaine rupture avec elles. Ce sont en effet des structures conservatrices, qui ne sont pas porteuses de volonté de changement, qui refusent le conflit, qui recherchent avant tout la cohésion et dont l’horizon est celui du court terme et du clan. Les projets participatifs de développement qui ont voulu y trouver leurs fondements et leurs dynamique en ont fait l’expérience : dans un premier temps, ils ont été accueillis chaleureusement, par tradition d’hospitalité ; ils ont été par la suite abandonnés et n’ont pas résisté à l’épreuve du temps.

  2. En conséquence de ce qui précède, les opérations d’animation rurale et de développement communautaire qui cherchent à se fonder sur les structures traditionnelles, à adopter leur logique de fonctionnement, ne peuvent engendrer des processus durables de changement et de développement. C’est en particulier l’impasse de l’écoute non directive des besoins ressentis des paysans de ces zones rurales : elle ne peut que refléter la tradition. C’est aussi l’échec des processus cherchant à s’articuler prioritairement sur les leaders traditionnels : ces derniers sont en effet choisis le plus souvent pour leur popularité et non pas pour leur esprit d’entreprise.

  3. La formation — qui est au centre des projets d’animation rurale et de développement communautaire — est excellente quand il s’agit d’adapter au changement ; elle est insuffisante à le provoquer, à l’impulser. Elle ne conduit pas directement à l’action.

  4. Les administrations, telles qu’elles existent, constituent un obstacle au développement. Or, la plupart des projets d’animation rurale et de développement communautaire reposent sur l’administration : ils y sont piégés. Par ailleurs, ces projets aboutissent le plus souvent à se transformer en administration du développement, en « para-administration ». C’est un signe et une raison de leur échec.

  5. Les actions de développement supposent des analyses microéconomiques ou culturelles précises, où doit être prise en compte la spécificité de chacune des situations. Or il faut bien le constater, ces projets manquent d’analyse objective ; ils reposent sur des concepts flous et ambigus : « communauté », « public », « rural/ urbain », « marginalité »...

  6. Les opérations de développement dites « participatives » sont en fait prisonnières d’une programmation trop étroite. Les plans, avec leurs étapes, leurs sous-étapes, leurs lignes budgétaires, etc., laissent peu de place aux initiatives, aux aléas de la participation.

  7. Le développement, que cela plaise ou non, suppose le brassage, une sélection des plus dynamiques, l’esprit d’entreprise, une certaine répétition des initiatives personnelles, l’encouragement du self-help individuel. Ces valeurs sont peu prisées par le développement communautaire et l’animation rurale.

Les orientations actuelles en matière de participation et de développement

4J’aimerais indiquer à présent un certain nombre d’orientations qui semblent se dégager de nos jours concernant les relations entre participation et développement ; il sera intéressant d’y constater qu’elles se situent souvent dans le prolongement des observations et des hypothèses d’Albert Meister.

1. Une remise en cause de la planification exogène du développement. Elle va de pair avec une approche économique de la participation.

5Il apparaît de plus en plus que le développement d’une collectivité ne peut surgir de la seule volonté et des programmes des planificateurs. On assiste à la faillite d’un modèle d’action sociale : celui des programmes de développement conçus et conduits de l’extérieur, pour des populations qualifiées de « cibles » et par des experts censés détenir la vérité. Cette relation « verticale » entre experts et population, entre ceux « qui savent » et ceux « qui ne savent pas », n’est plus rejetée pour des raisons idéologiques (au nom de la démocratie, de l’autogestion ou de la « valeur participation », comme c’était le cas dans les années 60 et même 70), mais pour des raisons économiques et d’efficacité : la non-participation provoque rejet et passivité ; la « greffe ne prend pas ».

6Il est intéressant de constater que cette approche économique de la participation va de pair avec le mouvement de contestation de l’organisation taylorienne et fordienne auquel on assiste dans l’entreprise occidentale : remise en cause de la séparation entre les bureaux des méthodes et les services opérationnels, de la relation traditionnelle entre responsables hiérarchiques et exécutants. La relation verticale et cloisonnée de type taylorien s’avère contre-productive : elle produit de l’absentéisme, du turn-over excessif, de la perte de compétences, de la non-qualité, de la non-implication. Or, pour être compétitives, les entreprises ont besoin d’initiative et de créativité, et non seulement de la part de leur encadrement. Par ailleurs, de nombreuses études, mais aussi l’échec de bon nombre d’opérations de transfert de technologie dans les pays du Tiers Monde, ont montré que les pratiques et les savoirs ouvriers (« autogestion clandestine »), souvent en opposition avec le travail prescrit, étaient nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise. On peut donc observer une certaine similitude dans cette contestation de la programmation exogène du développement, telle qu’on peut la constater dans les entreprises et dans les approches territoriales du développement.

  • 1 Bernard Lecomte : « L’aide par projets ; limites et alternatives », OCDE 1985.

7Au niveau du terrain, c’est la notion même de « projets » tels qu’ils sont conçus par les organisations internationales et leur bureaucratie, qui est mise en cause. C’est en effet par leur programmation même qu’ils empêchent le changement et qu’ils échouent. Cette critique a été remarquablement exprimée dans l’ouvrage de Bernard Lecomte sur « l’aide par projets »1. Malgré tous les couplets qu’ils contiennent sur la participation, ces projets l’empêchent de se réaliser : la participation n’est-elle pas faite d’aléas, d’incertitude, de processus d’essais et d’erreurs ?

8Cette constatation qui est de plus en plus partagée par les acteurs de terrain n’est pas encore passée — loin de là — dans les organismes internationaux de développement. La planification des projets, cela reste encore en grande partie ce qui justifie le salaire et le statut de l’expert....

9Là encore, cela rejoint un mouvement plus large de critique de la planification centrale et « dure » face à des systèmes sociaux complexes et marqués par une forte imprévisibilité : la capacité de réagir d’un système complexe sera d’autant plus grande qu’il sera moins prisonnier d’un maillage serré de décisions. Les entreprises en font l’expérience face à l’impératif de réagir rapidement aux variations du marché et de la concurrence. La planification doit d’abord chercher à reconnaître les acteurs et leur capacité de répondre aux problèmes qui les concernent.

10Ce qui est alors recherché — mais il faudra observer si cela se produit — c’est la confrontation entre deux démarches : le développement local ou régional ne pourrait naître que de la confrontation entre une démarche planificatrice descendante — surtout sectorielle — avec une démarche ascendante, provenant d’initiatives locales, et se définissant davantage par une logique territoriale, intersectorielle. Sans initiatives locales, il ne peut y avoir de développement. Dans cette perspective, la planification n’est pas à rejeter mais à concevoir différemment : elle doit viser à fournir des appuis (législatifs, financier, techniques...) nécessaires à l’action autonome des acteurs locaux, à la valorisation des ressources dont ils disposent, à assurer la cohérence avec un projet national de développement, à réduire les effets des déséquilibres régionaux.

11En résumé, sur ce premier point, on peut donc constater que :

  • la contradiction, souvent relevée par Albert Meister, entre les déclarations de participation d’une part et la programmation étroite et rigide des projets officiels de développement d’autre part, est apparue de plus en plus flagrante et contre-productive,

  • si la participation reste posée comme une condition de développement, sa raison d’être évolue : les raisons idéologiques cèdent le pas aux raisons économiques,

  • les questions posées par les praticiens du développement concernent de plus en plus souvent la relation entre participation et planification : comment combiner la démarche d’une planification souple avec celle provenant des initiatives locales ? Qu’est-ce qu’une planification ouverte à l’initiative des acteurs ?

  • la similitude apparaît de plus en plus grande entre les nouvelles approches du développement et celle du management des entreprises : elles s’organisent autour de la question du management du changement. Et pour reprendre une formule d’Albert Meister dans « l’autogestion en uniforme » : ne passe-t-on pas du développement à la gestion des populations ?

2. Une nouvelle génération de praticiens plus réalistes

12Depuis les années 80, une nouvelle génération de praticiens du développement intervient sur le terrain ; elle est différente de celle des années 60-70 qu’avait connue Albert Meister : moins de « déviants », plus d’économistes, plus de rigueur dans l’application des sciences sociales, plus de pragmatisme. Avec eux, une double évolution peut être constatée :

  • une analyse plus rigoureuse distinguant les niveaux « micro » et « macro »,

  • une attention portée à la compréhension de la logique des acteurs.

13Cela se traduit notamment par :

  • Des méthodes d’approche beaucoup plus « situationnelles » : chaque situation est considérée comme unique. L’accent est mis sur la connaissance du contexte particulier : c’est à partir de la description des contraintes et des potentialités que l’on comprendra comment se construit et agit la rationalité paysanne.

    • 2 Dominique Desjeux : Stratégies paysannes en Afrique noire, l’Harmattan, 1987.

    La distinction des niveaux spatiaux d’analyse : régions, systèmes écologiques, villages, exploitations agricoles. Entre le « macro » et le « micro » il y a césure : les modèles explicatifs qui fonctionnent au niveau des systèmes macro-économiques ou sociaux ne servent plus dans les systèmes « micro », il y a autonomie relative entre ces deux niveaux ; plus on se rapproche du terrain spécifique, plus l’effet d’acteur prend de l’importance par rapport à l’effet de structure. Toute cette distinction entre niveaux d’analyse a été très bien exprimée par Dominique Desjeux dans Stratégies paysannes en Afrique noire2. Les échelles sont prises en compte : la journée, la semaine, la saison culturelle, l’année, le moyen terme, le cycle d’une génération. Le temps est introduit dans le raisonnement, il en résulte également une attention forte portée à l’analyse historique.

  • Une identification et une analyse de la conduite des acteurs, de leur rationalité, de leur stratégie : quels sont leurs intérêts, leurs références culturelles ? Il est de plus en plus reconnu que le critère de rentabilité sociale peut l’emporter sur les critères de rentabilité économique. Albert Meister insistait beaucoup sur ce point : ne plus supposer les acteurs tels que les techniciens du développement voudraient qu’ils soient, mais les prendre en compte tels qu’ils sont.

14En résumé, cette nouvelle génération de praticiens se caractérise par :

  • Un plus grand réalisme.

  • La combinaison d’approches méthodiques avec des approches du type empathique, « compréhensif » : les informations obtenues dans une situation codifiée d’enquête ne sont pas les mêmes que celles que l’on peut recueillir au travers des relations informelles. Albert Meister ne disait-il pas lui-même que les choses les plus importantes qu’il avait apprises l’avaient été une fois l’enquête terminée, sur le seuil de la porte de l’enquêté ou en prenant un verre avec lui ?

  • Une relativisation de l’effet de structure par rapport à l’effet d’acteur : les approches « déterministes » sont reconnues comme moins pertinentes en micro-analyse.

  • La relativisation des études préalables : certaines informations ne peuvent être produites qu’en agissant ; il en résulte un certain regain des problématiques et des pratiques de recherche-action. Cela étant, une grande distance sépare nombre de praticiens des experts des organisations internationales. Cette distance peut même devenir conflit. Par contre, la marge de manœuvre semble plus grande au niveau des ONG. Des analyses précises devraient s’attacher à rendre compte plus précisément ce qu’il en est réellement.

3. Un phénomène intéressant à suivre : les « initiatives de développement »3

  • 3 L’auteur de l’article tient à remercier vivement L. Barbedette, consultant en formation et développ (...)

15De quoi s’agit-il ?

16Depuis ces dix dernières années environ, un mouvement social se dessine dans les pays du Sahel et se révèle comme très significatif de l’évolution des approches participatives de développement : il est connu sous le terme d’« initiatives de développement ». On peut le caractériser comme suit :

  • Il émerge à la suite d’une crise profonde des appareils d’Etat dans cette partie de l’Afrique : avec l’épreuve de la sécheresse, l’appareil d’Etat est discrédité. Non seulement il n’a pas su gérer l’aide extérieure, mais son incapacité s’est doublée d’une conception qui l’a démasqué par rapport aux collectivités paysannes. L’Etat n’est plus crédible.

  • Parallèlement, dans ces collectivités rurales, des initiatives se font jour : elles sont prises par des individus et non par des administrations ou par des ONG (africaines ou européennes). Qui sont ces promoteurs individuels ? Des jeunes ruraux qui avaient immigré en ville et qui retournent au village (la ville a déçu) ; des fonctionnaires qui retournent au village (l’Etat ne paie plus) ; des anciens animateurs qui démissionnent des structures officielles d’animation (les appareils d’animation se bureaucratisent), des anciens instituteurs qui quittent l’école... Tous ces individus prennent des initiatives qui se cumulent entre elles : maraichage, défense de l’environnement, reforestation, stockage des denrées alimentaires... ces initiatives se fédèrent aux niveaux local et régional.

17Prenons quelques exemples :

18Au Burkina Fasso, dans le Yatenga, un ancien instituteur s’appuie sur la pratique du Namm en milieu Mossi, pour créer de nouvelles structures coopératives. Le Namm est un mode d’initiation traditionnel dans lequel la classe d’âge des Mossis faisait en quelque sorte des jeux de rôle où elle reproduisait la cour de l’Empereur : une telle pratique a pour effet de faciliter l’émergence des rôles sociaux. C’est à partir du constat de l’échec des modèles occidentaux des coopératives que ce promoteur local a eu l’idée d’utiliser le Namm pour réinventer de nouveaux rôles coopératifs. Il ne s’agit pas ici de copier les structures traditionnelles mais d’utiliser des pratiques culturelles afin de les réinterpréter. Les caractéristiques de cette expérience sont intéressantes à noter : absence de l’administration, autonomie par rapport à l’Etat, non dépendance des projets extérieurs, règles d’auto-contrôle par le groupe, développement par des essais et erreurs et non sur la base d’un programme pré-établi. Le processus de diffusion est astucieux : l’implantation des moulins à mil en est une illustration significative. Un moulin « père » doit avoir deux « enfants » : un premier moulin pour préparer son remplacement (c’est l’amortissement) et un deuxième pour être transmis à un nouveau village où il va devenir à son tour moulin « père »... C’est l’amorce d’un tissu social.

19Au Sénégal oriental, c’est l’expérience de jeunes agriculteurs qui donne lieu à des « groupements » de paysans (chacun ayant une quarantaine de paysans environ), à vocation économique (maraîchage, aménagement, équipement de stockage, création d’une banque...) mais évolutifs dans leurs activités. Ils savent utiliser les sources de financement extérieur et ils définissent leurs propres règles d’utilisation : tout fonctionnaire, par exemple, est payé chaque fois qu’il intervient. C’est le retournement des situations habituelles de dépendance, tout ce qui est reçu comme don est traité comme prêt : c’est un mécanisme pour se constituer un fonds propre. Tout comme l’expérience des Namm au Burkina Faso, la tradition est réinterprétée : l’enseignement de l’islam permet de lutter contre l’usure mais une lecture critique en est faite quant aux relations hommes-femmes, au rôle et au statut économique de la femme.

20Au Rwanda, à Kigali, la Fédération de Artisans Kora constitue un troisième cas. Les mesures prises par l’Etat imposant à tout habitant, pour pouvoir résider dans la capitale, soit de justifier d’un travail salarié, soit de prouver sa naissance à Kigali, soit d’être possesseur d’un titre de propriété, touchaient directement les artisans du secteur dit « non structuré », « informel ». Devant cette situation, ils ont été contraints à faire ce qui se fait difficilement dans cette profession : s’associer. Sous l’impulsion d’un militant d’une organisation de jeunesse, ils se sont structurés par corps de métiers et se sont fédérés. Des espaces collectifs de production ont été aménagés ; une banque d’artisans a été créée.

21Ces expériences de terrain ont trouvé un répondant au niveau de la coopération Nord-Sud : l’organisation « 6S » (« savoirs au service de la saison sèche au Sahel ») réunit des fonds gérés par les groupements paysans eux-mêmes, et qui ont la particularité et la nouveauté de ne pas être préaffectés. Il n’existe pas de document de projet ; le contrôle n’intervient qu’a posteriori. Il s’agit de choix non gouvernementaux administrés par les représentants des groupements locaux. Il y a là une réelle intervention institutionnelle. Si l’on prend un peu de recul, on peut repérer, dans ce mouvement d’initiatives, la conjonction de plusieurs facteurs :

  • l’intervention d’un « événement » extérieur (sécheresse, mesures prises par l’Etat...) rendant une situation insupportable à des acteurs locaux et mettant en évidence qu’ils ne peuvent « s’en sortir » qu’en comptant sur eux-mêmes,

  • l’impulsion d’un « leader », à cheval sur deux cultures, disposant de bonnes formations, animé d’une volonté de changement, agissant en toute indépendance,

  • le refus de se lier à l’administration de quelque façon que ce soit,

  • une réinterprétation de la tradition : celle-ci est utilisée mais non pas valorisée ; elle est considérée comme une ressource culturelle, et non pas une logique à respecter à la lettre,

  • la coordination du changement ne relève pas d’un processus planifié, programmé à l’avance : on procède par essais et erreurs, en se fondant sur les leçons de l’expérience,

  • une organisation autonome est mise sur pied : chaque groupement se donne ses règles de gestion des ressources, en particulier de celles qui proviennent de l’aide extérieure éventuelle,

  • la négociation avec les anciens est importante : termes et systèmes de valeurs sont négociés,

  • la croissance n’est pas programmée de l’extérieur : elle relève de la diffusion par réseau, en créant progressivement un tissu social interactif.

22Ces éléments communs appellent une question : n’est-ce pas ainsi que se sont développés les grands mouvements coopératifs liés en développement ? Des comparaisons intéressantes seraient à effectuer avec des cas tels que le Mouvement Coopératif Desjardins au Québec.

23Il va de soi que de telles expériences ne peuvent laisser les pouvoirs publics ou les organisations internationales indifférents. Très courtisées, elles sont toujours menacées. Leur croissance est cependant remarquable. Dans quelle mesure se renforceront leur capacité et leur pouvoir de négocier et d’affirmer leur autonomie ? Il y a là un domaine de recherche sociale tout à fait d’actualité et d’avenir. Se développer, n’est-ce pas accroître sa capacité d’intervention sur les situations socio-économiques vécues ?

24La participation au développement reste à l’ordre du jour. L’exigence de rigueur d’analyse dont témoignait Albert Meister est une incitation à étudier de près la nouvelle donne des approches participatives des années 80-90. La prise en compte des contraintes économiques et de l’esprit d’entreprise y tiendra probablement une place centrale.

Dessin : Lise Cœur, illustration parue dans la revue Autogestions, n° 5, Privat, Toulouse, 1981.

Notes

1 Bernard Lecomte : « L’aide par projets ; limites et alternatives », OCDE 1985.

2 Dominique Desjeux : Stratégies paysannes en Afrique noire, l’Harmattan, 1987.

3 L’auteur de l’article tient à remercier vivement L. Barbedette, consultant en formation et développement rural, pour ses informations et ses analyses qui ont été de la plus grande utilité.

Table des illustrations

Légende Dessin : Lise Cœur, illustration parue dans la revue Autogestions, n° 5, Privat, Toulouse, 1981.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

Auteur

Directeur général, délégué, Quartenaire Education, Paris.

Acheter