Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Un homme, une pensée

Gustave Affeulpin, mode d’emploi

Jean-Marie Moeckli

Texte intégral

1Il y a deux « hommes en moi » : ce genre de déclaration pré-prétendument humaniste le faisait éclater de rire. Et pourtant celle-ci convenait fort bien à Albert Meister. « Albert Mester (sans i) ou Meister ou le Meichtre, puisque ce nom se prononce différemment selon les lieux et les époques », voilà ce qu’il écrit de son nom, ou plutôt de la façon de le prononcer, dans un des textes qu’il a laissés pour ses amis.

2Ces quelques lignes ne sont pas consacrées au chercheur, à l’universitaire, au sociologue éminent, mais à l’homme dans son privé, dans sa famille, parmi ses amis.

3Qui sait que cet intellectuel surdoué était un bricoleur tout aussi surdoué ? Cet auteur d’une vingtaine d’ouvrages traduits en de nombreuses langues, de cette « accumulation » d’articles et d’études, accumulation dont il fait lui-même la critique, qui sait qu’il est aussi l’auteur de très nombreux articles, publiés pour la plupart dans la revue « Le Fou parle », mais signés des noms fantaisistes — néanmoins parlants pour ses amis — comme Albert Ver-feuil, Sigolfa, C. Sniff-Neef, A. Monche-Noquet, H. Nepeutze, O. Teufat, Messet-Lalbarre, Khor-Machû, ou encore Gustave Affeulpin. Ce sont là des noms qu’il donnait à son épouse, ou des réminiscences de son adolescence jurassienne.

4Albert « Mester », c’est l’analyste lucide et impitoyable des sociétés contemporaines, le descripteur quasi décourageant des systèmes économiques et politiques ; le Meichtre, c’est un farceur, c’est l’auteur de billevesées rabelaisiennes comme « Le triangle des Bermudes est un carré », c’est l’utopiste généreux de « La soi-disant utopie du Centre Beaubourg ». De même que dans ce dernier ouvrage, il imagine, à l’inverse de Beaubourg, un anti-Beaubourg, il y a un Meister et un anti-Meister. Dans ses dernières années, il avait décidé de changer profondément sa vie. Il refuserait la production intellectuelle, la tentation de l’accumulation, mais il écrirait des livres pour son propre plaisir et pour le plaisir des autres ; il apprendrait à peindre et à sculpter.

5Les journées du Colloque Meister et le présent ouvrage sont consacrés à la pensée d’Albert Meister ; ce texte-ci est consacré au Meichtre, à ses racines dans la petite ville suisse de Delémont, à celui qu’ont connu et aimé ses parents, ses amis.

6L’étonnement de presque tous les Delémontains quand on leur disait : « Le Meichtre est un grand professeur, le Meichtre est un important sociologue... ». Ces Delémontains pensaient au bon gros qu’était Albert Meister dans son adolescence, à l’élève pas particulièrement doué du Collège de Delémont, au farceur et au bon vivant qui participait à l’animation des nuits delémontaines de l’après-guerre, au fils Meichtre, d’une importante famille de négociants du quartier de la Gare. D’ailleurs, son frère Charly, brillant gardien de but au niveau national, était beaucoup plus connu que lui dans sa ville natale.

7En fait, ils sont bien peu nombreux — son épouse, sa famille très proche, quelques amis — ceux qui ont connu Albert Meister et le Meichtre. A preuve : l’auteur de ces lignes est un des seuls qui ait deviné Albert Meister sous la signature de Gustave Affeulpin, l’auteur de La Soi-disant utopie du Centre Beaubourg. J’avais trouvé l’ouvrage par hasard, sur une pile à la FNAC de la rue de Rennes. J’avais commencé à le lire par intérêt professionnel, puis je l’avais littéralement dévoré. Et peu à peu m’est venue cette conviction : « Mais c’est l’Albert ! ». Lui refuse d’abord d’avouer, puis devant l’accumulation des indices — les mots et les expressions du Jura suisse, l’obsession anti-orthographique, les nombreuses réminiscences à nos études genevoises — il se rend. Mais en me faisant promettre solennellement de ne le dire à personne.

8La Soi-disant utopie du Centre Beaubourg est à mes yeux avec L’Inflation créatrice, l’œuvre la plus importante d’Albert Meister. Ce petit ouvrage publié aux éditions Entente présente cet avantage supplémentaire qu’il reflète autant Albert Meister que le Meichtre. Ses réflexions sur la culture — sur la vie — me semblent gagner chaque année en actualité. Je veux croire que les passages consacrés aux autistes-peintres, aux motards, au concours du meilleur civet de grand-mère, à la première génération d’enfants qui choisissent leurs parents, à la mort de Jacques, seront bientôt des morceaux d’anthologie. Je veux croire qu’on cessera de parloter de culture et qu’on lira Albert Meister : « Aussi beaux soient-ils, les tableaux et les poèmes ou le graphisme gestuel de la danse ne constituent pas à eux seuls la culture. Il faut encore la fraternité, l’amitié. Et peut-être que les poèmes et toutes autres productions dites culturelles ne sont que des moyens pour arriver à aimer. » L’action culturelle doit « permettre à chacun de construire sa propre culture, à partir de son propre vécu et selon des cheminements autonomes ».

9Mais il est à craindre que les intégrés, les hygiéniques, les sévères, les torves, les épais, les pétrifiés, les arqués, les affadis, les rapaces, les étriqués, les racornis, les systémisés, ... (sur cette espèce, le lexique de l’auteur est intarissable) ne liront jamais La Soi-disant utopie du Centre Beaubourg, livre pas sérieux du tout puisqu’on y renonce à la pagination, « laide, inutile, à la seule gloire des gagas de la lecture rapide ».

10Pour ma part, j’espère toujours que les usagers diront bonjour aux chauffeurs d’autobus, qu’on installera des distributeurs de poèmes dans les gares, que les employés de la SNCF organiseront leur grève au moment du départ en vacances (ce qui signifie qu’on voyagera sans billet), que les usines de Coca-Cola fermeront, que Le Monde paraîtra quand les nouvelles le justifieront, et que le réveillon sera organisé en août pour conserver à Noël son caractère de fête commerciale.

11Tout Albert Meister est dans ce livre : le sociologue, le chercheur, le philosophe, l’économiste, le psychologue, l’éternel adolescent farceur. Sans hésiter, je rapproche ce petit livre des grandes utopies, de Thomas More à Rabelais. Il s’agit d’un livre très important pour tous ceux qui cherchent à donner un sens à leur vie, mais on ne saurait le recommander à ceux qui ont trouvé.

12Il faudrait encore parler de la générosité d’Albert Meister, de sa fidélité, de sa convivialité vraie, de sa profonde et authentique modestie, qui est celle des grands chercheurs, de son sens si rare de l’amitié, de son attachement aux siens et à ses racines. Ces choses-là se vivent, ou alors simplement s’évoquent.

13Je laisse Albert Meister-le Meichtre terminer lui-même par deux conclusions qu’il a écrites, l’une à sa thèse parue dans Esprit en 1972, l’autre dans La Soi-disant utopie du Centre Beaubourg en 1976, où on retrouve les traits de sa personnalité.

14« Je demeure un homme du siècle passé, incapable d’assumer la rationalité de notre société actuelle, et rebelle à la maîtrise et à la superbe de ses décideurs. »

15« Il n’y a maintenant plus de raison de continuer ce témoignage ; au reste, on m’appelle pour goûter les confitures.

16…/.–/.–../..–/–/

17.–.././…/

  • 1 Excellemment traduit par « -.-./../.-/---/ /-/..-/-/-/../ / » dans la récente version italienne (So (...)

18– –/./–.–./…/ // »1

Notes

1 Excellemment traduit par « -.-./../.-/---/ /-/..-/-/-/../ / » dans la récente version italienne (Sotto il Beaubourg, Ed. A, sez. Eleuthera, Milan, 1988).

Auteur

Secrétaire général de l’Université populaire jurassienne.

Acheter