Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Ouvertures

L’autonomie à travers le prisme Albert Meister

Pierre Rossel et Michel Bassand

Texte intégral

Les sources revisitées

1Meister a arpenté et marqué de son empreinte cet espace infini situé à la croisée des préoccupations de la science et des exigences éthiques générées par l’injustice, la souffrance et l’isolement. C’est dans ce creuset d’idées et de convictions que se conjuguent notamment les notions de développement, de pédagogie, de vie associative et d’autogestion, pour lesquelles, tantôt optimiste, tantôt pessimiste, mais toujours présent, il a inlassablement reformulé les questions les plus brûlantes.

  • 1 Cette citation, ainsi que les suivantes, sont extraites d’un article publié dans la revue Esprit de (...)

2Meister a laissé une sociologie ample et complexe. Elle doit sa cohérence au fait qu’elle est implicitement porteuse d’un projet, qu’on peut qualifier de pédagogie politique dynamique. L’aspect dynamique est essentiel, il souligne la constante évolution de ses recherches. Sa capacité de rester ouvert au doute, au changement demeure en effet une preuve par l’exemple que toute théorie concerne en premier lieu celui ou celle qui la formule. Forts de cet héritage d’ouverture, nous pouvons nous interroger sur ce que signifie penser la réalité contemporaine en termes « meisteriens ». C’est par l’étude des communautés restreintes que Meister entre en sociologie. « Au départ, ma question était assez simple, à la fois curiosité étonnée de constater que de tels groupes pouvaient fonctionner, et recherche (...) d’un univers, même limité, de cohésion et de cohérence » (p. 124)1. Dès 1955, Meister publie une série de monographies sur des communautés de travail, d’habitation et de voisinage, sur des associations de toutes sortes. Elles restent des contributions du plus grand intérêt.

  • 2 Cf. Meister (1969).

3A la fin des années cinquante, Meister collabore au mouvement d’aménagement régional en Italie du Nord. C’est dans ce contexte qu’il met en place sa réflexion sur les formes de participation des habitants à l’élaboration, à l’exécution et au contrôle des plans et des programmes de développement tant local que régional. Cette perspective le mène à réaliser des études non seulement en Italie, mais encore en Israël, en Yougoslavie, en Afrique, en Amérique latine. C’est dans le cadre de ces études que Meister développe ses théories sur la participation, l’autogestion, l’animation. Dans son étude sur des collectivités rurales en Argentine2, Meister commence à prendre ses distances par rapport aux « idées sur la participation locale et surtout aux limites locales que l’on assigne à cette participation » (p. 124).

4Dès lors, il est convaincu qu’on ne peut plus comprendre les associations de toutes sortes, les communautés locales et régionales sans les resituer dans leurs cadres nationaux. C’est à ce niveau que se situent les incompréhensions, les lenteurs et les résistances au changement par rapport aux expériences pilotes locales et régionales. « Je me suis de plus en plus orienté vers l’étude du changement au niveau macro-social, même s’il s’agissait au départ d’étudier un aspect plus limité d’une réalité nationale » (p. 125).

  • 3 Cf. Meister (1975).

5Avec L’inflation créatrice3, publiée en 1975, Meister met en relief que le niveau national n’est plus suffisant pour comprendre et expliquer le changement social. Le macro-social ne peut plus se cantonner dans le cadre d’un Etat-Nation, il faut prendre en compte le système-monde. Il démontre brillamment l’émergence de ce qu’il appelle le système transnational, qui succède aux différentes formes de colonialisme et d’impérialisme.

6C’est dans ce système transnational qu’il convient dès lors d’interpréter l’associationnisme, l’autogestion, l’animation. Elles ne sont en fait, affirme de façon pessimiste Meister, que des modalités d’intégration des individus et des groupes à la « société du bonheur » qu’implique le système transnational. Elles facilitent le passage de l’ancien système industriel au système transnational. Nous reviendrons sur cette idée.

7Cette nouvelle mise en perspective nous permet de comprendre le changement de sens des idées meistériennes de participation, d’animation et d’autogestion.

8Quand Meister, dans les années cinquante, étudiait les petites communautés, les associations, l’autogestion et la participation, elles suscitaient des enthousiasmes populaires, elles apparaissaient comme étant liées étroitement à la réalisation des idées de justice et d’égalité. « Peu à peu les enthousiasmes se relâchent, les individus se centrent davantage sur leurs problèmes personnels, ceux qui ont été élus s’aperçoivent qu’ils portent beaucoup plus la charge du groupe et veulent des récompenses et, progressivement, se les attribuent. La participation décroît, devient conformisme (...) Peu à peu les militants d’antan, élus et réélus aux postes de responsabilités, se transforment en clergé, tâchant de susciter une participation populaire qui n’est plus spontanée, essayant de prolonger, souvent en dramatisant, le climat d’autrefois. Ces élus sont d’ailleurs eux-mêmes de moins en moins militants, car ils font partie de la nouvelle structure, ils contrôlent l’appareil, ils sont les permanents et, pour les distinguer des militants, on peut réserver le nom d’animateurs à ceux qui, par leur fonction, ont charge d’animer les membres, la base, le peuple... Un peu de la même façon qu’un bon vendeur anime les clients qui se trouvent de l’autre côté de son comptoir. » (p. 125).

  • 4 Pour plus de détails sur ce mouvement de pensée, cf. entre autres g. Lapassade et R. Loureau (1971)

9En interaction avec les recherches en analyse institutionnelle4, mais aussi avec la critique philosophique, Meister formule une loi sur l’enlisement de la participation. Les groupes et associations modernistes et innovateurs « en viennent peu à peu à être absorbés, acculturés, récupérés par la société globale, à l’instar des autogestions, des communautés et de ces innombrables associations contestatrices nées depuis la révolution industrielle. A partir de l’histoire de tels groupes et des monographies sur les groupes existants, il n’est pas interdit de penser qu’on puisse construire une sorte de paradigme de leur évolution » (p. 129). Meister distingue trois phases, très sartriennes dans leur esprit.

10La première est marquée par une sociabilité chaude, « une imprécision des rôles, une très grande généralité des buts, l’absence de structuration et de stratification, une taille restreinte. Suit une phase de différenciation des rôles, de précision des buts, de recrutement ; en gros, le groupe se mesure à son environnement et se trouve contraint de réduire ses prétentions de transformation sociale ou doit réintroduire dans son fonctionnement des mesures ou des objectifs contre lesquels il se dressait à l’origine ». Enfin quasi inéluctablement l’association entre dans une troisième phase. « Le renouvellement des dirigeants se fait de moins en moins rapidement, les militants font place aux animateurs, la secte s’est transformée en Eglise. Le groupe a vieilli, sa fonction historique a été remplie (...). Néanmoins il survit encore, bénéficiant parfois d’un effet de rémanence comme ces étoiles mortes que l’on continue de voir briller... » (p. 129)

11Meister insiste sur le fait que ces transformations de l’associationnisme et de la participation ne se font pas sans conflits. A toutes les phases de l’association et de la participation, il met en relief leur dimension conflictuelle comme la dimension participante dans le conflit.

12Par ce paradigme de l’évolution des associations et de la participation, Meister veut-il formuler une « loi d’airain » ? Nous ne le pensons pas. Il tente plutôt de rendre compte de l’influence du système transnational naissant.

  • 5 Cf. Braudel (1979).
  • 6 Cf. Wallerstein (1979).

13Revenons sur cette idée de système transnational. Elle n’est évidemment pas complètement nouvelle. L’historien F. Braudel5avait déjà montré qu’au xvie siècle s’était mise en place en Europe une économie-monde qui, depuis a pris des formes variées. I. Wallerstein6, avec d’autres, ont repris ces analyses pour les préciser en fonction du monde contemporain. De façon apparentée, à partir des divers types de colonialisme et d’impérialisme, Meister voit le monde occidental construire un nouveau système-monde : le système transnational.

14Les entreprises transnationales en sont les acteurs les plus puissants. Elles innervent la planète d’un système invisible et secret de décision, cela contrairement aux systèmes nationaux dont les procédures politiques et économiques sont codées et institutionnalisées, donc relativement observables. Le système transnational contemporain est si discret et secret, qu’à première vue, on ne sait plus qui décide quoi.

15D’après Meister le fonctionnement de ce système implique sur le plan planétaire la démultiplication des centres de décision : les régionalismes et les localismes, ainsi que des myriades de formes de décentralisation et de déconcentration, de participation et d’autogestion, sont encouragés et stimulés par ce système. Ils correspondent à une demande du système, ils le renforcent et en même temps, ils le colonisent. On sait de moins en moins qui est responsable.

16Ce système est en voie de construction, il est loin d’être achevé. Mais il est incontestablement toujours plus dominant et on peut en mesurer les conséquences à divers niveaux de la vie collective. Il n’est pas possible ici d’en proposer une description complète. Nous nous contenterons d’en préciser quelques aspects.

17L’élaboration de ce système est possible grâce à deux conditions que nous ne pensons pas devoir expliciter longuement. La première relève des diverses innovations scientifiques et technologiques et notamment celles concernant cet ensemble considérable que constituent les nouvelles technologies d’information et de communication. La seconde condition de la construction du système transnational est l’autofinancement des entreprises. C’est par l’autofinancement des entreprises que ce système se met en place. Les entreprises ne font plus des bénéfices, elles autofinancent leur croissance et leur emprise sur le monde. Ce sont les consommateurs qui paient cet autofinancement. En consommant, ils financent la croissance du système transnational comme s’ils payaient une sorte d’impôt. La consommation constitue, donc, en soi, quels que soient les besoins qu’elle satisfasse, une pratique centrale. Ces procédures sont les principaux modes contemporains de régulation de la société, elles remplacent les épidémies, les guerres, les grandes crises économiques d’antan, c’est ce que Meister appelle l’inflation de croissance.

18La conséquence la plus frappante de ce système transnational, qui se met lentement mais sûrement en place, est l’émergence d’une nouvelle classe dirigeante, inscrite dans une multiplicité de technostructures privées et publiques s’autonomisant toujours davantage par rapport à leurs bases de citoyens, d’actionnaires, de membres cotisants. Pour faire fonctionner le système, elles sont dans l’obligation de se concerter à des niveaux multiples. Ces technostructures forment une « société de connivence »... Leurs critères pour l’action sont l’efficacité, la performance et l’excellence. La survie du système est leur finalité essentielle.

19Une autre clé de la survie du système transnational est la mise en place de nouvelles modalités d’intégration et de gestion des « déchets ». Meister entend par là autant les diverses formes de pollution, que les chômeurs, les invalides, les vieux, etc., c’est-à-dire tous les objets et les individus qui ne fonctionnent pas dans la logique du système. Pour eux le système transnational n’a pas de sens ; par conséquent, ils en sont les contestataires potentiels. Les technostructures ne craignent pas trop ces contestations, car souvent elles sont porteuses d’innovations intéressantes pour le système. Néanmoins elles doivent rester cantonnées dans des limites qu’il est difficile de codifier à l’avance ; et c’est dans la pratique que se décide ce qui est acceptable ou non. Cette particularité du fonctionnement du système procure en fait un pouvoir redoutable aux technostructures.

20Ce système qui, dans sa mise en place, produit beaucoup d’objets rapidement obsolescents et de « déchets », suscite chez les individus qui ne « sont pas dans le coup » des anxiétés, des doutes, du non-sens, des morosités, des apathies. C’est la raison pour laquelle de grands efforts doivent être faits pour inventer des formes d’intégration. La solution ? Multiplier les participations, les formes locales d’animation et surtout une consommation d’énergie débridée et enthousiaste. Cette dernière s’exprime sous des formes apparemment séduisantes, que sont les fêtes permanentes organisées par les mass médias et les entreprises de vente et de distribution des biens de consommation et de loisirs. Meister parle de la « société du bonheur » et il s’interroge : peut-on vivre dans ce système transnational avec d’autres projets que ceux que le système nous suggère plus ou moins insidieusement ? Que signifie l’autonomie dans ce système ?

  • 7 Cf. Meister (1976).

21A partir de La soi-disant utopie du Centre Beaubourg7, Meister précise ses idées sur l’animation culturelle. « L’art, ça permet de faire, c’est le faire. Là aussi, je suis parti d’une réflexion sur l’expérience des groupes de culture populaire. Il s’agissait toujours, en fait, d’aller apporter au peuple les modèles de consommation artistique des élites, on allait dire au peuple : ‘Voilà ce qui est beau. Regardez, voilà ce qui est estimable.’ (...) Ce discours de culture populaire est en complète faillite. ‘Je pense que si on veut poser le problème de la culture populaire, il faut donner aux gens la possibilité de faire’«  (...) La culture populaire selon Meister s’enracine dans des savoir-faire qui sont spécifiques aux divers groupes sociaux. « Il ne faut pas partir d’un anti-technicisme. Ce serait même tout à fait réactionnaire. » Le point de départ d’une véritable politique d’animation consiste donc à reconnaître que les gens ont un potentiel de créativité. Inversement, (...) « Beaubourg est un lieu de diffusion d’une création qui est déjà commercialisée ou commercialisable à brève échéance. »

  • 8 Cf. Meister (1982 : pp. 9-13).

22Constatons tout d’abord ce qui existe. Les animateurs dans les sociétés industrielles « sont apparus au moment où les inventions techniques nécessitaient que le flux des nouveaux systèmes soit conduit, canalisé, avec le moins de secousses, le moins de désordre possible ». (...) Les animateurs « sont des créatures, des rouages d’un système destiné à écouler rapidement des flux. Ce sont des éléments d’éducation des flux, d’éducation aux vues du pouvoir, pour que le système fonctionne bien ». Les dames de charité, les contremaîtres, les instituteurs, les commissaires de police, les assistants sociaux, etc., sont des animateurs8.

23Pourtant, les styles d’animation changent. « Le flic-répression appartient au passé, à une société qui acceptait cela parce qu’on l’intériorisait dès l’enfance, qui acceptait la paire de baffes. » Le système transnational sollicite la prévention, il faut de la prévention pour tout : la pilule, la carte de crédit, etc. La répression était propre à une société de lutte de classes, face à une culture ouvrière qui prétendait à l’hégémonie. « Maintenant, notre société est marquée par le consensus. C’est tout le monde qui veut la prévention, car elle est la condition de la tranquillité de la consommation. »

24L’animateur renforce donc bien souvent le système qui l’emploie. L’image des organes de communication qui sont chargés d’informer et qui pratiquent la désinformation, une bonne partie de ceux qui ont pour mission d’animer, en fait, « désaniment ». Rappelons qu’en espagnol « desanimar » veut dire décourager ! Le Club Méditerranée, lui, a au moins eu la franchise de baptiser ses animateurs (gentils) organisateurs.

25Le système social comporte cependant beaucoup d’ambivalence et de contradictions. C’est la raison pour laquelle, à l’instar d’Albert Meister, nous pensons que l’animation n’est pas seulement une action de régulation descendante (positive ou négative). Elle peut être aussi une pratique donnant « de l’âme », poussant les acteurs à une réflexion critique par rapport aux systèmes aliénants. Elle est donc à même de susciter une dynamique culturelle ascendante, élaborée par les personnes concernées et non inculquée par ces systèmes. Dans les pages qui suivent, nous voulons donner corps à cette dernière façon d’aborder les choses.

26Il n’existe pas de recettes magiques, de transpositions toutes faites. La tentative esquissée ici n’est qu’une manière d’envisager le monde. La démarche que nous proposons ne vise qu’à esquisser des champs d’action et des chemins d’accès, avec l’idée de prolonger les grands thèmes meisteriens. A toute boîte à outils, il convient cependant d’adjoindre un mode d’emploi. Penser l’avenir et ne pas s’enfermer dans la répétition du même, exige de recourir à une manière de réfléchir également en constante évolution ; d’où le recours à une logique des paradoxes, logique analytique mais aussi opératoire visant à sortir définitivement de l’étau des dichotomies trompeuses, des visions en noir et blanc et du manichéisme facile. Il s’agit de se faufiler à l’intérieur des failles du système pour les agrandir ou tout au moins les transformer. A partir de ce que nous retenons de l’héritage d’Albert Meister, nous avons entrepris un certain nombre de recherches devant nous permettre de prolonger les efforts théoriques de Meister sur le système transnational, ses aliénations et les chances qu’il offre. Les pistes que nous avons suivies rejoignent des préoccupations chères à Meister : les réseaux, l’animation, l’auto-construction, les nouvelles technologies, autant de thèmes qu’il avait commencé à analyser.

Outils

  • 9 Il est en effet parfaitement possible de considérer les associations comme des réseaux interpersonn (...)

27Meister nous incite à considérer l’associationnisme comme un cas de pratique de réseaux (networks)9. Ces derniers impliquent communication, recherche d’influence, pouvoir, ils constituent des structures complexes, composées d’éléments (individus, groupes, collectivités, réseaux) et de connections reliant ces éléments, manifestant par certains aspects un ancrage territorial et fonctionnel spécifique et par d’autres une tendance à s’inter-relier indéfiniment à d’autres réseaux. Ce système réticulaire dans lequel parviennent à s’insérer les membres d’une société (individus et groupes) forme donc une des pierres angulaires du social, un ensemble de liens dynamiques n’existant que par leur réactualisation concrète et constante, traversant, contournant ou compensant les obligations institutionnelles rigides (école, famille, armée, administration, etc.).

Des associations aux réseaux

28En fait, les réseaux sont bien plus que de simples réticulations relationnelles éparpillées dans la société. Chaque individu ou groupe est appelé à répondre à une identité complexe. Dans ce contexte, les réseaux sont, dans une certaine mesure, les filaments sur lesquels il est possible d’agir. A travers ces leviers ténus, il n’est pas inconcevable d’être relié à des réseaux « lourds », ces dispositifs qui, tels la poste, les médias, les transports publics, les infrastructures relatives à la distribution de l’eau, du gaz et de l’électricité, s’avèrent à l’usage plutôt anonymes et technico-administrativement distants. Il en va de même avec les institutions géopolitiques englobantes peu immédiates et relativement abstraites, comme l’Etat-nation, le Monde ou les grandes Organisations internationales, ces espaces flous qu’on nous présente tous les jours.

  • 10 Cf. non seulement les classiques de cette pensée pertinente et aussi noire que l’encre qu’elle util (...)
  • 11 La littérature sur l’interpénétration de l’ordre et du désordre est désormais assez ample et nous n (...)
  • 12 Dans cette vision, on ne sait pas non plus très bien si les agents révolutionnaires, tels les avant (...)
  • 13 Ce raisonnement, remis à jour en fonction des contraintes faisant du système Terre un système ouver (...)

29Lorsque nous disons qu’il paraît envisageable de se sentir relié à ce qui nous semble a priori non maîtrisable, ce n’est pas pour suggérer que cette relation est un leurre, mais pour indiquer que face aux manifestations plutôt « digitales » des réseaux « lourds » (on en fait ou non partie, ils rendent ou non un service, on les paie ou non, etc.), il est possible de moduler son rapport avec les appareils apparemment anonymes qui nous alimentent en énergie et en information, voire de rétroagir sur eux. Nous retrouvons ici la dialectique du point de vue tantôt pessimiste tantôt optimiste. Si nous suivons une pensée comme celle de Debord par exemple10, proche de celle de Meister, le monde contemporain est sous anesthésie et se dissout progressivement dans le mode simulé de sa propre indigence créative, qu’il appelle le Spectacle, incapable de réagir aux menaces les plus graves, qu’il s’agisse de la disparition de la couche d’ozone (avec l’effet de serre qui en découle) ou des dangers de guerre nucléaire, par exemple. Dans cette vision, il n’y a pas d’espoir, ou si peu et si flou qu’il n’est même pas utile d’en tenir compte, tant il paraît vrai que toute esquisse d’alternative est presque immédiatement rendue dérisoire, ou même pervertie par le mécanisme du Spectacle (notion proche de la « société du bonheur » de Meister). Ce constat est si totalitaire qu’on ne sait plus très bien s’il procède de la cause ou de l’effet. A l’inverse, il est possible de penser ce type d’analyse comme relatif, paradoxal, et donc susceptible de laisser des interstices, ou mieux, nourrissant en permanence ses propres ferments d’auto-dissolution11. Ainsi, le marxisme puise sa foi dans un diagnostic définitif, condamnant le capitalisme et la plupart des sociétés qui l’ont précédé à mourir de ses contradictions12. Quant à nous, nous parions pour l’instant sur la série des avantages plutôt que sur celle des inconvénients pour, partant d’un diagnostic réaliste, mais aussi d’espoir, envisager des actes qui aient encore un sens. Bien sûr ce sens ne va pas tomber du ciel. L’Histoire fait les hommes qui font l’Histoire13 et la polarisation des événements dans le sens de l’humanisme de Meister implique et encourage l’analyse, l’intervention et l’analyse de l’intervention.

  • 14 C’est dans les réseaux tels que nous les entendons ici que peuvent avoir lieu le « murmure quotidie (...)

30Revenons aux réseaux. D’une façon générale, ceux sur lesquels les individus, pris isolément, peuvent avoir l’impression d’agir, ont de fait des relations avec les réseaux « lourds » (transport, télécommunications, médias, services divers). L’énergie et surtout l’information nécessaires pour qu’un individu puisse sentir un lien quelconque avec ces réseaux « lourds » doivent faire l’objet d’un « traitement », d’une digestion locale, à l’intérieur des réseaux familiers. Insuffisants pour imaginer une véritable participation, ils sont pourtant une condition d’intégration minimale, en-deçà de laquelle commence l’anomie, ou en tout cas l’exclusion. Les réseaux « légers », faits de liens interpersonnels et intergroupes, ne permettent pas de contrôler les entités plus « lourdes » et plus vastes, mais il facilitent un positionnement et une circulation d’informations digestes. Ils sont susceptibles de constituer des points de départ, des espaces infiniment décentralisés d’effervescence et de créativité14. Il ne faut du reste idéaliser ni la qualité des formes que peuvent prendre les réseaux, comme par exemple celle de ces entités institutionnalisées que sont les associations, ni celle de l’information qu’ils véhiculent. Il s’agit plutôt du premier degré de la vie sociale, base de travail et de réflexion pour tout échange plus dense et plus permanent.

31L’anonymat, dans cette perspective, n’est pas une notion absolue, mais relative. Dans une clique d’amis de bistrots, qui peut être l’appendice faiblement organisé d’une association, ou d’un ensemble moins marqué institutionnellement, chacun peut laisser une trace dans la mémoire collective. Cette trace peut paraître dérisoire, elle est en réalité cruciale. Le feed-back circulaire et rituellement complice du réseau permet en effet à beaucoup de s’exprimer, de se faire reconnaître. Les risques de voir émerger des vides relationnels importants, des coupures de sens, sont relativement écartés.

32L’association est un laboratoire d’intégration sociale. Le réseau, qui comprend non seulement les formes relativement formalisées des associations mais également des liaisons beaucoup plus lâches et versatiles, est un dispositif de métabolisation de l’information socialement utile et surtout un outil d’intervention. C’est non seulement le micro-système par lequel l’individu et le groupe peuvent apprendre quelque chose, mais également celui grâce auquel ils sont à même d’émettre de l’information dont tôt ou tard ils sont en droit d’espérer un écho significatif pour eux.

  • 15 On pourra trouver une approche beaucoup plus fouillée des réseaux de communication, tant théorique (...)

33Ces quelques observations signifient qu’entre la masse informe et aliénée et l’idéal de l’auto-organisation politique, il existe un univers interstitiel et dynamique concret, dénommé globalement par certains « sociabilité », où les mots d’éducation, d’animation et de développement sont susceptibles de prendre un sens efficace et précis. Néanmoins, un réseau n’est pas un objet extérieur, susceptible d’être appréhendé de façon purement objective. On ne peut le connaître et l’influencer que si l’on en fait au moins un tout petit peu partie15.

34Les cas de figure envisagés maintenant comme illustrations de ce qui précède ne doivent cependant pas laisser penser à un idéalisme à tout crin. Nous ne voulons qu’esquisser des processus possibles, des dérives à la fois théoriques et raisonnables, imaginées à partir d’expériences effectivement observées.

L’animation socio-culturelle comme catalyse

35Pourquoi s’intéresser à l’animation socio-culturelle dans un propos traitant de l’autonomie ? Parce que chacun a droit à son mode d’expression propre, à manifester sa créativité bien à lui, comme le suggère A. Meister ? Pas exclusivement. La circulation et l’obsolescence des modes, la diffusion des goûts à travers la télévision et les médias électroniques de masse, ont atteint un degré tel que les notions même de création, d’émotion et de goût sont devenues relatives, en grande partie induites, dans tous les cas largement dépendantes du contexte. Il ne s’agit donc pas tant ici de déterminer si la culture doit permettre à toutes et à tous d’exprimer ses états d’âme, ce qui paraît toujours souhaitable, mais bien plutôt, dans une perspective de transformation, d’intégration et de stimulation collective, de savoir quel rôle peut jouer la culture.

  • 16 A l’Institut de recherche sur l’environnement construit de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausan (...)

36Cette prise de position réclame un petit détour théorique16.

  • 17 Cf. entre autres les travaux bien connus de Kroeber pour l’anthropologie et Chombart de Lauwe pour (...)
  • 18 Pour plus de détails sur cette dimension (l’artisanat et l’économie informelle), cf. Rossel (1986).
  • 19 Cf. Essai de typologie des modes d’animation et des animateurs dans Hainard, Rossel et Bassand (à p (...)

37Il existe la vision d’une culture classique, qui est devenue une vision classique de la culture, regroupant en gros les arts, les lettres et le spectacle. Avec l’implantation toujours plus importante des sciences humaines dans la vie scientifique et dans la vie tout court, le concept de culture a connu des développements intéressants, proche des acceptions du terme « culture » élaborées par l’anthropologie et la sociologie17. Pour ne pas tout mélanger, on se mit progressivement à parler de socio-culture, généralement sous forme adjective : « socio-culturel ». Si l’on approfondit les diverses composantes de ces vocables, on s’aperçoit que socioculturel est un concept flou, rejoignant dans les grandes lignes les centaines d’acceptions déjà homologuées par l’anthropologie. La culture au sens plus classique (que certains écrivent avec un c majuscule) n’est alors plus qu’une des modalités d’existence de la culture au sens large, une série de distinctions-séparations, puis une condensation historique de sens linguistique autour du changement des activités socio-économiques18. Enfin, en même temps que le concept encore mal dégrossi de socio-culturel, surgit celui d’animation. Plutôt que de faire comme d’aucuns et ricaner de ce champ d’action en quête de crédibilité, il nous a semblé plus intéressant de suivre diverses expériences et interventions qualifiées de « socio-culturelles », afin d’en tirer des enseignements utiles19. Comme les termes d’animation socio-culturelle restaient flous, en dépit du cahier des charges et des financements donnant vie à ces initiatives, nous nous sommes efforcés d’en dégager la logique. L’argument de base de cette position est le suivant : stimuler la culture directement est problématique, contradictoire. Dans une perspective d’animation, elle doit certes être encouragée et soutenue, mais plutôt de façon indirecte et ponctuelle.

38Nous prenons évidemment position, ici, contre l’art fonctionnarisé. Pour justifier du label de « socio-culturel », il faut quelque chose de plus, un fondement au préfixe « socio- ». Notre hypothèse de travail, tant dans l’analyse que dans nos recommandations, est de dire : une activité « socio-culturelle » se voit légitimée si elle recourt à une dimension habituellement considérée comme culturelle pour agir sur quelque chose d’autre, sur une communication et sur des rapports sociaux. Il s’agit donc d’une utilisation indirecte de la culture. Pour encourager la capacité d’expression d’un groupe ou d’une collectivité, il importerait en effet non pas tant de les pousser à s’exprimer, mais de l’exhorter à jouer à s’exprimer, à formuler quelque chose d’enthousiasmant, en espérant qu’apparaissent de façon concomitante de l’énergie et de la communication en suffisance pour créer confiance, souvenirs positifs, reconnaissance réciproque, réduction des clivages, langage commun, etc. Ce type de travail implique un décodage complexe des réalités sur lesquelles il faut essayer d’exercer, si possible, une influence. Il va sans dire que l’animation socio-culturelle efficace est rare ; et que le plus souvent se cache sous ce label une simple assistance au divertissement, de la diffusion de loisir et de culture.

39Comme le souligne A. Meister, les banques, le Club Méditerranée, les scouts, les centres de loisirs ont tous leurs animateurs. Ces spécialistes font probablement de leur mieux, ils innovent rarement, du moins au sens où nous l’entendons (celui qui correspond au préfixe « socio- »). Ils se contentent de diffuser des informations de manière descendante, procédant à des régulations plus ou moins répressives. Le problème est qu’il n’existe guère d’autres termes que celui d’animation. Il n’est pas facile de parler « d’agents socio-catalytiques » ou de « techniciens en transformation culturelle globale ». Outre l’aspect jargonneux et la présomption de telles locutions, elles ne résoudront jamais rien.

  • 20 Cf. Bassand, Hainard, Pedrazzini et Perrinjaquet (1986).

40La question doit être attaquée par un autre abord, celui qui découle de la crise, de l’inégalité, du conflit, de l’inadaptation ou de l’exclusion produits par le système transnational. Dans un contexte de ce genre, outre l’animateur au service du système, existe la possibilité de voir émerger un animateur-transformateur susceptible de proposer des idées, voire de l’énergie, à ses semblables, soit au sein du groupe ou de la collectivité en difficulté, soit venant en partie de l’extérieur. Nous avons remarqué que même dans le premier cas, les individus qui avaient le plus de succès dans leur tentative de « réveil désaliénant » possédaient généralement une composante « extérieure ». A l’inverse, un groupe intervenant de l’extérieur pour modifier une réalité locale insatisfaisante, s’il veut connaître la moindre efficacité, doit se débrouiller pour acquérir quelques caractéristiques d’acceptation « internes ». Tout se passe donc comme si, pour transformer favorablement une situation critique à l’intérieur d’un système local ou régional, il fallait un système composé d’un ou plusieurs individus possédant des traits à la fois proches du système à régénérer et à la fois propres au monde englobant20. Les animateurs les plus efficaces sont en quelque sorte des systèmes trans-systémiques ; ce qui leur permet d’avoir une activité proche de celle que l’Ecole psychiatrique de Palo Alto appelle le « recadrage ».

  • 21 Ce terme un peu barbare, que la linguistique et l’Ecole psychiatrique de Palo Alto utilisent depuis (...)

41Il est certain qu’une bonne animation doit d’abord être une méta-communication21 puissante, celle qui, à travers une activité donnée, met en place les pré-conditions de l’existence d’un autre contexte. Le véritable but de l’animation devrait être la régénération des réseaux. Deux métaphores peuvent ici nous servir pour saisir la complexité de cette façon de voir : la catalyse et l’homéopathie. La catalyse est une réaction chimique facilitée par l’intervention d’un élément tiers qui, au terme de la réaction, redevient disponible pour une nouvelle réaction de même type. Dans son esprit, cette notion convient très bien à l’animation socioculturelle. L’homéopathie, de son côté, agit également de façon paradoxale. Elle vise à partir des formes mêmes du mal pour élaborer, à un niveau de concentration infinitésimale, un produit que le corps pourra utiliser pour restimuler son propre système de défense, son propre système vital. Comme les énergies en cause sont faibles (très diluées), on peut considérer qu’il s’agit avant tout d’un apport d’information (vibrations organisées et judicieuses par rapport au but à atteindre). Transposé en termes d’animation, il y a lieu de partir des conditions critiques mêmes pour construire une situation plus facile à maîtriser (la petite idée qui rassemble et qui permet d’accomplir ce qu’une approche directe ne saurait faire). A nouveau, on retrouve l’idée qu’une énergie limitée peut fournir une information dynamisante.

Et l’autonomie dans tout cela ?

42Au bout de la notion de « socio-culture », il y a l’idée que tout ou presque peut servir de terrain d’action et que l’animation s’exerce dans toutes sortes de sphères. Nous avons donc cherché à prolonger nos hypothèses hors de la sphère culturelle consacrée pour voir comment, à l’intérieur de diverses fractures de société, certains individus s’y prenaient, dans l’exercice de leur profession par exemple, pour fonctionner comme animateur. Le résultat de cet élargissement est double : d’une part le concept d’animation prend une allure plus technique (catalyseur à énergie limitée, mais apportant des idées à potentiel communicationnel considérable) et d’autre part, les notions d’intériorité et d’extériorité deviennent relatives. Dans une situation de crise, le problème est moins de savoir s’il y a une mobilisation ou une participation endogène a priori et exclusive, que de savoir si certaines personnes présentant un degré minimal d’intériorité par rapport au groupe ou à la collectivité en crise, peuvent susciter des initiatives à même d’accroître la mobilisation et la participation. L’autonomie n’est pas une condition ni un état, mais le résultat d’un processus qui n’existera jamais de façon absolue, stable et définitive. Les chemins qui y mènent impliquent nécessairement des médiations ou tout au moins des individus remarquables (au sens littéral) qui puisent en partie leur enthousiasme dans leur capacité de prendre du recul par rapport au contexte (ouverture sur un ailleurs). Dans cette acceptation on voit que le nombre d’activités qualifiées d’animation ne rentrent pas vraiment dans la catégorie, appartenant non au groupe des stimulants agissant en profondeur (stimulants « de terrain » diraient les homéopathes), mais à celui des anesthésiants ou des euphorisants.

43L’autonomie culturelle suppose donc un usage indirect et à moyen terme d’initiatives visant à pallier les insuffisances manifestées dans ce domaine par un groupe, une collectivité ou une région. Elles constituent des soutiens à la communication, à l’adaptation, susceptibles de contrebalancer les facteurs dissolvants ou dégradants générés par le système englobant. Les situations où, spontanément, des luttes naissent, s’autogèrent, règlent des problèmes graves et se désintègrent une fois leur projet accompli sans laisser la place à de nouvelles hiérarchies et à de nouveaux problèmes, sont suffisamment rares pour qu’il vaille la peine de s’interroger sur le pouvoir autonomisant de ce qui paraît à première vue constituer le contraire de l’autonomie, à savoir l’intervention d’un agent animant.

44Comme nous le rappelle Meister, toute culture est dynamique. Mais il faut reconnaître qu’elle l’est plus ou moins, que nombre de processus socio-culturels qualifiés de « dynamiques » contribuent davantage au renforcement du statu quo qu’à une amélioration des capacités d’expression critique collective. Heureusement, pourtant, ce n’est pas toujours le cas.

Applications

  • 22 Le présent sous-chapitre a été élaboré sur la base des réflexions développées dans le cadre du proj (...)

45Dans le Tiers Monde, on ne compte plus les villes où des familles « débarquent » chaque semaine, voire chaque jour pour les plus grandes agglomérations, afin de fuir une campagne jugée à tort ou à raison incapable d’assurer la survie, pour s’établir tant bien que mal sur un bout de terrain au caractère urbain encore mal défini. L’exode rural, le nomadisme urbain, l’occupation illégale des terrains, la construction sauvage et les problèmes d’emploi, de malnutrition, de santé, de carences éducatives et de criminalité qui s’ensuivent, forment généralement un faisceau de facteurs polarisés de la campagne vers les villes, induisant une question lancinante pour l’humanité dans son ensemble : où cela s’arrêtera-t-il ? On ne se demande plus guère comment freiner directement l’exode rural. Dans le même mouvement se constituent des agglomérations urbaines monstrueuses... Il n’est plus possible de parler de villes, de cités... Le phénomène urbain dominant est l’émergence en bien des endroits de métropoles de plus d’un million d’habitants. Elles quadrillent les sociétés transnationales de Meister. A l’heure où une part toujours plus grande de la population du globe vit dans ces agglomérations, le problème de leur croissance ne peut plus être « résolu » qu’indirectement et la question de la qualité de vie qui y règne doit être approchée non pas sur la seule base des stigmates les plus criants, mais à partir d’une réinvention des potentialités d’autonomie socio-économique propre à la situation existante. Sur le plan systémique, le phénomène urbain est classiquement un accélérateur d’échanges et un accumulateur d’énergie et d’information. Sans rompre avec cette vocation, il est devenu, de façon dominante, un lieu d’engorgement et de dissolution. C’est à l’intérieur de ce paradoxe que doivent s’élaborer les stratégies de vie de demain22.

Questions de développement : l’autoconstruction assistée

46Après la profession de ménagère, non rétribuée et exténuante, celle d’autoconstructeur est la plus répandue dans le monde. Ça signifie apparemment que les gens en situation de dénuement se débrouillent malgré tout pour construire un abri, qui se muera progressivement en maison. Par la force des choses, il n’attendent l’aide de personne, ou dans le pire des cas, ils la sollicitent eux-mêmes et n’attendent pas qu’un organisme spécialisé vienne la leur proposer. En fait, comme dans toutes les questions de développement, il est possible d’adopter une attitude très radicale en disant que moins on se mêle de la vie des autres, mieux ceux-ci pourront définir le type de projet socio-économique et culturel nécessaire pour leur survie. Tout ce qui vient du centre du système transnational, qui n’a pas à donner de leçons d’excellence dans le domaine de la qualité de la vie, ne saurait que corrompre ou dégrader ce qui ne l’est pas encore. C’est en gros la position des gens pour qui le développement est assimilé à un mythe. Nous avons, quant à nous, décidé d’aborder le problème de façon beaucoup plus nuancée.

47Le point de départ de la démarche est de reconnaître que les problèmes existent, tant quantitativement que qualitativement, et que les possibilités de régénérations endogènes spontanées sont très insuffisantes. Le pas suivant est de trouver un angle d’attaque. L’Institut de recherche sur l’environnement construit (IREC) étudie notamment les insuffisances en matière d’habitat et de conditions de vie matérielles. Pour des raisons complexes, nous sommes intervenus en Argentine, bien que ce pays ne soit pas un de ceux où le niveau de vie est le plus bas. Nous devons cependant oublier le niveau de vie moyen. En effet, une partie importante de la population vit dans une situation de dénuement et de vulnérabilité profonds. De plus, l’ensemble de la situation économique se dégrade très rapidement. L’exode rural est important. L’enracinement des classes populaires dans les grandes métropoles argentines ou leurs satellites est problématique. Les difficultés matérielles d’habiter sont diverses (toit déficient, absence d’isolation, fragilité et extrême usure des matériaux de construction et de la structure portante, inondabilité éventuelle, insalubrité et problèmes sanitaires). De plus, elles s’accumulent et se combinent de manière inextricable avec d’autres difficultés : les dangers de maladie, de chômage, de pressions économiques injustes s’ajoutent aux carences résidentielles, à la promiscuité générale, à la précarité possible de la situation foncière.

48Ce cumul des facteurs défavorables et du stress permanent qui leur correspond est une condition sociale très répandue dans les agglomérations, grandes et moins grandes, d’Amérique latine. Si dans la majorité des cas l’autoconstruction permet de pallier le manque de moyens financiers et d’assurer une survie à court terme, les matériaux sont défectueux et s’usent vite, l’habitat demeure inachevé pendant de nombreuses années, les gens tombent souvent malades, font des erreurs de constructions graves (graves, pour eux d’abord, pour leur communauté ensuite), risquent souvent de se faire « éjecter » (pour non remboursement de dettes hypothécaires ou autres) et de façon générale ne parviennent que faiblement, de génération en génération, à s’arracher à cette dépendance. Comme tout à l’heure pour l’animation socioculturelle, la question n’est pas tant de savoir si l’autonomie existe a priori, mais de quelle manière il est possible d’en restimuler des composantes essentielles. En intervenant, même sous forme d’aide provisoire, indirecte et collaborative, on importe des modèles, des méthodes de travail et même, dans la mesure où cette aide vient de l’extérieur du pays, on contribue à accroître l’endettement national. Mais paradoxalement, pour autant qu’elle corresponde à un minimum de demande locale, cette ingérence peut également être le point de départ d’une série de processus de désenclavement socio-économique et culturel.

49A première vue, les problèmes à résoudre sont d’ordre strictement technique. Pourtant, à travers des toits à reconstruire, des aspects fonciers à régulariser, un sous-sol à assainir, il importe de pouvoir amorcer des micro-processus techniques, sociaux, économiques et culturels à travers lesquels le savoir-faire informel puisse circuler, le savoir-faire professionnel se diffuser, la confiance renaître, la communication se développer, les préjugés disparaître, les rôles dévolus aux deux sexes se modifier, l’enthousiasme laisser espérer d’autres envies, d’autres réalisations. Enfin, il s’agit de faire émerger une capacité d’expression et de conscience identitaire collectives. Dans le cas étudié par l’IREC, les seules solidarités subsistant après l’écrasement politico-économique subi par les populations pauvres ces vingt dernières années sont liées aux syndicats (un peu), à la famille élargie (beaucoup plus) et aux sectes protestantes d’origine nord-américaine (de plus en plus actives). Les seuls réseaux vigoureux susceptibles de se manifester en dehors des cercles mentionnés ici sont ceux qui naissent lors d’un événement particulier, telle une lutte pour s’opposer à l’augmentation des tarifs d’électricité. Ces réseaux circonstanciels, à l’évidence, du moins dans le contexte restreint observé à Campana, ne résistent pas à l’usure rapide du temps. La régénération des réseaux s’impose donc bien comme tâche d’animation.

  • 23 Pour les détails organisationnels (évaluation de la demande, évolution des structures de travail pr (...)
  • 24 A titre d’exemple, cf. les divers projets concernant les femmes et la nécessité de les soutenir dan (...)
  • 25 Proposer quelque chose de l’extérieur est implicitement une manière de dire que ceux qui ont normal (...)

50L’approche esquissée ici, dans ses grandes lignes23, vise non pas à proposer une aide ponctuelle, débouchant sur la suppression de carences spectaculaires, mais à encourager indirectement une catalyse, c’est-à-dire une animation socio-économique, technique et culturelle susceptible de susciter un effet d’entraînement à plusieurs niveaux24. Il va de soi que ce type de projet, en grande partie mûri à l’extérieur de la communauté, voire du pays, ne peut s’orienter vers une participation véritable, et en conséquence une efficacité réelle, que dans la mesure où en même temps que les questions techniques, sont pris en considération les enjeux communicationnels, les collaborations et les possibilités de diffusion de savoirs et d’expériences. Pour que le projet existe et prenne corps, il importe que les pouvoirs, voire les contre-pouvoirs locaux, soient mis à contribution, ce qui est nécessairement une étape délicate25. Pour qu’il se concrétise et atteigne sa masse critique, il faut que les associations de quartier et les réseaux déjà agissants se mobilisent et se sentent responsables de ce qui leur arrive ; pour le moment, ce n’est généralement pas le cas. Un travail d’animation est donc nécessaire, un travail qui doit s’occuper d’aspects politico-culturels, mais toujours en prenant appui sur des tâches concrètes à résoudre, qu’il s’agisse de l’établissement d’une coopérative d’achat de matériaux, du prêt « rotatif » d’outils pour la perforation des puits ou de la création d’un foyer pour adolescents.

51Si la progression de la situation implique plusieurs niveaux et champs d’activités entremêlés, la notion d’autonomie se présente constamment sous forme paradoxale. C’est en effet souvent au prix d’une concession initiale, clé à l’indépendance d’un individu ou d’un groupe que cet individu ou ce groupe pourra, dans un deuxième temps, manifester davantage de créativité et d’initiative propres, voire servir de soutien et/ou de modèle à d’autres. De plus, certains problèmes gagnent à être résolus, tout au moins en partie, dans le cadre d’une assistance technique. En matière de construction, les malfaçons coûtent cher et un excès d’autonomie de départ peut conduire par la suite à un surcroît de dépendance. La question financière, bien sûr, n’échappe pas à cette logique paradoxale.

52En matière d’auto-construction, l’autonomie et l’assistance ne sont pas forcément antinomiques. Elles peuvent l’être. Mais tout dépend en définitive du type de projet, du contexte et des effets indirects à moyen terme. C’est par la transformation de microréalités, dans la mesure où celles-ci peuvent s’insérer progressivement dans une cohérence plus globale, que l’autonomisation des gens vivant en situation de précarité marquée prend véritablement un sens. Ainsi, le peu d’argent que les couches défavorisées parviennent à trouver pour survivre peut très bien être associé provisoirement à d’autres ressources, venant de l’extérieur, avec pour objectif de promouvoir un micro-processus d’accroissement de qualité de la vie locale. Ce qui est grave n’est pas l’endettement, mais le fait que ce dernier ne permette pas de générer de la créativité et des réalisations endogènes, n’optimise pas les effets d’entraînement d’une action, celle-ci restant trop souvent ponctuelle et isolée. Le crédit est une aliénation, mais qui, adéquatement profilée, peut s’avérer moindre que la soumission aux processus de dégradation économique qui touchent les pays du Tiers Monde. Cette remarque, qui peut paraître hérétique, est également valable dans le domaine technologique. Une technologie réellement appropriée n’est pas une technologie rustique ; mais une technologie qui provoque le passage d’une dépendance à une autre dépendance, mais de caractère moins marqué. L’auto-construction apparaît donc comme le terrain d’édification de l’autonomie par excellence. Mais elle s’accomplit dans un contexte tellement défavorable, que la formule la plus réaliste est encore celle de l’auto-construction assistée ; pour autant que l’assistance prenne une forme localisée, temporaire et circulante. C’est, semble-t-il, le prix à payer, le « risque » à prendre pour que puissent émerger les préconditions d’un changement en profondeur. Autrement dit le mélange des genres n’est pas forcément incompatible avec l’essor d’une définition collective et endogène véritable de la forme que doivent prendre l’amélioration de la qualité de vie et les réalisations participatives qui en découleraient.

Nouvelles technologies, nouveaux enjeux

  • 26 Mentionnons comme exemple celle qui touche les handicapés, exclus traditionnels qui à travers les n (...)
  • 27 Nous menons actuellement sur ce thème une recherche IREC-Département de sociologie de l’Université (...)

53L’utilisation que l’on fait des nouvelles technologies, par elles-mêmes ni bonnes ni mauvaises, peut conduire aussi bien à une amélioration de la qualité de la vie26 qu’à des atteintes graves à la personnalité sociale et psychologique des usagers. D’aucuns, bien sûr, affirment qu’on ne peut dissocier un univers technique de son contexte de mise en œuvre. En fait, cette vision par trop déterministe est assez dangereuse dans la mesure où elle élimine toute marge, tout jeu dans le mode d’emploi d’un dispositif technique, c’est-à-dire toute innovation dans l’application d’une innovation. Comme dans les paragraphes précédents, nous ferons le pari contraire27.

  • 28 Rappelons que l’Histoire n’a fait que confirmer les angoisses technico-politiques préexistantes, à (...)

54Mentionnons brièvement la question des aspects négatifs des nouvelles technologies. Ces nuisances mériteraient certes un détour plus important. Mais nous sortirions par trop de notre propos. Il est clair toutefois que nous ne partageons pas l’euphorie béate de ceux qui voient dans les nouvelles technologies la recette magique pour un aller simple vers le bonheur collectif. Le contrôle de la vie privée28 reste un phénomène inquiétant, les retombées médicales également. La question de l’emploi — comportant tant le débat sur les nouvelles technologies comme facteur de chômage ou de création d’emplois que celui sur les conditions de travail — et le pouvoir énorme des grandes firmes d’informatique et de télécommunication, par exemple, ne doivent jamais être perdus de vue. Enfin, il convient de se demander si elles ne correspondent pas au franchissement d’un seuil dans l’auto-asservissement de l’homme aux spécialistes, aux grands fabricants, aux technostructures, au système que plus personne ne contrôle vraiment. C’est probablement dans les réponses à cette dernière interrogation que réside la clé d’accès aux autres dimensions du problème.

55Pour aborder de façon dynamique les problèmes posés par la diffusion des nouvelles technologies, il convient avant tout de sortir des lieux communs. La distance sociale que crée la spécialisation technique permettant de concevoir, mettre en œuvre et de réparer des dispositifs de haute technologie est pour l’instant bien réelle. Néanmoins, à l’usage, les hautes technologies s’avèrent beaucoup moins séparatrices et isolantes que cela fut annoncé il y a encore une dizaine d’années et en tout cas pas davantage que les techniques industrielles de l’époque précédentes. Bien plus, on ne compte plus les situations où de nouvelles formes de sociabilité sont apparues par le truchement de nouvelles technologies.

56Pour aller plus loin dans cette discussion, il importe de mieux savoir de quoi on parle. Nous tenterons donc quelques définitions. Les nouvelles technologies regroupent des domaines très différentes comme l’informatique, les bio-technologies, la robotique, les traitements de surface, les systèmes de contrôle de processus, etc. Qu’est-ce qui fait qu’on parle ou non de nouvelles technologies ? Il y a dans ce concept une composante objective bien connue — le fait qu’une technique donnée soit à un moment de l’histoire et pour un temps relativement court une technique plus récentes que d’autres —, mais aussi une dimension subjective, mythique, moins évidente. En effet, parler de nouvelles technologies revient non seulement à faire allusion à des techniques nouvelles, mais à contribuer à l’élaboration d’un discours de promotion idéologique sur le progrès, le bonheur et l’efficacité scientifico-technique. L’adjectif « nouvelle » assure le marquage temporel de cette ère présentement en phase de construction, que « technologie » (plutôt que technique) renforce encore. La promotion d’une nouvelle technologie implique très souvent un récit plus ou moins explicite de ses vertus et de sa participation à l’Age Nouveau.

57Cette vision mythique de la libération de l’Homme correspond au fait que nombre de techniques apportent effectivement un « plus » et qu’elles suscitent une synergie souvent spectaculaire entre les différentes nouvelles technologies. Une des caractéristiques dominantes du domaine paraît être le recours à l’électronique de haute intégration, c’est-à-dire en définitive à l’adjonction d’une forme d’intelligence à de très nombreuses applications techniques, qu’elles interviennent à l’intérieur des processus de conception, de production ou de contrôle de la production, qu’il s’agisse de la fabrication d’éléments entrant dans le procès de production d’autres éléments ou carrément du montage des produits finis qu’achètera le consommateur. Dans presque tous les cas, l’introduction de techniques de ce type débouche sur une formidable accélération, sur un gain souvent décisif de précision et de maîtrise. De véritables seuils de combinaison de savoir-faire et de synergie apparaissent.

58Le problème majeur des nouvelles technologies est celui de leur contrôle. Pour cela, il importe de réduire, ou tout au moins de maîtriser, la distance existant entre le non-initié, le non-spécialiste, et la sphère des techniciens, des grands financiers et des décideurs.

  • 29 Cf. les travaux de Roqueplo, et notamment Le partage du savoir (1974).

59La diffusion d’une nouvelle culture technique suppose une série d’activités orientées dans le sens d’une formation multi-niveaux (chercheurs, ingénieurs, techniciens, opérateurs), d’une information générale (grand public, parents) et d’une vulgarisation d’envergure (usagers, citoyens)29. Mais comme il s’agit de l’apprentissage d’une nouvelle langue et de l’acquisition de bases intellectuelles hautement adaptatives, il importe qu’une animation soit exercée dans les écoles (toutes spécialités et tous niveaux confondus), dans les entreprises et dans les espaces socioculturels proprement dits. Dans cette perspective, nombreux sont les signes qui montrent que les animateurs ne sont généralement pas ceux que l’on attend, mais des directeurs d’écoles, des chefs de petites entreprises, des responsables de fondations, des journalistes, des dirigeants syndicaux. Pour ces animateurs de fait, l’idée n’est pas d’offrir des cours d’informatique ou des conférences, mais bien de permettre, par des moyens de formation et d’information souples, adaptés, la propagation d’une culture « haute technologie » avec cette idée que un pour cent seulement seront des concepteurs, dix pour cent des applicateurs de haut niveau et qu’il faut encore trouver les moyens pour que le reste puisse s’intégrer d’une manière ou d’une autre au mouvement et orienter de manière responsable les choix d’aujourd’hui et de demain en la matière.

60Ce type d’animation a été étudié dans l’Arc jurassien et il est certain qu’après quelques années, le monde industriel bénéficie déjà d’une rétroaction intéressante. Pour que le consommateur et le salarié acquièrent une maîtrise plus grande des techniques qu’ils utilisent et surtout pour que le citoyen soit à même de participer de manière pertinente aux décisions et aux investissements qui touchent aux nouvelles technologies, des domaines importants restent à couvrir. Beaucoup de savoir doit encore se diffuser et surtout un changement de mentalité doit s’opérer, pour sortir les nouvelles technologies du mystère. Et davantage que les nouvelles technologies, c’est l’impression angoissée que tout va trop vite qui doit s’estomper.

  • 30 Un séminaire d’informatique spécialement consacré aux femmes a eu récemment à Berne un succès consi (...)

61N’idéalisons pas, les nouvelles technologies posent des problèmes considérables. Envisager une véritable démocratie participative, dans ce domaine, relève encore de l’utopie. Mais les ingrédients sont là, la piste est tracée. Les avantages et les inconvénients doivent être discutés, les enjeux portés sur la place publique, les formations et les séminaires soutenus. Les relations parents-enfants, la place des femmes30, prennent dans cette optique une importance particulière.

62Un des paradoxes du problème est que pour « rester dans la course » il faut souvent non pas miser sur une production de masse, mais sur une production de pointe et partant, innover le plus possible, dans la technique elle-même, dans son application et dans sa vulgarisation. Ce faisant, la distance entre les concepteurs et la population s’accroît, bien entendu. Mais, à moyen terme, un engouement plus large est susceptible d’apparaître, comme une sorte de culture générale « nouvelles technologies », pouvant profiter aux uns et aux autres, non seulement comme « bienfait », mais comme connaissance permettant de communiquer et de participer aux décisions.

63Le futur des nouvelles technologies comporte donc non seulement une dimension proprement technique, ou scientifique, mais une composante socio-culturelle, dans la mesure où elles devraient pouvoir être digérées par de larges couches de la population.

64L’animation, dans ce contexte, a un rôle clé à jouer. Ici plus encore que dans les problèmes précédemment abordés, elle est susceptible de s’appliquer à toutes sortes de catégories professionnelles et même de classes d’âge. Les jeunes constituent naturellement une population-cible, mais les aînés ne doivent pas pour autant être mis sur la touche, quand bien même il n’est pas toujours facile de trouver un moyen adapté pour les toucher. Les formes de la formation et de l’information sont donc multiples et largement spécifiques. On est loin de l’animation de masse. Mais à nouveau, sans une attitude un tant soit peu interventionniste et volontariste, sans une diffusion de savoir allant des individus les plus dynamiques vers ceux qui apparaissent le moins au courant, il n’est pas de partage minimal, de droit de regard possible sur les décisions et les investissements qui découlent du développement des nouvelles technologies. Bref, sans ces conditions, la dynamique socio-culturelle ascendante n’est simplement pas possible.

Ouvertures

65Nous avons choisi de parler non pas d’autogestion, non pas de participation, mais d’autonomie, comme un continent à construire tous les jours : l’autonomie est un horizon, un processus dont le sens varie selon les acteurs sociaux. D’aucuns la nient pour leurs partenaires, d’autres la considèrent comme une condition sine qua non de la démocratie et en font l’objet central de leurs revendications. Il existe de nombreuses manières de vivre l’autonomie, certaines sont plus dynamiques et créatives que d’autres. Une recherche d’autonomie consiste non pas à imaginer de tout produire soi-même, de tout maîtriser au sein d’un univers social absolument horizontal, mais à transformer en soi et autour de soi, dans le quotidien et à moyen terme, les conditions pour un plus grand contrôle des processus sociaux « depuis en bas ». Le tout, le système-monde, est aussi composé de parties. S’il est vrai que dans un sens il faut changer le tout pour modifier les parties, l’inverse l’est aussi. Plus concrètement, la participation est rarement une affaire de tout ou rien. Nous devons pouvoir décomposer ce qui nous échappe pour regagner une maîtrise des segments de la vie socio-économique qui nous sont les plus accessibles et, de proche en proche, pouvoir influencer les autres. Il faut agir de manière à apprendre et à rendre les processus et les réseaux plus ouverts.

66Ces termes, encore très abstraits, ne font que reformuler des possibilités le plus souvent à notre portée. Certaines d’entre elles ont été abordées dans les différents paragraphes de cet article. La résolution de problèmes généraux passe dans bien des cas par le dépassement de problèmes immédiats, ponctuels et locaux. Cette opération doit permettre d’acquérir la souplesse et l’ouverture nécessaires à l’abord progressif d’enjeux plus vastes. Des phénomènes comme la disparition des baleines et le rétrécissement de la couche d’ozone nous paraissent lointains, soulignant dans leur évolution dramatique notre impuissance. Ils ne doivent cependant pas nous empêcher d’agir localement et chercher à éviter, à moyen terme, qu’ils ne s’étendent ou que d’autres catastrophes de ce type ne surgissent.

67Tout est grave et important. Mais certaines luttes, certaines acquisitions de savoir, certaines étapes sont plus proches et plus plastiques que d’autres. Un engagement partiel peut contribuer à faire perdurer provisoirement l’ensemble du problème : si le résultat à moyen terme est un accroissement collectif de confiance, de créativité et, pourquoi pas, de solidarité, il vaut la peine de naviguer à l’intérieur de notre univers paradoxal pour chercher les paradoxes les plus ouverts et les plus faciles à supporter. L’héritage d’Albert Meister nous apparaît comme une superbe stimulation à penser et à agir dans ce sens.

Bibliographie

Bassand M. et Hainard F., Dynamique socio-culturelle régionale, Lausanne, Presses polytechniques romandes, 1985.

Bassand M., Hainard F., Pedrazzini Y. et Perrinjaquet R., Innovation et changement social, Lausanne, Presses polytechniques romandes, 1986.

Bassand M., Joye D. et Schuler M., Les enjeux de l’urbanisation, Berne, Lang, 1988.

Braudel F., Civilisation matérielle, économie et capitalisme. xve-xviiie siècle, 3 vol. , Paris, A. Colin, 1979.

Debord G., La Société du Spectacle, Paris, Buchet Chastel 1971, Commentaires sur la Société du Spectacle, Paris, Ed. Lebovici, 1988.

de Certeau M., L’invention du quotidien, Paris, 10/18, 1980.

Chombart de Lauwe P.-H., La culture et le pouvoir, Paris, Stock, 1982.

Galland B., Art sociologique : méthode pour une sociologie esthétique, Genève, Georg, 1987.

Gloor U. et Hengevoss T., Ueberblick überabgeschlossene und laufende Arbeiten des ETH Forschungsprojekte MANTO, Zurich, ETHZ, 1986.

Hainard F., Rossel P. et Bassand M., Expérimentation socio-culturelle en périphérie : le bus d’Animation culturelle de Pro Helvetia, Lausanne, Rapport IREC (EPFL) n° 57, 1985.
Animation, identité nationale et pluralisme culturel, Lausanne, rapport intermédiaire FNRS (IREC-Département de sociologie de l’Université de Neuchâtel, 1987.
Culture et périphérie (à paraître), 1989.

Irec-Fau, Stratégies de développement résidentiel de la ville de Campana (Argentine), Cahiers 1-7, et Rapports de 3e et de 4e étapes, Lausanne, Rapports IREC (EPFL), n° 79 (9 cahiers).

Kroeber A., The Nature of Culture, Chicago, University of Chicago Press, 1952.

Lapassade G. et Lourau R., Clefs pour la sociologie, Paris, Seghers, 1971.

Meister A., Participation, animation et développement, Paris, Anthropos, 1969.
L’inflation créatrice, Paris, PUF, 1975.
La Soi-disant utopie du Centre Beaubourg, Paris, Ed. Ententes, 1976.
Œuvres posthumes, Clamecy, 1982.

Roqueplo P., Le partage du savoir, Paris, Seuil, 1974.

Rossel P., « Artisanat et développement : enjeux et débats », in Pierre Rossel et al., Demain l’artisanat ?, Genève, Cahiers de l’IUED (PUF), pp. 23-112 et 265-277, 1986.
Le bus d’Animation culturelle de Pro Helvetia à la croisée des chemins, Lausanne, Rapport IREC, 1988.

Rossel P. et Bassand M., Les micro-réseaux d’une région périphérique, Lausanne, Rapport IREC (EPFL), n° 66, 1986.

Wallerstein I, The Capitalist World-Economy, Cambridge, Cambridge University Press, 1979.

Notes

1 Cette citation, ainsi que les suivantes, sont extraites d’un article publié dans la revue Esprit de 1972 : « Un sociologue s’interroge ». Cet article a été publié dans Meister (1982). Nos citations sont issues de ce volume.

2 Cf. Meister (1969).

3 Cf. Meister (1975).

4 Pour plus de détails sur ce mouvement de pensée, cf. entre autres g. Lapassade et R. Loureau (1971).

5 Cf. Braudel (1979).

6 Cf. Wallerstein (1979).

7 Cf. Meister (1976).

8 Cf. Meister (1982 : pp. 9-13).

9 Il est en effet parfaitement possible de considérer les associations comme des réseaux interpersonnels et/ou intergroupes.

10 Cf. non seulement les classiques de cette pensée pertinente et aussi noire que l’encre qu’elle utilise pour se faire connaître, notamment Debord (1971), mais également la dernière mise à jour de Debord lui-même (1988).

11 La littérature sur l’interpénétration de l’ordre et du désordre est désormais assez ample et nous nous bornerons à rappeler dans ce domaine l’importance de noms comme Morin et Dupuy.

12 Dans cette vision, on ne sait pas non plus très bien si les agents révolutionnaires, tels les avant-gardes et la classe ouvrière, sont les acteurs d’un changement qui, sans leur participation résolue, ne se déroulerait pas, ou les spectateurs de la théorie qui prévoit que de toutes façons ce changement est inéluctable.

13 Ce raisonnement, remis à jour en fonction des contraintes faisant du système Terre un système ouvert, mobilisant des énergies en constante transformation (la vision selon laquelle elles se dégradent est un point de vue « interne » au système), est conforme avec la IIIe thèse sur Feuerbach, de Marx, alors dans ses jeunes années.

14 C’est dans les réseaux tels que nous les entendons ici que peuvent avoir lieu le « murmure quotidien de la créativité », dont parle Michel de Certeau (1980) et les dynamiques culturelles de P.-h. Chombart de Lauwe (1982).

15 On pourra trouver une approche beaucoup plus fouillée des réseaux de communication, tant théorique que concrète, dans Rossel et Bassand (1986).

16 A l’Institut de recherche sur l’environnement construit de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, nous avons eu l’occasion, à travers divers mandats, de procéder à l’évaluation de plusieurs expériences d’animation socio-culturelle, principalement en Suisse, mais également ailleurs en Europe. C’est sur la base des résultats d’ensemble de ces recherches (cf. bibliographie), menées entre 1979 et 1988, que les lignes de ce sous-chapitre ont été écrites.

17 Cf. entre autres les travaux bien connus de Kroeber pour l’anthropologie et Chombart de Lauwe pour la sociologie

18 Pour plus de détails sur cette dimension (l’artisanat et l’économie informelle), cf. Rossel (1986).

19 Cf. Essai de typologie des modes d’animation et des animateurs dans Hainard, Rossel et Bassand (à paraître), et Galland (1987).

20 Cf. Bassand, Hainard, Pedrazzini et Perrinjaquet (1986).

21 Ce terme un peu barbare, que la linguistique et l’Ecole psychiatrique de Palo Alto utilisent depuis longtemps, est ici d’une importance vitale : c’est en effet la communication sur la manière et les résultats sociaux, voire émotionnels, de ce qu’on communique qui constituent les dimensions essentielles du problème. Ainsi, lors d’une fête, ce qui importe est de savoir, au-delà des mots effectivement échangés, ce qui s’est vraiment passé en termes d’échanges relationnels, de mise à jour de la mémoire collective et d’accroissement de la capacité d’action communautaire.

22 Le présent sous-chapitre a été élaboré sur la base des réflexions développées dans le cadre du projet d’autoconstruction assistée « Campana, estrategias de desarollo residencial », dans lequel sont impliqués l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (par l’IREC), la Faculté d’architecture de l’Université de Buenos Aires et divers acteurs sociaux de la Municipalité de Campana, ville de 50 000 habitants située à 80 km au nord-ouest de la capitale argentine. Cf. également pour la Suisse, Bassand, Joye et Schuler (1988).

23 Pour les détails organisationnels (évaluation de la demande, évolution des structures de travail prévues, financement, tactiques communicationnelles, etc.), cf. les divers documents publiés à ce jour sur le sujet et figurant dans la bibliographie.

24 A titre d’exemple, cf. les divers projets concernant les femmes et la nécessité de les soutenir dans leur quête d’autonomie horaire (problèmes de garderies) et de capacité professionnelle.

25 Proposer quelque chose de l’extérieur est implicitement une manière de dire que ceux qui ont normalement la tâche de résoudre les problèmes locaux, dans le cadre de leur charge officielle, ne le font pas comme ils le devraient. Le dépassement de cet obstacle (psychologique, mais aussi légal), peut s’avérer une entreprise très complexe, épuisante et toujours susceptible de tout remettre en question. La création d’organismes ad hoc présente, par exemple, une mise en question implicite de tout pouvoir en place.

26 Mentionnons comme exemple celle qui touche les handicapés, exclus traditionnels qui à travers les nouvelles technologies peuvent souvent recevoir, soit comme soutien mécanique ou communicationnel, soit comme source même d’emploi et donc d’intégration, de nouvelles possibilités de reconquête d’une identité et par là même, d’une dignité et d’une participation.

27 Nous menons actuellement sur ce thème une recherche IREC-Département de sociologie de l’Université de Neuchâtel, financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique. Cf. également les recherches menées dans le cadre du projet MANTO (1986).

28 Rappelons que l’Histoire n’a fait que confirmer les angoisses technico-politiques préexistantes, à l’image du 1984 d’Orwell, écrit il y a plus de trente ans.

29 Cf. les travaux de Roqueplo, et notamment Le partage du savoir (1974).

30 Un séminaire d’informatique spécialement consacré aux femmes a eu récemment à Berne un succès considérable, car il permettait non seulement aux femmes d’acquérir des notions techniques, mais aussi de rompre avec la représentation qui voulait que la technique et la femme ne fassent pas bon ménage. Hors du contrôle masculin, la technique ne susciterait-elle plus les peurs et les barrières si souvent constatées ?

Auteurs

Ethnologue et chercheur, Institut de recherche sur l’environnement construit (IREC), Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

Professeur, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne ; Directeur, Institut de recherche sur l’environnement construit (IREC).

Acheter