Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Dessine-moi un texte

Jean-Marie Moeckli

Note de l’auteur

Retranscription de quelques extraits de la présentation d’Albert Meister donnée par Jean-Marie Moeckli lors du colloque du 9 au 11 juin 1987 à Delémont. Dessins de Christophe Béguin.

Texte intégral

1La soi-disant utopie du Centre Beaubourg est un carnet de notes, écrit en réalité en 1976, pseudo-daté de 1986 et qui concerne les années 1976 à 1986. L’auteur de ces notes, Gustave Affeulpin, est l’inventeur de la contraction moléculaire tangentielle. C’est une invention qui permet de compresser la matière... Gustave Affeulpin nous explique que son invention est très utile par exemple pour réduire les caries dentaires... mais que lui l’a utilisée de façon beaucoup plus spectaculaire, il a vu se creuser sous ses yeux les étages de dessous du Centre Beaubourg... En réalité, c’est lui, Gustave Affeulpin, qui en quelques heures a creusé ce trou grâce à son invention géniale... Une gigantesque cavité, quelque sept millions de mètres cubes de terre se contractèrent... et pour cette contribution éminente, il a obtenu la jouissance de tous ces étages... je ne me rappelle plus s’il y en a soixante-dix-sept ou quatre-vingts... et l’on va faire quelque chose qui est absolument unique : une société de liberté et d’autonomie.

2Les gens se mettent petit à petit à envahir ces étages parce qu’ils savent qu’on peut y aller et qu’on y est libre. L’organisation ?... pas d’organisation, sinon une assemblée générale ; pas de comité, pas de commission, pas d’ordre du jour, pas de membres bien sûr, pas d’argent à l’intérieur du Beaubourg de Gustave Affeulpin, ni de statut évidemment. Pas de chaises... ce fut là l’occasion d’une première question : mais où s’asseoir ? Dans l’assemblée, un gars a une idée géniale... que chacun apporte sa chaise, et dès le lendemain Beaubourg est envahi de milliers de chaises disparates, du vieux faux fauteuil Louis XV à la banquette de 2 CV... et les antiquaires viennent les racheter.

***

3Dans les étages, il se produit toutes sortes de circulations qui ne sont pas prévues ; en matière culturelle, les meilleurs résultats d’une opération sont souvent ceux que Ton n’attend pas. Les livres, par exemple, ce serait tout de même intéressant d’avoir des livres... que chacun apporte ses livres... et c’est l’occasion pour Gustave Affeulpin (Albert Meister) de signaler qu’il y a énormément de collections de Balzac qui aboutissent là au fond (ce qui était le signe de son profond mépris pour Honoré de Balzac, mais c’est un mépris tout à fait affecté qui remontait à de vieilles querelles d’étudiants).

***

4Pas de parois, pas de parois dans chacun de ces étages, sauf pour les druons... vous avez deviné ce que pouvaient être les druons, connaissant l’amitié et la profonde estime qu’Albert Meister pouvait avoir pour cet ancien ministre de la culture... sauf pour les druons et pour les baisoirs... on avait d’abord pensé les appeler isoloirs et ceci par dérision pour les procédures électorales, mais on a trouvé que c’était plus précis de les appeler par un nom plus clair...

5Comment nourrir tout ce monde ? Eh bien, on invente une nourriture qui s’appelle l’alicom que l’on fait faire par les boulangers du quartier à qui l’on donne du travail ; avec des petites boulettes grosses comme le poing, on a à manger pour toute la journée et ça coûte trois fois rien.

***

6Les activités dans le Centre Beaubourg sont absolument libres : La première activité à se développer est celle des motards, comme on leur interdit de pétarader dans les rues de la ville de Paris, alors ils viennent pétarader au 75e... Moto =culture,... et Gustave Affeulpin est ravi que la première activité culturelle soit celle des motards. Il y a un groupe d’artistes-peintres... peintres schizophrènes qui occupent petit à petit tout un étage... des groupes diététiques, des confréries de yogas et bien d’autres groupes à la mode dont Gustave Affeulpin constate avec intérêt que petit à petit, de modes qu’elles étaient, ces activités deviennent réelles et véritablement créatrices... Une des activités qui plaisent beaucoup à Gustave Affeulpin dans sa contemplation de ce qui se passe, c’est le concours du meilleur civet de grand-mère.

7On y apporte aussi toutes sortes de pièces détachées avec lesquelles les gens reconstruisent des choses tout à fait inattendues. Et puis, au départ des vacances, il y a beaucoup de parents qui se disent qu’après tout, au lieu de prendre les enfants en vacances... ça coûte cher, c’est bruyant, ça fait partout, laissons-les à Beaubourg, ils seront là sous bonne garde et les enfants sont si bien qu’ils ne veulent pas sortir... et quand les parents viennent les chercher, ils se cachent dans Beaubourg et au bout de quelques années, Gustave Affeulpin constate avec grand plaisir qu’il a assisté à un phénomène très important : l’émergence de la première génération d’enfants qui choisissent leurs parents.

8Dans La Soi-disant utopie du Centre Beaubourg, l’humour d’Albert se donne libre cours, il est parfois un peu grinçant. Il écrit en 1976, « nous sommes maintenant en 1981, Mitterrand a été élu premier ministre et son programme est celui d’une société d’autogestion libérale avancée ».

9Moins grinçant, dès la page 115, il renonce à la pagination : « aide inutile à la seule gloire des gagas de la lecture rapide », et ces pages s’appellent « il fait beau », « Da », « Horloge Parlante », « 463 84 00 », « Allez Béziers ! », « Aginomoto », « Guayaquil », « - 5 GMT », « Maintenant », etc. Alors ça devient très difficile de citer Albert Meister, mais je crois que c’était une sorte de résistance à son travail de professionnel où la citation, les notes de bas de page, les renvois en fin de chapitre sont extrêmement importants et font partie de ce décorum de l’ouvrage scientifique.

***

10Sur l’orthographe, là, j’avoue que je me suis senti directement visé « ... si vous tiquez à chaque faute c’est que vous vous êtes transformé en chien de garde et que vous êtes donc parfaitement conditionné au rôle que le système grammatico-répressif attend de vous. Votre pensée en est au niveau orthopédique, votre insistance sur le langage châtié révèle le châtré qu’on a fait de vous. Ainsi, pétrifié vous êtes un mort en sursis et nous espérons bien que les sacrilèges que nous continuerons de commettre en nous attaquant à ce que votre Culture d’apostrophes et de circonflexes a fait du « génie de la langue » vous achèveront tout à fait ».... Ceci avec force fautes d’orthographe... Pour moi, à qui Albert m’avait fait l’amitié de me donner à corriger les épreuves de ses premiers livres, c’était une dure épreuve, la plus dure que j’ai eue.

***

11Les conséquences de Beaubourg sont énormes, on crée d’autres Beauboug en Europe. Le premier est le zoo de Bâle... on enlève les grilles, on renvoie les animaux dans leurs pays d’origine, les gardiens sont congédiés avec une pension et ça devient un jardin d’enfants. Le Kunsthaus de Berne : je suis persuadé que ce n’était pas sans malice qu’il avait choisi comme deuxième Beaubourg le Kunsthaus de Berne.

12Les influences des « Beaubourg », de ceux qui vivent dans le Beaubourg de Gustave Affeulpin : désormais on les reconnaît au fait qu’ils parlent au chauffeur de l’autobus, ils sont même devenus si familiers avec le chauffeur qu’on a dû mettre une petite plaque :

13On reconnaît les chauffeurs d’autobus Beaubourg au fait qu’ils vous demandent où vous allez et qu’ils font un petit détour pour vous conduire sur le pas de votre porte. On a construit des distributeurs de poèmes dans les gares. Dans les immeubles, on voit se créer des chaînes d’appartements, on dit alors que les immeubles sont beaubourisés ; au lieu d’avoir des appartements soigneusement clos les uns par rapport aux autres, dans l’immeuble on abat la paroi qui les sépare pour que les gens puissent communiquer, et puis on abat aussi les planchers, respectivement les plafonds, ...ce qui fait que l’on a des immeubles dans lesquels quasiment la moitié des habitants vivent les uns chez les autres...

***

14La pratique du « un sur dix » se multiplie ; qu’est-ce que c’est que « un sur dix » ? ... par exemple, les garçons de café ne font pas payer la dixième consommation, ou plutôt le dixième consommateur ne devra pas payer sa consommation,... les caissiers dans les banques donnent au dixième client 6 fr. 25 de plus, et quand on leur demande : « Mais pourquoi 6.25 et pas dix francs ? » : Si c’était dix francs ils se diraient que c’est une erreur, mais s’ils reçoivent 6.25, ils se rendent bien compte qu’il y a quelque chose qui se passe, ...et puis les prostituées aussi, leur dixième client est gratuit, ce qui a valu d’ailleurs au Ministère des affaires étrangères un grave problème de relation puisqu’un haut diplomate soviétique s’est trouvé être le dixième et était persuadé qu’on avait voulu ainsi l’infiltrer.

***

15Gustave Affeulpin note dans son carnet que les grèves de la SNCF ont lieu régulièrement comme par le passé au moment du départ en vacances. Mais la grève a pris une forme nouvelle, les guichets sont fermés et il n’y a pas de contrôleurs... on double les trains... ce qui fait que tout le monde voyage pour rien. Les usines coca-cola ferment dans le monde, on pique-nique sur les pelouses du Luxembourg, ...un travailleur isolé — selon une nouvelle loi — qui travaille seul dans un coin a droit à un compagnon parleur, nouvelle convention ;... les voitures affichent leurs destinations, non pas pour se faire payer mais pour prévenir les autostoppeurs : levez le pouce si vous allez dans cette direction-là. Le journal Le Monde, c’est son comité de rédaction qui en décide ainsi, paraît désormais quand les nouvelles le justifient ; et le conseil des Eglises de France a décidé que le réveillon aurait lieu en août pour conserver à Noël son caractère de fête commerciale.

Auteur

Secrétaire général de l’Université populaire jurassienne

Acheter