Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’autogestion, disait-on !

Avant-propos

Volltext

1Elle était à la croisée des pensées. L’imaginer, sous toutes les formes possibles, c’était déjà pouvoir y croire un instant ; c’était rêver d’un autre projet de société, d’une société nouvelle, ouverte, chaleureuse, plus égalitaire ; grande séductrice, elle permettait de repenser le monde. L’autogestion, disait-on, allait changer la qualité des rapports sociaux ; elle prenait des airs de liberté, de solidarité, de rapports communautaires, de fête... On pensait le « petit » avec grandeur et chacun devait trouver une place pour exister dignement, humainement. L’autogestion, disait-on, pourrait venir faire éclater les structures des économies planifiées et centralisées des systèmes totalitaires, tout en prenant à l’économie de marché les idées de liberté et de démocratie. Ainsi planification décentralisée et régulations du marché fonderaient une nouvelle voie économique possible entre les deux grands systèmes dominants. Et puis l’autogestion animait une autre utopie : celle qui allait lier le pouvoir de la base au sommet pour rompre les inégalités. Plus tard, dans le sillage de mai 68, l’autogestion devait permettre une nouvelle forme spontanée de créativité qui venait d’en bas. L’autogestion, pensait-on ! répondrait de façon absolument originale aux désirs d’un monde plus démocratique et plus juste.

2Et puis il y avait là, au cœur de la réflexion sur l’autogestion, un immense espoir autour du développement dans les pays du Tiers Monde. Il fallait faire entrer les plus larges couches de la société dans les processus de participation au développement dans tous les domaines : alphabétisation, éducation, travail social, animation rurale...

3En 1977 Albert Meister écrivait à propos de l’autogestion :

... pour les uns, préoccupés par la recherche de nouveaux mythes mobilisateurs, l’autogestion signifie ni plus ni moins que la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme, l’abolition du salariat, l’avènement de la démocratie ; pour d’autres, moins idéalistes et plus enclins aux réalisations immédiates, elle signifie une simple participation à certaines décisions ; pour d’autres encore, attentifs à la façon dont les décisions sont prises, elle se réduit au processus démocratique, à la maïeutique du consensus...

4Nombreuses ont été les expériences de cogestions, de gestions collectives, de coopératives : les kibboutz, les entreprises autogestionnaires yougoslaves, d’autres grandes visions politiques et économiques françaises, entre tant d’autres.

5L’autogestion ! Mot magique, concept u-topique ! Non-lieu mais ailleurs possible né dans la double impasse entre le capitalisme d’une part et la planification centralisée d’autre part. Naïveté oserions-nous dire aujourd’hui, en paraphrasant quelque peu Meister.

6Albert Meister, sociologue, était l’un de ceux qui avaient le plus participé à la réflexion et à l’analyse de l’autogestion en partant d’expériences réelles sur le terrain, en Afrique, en Amérique latine, en Israël, en Yougoslavie, en Europe. Lucide, généreux, farceur à ses heures, il avait su donner à son cheminement intellectuel les teintes des grands idéaux mais aussi de ses doutes, des contradictions que soulevaient la gestion et la cogestion d’un monde éventuellement meilleur. « Est-ce possible ? » ou « Ce n’est pas si sûr ! » ont souvent ébranlé ses convictions et les mouvements profonds de sa pensée. Trop tôt disparu, ce Jurassien a pourtant marqué toute une génération de chercheurs et de praticiens. Aussi, pour faire le point autour des grands axes de ses efforts théoriques, sociologues, ethnologues, philosophes, éducateurs se sont réunis l’an dernier en un colloque non pas pour vénérer un apôtre disparu mais pour prolonger, dans des questions d’actualité, la trajectoire d’Albert Meister autour du débats de l’autogestion.

7Il était évident qu’un institut comme le nôtre, préoccupé par les rapports nord-sud ainsi que par tous les enjeux du développement, prenne sa place dans ce recul critique et dans la remise à jour des potentialités et des pistes ouvrant sur les grands problèmes de notre temps.

8En ouverture de ce Cahier, Michel Bassand et Pierre Rossel prolongent et enrichissent l’œuvre scientifique de Meister. Ils posent les jalons d’une nouvelle réflexion autour des associations, des réseaux, de l’animation, de l’autoconstruction assistée qui sont les défis de l’autonomie et des processus du développement aujourd’hui. Par leur problématique, ils interrogent, sans réserve, les pratiques actuelles et leur possible devenir. Jean-Marie Moeckli, Pierre Furter et Jean Ziegler retracent, dans une sorte de papier d’humeur, avec chaleur, grande émotion et amitié, l’aventure intellectuelle qu’ils ont partagée avec Meister. Mais parler d’autogestion implique avant tout une pratique vivante, fructueuse ou aléatoire, qui se traduit dans des faits concrets, des expériences vécues sous différentes formes et en différents endroits du gobe. Guy Le Boterf, Claude Auroi, Pierre Dominicé, Jean Kellerhals, Olivier Soubeyran et René Levy attestent ici de la diversité et de la richesse des pratiques qu’elles soient collaboratives, de participation associative, d’autoformation pédagogique ou de gestion. Certes il manquerait ici l’essentiel d’une « visée Meister » si le désarroi, la critique, la crise de sens, l’imaginaire ou la créativité n’y avaient eu leur place. Fabrizio Sabelli, Marc Guillaume, René Alleau et Yves Barel mêlent réalité, prospective et vagabondage génial pour nous étonner, une fois de plus, sur les replis des interstices créateurs possibles.

9L’autogestion disions-nous pour commencer ! Et si à partir des marges et des centres, du sérieux et de la farce, des utopies et des réalités, des contradictions et des certitudes, la lecture de ces pages pouvait amorcer une autre réflexion, novatrice et originale, nous aurions atteint notre modeste but. A l’image de la vie quotidienne des hommes mais aussi à l’image des plus hautes ambitions des sociétés, la pensée Meister aurait ainsi réussi un nouveau pari : remettre l’ouvrage sur le métier.

10L’Equipe des Cahiers

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3254/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 473k

Kaufen