Version classiqueVersion mobile

Jeux et enjeux de l’auto-promotion

 | 
Kwan Kaï Hong

De l’action locale aux enjeux nationaux : quelques exemples pratiques

Alain Laffitte

Texte intégral

Passer du « micro » au « macro »

1L’auto-promotion se définit comme un processus par lequel un groupe ou une communauté décide de résoudre ses problèmes en comptant d’abord sur ses propres forces pour prendre en charge son développement.

2Ainsi défini, il semble que l’auto-promotion ne puisse concerner que des groupes ou des communautés de taille modeste localisés dans l’espace et aboutir seulement à des réalisations ponctuelles ou à des actions partielles aux effets limités.

Extrait de la page de couverture du Rapport d’activités 1986 d’APICA (Association pour la Promotion des Initiatives Communautaires Africaines).

3Cela amène à penser que l’auto-promotion ne met en œuvre qu’une approche « Micro ». Une démarche qui se base essentiellement sur un processus de conscientisation et de mobilisation d’une communauté ne peut permettre de s’attaquer qu’aux causes internes et locales du sous-développement. Ces causes existent, et agir sur elles, c’est déjà rétrécir le champ de ces maux. Toutefois la critique fondamentale que l’on est alors tenté de faire est que l’auto-promotion ne peut pas parvenir à mettre en œuvre une approche « Macro » seule capable de prendre en compte les problèmes sur des bases globales et seule capable d’intervenir sur les causes externes du sous-développement.

4Nous voudrions tenter, dans les lignes qui suivent, de renverser cette analyse et d’esquisser des stratégies permettant aux groupes en auto-promotion de mettre en oeuvre des approches « Macro ».

5Un groupe ou une communauté ne vit pas en vase clos. Il participe à un système socio-économique. Il y rencontre d’autres acteurs avec lesquels il entretient des échanges. Il exerce ou subit des pouvoirs. Ce système -au sein duquel on peut distinguer quatre niveaux : local, régional, national et international - est le siège de problèmes plus globaux qui ont inévitablement des répercussions sur le groupe. Le sous-développement du groupe ou de la communauté a des causes exogènes qui nécessitent une prise de conscience et des interventions à un niveau plus global.

6A titre d’illustration, une région peut avoir des problèmes de gestion écologique de son milieu naturel se traduisant par des phénomènes d’érosion, de déforestation, de gaspillage des ressources hydrauliques ou de conflits, sur le système d’aménagement de l’espace rural, opposant par exemple éleveurs et agriculteurs. La région peut souffrir d’un manque d’infrastructures de communication et d’équipements (routes, ponts, ports, marchés, centraux téléphoniques, etc.) qui rende impossible le développement des communautés qui vivent, malgré les efforts qu’elles peuvent déployer pour pallier ces manques. Les divers acteurs régionaux peuvent aussi avoir des problèmes de collecte et de transformation de leurs produits, de valorisation de leurs ressources et d’approvisionnement en intrants agricoles.

7Au niveau de la nation, les options de politique économique peuvent favoriser ou freiner les organismes en auto-promotion. C’est ainsi que les options, qui privilégient l’exportation de cultures de rente au détriment de la production de cultures vivrières visant l’auto-suffisance alimentaire, peuvent se révéler préjudiciables aux communautés paysannes. Le pays peut avoir des problèmes d’équilibre et d’échanges inter-régionaux. Il peut aussi présenter un appareil législatif insuffisant ou inadapté à l’émergence de ces nouveaux acteurs de la société civile que sont les initiatives locales de développement et les organismes d’appui à l’auto-promotion. De même, les choix des politiques de recherche, des politiques énergétiques, des politiques d’industrialisation, des politiques agricoles, des politiques bancaires, etc. vont conditionner l’environnement socio-économique. Bien connaître ces politiques est nécessaire pour intervenir sur les causes « Macro » en respectant voire en renforçant la philosophie d’auto-promotion.

8Enfin, au niveau international, l’évolution défavorable des termes de l’échange, le commerce inégalitaire, la division internationale du travail entre le Sud et le Nord, les modalités de fixation du prix des matières premières, le sur-endettement des pays pauvres envers les pays riches, constituent autant de causes externes supplémentaires du sous-développement des communautés de base.

Une vue d’ensemble

9Avant de présenter divers exemples des modes de passage de la dimension « Micro » à la dimension « Macro », nous proposons d’appréhender et de rendre compte de la réalité de l’auto-promotion d’une région à travers l’analyse de système. Un système régional est composé de l’ensemble des acteurs socio-économiques qui s’y trouvent. Ces acteurs agissent dans le but de satisfaire leurs besoins, individuels ou collectifs, par la mobilisation de leurs ressources (humaines, matérielles, financières) et la valorisation de leur production si elles se situent dans le cadre d’un système marchand.

10Le système dans son ensemble peut s’analyser sous trois angles :

  • le nombre d’acteurs qu’il y a dans ce système, l’évolution de leur nombre, et leurs capacités d’organisation ;

  • les relations qu’entretiennent ces acteurs entre eux (nombre, nature, volume, etc.) et l’évolution de ces flux ;

  • les échanges qu’entretient le système avec l’extérieur (nature, volume, etc.) et l’évolution de ces échanges.

Angle a) : la structuration du système

11Un système dans lequel il existe numériquement peu d’acteurs et dans lequel ces acteurs sont peu diversifiés nous semble être un système pauvre tant dans sa structuration que dans sa dynamique. Les schémas ci-dessous présentent deux systèmes extrêmes.

12Un système ayant un nombre élevé d’acteurs et présentant une diversification importante de ses composantes sera plus riche. Cette richesse peut s’exprimer en « savoirs » par la spécialisation des connaissances et des technologies qu’elle entraîne chez ses acteurs. Elle peut aussi se mesurer en flux économiques par le volume des échanges qu’elle génère.

Angle b) : la régulation du système

13Les relations que ces acteurs entretiennent entre eux sont considérées comme des flux. Ces flux sont composés de marchandises échangées contre de la monnaie, mais ils peuvent aussi être des flux d’informations relationnelles et culturelles et des flux de pouvoirs (s’exprimant par exemple dans les mécanismes de fixation des prix, dans les décisions politiques, etc.). Sur les schémas, ces flux peuvent être représentés par des flèches.

14Un système qui génère peu de flux (en nature, en valeur ou en volume) nous semble être un système pauvre. Le niveau d’échanges économiques s’exprime dans des formules qui quantifient le PIB (Produit Intérieur Brut) comme étant la somme des valeurs ajoutées produites par les différents acteurs ou qui définissent la masse monétaire en circulation dans le système à partir de la quantité de monnaie multipliée par sa vitesse de rotation.

15Ces formules nous rappellent que le niveau des échanges d’un système est fonction de leur nature, de leur nombre, de leur volume et de leur fréquence.

Angle c) : la dynamique du système

16Les échanges qu’entretient le système avec l’extérieur résultent des choix fait par la région ou le pays de ses modèles de développement (modèle extraverti ou modèle auto-centré), du niveau de dépendance du système vis-à-vis de l’extérieur (dépendance par rapport aux produits importés ou aux possibilités d’écoulement d’un produit exporté) et enfin, de l’influence que cette région ou ce pays peuvent avoir sur l’extérieur par les productions qu’ils exportent et l’autorité qu’ils y gagnent.

17Aller d’une dimension « Micro » vers une dimension « Macro » consiste, nous semble-t-il, à enrichir le système grâce à trois politiques :

  • multiplier les acteurs, leur organisation, leur spécialisation et leur diversification ;

  • augmenter le volume et la variété des échanges (marchandises et monnaie et aussi informations et négociations) ;

  • lancer de nouvelles activités et les intégrer entre elles aux différents niveaux géographiques.

18Les paragraphes suivants présentent quelques exemples de processus d’auto-promotion qui tentent d’aller du Micro au Macro.

Un premier exemple du possible passage du Micro au Macro au niveau régional : l’aménagement du terroir

19Les initiatives locales de développement ou les communautés de base sont souvent confrontées au problème de mise en place de petits aménagements permettant de créer ou d’améliorer leurs outils de production. Par exemple, une dynamique locale commence par l’aménagement d’un petit périmètre irrigué ou la construction d’un barrage-bief en gabions. Elle peut se développer et s’épanouir pour englober un ensemble de villages et par la suite mener à un schéma d’aménagement régional débordant largement l’action ponctuelle de départ. Cela peut être obtenu par l’effet de multiplication de ces petites actions qui, en couvrant, petit à petit, toute la superficie de la région, sont capables de modifier le système d’exploitation.

  • 1 Bief: micro-barrage; Mayo: torrent intermittent.

L’objectif recherché, ce n’est pas un grand bief dans chaque village, mais beaucoup de petits biefs tout au long du mayo !1 (Extrait d’une brochure du Diocèse de Maroua-Mokolo ; Nord-Cameroun)

20Les effets obtenus par cette dynamique sont d’abord des effets physiques et matériels (maîtrise de l’eau, utilisation de cette maîtrise pour augmenter la production, diversification des cultures, etc.).

21Mais ils sont aussi psychologiques, culturels et pédagogiques. Ces actions montrent comment les petites communautés peuvent imprimer leur marque à la nature, comment ils peuvent la modeler à leurs fins pour la conquérir et la maîtriser. Le groupe passe d’un état où il subit les contraintes naturelles à un état où il a l’initiative d’agir pour les desserrer. C’est une véritable révolution spirituelle. Elle permet une initiation permettant de « se faire les dents » sur le Micro avant de passer au Macro. Elle favorise une maturation qui permettra à terme de passer au Macro.

22La dynamique créée par l’aménagement régional permet aussi d’intégrer implicitement l’idée de système. Les populations découvrent en mettant en uvre ces actions qu’il y a un « amont » et un « aval ». Elles prennent conscience qu’en agissant sur un élément du système (par exemple la gestion de l’eau) elles obtiennent des modifications sur un autre élément apparemment sans lien (les tâches des femmes). Découvrir qu’on peut avoir une action sur l’ordre naturel c’est se préparer à découvrir qu’on peut, aussi, agir sur l’ordre social.

23Ce passage est d’autant plus aisé à effectuer, que certains types d’aménagement amènent naturellement à intervenir au niveau de l’organisation sociale par l’incontournable nécessité de se concerter et de se coordonner (gestion d’ouvrages hydrauliques, répartition de l’eau, contributions à récolter pour la couverture des coûts de fonctionnement de l’aménagement, etc.). L’apprentissage de la gestion associative de petites actions prépare à l’apprentissage de la gestion de plus grands ensembles (infrastructures régionales, organisations paysannes, etc.).

Un deuxième exemple : la création d’un tissu régional d’acteurs

24Pour illustrer cet exemple, nous décrirons le cas de la promotion du palmier à huile en milieu villageois au Sud-Cameroun. La culture du palmier sélectionné y a complètement bouleversé l’ancien système d’exploitation du palmier naturel basé plutôt sur une économie de cueillette et d’extraction traditionnelle d’huile par piétinement des noix. Actuellement le système de production comporte 3 catégories d’acteurs :

  • les sociétés agro-industrielles (environ 60 000 ha) ;

  • les plantations villageoises encadrées par les sociétés agro-industrielles (environ 5 500 ha) ; les planteurs livrent leurs régimes à ces sociétés qui en extraient l’huile ;

  • les plantations villageoises non encadrées ou celles appuyées par le PPV (Plan Palmeraies Villageoises) qui extraient elles-mêmes leur huile (environ 1 000 ha).

25Ce dernier cas nous permettra de montrer comment s’est créé un tissu régional d’acteurs.

26Le PPV (Plan Palmeraies Villageoises) a son siège à Otélé (Province du Centre). C’est un organisme d’appui constitué sous forme d’une ONG confessionnelle en 1978. Son but est de retenir les jeunes et les moins jeunes à la terre en leur permettant de diversifier et d’augmenter leurs revenus par la culture du palmier sélectionné et l’extraction de l’huile de palme au niveau villageois. Pour cela le PPV a mis au point des thèmes techniques et des méthodologies de vulgarisation. Les planteurs intéressés par cette culture sont priés de se regrouper en petits comités que le PPV forme et appuie pour la constitution d’une pépinière communautaire. Ils leur livrent des graines sélectionnées pré-germées. Des sessions de formation sont organisées à la mission d’Otélé où existe une magnifique palmeraie et une unité d’extraction d’huile de palme, ce qui permet d’appréhender tous les problèmes relatifs à la conduite d’une palmeraie depuis la pré-pépinière jusqu’à la commercialisation de l’huile de palme. Pour mettre au point une méthode appropriée d’extraction de l’huile, PPV a fait appel à une organisation non gouvernementale (ONG) : l’APICA.

27L’APICA est un organisme d’appui, basé à Douala, créé en 1980. Il a pour but de promouvoir et d’appuyer les ILD en développant un tissu d’organismes d’appui locaux. Un de ces domaines d’intervention est relatif à la mise au point de technologies appropriées. Pour répondre à la demande du PPV, l’APICA a fait l’étude d’une gamme de pressoirs à huile de palme adaptés au niveau villageois. Ce travail de recherche-développement s’est étalé sur 3 ans. Il a abouti à la mise au point d’un pressoir de base appelé pressoir Caltech autour duquel ont été développés trois modèles : un modèle à bras, un modèle à manivelles et un modèle motorisé qui sont conçus pour traiter la production de palmeraies allant de 0,5 ha à 20 ha. Ce travail de recherche est allé jusqu’au transfert de la technologie de fabrication des pressoirs à huile à un atelier de production situé également à Douala, qui s’appelle OPC (Outils Pour les Communautés). L’APICA a vendu à OPC la licence de fabrication des pressoirs avec une exclusivité régionale sur la Cameroun.

28L’OPC a été créé en 1983 sous forme de société à responsabilité limitée par 3 ONG intervenant au Cameroun (APICA, PPV et CeDAC). Toutefois les statuts de cette SARL donne à OPC l’esprit d’un GIE (Groupement d’Intérêt Economique), forme juridique malheureusement méconnue au Cameroun. Le but d’OPC est de produire des équipements de technologie appropriée. Sa gamme de produits comprend les pressoirs à huile de palme, les moulins à marteaux, les presses à parpaings de terre et les creuseuses.

29On remarquera aussi, par rapport à la grille d’analyse systémique, que l’action menée a eu plusieurs effets. Elle a permis de faire naître une nouvelle catégorie d’acteurs : les planteurs de palmiers sélectionnés producteurs d’huile de palme. Un organisme d’appui (le PPV) s’est créé pour leur apporter un appui en organisant des formations, des suivis et en assurant des services d’approvisionnement en intrants (graines sélectionnées pré-germées, outillage agricole, etc.). Un deuxième organisme d’appui : OPC s’est créé. Il s’est défini comme une structure de production d’équipements de technologie appropriée fabricant en particulier des pressoirs à huile de palme. Le troisième organisme d’appui : l’APICA a su intervenir dans cette action pour relier entre eux les divers acteurs, proposer des services appropriés, mener le travail de recherche-développement sur le pressoir Caltech et participer à la multiplication des acteurs.

30A la lumière de cet exemple, il nous paraît intéressant de faire ressortir que le rôle des organismes d’appui, dans un modèle de développement basé sur l’auto-promotion, est le suivant :

  • contribuer à multiplier le nombre d’acteurs socio-économiques du système en appuyant la promotion et le développement d’initiatives ;

  • appuyer le développement et la diversification de la nature des échanges et leur spécialisation. Une spécialisation permet un approfondissement des savoirs (technologiques, organisationnels, etc.) et une multiplication des échanges intra-système ;

  • appuyer le développement en volume de la quantité des échanges. Plus les échanges sont nombreux plus les flux (d’informations, de biens ou de monnaie) sont importants contribuant ainsi à l’enrichissement global du système ;

  • appuyer la fréquence des échanges pour aboutir à une situation permettant de compenser le faible montant de la quantité de monnaie par l’augmentation de sa vitesse de circulation.

31En ce qui concerne les bailleurs de fonds, nous pensons qu’ils ne devraient pas craindre de participer à la multiplication des acteurs de la société civile. Trop souvent, ils ont des réticences à financer la création de nouveaux organismes d’appui. Ou, pire encore, ils privilégient la collaboration avec des services étatiques qui, en l’absence d’une conscience historique de leur rôle, contribuent à étouffer l’émergence de cette société civile.

32Une des raisons évoquée par les bailleurs de fonds, pour justifier leur attitude, est d’éviter les double-emplois et la concurrence. Nous ne pensons pas qu’il y ait des inconvénients à ce que se développe une concurrence modérée entre les diverses organismes d’appui. Ce qu’il faut, c’est introduire des règles permettant d’évaluer l’efficacité de ces organismes en appréciant, d’une part, leur rôle socio-éducatif dans l’appui à l’émergence d’une société civile et, d’autre part, leur stratégie d’auto-financement.

Un troisième exemple : la mise en place d’unions de groupements régionaux

33Les actions réussies par des groupements - dont la préoccupation est d’agir pour prendre en main leur destin - induisent, l’effet d’imitation aidant, la multiplication de ces initiatives. A partir d’un certain seuil apparaît l’idée de créer des Unions de groupements. L’éclosion de cette idée peut être favorisée par des rencontres et des échanges d’expérience entre leaders qui se rendent compte qu’en se groupant ils pourraient être plus forts. Cette idée peut aussi être introduite par les partenaires (Etat, services d’appui, sources d’aides) pour qui il est plus simple et plus efficace d’avoir un interlocuteur unique fédéré plutôt qu’une multitude d’interlocuteurs isolés.

« Un jour ou l’autre sortira de cet œuf une organisation paysanne dynamique et auto-féconde au Cameroun ».
Explication du sigle du SAILD.
(Service d’Appui aux Initiatives Locales de Développement).

34La mise en place d’Unions de groupements constitue un bon exemple de passage du Micro local au Macro régional. En effet, les Unions en se constituant sur une base géographique plus large sont en mesure d’appréhender des problèmes plus globaux et d’agir à des niveaux plus élevés. Elles peuvent ainsi mettre en œuvre des actions de création d’infrastructures régionales (ponts, routes, greniers régionaux, etc.) permettant de faire sauter des goulots d’étranglement. Ces réalisations peuvent prendre la forme de gigantesques et spectaculaires chantiers d’investissement humain qui manifestent aussi bien la valorisation de la force de travail d’une population que sa capacité de mobilisation.

35En termes de pouvoir, les Unions peuvent se faire reconnaître comme nouvel interlocuteur de poids auprès des autorités administratives et politiques et auprès des organismes d’appui et d’aide financière. Cette reconnaissance, traduisant l’émergence d’une nouvelle catégorie d’acteurs de la société civile, n’est pas rien. Elle permet de participer à certaines instances de décision telles que les commissions préfectorales ou régionales de planification.

Un quatrième exemple : le passage du « régional » au « national »

36La mise en place de Fédérations nationales illustre le passe du « Micro régional » au « Macro national ». Les groupements qui ont vécu le mouvement de création d’Unions régionales découvrent naturellement l’intérêt qu’il y a à mettre en place des Fédérations nationales. Ces fédérations peuvent entreprendre des actions :

  • de mise en place de services communs (services d’appui, services de formation) ou d’entreprises inter-Unions (approvisionnement, production d’outillages et d’équipements, etc.) ;

  • de communication, se traduisant par l’édition de journaux ruraux, la production d’émissions de radio et de supports audiovisuels, l’organisation de voyages d’études ou de rencontres d’échanges ;

  • de prise de participation dans le capital de certains organismes (prise de participation de la Fédération des ONG du Sénégal dans la Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal, prise de participation de Fédération des Unions de groupements Naam dans un atelier de fabrication d’outillages agricoles au Burkina, etc.) ;

  • de consultation ou de participation à des décisions de politique de développement national.

Vers l’international ?

37Ces stratégies se fondent sur des analyses communes et sur des alliances.

38L’analyse approfondie des problèmes du sous-développement montre clairement que celui-ci a également des causes externes importantes. Ces causes se trouvent dans les relations internationales mettant en œuvre les mécanismes d’échanges Nord-Sud. A ce niveau, il serait caricatural de penser que les opinions publiques du Nord sont satisfaites des actions menées avec le Sud. Tout au contraire, elles y voient un danger et une menace potentielle par les inégalités qu’elles maintiennent et qui peuvent conduire à des situations explosives préjudiciables à tous les acteurs (exemple : le problème de la dette).

39Les opinions publiques du Nord ne sont pas satisfaites non plus de leur propre « modèle » de développement. En fait, elles sont amenées à penser que le sous-développement du Sud est le pendant du mal-développement du Nord, que la sous-nutrition des pays africaines et asiatiques est le pendant de la mal-nutrition des pays européens et elles recherchent des modèles d’analyse et d’action qui permettraient, dans une vision globale, d’apporter des solutions aux deux parties en cause. Pour ce faire des stratégies permettant de passer du « Micro national » au « Macro international » existent. Ces stratégies se basent sur des alliances et des actions conjointes associant des ONG du Nord et des ONG du Sud.

40Les campagnes médiatiques des associations SOLAGRAL et Frères des Hommes, par exemple, sur le problème de la mal-nutrition du Nord et de la sous-nutrition du Sud, illustrent, à notre avis, cette approche. La mise en place de circuits alternatifs de distribution de produits du Sud (Boutiques tiers-monde par exemple) constituent des actions, timides certes, mais spectaculaires de sensibilisation aux problèmes des inégalités du commerce international, en même temps qu’elles offrent des débouchés non négligeables aux productions d’organisations du Sud (café de Tanzanie, quinoa de Bolivie, etc.).

41Un autre exemple de ce type d’alliance est constitué par les nombreuses petites actions de développement associant des ONG du Nord et des associations du Sud qui travaillent en partenariat. Ces actions conjointes constituent un des faits nouveaux les plus intéressants qui se soit passé sur la scène du développement. Elles montrent que les relations entre les peuples ne se font pas nécessairement par le passage obligé des relations d’Etat à Etat ou par le jeu instable des interventions des firmes multinationales.

42Elles contribuent à l’émergence d’une conscience planétaire qui transcende les frontières aussi bien au plan des droits de l’Homme qu’à celui des équilibres écologiques (débat sur le rôle des forêts tropicales, sur le « commerce » des déchets, etc.). Elles peuvent conduire, à terme, à des changements de politiques comme le montrent des événements récents.

Conclusion

43L’auto-promotion peut dépasser le niveau du « Micro » pour atteindre le « Macro » par une série de mécanismes pédagogiques, économiques et politiques.

44Le premier intérêt d’une démarche d’auto-promotion se situe sur le plan pédagogique. Elle permet aux communautés de comprendre et d’apprendre qu’elles peuvent AGIR, qu’elles ont des possibilités pour modifier les contraintes qu’elles subissent. Ce faisant, elles découvrent dans une démarche autodidacte qu’elles peuvent agir sur elles-mêmes et sur leur environnement. La démarche les amène ensuite à découvrir implicitement la notion de « système », même si elles ne sont pas en mesure d’expliciter le concept. Comprendre que l’on se situe dans un système -écologique et socio-économique - c’est disposer de schémas explicatifs permettant de mieux se situer et de mieux saisir les possibilités et les limites de ses actions. Une des caractéristiques pédagogiques de la démarche est sa progressivité. Agir au niveau « Micro », dans un premier temps, permet de s’exercer et de développer ses capacités. Cela permet de s’outiller, de prendre de l’assurance et d’acquérir de l’expérience pour intervenir ensuite sur le niveau « Macro ». Cette auto-pédagogie du développement rend possible le passage progressif du local au régional, du régional au national, du national à l’international.

45Le développement de ces capacités s’effectue en particulier dans le domaine de la gestion et de la démocratie associative.

46Le deuxième intérêt de la démarche d’auto-promotion est économique. Les actions favorisent l’amorce d’un développement économique des villages et quartiers concernés, puis des systèmes économiques régionaux au sein desquels elles se situent. Cela passe par l’augmentation du nombre d’acteurs dans le système et par l’augmentation des inter-relations et des échanges entre ces acteurs. De même l’apparition de nouveaux mécanismes d’aide, de nouvelles solidarités économiques Nord-Sud, traduisent une évolution du paysage « Macro » dont bénéficient les organisations locales et les institutions d’appui.

47Le dernier intérêt de la démarche est politique. Elle permet l’émergence d’une société civile composée de nouveaux acteurs dont les capacités de pression sont de plus en plus importantes étant donné les nouveaux rôles qu’ils jouent. La venue de cette société civile permet de resituer le rôle de l’Etat. L’Etat n’est pas l’acteur unique de la société civile. Il en est l’arbitre, garant du respect des règles du jeu social. Ces nouveaux acteurs pèsent sur l’Etat pour se faire reconnaître et entendre. Ils bénéficient, actuellement, d’une conjoncture favorable puisque partout les Etats sont amenés à reconnaître qu’ils ne sont pas en mesure de jouer le rôle dont ils avaient imprudemment l’ambition. Ces nouveaux acteurs pèsent sur l’administration et ses fonctionnaires qui ont tendance à utiliser l’appareil de l’Etat à leur profit en s’attribuant un rôle que ni les constitutions ni la nécessité ne justifient.

48L’apparition de ces nouveaux acteurs du Sud, concomitante à celles d’un nouvel état d’esprit des ONG du Nord, permet de nouer des solidarités internationales directement d’organisations à organisations, apportant ainsi une pierre à la construction d’une nouvelle conscience planétaire.

Notes

1 Bief: micro-barrage; Mayo: torrent intermittent.

Auteur

Formateur auprès de l'Association pour le Développement du Potentiel Humain (ADPH), France

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search