Version classiqueVersion mobile

Jeux et enjeux de l’auto-promotion

 | 
Kwan Kaï Hong

Les organisations non gouvernementales face à elles-mêmes

Koenraad Verhagen

Texte intégral

1Depuis quelques années, un grand nombre d’organisations non gouvernementales (ONG) adoptent une approche du développement consistant à soutenir les efforts propres déployés par des groupes de population défavorisée dans le tiers monde. Mais au-delà du discours, la question qui se pose est de savoir dans quelle mesure les politiques et les pratiques des ONG locales qui interviennent sur le terrain, et celles des ONG du Nord qui les soutiennent, permettent effectivement d’appuyer les processus d’auto-promotion à la base.

2Nous présentons dans cet article les résultats d’une réflexion que nous avons menée, avec d’autres, autour de cette question. Dans un premier temps, nous résumerons les principales conclusions d’une étude organisée par CEBEMO. Ensuite, nous présenterons les thèmes qui se sont dégagés au cours des discussions suscitées au sein de CEBEMO par cette étude et lors d’une consultation d’experts qui a suivi celle-ci. Enfin, nous proposerons quelques considérations personnelles au sujet des implications de l’appui à l’auto-promotion sur la politique des ONG du Nord.

Une étude sur l’appui à l’auto-promotion

Déroulement de l’étude

  • 1 Voir: Koenraad VERHAGEN, Self-help promotion: a challenge to the NGO community, Amsterdam. Royal Tr (...)

3En 1985, CEBEMO lançait une étude sur le thème de l’appui à l’auto-promotion1. Les objectifs étaient de déterminer :

  • comment accroître l’efficacité des organisations non-gouvernementales locales qui interviennent comme « institutions d’appui à l’auto-promotion » (IAAP) auprès d’organisations populaires à caractère coopératif tels que groupements villageois, pré-coopératives, coopératives ou leurs unions - appelés ici organisations d’auto-promotion (OAP) -, en particulier dans le domaine des activités économiques, et

  • comment les organisations internationales d’entraide telles que CEBEMO, MISEREOR, appelées ici ONG donatrices, pourraient soutenir ce processus.

  • 2 Ce sont, respectivement, le Conseil Catholique de Thaïlande pour le Développement (CCTD, Bangkok) a (...)
  • 3 En l’occurrence, les groupements villageois appuyés par le CCTD en Thaïlande, les pré-coopératives (...)

4Cette étude a été réalisée dans trois pays : la Thaïlande, l’Indonésie et le Brésil, par trois ONG locales partenaires de CEBEMO 2, avec l’aide de chercheurs locaux. Elle a été menée sous forme d’auto-évaluations, par ces ONG, de l’efficacité de leurs méthodes d’appui à des processus d’auto-promotion dans lesquels sont engagées des organisations populaires3 Un cadre conceptuel commun a été utilisé dans ces différents contextes. CEBEMO a assuré la coordination et le financement de l’étude, achevée en 1987. Les conclusions et les implications ont été discutées lors d’une réunion à laquelle ont participé des représentants des trois organisations locales concernées et de CEBEMO.

Une approche en termes de système

5L’approche adoptée dans le cadre de cette étude se réfère à la notion de système. Elle se fonde sur l’hypothèse qu’une ONG locale qui agit seule ne peut obtenir que quelques succès localisés exerçant un impact limité sur les forces du changement socio-économique et culturel. Pour cette raison, les IAAP, et les OAP qu’elles appuient, sont obligées de chercher à développer des liens positifs avec d’autres institutions locales comme les banques, les services étatiques, les entreprises, les institutions religieuses et d’autres ONG. Le terme « liens positifs » suggère que ces autres institutions deviennent des « institutions de soutien » aux processus d’auto-promotion, à travers les multiples services qu’elles peuvent fournir : crédit, subventions, aide technique, éducation, santé, formation, recherche, contrats commerciaux, etc. Autrement dit, l’appui à l’auto-promotion ne relève pas des seuls ONG d’appui mais d’un système d’appui plus large comprenant différents types d’institutions. Et à mesure que les OAP se renforcent, notamment en se structurant et en exerçant des fonctions économiques, elles peuvent exercer un contrôle croissant sur les instruments d’appui, et disposer d’un plus grand pouvoir de négociation pour modifier leurs relations avec le système d’appui. Cette approche est illustrée par le schéma n° 1.

6On remarquera que les ONG donatrices continuent aujourd’hui à concentrer leurs activités essentiellement sur des projets. Elles se préoccupent peu de savoir comment les organisations locales établissent des contacts avec d’autres institutions locales, et ce que celles-ci peuvent offrir en matière d’appui technique ou financier.

Les faiblesses observées dans les pratiques des ONG locales

7Les ONG locales ont identifié un certain nombre de faiblesses dans leur pratique d’appui. Pour mener cette analyse, elles ont utilisé le schéma n° 1, qui distingue huit instruments d’appui à l’auto-promotion. Nous résumons ci-après les principales observations effectuées.

1) Identification de la population-cible et des communautés-cibles

8Dans deux pays, on s’est aperçu que cet instrument était peu élaboré, avec pour conséquence que la population-cible ou certains groupes de celle-ci, par exemple les femmes, étaient sous-représentés parmi les membres des OAP.

2) Identification des activités économiques par la recherche et la planification participative

9Les trois ONG ont constaté qu’elles manquaient de connaissances approfondies sur les conditions socio-économiques des populations pauvres.

Schéma 1 : ELEMENTS CLEFS D’UNE APPROCHE SYSTEMATIQUE D’ENCOURAGEMENT ET D’APPUI AUX ORGANISATIONS D’AUTO-PROMOTION

Schéma 1 : ELEMENTS CLEFS D’UNE APPROCHE SYSTEMATIQUE D’ENCOURAGEMENT ET D’APPUI AUX ORGANISATIONS D’AUTO-PROMOTION

Contrôle croissant des instruments et du système d’appui par la population-cible : un processus cyclique

3) Education et formation mutuelle

10Les trois ONG étaient engagées dans des processus d’élaboration de nouvelles approches en matière d’éducation et de formation. La tendance est d’abandonner l’éducation dispensée en salle ainsi que la formation organisée dans les « centres de formation ». Elles mettent sur pied de nouveaux systèmes de formation, moins coûteux, organisés dans les villages et par les villageois eux-mêmes.

4) Mobilisation de l’épargne propre et des crédits extérieurs

11La capacité d’épargne existant au niveau des villages semble être largement sous-estimée. Il apparaît que les initiatives de développement portant sur des micro-réalisations peuvent être autofinancées par les villageois d’une façon bien plus importante que l’on ne le suppose généralement.

5) Conseil en matière de gestion

12Un service de conseil en matière de gestion est indispensable pour les OAP engagées dans des activités économiques. Cependant, le personnel des ONG manque souvent de compétence dans ce domaine. Les subventions accordées par les donateurs entretiennent l’illusion que l’activité dégage un profit, alors qu’en réalité, elle n’est pas viable économiquement.

6) Etablissement de relations avec des institutions tierces

13Les ONG ont tendance à considérer les OAP qu’elles appuient, comme « leurs » groupements ; elles n’accordent pas assez d’attention à la nécessité de promouvoir l’établissement d’un système de relations entre les OAP et d’autres « institutions de soutien » potentielles comme les services techniques gouvernementaux, les banques locales, les autres ONG spécialisées, etc.

7) Extension du processus d’auto-promotion et constitution de mouvements populaires

14Les zones géographiques couvertes par les ONG locales sont généralement trop étendues. La pratique du « saupoudrage » ne conduit pas au développement de réseaux autonomes d’OAP, ni à la mise sur pied de mouvements populaires.

8) Suivi et auto-évaluation continue

15Dans tous les cas étudiés, cet instrument est apparu comme étant de loin le moins développé. Son absence, dans une forme systématique, rend l’évaluation de l’impact très impressionniste aussi bien pour l’ONG locale que pour ses bailleurs de fonds.

Les points forts des démarches d’appui menées sur le terrain

16L’étude a permis de dégager les points forts des approches du développement mises en œuvre par les trois ONG locales.

17Le principal atout de l’ONG thaïlandaise réside dans l’approche « holistique » du développement, élaborée et mise en pratique avec les groupements villageois. Dans cette approche, la dimension culturelle - à savoir la manière de penser des gens, leurs institutions et leurs formes d’organisation traditionnelles, leur technologie et leurs systèmes de valeurs fondés sur la religion - est explicitement intégrée dans l’ensemble des initiatives de développement. Ainsi, les activités économiques (banques de riz, « banques » de buffles, étangs, piscicoles, systèmes d’agriculture intégrée, etc.) ne sont introduites qu’après un processus d’analyse collective de la réalité sociale et du changement possible et désirable.

18Alors que les approches antérieures privilégiaient les seuls aspects économiques et techniques, la nouvelle approche vise à assurer un changement équilibré, prenant pleinement en compte les liens existants entre les dimensions économique, social (éducation, santé) et religieux du développement dans le contexte thaïlandais.

19Dans le cas de l’ONG indonésienne, le point fort se trouve dans la manière dont l’épargne a été mobilisée et utilisée sur place, par des pré-coopératives d’épargne et de crédit gérées par les villageois.

20Quant à l’ONG brésilienne, elle met en œuvre une approche courageuse et novatrice dans le contexte sud-américain, fondée sur l’interaction entre l’économique et le politique. Les activités économiques, telles que les coopératives de transformation et de commercialisation des produits agricoles ou les magasins coopératifs, soutiennent l’organisation politique des petits agriculteurs et des travailleurs agricoles.

Des questions sur le rôle des organismes de financement

21L’étude organisée par CEBEMO n’est pas la seule à montrer que le système actuel de financement international par projet, avec la préférence des organismes de financement tant publics que privés, pour les « actions tangibles et concrètes », ne laisse pas suffisamment d’espace pour la réflexion, l’auto-analyse, l’auto-évaluation et la mise au point de stratégies par les ONG locales. Ce système de financement n’a pas été conçu pour soutenir les dynamiques d’auto-promotion et, de ce fait, il est mal adapté à cet objectif. Il a été conçu plutôt pour faciliter le contrôle, par les organismes donateurs, de la destination des fonds et du rythme des dépenses faites outremer. Dans cette perspective, la réflexion sur certaines questions soulevées par cette étude quant au rôle des organismes de financement mérite d’être poursuivie.

  1. Il ressort des études approfondies menées au niveau des villages que la conception du développement et donc les priorités des populations-cibles diffèrent de celles des organismes de financement, et parfois aussi de celles des ONG locales. Dans le milieu des donateurs, le développement est habituellement assimilé à l’augmentation de la production et des revenus des groupes défavorisés. En Thaïlande, les paysans attachent plus de valeur au rétablissement conjuguée d’une économie villageoise plus équilibrée - par une meilleure utilisation des ressources disponibles et une priorité à l’auto-suffisance alimentaire -, d’une vie sociale conforme à leurs institutions propres et des valeurs spirituelles liées à leur religion. En Indonésie, ce sont des motivations d’ordre social et non pas économique, qui amènent les villageois à devenir membres des pré-coopératives d’épargne-crédit. Au Brésil enfin, les paysans et travailleurs agricoles s’intéressent à l’action coopérative non pas parce qu’elle soutient l’accroissement de la production, mais d’abord parce qu’elle permet de payer moins cher les crédits, les produits de consommation, les intrants agricoles ou la transformation des produits, ou parce qu’elle permet d’économiser du temps et de l’énergie, par exemple en évitant de longs déplacements pour effectuer les achats.

  2. Selon la conception classique, les ONG locales interviennent en tant qu’organisations dites « intermédiaires » pour transmettre les fonds fournis par les organismes d’aide à la population-cible. Pourtant, ce rôle d’« intermédiaire » n’est guère compatible avec l’appui à l’auto-promotion, qui s’efforce avant tout d’optimiser l’utilisation des ressources humaines et financières existant au niveau du village, ou de faciliter l’accès aux ressources techniques et financières gérées par les « institutions de soutien » locales.

  3. Les organismes de financement devraient donner aux ONG locales le temps et la possibilité d’élaborer des stratégies plus judicieuses et plus efficaces pour appuyer l’auto-promotion et encourager la mise sur pied d’une « économie associative », répondant aux besoins de production et de consommation de la majorité défavorisée, et contrôlée par elle.

  4. Les organismes de financement devraient admettre la nécessité de soutenir des programmes à long terme, par opposition à l’aide fournie au coup par coup sous forme de projets. Le financement par projet reste néanmoins nécessaire, mais dans ce cas des efforts sont à faire pour que les processus d’élaboration et de prise de décision soient situés dans les pays en développement eux-mêmes. Ceci exigera la délégation des pouvoirs de décision des ONG du Nord aux institutions du Sud.

  5. Sous la pression des ONG donatrices ou de leur propre initiative, certaines ONG locales peuvent chercher à se rendre autonomes sur le plan financier en se lançant elles-mêmes dans des activités génératrices de revenus : transformation de produits agricoles, services bancaires, consultation. Dans ce cas, il y a un réel danger que l’ONG locale se préoccupe davantage de ses propres affaires que de promouvoir des activités économiques auprès des OAP. C’était le cas de l’ONG indonésienne. Les agences d’aide ne semblent pas suffisamment conscientes de ce danger lorsqu’elles demandent aux ONG locales de devenir financièrement autonomes.

Une consultation d’experts sur la promotion du développement autonome

  • 4 Voir: Report on the proceedings of expert’s consultation on « Promotion of autonomous development » (...)

22Une réunion d’experts sur la « Promotion du développement autonome » a été organisée aux Pays-Bas, en octobre 1987, par la Direction générale de la coopération internationale du Ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas et les quatres organisations non-gouvernementales néerlandaises de co-financement : CEBEMO, HIVOS, ICCO et NOVIB4. A partir de l’étude CEBEMO et d’études parallèles entreprises par ES 31, un groupe de travail coordonné par le Ministère de la Coopération économique de la République fédérale allemande, trois thèmes sont apparus comme méritant une discussion et une analyse approfondies. Ce sont : l’auto-évaluation, la délégation de pouvoir et le partenariat entre ONG du Nord et du Sud, et les relations entre les ONG et les organismes gouvernementaux.

L’auto-évaluation

23Dans les systèmes d’appui à l’auto-promotion, il convient de distinguer d’une part les « agents » de développement, collaborateurs des ONG du Nord et ceux des ONG du Sud, et, d’autre part, les acteurs du développement que sont les membres des OAP.

24Les agents de développement ont tendance à imposer aux acteurs, souvent considérés comme de simples « bénéficiaires » ou « populations-cible », leurs propres normes d’évaluation. Ceci est particulièrement évident dans les évaluations externes organisées de temps à autre par les agences d’aide. Par ailleurs, dans l’optique d’un donateur occidental, l’évaluation doit être « rationnelle », « scientifique » et « objective », tandis que pour les acteurs, ce sont leur situation et leurs expériences spécifiques qui constituent la principale source de données pour l’évaluation du programme ou des projets dans lesquels ils sont impliqués.

La consultation d’experts a fait ressortir que :

  1. Les mécanismes d’auto-évaluation au niveau des OAP, encore peu développés, n’en sont qu’au stade des balbutiements. Ceci est vrai même dans certains programmes remarquables, pionniers dans le domaine de l’auto-évaluation, comme 1’ Association Six S en Afrique occidentale.

  2. Lorsqu’elle est menée au niveau de l’ONG locale, l’auto-évaluation tend à devenir un exercice de portée limitée, si elle est organisée sans aucune participation externe. Celle-ci peut être assurée par des acteurs et/ou par des chercheurs extérieurs. L’Amérique latine offre à cet égard des expériences variées tant positives que négatives.

  3. L’auto-évaluation ne remplace pas l’évaluation externe. Elle devrait s’accompagner d’évaluations mutuelles, au cours desquelles les agents de développement et les acteurs, à différents niveaux, évaluent réciproquement leurs organisations et leurs interactions.

  4. Les évaluations externes qui pourraient s’avérer nécessaires pour des raisons administratives, devraient être organisées de telle manière que le champ d’évaluation comprenne l’agence donatrice elle-même et son mode de fonctionnement vis-à-vis des ONG locales et des OAP. L’auto-évaluation participative, assistée de l’extérieur, a été considérée comme étant utile et même nécessaire pour toute organisation. Ceci a posé la question de savoir dans quelle mesure les agences donatrices elles-mêmes ont développé, au sein de leurs propres organisations, des mécanismes d’auto-évaluation assistée de l’extérieur.

Partenariat et délégation

25Pendant la réunion organisée au terme de l’étude CEBEMO et lors de la consultation d’experts, les participants venant du tiers monde ont insisté sur la nécessité d’un nouveau modèle de relations, entre les ONG donatrices et les ONG locales, qui mériterait réellement le nom de « partenariat ». L’interaction entre des partenaires, dans le vrai sens du terme, se caractérise par la réciprocité, la mutualité et l’égalité. Même si une telle perspective idéaliste n’est réalisable ni à court terme ni entièrement, elle est néanmoins importante en tant qu’orientation pour une réforme progressive du système des ONG à tous les niveaux, de la base jusqu’aux échelons supérieurs de leurs administrations.

26Cependant, toute tentative sérieuse de matérialiser le concept de partenariat dans le contexte de l’aide internationale se heurtera à une contrainte structurelle énorme : le flux d’argent allant dans une seule direction. La démarche logique pour surmonter cet obstacle est la « délégation », ce qui implique la confiance et le partage du pouvoir. Comme l’ont clairement exprimé les participants venant du tiers monde lors de la consultation d’experts, la notion de délégation est vide de sens et ne peut fonctionner de manière satisfaisante tant qu’elle n’est pas appliquée dans le cadre plus large d’une relation de partenariat.

27Les caractéristiques opérationnelles de ce nouveau modèle de relation peuvent être décrites schématiquement par comparaison avec les relations traditionnelles.

28Une dimension centrale du partenariat est la « délégation ». Elle peut se définir comme le transfert aux ONG locales et aux OAP des pouvoirs de décision relatifs à l’allocation et la destination des fonds, avec les tâches administratives qui s’y rapportent. Elle se distingue du mode de financement traditionnel par les traits suivants :

29L’approche du développement en termes de partenariat est plus dynamique, plus ouverte aux processus et moins soumise aux règles bureaucratiques. Mais elle est également beaucoup plus complexe, coûteuse en temps et en énergie. On peut se demander si les ONG donatrices sont en mesure de rendre opérationnel le concept de partenariat, compte tenu des contraintes de personnel et de l’étendue de leurs réseaux qui englobent, dans certains cas, un grand nombre de pays et des centaines d’organisations bénéficiaires.

Les relations entre les ONG et les organismes gouvernementaux

30Des études comparatives entre pays sur le développement rural ont montré que « certains des meilleurs résultats provenaient d’une conjugaison des efforts du gouvernement et des ONG à différents niveaux » (Uphoff). On peut observer aujourd’hui plusieurs tendances qui vont dans le sens d’un rapprochement entre ces deux catégories d’organismes.

31Certaines ONG locales considèrent, implicitement ou explicitement, les organismes gouvernementaux de leur propre pays comme étant des « institutions-cibles ». Cela signifie qu’elles recherchent leur collaboration, essayent d’influencer leurs politiques en faveur des populations défavorisées et d’orienter leurs ressources financières et techniques vers ces mêmes populations.

32De leur côté, un nombre croissant d’organisations donatrices gouvernementales ou intergouvernementales (CIDA, USAID, GTZ, PNUD, Banque mondiale) utilisent leurs financements, comme un moyen d’encourager la coopération entre les ONG et les organismes gouvernementaux dans les pays du tiers monde.

33Par ailleurs, le nombre des ONG locales qui reçoivent tout ou partie de leur financement directement des agences d’aide gouvernementales va également croissant. Cette nouvelle forme de financement est parfois désignée comme le « financement direct » des ONG locales, pour marquer la différence avec le financement indirect dans lequel les fonds transitent par des ONG donatrices comme CEBEMO, MISEREOR, etc. Notons que le financement direct présente à la fois des avantages et des inconvénients. Un des inconvénients les plus évidents pour le système des ONG locales est d’être inondé de fonds provenant de multiples sources étrangères. Et dans les pays industrialisés, il pourrait à terme éroder la base du soutien public à l’aide au développement et de l’éducation au développement, domaines dans lesquels les ONG jouent un rôle particulier.

Un point de vue personnel sur la politique des ONG du nord

34Dans une perspective d’appui à l’auto-promotion, le principal rôle d’une ONG locale n’est pas d’agir comme intermédiaire pour transférer le flux d’argent du Nord vers les « groupes-cibles » dans le sud : il consiste plutôt d’une part à favoriser les interactions entre les OAP et plusieurs « institutions de soutien », d’autre part à être le catalyseur dans les processus de mobilisation des ressources locales et de transfert des ressources des secteurs privilégiés aux secteurs défavorisés dans la pays même. En d’autres mots, de réduire la dépendance des fonds extérieurs à tous les niveaux (village, régional et national).

35L’adoption d’une telle conception du rôle d’une ONG locale entraîne des conséquences importantes pour le fonctionnement des ONG donatrices.

  1. Pour répondre aux attentes des ONG du tiers monde quant à la qualité du dialogue et à l’appui à des programmes à long terme, l’ONG donatrice pourrait se voir obligée de concentrer ses efforts sur un nombre de pays plus réduit et, à l’intérieur de chaque pays, sur un nombre plus limité d’organisations, de régions ou de secteurs d’activité.

  2. Plutôt que des fonds plus importants destinés au financement de projets, les ONG du tiers monde semblent avoir davantage besoin de soutien institutionnel et de possibilités de formation pour accroître leurs compétences dans certains domaines économiques et techniques, par exemple les systèmes d’agriculture demandant peu d’intrants venant de l’extérieur, les petites industries rurales, la commercialisation, l’épargne et le crédit.

  3. Les ONG du tiers monde et leurs soutiens dans les pays occidentaux ont un rôle particulier à jouer dans la recherche d’un développement socio-économique plus équilibré et plus humain. Pour cela, la promotion d’un secteur associatif puissant est nécessaire (groupements d’auto-promotion, entreprises coopératives, etc.), mais la communauté des ONG est trop fragmentée et trop compartimentée pour assumer ce rôle de manière efficace. Toutefois, certaines réalisations locales remarquables font entrevoir le potentiel des ONG dans ce domaine.

  4. Une analyse de la situation par pays paraît nécessaire afin de déterminer dans quelle mesure l’octroi de fonds destinés aux projets par les donateurs contribue à bloquer plutôt qu’à faciliter le développement de systèmes de mobilisation et de transfert des ressources à l’intérieur du pays en développement. Les agences donatrices tiennent rarement compte de l’effet global résultant de l’ensemble de leurs interventions.

  5. Enfin, les ONG donatrices devraient encourager et faciliter la mise au point et l’introduction de systèmes participatifs de suivi et d’auto-évaluation au sein des ONG du tiers monde, pour permettre une appréciation plus systématique de l’impact des interventions des ONG. Cette évaluation de l’impact devrait se faire selon une perspective holistique.

Annexes

Annexe 1

Les différentes formes de subventions globales5

Le terme de « subvention globale » (block grant) désigne d’une façon générale toute forme de financement non remboursable qui est relativement « souple ». Cela signifie que l’organisation bénéficiaire (ONG locale ou OAP) dispose d’une certaine liberté dans les décisions d’utilisation finale des fonds, en fonction de ses propres critères et priorités. A l’inverse, un financement « rigide » exige l’établissement d’un plan de dépenses détaillé, concernant des activités bien définies, que le bénéficiaire n’a pas le droit de modifier sans l’accord préalable de l’agence donatrice.

Les subventions globales sont cependant rarement exemptes de conditions. Celles-ci portent habituellement sur la destination et/ou la gestion des fonds. C’est la nature de la restriction principale concernant l’utilisation des fonds qui caractérise chaque subvention. On peut ainsi distinguer trois grandes catégories : les subventions de soutien institutionnel ; le financement de fonds et le financement de programmes.

A. Soutien institutionnel

Le soutien institutionnel a pour but d’aider l’organisme bénéficiaire à couvrir les frais de sa propre organisation. Les deux formes les plus courantes sont le « fonds de dotation » (endowment fund) et « l’allocation institutionnelle » (institutional grant).

Le fonds de dotation se définit comme un fonds qui permet à l’organisme bénéficiaire d’effectuer un investissement financier dont il pourra tirer un revenu régulier. Ce revenu devrait lui permettre d’assurer son fonctionnement sans continuer à dépendre des contributions étrangères.

L’allocation institutionnelle est destinée à couvrir les frais courants d’administration ou d’équipement de l’organisme bénéficiaire. Elle est parfois incluse dans le financement d’un budget plus vaste, sous la forme d’une proportion fixe des dépenses totales (frais administratifs).

B. Financement des fonds

L’organisme qui reçoit les subventions agit comme intermédiaire entre le donateur et les bénéficiaires finaux (individus, organisations populaires). Les fonds sont utilisés pour financer des actions de développement entreprises par ces derniers. Les formes couramment pratiquées sont : le fonds de développement, le fonds pour des micro-projets et le fonds rotatif (revolving fund).

Le fonds de développement est accordé à un organisme local (IAAP ou OAP) qui a le pouvoir d’approuver (ou de rejeter) et de financer des propositions d’action de développement qui lui sont soumises par les organisations locales, en général de petites ONG ou des OAP. Les critères d’approbation et de financement font l’objet d’un accord entre l’agence d’aide étrangère et l’organisme bénéficiaire, mais ce dernier a la responsabilité de la prise de décision et de la gestion du fonds.

Le fonds pour des micro-projets est une forme particulière du fonds de développement. Il est destiné à financer seulement les actions de petite dimension : les micro-projets. Une limite supérieure du montant de chaque financement est fixé.

Le fonds rotatif est destiné à financer des petites actions par des prêts et non des subventions. Le remboursement des prêts réalimente le fonds, permettant ainsi à l’ONG locale ou à l’OAP de poursuivre ses opérations de financement sans nécessiter de reconstitution du capital par une agence d’aide. Les fonds rotatifs peuvent être créés à différents niveaux, mais en général ils sont utilisés au niveau du village ou du groupe.

C. Financement des programmes

Les subventions sont également destinées à être transférées aux bénéficiaires finaux, à travers le financement de programmes, c’est-à-dire d’ensembles d’activités liées entre elles et interdépendantes, souvent dans un cadre géographique déterminé (district, diocèse, etc.). Les programmes sont dits horizontaux lorsqu’ils comportent une série d’initiatives de développement liées entre elles, s’appuyant mutuellement, entreprises dans différents secteurs (formation des adultes, santé, agriculture, développement des coopératives, etc.). Ils sont dits verticaux lorsque les activités de développement entreprises sont situées aux différents niveaux d’un même secteur, par exemple la culture, la transformation et la commercialisation d’un produit agricole. Les programmes plus complexes présentent à la fois une dimension horizontale et une dimension verticale.

Notes

1 Voir: Koenraad VERHAGEN, Self-help promotion: a challenge to the NGO community, Amsterdam. Royal Tropical Institute ; Oegstgeest : CEBEMO, 1987,152 p. Version française à paraître aux éditions L’Harmattan en 1991 sous le titre L’auto-développement ? Un défi posé aux ONG.

2 Ce sont, respectivement, le Conseil Catholique de Thaïlande pour le Développement (CCTD, Bangkok) avec deux Centres diocésains d’action sociale, Bina Swadaya (Agence pour le développement de l’autonomie communautaire, Jakarta), et Movimiento de Organizaçao Comunitaria (MOC), qui opère dans le nord-est du Brésil.

3 En l’occurrence, les groupements villageois appuyés par le CCTD en Thaïlande, les pré-coopératives d’épargne-crédit soutenues par Bina Swadaya en Indonésie, et l’Association des petits agriculteurs de l’Etat de Bahia (APAEB) appuyée par MOC au Brésil.

4 Voir: Report on the proceedings of expert’s consultation on « Promotion of autonomous development », October 27-30, Noordwijk (The Netherlands), CEBEMO, 1987, 148 p.

5 Source : MISEREOR : « Dezentralisierung, impuls zur Selbsthilfe » (Décentralisation, incitation à l’auto-promotion.

Auteur

Directeur d’Etudes, CEBEMO (Organisation catholique de coopération pour le développement), Pays-Bas ; Secrétaire Général de CIDSE (Coopération Internationale pour le Développement et la Solidarité), Bruxelles, Belgique. Traduit de l’anglais.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search