Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeux et enjeux de l’auto-promotion

 | 
Kwan Kaï Hong

Entre décentralisation et désengagement. Principes et problèmes de l’auto-organisation paysanne en Afrique

Jean-Pierre Jacob

Texte intégral

  • 1 Cet article n’aurait pas vu le jour sans l’inspiration suscitée par les recherches du GERDAL (Group (...)

1Il est habituel de traiter la problématique de l’auto-organisation paysanne dans la perspective du désengagement de l’Etat, et d’admettre que les politiques de décentralisation, là où elles existent (comme au Sénégal), font partie des mesures d’accompagnement. Décentralisation et désengagement doivent, par des effets de synergie qui restent à définir, permettre aux populations rurales d’assurer leur développement, plus et de meilleure façon. Nous pensons que ces problématiques sont en fait assez différentes, et que si la décentralisation apparaît comme un effet direct d’une critique de l’Etat au nom de la société civile et d’un renversement des rapports entre monde urbain et monde rural, le désengagement de l’Etat nous paraît être la conséquence d’un débat plus général, que l’on peut résumer en parlant de dialectique du global et du local. Selon une idée développée par Anthony Giddens, la modernisation des sociétés serait caractérisée par la coexistence d’une universalisation des données culturelles et économiques et d’un travail de re-localisation, c’est-à-dire d’un effort des groupes domestiques et des communautés de base pour intégrer les données globalisantes mais aussi pour développer une réflexion et des pratiques locales originales (on peut classer dans ces efforts, toutes les tentatives « auto » : auto-organisation, auto-réflexion, auto-évaluation, auto-critique, auto-promotion, auto-poiesis). Les programmes d’ajustement structurel ne seraient que la mise en forme technique de cette problématique pour ce qui concerne les rapports Nord-Sud.1

La décentralisation

2La réflexion sur les relations entre société civile et Etat en Afrique part du constat récent que les Etats hétérogènes, imposés par la colonisation ou issus d’une lutte révolutionnaire, se sont délibérément construits contre la société civile avec une tendance à la monopolisation du pouvoir. Cette réflexion se double d’une analyse corollaire sur le déséquilibre entre monde rural et monde urbain en Afrique, l’Etat ayant généralement favorisé le second au détriment du premier. Des constats techniques peuvent être avancés, comme par exemple le fait qu’au Mali ce sont les contribuables ruraux qui paient la plupart des coûts des prestations des services administratifs alors qu’ils en reçoivent moins que ceux qui vivent dans les zones urbaines, où, par ailleurs, le taux de recouvrement des impôts est très bas (cf. Hall, Magassa, Ba, Hodson, 1991 : 2-3). La constitution de cette double réflexion aboutit, au Sénégal par exemple, à une politique de décentralisation (avec la constitution de Conseils Ruraux, élus, et qui constituent la structure administrative de base dans le pays) qui céde une part du monopole étatique et appuie l’émergence d’une société civile pourvue des garanties constitutionnelles nécessaires à ce que les populations exercent leurs pleins droits au sein d’institutions publiques. Les mesures instaurées visent à confier les ressources monétaires dégagées par les communautés de base (taxes rurales) et leurs ressources physiques (terre notamment) à leur propre gestion. On espère de cette nouvelle politique :

  • une correction des inégalités politiques et économiques entre urbain et rural,

  • une correction des disparités économiques entre les différentes régions, des systèmes de péréquation devant permettrer de prélever dans les secteurs les plus riches pour aider les secteurs les plus pauvres.

Le désengagement de l’Etat

3Les politiques proposées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international et qui sont fondées sur la généralisation d’un certain nombre de paradigmes sur le rôle de l’Etat ou de l’économie de marché, imposent paradoxalement un rôle essentiel pour le niveau local. L’unanimité est totale dans les institutions de coopération (de la Banque mondiale aux ONGs en passant par les coopérations bi-latérales) pour reconnaître l’importance du micro-social et élaborer des programmes pour son soutien (appui à la participation paysanne, aux associations paysannes, aux groupes de self-help, à l’auto-promotion). L’unanimité des experts en développement régional est également complète pour admettre que le local doit intégrer le global à deux niveaux :

  • au niveau normatif : l’insertion croissante des économies paysannes du tiers monde dans l’économie de marché, la dégradation des éco-systèmes et la généralisation actuelle des systèmes d’encadrement national et d’aide internationale imposent de nouvelles idéologies, de nouveaux savoirs, de nouvelles formes de travail et de gestion des ressources et se traduit par un désarroi paysan, une chute des qualifications collectives face à cet univers nouveau à intégrer. Cette crise entraîne à terme une nécessité pour les paysans de se mettre à l’œuvre collectivement pour reconstituer un sens, une réorganisation conceptuelle de leur univers, qui leur permettent de récupérer la maîtrise perdue lors de l’adoption des innovations (sur le sujet, voir J-P Darré, 1985),

  • au niveau des circuits matériels : des économistes comme Souleymane Soulama insistent sur l’idée que les associations villageoises ou les coopératives sont des réponses quasi-imposées par le marché aux paysans pour faire face à la destructuration de leurs économies d’auto-subsistance. L’auteur définit explicitement les coopératives et organisations pré-coopératives comme « éléments du système dominant, adopté et adapté par des groupes socio-économiques défavorisés en vue de réorganiser certaines activités de production et de consommation désorganisées par le système dominant » (1987 :6).

4De ces débats, les Etats d’Afrique sont largement absents et s’ils sont présents, on leur demande de « s’effacer », autrement dit de se désengager. Dans les faits, on assiste souvent à une constitution imparfaite des organisations locales due :

  • à la prégnance de systèmes idéologiques et des « disciplines » collectives déjà en place qui proposent un modèle de rapports entre individu et collectif ou des rapports de l’individu à l’espace et au temps qui présentent peu de correspondances avec ceux qu’imposent la modernisation,

  • à la prégnance des systèmes sociaux qui peuvent militer en défaveur de l’adoption d’un système normatif fondé sur l’équité, la responsabilité individuelle, le primat du bien public sur le bien privé dans la gestion des décisions et des ressources. Cette prégnance se vérifie sur le terrain par des dérives dans la mise en œuvre des projets, les organisations locales agissant tactiquement pour favoriser une classe biologique, un groupe historique, des intérêts particuliers au détriment des intérêts collectifs, des intérêts productifs au détriment d’intérêts de conservation de l’environnement...,

  • à l’absence de leaders ou de groupes-leaders, dont la fonction paraît être principalement d’articuler les exigences globales aux réalités locales et de forcer à la constitution d’une organisation locale qui soit émancipée de la tradition,

  • au manque objectif de moyens pour constituer la base d’une autonomie économique minimum (zones sans cultures de rente, enclavées et sans accès à l’aide extérieure, absence d’appui de la part d’une association de ressortissants).

5La preuve des difficultés d’auto-constitution des organisations locales réside dans l’utilisation massive par les aides externes d’une politique de biens exclusifs pour forcer à leur réalisation et orienter leurs activités : un producteur devra faire partie d’une association pour avoir accès aux crédits, une ONG ne donnera des fonds que si elle a la garantie qu’un certain nombre de femmes seront impliquées, ou que si des travaux de conservation des terroirs sont entrepris.

Local de la décentralisation et local de la modernisation

6Le concept de local des politiques de décentralisation et celui qui est proposé dans le cadre du couple global/local ne se recouvrent pas. Le local est pensé comme une fin en soi dans le premier cas, il n’est qu’un élément du jeu dialectique micro/macro dans le second. L’aptitude à satisfaire au jeu dans l’un ne prédispose pas à la capacité de s’adapter à l’autre.

7La notion de local proposé par la décentralisation correspond à une politique de désagrégation du pouvoir central et s’adresse à tous, dans une aire géographique déterminée. Il permet donc tous les types de réadaptation sur le terrain : la reprise en main de l’institution décentralisée par le secteur traditionnel de la société ou par tout autre groupe, sa neutralisation par manque d’intérêts, par manque de moyens, son confinement à la constitution d’équipements de biens publics plus ou moins adaptés à la zone. A l’inverse, il peut permettre d’introduire les populations concernées à des pratiques démocratiques de base. Les populations ont l’occasion, au travers de leurs représentants élus, de prendre part aux décisions d’affectation des investissements, de se poser plus généralement des questions sur ce qu’est un bien public ou sur l’importance de la participation. Ils ont également l’occasion de sanctionner les politiques engagées, par leur vote ou leur refus de paiement de la taxe rurale.

8Le local proposé dans le cadre de la relation global/local se concrétise dans des organisations de base (groupements villageois, groupes de self-help, associations paysannes). Ces organisations locales sont le produit d’un double mouvement :

  • descendant, elles apparaissent comme le produit de la désagrégation des politiques globales de développement, en une multiplicité de micro--structures participatives,

  • ascendant, elles sont le produit agrégé de l’intérêt de producteurs individuels pour améliorer leur accès au marché, et à l’aide, mais aussi, d’une manière plus large, le produit de la négociation de ces producteurs avec les formes de modernisation qui leur sont imposées, y compris dans ses aspects culturels (rapport au temps et à l’espace, rapports à l’organisation de type bureaucratique).

9Dans tous les cas, les organisations locales se constituent sur un réaménagement du tissu humain préexistant. Elles ne s’adressent pas à l’ensemble d’une population statistique comme la décentralisation, et n’offrent pas forcèment de nombreuses occasions de débats démocratiques, pas plus qu’elles n’offrent aux structures sociales traditionnelles l’opportunité de se reproduire à l’identique. Les organisations locales tendent à être sélectives et à être organisées formellement. Selon M. Gaye (1987), elles sont enclines au professionnalisme et à la rémunération de leurs responsables, à la spécialisation, à l’accaparement des fonctions par les moins nécessiteux. L’étude fine des « néo-traditions » qui se développent au sein des organisations locales, et qui semblent combiner des éléments culturels pré-existants (tels que la persistance de l’oralité, la tendance à convertir toute situation collective en situation rituelle, ou l’accaparement par une classe d’âge) et les formes modernes d’organisation reste à faire. On ne peut que renvoyer le lecteur à l’article de Giorgio Blundo qui paraît dans le présent Cahier et qui entame une réflexion extrêmement stimulante sur le sujet.

10Bien entendu, les organisations locales peuvent jouer sur l’ambiguïté de la notion de local (qui devient un véritable « malentendu productif », selon les termes de Paul Bohannan), ce qui prouve a contrario la nécessité de la distinction que nous avons proposé ci-avant. Nous en donnerons deux exemples. Dans les deux cas, comme on le verra, il s’agit d’organisations qui utilisent le sens du local imposé par la décentralisation (ou ce qui en tient lieu) pour négocier au mieux leur articulation au global (marché ou aide).

11Au Sénégal, les délégués de l’ASESCAW (Association Socio-Economique, Sportive et Culturelle des Agriculteurs du Walo), essentiellement formée d’autochtones, semblent jouer le jeu de la décentralisation et investissent massivement les Conseils Ruraux. En fait, cette stratégie s’explique parce que les Conseils Ruraux contrôlent l’accès à la terre, moyen de production chaudement disputé (entre autochtones, néo-ruraux, paysans encadrés par les sociétés d’Etat et entrepreneurs privés) dans cette zone de riziculture hautement rentable.

  • 2 Pour un exemple sénégalais, voir G. Lachenmann et al., 1990 : 27-29.

12Au Burkina Faso, où la décentralisation n’est à l’ordre du jour qu’en théorie, ce sont les associations paysannes qui pallient à des fonctions qui pourraient être remplies idéalement par l’administration locale en pratiquant une politique d’équipements en biens publics (latrines, cases santé, écoles, travaux de conservation des ressources naturelles). Cette stratégie n’est souvent perçue par les associations villageoises que comme une manière de s’acquitter de leurs devoirs « moraux » vis-à-vis des bailleurs de fonds, qui leur garantissent un droit d’accès à des aides prisées dans le domaine productif ou alimentaire. Les associations les plus dynamiques, c’est-à-dire celles qui sont les mieux à même de « matérialiser » leur mobilisation et leur bonne volonté, se voient conférées un monopole de fait dans la représentation des intérêts des populations présentes sur le terroir et un monopole de l’attention de l’aide dans la région2.

Conclusion

13Jean-Pierre Chauveau (1991) fait explicitement le rapprochement entre la configuration d’idées-valeurs qui seraient caractéristiques du monde global moderne selon Louis Dumont (1985) et les principes de l’approche participative qui a cours dans les associations paysannes locales. Dans les deux espaces, on constaterait l’adoption de principes similaires : la liberté (c’est-à-dire du point de vue local, l’autonomie des associations vis-à-vis des pouvoirs), l’égalité (vis-à-vis des hiérarchies locales), l’artificialisme, c’est-à-dire l’acceptation de la légitimité des interventions extérieures pour initier ou consolider la prise en charge par les producteurs directs du développement local.

14L’exigence de liberté a pour contrepartie le désengagement de l’Etat déjà mentionné. L’exigence d’égalité peut être élargie à l’ensemble des normes d’équité, de responsabilisation individuelle et de conscience du bien public que les associations doivent intégrer et sur lesquelles nous avons insisté. L’intervention externe est au principe de la constitution des groupes et nous avons signalé l’usage souvent adopté de biens exclusifs pour les fomenter. Le dernier critère mentionné par Dumont, la nation, c’est-à-dire la constitution d’organes de défense des intérêts paysans dans le contexte politique national est également à retenir, si l’on se réfère à des pays comme le Sénégal où le mouvement associatif est très avancé et où les fédérations d’organisations paysannes comme la FONGS (Fédération des ONG sénégalaises) joue un rôle de défense au niveau national. Nous y ajouterions pourtant son opposé, l’internationalisme, qui est la condition de l’intégration par les populations locales des précédentes idées-valeurs mentionnées (la liberté, l’égalité, l’artificialisme) et fait l’objet de stratégies délibérées de la part des organisations paysannes qui défendent aussi leurs intérêts en contournant le niveau de l’Etat pour traiter directement avec les institutions de coopération étrangères ou avec les acteurs économiques internationaux.

Bibliographie

CHAUVEAU, J-P, 1991 Enquête sur la récurrence du thème de la participation paysanne dans le discours et les pratiques de développement rural depuis la colonisation (Afrique de l’Ouest), article non publié.

DARRE, J-P, 1985 La parole et la technique. L’univers de pensée des éleveurs du Tiernois, Paris, L’Harmattan.

DUMONT, L., 1985 « Identités collectives et idéologie universaliste : leur interaction de faits », Critique, XLI, n° 456

GAYE, M., 1987 Etat, coopératives et paysans : l’expérience sénégalaise, Revue CEDRES, n° XXI

HALL.R ; MAGASSA, A. ; BA, A. ; HODSON, J., 1991 L’organisations des services publics, la participation populaire et la décentralisation : options locales pour l’organisation et la production des services publics dans la République du Mali, Club du Sahel/CILSS

LACHENMANN, G. et al, 1990 Organisations paysannes au Sénégal : comment renforcer les structures intermédiaires dans le processus de transformation socio-économique, Berlin, Institut Allemand de Développement

SOULAMA, S., 1987 Activités économiques marchandes et développement coopératif : essai d’interprétation socio-économique, Revue CEDRES, n° XXI

Notes

1 Cet article n’aurait pas vu le jour sans l’inspiration suscitée par les recherches du GERDAL (Groupe d’Expérimentation et de Recherche sur le Développement Agricole Local, 51 rue Dareau, 75014 Paris), les idées débattues lors de l’atelier Coopération et auto-promotion organisé par l’IUED à Bossey en mars 1989, la mission faite au mois de mai 1991 au Sénégal et au Burkina Faso dans le cadre d’une recherche sur les rapports entre administration locale et organisations paysannes financée par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique, les débats avec l’équipe de recherche qu’elle a provoqué et l’écoute d’une conférence d’Anthony Giddens sur « Modernity and Self-Identity » à l’Université de Genève le 20/6/1991. Une première version de cet article a été présentée à la conférence d’Oslo de l’EADI (Instituts Européens de recherche et de formation dans le domaine du développement) en juin 1990.

2 Pour un exemple sénégalais, voir G. Lachenmann et al., 1990 : 27-29.

Acheter

Volume papier

amazon.fr