Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De village en village

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Essai de synthèse

Gilbert Etienne

Texte intégral

  • 1 Canadien, auteur d'une thèse sur un village de l'Inde. Fait ensuite une brillante carrière à la Fo (...)
  • 2 Voir entre autres son Atlas d'un village indien, Paris, Mouton, 1980.

1“Prenez garde, me disait David Hopper1 à New Delhi, au moment de mon premier départ pour Khandoï, les études de villages sont comme un puits sans fond, il faut savoir s’arrêter.” De son côté, l’ethnologue Jean-Luc Chambard a délibérément choisi, depuis 1957, de concentrer ses recherches sur un seul village de l’Inde centrale2 . Après la vie socio-économique, politique, religieuse, il s’est attaqué aux traditions orales, aux chansons des femmes enregistrées, traduites et commentées, mettant en relief de multiples aspects de l’Hindouisme, peu connus jusqu’alors.

2Quelle que soit l’ardeur des chercheurs, force est donc de reconnaître que les sociétés rurales et leurs paysages sont -et resteront- un patchwork fait d’énormes trous et de situations plus ou moins bien analysées.

3Dans ce cahier, nous avons choisi des perspectives rurales volontairement disparates, réunissant des sociétés faisant l’objet d’une littérature abondante (Inde), d’autres moins connues en dehors des cercles de spécialistes (Chine, Népal, Côte d’Ivoire), d’autres enfin portant sur des sociétés presqu’oubliées, isolées (Amazonie), ou peu étudiées (Tahiti). Mais, ce n’est pas tout puisque nous retenons aussi un exemple d’identité villageoise en Occident, dans les Alpes suisses.

  • 3 De très longue date coexistent économie marchande et économie de subsistance, mais la monnaie joue (...)

4L’éventail des situations est non moins large. Songeons à ces grandes civilisations agraires (Chine, Inde), organisées sur une vaste échelle depuis des millénaires. Les hommes y ont profondément modifié le paysage, des temps anciens jusqu’à aujourd’hui, dans le cadre de structures étatiques (bureaucratie, usage de la monnaie) qui ne cessent de se renforcer depuis quatre décennies au moins, sans parler de la monétarisation croissante de l’économie.3

  • 4 Les zones d'Inde et de Chine, présentées ici, se situent dans la catégorie des districts avancés e (...)

5Si à cet égard, les paysans népalais et ivoiriens se trouvent en quelque sorte à un stade intermédiaire4 , qui d’ailleurs comporte de grosses différences dans l’organisation et la modernisation de la société, des contrastes combien plus saisissants apparaissent à Tahiti et en Amazonie. Dans le premier cas une île isolée du monde jusqu’aux grandes découvertes, qui commence à changer sous l’effet des missionnaires et de la colonisation à partir du xixe siècle. Dans le second, un autre type de monde traditionnel qui reste encore plus replié sur lui-même, puisqu’il s’ouvre aux influences et contacts extérieurs depuis quelques décennies seulement.

6En bref, d’un côté le monde eurasiatique, des civilisations en contact avec d’autres depuis des millénaires, qu’il s’agisse de religions, de valeurs culturelles, de techniques, de heurts politiques et militaires, d’échanges commerciaux. De l’autre des sociétés qui n’ont pas connu, jusqu’à un proche passé, une pareille ouverture, ce va-et-vient d’apports réciproques. Sans doute ces civilisations ne sont-elles pas restées immobiles, mais les éventuels changements, opérés en vase clos, ont été relativement modestes.

7Ces remarques n’impliquent aucun jugement de valeur sur une civilisation ou une autre. Notre propos est simplement de constater des différences de tout ordre qui peuvent faciliter ou compliquer les processus de modernisation économique et sociale.

8Même si chaque auteur tend à privilégier certains aspects de la société étudiée, l’ensemble de ces textes évoque aussi bien la vie matérielle que les coutumes, les croyances, les valeurs métaphysiques ou religieuses des communautés étudiées. De plus chaque auteur s’efforce de présenter, non pas un moment de sa région, une sorte de photographie, mais un tableau qui s’inscrit dans la durée.

9Sous-jacent ou exprimé de manière précise le thème tradition/modernité revient chez plusieurs auteurs et, ceci, dans une perspective qui dépasse le Tiers Monde pour inclure un exemple de société rurale d’Occident. C’est l’occasion de mettre en question la dichotomie simpliste de l’Occident moderne face aux sociétés traditionnelles. En fait, nos élites, comme celles du Tiers Monde, tendent à oublier que les sociétés occidentales n’ont pas changé de manière brusque. Des attitudes, des comportements, des valeurs n’ont cédé sous la pression de la modernisation que relativement tard, au moins dans certains villages européens, d’où l’intérêt à évoquer le passé récent et le présent des Alpes suisses. Inversement, les courants de modernisation, qu’il s’agisse des techniques, des mœurs, des croyances, varient de manière profonde au sein de cet “ensemble disparate” qu’on appelle Tiers Monde. Toutes sortes de formes de coexistence entre l’ancien et le moderne se manifestent dans les villages d’Asie ou d’Afrique. Il est donc intéressant de porter son regard aussi sur des sociétés qui, comme celles de l’Amazonie, se trouvent à peine sur le seuil des changements.

10Dans ce processus, le poids des influences occidentales de tout type est certes important, mais on aurait tort de croire à l’adoption en bloc d’un “modèle” extérieur. A Tahiti, la villagisation ne va pas sans peine, ni ajustements. Quant à la société chinoise, elle a offert plus de résistance à l’idéologie communiste importée mais sinisée qu’on ne l’a pensé du temps de Mao Zedong !

11Le terrain est une chose, mais il vaut la peine d’essayer d’aller au-delà : esquisser des éléments théoriques sur la communauté rurale, la notion de village et la monographie, s’interroger sur l’ethnologie et les autres sciences de la société.

***

12Retenons deux aspects majeurs des études rurales. Le premier tient à l’ouverture d’esprit du chercheur. Quelle que soit sa discipline, il devrait être capable de lorgner au-delà de celle-ci. Il est par exemple désolant de lire un bel ouvrage d’ethnologie qui ne consacre pas un mot à la vie économique et aux techniques alors que le chercheur est resté assez longtemps sur place pour réunir au moins les éléments de base sur les travaux des paysans. Par ailleurs, on connaît le penchant de certains économistes à escamoter les facteurs socio-politiques. Si les études véritablement interdisciplinaires dépassent très souvent les capacités d’un seul chercheur, la solution du moindre mal consiste, tout en privilégiant son domaine de spécialisation, à donner la place adéquate ou minimale aux autres facteurs relevant de différentes disciplines. Un exemple : il n’est pas nécessaire pour celui qui étudie l’économie rurale de l’Inde de connaître par le menu tout le rituel de la vie sociale, mais il est indispensable de bien connaître le système des castes et ses liens avec les structures agraires. Comment également comprendre le développement rural en Afrique si l’on ne donne pas une large place à l’organisation de la société, aux relations au sein des familles et entre celles-ci ?

13Autre sujet : le rôle des monographies consacrées à la vie rurale, en général à un village, ne sont plus guère à la mode, ce dont il y a lieu d’être inquiet. On connaît le reproche classique fait aux monographies : A quoi sert l’étude d’un village face à des milliers d’autres ? Comment, sur une base aussi étroite, comprendre ce qui se passe dans les campagnes afin de tracer une stratégie de développement tant soit peu raisonnable ?

14Même partiellement fondés, ces reproches n’enlèvent rien aux mérites des monographies. Tout d’abord il est possible de choisir un village relativement représentatif d’une aire culturelle et géographique. Deuxièmement, la monographie ou l’étude concentrée d’un village constitue le seul moyen de plonger au cœur d’une réalité où s’enchevêtrent la géographie et le poids de l’histoire, les facteurs contemporains sociaux, politiques, culturels, économiques et techniques. Troisièmement, la valeur formatrice pour le chercheur - s’immerger assez longtemps dans un autre monde - constitue une expérience très enrichissante qui nous aide par la suite quand, pris par la vie professionnelle, nous ne pouvons plus passer six mois, un an ou davantage sur le terrain.

  • 5 L. Dumont Homo Hierarchicus, Essai sur le système des castes, Paris, Gallimard, 1966 et Une sous c (...)
  • 6 Voir entre autres M.N. Srinivas, Social Change in Modern India, Berkeley, University of California (...)
  • 7 New Haven, Yale University Press 1964.
  • 8 Paris, P.U.F. 1969.

15Il faut aussi rappeler le rôle des monographies comme apport à nos connaissances. Que saurions-nous du monde rural indien sans les enquêtes minutieuses d’un Louis Dumont ou d’un M. N. Srinivas ? Avant de publier son monumental Homo Hierarchicus, le premier a commencé par une monographie d’un village du sud de l’Inde, enquête menée pendant deux ans5 . Le second débute de même dans ses recherches6 . Théodore W. Schultz, prix Nobel d’économie, s’appuie largement sur la monographie de son élève David Hopper dans son magistral ouvrage Transforming Traditional Agriculture7 . Dans son Anthropologie politique8 , Georges Balandier procède de même. Ses analyses de l’Afrique noire recourent largement à des monographies.

16La défaveur dans laquelle tombent les monographies s’accompagne de la tendance à passer toujours moins de temps sur le terrain, quel que soit d’ailleurs le champ d’étude. Dans les années 1950-1970, il était monnaie courante dans de premières recherches de partir pour deux ou trois ans d’affilée. Aujourd’hui un an paraît long !

17Autre question : la langue. De gros progrès avaient été atteints ces dernières années, notamment à propos de l’Afrique noire. Or ce n’est pas en réduisant la durée des recherches que l’on facilitera la maîtrise des langues. Dans ce domaine aussi des nuances s’imposent. Il est impossible de devenir polyglotte. C’est pourquoi il faut souvent recourir à un interprète. Mais celui qui a travaillé “en direct” sera plus conscient quand il recourt à un interprète de ce qui risque de lui échapper. Il sera d’autant plus vigilant.

18Ces formations hâtives, ces “experts comètes” comme les appelait le père Lebret vers 1960 déjà tendent à se multiplier au sein des organisations de coopération. Sans doute un David Hopper terminant sa carrière comme vice-président de la Banque mondiale, après l’avoir commencée pendant dix-huit mois dans un village de la vallée du Gange, constituait déjà à l’époque un cas peu fréquent. Nous craignons que ceux-ci deviennent de plus en plus rares.

19Revenant au débat sur les monographies, nous serions tentés de proposer les formules suivantes : le maintien, au moins pour certains chercheurs, d’enquêtes centrées sur un seul village. Pour d’autres, il est concevable de conduire plusieurs études moins poussées dans différentes régions, tout en combinant l’examen d’un village et du district qui l’entoure, en particulier en matière de développement.

  • 9 Cf. J.L. Maurer, Modernisation agricole... à Java, Paris, P.U.F/coll. IUHEI, 1986, G. Etienne, Foo (...)

20Cette méthode consiste à faire “un bout de monographie” socio-économique et à élargir ensuite le champ d’analyse. L’inconvénient tient à une étude forcément limitée des villages choisis, l’avantage à la combinaison d’observations à ras-du-sol et de vues plus générales. Ce faisant, un pont est jeté entre le micro- et le macro-socio-économique. Il est à vrai dire curieux que ce genre de recherche soit peu pratiqué9.

21Enfin, pour renforcer ce plaidoyer en faveur des études rurales, retenons-en deux autres aspects. L’un concerne le chercheur. La vie un peu rustique qu’il doit mener constitue un excellent remède contre l’embourgeoisement. Il s’agit en même temps d’un véritable exercice de gymnastique intellectuelle. L’esprit doit s’éveiller tous azimuts pour saisir au moins une partie des mille facettes d’un village. Que dire aussi des rapports humains, des liens avec des gens si différents du chercheur ?

22L’autre raison de maintenir le cap sur de telles recherches est d’ordre général. Des pays comme la Corée du Sud, certains pays latino-américains sont aujourd’hui si fortement urbanisés que l’économie rurale joue un rôle de plus en plus limité dans l’économie nationale. La société villageoise perd ainsi de son importance.

23En Afrique, au sud du Sahara, dans la plupart des pays d’Asie, cette transition d’un monde à prédominance rurale à un monde surtout urbain va encore exiger des décennies. Révélatrices sont les prévisions des démographes indiens : en l’an 2000, sur le milliard d’habitants, les urbains ne représenteront que 35 % contre 26 % en 1991. C’est dire que l’économie rurale va conserver un gros poids en termes de production et d’emploi, et combien essentiel reste le besoin de connaître la société des villages. Ces constatations élémentaires risquent de ne pas suffisamment retenir l’attention dans les Tiers Mondes où industrialisation, transferts de technologie, investissements étrangers et exportations constituent aujourd’hui les mots de passe.

Notes

1 Canadien, auteur d'une thèse sur un village de l'Inde. Fait ensuite une brillante carrière à la Fondation Ford en Inde, puis à la Banque mondiale.

2 Voir entre autres son Atlas d'un village indien, Paris, Mouton, 1980.

3 De très longue date coexistent économie marchande et économie de subsistance, mais la monnaie joue un rôle grandissant.

4 Les zones d'Inde et de Chine, présentées ici, se situent dans la catégorie des districts avancés en termes de développement moderne.

5 L. Dumont Homo Hierarchicus, Essai sur le système des castes, Paris, Gallimard, 1966 et Une sous caste de l'Inde du Sud, Paris, Mouton 1957.

6 Voir entre autres M.N. Srinivas, Social Change in Modern India, Berkeley, University of California Press, 1971.

7 New Haven, Yale University Press 1964.

8 Paris, P.U.F. 1969.

9 Cf. J.L. Maurer, Modernisation agricole... à Java, Paris, P.U.F/coll. IUHEI, 1986, G. Etienne, Food and Poverty, India's halfwon Battle, New Delhi, Sage, 1988.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.