Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De village en village

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Khandoï, l’histoire d’un village de l’Inde 1860-1990

Gilbert Etienne

Texte intégral

1. Développement et changement

1Au début du xixe siècle, les contrastes étaient frappants entre l’ouest de l’actuel Uttar Pradesh (territoire entre le Gange et la Jamna) et l’est du même Etat dans la région de Bénarès. Autour de la ville sainte gravitait une économie florissante par son agriculture, son artisanat, son commerce interne qui en faisait un des centres de l’Inde. Dans l’ouest, l’économie, déjà pauvre de nature, avait souffert de multiples invasions et troubles au xviiie siècle : villages dépeuplés, terres abandonnées, cultures médiocres dépendant d’une mousson sensiblement plus faible que dans l’est, et de puits trop peu nombreux.

2Dès la fin du xixe siècle, la roue commence à tourner ; l’ouest de l’Uttar Pradesh connaît une expansion sensible, tandis que les districts de l’est sont en plein déclin, situation qui ne cesse de s’aggraver par la suite. Depuis 1975, se dessinent de nouveaux changements. Tandis que l’ouest poursuit sur sa lancée, l’est sort de sa somnolence, son agriculture repart en avant ; les salaires agricoles cessent de stagner pour s’approcher de ceux de l’ouest.

3Le village de Khandoï, district de Bulandshahr, partie ouest de l’Uttar Pradesh, donne un reflet représentatif des changements survenus dans une région relativement homogène de par ses données physiques et humaines, comme le confirment d’autres études de villages ainsi que nos observations personnelles.

Tableau 1

Tableau 1

1 La répartition des exploitations par rapport à la superficie a changée comme suit: 1965, moins de 1,5 ha = 70 exploitations
entre 10 et 13 ha = 3 exploitations
1986, moins de 1 ha = 90 exploitations
entre 8 et 10 ha = 2 exploitations

Tableau 2

Tableau 2

1 Il existe encore d’autres castes d’importance secondaire et une population musulmane pauvre (73 hab 1961) qui jouent un rôle secondaire.

4Deux grandes catégories de changements apparaissent. Dans la première figurent les données quantifïables et qualifiables avec un minimum de précision. Elles sont d’ordre démographique, technique et économique. Dans la seconde catégorie figurent les facteurs d’ordre social et politique : l’évolution de la société, de ses moeurs, ainsi que les changements dans les rapports de force entre castes et entre classes, compte tenu du système politique mis en place après l’indépendance en 1947.

5Pour la première catégorie, l’Inde offre des sources dont l’abondance n’est pas souvent égalée ailleurs dans le Tiers Monde : registres fonciers, recensement tous les dix ans, plans et rapports des autorités locales. Toutes ces données sont complétées par l’observation directe (résidence dans le village, connaissance du hindi, langue locale), par les interviews des paysans et des représentants de l’administration.

6La seconde catégorie de changements est beaucoup plus délicate à maîtriser. Pour le passé, (relativement proche), comme pour le présent, la principale source est le recueil de témoignages et les observations directes, les uns et les autres renforcés par les études – hélas pas très nombreuses – faites par d’autres chercheurs dans la région.

7L’ensemble de nos observations comprend une première période portant sur 5 mois et demi en 1963/64, suivie de nombreuses et brèves visites ou de séjours de deux à trois semaines jusqu’en septembre 1990. En ce qui concerne les sources écrites, nous commençons en 1860 avec le premier registre foncier disponible (First Seulement Report 1859/61) ; classement par parcelle et par exploitant. C’est la première couverture systématique de la région, bien que le cadastre constitue une pratique déjà signalée dans l’Artha Shastra, traité de science politique rédigé autour du début de l’ère chrétienne. Sur ce point, comme sur d’autres, les Britanniques ont systématisé et amélioré des techniques administratives précoloniales.

Photo - Khandoï, labours pour le blé avec l’araire A l’arrière plan, champ de canne à sucre

Photo - Khandoï, labours pour le blé avec l’araire A l’arrière plan, champ de canne à sucre

Tableau 3

Réformes agraires

1860-1950
 : Système zamindari, hérité des Moghols (xvie et xviiie siècle) et modifié par les Britanniques. Dans chaque village, un ou plusieurs Zamindars sont propriétaires du sol, dont la plus grande partie est cultivée par des tenanciers : beaucoup de ceux-ci ont un droit de possession aussi longtemps qu’ils versent la rente au Zamindar. Celui-ci en verse une partie (land revenue) à l’Etat et garde le reste. Les montants respectifs sont fixés dans les Settlements périodiques.
Le Zamindar détient en plus divers droits sur les villageois : corvée temporaire, diverses autres prestations.
1950 : Abolition du système. Les trois Zamindars de Khandoï ne conservent que les terres qu’ils cultivent avec des ouvriers agricoles, Us reçoivent une compensation en argent et en bons du gouvernement. Les tenanciers deviennent propriétaires. Abolition de tous les autres droits du Zamindar sur les paysans (prestations en argent, corvées, etc). A retenir : pas de transfert de terre.
1960 : Plafond à la propriété : 16 ha.
1965 : Remembrement parcellaire : 613 parcelles ramenées à 135. Stimule l’investissement dans les puits tubés à pompe (tubewells).
1972 : Plafond abaissé à 6 ha irrigués, sans compter la part des fils adultes. Très peu de résultats concrets de ces plafonds.

De tout temps, large prédominance du faire-valoir direct, très peu de métayage.

Institutions rurales et vie politique

8Au fil de l’histoire, la présence de l’Etat, l’imperium, se fait peu sentir au niveau du village, sinon par le biais de l’impôt foncier et d’autres interventions limitées comme celle de travaux publics dans certaines régions. Le village est géré par les notables, le conseil (panchayat) de la caste principale.

9Sous les Britanniques, l’administration du district s’étoffe tant soit peu avec la création de plusieurs services (agriculture, début des coopératives, éducation, santé...). Les zones de canaux d’irrigation se dotent d’une solide administration.

10Avec le démarrage des plans quinquennaux en 1951, l’encadrement des campagnes se renforce par la mise en place de nombreuses institutions. En 1954, est ouvert le Bloc de développement d’Unchagaon (sous-district) qui assure la vulgarisation agricole, la construction de routes secondaires, le développement de l’hygiène, de l’éducation, de l’artisanat. Les coopératives de crédit se multiplient au niveau des villages.

11En 1954, se met en place le premier conseil de village élu au suffrage universel. En 1960, est introduit le Panchayati Raj, (litt. règne des panchayats) qui institue dans toute l’Inde un système de conseils au niveau du village, du bloc et du district.

12La politique, elle aussi, commence à jouer un rôle marqué en milieu rural. Les premières élections au suffrage universel pour la Chambre du Peuple (parlement central) et l’Assemblée de l’Uttar Pradesh ont lieu en 1952. Entre cette date et 1991, les électeurs sont appelés dix fois aux urnes.

Tableau 4

Les cultures

Système traditionnel
Kharif (juillet-octobre) sorgho, petit mil, maïs, légumineuses.
Rabi (novembre-avril) blé, orge, légumineuses, moutarde.
Cycle annuel, canne à sucre (coupe novembre-février).
Fumier mal conservé, utilisé en partie comme combustible, en partie comme engrais.
Petits vergers de manguiers.

Changements
Recul et quasi-disparition du coton dès le début du xxe siècle, essor de la canne (déjà existante), d’un meilleur rapport lié à la progression de l’irrigation.
Vers 1930, nouvelles variétés plus productives de canne (d’origine javanaise), semences améliorées de blé.

1966/67
 ; Essais des premiers blés mexicains sur quelques ha : vifs succès.
1967/68 : Les nouvelles variétés1 couvrent le gros des terres à blé. Accroissement des surfaces et des rendements du blé (déjà principale céréale), au détriment des légumineuses et de la moutarde. Maintien de la canne et des cultures de Kharif sans changement majeur, peu de progrès dans les vergers de manguiers.
1975 : Apparition des pommes de terre, culture encouragée par la construction de chambres froides à Jahangirabad dès 1970.
1975-80 : Début de jardins potagers.
1985-90 : Début de parcelles de cultures fourragères. 1985-90 : Reprise de la moutarde.
1985-90 : Nouvelles variétés de légumineuses (65 jours) intercalées entre la récolte de blé et le Kharif en juillet, essor très limité.
1985-90 : Reboisement, notamment des eucalyptus plantés autour des maisons ou des champs, quelques orangers.

1 Les nouvelles variétés réagissent beaucoup mieux que les variétés même améliorées aux engrais chimiques. Mais le recours à ceux-ci exige plus d’eau que pour les variétés anciennes : 5-6 irrigations contre 3-4. Semences, engrais chimiques, eau (souvent irrigation) sont étroitement interdépendants.

Tableau 5

Les techniques

Irrigation

Facteur-clé : pluviosité 660 mm, le gros durant la mousson de juillet à fin septembre ; petites et incertaines pluies en hiver.
1861 : Puits creusés, outre de cuir tirée par des boeufs (mot).
Vers la fin du siècle, queue d’un canal tertiaire, hausse de la surface irriguée, mais de manière insuffisante.
1920-1940 : Puits en maçonnerie, remplacement du mot par la roue persane plus productrice, moins d’efforts et de main-d’oeuvre (engrenage et godets en métal fabriqués dans la région : système traditionnel, bois, cordes, poteries en terre cuite). Hausse du nombre de puits.
1950-1960 : Trois puits tubés privés (tubewells) dont un électrique, deux diesel souvent hors d’usage et un State tubewell1.
1963-65 192 ha mal irrigués sur 254 ha cultivés, 4 TW, 26 roues persanes, le canal au débit incertain pour 30 ha.
1966-1971 : 250 ha irrigués et mieux par 25 TW quelques roues persanes et le canal.
1978-80 : 250 ha, 48 TW.
1990 : 250 ha, 81 ’ TW privés (tendance au surinvestissement pour compenser les coupures de courant). State TW hors d’usage.

Engrais chimiques

1955-65
 : Introduction sur une échelle modeste surtout pour le blé et la canne à sucre ; dès 1966 forte hausse de la consommation, principalement sous l’effet des nouvelles variétés de blé ; surtout à base d’a7.otc et de phosphate (trop peu), un peu de potasse, parfois du zinc.

Pesticides

En général pas nécessaires pour le blé, usage limité pour la canne à sucre dès 1970 environ.

1 mot : irrigation de 0,10 en 10-12 h : 2 paires de boeufs, 2 hommes en permanence. roue persane : irrigation de 0,25 ha en 12 h., 2 paires de boeuf, 2 hommes qui se relaient.
TW privé : 0,2 ha en une heure, capacité 3-5 ha, 5 H.P.
State TW : capacité env. 200 ha.

Tableau 6

Outillage et équipement

Travaux des champs

Araire en bois avec tige métallique, planche traînante pour aplanir, semoir en bois fixé sur l’araire (semis en ligne). Faucille pour la moisson ; battage avec les boeufs, vannage manuel ; outillage très ancien. Vers 1970, premier tracteur (principal propriétaire).
1985-90 : 4 tracteurs ; plus de la moitié des terres labourées totalement ou partiellement ; tracteurs utilisés par les propriétaires et aussi loués.

Fourrage

Petit hachoir à main remplacé par le chaffcutter vers 1930, roue à couperet actionnée à la main pour hacher le fourrage (hauts de canne, tiges de maïs, sorgho, petit mil).
1970-75 : Les boeufs et l’engrenage des roues persanes utilisés pour actionner la roue à couperet.
1985 : Quelques chaffcutters utilisent un moteur.
Entre 1970 et 1980, usage aujourd’hui général de petites batteuses à moteur fabriquées dans la région (120 kg de blé à l’heure).

Canne à sucre - gur (sucre brut)
 : La meule en pierre a été remplacée sans doute
entre 1920-1940 par un pressoir à engrenage en fonte et l’usage d’une bassine en fonte où cuit le jus (bagasse comme combustible) transformé en sucre brut. Le pressoir est actionné par deux boeufs qui tournent en manège.
1955-60 : Premier pressoir/moulin utilisant le moteur d’un TW.
1980-90 : Le moulin à moteur de TW se généralise. Le système de cuisson ne change pas.

Transformation des céréales
 : Chaqqi : meule en pierre actionnée par les femmes
(environ 3 heures au petit malin).
Vers 1975 : Moulins à moteur.
1985 : 5 moulins, très peu de chaqqis restent en usage.

Cuisson
 : Usage de fumier séché en galettes encore prédominant, mais quelques réchauds à gaz ou à pétrole.

Biogas
 : depuis 1975-80 quelques installations (cuisson, éclairage), succès limité.

13Les rendements (ordre de grandeur) kg/ha

14A partir de 1965, les doubles récoltes annuelles sur le même sol et les rendements sont en hausse grâce au progrès de l’irrigation et à la révolution verte.

15Le blé, principale céréale, évolue comme suit :

* maximum 3800 en 1988/89

16Le sucre brut connaît une progression moins spectaculaire. La production passe de 6 000 kg/ha (3 600 pour la repousse, seconde récolte) à 7 000 kg/ha environ.

17Le maïs croît de 1200-1300 à 1 500-2 000 kg/ha. Les pommes de terre qui progressent depuis 1980 donnent 12-16 tonnes/ha parfois jusqu’à 25 tonnes/ha.

  • 1 G. Bois : « Population, ressources et progrès techniques dans un village du Mâconais (x-xviiième si (...)

18Les étapes du développement dans l’ouest de l’Uttar Pradesh se répartissent en trois phases principales. La première va de 1860 à 1950. Elle comporte ce que Guy Bois appelle de « petits changements techniques »1, le début d’une économie moderne particulièrement modeste à Khandoï qui se trouve dans la partie la plus isolée du district. Le village est peu touché par le réseau de canaux d’irrigation construit par les Britanniques principalement dans la seconde partie du xixe siècle.

19Une deuxième phase va de 1950 à 1965 avec un début d’accélération du progrès économique. Elle correspond aux premiers plans quinquennaux de l’Inde indépendante : renforcement de l’infrastructure administrative, vulgarisation agricole, progrès du crédit coopératif, santé, éducation, construction de routes, début d’électrification rurale, des puits tubés à pompe. La scène politique locale s’anime avec les élections au suffrage universel du Parlement central, de l’Assemblée législative de l’Uttar Pradesh, des conseils locaux.

20La troisième phase correspond à ce qu’on appelle la révolution verte, soit l’introduction des nouvelles semences de blé (principale céréale) qui suit de peu le début d’expansion de l’irrigation. Durant cette période se cristallise le processus global de développement rural, soit la percée du blé, la hausse plus modérée des autres produits agricoles et la diversification plus poussée à la fois de l’agriculture et des autres secteurs de l’économie rurale : infrastructure, services/commerce, transports, petite industrie. C’est également dans la troisième phase que les changements sociaux se font plus marqués.

21Au niveau démographique, après une phase lente d’accroissement, le taux se relève très nettement de 1951 à 1961 pour rester plus ou moins constant par la suite.

Tableau 7

Elevage (bovins, porcs, volailles)

Importance ancienne du bétail, surtout bufflesses productrices de lait et boeufs de trait. Disparition de tout pacage de bovins dès la fin du siècle dernier. Alimentation : déchets de canne, paille, tiges de maïs, sorgho.

Vers 1860
 : un des grands propriétaires possédait 100 têtes, son petit-fils en 1960 en compte 12. Néanmoins, le nombre total pour le village s’est beaucoup accru.
1963/64 : Quelques porcs élevés par des Bhangis (très basse caste d’ex-intouchables) vendus à une ferme militaire.
Jusque vers 1970 :
très peu de ventes de lait dans le village et au dehors.
1970-90 : Hausse du cheptel et de la productivité (bufflesses à 5-10 litres par jour) entreprises de collecte de lait à Unchagaon (3 km), d’où camions jusqu’à Dehli : ouverture en 1985 d’un magasin d’achat à Khandoï même.
1985-90 : Introduction de quelques vaches frisonnes (croisées en Inde) donnant jusqu’à 18 Lt par jour.
1985-90 : Apparition de quelques champs de luzerne et berseem ; achat à Unchagaon par quelques paysans de tourteaux d’oléagineux pour le bétail.
1989 : Création par un paysan, d’un poulailler d’environ 1 000 têtes, vente d’oeufs et poulets ; jusqu’alors très peu de poulets dans le village.
1990 : Expérience ratée, la plupart des poulets sont morts, faute d’installations adéquates.

Tableau 8

Pistes, routes et moyens de transport

1950
 : Khandoï-Unchagaon (gros village, petit bazar pour les villages des environs) 3 km de piste souvent coupée à la mousson. Unchagaon-Jahangirabad (ville de 20’000 habitants), 12 km de piste souvent coupée à la mousson. Jahangirabad-Bulandshahr (chef-lieu du district 60’000 habitants) 25 km de route en dur.
1955 : Construction d’une roule en dur jusqu’à Unchagaon.
1963-65 : Trafic Jahangirabad-Unchagaon, très peu de véhicules à moteur, chars à boeufs, voitures à cheval, bicyclettes.
1970-75 : Route asphaltée jusqu’à Unchagaon. Chars à boeufs aux roues en bois cerclé de fer remplacés par les buggies, chars montés sur vieux pneus de camion et tirés par un buffle (plus lent, mais plus économique, 3 contre 5 km/h environ).Apparition des premiers services d’autobus, camions moins rares.
1980-90 : Route en dur, étroite, jusqu’à Khandoï. Hausse du nombre de petites voilures à cheval (tanga) ; des camions, des autobus passent parfois à Khandoï, quelques motos.

Faiblesses du système de production

22L’électricité qui a joué un rôle très important dans l’expansion de l’irrigation apparaît aujourd’hui comme frein au développement. Les réseaux qui ont poussé très vite fonctionnent mal d’où pannes, voire baisse de courant. Qui plus est l’offre ne répond pas à la demande. Très souvent le courant n’est assuré que 8h par jour, 12 dans les bonnes années. En conséquence, ou bien l’irrigation est lésée, ou bien les paysans procèdent à des surinvestissements, forant un deuxième puits pour être sûrs de pouvoir irriguer.

23Le battage du blé souffre également. Faute de courant, il faut revenir aux boeufs, ce qui exige beaucoup plus de temps que les petites machines-batteuses. Il n’est pas rare, dans ces conditions, que le paysan n’ait pas le temps de faire pousser des légumineuses de fin avril à fin juin. Le manque d’électricité gêne aussi les petites industries.

24Les nouvelles semences devraient être renouvelées tous les quatre ou cinq ans, ce qui n’est pas la pratique générale. Quant au dosage entre engrais azotés, phosphate, potasse, il laisse à désirer. Par ailleurs les sols auraient besoin d’autres apports dont du zinc.

25La production du blé tend à plafonner depuis 1985. Celle de la canne à sucre progresse peu. Les progrès du maïs sont plutôt faibles. Quant aux rendements des légumineuses, du sorgho, du petit mil, ils ont peu changé depuis 1960.

Alimentation

26Comme dans la plupart des régions du Tiers Monde, l’alimentation est monotone et c’est seulement depuis quelques décennies que des changements apparaissent.

27Vers 1960, l’alimentation reposait avant tout sur les galettes à base de céréales, un peu de légumineuses (riches en protéines), des feuilles de moutarde en saison, du gur ou sucre brut, très rarement des fruits et légumes. Le lait tenait une assez grande place dans l’ordinaire des paysans moyens et aisés. Le ghee (beurre clarifié), principale matière grasse, était peu consommé et encore moins chez les pauvres. Ces derniers mangeaient rarement de la viande, faute de moyens financiers. La plupart des paysans moyens et aisés (Jats, Brahmanes, Vaishyas) étaient et demeurent végétariens par tradition.

28Trente à quarante ans plus tard (1980-1990) les pauvres consomment moins rarement du lait, surtout les enfants et leur alimentation s’est un peu accrue en volume. Pour les paysans moyens et aisés, le thé au lait sucré est beaucoup moins rare. Légumes et fruits, sans devenir de consommation courante, apparaissent plus souvent dans l’ordinaire.

Vêtements et autres biens semi-durables

29Ici aussi des changements apparaissent depuis les années 1960-65. Beaucoup de femmes ne portent plus un sari court et une grosse chemise grise ou beige. Le sari normal (7 m) et coloré se propage ; chez les hommes le dhoti (drapé) et la chemise traditionnelle sont en recul, surtout chez les jeunes, en faveur du pantalon et d’une chemise moderne semi-synthétique. Les chaussures genre basket remplacent les sandales traditionnelles. Les lainages sont plus fréquents en hiver.

30En 1963, montres et radios étaient rares, par contre les bicyclettes étaient déjà assez répandues. Depuis lors, le nombre des montres et postes de radio est en hausse. Quelques scooters et motos pétaradent dans le village. En 1990, on compte 30 postes de télévision.

Education et santé

31Une école primaire avait été créée avant l’indépendance par le principal Zamindar. Elle s’est maintenant développée. Déjà en 1963, sur 1227 habitants on comptait 75 élèves de Khandoï à côté de 45 venus des environs. Depuis lors la scolarité est devenue quasi complète.

32En 1970, est inaugurée une école secondaire semi-privée à Khandoï. Elle draine le élèves des villages voisins. En 1985, l’effectif est de 478 élèves dont 79 ex-intouchables, et 17 enseignants.

33Plusieurs jeunes gens font ensuite des études supérieures, y compris de jeunes ex-intouchables bénéficiant de divers avantages : conditions d’admission à l’Université, bourse.

34Le niveau de l’éducation est plutôt médiocre et beaucoup d’élèves ne terminent pas l’école primaire.

35A partir de 1970, un hôpital du gouvernement et deux médecins fonctionnent à Unchagaon. Dans ce même bourg exercent aussi des médecins privés, mais attention aux charlatans !

2. Essai d’appréciation

L’administration, les hommes, l’histoire

36Le total des changements énumérés ci-dessus représente un mouvement très profond, mis en marche par une administration qui dans ses cadres locaux (village, bloc) se situe dans des normes qui vont du médiocre au tolérable en termes de compétences et de dévouement aux tâches entreprises. Malgré ces faiblesses, sans parler de beaucoup de corruption, l’encadrement administratif a joué un rôle substantiel dans l’ensemble du processus.

37De leur côté, les paysans ont montré un remarquable esprit d’entreprise : durs à la tâche, habiles à se débrouiller avec des moyens souvent modestes.

38Le rôle des Jats (caste dominante) doit être souligné. Les Britanniques déjà ne tarissaient pas d’éloges sur leur mentalité. (Les Jats peuvent être hindous comme à Khandoï, sikhs ou musulmans). Ils ont joué et continuent à jouer un rôle très important dans la zone qui va de l’ouest Uttar Pradesh au Haryana et aux deux Panjabs, indien et pakistanais.

39D’autres castes locales (Brahmanes, Vaishyas, Lodhas) sont également très entreprenantes et prêtes à tout travail manuel. Il est également révélateur que la plupart des petits paysans et beaucoup de moyens propriétaires qui ont fait la Révolution verte comme les paysans aisés étaient, à l’époque, illettrés, situation en train de changer avec les nouvelles générations.

40Enfin, même si Khandoï, de par son isolement, avait peu profité de l’expansion générale de l’économie sous les Britanniques, le « départ » précoce de la région, ou si l’on préfère, la perspective historique, ne doit pas être oublié.

A qui profite la croissance ?

41Distinguons les propriétaires et les sans-terre. Les premiers, des plus petits aux plus grands, ont participé à la Révolution verte grâce à la hausse du rendement de leurs exploitations. Même s’ils ne peuvent pas toujours utiliser assez d’intrants modernes, les petits paysans (moins d’un ha) y recourent dans des proportions importantes, ce qui, soit atténue leur déficit en grain, soit leur donne un surplus à vendre.

  • 2 Malgré beaucoup de coulage et d’abus, il existe d’authentiques bénéficiaires.

42En 1963, il fallait 1,75 - 2 ha pour assurer les besoins d’une famille, seuil qui tombe à 1-1,5 ha en 1985. Les paysans moyens et aisés (à partir de 1,25 ha) ont évidemment profité du mouvement, ce qui permet aux premiers de passer de conditions très frugales à un début d’aisance, au reste modeste. Les manoeuvres agricoles dépourvus de terres bénéficient d’une hausse de salaire en termes réels et de possibilités d’emploi plus larges. Certains d’entre eux ont aussi tiré profit des programmes du gouvernement spécialement conçus pour les plus pauvres à partir de 1970. Il s’agit de crédits avec une part de subvention pour acheter une bufflesse et vendre du lait, acquérir une voiture et un cheval, ouvrir une boutique...2Même si beaucoup d’ex-intouchables et de pauvres appartenant aux castes moyennes ou supérieures connaissent aujourd’hui un sort moins dur qu’il y a trente ans, tous, il s’en faut, ne sont pas sortis de la misère. Ces groupes sociaux sont particulièrement vulnérables au moindre accident : la maison en pisé qui s’effondre sous une forte pluie, la maladie... Il est aussi plus difficile pour les ex-intouchables, par manque de relations, de trouver un emploi hors du village et d’y envoyer leurs économies à leurs familles. Le poids des préjugés, le degré d’impureté interviennent aussi. Les Bhangis (ex-intouchables : vidangeurs, balayeurs par tradition, tout en bas de l’échelle) s’en sortent très mal en comparaison des Dhobis (blanchisseurs, ex-intouchables, mais un cran au-dessus !).

43En fait, pour arriver à vivre mieux, une famille très pauvre et sans terre (ou avec 0,25-0,50 ha) a besoin d’une source aussi large que possible d’emplois et de gains : travail de la terre, plus diverses autres activités : aide à la construction de maisons, bufflesse et vente de quelques litres de lait, transport de lait à condition d’avoir une bicyclette, réfection d’une route, un ou deux hommes ayant trouvé un emploi dans le district ou mieux à Delhi. C’est sous cet angle qu’apparaît la valeur sociale d’une forte croissance de l’économie rurale selon un processus global qui suscite une hausse de la production et la diversification de l’économie locale dans l’agriculture et hors de celle-ci. Aujourd’hui nombre de propriétaires d’un hectare, - ou un peu moins -, s’en tirent mieux qu’avant lorsque 1 ou 2 hommes de la famille exercent un emploi hors du village ou que la famille trouve des appoints par des activités supplémentaires dans le village.

44Le renforcement de cette attaque indirecte de la pauvreté donne des résultats plus sûrs que les mesures directes d’aide aux pauvres, étant donné le coulage qui accompagne ces programmes.

Traditions et changements

45En matière de mariage, aucun changement important n’est apparu depuis 1960. Les mariages sont arrangés par les parents respectifs des conjoints dans la même caste, la belle-fille venant d’un autre village.

46La hausse des dépenses pour les mariages en Inde et dans beaucoup d’autres sociétés du Tiers Monde représente un fait inquiétant. Pour l’Inde, le gros est supporté par la famille de la fille. Entre 1963 et 1985, les dépenses se sont multipliées par dix pour les riches comme pour les pauvres (4-5 000 roupies chez les ex-intouchables en 1985 : 30 à 50’000 roupies pour le propriétaire de quelques hectares mariant sa fille). Par comparaison, le prix du blé fixé à 40-50 roupies le quintal en 1963-64 s’est élevé à 150 à 200 roupies en 1985.

47En matière de prévention des naissances, les progrès sont lents. En 1963-64, la plupart de femmes n’avaient aucune idée des moyens modernes de contraception. Depuis 1970-75, la question est mieux connue, mais encore en 1985 on rencontre des couples instruits qui ne font rien, alors que leurs frères ou cousins employés dans le chef-lieu du district, eux, s’arrêtent à 3-4 enfants à condition d’avoir au moins un fils.

48Relevons encore que les plus gros producteurs d’enfants ne sont pas les couples les plus pauvres car la mortalité infantile, les fausses couches, les cas de stérilité les touchent beaucoup plus directement que les paysans moyens et aisés (à partir d’un hectare).

49Les « idées modernes » sont aujourd’hui certes plus répandues qu’il y a trente ans : progrès de l’éducation, paysans qui se déplacent, impact de la radio et, sur une base encore modeste, de la télévision. Les traditions familiales et religieuses sont, pour le moment, peu affectées.

50Depuis 1975 environ, les problèmes de la jeunesse reviennent fréquemment dans les conversations avec les adultes d’âge mûr. Après avoir passé par l’école et certains par l’université, les garçons ne veulent plus travailler aux champs. Ils sont devenus « mous » y compris chez les Jats. Ceux qui ne trouvent pas d’emploi de col blanc hors de Khandoï « traînent au village en chemise, pantalons et chaussures modernes ». Et certains d’entre eux deviennent voleurs... ajoutent les paysans des anciennes générations.

51Ce problème très répandu en Asie, en Afrique, en Amérique latine est fort préoccupant, car les futurs paysans, même s’ils ont quelques machines, devront continuer à travailler très dur, afin de poursuivre le développement de l’agriculture ou d’autres activités.

52Qu’en est-il de la condition des femmes ? Passablement de jeunes filles vont à l’école, mais dans l’ensemble les changements restent assez limités. Ils semblent plus marqués chez les femmes dont le mari travaille en dehors. Certaines tâches matérielles se sont allégées, comme la fin du dur travail consistant à moudre le grain à domicile.

53La séparation des sexes s’est peu modifiée : une femme mariée, surtout jeune, ne parle pas aux hommes sauf à ses proches et cache en général son visage avec l’extrémité de son sari lorsqu’elle rencontre des hommes.

La vie politique castes et classes

54Les villageois sont de plus en plus conscients des problèmes politiques et de leur propre influence par le jeu des élections. Ils sont de plus en plus justement écoeurés des politiciens, de la corruption, de l’affaiblissement de l’ordre public (hausse de la criminalité dans les villages). Ils se plaignent vivement des faiblesses, pas toujours évitables, de la planification : le manque d’électricité, la relation coûts-bénéfices (production et intrants) toujours plus importante avec l’expansion de l’économie monétaire.

55Là-dessus se greffe le facteur caste. Ici le poids des Jats qui selon les périodes sont favorables ou hostiles au parti du Congrès. De nouvelles élites politiques sont apparues. A Khandoï, les deux principaux ex-Zamindars ne s’occupent guère de politique. Les principaux ténors sont des paysans moyens supérieurs, surtout Jats, Brahmanes, Vaishyas liés aux autorités du bloc et du district.

56A Khandoï, comme dans beaucoup d’autres villages, la société frappe plus par ses rivalités et ses divisions que par un esprit communautaire. Bien des antagonismes peuvent se manifester même au sein de la même caste. C’est pourquoi tout programme de développement de type communautaire n’a pas, malgré diverses tentatives depuis 1960, donné des résultats tangibles.

57En 1963, lorsque nous demandions à un Jativ (ex-intouchable) en quoi son existence avait changé depuis l’indépendance, il répondait : « Avant, nous avions un cadenas sur la bouche. Aujourd’hui, c’est fini. » A l’époque, lors de réunions du village, ces ex-intouchables étaient accroupis sur leurs talons à côté des autres paysans assis sur des lits de cordes.

58Aujourd’hui, les ex-intouchables sont plus actifs, certains d’entre eux commencent à s’affirmer. Ils savent que leurs bulletins comptent pour beaucoup aux élections. Les relations entre castes s’assouplissent en matière de contacts personnels. Les Jativs s’asseyent sans complexe à côté des Jats sur le même lit de cordes. Et pourtant un jeune Brahmane me priait de ne pas dire à son père qu’il avait accepté du thé de la part du Block Development Officer (un ex-intouchable) dans son bureau (1978).

59En bref, bien des abus et des discriminations s’estompent dans la vie courante, même si les différences restent nettes. Ce n’est pas négligeable comme le soulignait un vieux Jativ ; vers 1920, jeune homme, il avait été battu par un Jat dont il avait touché par mégarde la chemise et en plus il avait dû lui rembourser le prix de celle-ci.

Conclusion

60Moyennant l’expansion de l’irrigation, le milieu physique se prête - et de longue date - à un fort développement de l’agriculture et celui-ci n’est pas arrivé à son terme.

61Malgré des déficiences sérieuses, l’administration locale a joué un rôle considérable, grâce à une politique intelligemment conçue par les autorités supérieures qui occupent les positions clés dans l’administration centrale et dans les Etats, y compris les chefs de districts appelés selon les Etats : District Magistrate, Collector, Deputy Commissioner. A noter les compétences des hauts fonctionnaires par rapport aux cadres petits et moyens.

62On assiste à un heureux mariage entre le maintien d’une partie des techniques traditionnelles et de nouveaux intrants tout à fait indispensables : pompes, semences, engrais chimiques principalement.

63Non moins significatifs sont les facteurs humains, soit des castes agricoles par tradition, des hommes durs à la tâche et entreprenants. La présence de nombreux moyens et petits propriétaires illettrés n’a pas gêné le développement de manière sensible.

  • 3 G. Etienne, Développement rural en Asie, Paris, PUF, Coll. Tiers Monde, 1982.

64La région illustre bien le processus global de développement rural que l’on observe dans d’autres régions avancées, en Inde, au Pakistan, en Asie du Sud-est et en Chine. La hausse de la production agricole de base, celle des activités agricoles secondaires, les petites industries, les infrastructures, les services élargissent le marché du travail, d’où hausse des salaires agricoles et augmentation des sources de revenu. Ce processus n’a rien d’inédit. On l’a observé lors des phases de fort développement dans l’Europe des xi-xiiie siècles, à différentes périodes dans la Chine et l’Inde anciennes3. Ce processus doit s’élargir davantage car la pression démographique reste lourde. Or, les progrès de la prévention des naissances demeurent trop lents. C’est là une des faiblesses patentes dans bien des régions de l’Inde. Il est particulièrement nécessaire de créer plus d’emplois hors de l’agriculture mais en milieu rural, petites villes incluses.

65Le sort des plus pauvres s’est amélioré ou est devenu moins précaire, mais pas pour toutes les familles. Les préjugés de caste, et d’autres facteurs d’ordre culturel entrent en ligne de compte, même si certaines différences de caste sont en recul.

66Enfin, la conscience politique des paysans, des quelques riches comme des autres, ne cesse de s’affermir.

67Les traditions religieuses, les coutumes et les moeurs n’ont guère affecté négativement le développement. Encore aujourd’hui, les changements dans ces domaines sont plutôt lents. Même si les valeurs traditionnelles tendent à s’éroder - et cela déjà avant l’ère coloniale - elles ne vont pas disparaître de si tôt. En fait, traditions et changements se combinent plus qu’ils ne s’opposent radicalement, qu’il s’agisse des moeurs, des techniques, de la vie socio-politique.

68Peut-être qu’un des principaux points d’interrogation porte sur la jeunesse et son comportement. D’ici quelques années, il sera possible de répondre à cette question, lorsque les nouvelles générations auront entièrement remplacé celles qui ont été actives dans cette période de changements importants qui débute vers 1965.

  • 4 Pour plus de détails sur l’ensemble de ces problèmes, nous renvoyons le lecteur à notre Food and Po (...)

69Ce qui est par contre plus clair, c’est l’ampleur de ce qui reste à entreprendre en particulier pour mieux faire reculer la pauvreté. Les prochaines étapes de développement ne seront pas plus faciles que celles déjà franchies. Elles exigeront une planification et une gestion de l’économie nationale toujours plus efficaces, notamment pour faire franchir un nouveau palier à la production du blé (les tendances observées à Khandoï se retrouvent dans d’autres régions avancées), tant la vie économique et sociale du village est de plus en plus intégrée à des ensembles plus larges, du district à l’Etat (province) de celui-ci au pouvoir central.4

Notes

1 G. Bois : « Population, ressources et progrès techniques dans un village du Mâconais (x-xviiième siècles) in P. Gourou, G. Etienne (sous la direction de) Des Labours de Cluny à la Révolution verte, Paris, PUF, 1985

2 Malgré beaucoup de coulage et d’abus, il existe d’authentiques bénéficiaires.

3 G. Etienne, Développement rural en Asie, Paris, PUF, Coll. Tiers Monde, 1982.

4 Pour plus de détails sur l’ensemble de ces problèmes, nous renvoyons le lecteur à notre Food and Poverty India’s halfwon battle. New Dehli, Sage 1988.

Table des illustrations

Titre Tableau 1
Légende 1 La répartition des exploitations par rapport à la superficie a changée comme suit: 1965, moins de 1,5 ha = 70 exploitationsentre 10 et 13 ha = 3 exploitations1986, moins de 1 ha = 90 exploitationsentre 8 et 10 ha = 2 exploitations
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 2
Légende 1 Il existe encore d’autres castes d’importance secondaire et une population musulmane pauvre (73 hab 1961) qui jouent un rôle secondaire.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Photo - Khandoï, labours pour le blé avec l’araire A l’arrière plan, champ de canne à sucre
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende * maximum 3800 en 1988/89
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.