Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De village en village

Les monographies de village et le développement

Isac chiva

Texte intégral

I

1Un regard historique et critique sur l’étude monographique du village européen conduit à une double évidence : forme canonique et outil principal de recherche sur les sociétés rurales, la monographie de communauté a littéralement dominé, durant un bon siècle, l’ethnologie et la sociologie rurales ; mais depuis près de deux décennies, cette orientation, objet de critiques de plus en plus vives, a connu une crise profonde, pour ne pas dire une éclipse.

2La méthode monographique ; le village, objet concret ; la communauté rurale objet construit ; les hypothèses idéologiques et scientifiques sous-jacentes : voici les fils conducteurs qui courent à travers l’immense et déjà ancienne littérature sur le sujet.

3De la double dichotomie fondatrice très dynamique – collectivisme versus individualisme ; communauté versus société – à la mise en sommeil, sinon à l’éclipse totale actuelle, de ce mode d’analyse et de construction du réel, on est passé par une phase d’extension géographique et de grands chantiers interdisciplinaires dont on a du mal à percevoir l’accumulation, la richesse, les implications et les retombées.

4En parcourant cette énorme littérature qui offre, dans un très grand nombre de langues, des données cumulables et comparables, l’ethnologue rencontre une série de questions fondamentales et récurrentes : quelles sont les limites d’une étude globale et exhaustive d’un groupe humain localisé ? Quelles sont les conditions et les possibilités de comparaison entre les quelques milliers de monographies connues ? Quelle peut être la représentativité de cet objet ? Quels sont les rapports, dans cette situation de recherche répétée de façon quasi universelle, entre intuition, description, observation quantitative et analyse ? Enfin, quelle est l’originalité que l’on peut reconnaître à l’ethnologie des communautés rurales, surtout s’il s’agit de nos propres sociétés occidentales, alors que leur analyse fait appel, qu’on le veuille ou non, à des catégories, à des concepts, à des définitions qui ont précédé, souvent de beaucoup, notre discipline ?

Le semis des villages

5Avant d’entrer dans le vif du sujet, à la fois pour faire toucher du doigt au lecteur le poids du terme « communautés rurales » et pour lui faire percevoir aussi de façon objective une autre évidence, à savoir comment un objet concret – le village, la commune –s’impose à la connaissance scientifique, je voudrais renvoyer à un document exceptionnel : la carte des communes de France, image emblématique et instrument de travail primordial pour notre propos (Meynier et al. 1958 carte).

6Extrêmement présente tout au long de l’histoire des sciences sociales et apanage de notre discipline, en particulier mais non exclusivement, la communauté rurale constitue un carrefour épistémologique que l’on ne peut éviter. Même si – comme on peut le voir par ailleurs (Bromberger 1987) – elle est passée de mode, on ne peut pas l’évacuer lorsque l’on veut embrasser d’un coup d’œil synthétique l’ethnologie de la France, et plus généralement celle de l’Europe et des sociétés dites complexes, pré-industrielles.

7Mais cette communauté rurale est tout autant présente, quoiqu’à des degrés et sous des aspects différents, dans toutes les autres disciplines qui, à la différence de l’ethnologie et de l’anthropologie exotiques, nous ont précédés, accompagnés et ont tantôt nourri, tantôt assiégé jusqu’à l’asphyxie, l’ethnologie française et européenne. D’où l’intitulé et la substance de cette présentation qui se veut un simple rappel, forcement très schématique, compte tenu des véritables montagnes de travaux et des innombrables problèmes que l’on rencontre à propos de la communauté rurale.

8Ce sujet –et c’est l’intérêt pédagogique majeur qu’il présente-revêt au moins quatre aspects sur lesquels il convient de réfléchir. Tout d’abord, comment un objet concret, physique, le village, s’impose à la science et devient objet de recherche ? Autrement dit, quel est ici le rapport entre l’objet naturel et l’objet scientifique ?

9En second lieu, comment un objet de recherche peut-il progressivement se muer en construction idéologique, mieux : en support d’idéologies, en prétexte à spéculations théorique, historique, etc. ? En effet, autour de la communauté rurale s’est développée depuis plus de cent ans toute une série de discussions portant aussi bien sur les étapes obligées de l’évolution de l’humanité, que sur la nature et l’origine de la propriété, comme sur les sources anciennes du communisme et de l’individualisme, etc. La lecture de la littérature sur les communautés rurales non seulement invite à la critique, mais nous oblige à constater à quel point – et c’est un de nos problèmes – l’ethnologie du proche, celle de la France comme de tous les autres pays européens, a été par définition et dès le début liée à des idéologies, à des systèmes de convictions ou à des systèmes de démonstration mi-scientifiques, mi-politiques.

10En troisième lieu, lorsqu’elle s’exerce dans les sociétés qui nous sont proches, l’ethnologie est forcée de cohabiter avec les autres disciplines, de les pratiquer parfois, de les connaître toujours : cela aussi devient particulièrement évident lorsqu’on aborde l’étude des communautés.

11Enfin et en dernier lieu, il est intéressant de voir, me semble-t-il, comment certains objets concrets qui se sont imposés à la recherche, ont conduit à une systématisation de la pratique de celle-ci, à la formulation d’une méthode : c’est, en l’occurrence, la méthode de la monographie de village qui, à un moment donné, est devenue une sorte de devoir, dans les deux sens de ce mot, intellectuel et scolaire, ce qui a conduit à se passer, en quelque sorte, de toute autre justification : on faisait une monographie de village et cela allait de soi !

12Deux autres propositions initiales semblent également importantes pour notre propos, l’une sur le plan sociologique, l’autre sur celui de la méthode précisément.

13Sur le plan sociologique, la communauté rurale peut se définir comme une forme de vie sociale stable et distincte des autres formes analogues ou différentes. Cette forme de vie sociale est durable et exprime un certain rapport entre trois ordres de phénomènes au moins :

  • d’une part, un territoire et un paysage, tous deux limités, délimités et construits par l’homme ;

  • d’autre part, un ensemble de techniques de transformation des ressources naturelles, minérales, biologiques et climatiques ;

  • enfin, une population qui maîtrise plus ou moins sa reproduction biologique, économique et culturelle par le contrôle et la manipulation des relations familiales (de consanguinité, d’alliance, de descendance ou d’apparentement fictif). Je laisse ici délibérément de côté -quitte à la reprendre par la suite- la discussion de ce qu’est la communauté, notion ancienne, pesante, chargée de connotations à la fois théoriques et politiques, tout comme je néglige pour le moment le couple conceptuel « communauté/société », auquel celle-ci se rattache.

De la méthode monographique

14Sur le plan de la méthode, la question principale est celle de la légitimité de la monographie de village, c’est-à-dire de la saisie, de la description singularisante et totalisante de ce groupe humain, limité, durable et plus ou moins clos. Bourdieu (Bourdieu et al. 1968 : 60, note 2) note à ce propos que les monographies de village viennent en tête des objets spontanés des sciences sociales, de tous ces sujets de recherche qui « n’ont pas d’autre problématique que la pure et simple désignation de groupes sociaux ou de problèmes perçus par la conscience commune à un moment donné du temps », et que, par conséquent, on aurait tort de confondre « l’objet doté de réalité sociale » avec celui doté de « réalité sociologique ». Quelle correspondance y a-t-il entre la méthode monographique et un objet délimité, ou délimitable, qui serait le village ? Peut-on de la sorte, en découpant un objet et en construisant une monographie, en se laissant simultanément porter par la matérialité du village et par les rubriques de la monographie, espérer simplifier des phénomènes complexes ? Le village peut-il être légitimement considéré sinon comme autonome, du moins comme discontinu, autre, différent, par rapport à l’extérieur, aux autres villages d’une part, par rapport à la société plus large, englobante, de l’autre ? Et si oui, sur quels plans cette discontinuité peut-elle être identifiée ? Enfin, une monographie de village peut-elle être seulement et exclusivement ethnologique, ou ne doit-elle pas être nécessairement pluridisciplinaire ? Cette question de méthode forme, je crois, le cœur de notre propos.

Des sources

15Pour permettre d’étayer à loisir la réflexion sur le sujet, une brève bibliographie est proposée à l’appui de ce texte ; elle appelle quelques commentaires. Rappelons tout d’abord qu’en ethnologie, comme dans les autres sciences sociales, en France comme dans la plupart des pays européens et extra-européens, les travaux sur les communautés rurales se comptent par milliers : monographies descriptives, comparaisons, travaux théoriques, guides et manuels, littéralement innombrables, s’étalent sur environ un siècle et demi. A cet égard, on citera le programme documentaire conduit à l’Institut d’études du développement de l’université anglaise du Sussex (Moore et al. 1976), à l’enseigne des « village studies ». Avec une volonté universaliste et à des fins d’application, on y a recensé, en vue d’aider au développement économique des pays extraeuropéens, toutes les connaissances acquises sur les villages d’Inde, d’Afrique, d’Asie, sur leur anatomie, leur organisation, etc. Des centaines, sinon des milliers de titres de monographies publiées ou manuscrites ont ainsi été recensés et leur matière analysée selon une grille unique. Une finalité voisine a guidé le projet du Centre européen de recherche et documentation en sciences sociales (Vienna Center) qui relève du Conseil International des Sciences Sociales (UNESCO), situé à Paris. Quatre volumes comprenant analyses raisonnées de monographies, bibliographies, exposés de méthodes et théories en sont résultés (Durand-Drouhin et al. 1981-85 ; Mendras et Mihailescu 1982) ; ils forment un instrument de travail indispensable pour notre sujet. Notre bibliographie présente un tout petit choix de titres extraits de cette énorme littérature descriptive, analytique et théorique, d’ordre ethnographique, sociologique, historique, démographique, économique, d’information bibliographique. Soulignons que presque seuls des travaux publiés en français et en anglais ont été retenus, pour des raisons pratiques évidentes, bien que des ouvrages importants existent en allemand, en espagnol, en portugais, dans plusieurs langues d’Europe du Nord de l’Europe de l’Est et du Sud-Est en particulier. A été, en revanche, laissée délibérément de coté (à deux exceptions près, appelée par le fil de l’analyse) toute mention de monographies précises. A la limite, un simple commentaire rapide des titres retenus pourrait constituer une introduction à la problématique des communautés rurales.

***

16Des raisons nombreuses, précises et hétérogènes se sont conjuguées pour faire de la communauté rurale, en ethnologie et dans la plupart des autres sciences de la société, un objet privilégié : objet tout court et, pendant très longtemps, l’objet par excellence ; et en même temps, support de méthode, de la méthode par excellence et par définition qu’est la monographie de village. Mais la communauté rurale s’est vue également chargée d’arrière-pensées philosophiques, politiques, psychologiques : pour tout dire, support idéologique idéal. De ce fait, elle était susceptible d’être abordée de plein droit par toutes les branches des sciences sociales, chacune avec ses méthodes spécifiques. La sociologie y a décelé -et forgé-la notion de communauté. L’histoire y a trouvé et raffiné la notion de communauté villageoise, effet et reflet de la longue durée, personnalité collective et interlocuteur collectif par excellence du seigneur, du pouvoir central, de la ville. La géographie y a privilégié le terroir et le finage, à travers lesquels elle a déchiffré des modèles formels, génétiques, d’organisation de l’espace agraire. La psychologie y a identifié un champ particulier, original, caractérisé par ce qu’on appelle l’interconnaissance et par l’enchevêtrement des réseaux interpersonnels, ainsi que par la simultanéité des rôles sociaux que chacun joue vis-à-vis de tous les autres dans cet espace étroit. L’économie enfin, a vu dans le village, dans la communauté rurale, un agent collectif, une unité socio-économique, un système d’agents économiques.

Des analyses complémentaires

17En simplifiant grossièrement la façon dont s’est constitué notre champ, on voit apparaître très tôt, dès la fin du xixe siècle, un objet multidimensionnel, comme une étoile de traits, d’accentuations complémentaires, chacune appuyée sur des observations empiriques et conduisant à des conclusions théoriques qui prennent appui simultanément sur le terrain et sur des considérations, des préoccupations ou des finalités idéologiques et politiques.

18On peut commencer par n’importe quel rayon la lecture de cette étoile de dimensions complémentaires.

19Soit le régime foncier : d’innombrables études ont abordé la façon dont sont organisés la propriété et l’appropriation du sol, le mode de production. Si l’on parcourt notamment les plus anciennes de ces études, on s’aperçoit que bien des arguments d’Engels, mais aussi de Marx, ainsi que ceux de leurs contradicteurs s’y appuient, les uns se référant au village comme propriétaire collectif, antérieur à toute appropriation individuelle, les autres, au contraire, cherchant dans le village – et dans les rapports du village avec le seigneur – la genèse de la propriété individuelle.

20Second axe : celui du régime politico-juridique, relatif au statut et au devenir des communautés villageoises dans leurs rapports avec la féodalité, la ville, l’Etat.

21Troisième axe : celui de la morphologie, des modèles spatiaux génétiques (morphogénétiques), techniques et paysagers.

22Quatrième axe, des plus importants en ethnologie : celui de la composition familiale, des unités familiales économiques (de production et de consommation). On peut dire que la base en a été fournie au xixe siècle, par les travaux de F. Le Play et de son école, avant que ne soit abordée plus tard l’articulation entre système villageois et parenté.

23Cinquième axe : celui de la psychologie collective, depuis F. Tönnies, père de la notion de communauté, jusqu’à l’école anthropologique culturaliste, déployée avant tout aux Etats-Unis (avec d’importants apports freudiens européens), qui a accentué la teneur, la perception, la définition de la communauté comme un univers psychologique avant tout.

24Sixième axe, enfin, que l’on pourrait qualifier comme celui de la phénoménologie sociale, c’est-à-dire des analyses qui se sont souciées de dénombrer les groupements sociaux, les interactions quantifiées, les liens sociaux aux intensités et aux fonctions différentes, dont l’entrecroisement constitue le village.

25Ce foisonnement plus ou moins ordonné de motifs, de notions, de perspectives analytiques au sujet et autour de la communauté rurale et de la monographie de village permettrait, à la limite, d’imaginer un dictionnaire des notions qui, en couvrant notre champ et son développement, les ordonnerait à sa manière : un dictionnaire de la communauté rurale ne serait sûrement pas la moins déraisonnable des entreprises !

26A travers ce premier âge, qui a duré fort longtemps, de l’étude de la communauté rurale, on peut dire qu’en gros deux thèses s’affrontent en une bataille, souvent très violente, pour ou contre la nouvelle société industrielle capitaliste. Cette bataille a marqué jusqu’à l’heure actuelle les travaux sur la communauté rurale, tout comme leur utilisation. Chacune des deux parties a ainsi cherché sa légitimité dans l’histoire : à propos du droit sur la terre et de la nature de la collectivité paysanne, on a défini le principe et la nature de la propriété tout court, collective pour les uns, individuelle pour les autres, tout comme on a cherché à s’enraciner idéologiquement, à fonder ainsi ses arguments et ses présomptions d’antériorité.

27Et l’ethnologie dans tout cela ? Elle a vu, très tôt, dans cette communauté rurale un groupe stable qui, à l’instar des groupes tribaux, lui permettait d’embrasser la totalité des membres qui le constituent, du territoire qui le supporte, des relations qui unissent les individus, ainsi que tous les aspects organisés, institutionnels, comme toutes les activités et expressions qui s’y font jour.

28Dans ce concert de disciplines, c’est l’ethnologie qui a posé la communauté rurale comme un tout social évident, intégré et différencié à la fois, à l’image de ce que par ailleurs, dans un tout autre contexte, on a appelé un fait social total.

29Comme dans le cas des autres sociétés européennes et plus généralement des sociétés dites complexes – c’est-à-dire et pendant longtemps les sociétés agraires sédentaires, composites – l’ethnologie de la France a vécu, des dizaines d’années durant, des monographies villageoises : celles-ci ont prédominé dans la recherche de terrain, dans l’analyse théorique, dans l’enseignement – qui s’est concrétisé dans d’innombrables thèses sur des villages – enfin, et c’est important, dans les rapports de cette ethnologie avec les autres disciplines.

En France : des monographies et des villages

30On peut distinguer en France deux périodes à cet égard. La première peut être considérée comme celle des précurseurs : souvent des instituteurs, des érudits locaux, quelques folkloristes qui ont pratiqué la monographie de la communauté villageoise. Mais surtout après la seconde Guerre Mondiale, pendant près d’une vingtaine d’années, on peut dire que ce fut le temps des monographies.

31Des plus de 30 000 communes françaises de moins de 2 000 habitants, et que l’on peut appeler des villages, il est fort douteux qu’une proportion notable ait jamais correspondu à l’archétype sociologique de la communauté villageoise close, autarcique, décalque d’un modèle que d’aucuns considèrent comme une création du néolithique et qui est, sans doute, de l’ordre de l’idéal reconstruit plus que de celui de l’histoire réelle des sociétés paysannes.

32La mode de cette étude prototype a persisté néanmoins, avec autant d’inconvénients que d’avantages. Et il est intéressant de noter que lorsque les sociologues ruraux français, largement influencés par l’ethnologie et la sociologie rurales américaines, sous l’impulsion d’Henri Mendras, voudront, en particulier à partir des années 1960-62, (Jollivet et Mendras 1971-74), dresser un inventaire des sociétés rurales françaises et dégager ce qu’ils appelleront des schémas-types, ils démarreront par l’étude d’une dizaine de points d’enquête villageois. Leur état de référence était alors explicitement celui du village français du milieu du xixe siècle, état qui se serait caractérisé par l’autarcie, par l’homogénéité culturelle interne, en même temps que par une différenciation sociale interne.

33Dans les mêmes années soixante, sous l’impulsion d’un biologiste, Robert Gessain, alors directeur du Musée de l’Homme, qui cherchait à démontrer la réalité sociologique correspondant à un groupe endogame, une enquête pluridisciplinaire qui fera date est lancée en Bretagne : c’est encore sur un gros village, Plozévet, qu’elle portera (Burguière 1975). Et cette étude s’est conformée largement, dans sa partie ethnologique, au moule de la monographie de village.

34Quoi qu’il en soit, ce privilège conféré à la monographie villageoise pour de bonnes et de mauvaises raisons, a enrichi incontestablement la littérature ethnologique sur la France rurale. On peut observer, aussi, qu’à cette prédilection est dû le fait que cette ethnologie comporte une proportion significative de travaux d’anthropologues étrangers, avant tout américains (Chiva 1988). Mais on s’est vite aperçu que ce bilan, positif en matière d’acquisition de connaissances, ne pouvait pas masquer longtemps les limites et les inconvénients du genre.

  • 1 Il est vrai que depuis 1975, le mouvement de dépeuplement des villages s’est non seulement arrêté m (...)

35Pour rendre ceux-ci sensibles, il faut rappeler quelques faits. Depuis un siècle, la transformation du monde rural français n’a cessé de s’accentuer et de s’accélérer. La population agricole de la France représentait, en 1954, 26,7 % de sa population totale, mais seulement 10,1 % en 1974. En même temps, les petites villes, celles de moins de 5 000 habitants et qui étaient les plus importantes pour l’espace rural, s’étiolaient.1

36Chose fort curieuse – et il faut revenir à la carte des communes de France comme à la résistance historique sociologique et politique de cet objet concret qu’est la communauté rurale, la commune –, on notera que malgré les mesures administratives de rationalisation favorables au regroupement des communes, les cadres spatiaux institutionnels que l’on lit sur cette carte et qui tracent les bases de la vie rurale communale, ont très peu changé.

37Sur les 37 708 communes dénombrées en 1968 on comptait 35 500 qui, avec moins de 2 000 habitants, correspondaient en gros à la définition des communes rurales et 24 000 qui comptaient moins de 500 habitants. On peut dire que la carte des communes rurales françaises et, par là, la morphologie et l’ossature administratives du monde rural sont restées, à assez peu de choses près, telles qu’elles avaient été décidées au moment de la Révolution française et construites par l’Empire. Et ce, malgré le puissant et ininterrompu exode rural qui, dépeuplant de plus en plus les petites communes, les empêchait progressivement d’assurer les fonctions sociales et matérielles d’une collectivité. Malgré les lois et mesures administratives de tous ordres tendant à favoriser les fusions de communes, le regroupement obtenu est resté insignifiant (1266 communes supprimées entre 1968 et 1974, dont beaucoup ont demandé à être restaurées par la suite, ces « mariages de raison » ne tenant pas le coup) (Kervasdoué et al. 1976).

38Donc, ni quantitativement, ni qualitativement, on ne pouvait espérer, en multipliant les études monographiques, dégager la physionomie sociale et culturelle profonde, individualisée, et la dynamique des sociétés rurales françaises. Et ceci reste vrai, même lorsqu’on appelle au secours des techniques d’analyse « intelligentes », sophistiquées, telle l’analyse hiérarchique qui permet, par exemple, de distinguer des ensembles régionaux discontinus et d’en extraire la ou les subunités représentatives (Gronoff 1971).

39Second inconvénient des monographies, et non des moindres : la tendance inconsciente du chercheur, à force de considérer la collectivité rurale comme un monde en soi, à la traiter comme un monde clos, à négliger de la remettre dans la perspective et le contexte géographiques, historiques, socio-économiques, politiques, culturels plus larges dont elle relève. Ainsi il faudra, par exemple, attendre qu’un historien, très familier des autres sciences de la société, entreprenne la synthèse des recherches de tous ordres conduites dans la grosse commune bretonne rurale de Plozévet, pour lire une monographie qui restitue à la vie locale, à l’histoire et à l’économie du petit groupe, l’indispensable contrepoint de l’histoire régionale et nationale, comme de la transformation contemporaine de l’ensemble des campagnes françaises (Burguière 1975).

40Enfin, le troisième, et peut-être le plus grave des inconvénients des études de communautés rurales, revêt un double aspect. En concentrant l’attention sur le groupe de localité, sur le principe d’organisation et d’appartenance sociales basé sur la localité – puisque l’on s’en tient à un groupe territorial et que les liens le plus souvent mis en évidence sont les liens d’appartenance à ce groupe –, ce type de recherche a distrait l’attention des autres modalités fondamentales d’organisation de la vie sociale. Le premier et principal perdant, pendant très longtemps, a été le principe de parenté : le lien de parenté, comme le tissu familial générateur de la reproduction sociale. Localité et parenté régissent en effet, au même titre, l’organisation des sociétés paysannes ; cette combinaison en est même, au point de vue ethnologique, une caractéristique structurelle de ces sociétés. Et ne s’occuper que d’un seul de ces aspects, condamne à des analyses qui tournent court. D’autres critiques pourraient être formulées à l’encontre de l’utilisation d’un modèle passe-partout de monographie villageoise. Il en est ainsi de la confusion entre village, paroisse et commune, opérée à la suite d’un long et complexe processus de condensation et de centralisation. Cette confusion faisait désormais partie de l’esprit même de la plupart des chercheurs, comme elle affectait les sources documentaires, pour la plupart administratives, qu’ils utilisaient. Ce qui faisait que nos auteurs ne s’apercevaient même pas qu’ils appliquaient le même schéma d’analyse et la même définition implicite (ou explicite) à des unités sociales aussi différentes par leur nature et leur échelle, que le sont la communauté villageoise de type bourguignon, la bourgade provençale, le plou breton ou la vallée pyrénéenne. Ainsi, par exemple, est-on passé longtemps à côté de la signification analytique et typologique de l’anatomie particulière du tissu social breton, avec son emboîtement dynamique des bourgs et des villages qu’enveloppe le plou, expression et unité syncrétiques. Or, cette originalité liée à l’histoire religieuse se donne le mieux à voir dans la façon dont se construisent, en s’entrecroisant, les aires de recrutement des conjoints.

  • 2 Ajoutons que c’est également à propos de la maison que l’on peut voir le mieux se conjuguer deux no (...)

41Ainsi, Henri Lefèbvre, un des pionniers marxistes des études rurales en France, en voulant à tout prix faire coïncider la définition marxiste de la communauté villageoise avec les faits dans les Pyrénées, a-t-il oblitéré l’originalité sociologique de cette région où les unités pertinentes sont, d’une part la maison, et d’autre part la vallée, ensemble d’agglomérations, hameaux, écarts, formant une unité ample et complexe du point de vue institutionnel. Or, c’est précisément à propos de la maison, unité constitutive de la société paysanne pyrénéenne, comme d’autres sociétés de montagne en Europe (Chiva 1989), que se produira un renouveau des recherches ethnologiques et sociologiques ruralistes. Fondamentale, en effet, cette unité l’est, parce que le groupe domestique localisé, groupe de parenté à filiation plus ou moins indifférenciée, doté d’un patrimoine, est la cellule de base, ici particulièrement visible, de la plupart des sociétés rurales traditionnelles, quelle que soit leur organisation à une échelle supérieure du territoire, de l’économie, de la vie en groupe, du pouvoir. Fondamentale, la maison l’est également d’une autre manière : car c’est dans cette unité de base de la vie sociale, dont la forme la plus complexe et stable en même temps se rencontre surtout dans les sociétés agropastorales de montagne (Alpes, Carpathes, Pyrénées), que s’opère la conjonction intime des deux principes d’organisation régissant simultanément toutes les sociétés paysannes : la parenté et la localité2.

***

42La spécificité et la place du village dans l’histoire des sociétés européennes, en particulier de la communauté villageoise, ont des incidences parfois insidieuses qui ont marqué la recherche sur trois plans principaux : les sources documentaires, le territoire villageois, la définition du groupe social local.

Les sources écrites

43L’existence et l’usage de telles sources à l’échelle villageoise illustrent bien à quel point l’écrit peut déteindre insidieusement sur la démarche du chercheur. En raison de son ancienneté et de son statut public qui en fait la base de la pyramide administrative, le support de la gestion publique de la société civile – et religieuse aussi d’ailleurs –, le village a produit depuis toujours des sources documentaires à son échelle. Or, c’est en grande partie à partir de ces informations que les chercheurs ont travaillé, y puisant des éléments relatifs au territoire, à la population, aux activités comme aux événements villageois : ce sont le cadastre, les recensements de population, les listes électorales, les registres paroissiaux et d’état civil, les chroniques locales, les archives communales et paroissiales. Disons tout de suite que, par leurs contenus, les catégories et définitions – implicites ou explicites – qui ordonnent leurs données, les points de vue et les finalités propres à leurs auteurs, ces documents manipulent en quelque sorte, plus ou moins insidieusement, les chercheurs qui les utilisent.

44La dimension temporelle d’abord en est tentatrice : l’ethnologue est tenté de devenir historien. La matière et la dimension historiques de la communauté rurale n’en existent pas moins grâce à ces sources, n’en imposent pas moins leur prise en compte. D’autre part, on n’aura garde d’oublier que ces documents sont issus de la pratique administrative, c’est-à-dire qu’ils incarnent une certaine conception de la société, de son organisation politique, économique et religieuse, de son fonctionnement. Ils sont établis selon des critères de définition des individus, des groupes domestiques, des parcelles, etc., qui sont ceux des pouvoirs publics successifs. Des conceptions, des notions, des définitions et des catégories issues d’une pratique autre que scientifique s’imposent ainsi à l’esprit du chercheur qui reprend ces sources. Dénué souvent de la possibilité réelle de les critiquer, tout simplement à défaut de moyens, l’utilisateur de ces sources en reprend les catégories, les informations, même les discontinuités issues des changements administratifs. Ainsi par exemple – et pour reprendre un cas parmi d’autres, celui étudié par Gérard Lenclud (1979) en Corse – devant un recensement de population, acte administratif, on ne sait pas si les individus domiciliés dans une même maison constituent plusieurs ménages distincts qui y coexistent, ou une véritable famille élargie.

45On peut donc dire que ces documents obnubilent le chercheur, le leurrent et le tentent à la fois, le conduisant presque malgré lui à se fixer sur le village administré comme objet premier et absolu ; ils l’obligent d’emblée à ne pas découvrir une réalité qu’il découperait lui-même, mais à décalquer en quelque sorte un monde d’un autre ordre qui lui est comme imposé par ses sources.

Le territoire

46Le territoire villageois est à son tour source d’emprise extérieure sur le travail de l’ethnologue, ici tributaire de méthodes et de modes de connaissance qui lui sont étrangers. Le postulat de la durabilité et de la longue durée des formes territoriales est aussi évident qu’implicite. Pris en charge par l’ethnologue, dans ses analyses de l’espace villageois, de son utilisation, des distinctions que les habitants y opèrent, de son fonctionnement social et de son investissement symbolique, le territoire communal est en fait celui littéralement fabriqué, ès qualités en quelque sorte, par la géographie et particulièrement par la géographie historique. Ainsi, les ethnologues ont-ils dû reprendre et utiliser non seulement des notions, comme le finage et le terroir, mais de véritables modèles morphogénétiques à longue durée, à génération plus ou moins spontanée, dont les déterminations techniques mais aussi culturelles sont dues aux géographes. En voici quelques exemples : le modèle auréolaire, à infield-outfield, de développement de zones concentriques, à fertilité différentielle, à partir d’un noyau d’exploitation central (Sautter 1962) ; le modèle orthogonal, mis en évidence en Europe de l’Est, où des finages rectangulaires ont probablement été découpés par une autorité étatique centrale (Stahl 1965) ; le modèle laniéré, que l’on trouve par exemple en Lorraine (Peltre 1975), ou, sous d’autres formes, dans les pays nordiques et en Grande Bretagne : c’est ce qu’on appelle le damier solaire (Göranson 1961). C’est dire qu’avec ces modèles, l’ethnologue a dû reprendre des réalités produites par une longue histoire, comptant des siècles d’existence, qui soulèvent des problèmes logiques ardus, mais à propos desquels on ne dispose pas du contexte ethnologique.

47Mais la pratique administrative la plus lourde de conséquences sur le plan spatial, pour le villageois comme pour l’ethnologue, est celle que résume et qu’impose le cadastre, source de données sur le territoire villageois à l’aide de laquelle nous sommes tous contraints de travailler. Le cadastre est le produit de nécessités administratives : détermination des propriétés, assise des impôts. Il reflète tout le fonctionnement du patrimoine foncier, et cela de façon durable. Le cadastre français actuel est la continuation directe du « cadastre parcellaire » commencé sous le Premier Empire et qui faisait à son tour suite au « cadastre par nature de culture » commencé sous le Consulat, lui-même précédé par les terriers d’Ancien Régime.

48Existant sous des formes analogues dans les autres pays européens, le cadastre constitue un document riche et écrasant, doté d’une originalité fondamentale aux implications ethnologiques capitales, quoique pas toujours bien perçues. Le cadastre français a été, en effet, conçu dès 1807, dans l’idée que le plan, le parcellaire, la forme des terres délimitées, représentées et nommées, restent stables, alors même que les utilisateurs et les propriétaires peuvent changer dans le cours du temps. A la fois mine d’or et cheval de Troie pour l’ethnologue, le territoire villageois et son cadastre apparaissent ainsi pour celui-ci comme une donnée vitale et en même temps un terrain de confrontation avec les approches historique, géographique, agrimensurale, juridique, économique.

Le groupe social villageois

49Dans la manière dont les ethnologues ont abordé la nature sociale de la communauté rurale, il est paradoxal de voir apparaître comme un aveu d’impuissance à l’analyser et à la définir par des moyens qui leur soient propres. Ainsi, Claude Lévi-Strauss, qui parle de temps en temps des communautés rurales (notamment 1958), insiste surtout sur leur rôle de révélateur des grandes oppositions entre ville et village, rôle de repoussoir, de réalité oppositive, dans lequel beaucoup d’ethnologues les ont cantonnées. De la sorte, la question de la nature en soi du groupe social villageois a été, sinon gommée, du moins rejetée à l’arrière plan, à la faveur de la démarche dichotomisante.

50Le même Lévi-Strauss voit le village comme un groupe de communication authentique : celle-ci lui apparaît due aux relations interpersonnelles directes existant entre ses membres et à l’absence de médiateurs anonymes. Il y voit de ce fait un des rares espaces où l’enquête ethnologique est possible et indispensable dans nos sociétés contemporaines occidentales, concession notable que l’ethnologue de l’ailleurs consentait à l’époque à l’ethnologie du proche. Mais comme ces collectivités sont pour lui « des groupes imparfaitement et incomplètement authentiques », insérés dans des systèmes plus vastes, Lévi-Strauss conclut à la nécessité, pour étudier les communautés rurales, de recourir à des « méthodes psycho-sociologiques ». Aveu notable de la part d’un ethnologue, pour ce qui est des collaborations qu’impose l’étude de la communauté villageoise !

51A peu près au même moment, Marcel Maget, dont on méconnaît injustement l’apport à la théorie et à la pratique de la monographie villageoise (1953) et un des rares à proposer une justification théorique de la monographie, aboutit lui aussi, lorsqu’il s’agit de qualifier le groupe villageois, à une approche essentiellement psychologique (1955). Ainsi, avance-t-il comme notions analytiques fondamentales le champ psychologique continu, le phénomène d’interconnaissance, qui se traduit en relations bilatérales de connaissances immédiates et en étoiles d’interconnaissances (ce qui préfigure en quelque sorte l’analyse de réseaux et l’interactionnisme). Il parle lui aussi d’authenticité et se réfère, enfin, à la prévisibilité des comportements, autant de propriétés, qui en dernier ressort, « sont révélatrices du contenu et de la structure de la connaissance sociale », nous renvoyant ainsi à des notions empruntées à la psychologie. En élargissant ce propos, on pourrait montrer que des dérives et des métissages analogues ont affecté l’ethnologie du côté de la démographie, du droit, de l’économie...

52Les principales écoles nationales en matière de recherche sur les communautés rurales - et il y en eut d’importantes en Grande Bretagne, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Roumanie, en Hongrie, en Pologne notamment -, proposent des variantes et des illustrations multiples pour ce qui est tant des choix théoriques et des méthodes, que des métissages entre ethnologie et disciplines voisines. Mais on peut affirmer, sans crainte d’être démenti, que partout illusions et errements avoisinent des apports substantiels et des novations méthodologiques et conceptuelles.

***

53Plutôt qu’une conclusion, on proposera en guise de finale, trois remarques. Tant en France, que dans les autres pays de même type, aux histoires et aux cultures comparables, la recherche sur les communautés rurales, qu’elle soit ethnologique, sociologique, historique, géographique ou linguistique – et malgré tous les défauts et les limitations des monographies –, a fourni probablement la masse la plus considérable de faits cumulables et comparables. En gros, les monographies proposent toutes des corpus de données découpées à peu près de la même manière. Ces faits attendent d’être extraits de leur purgatoire et utilisés critiquement.

54En second lieu, même à travers leurs échecs les plus patents, on peut dire que les études de communautés ont permis de formuler certaines parmi les interrogations fondamentales de notre discipline : quelles sont les limites de fait d’une étude globale et intensive de communauté, autrement dit d’un groupe humain ? Quelles sont les conditions et les possibilités d’une comparaison entre des communautés qui, des points de vue historique, géographique, culturel, linguistique, diffèrent entre elles un peu, beaucoup, ou du tout au tout ? Quelle est la représentativité, enfin, d’un petit groupe villageois étudié de façon intensive, mais sous tous ses aspects ? Quels sont les rapports, dans notre métier, entre intuition, description, observation quantitative et analyse ? Quelles idées directrices – théoriques, idéologiques, politiques – orientent, parfois à son insu, l’esprit de l’observateur, puisqu’aussi bien on a vu une même communauté apparaître sous un jour rose et idyllique à l’un, sous un jour noir, et tout le contraire d’une collectivité harmonieuse, à un autre ? L’exemple le plus connu est celui du même village mexicain de Tepoztlan, étudié par Robert Redfield et Oscar Lewis ; là où le premier décrit un modèle d’harmonie sociale, le second voit un monde noir, de haine et de déchirements. Et l’on pourrait citer bien d’autres cas analogues !

55Dernière remarque enfin ! C’est à propos des études de communautés rurales que s’est posée de la façon la plus aiguë une double question, fondamentale pour nous : quelle est l’originalité de l’ethnologie, de ses concepts, de ses méthodes, de ses emprunts, autrement dit sa place parmi les sciences sociales, lorsqu’elle s’exerce dans nos propres sociétés ?

56En dernier lieu, c’est à propos et à l’occasion de ces études que l’on a pu s’interroger de la façon la plus concrète sur la réalité du travail interdisciplinaire, sa possibilité, sa nécessité, ses illusions. Question-clef ou question-piège, puisque, comme nous l’avons vu, par ses propriétés intrinsèques, par sa nature comme par l’histoire de la recherche, la communauté rurale relève, qu’on le veuille ou non, de démarches et de catégories analytiques, de concepts et de définitions qui ont précédé, souvent de beaucoup, ceux de l’ethnologie proprement dite.

II

Les villages et les problèmes du développement

57Ce qui précède a été proposé en guise d’introduction à un colloque dont les contributions monographiques ne m’étaient pas encore connues. A les lire, à les entendre, je ressens le besoin d’ajouter un certain nombre de remarques. Certaines sont destinées à souligner des points qui me paraissent importants lorsqu’on souhaite se baser sur l’étude de communautés rurales pour promouvoir le développement. Les autres, les plus nombreuses, visent à compléter mon propos, qui est celui d’un européaniste, en vue d’une meilleure adéquation par rapport aux études de cas présentées et qui ont trait avant tout à des situations extraeuropéennes. Combler les lacunes d’une introduction trop schématique, serrée et rapide ; la compléter pour en permettre le raccord avec l’utilisation de la méthode monographique ailleurs qu’en Europe occidentale : c’est là le but des remarques qui vont suivre.

58J’ai tenté, dans la première partie de ce texte, une réévaluation des recherches monographiques sur les villages conduites pendant une très longue période, recherches pendant longtemps à la mode, avant de devenir objet à la fois de mépris et d’oubli. La composition « en boucle » de cette partie est délibérée.

59Un point de méthode doit être souligné à propos de cette réévaluation : quels que soient les villages étudiés et le but poursuivi – recherche fondamentale ou appliquée –, une ouverture, une démarche pluridisciplinaires, interdisciplinaires ou encore multidisciplinaires s’imposent, quel que soit le terrain, européen ou non (et c’est la raison majeure de la construction « en boucle » de mon introduction). Omniprésent, nécessaire, le travail interdisciplinaire est aussi illusoire, lorsqu’on se focalise sur un village : on ne peut pas ne pas se poser cette question de méthode, à la fois préalable et terminale. Et c’est autour et dans les études de villages que l’interdisciplinarité analytique s’est croisée avec la nécessité, la volonté de l’intervention, de l’application de la recherche, pour promouvoir le développement.

***

60Dans la perspective de cet ouvrage, l’introduction ci-dessus apparait insuffisante, sur un certain nombre de points. Tout d’abord, le champ couvert est trop limité, et des références indispensables s’en trouvent exclues : une lecture croisée de l’ensemble du volume permettra au lecteur attentif d’y remédier en partie.

61Limitation géographique tout d’abord : sont prises en compte les sociétés rurales européennes, avant tout occidentales. D’où l’absence de références aux travaux fondamentaux de L. Dumont et D. Pocock (1957, 1966), essentiels pour comprendre la relation entre le monde villageois et cette forme ultime de la société globale stratifiée que constitue la société à castes de l’Inde. Est-ce qu’un village à castes, strates imperméables dont on ne peut s’évader, peut être considéré comme une communauté villageoise ? On a à faire là à une forme extrême du rapport entre univers villageois et univers social et culturel englobant.

62De même, manquent les développements importants que proposent les travaux nord-américains. J’ai laissé ainsi de côté l’étude de Ch. Galpin (1915), dans la mesure où elle relève d’une problématique importante, mais secondaire par rapport à l’école monographique : celle, propre à l’école américaine qui se préoccupe de la dynamique, de l’effervescence, de la création de formes nouvelles dans l’ordre de l’organisation sociale. (Il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’un texte fondateur pour la sociologie rurale, intéressant en ce qu’il est issu d’un de ces centres de recherches agronomiques, économiques et sociologiques jumelés avec les universités agricoles, organisations spécifiques des Etats-Unis). J’ai aussi choisi de ne pas prendre en compte les travaux de J. Stewart, un des fondateurs de l’anthropologie écologique qui, notamment dans ses travaux sur Porto-Rico, croise formations sociales locales et formations culturelles distribuées dans l’espace. De même pour ceux d’E. Wolf, très importants par l’utilisation qu’il fait de l’histoire (je n’ai retenu qu’un petit article, en raison du réexamen qu’il y propose de la problématique de la communauté rurale), ceux de G. Forster sur l’Amérique latine, ceux de C. Nakane sur le Japon, comme j’ai laissé de côté les travaux monographiques et comparatifs de l’école française de géographie et ethnologie d’Afrique noire et de Madagascar (notamment la vaste enquête conçue par G. Sautter et P. Pelissier et qui a donné lieu, entre autres, à l’important numéro spécial « Terroirs africains et malgaches » de la revue « Etudes rurales » de 1970).

63Limitation linguistique de notre introduction en second lieu, pour des raisons circonstancielles, alors qu’une importante littérature sur notre sujet existe en allemand, en espagnol, en portugais, en suédois, en roumain, en polonais, en italien, etc. comme il a été dit plus haut. Soulignons que la littérature allemande sur ce sujet est aussi abondante que fondamentale. On se reportera, pour combler partiellement cette lacune, aux actes de l’important colloque sur les études de villages en Europe contemporaine, édité par G. Wiegelmann (1979).

64En italien, on mentionnera l’ouvrage collectif édité par De Martin (1990), centré sur le problème des communaux, mais fournissant une information bibliographique très riche sur l’ensemble de l’Europe ; cet ouvrage est représentatif de toute une école italienne, très largement historique, influencée par le marxisme.

65En espagnol, enfin, on mentionnera l’apport déjà ancien (fin xixe-début xxe siècle) mais très important de Joaquin Costa, l’auteur du « Collectivisme agraire ».

66Limitation thématique enfin, peut-être la plus gênante, dans la perspective des études du développement. A été négligé en particulier ce qui le concerne, et plus précisément ce qui, dans les théories et procédures relatives au développement économique et social, à trait au village ou lui est applicable, ainsi que les travaux qui font des communautés rurales un instrument privilégié de progrès (p.ex. J-P. Darré et les recherches appliquées qu’il anime au GERDAL), ou encore ceux publiés par H. Desroches et P. Rambaud (cf. la revue « Archives internationales de sociologie de la coopération et du développement » et P.R. 1971). Ont été également laissées de côté, à l’exception de l’ouvrage fondamental mais déjà ancien de Le Bras (1976), les préoccupations de l’ethnologie religieuse, importantes dans la mesure ou historiquement, par exemple, la paroisse a contribué à façonner le village, ou encore parce qu’un certain nombre de comportements et formes d’organisation sociale religieux ne s’expliquent qu’en référence à la structure territoriale et sociale du village.

67Autre thème non abordé : le politique et la politologie appliquée au village, et particulièrement les liens entre fonctionnement du pouvoir et de ses institutions locales (Conseil municipal par exemple) et les autres mécanismes sociaux internes (structuration familiale, alliances matrimoniales) ou externes au village (emboîtement des formes politiques locales dans les institutions supralocales, régionales et nationales, discontinuité entre le fonctionnement du politique local qui se veut a-politique, et celui qui, au niveau régional ou national, assume une étiquette idéologique ou de parti).

68La dernière limitation pourrait être intitulée « génétique », dans la mesure où ont été laissés de côté deux phénomènes importants. Tout d’abord l’émergence de formes villageoises stables, continues, mises en évidence par les études sur la sédentarisation des itinérants (p.ex. Sautter 1962), à la suite de la densification de la population et de l’intensification des cultures. Plus généralement, a été négligé tout le problème de l’apparition spontanée du village. Parallèlement, a été laissé de côté ce qui a trait au transfert des modèles d’organisations villageoises européennes hors l’Europe (notamment aux Etats-Unis, au Canada), dans des conditions d’espace et d’échelle tout à fait différentes, ou encore en Amérique latine, où il y a eu métissage entre modèles européens et indigènes.

Retour sur la méthode

69Quelques autres ajouts à l’esquisse initiale paraissent également indispensables dans la perspective de ce colloque.

70Le genre « monographie de village » connaît, dans sa définition, des variantes à la limite de la compatibilité logique des analyses subsummées. Deux exemples illustreront cette difficulté. Pour Marcel Maget, dont les travaux sont capitaux pour la conduite des recherches monographiques, « l’objet principal ce sont les comportements culturels et leur groupement en systèmes locaux et non l’étude totale de la vie de la commune » (Maget 1955). Alors que pour Christian Bromberger, la monographie est un genre éminemment plastique « étroitement associé au développement des courants fonctionnaliste et structuraliste, postulant des analyses totalisantes, faisant ressortir les interactions entre les éléments constitutifs... » (Bromberger 1991). Pour Maget le local est subsidiaire, et non pour le second auteur. Sans qu’il y ait vraiment en dernier lieu contradiction absolue, comment faire tenir ensemble, dans une même « perspective », les études d’orientation infiniment variée que l’on trouve parmi les monographies villageoises ?

71En amont de cette interrogation, il convient de revenir un instant sur la pratique de la monographie villageoise et la meilleure manière de la conduire. Comment étudier un village, conduire une monographie, construire l’exposé des résultats ? Enfin comment comparer entre elles des monographies dans un double but : d’abord généraliser, c’est-à-dire mettre en évidence des mécanismes sociaux, sinon universels, du moins coextensifs à un maximum de sociétés à villages ? Ensuite, comment cumuler les innombrables données rassemblées sur cette forme sociale, pour en constituer à la fois un savoir général et une banque de données empiriques ?

72Pour répondre à ces questions, on se reportera utilement aux manuels d’enquête existants, peu nombreux, (cf. titres donnés dans Chiva 1958, Maget 1953, Lebret 1952, Cresswell et Godelier, eds. 1976) ainsi qu’aux quatre volumes déjà mentionnés, issus du projet que le Centre de recherche et documentation en sciences sociales de Vienne a consacré à l’avenir – et au passé – des collectivités rurales européennes (Durand-Drouhin et al 1981-1985, Mendras et Mihailescu 1982). Leur contenu, largement orienté vers les problèmes de réorganisation et de développement des campagnes européennes, est aussi utile dans la perspective de la comparaison et de l’accumulation des recherches monographiques. A cette fin on aura également recours avec profit, surtout pour les sociétés extra-européennes, aux « Human Relations Area Files » produits, dans une perspective multidisciplinaire, par l’établissement autonome interuniversitaire portant le même nom de New Haven (et aux instruments de recherche comparée – avant tout de comparaison inter-culturelle – qui y ont été produits). Enfin, on pourra se servir de la banque de données déjà mentionnée ci-dessus au titre « Des sources » sur les études de villages dans les pays en voie de développement, constituée dans une perspective appliquée par l’« Institute of Development Studies » de l’Université de Sussex (pour ce « village studies program » cf. Moore et al. 1976 et années ultérieures).

La monographie : périmée ou d’actualité ?

73L’impasse – certains parlent de faillite – des études monographiques de village et l’abandon progressif, incontestable, de cette pratique scientifique me semblent dus à trois sources majeures de difficultés et de perplexités qu’il convient d’évoquer dans la perspective de cet ouvrage. En premier lieu, l’omniprésence, de par le monde, du village comme forme sociale : la difficulté qui en résulte est analogue à celle qu’on a éprouvée pendant longtemps à maîtriser et à analyser les innombrables formes de systèmes familiaux et de parenté présentes, elles aussi, dans absolument toutes les sociétés humaines.

74Une seconde difficulté tient à l’historicité du village, qui est double : d’une part la longue durée qui régit les terroirs, les formes villageoises, l’habitat, la toponymes, etc. ; de l’autre, l’historicité systémique, qui tient au fait que tout village est fait de sous-systèmes évoluant à des rythmes différents.

75Troisième source de difficulté : l’inscription du village paysan, absolument partout où on le rencontre, dans des univers sociaux, culturels, politiques, économiques, religieux plus vastes, univers dans lesquels le rôle et le devenir des paysanneries sont des plus divers. Et précisément cette inscription nous met en présence d’une série de cas de figure à forte connotation idéologique qui, à ce jour, – et par endroit, plus que jamais, comme par exemple en Europe de l’Est – sont présents comme autant de défis intellectuels, historiques, politiques. Or il me semble que, paradoxalement, ce sont ces défis qui font que l’objet – le village – et la méthode – les monographies – gardent une actualité certaine.

76En voici quelques exemples, sans remonter à Meitzen et à sa théorie ethnique des modèles villageois, sans cesse reprise depuis la fin du xixe siècle.

77Lors de leur création – ou lors de leurs sursauts actuels en Europe de l’Est – les Etats modernes au point de vue institutionnel, politique, juridique, mais nationaux et, par là, distincts sinon opposés aux autres états nationaux voisins et puisant leur légitimité dans cette distinction, ont recherché et valorisé l’ancrage culturel et idéologique de leur ethos national non pas tant dans les villes, réputées cosmopolites, que dans leurs paysanneries et dans leurs villages porteurs de cultures populaires différentielles. Les hommes politiques s’y sont référés à la très grande ancienneté de ces établissements paysans pour prouver l’antériorité et la légitimité des nouvelles entités nationales et pour revendiquer, le cas échéant, des annexions territoriales. C’est ce qui a motivé – et motive encore pour une bonne part, en Europe de l’Est notamment – nombre de recherches sur les cultures paysannes et d’études monographiques de villages.

78Second exemple : le devenir moderne auquel aspirent ces sociétés, ces Etats qui ont essayé de marier enracinement archaïque, atemporel, paysan et modernité du macrosystème. Or ce devenir qui doit, selon le modèle courant, déboucher sur l’urbanisation et l’industrialisation, entre en contradiction et souvent en conflit avec le village, ses institutions, son fonctionnement. L’agriculteur plus ou moins traditionnel est alors entraîné dans un conflit avec la politique étatique. En témoignent les nombreuses politiques de développement qui tournent autour du village comme support (au nom, par exemple, des traditions coopératives ou communautaires) ou comme obstacle au « progrès » ou encore aux indispensables politiques de planification en temps de guerre ou de crise.

79Dernier exemple : les nombreux problèmes créés par l’inscription des univers villageois dans des mondes englobants dont les principes sont étrangers ou opposés aux premiers. C’est le cas des villages multi-ethniques, nombreux, par exemple, en Europe orientale, des villages multi-religieux, ou encore des villages multi-castes en Inde.

80A toutes ces interpellations de la réalité sociologique, économique, politique, nulle réponse univoque possible ! Mais une constatation générale s’impose : quelque soit le cas de figure, qu’il s’agisse de paysannerie traditionnelle ou, au contraire, de sociétés de formation moderne, que l’on prenne en considération les formes institutionnelles du village ou ses manifestations informelles, que l’on ait à faire à des formes sociales nébuleuses, floues, ou, au contraire, cristallisées, une chose est sûre : tous les groupes villageois subissent des processus, sont entraînés par des dynamiques historiques. Aujourd’hui, tous les villages participent, de façon directe ou médiatisée, de la modernité, ce que depuis longtemps, en étudiant les systèmes de foires et marchés, avait admirablement illustré Sidney Mintz. Il n’y a pas de village, fut-il le plus archaïque, le plus isolé et éloigné des centres urbains, qui ne soit pas en liaison avec le monde moderne, et indissociable du monde des villes qui, lui, n’a jamais été figé.

***

81Qu’il s’agisse de ce que d’aucuns ont appelé la « réalité substantielle » du village (sa phénoménologie en quelque sorte) ou de ce que d’autres, comme L. Dumont ou P. Bourdieu, ont appelé sa « réalité structurale sociale » (ou encore sa réalité sociologique), que l’on considère, avec Eric Wolf, la communauté rurale comme un « processus historique à longue durée », plutôt que comme une entité sociale et culturelle, on est tenté de conclure ces réflexions par une formule avancée déjà en 1915 par Charles Galpin à propos des « rural communities » naissantes aux Etats-Unis : « La communauté [rurale] fondamentale est un composite de beaucoup de communautés partielles, aux traits en expansion et en contraction et qui possède l’instabilité de pulsation caractéristique de toute vie véritable ». Galpin a su, me semble-t-il, très bien ramasser dans cette formulation heureuse, ce qui constitue le trait fondamental de toute communauté rurale.

Bibliographie

Arensberg, C. M., 1965 « The community as object and as sample » et « The community study niethod » in Arensberg C. M. et S. T. Kimball, Culture and community, New York, Harcourt, Brace & World, pp. 7-47.

Bell, C. et Newby, H., 1971 Community studies. An introduction to the sociology of the local community, Londres, Georges Allen and Unwin.

Bourdieu, P., Chamboredon, J.-C. et Passeron J.-C., 1968 Le métier de sociologue, Paris, Mouton/Bordas.

Bourdieu, P., 1972 « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales ESC, n° 27, 4-5 (numéro spécial « Famille et société »), pp. 1105-1125.

Bourdieu, P., 1985 « De la règle aux stratégies : entretien avec Pierre Lamai-son », Terrain, n° 4, pp. 93-100.

Bromberger, Chr., 1987 « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France » in Chiva I. et Jeggle U. (ss la dir. de), Ethnologies en miroir, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication et Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, pp. 67-94.

Bromberger, Chr., 1991 « Monographie » in Bonté P. et Izard M. (eds) Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, P.U.F., pp. 484-486.

Burguière, A., 1975 Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion.

Chapelot, J. et Fossier, R., 1980 Le village et la maison au Moyen Age, Paris, Hachette.

Chiva, I., 1958 Les communautés rurales. Problèmes, méthodes et exemples de recherches. Paris, UNESCO, (Rapports et documents de Sciences Sociales, n° 10).

Chiva, I., 1988 Avant-propos à Laurence Wylie, « Roussillon, un village dans le Vaucluse, 1987 », Terrain, 11, pp. 29-31.

Chiva, I., 1989 « La “casa” nci Pircnci : un tcma di ctnologia europea » in A. Marazzi (éd.), Anthropologia, tendenze contemporanee, Milano, Hocpli, pp. 1-18.

Costa, J., 1989 Colectivismo agrario en Espaha, Madrid.

Cresswell, R. et Godelicr, M. (eds), 1976 Outils d’enquête et d’analyse anthropologiques, Paris, F. Maspero.

Cuisenier, J., 1964 « Le système économique villageois », Etudes rurales n° 13-14 (numéro spécial « Recherches sur les campagnes françaises »), pp. 133-172.

Darré, J.-P., 1985 La parole et la technique, Paris, L’Harmattan.

De Martin, G.C. (ed.), 1990 Communità di villaggio e propriétà colletive in Italia e in Europa, Padova, CEDAM.

Dumont, L. et Pocock, D. (eds) [auteurs], 1957 « Village studies » Contributions to indian sociology, I, avril, pp. 23-41.

Dumont, L., 1966 « The village community » from Munro to Maine » Contributions to indian sociology, IX, déc, 67-89. (repris en anglais dans « Religion, politics and history in India » et en français dans « Homo hierarchicus »).

Durand-Drouhin, J.-L., Szwengrub, L.-M. et Mihailescu, I. (sous la dir. de), 1981-85 Rural community studies in Europe. Trends, selected and annotated bibliographies, analyses, 3 vol., Oxford/Paris, Pergamon Press.

Fromm, E. et Maccoby, M., 1970 Social character in a mexican village. A sociopsychoa-nalytic study. Englewood Cliffs, N. Y., Prentice Hall.

Galpin, C., 1915 The social anatomy of an agricultural community, Madi-son, Wisc, Agricultural experiment station of the University of Wisconsin, Research bulletin 34.

Geertz, C., 1968 « Studies in peasant life: community and society », Biennial review of anthropology, Stanford, pp. 1-41.

Göransson, S., 1958 « Field and village on the island of Öland », Geografiska Annaler, n 2, pp. 101-158.

Göransson, S., 1961 « Regular openfield pattern in England and Scandinavian solskifte » in S. Helmfrid (sous la dir. de), « Morphogenesis of agrarian cultural landscape », numero spécial de Geografiska Annaler, XLIII, n 1-2, pp. 80-104.

Gronoff, J.-D., 1971 « La zone herbagere des Ardennes. Analyse typologique par matrice ordonnable », Etudes rurales, n° 43-44 (numéro spécial « Les régions agricoles »), pp. 170-214.

Jollivet, M. et Mendras, H. (sous la dir. de), 1971-74 Les collectivités rurales françaises, 2 vol., Paris, Armand Colin (voir surtout le vol. 2 : H. Mendras., « Schémas d’analyse villageoise », pp. 39-58 et M. Dion « Des monographies en sociologie », pp. 91-128).

Kerblay, B., 1972 « La sociologie du village soviétique », suivi de Ju. V. Arutjunian, « Essai d’étude sociologique du village », Archives internationales de sociologie de la coopération, 32, pp. 112-174.

Kervasdoué, J. et al., 1976 « La loi et le changement social : un diagnostic. La loi du 16 juillet 1971 sur les fusions et regroupements de communes », Revue française de sociologie, XVII, 3, pp. 423-450.

Lamaison, P., 1987 « La notion de maison. Entretien avec Claude Lévi-Strauss », Terrain, n° 9 (numéro spécial « Habiter la maison »), pp. 34-39.

Le Bras, G., 1976 L’église et le village, Paris, Flammarion.

Lebret, L. J., 1952 Guide de l’enquête sociale. T. II., L’enquête rurale. L’analyse de la commune et du canton. Paris, P.U.F.

Lenclud, G., 1979 « Des feux introuvables. L’organisation familiale dans un village de la Corse traditionnelle », Etudes rurales, n° 76, pp. 7-50.

Levi-Strauss, C., 1958 Anthropologie structurale, Paris, Plon.

Maget, M., 1953 Ethnographie métropolitaine. Guide d’étude directe des comportements culturels, Paris, Civilisations du Sud (voir « Groupe territorial : la commune rurale » : pp. 142-165).

Maget, M., 1955 « Remarques sur le village comme cadre de recherches anthropologiques », Bulletin de psychologie, n° 8, pp. 373-382.

Meitzen, A., 1895 Siedlung und Agrarwesen der Westgermanen und Ostger-manen, der Kelten, Rômer, Finnen und Slawen, 3 vol., atlas, Berlin.

Mendras, H. et Mihailescu, I. (sous la direction de), 1982 Theories and methods in rural community studies, Oxford/-Paris, Pergamon Press.

Meynier, A. et al., 1958 « La carte, instrument de recherche : les communes en France », Annales E.S.C. n° 3, pp. 447-487, carte h.t.

Moore, M. et al. (sous la dir. de), 1976 Village studies. Data analysis and bibliography. Vol 1. India 1950-1975. Brighton, Institute of Development Studies of the University of Sussex (Village Studies Program).

Mucchielli, R., 1976 Psycho-sociologie d’une commune rurale. Connaissance du problème. Paris, Les librairies techniques.

Parai n, Ch., 1979 « Contribution à une problématique de la communauté villageoise dans le domaine européen » in Parain, Ch., Outils, ethnies et développement historique, Paris, Editions sociales, pp. 425-459.

Peltre, J., 1975 Recherches métrologiques sur les finages lorrains, 2 vol. , Lille, Université de Lille III, Atelier de reproduction de thèses.

Potter, J.M., Diaz, M.N. et Foster, G.M., 1967 « Peasant socicty. A reader ». Boston, Little, Brown Cy.

Rambaud, P., 1971 « Le village français. Bibliographie méthodique », Archives internationales de sociologie de la coopération et du développement, 29, janv.-juin, pp. 155-191 (voir d’autres bibliographies nationales - sur la Suisse, Israël, l’URSS, la Roumanie - in Rambaud, P. et Desroches, H. (sous la dir. de), Villages en développement, Paris / La Haye, Mouton, 1971).

Rockwell, J., 1974 « The danish peasant village », The Journal of peasant studies, 1, 4, pp. 409-461.

Romanucci-Ross, L., 1973 Conflicts, violence and morality in a mexican village. Chicago, The University of Chicago Press, (2° cd. 1986; complémentaire de Fromm et Maccoby).

Sautter, G., 1962 « A propos de quelques terroirs d’Afrique occidentale. Essai comparatif », Etudes rurales, n° 4, pp. 24-86.

Soboul, A., 1957 « La communauté rurale (XVIII° - XIX°). Problèmes de base (suivi d’une discussion) », Revue de synthèse, n° 7, pp. 283-315.

Sorokin, P.A., Zimmerman, C. et Galpin, C (sous la dir. de), 1965 A systematic sourcebook in rural sociology, 3 vol., New York, Russel & Russel (voir en particulier dans le 1er volume, Chap. VI, « Différenciation of the rural population into cumulative communities and functional associations »). [Ier éd. : 1930].

Stahl, H. H., 1965 Les anciennes communautés rurales roumaines, Paris, Editions du CNRS (résumé de nombreux travaux, très minutieux, publiés en roumain, à Bucarest).

Steward, J. et al., 1956 The people of Puerto Rico, Urbana, University of Illinois Press.

Wiegelmann, G., 1979 Gemeinde im Wandel. Volkskundliche Gemeindestudien in Europa. Münster, F. Coppenrath Verlag.

Wolf, E., 1986 « The vicissitudes of the closed corporate peasant community », American ethnologist, 13, 2, pp. 325-329.

Wolf, E., 1975 Le Village en France et en URSS des origines à nos jours. Colloque franco-soviétique organisé à Toulouse du 24 au 29 mai 1971, Université de Toulouse-Le Mirail, Service des publications.

Notes

1 Il est vrai que depuis 1975, le mouvement de dépeuplement des villages s’est non seulement arrêté mais inversé, nombre de citadins choisissant d’habiter dans les petites agglomérations qui ont vu proliférer constructions neuves et lotissements. La réduction de la population agricole a cependant continué et il est trop tôt pour mesurer l’impact de ce mouvement sur le fonctionnement des communes.

2 Ajoutons que c’est également à propos de la maison que l’on peut voir le mieux se conjuguer deux notions analytiques que l’on a voulu voir mutuellement exclusives, celle de norme et celle de stratégie (Bourdieu 1972 et 1985 ; Lamaison 1987).

Auteur

Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Paris.