Version classiqueVersion mobile

De village en village

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Jacques Vallet

Avant-propos

Ariane Deluz

Texte intégral

1Entre le hameau et la ville, le village. Chacun sait ce qu’est un village et l’identifie à une communauté locale, à un espace géographique, économique et politique. Or, il est évident qu’au-delà de cette première référence, un village est infiniment plus que cela : organisations, relations, qui peuvent aussi se formuler en termes de réseaux, de systèmes fluides, avec des extensions lointaines, même internationales.

2Actif sur tous les continents, l’Institut universitaire d’études du développement, ses experts mais aussi ses étudiants, sont confrontés aux interrogations et aux fluctuations des problèmes de développement, et bien souvent de développement rural et villageois. Il était donc naturel qu’il s’interroge sur cette notion communément appelée village, non seulement dans son approche statique mais en tenant compte de toute la dimension historique. A cet effet différents spécialistes de disciplines voisines, travaillant dans des aires géographiques totalement différentes, se sont réunis en colloque pour tenter de confronter leurs problématiques et leurs pratiques de terrain. Cette confrontation apparemment hétéroclite laisse pressentir une très grande diversité et l’infinie richesse des pratiques juridiques, politiques et communautaires qui nous obligent à chaque fois à un effort de décentration et de distanciation pour mieux connaître ce dont il s’agit. Pour paraphraser Magritte, nous pourrions dire : “ceci n’est pas un village”, tant l’identique est différent et l’Autre le même.

3Afin d’en savoir plus, des chercheurs se sont retrouvés autour de thématiques qui s’imposent, même parfois s’opposent. Une trame cohérente fait finalement ressortir le contour et un certain contenu des “villages” que nous visitons dans ce Cahier à travers quatre perspectives : morphologie sociale (rapports territorialité/parenté, mouvements et sédentarité) ; reproduction ; identité face à l’observateur ; lieu de modernité et de changement. Nous les reprenons ci-dessous, telles qu’elles apparaissent dans les textes.

La morphologie sociale

4De qui et par qui un village est-il fait ? De parfaits étrangers, de gens apparentés par le sang, de quelle manière et selon quelles règles ? Sont-ils réunis par des alliances matrimoniales ou encore issus de vicissitudes historiques (par exemple guerres, migrations, chasse) ? On découvre d’ailleurs que le village peut même être géré par des individus ou groupes sociaux résidant hors du village. Dans la constitution d’un village, l’articulation entre parenté et localité est essentielle. Ainsi dans la société chinoise traditionnelle, comme le démontrent I. Thireau et K. Mak, il y a coïncidence entre l’unité de descendance, un clan patrilinéaire et l’unité de résidence, le village étant constitué d’un seul clan ou d’un segment clanique.

5Chez les Gouro, étudiés par A. Deluz, il y a, au départ, coïncidence entre la parenté et l’ensemble territorial, la parenté étant composée de groupements patrilinéaires auxquels sont éventuellement associés des alliés par mariage, qui deviennent des neveux utérins après une génération. A Tahiti, l’organisation sociale se présente sous forme d’un système de parenté indifférencié. La notion de village est ici floue, J. F. Baré nous montre que chaque individu revendique ses droits sur le territoire de parents qu’il choisit en quelque sorte et il garde des droits « dormants » qui peuvent être activés dans d’autres lieux. Au Népal, en revanche, la société villageoise est “emboitée dans ses unités de parentés” patrilinéaires, et de type segmentaire.

6Le village fonctionne comme une société totale, tant au plan territorial qu’à celui de la parenté et du religieux, ainsi que nous l’explique G. Toffin. Ici, comme dans l’exemple africain, l’autorité est détenue par les anciens et ne repose donc pas sur le système des castes. Les Indiens Yukuna vivent-ils dans des villages ? P.-Y. Jacopin le pense et démontre que la maloca est fondée sur des unités de parenté exogames, qui sont en fait de grandes familles et qui résident ensemble dans cette très grande maison dite maloca, construite selon des règles précises de formes et de poutraisons qui se rapportent à une mythologie commune. Pour ce qui est de sa permanence, bien des cas de figure sont possibles. Le village peut se défaire et se refaire en fonction de nécessités agricoles, économiques, guerrières ou sociales. Ainsi la maloca n’est pas liée à un site particulier. Où qu’elle soit située, elle est toujours la même.

7Certains villages ne bougent jamais. D’autres ont été fixés par des contraintes extérieures, coloniales, scolaires, administratives et politiques. Ailleurs encore des villages ont éclaté à la suite de bouleversements politiques. Tous ces villages, toutes ces formes de villages peuvent exister grâce aux habitants in situ. Par le fait de la relocalisation des habitants ou d’une partie de ceux-ci en ville ou même plus lointainement à l’étranger, ils peuvent aussi se reconstituer sous forme de quartiers organisés sur le modèle du village d’origine.

La reproduction

8La reproduction du village se fait sous deux formes :

  • la reproduction démographique et dans ce cas la communauté reste entièrement ou partiellement sur place ;
  • l’essaimage par migration ou scission.

9Les deux modes peuvent être combinés comme en Chine où I. Thireau et K. Mak nous montrent que seule la migration outre-mer vers les USA a permis qu’en 1952 et en 1984 le même nombre de personnes guide la redistribution des terres.

L’identité face à l’observateur

10L’observateur est celui qui, soit du dehors soit du dedans, apprécie une réalité immédiate. Il peut le faire avec ou sans distance, de manière sélective mais rarement objective. C’est le cas de l’anthropologue ou du “développeur”. Il peut aussi le faire à posteriori, à travers les archives et c’est là le travail des historiens. Tout observateur est un témoin qui devient acteur lorsqu’il est bien intégré dans la communauté. Les personnages dont parle Y. Preiswerk -la mort, le curé, la femme et la vache- sont choisis parce qu’ils sont les acteurs des différents temps de modernisation dans les Alpes. Comme le démontrent les textes de G. Etienne et d’A. Deluz, les études longitudinales permettent de saisir les transformations. Elles servent également à l’accumulation d’un stock de connaissances échelonnées dans le temps constituant un réservoir de savoirs et de connaissances dans lequel peuvent aller puiser les populations en quête de leur histoire ou qui peut servir à toutes sortes de stratégies socio-politiques. Dans une société du secret étudiée par G. Toffin, l’observateur en est exclu et se voit refuser toute information. En effet, la dissimulation y est importante. Elle est non-parole et pouvoir. Ainsi aussi longtemps qu’il y a unanimité autour du secret, celui-ci reste entier, imperméable à tout étranger. Pourtant, “en acceptant de lever certaines zones d’ombre vis-à-vis de l’observateur-les jeunes ne manifestaient pas seulement leur bienveillance, ils cherchaient aussi .... à s’affranchir de la tutelle des anciens ...” La levée du secret devient alors une manifestation de pouvoir ou de libération.

Le village, lieu de modernité et de changement

11Une des perspectives touchant le village est de le considérer comme lieu de changement et de modernité. Cadre de pouvoirs et de contre-pouvoirs, il est aussi le lieu où s’expriment des micro-pouvoirs d’ensembles plus larges. Il en va ainsi de tous les champs sociaux, des grands mouvements de fond jusqu’aux modes les plus frivoles, selon les régions et les aires culturelles. Dans les villages alpins, généralement de petites tailles, dont parle Y. Preiswerk, les gens se connaissent les uns les autres, chacun sait tout de l’autre. Toute innovation devient ainsi le fait de tous. S’engage alors un processus de sélection, souvent orchestré par une personnalité locale, entre ce qui est bon et mauvais, entre ce qui doit être accepté ou rejeté, par exemple les mœurs nouvelles, les lectures admises ou non, les modes vestimentaires et bien entendu les pratiques mortuaires et religieuses. En Chine, à Ping’an, en moins de cinquante ans le changement semblait avoir détruit les fondements de la parenté ainsi que le montrent I. Thireau et K. Mak. Pourtant celle-ci a réapparu en même temps que l’identité villageoise dès 1985 sans que l’on puisse réellement savoir à quel point ces principes de territorialité et de parenté influencent à nouveau l’organisation villageoise. G. Etienne montre comment s’imbriquent dans un village de l’Inde tradition et modernité, anciennes techniques et innovations. A. Deluz, elle, constate un retour à des pratiques sociales antérieures qui semblent plus adaptées au monde actuel que celles de la période de transition. J.F. Baré en revanche montre qu’à Tahiti, les bouleversements récents ne “conduisent pas à un recentrage sur le village”. Dans la plupart des cas, il s’ouvre vers les influences extérieures. C’est le cas de Pyangaon au Népal, étudié par G. Toffin, village si reculé et fermé qu’il semblait à jamais figé et où pourtant on aperçoit que d’ores et déjà l’identité villageoise, reposant sur la parenté et la religion, est touchée par la modernisation.

12L’immense patrimoine des monographies confirme la complexité de ce que nous avons nommé ici “village”. Objet ou sujet d’essais littéraires, de romans et d’études diverses, le village a toujours su séduire. Sur le plan scientifique, comme le rappelle I. Chiva dans sa riche étude, il a longtemps été le lieu de monographies rédigées par un individu dans une perspective synchronique. I. Chiva montre dans le premier texte de ce Cahier, que désormais, la fresque villageoise a pris amplitude et profondeur historiques et qu’elle peut ainsi être “revisitée” en tout temps et sous toute latitude par des chercheurs d’horizons différents. C’est ce qui lui vaut son statut de permanence et sa valeur de séduction.

13L’Équipe des Cahiers

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search