Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

Synthèses et perspectives pour la recherche

Politiques de développement et sous-développement des analyses socio-politiques

Riccardo Bocco

Texte intégral

1Les questions relatives au “politique”, dimension souvent omniprésente et insaisissable, requièrent une approche prudente. Ce type d’approche n’est pas seulement relatif à la nature de la démarche en sciences sociales qui oblige les chercheurs à découper artificiellement la réalité pour analyser en profondeur les aspects que l’on qualifie séparément comme culturels, économiques ou socio-politiques. Le problème tient surtout au fait que les réflexions des décideurs politiques sont largement absentes de cet ouvrage. Dans une approche qui prône le dialogue et la mise en place de synergies entre chercheurs en sciences sociales et de la nature, entre groupes locaux, agents de développement et décideurs politiques, cette carence ne peut passer inaperçue. Si ce manque est symptomatique de la distance qui souvent sépare les partenaires impliqués dans l’élaboration, la réalisation ou l’analyse des politiques de développement, il révèle aussi l’ambiguïté de la volonté des hommes politiques, indépendamment de leur nationalité ou de leur origine socio-géographique.

2En tant que chercheur, il n’est pas question ici de nous substituer aux décideurs, voire de parler en leur nom. Plus modestement, nous allons synthétiser un certain nombre d’approches, de lectures et de reconstructions du politique qui se dégagent des études contenues dans cet ouvrage. Nous tenterons de montrer comment les recherches sur les dimensions politiques des processus de développement peuvent contribuer à alimenter la réflexion lors de la planification des programmes à venir. La mise en perspective des acquis nous permettra aussi d’identifier certains thèmes susceptibles de constituer de futurs axes de recherche.

Dynamiques du changement politique

3Tous les auteurs – géographes, anthropologues, économistes ou politologues – montrent un intérêt marqué pour la dimension historique et les relations souvent étroites entre les niveaux local, national et international dans les régions arides et semi-arides ; ils le manifestent dans leur analyse des politiques de développement et dans leur étude des habitants des steppes et de leurs dynamiques. Les différentes contributions permettent en effet d’esquisser un tableau du devenir des sociétés bédouines au Machreq par rapport à leurs cadres politiques étatiques.

4Au début du siècle, la marginalité démographique, économique et politique des groupes nomades était nettement moins accentuée qu’aujourd’hui. Dans la Péninsule Arabique notamment, les puissances coloniales encouragèrent l’émergence d’entités politiques proto-étatiques, souvent qualifiées “d’Etats bédouins”, ce qui ne fut pas le cas au Proche-Orient sous l’administration turque. La chute de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale conduisit à des bouleversements considérables affectant les populations nomades. L’émergence de nouvelles entités étatiques eut un double impact sur l’autonomie territoriale des tribus bédouines. D’une part, la création de frontières internationales, définies selon des critères variables par rapport à des enjeux stratégiques divers -locaux et/ou internationaux – signifia, pour de nombreuses tribus, la perte d’espaces économiques importants. D’autre part, la promulgation de nouvelles législations foncières à l’intérieur des jeunes Etats impliqua l’abolition des droits sur les territoires tribaux. Comme le montre John Wilkinson, les enjeux frontaliers – souveraineté territoriale et nationalité des tribus en particulier – représentèrent un véritable casse-tête politique pour les autorités mandataires françaises et anglaises, confrontées à des sociétés dont le nomadisme était lié non seulement aux rythmes de l’économie pastorale, mais aussi aux allégeances politiques dans les steppes.

5Si les “raisons d’Etat” ont prévalu sur les logiques des sociétés locales, cela n’a pas été exclusif aux territoires sous Mandat. Comme l’explique Ugo Fabietti, même Abd al Aziz Ibn Séoud se vit contraint de mener une campagne militaire contre les tribus qui avaient constitué le fer de lance de ses conquêtes dans le nord, et il n’hésita pas à déclarer l’abolition des droits sur les dirah tribales dans son nouveau royaume.

6Inspirées par des doctrines et des expériences différentes, les politiques tribales des autorités mandataires se ressemblent. Christian Velud et Tareq Tell montrent comment, dans l’administration des steppes, les Français et les Anglais adoptèrent une politique de cooptation des notables tribaux et créèrent des corps militaires d’élite recrutés uniquement parmi les nomades. En outre, ils promulguèrent des législations spéciales qui intégraient les codes coutumiers locaux et qui visaient un meilleur contrôle des nomades, tout en renforçant une identité bédouine en opposition aux mouvements nationalistes naissants.

7La période de l’entre-deux-guerres scella définitivement la décadence d’un ordre tribal dans les steppes et amorça dans les régions semi-arides un processus de marginalisation socio-politique et économique des sociétés bédouines et de l’élevage. Une différence importante est toutefois à souligner quant aux investissements économiques réalisés dans ces régions de Syrie et de Jordanie durant la période mandataire. Alors que les Français y soutinrent un processus d’expansion de l’agriculture capitaliste liée notamment au coton, les Britanniques furent beaucoup plus prudents. Les politiques foncières différèrent également au niveau local : alors qu’à la fin du Mandat les tribus bédouines sédentarisées de Trans-jordanie ne connaissaient pratiquement pas la grande propriété foncière, plusieurs cheikhs syriens étaient déjà devenus de grands propriétaires et une partie des membres de leurs tribus travaillaient comme leurs métayers. Comme l’explique Sulayman Khalaf pour la Djézireh, ce processus ne fut modifié qu’après l’indépendance.

8Si les puissances européennes réglèrent la question de la sécurité militaire dans les steppes, elles léguèrent aux Etats indépendants le problème de l’intégration politique des tribus bédouines. A partir des années 1950, la majorité des Etats adoptèrent des programmes de sédentarisation, considérés comme la principale, sinon la meilleure solution. Comme nous l’avons souligné dans notre contribution, les projets de développement pour bédouins – généralement conçus et réalisés sans prendre en compte les rationalités des destinataires – furent sous-tendus par une idéologie de la modernisation à laquelle souscrivirent des régimes dont les orientations politiques étaient fort différentes, voire opposées.

9La transformation des pasteurs en agriculteurs fut le principal objectif des programmes de sédentarisarion, d’où la négation – jamais présentée de façon explicite – de l’importance du secteur de l’élevage et de la régénération des pâturages dans les zones arides. Dans celles-ci, l’agriculture intensive et l’amélioration des transports, priorités de développement des Etats de la région, contribuèrent à pénaliser l’économie bédouine. En outre, à partir du milieu des années 1970, ces Etats commencèrent à bénéficier des effets directs ou indirects de la rente pétrolière. Le secteur des services, en plein essor, ouvrit de nouveaux marchés de l’emploi. De nombreux bédouins purent profiter de ces opportunités, mais l’économie bédouine locale devint très dépendante des systèmes de marché et des Etats. Ainsi, le “développement” des steppes fit progressivement apparaître de nouveaux acteurs, commerçants et investisseurs urbains, fonctionnaires et hommes politiques de la ville, dont les intérêts pour les régions arides et semi-arides étaient souvent contraires ou en concurrence avec ceux des populations locales.

10De nouvelles hiérarchies sociales et modèles de leadership, de compétition et de complémentarité émergèrent parmi les bédouins sédentarisés ou semi-nomades, non seulement à cause des changements économiques, mais également en raison de leur intégration dans les systèmes politiques nationaux. Cependant, la représentation bédouine dans les instances de décision nationales fut généralement faible.

11A partir de leurs “mythes fondateurs”, les divers Etats du Proche-Orient ont identifié les régions arides et semi-arides ainsi que leurs populations comme centrales ou marginales à la nature des régimes en place. Cela conduirait logiquement à penser que les programmes réalisés dans les steppes et l’importance politique de leurs habitants ont sensiblement varié selon les Etats. La situation des trente dernières années infirme cette hypothèse. En dépit des stéréotypes véhiculés et du rôle historique joué par les tribus dans la formation des Etats, l’influence politique des bédouins d’Arabie Saoudite ou de Oman ne semble pas supérieure à celle des tribus de Syrie ou d’Iraq, où les divers régimes ba’thistes ont ouvertement prôné des politiques anti-nomades. Le cas du Kuwait décrit par Nicolas Gavrielides illustre bien la manipulation de l’idéologie tribale par la famille princière. L’utilisation d’une symbolique et d’un ethos bédouin a servi les intérêts du pouvoir plutôt que ceux des populations nomades, encouragées à se sédentariser dans le cadre d’une stratégie visant à contrecarrer le poids démographique d’une forte immigration de main-d’œuvre étrangère. En Jordanie, le régime et les médias ont longtemps diffusé l’image des “bédouins défenseurs du trône” face aux menaces internes et externes à la stabilité du pays. Tareq Tell explique comment les émeutes bédouines du printemps 1989 ont représenté une forme de contestation violente face à l’aboutissement d’une tendance d’exclusion des représentants des régions rurales dans les processus de prise de décision, au profit des élites urbaines. En fait, tous les auteurs montrent directement ou indirectement comment les enjeux des steppes se définissent plus aux niveaux national et international qu’au niveau local.

12En cette fin de siècle, de nouvelles orientations émergent, qui prennent davantage en compte les rationalités locales. Dans la mise en valeur des steppes, l’inclusion du “local” serait un gage d’espoir en vue d’un développement durable. Cependant, la nature et le fonctionnement des organisations sociales locales et le rôle politique des administrations publiques pourraient constituer deux impasses au processus de la connaissance pour l’action.

Ecueils de la recherche : organisations tribales et administrations publiques

13Les approches d’économie politique empruntées par Tareq Tell ou Donald Cole et Soraya Altorki permettent de bien saisir “le politique par le haut”, c’est-à-dire le rôle et les logiques des élites politiques ou des décideurs nationaux et internationaux dans le processus politique de policy-making. Les approches anthropologiques, quant à elles, visent à mettre en évidence “le politique par le bas”. Si Françoise Métrai et Ugo Fabietti illustrent bien les retombées des changements économiques sur les structures sociales locales, Sulayman Khalaf est le seul à nous expliquer, dans le détail, les adaptations du système politique tribal aux changements induits par les régimes ba’thistes syriens.

  • 1 Les recommandations élaborées dans l’Agenda 21 à l’issue de la Conférence de Rio en juin 1992 - not (...)

14Selon les perspectives des nouveaux programmes d’intervention dans les régions arides, prônées par de nombreuses agences internationales et par certains Etats de la région, mais également souhaitées dans cet ouvrage par Jörg Janzen, David Nygaard et Timothy Treacher, les organisations locales, voire les tribus, doivent être replacées au centre de l’attention.1 Ce retour inattendu de la tribu comme “nouveau” moteur du développement n’est pas sans poser problème dans l’élaboration des futurs programmes, car la connaissance des processus de prise de décision et des modes d’action de l’autorité politique au niveau local constitue un élément clé pour la réussite des projets. En effet, on a beaucoup “parlé” de la tribu au Proche-Orient ; en revanche, son devenir sur le plan microsociologique a été moins analysé.

  • 2 Deux travaux récents mettent en évidence le petit nombre d’études consacrées à la situation des fem (...)

15Dans cette nouvelle orientation, certains experts et décideurs semblent courir le risque de confondre les représentations des systèmes tribaux avec leur réalité et leur fonctionnement. L’image d’une société bédouine égalitaire, proche en quelque sorte du mythe du communisme primitif et soucieuse de préserver les équilibres écologiques, appartient aux stéréotypes les plus diffus. Si cette image constitue un modèle séduisant, elle occulte cependant les profonds changements intervenus au sein des tribus en tant qu’entités politiques, idéologiques, économiques, démographiques et territoriales, incorporées dans les divers systèmes étatiques. Apparemment, les perspectives de recherche quant à l’analyse du changement politique des sociétés bédouines sont encore nombreuses. Par exemple, en ce qui concerne les processus d’éducation, de sédentarisation ou de mobilisation sociale générés par les partis politiques, les processus électoraux ou les programmes de développement, il faudrait pouvoir évaluer plus en détails leur impact sur le leadership, l’identité politique, la production des normes et la gestion des conflits au niveau local. Ces analyses pourraient s’avérer d’autant plus nécessaires que le renforcement des autonomies locales au Proche-Orient n’apparaît pas comme un processus allant de soi, en raison de la nature autoritaire de la plupart des régimes en place. Enfin, dans les recherches sur les sociétés bédouines sédentarisées et semi-nomades, le rôle de la femme constitue un domaine qu’il faut absolument renforcer.2

16L’importance donnée aux organisations tribales locales dans les nouvelles approches au développement des steppes ne doit cependant pas nous faire perdre de vue les logiques des “développeurs”. Certaines contributions soulignent les dimensions idéologiques et politiques de tout processus de développement, mais peu d’auteurs mettent l’accent sur le rôle politique des administrations publiques dans leur fonction de courroie de transmission entre les décideurs nationaux et internationaux d’une part et les destinataires locaux des programmes de l’autre. Cette fonction n’est presque jamais politiquement “neutre”.

17Dans l’exécution des décisions politiques, les fonctionnaires des administrations d’Etat ou des agences internationales interprètent souvent les directives et, tout comme les populations locales, contribuent à la réorientation des programmes. Par son travail et parce qu’il jouit d’une autonomie de décision, au nom de son savoir et de sa technicité, tout fonctionnaire participe activement à la formulation/réalisation des politiques étatiques, propose une vision des problèmes et des solutions possibles, exprimant des valeurs et des représentations qui constituent les a priori de ses actions. En d’autres termes, il faudrait admettre que les administrations “pensent”, réfuter toute vision “anonyme” de l’Etat et proposer une sociologie des acteurs qui, au nom et pour le compte de l’Etat, sont chargés de la réalisation et de la gestion des programmes de développement.

  • 3 Voir J.E. Jreisat, & Z.R. Ghosheh (eds.), Administration and development in the Arab World. An anno (...)

18Une approche socio-politique des “boîtes noires” que sont les administrations du développement semble être largement en retard par rapport à d’autres champs de recherche. Comme le montre une étude récente fondée sur une connaissance minutieuse des sources en arabe et en anglais,3 aucune recherche socio-politique n’aurait été menée jusqu’à la moitié des années 1980 sur des administrations nationales préposées au développement des steppes du Proche-Orient.

  • 4 Voir A.F. Robertson, People and the State. An anthropology of planned development, Cambridge, Cambr (...)

19Même si les “cures d’amaigrissement” de la fonction publique imposées par les plans d’ajustement structurel vont probablement contribuer à l’essor du secteur privé et à la diminution du personnel du secteur public, il nous semble difficile qu’elles puissent aboutir au démantèlement des administrations, bras droits des Etats. En ce sens, comme le dit Robertson, il ne faudrait pas oublier que “les hommes politiques vont et viennent mais les fonctionnaires restent en place, les appareils d’Etat étant encore plus durables”.4

20En tant que “fait social total”, le développement a progressivement acquis un statut de sujet de recherche légitime en anthropologie et en sociologie politique. Nous souhaitons qu’en Arabie et au Proche-Orient, dans le domaine des études sur les régions sèches et leurs populations, le fossé entre recherche “fondamentale” et “appliquée” puisse disparaître au profit d’une meilleure connaissance des problèmes et des choix pour l’action.

Notes

1 Les recommandations élaborées dans l’Agenda 21 à l’issue de la Conférence de Rio en juin 1992 - notamment le chapitre 12 sur les problèmes de la désertification -soulignent à plusieurs reprises la nécessité de promouvoir des programmes pour un développement durable en privilégiant le rôle des organisations locales. Celles-ci avaient été écartées des plans proposés à la fin des années 1970 par la Conférence des Nations Unies sur la Désertification (UNCOD). En 1984, dans une évaluation des programmes de l’UNCOD, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement en avait dénoncé l’exclusion. Voir sur ce débat H. Beer & Z. Rizvi (eds.), The encroaching desert. The consequences of human failure. A Report for the Independent Commission on International Humanitarian Issues, London, Zed Books, 1986.

2 Deux travaux récents mettent en évidence le petit nombre d’études consacrées à la situation des femmes, en particulier dans la région du Proche-Orient et de l’Arabie : M. Horowitz & F. Jowkar, Gender relations of pastoral and agropastoral production : a bi-bliography with annotations, Binghamton, Institute for Development Anthropology, 1991, 485 pp. ; M. Horowitz & F. Jowkar, Pastoral women and change in Africa, the Middle East and Central Asia. A Report from the “Gender Relations of Pastoral and Agropastoral Production” Project for UNIFEM and UNDP, Binghamton, Institute for Development Anthropology, 1992, 78 pp.

3 Voir J.E. Jreisat, & Z.R. Ghosheh (eds.), Administration and development in the Arab World. An annotated bibliography, New York, Garland Publ.,1986 ; J.G. Jabbra (ed.), Bureaucracy and development in the Arab World, Leiden Brill, 1989 ; et G. Nonneman, Development, administration and aid in the Middle East, London, Routledge, 1988.

4 Voir A.F. Robertson, People and the State. An anthropology of planned development, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 85.