Version classiqueVersion mobile

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

Synthèses et perspectives pour la recherche

Economie et sociétés : stratégies alternatives et cultures de l’aléatoire

Jean Métral

Texte intégral

1Même si les synthèses et les bilans sont toujours des exercices périlleux, il importe de bien marquer les acquis et les avancées des connaissances qui se dégagent des contributions à cet ouvrage, sans oublier de repérer les retards et par là même les urgences auxquelles il faudrait faire face. Notre bilan est le plus souvent fait d’un point de vue anthropologique, tangeant et même extérieur à la sociologie et à l’économie. Notre point de vue est celui d’un anthropologue beaucoup plus familier des steppes du Proche-Orient que de celles de la Péninsule Arabique.

2Nous examinerons, dans une perspective méthodologique, les moyens et les conditions d’une meilleure collaboration entre les sciences de la Vie, celles de la Nature et les sciences de l’Homme et de la Société, collaboration que tous les auteurs jugent nécessaire sur ce terrain spécifique que sont les steppes du Proche-Orient. Enfin, et c’est la loi du genre, nous terminerons par quelque vœux et propositions.

Avancées et acquis

3Depuis longtemps, les archéologues nous ont ouvert des perspectives historiques sur la steppe et ses populations à partir de minutieux travaux sur quelques grands sites. Les anthropologues, plus récemment, ont souligné l’importance de la mémoire chez ces mêmes populations, “mémoire longue” constamment “retravaillée” à partir du référant généalogique.

  • 1 Et pourtant les travaux de Norman Lewis nous en montrent tout l’intérêt.

4Les contributions des géo-morphologues, des préhistoriens, des historiens mobilisant tous les nouvelles méthodes de leurs disciplines, montrent qu’il est possible aujourd’hui d’inscrire nos blocs de connaissances dans une meilleure appréciation du déroulement du temps, de l’écoulement des durées, longue, moyenne et courte, de repérer les grands axes en définissant les rythmes et les cycles. Dans la steppe, la nature et les sociétés ont une histoire et une mémoire. Certes, les difficultés à construire cette histoire, à restituer cette mémoire, restent majeures comparées à celles rencontrées pour les villes et les zones hydro-agricoles du Proche-Orient. Les travaux seront longs, surtout s’ils s’étendent à la “zone intermédiaire”, la “zone de l’orge”, encore un peu oubliée par les sciences sociales.1 Mais nous avons la preuve que le “désert” n’est pas, n’a jamais été, hors du temps. Désormais, nos recherches et nos interventions doivent en tenir compte.

5Lors du Colloque “Devenir des steppes d’Arabie et du Bilad ash-Shâm”, il a été dit que les sociétés de la steppe étaient peut-être moins fragiles, plus résistantes que l’environnement au sein duquel elles vivaient et développaient leurs activités économiques. Par delà sa forme un peu provocante, cet énoncé résume assez bien l’ensemble des analyses socio-économiques du Colloque.

  • 2 Voir la première et la deuxième partie de l’ouvrage.

6On a longtemps appréhendé les ensembles socio-économiques de la steppe en ayant recours aux catégories dichotomiques “nomades/sédentaires”, marquant par là l’opposition et la complémentarité des activités, des formes d’accès aux ressources, des genres de vie : le monde des pasteurs nomades d’une part, celui des agriculteurs, des commerçants oasiens et des citadins sédentaires de l’autre, en compétition ou se répartissant les pouvoirs politiques. L’ensemble des études présentées2 démontre à l’évidence que ces catégories sont aujourd’hui plus que jamais largement inopérantes.

  • 3 Dans la majorité des recensements effectués au Proche-Orient, toute personne ou famille ayant un ou (...)

7La steppe n’est plus — mais l’a-t-elle jamais été ? — le domaine exclusif des pasteurs-nomades ; c’est un milieu sociologiquement complexe, diversifié et hiérarchisé où les rapports sociaux sont en permanente recomposition entre fonctionnaires, éleveurs, agriculteurs, commerçants et même entrepreneurs individuels ou familiaux. La très grande majorité des populations y possède une ou plusieurs “habitations en dur”. La sédentarisation quasi généralisée n’induit cependant pas automatiquement la transformation des usages de l’espace. La sédentarisation “administrative”3 ne met fin ni à la mouvance et à la transhumance des troupeaux, ni aux déplacements des hommes, et ne signifie aucunement l’abandon du pastoralisme. Avec le déclin du nomadisme chamelier, les grandes tribus comme les Rwala ou les Sba’a ont opéré une reconversion dans l’élevage moutonnier en pleine croissance.

8La motorisation, autre fait majeur de ces dernières décennies, accroît et complexifie la mobilité des uns et des autres. Paradoxalement donc, la sédentarisation des nomades s’est accompagnée souvent d’une plus grande mobilité.

9Que nous a-t-on dit de ces nouvelles formes de mobilités ? Nous pouvons formuler l’hypothèse que, sans recouvrir les mouvances traditionnelles, elles ne s’en sont cependant pas complètement affranchies. Les réseaux sociaux, solidement enracinés dans les identités lignagères, tribales et locales, les régulent encore en partie. A ce titre, les origines bédouines des uns ou des autres sont toujours signes de distinction.

10Les anciens nomades sédentarisés ne sont pas les seuls à pratiquer ces formes nouvelles de mobilité. Les oasiens, les sédentaires de la zone de transition “nomadisent” eux aussi sur les pâturages de la steppe, désormais ouverts à tous, selon des axes et des rythmes qu’il est possible d’identifier par la distribution des ressources plus ou moins abondantes d’un lieu à l’autre, d’une année à l’autre, mais aussi par le repérage de règles ou de codes d’accessibilité encore largement ignorés.

11Dans la steppe aujourd’hui, des populations très différentes se rencontrent et se regroupent et – non sans concurrence – pratiquent le même espace et les mêmes activités économiques. Les modes de vie tendent à s’uniformiser, cela d’autant plus que chacun, individu ou famille, “fait” en même temps un peu d’élevage, un peu de commerce et de plus en plus de culture d’orge, investissant ici ou là au gré des variations du marché et du climat. Ces investissements prennent souvent la forme d’associations (à durée limitée, pour une part déterminée) entre partenaires d’origines diverses. Mobilité spatiale et professionnelle, pluriactivité, capacité à produire des ressources multiples, complémentarité et très grande fluidité, telles semblent être les caractéristiques de la vie économique dans la steppe.

12Cette économie de la steppe, tous les auteurs l’ont inscrite dans une conjoncture caractérisée par une forte extension du marché. L’explosion démographique, la croissance urbaine, les retombées de la rente pétrolière ont intensifié et accéléré les échanges locaux et régionaux. Les pistes et les routes forment aujourd’hui des réseaux de plus en plus ramifiés. Les gens de la steppe investissent dans les transports. Cela est un indicateur d’un autre fait majeur, souligné très unanimement : la présence et les interventions des Etats, qu’ils soient nationaux, patrimoniaux ou “orientaux”. Les appareils et les services des pouvoirs centraux, quelle que soit leur nature, quadrillent désormais la steppe. Tout en affirmant leur légitimité, les Etats se donnent des moyens efficaces de contrôle des populations et des activités.

  • 4 A côté ou sous-jacente à la législation des nouveaux Etats déclarant la steppe “terre d’Etat” ouver (...)

13Enfin, plusieurs auteurs insistent sur ce qui apparaît aujourd’hui comme un enjeu majeur : le contrôle du foncier, à propos duquel s’expriment des logiques et des droits d’appropriation et d’usage parfois concurrents et contradictoires.4 Et dans cette situation, l’Etat est à la fois juge et partie.

Retards et urgences

14Le retard des études fondamentales sur les steppes du Proche-Orient est largement déploré dans cet ouvrage. Il est vrai que, à l’exception de quelques initiatives trop ponctuelles des organisations internationales ou de chercheurs isolés, les spécialistes des sciences sociales se sont mobilisés, après les changements intervenus au Machreq à la suite de la Deuxième Guerre mondiale, sur d’autres thèmes ou d’autres terrains, perçus à l’époque comme plus stratégiques dans la région. Cet “oubli” de la steppe et de ses populations peu nombreuses était souvent le reflet d’un désintérêt pour les sociétés locales elles-mêmes. Le bédouin n’était pas perçu comme un acteur de premier plan sur la scène où se jouaient les politiques de développement et la construction nationale. Depuis une quinzaine d’années, cela grâce à quelques travaux pionniers, la situation se modifie sensiblement. Mais nous connaissons tous les contraintes et les exigences de la recherche fondamentale en sciences humaines : longue pratique du terrain dont l’accès n’est pas toujours aisé, évaluation académique, définition des objets d’abord en fonction des débats théoriques et méthodologiques qui traversent nos disciplines respectives...

15Incontestablement, il y a un retard, un “trou” d’une génération. Peut-il être comblé ?

  • 5 Dans les recensements syriens, sont considérés comme “nomades” les personnes qui “ne possèdent pas (...)

16Un des premiers effets de cette carence de la recherche fondamentale est la méconnaissance démographique des populations étudiées. Hier, la steppe appartenait aux bédouins, pasteurs nomades dont la mobilité ne favorisait guère le dénombrement. Aujourd’hui, elle est ouverte. Le bédouin s’est ou a été sédentarisé. Il a une maison au village, près des terres à céréales, une autre dans la steppe près d’un carrefour relais des pistes, ou qui sait, une autre en ville ? Le pasteur peut être un villageois, un entrepreneur citadin, un nomade sans domicile fixe (il y en a encore quelques-uns).5 Tous ont des moyens de transport et se déplacent en fonction des pâturages. Certaines bonnes années, la steppe de Palmyre est couverte de tentes noires, d’autres années, elle reste déserte.

17Comment identifier les populations, à quels moments des cycles annuels et interannuels ? Quelles sont leurs relations aux territoires ? Quelles sont les mobilités dans l’espace (dans et hors de la steppe) et dans les activités, et quelles relations existe-t-il entre ces types de mobilité ? C’est là un vaste chantier à peine ouvert et qui demandera du temps.

18Nous avons vu combien les gens de la steppe ont une capacité à développer des stratégies alternatives en fonction d’évaluations singulières de situations. Derrière la scène sur laquelle l’Etat et ses appareils d’encadrement et de contrôle sont de plus en plus présents, on entrevoit le développement, en coulisses, de stratégies plus opaques et plus masquées. Comme la ville, la steppe n’est-elle pas un espace où se bricolent une économie souterraine et un “monde social” parallèle avec ses codes et ses règles ? Il faudrait aussi parler de “l’économie informelle” et des rapports sociaux qu’elle induit ou qui en sont la trame. C’est une approche qui peut être féconde pour une meilleure compréhension des réseaux d’échanges. Les études en milieu urbain l’ont démontré.

  • 6 Nous notons au passage que nous avons été chargé d’une synthèse sur “Economie et Sociétés”. Doit-on (...)

19La steppe est-elle le refuge et le conservatoire des valeurs bédouines traditionnelles et de l’arabité profonde ? Sans doute. Les anthropologues l’ont souvent étudiée comme telle. Mais à ce jour, l’analyse de ses populations et de leurs cultures ne peut plus relever d’une simple approche patrimoniale. Les économies et les sociétés sont en pleine recomposition ; les cultures aussi.6 Nous ne prendrons qu’un exemple : il n’y a plus beaucoup de bédouins dans la steppe, mais la “bédouinité” comme identité n’a pas disparu. Comment se “renégocie-t-elle” aujourd’hui ? Quels usages sociaux et politiques en font les différents acteurs ? Sur quels enjeux ?

20Si l’on parle de “cultures de l’aléatoire”, il faut en définir les composantes autres que morphologiques : fluidité, flexibilité, mobilité... Connaissons-nous vraiment les logiques ou les configurations, les normes et les valeurs que mettent en œuvre actuellement les diverses populations ? A supposer que cette hypothèse d’une culture de l’aléatoire ne soit pas sans pertinence, comment la rendre compatible avec une politique de “développement durable” que les spécialistes en recherche appliquée s’efforcent de promouvoir, ne serait-ce que pour stopper la dégradation du milieu naturel ? Les anthropologues sont interpellés sur toutes ces questions et ce sont évidemment d’autres motivations que la nostalgie pour la “figure” emblématique d’un bédouin mythique qui doivent mobiliser leurs efforts de toute urgence.

Remarques méthodologiques

  • 7 En Syrie, le troupeau ovin a doublé en quinze années, passant de 6 à 13 millions de têtes entre 197 (...)

21La situation dans la steppe est préoccupante. La croissance démographique régionale et l’accélération des échanges ont entraîné un développement rapide de l’élevage pastoral,7 alors que l’extension des zones cultivées a réduit celles des pâturages. Les troupeaux ont donc besoin d’aliments complémentaires. Pour se procurer l’orge nécessaire, on laboure et on sème dès qu’on peut, partout où l’on peut ; mais l’extension des labours réduit encore les zones naturelles de parcours. C’est l’entrée dans la spirale avec les risques de dégradation des sols et d’une couverture végétale fragile, donc le début d’un processus de désertification.

22Habituellement, les chercheurs définissent leurs programmes de recherche et leurs objets selon l’état d’avancement des connaissances dans leur propre discipline. La situation aujourd’hui dans la steppe nous engage à procéder autrement et à concevoir des problématiques, à construire des objets et à proposer des programmes transversaux. C’est en commun, entre partenaires de disciplines différentes, qu’il nous faut désormais travailler.

23Les questions que soulèvent la fragilité des sols et les régimes fonciers peuvent nous en fournir un exemple parmi d’autres. Interrogeons-nous sur les rapports qui s’établissent dans une situation donnée, entre les divers modes d’appropriation et d’usage des terres et la conservation ou la dégradation des sols. Quels rapports y a-t-il entre les formes de gestion du troupeau et la construction sociale des marchés locaux et régionaux de la viande ovine ? Ces exemples d’approche transversale peuvent être multipliés. Tous engagent des méthodes qui relèvent de l’analyse systémique que nous sommes nombreux à pratiquer, chacun dans nos disciplines. Mais concevoir la steppe comme un écosystème stratégique ne doit pas nous faire oublier les acteurs. Comment s’établissent et se transforment les relations entre ces derniers et les différents systèmes : écologique, économique, social, culturel et politique ? Comment penser ces systèmes relationnels et les modifier ?

24En conclusion, nous voudrions formuler un vœu qui pourrait devenir une proposition pour les chercheurs et pour les institutions de recherche mentionnées dans cet ouvrage. Nous sommes tous des “gens de terrain” qui, outre nos connaissances, échangeons aussi nos expériences. Nous nous rencontrons également au hasard des pistes ou dans les campements de la steppe ; mais cela est trop ponctuel. Aurons-nous l’astuce, aurons-nous la volonté d’inventer une structure ou un réseau qui nous fournisse les conditions d’une collaboration et d’une coopération durables ? La contrainte supplémentaire que cela représenterait est de peu de poids au regard de l’efficacité qu’elle pourrait avoir pour le devenir des steppes et de leurs habitants.

Notes

1 Et pourtant les travaux de Norman Lewis nous en montrent tout l’intérêt.

2 Voir la première et la deuxième partie de l’ouvrage.

3 Dans la majorité des recensements effectués au Proche-Orient, toute personne ou famille ayant un ou plusieurs habitats en dur a été considérée comme “sédentaire”.

4 A côté ou sous-jacente à la législation des nouveaux Etats déclarant la steppe “terre d’Etat” ouverte à tous, la Coutume continue à fonctionner. Ainsi, en Syrie, si le pâturage naturel, autrement dit l’herbe qui est un “don de Dieu”, est libre, l’accès aux puits, la possibilité de construire ou de faire un usage productif du sol (par exemple le mettre en culture ou bâtir) est réservé aux tribus qui considèrent avoir un droit coutumier sur “leur territoire”, leur dirab, et nul ne s’aviserait d’y contrevenir sans leur accord. Il faut donc distinguer propriété, possession et droits d’usage (eux-mêmes divers, selon les usages).

5 Dans les recensements syriens, sont considérés comme “nomades” les personnes qui “ne possèdent pas de maison en dur”. Il s’agit essentiellement de groupes de passage en Syrie, mais enregistrés dans les Etats voisins, ou des Nawâr, Korbât, c’est-à-dire l’équivalent de nos “gitans”. Selon le recensement de 1970, les “nomades” en Syrie constituaient moins de 1% de la population totale.

6 Nous notons au passage que nous avons été chargé d’une synthèse sur “Economie et Sociétés”. Doit-on faire l’impasse sur les cultures? Ou faut-il entendre que l’analyse de la culture ne constitue pas un champ particulier, inclus qu’il serait dans celui de l’économie et celui de la société?

7 En Syrie, le troupeau ovin a doublé en quinze années, passant de 6 à 13 millions de têtes entre 1973 et 1988.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search