Version classiqueVersion mobile

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

Recherche appliquée et politiques de développement

De la sécurité politique à l’autonomie alimentaire dans les steppes : experts internationaux et programmes de développement (1950-1990)

Riccardo Bocco

Texte intégral

1Les programmes de sédentarisation des pasteurs nomades mis en œuvre au Proche-Orient entre 1950 et 1970 n’ont pas constitué une étape originale par rapport aux politiques déjà engagées pendant la période mandataire ou dans l’Arabie wahhabite. La solution qu’ils proposent au “problème” nomade est toujours la même : la sédentarisation. A partir des années cinquante, les organisations internationales interviennent comme de nouveaux acteurs dans la définition des discours et des programmes de sédentarisation. Elles apportent, outre une contribution financière considérable, la compétence des experts et la caution de technologies de pointe. Elles contribuent ainsi à l’élaboration d’approches globales du problème de la sédentarisation et à la légitimation des politiques mises en œuvre par les Etats à l’égard des populations nomades.

  • 1 Ce travail est une version revue et augmentée d’un article paru en 1990 (voir Bocco, 1990a : 97-117 (...)

2Dans le cadre d’une analyse des rationalités qui régissent les opérations de développement, nous proposons une réflexion sur la généalogie et la “philosophie” des politiques appliquées aux nomades.1 Après une brève présentation historique des activités des organisations internationales dans la période 1950-1965, phase d’élaboration “doctrinale” par rapport aux programmes d’intervention mis en œuvre dans les années soixante-dix, nous dégagerons l’image du pasteur nomade telle qu’elle apparaît dans les rapports des experts.

  • 2 Dans une synthèse des questions liées aux problèmes du nomadisme et de la sédentarisation dans les (...)

3Qu’il s’agisse d’experts occidentaux ou arabes, leurs écrits témoignent d’un savoir qui, le plus souvent, n’est pas fondé sur des enquêtes de terrain. La césure réelle qui oppose les experts occidentaux aux populations bédouines fait écho au fossé qui sépare les classes intellectuelles arabes des populations rurales de leur propre pays.2 Si la vision des experts est entachée d’ethnocentrisme, le terme doit être utilisé au pluriel : occidental et arabe. Les préjugés des uns et des autres se renforcent mutuellement. En outre, la plupart des rapports ont un caractère idéologique marqué et leur but explicite est d’orienter l’action politique ; pour les décideurs, les recommandations contenues dans les études priment sur la présentation et l’analyse des données. En ce sens, les experts sont investis de la double légitimité du savoir scripturaire et d’un pouvoir politique indirect de “conseillers du Prince”. Pour les experts nationaux, la filiation arabe constitue un élément supplémentaire de légitimité.

4La question de l’historicité des politiques de sédentarisation se pose également. Si les programmes des Occidentaux se veulent novateurs, ceux des experts arabes représentent aussi une rupture avec l’histoire coloniale. L’exemple jordanien nous permettra ainsi de montrer la continuité des politiques de sédentarisation depuis l’époque du Mandat jusqu’aux années soixante-dix et de mettre en évidence, à travers les textes, des cas de réinterprétation, et même d’occultation, de certains aspects du passé récent, ainsi que des aménagements idéologiques visant à légitimer telles ou telles pratiques. Les projets de développement reflètent donc une certaine vision du changement social et un “projet de société” que l’on a cherché à mettre en œuvre. On remarque notamment qu’en matière de sédentarisation les options des experts et des gouvernements n’ont jamais beaucoup différé, que leur orientation ait été socialiste ou conservatrice.

Rôle des organisations internationales dans les programmes de sédentarisation (1950-1970)

5Dans l’histoire des programmes de sédentarisation au Proche-Orient, les années cinquante représentent une phase préliminaire. Les cadres institutionnels mis en place témoignent de l’importance attachée au problème et c’est au cours de cette période que les premières recherches sont lancées. Elles font l’objet de colloques et de publications qui vont constituer la base scientifique des politiques mises en œuvre durant les années soixante et soixante-dix.

  • 3 Après la réunion de Bagdad, la recommandation la plus controversée, et qui a été inégalement appliq (...)

6Entre 1949 et 1954, la Ligue des Etats Arabes organise, en collaboration avec les Nations Unies, un cycle de séminaires sur le thème de la “Protection sociale dans les Etats arabes du Moyen-Orient” (United Nations, 1956). Dès les réunions de Beyrouth en 1949 et du Caire en 1950, on recommande la création, au sein de chaque Etat, d’un département spécifique chargé de la “protection” des nomades, de la coordination des actions les concernant et de la formation d’experts nationaux. L’option de la sédentarisation est officiellement retenue à la réunion de Damas en 1952. Lors du dernier séminaire à Bagdad en 1954, les méthodes préconisées sont explicitées en ces termes : “On devrait procéder à la sédentarisation en accordant un lopin de terre à chaque individu capable de s’adonner à l’agriculture, la superficie étant déterminée par l’Etat et calculée de manière à assurer l’élévation de son niveau de vie et à lui permettre de s’entretenir lui-même ainsi que les personnes à sa charge... Lors de la redistribution de la terre, il faudrait prendre garde de fixer une même famille sur un seul coin de terre, formé de la totalité des lopins accordés à ses membres, la famille se composant des parents du premier grand-père” (OIT 1962 : 80). Dans un temps relativement court, on passe ainsi de résolutions générales à des recommandations très précises qui ne laissent subsister aucun doute quant aux politiques à mettre en œuvre et au rôle que chaque Etat doit jouer en ce domaine.3

  • 4 A partir de 1959, au sein de l’ASFEC (Arab States Fundamental Education Cen-ter), centre créé sous (...)

7Parallèlement aux activités de la Ligue des Etats Arabes, l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) constitue en 1951 un Comité consultatif de “Recherches sur les zones arides”. En 1956, un programme sur six ans est lancé ; il est centré sur l’étude des conditions de vie en région désertique et l’amélioration de la fertilité des sols. Des études comparatives auprès des tribus nomades du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord sont confiées à plusieurs experts, sociologues, ethnologues, géographes, agronomes et géologues. Les résultats, publiés entre 1958 et 1962, sous forme de rapports et d’actes de colloques, sont également favorables à la sédentarisation des nomades dans le cadre de programmes visant à l’amélioration des conditions de vie dans les régions steppiques.4

8A partir de 1956, après une série d’études épidémiologiques portant sut des groupes nomades du Moyen-Orient, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’associe aux recherches lancées par l’UNESCO. Au-delà de mesures sanitaires générales et de la lutte contre la malnutrition, l’Assemblée générale de l’OMS, lors des réunions annuelles de 1956 à Athènes et 1957 à Bagdad, recommande également la sédentarisation des nomades. Il s’agit alors d’éviter la transmission de maladies infectieuses (paludisme et tuberculose en particulier) que la perpétuation du nomadisme empêcherait de combattre efficacement (OIT 1964b : 29-34).

9En 1959, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) publie à son tour une série de rapports sur la situation de l’agriculture et de la sylviculture au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Sans remettre en cause la nécessité de la sédentarisation, les experts de la FAO sont les premiers à signaler l’importance du maintien et du développement des pâturages, ainsi que de l’amélioration des espèces animales. A partir du début des années 1960, et souvent en collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), la FAO lance ainsi une série de programmes de colonisation agricole des zones steppiques, visant à la réinstallation des nomades et au développement des cultures fourragères et de l’élevage sédentaire. Par ailleurs, lors de la douzième session de sa Conférence générale en 1963, une résolution confie aux experts de la FAO l’étude des régimes fonciers, afin d’atteindre une meilleure intégration des nomades au sein des nouveaux Etats.

10Le rôle de coordinateur principal dans la politique des programmes de sédentarisation est joué par l’Organisation Internationale du Travail (OIT). En 1957, la quarantième session de la Conférence Internationale du Travail (à laquelle participent aussi la FAO, l’OMS et l’UNESCO), adopte une “Convention sur la protection et l’intégration des populations aborigènes et autre populations tribales et semi-tribales dans les pays indépendants” (Convention n° 107). Celle-ci prévoit “qu’il appartiendra principalement aux gouvernements de mettre en œuvre des programmes coordonnés et systématiques en vue de la protection des populations intéressées et de leur intégration progressive dans la vie de leurs pays respectifs”, et que “le recours à la force ou la coercition en vue d’intégrer les populations intéressées dans la communauté internationale sera exclu” (art. 2). Les différents articles de la Convention spécifient également le rôle que doit assumer l’Etat dans la promotion du développement socio-économique, sanitaire et en matière d’éducation. Une attention particulière est portée aux problèmes de la propriété et de l’utilisation du sol par les groupes nomades. La Recommandation n° 104 souligne l’importance de la protection que les Etats doivent accorder aux “groupes tribaux semi-nomades dont les territoires traditionnels sont situés de part et d’autre de frontières internationales” (OIT, 1964b : 5).

  • 5 Le travail de coordination et de promotion de la recherche sur les populations nomades, assuré par (...)

11En 1958 et 1959, l’OIT finance une série de recherches sur la situation des tribus nomades dans plusieurs Etats du Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Iraq, Jordanie, Egypte, Iran). La plupart des études sont confiées à des chercheurs d’universités arabes. En 1960, lors de sa sixième session, la Commission Agricole permanente de l’OIT recommande d’accorder la priorité aux “études sur la sédentarisation, afin de soutenir les gouvernements dans l’exécution des plans de développement rural”. Au printemps 1962, le Directeur général de l’OIT, en concertation avec la FAO, l’OMS et l’UNESCO, crée le “Groupe des conseillers en matière de populations aborigènes et tribales”, qui se dote d’un Département ayant pour tâche de coordonner l’action des organisations internationales et de développer un programme de recherche orienté dans un sens opérationnel.5 Les recommandations qui en émanent (colloques OIT de Genève en 1962 et 1964) reflètent bien les orientations des experts et des représentants des Etats arabes : la sédentarisation, synonyme de développement et de progrès, est l’objectif à atteindre ; l’Etat est l’entité la plus apte à mettre en œuvre quelque projet que ce soit et, dans les politiques de sédentarisation, les stratégies seules peuvent être l’objet de discussions. En ce sens, la convergence des avis des différentes organisations internationales a joué un rôle de légitimation supra-étatique dans les politiques ponctuelles mises en œuvre.

  • 6 Concernant la relation entre, d’une part, l’origine socio-géographique des experts qui ont travaill (...)

12Dans l’approche dominante des années cinquante, les avis de deux experts, l’un arabe et l’autre français, expriment bien la primauté du politique sur toute autre considération. “Dans le domaine de la sédentarisation des nomades - affirme le chercheur égyptien Muhammad Awad — le facteur le plus important est l’existence d’un gouvernement central fort, sérieusement décidé à maintenir l’ordre et la paix et à favoriser le progrès du pays et le bien-être de tous ses habitants... Que les motifs invoqués soient d’ordre humanitaire, politique, économique, stratégique ou administratif, il importe que ce résultat soit obtenu le plus rapidement possible” (Awad, 1959 : 37-38). Malgré la sensibilité qu’il a toujours manifestée devant l’analyse de situations complexes, Jacques Berque affirme pour sa part : “Nous voyons mal le lien entre l’ancien et le neuf au moment où une société nomade passe à l’historicité, où elle abandonne une conception cyclique et une pratique conservatrice pour tendre vers des techniques nouvelles et concevoir une durée cumulative en quelque sorte, c’est-à-dire qui ait un sens, jugé bon ou mauvais. Ce passage est-il d’ailleurs possible en dehors de la sédentarisation ?” Et il conclut en soulignant : “Le droit et même l’impérieux devoir de faire évoluer les nomades ne se peuvent discuter” (1959 : 515, 518).6

Experts et bédouins : les représentations de l’autre

13Un programme de développement ne peut se réduire à la somme des mesures techniques envisagées pour une opération précise. Il constitue avant tout une tentative de proposer ou d’imposer un certain univers théorique et pratique ; il reflète un ensemble de valeurs, une vision du monde, du changement social et du progrès. Les programmes de sédentarisation proposés par les experts des organisations internationales sont ainsi révélateurs des représentations que ces derniers se font du pastoralisme nomade : un maquillage sociologique de ces visions préétablies permet souvent de les transformer en postulats scientifiques qui servent à justifier ou appuyer les opérations de développement. Il importe donc d’analyser un certain nombre de représentations sélectionnées parmi les études émanant d’organisations internationales et qui sont à la base de plusieurs programmes de développement des années soixante et soixante-dix. Etant donné que ces rapports, études de cas ponctuelles ou comparatives, adoptent un plan thématique – relations au milieu, activités économiques, organisation socio-politique et problèmes de la sédentarisation – nous pouvons suivre le même schéma pout analyser leurs représentations du nomadisme.

14Premièrement, le contexte écologique est très souvent désigné comme une contrainte majeure pour les sociétés pastorales. En effet, tout en présentant le nomadisme comme une adaptation réussie aux milieux arides et semi-arides, on met plus généralement l’accent sur son point faible : la dépendance par rapport aux aléas climatiques (Yacoub, 1970 : 109). Sa perpétuation est considérée dans le meilleur des cas comme un gaspillage de terres agricoles potentielles (OIT, 1962 :15). Le futur ministre de l’agriculture égyptien le formulait ainsi : “Le nomadisme et le semi-nomadisme sont inutiles et destructeurs. De vastes étendues de terres qui peuvent être mises en valeur à peu de frais et cultivées d’une manière intensive sont simplement laissées à la pâture sans que rien ne soit tenté pour en faire un meilleur usage” (Abu Zeid, 1966 : 280). Pour les partisans d’une certaine approche écologique, le nomadisme, responsable de la dégradation des pâturages, fait planer une véritable menace sur les steppes. Toutefois, cette hypothèse ne fait pas l’unanimité et suscite des débats. Les politiques foncières étatiques pour leur part ne sont jamais analysées (UNESCO, 1960). La question de l’appropriation du territoire, considérée pourtant comme cruciale, n’est abordée que sous l’angle de la juridiction foncière et des contraintes écologiques. On ne fait qu’effleurer les conflits entre les gouvernements successifs et les groupes nomades et sédentaires d’une région donnée, ainsi que les implications socio-économiques de la création de frontières internationales pour les territoires tribaux. Dans le cas où il existe un problème foncier, les experts recommandent d’en rechercher la solution dans une réforme agraire “équitable” (OIT, 1964a : 96-103).

  • 7 Dans une autre étude (Bocco, 1989b), nous avons analysé historiquement les différentes définitions (...)

15Deuxièmement, dans la plupart des rapports, la primauté accordée au contexte écologique est à la fois séquentielle et causale. Les activités économiques des nomades sont fortement conditionnées par le milieu qui oblige les pasteurs à se déplacer sans cesse à la recherche de l’eau et de pâturages pour le bétail. En tant qu’activité économique et mode d’occupation du territoire, le nomadisme pastoral est considéré comme marginal et rétif à toute intégration dans un marché national (FAO, 1972 : 3). Dans la majorité des rapports, les différents groupes sont classés selon le mode de vie et l’activité économique : nomades, semi-nomades, semi-sédentaires et sédentaires. Les catégories socio-économiques des experts ne sont cependant jamais confrontées aux catégories sociales perçues par les intéressés. Ainsi, lorsque les bédouins se sédentarisent, ils n’ont plus alors, pour les experts, de réalité sociale spécifique en tant que groupe.7 Chez les “vrais” nomades en outre, les activités agricoles seraient socialement dépréciées : “La pratique de l’agriculture répugne au nomade : elle le prive de la liberté si chère à son cœur” (Awad, 1959 : 36) ; elles se situeraient aux antipodes de la “psychologie” nomade. C’est dans la même perspective qu’une sociologue française mentionne à propos du mode de vie des nomades : “Habitués à fournir certains efforts violents et courts, ils supportent mal l’obligation de se trouver continuellement sur les lieux de la culture. De plus, le nomade professe un certain mépris pour les travaux agricoles qu’il envisage comme des besognes subalternes, traditionnellement exercées par des esclaves” (Destrée, 1969 : 268).

16Exception faite de quelques rappels du rôle qu’ils jouaient jadis dans le trafic caravanier, les nomades sont présentés comme isolés dans le désert. A défaut de toute esquisse d’une histoire des relations intercommunautaires, le mythe de la dichotomie nomades-sédentaires prévaut résolument. Si les nomades pratiquent d’autres activités économiques c’est grâce, estime-t-on, aux politiques des Etats indépendants, pourvoyeurs d’emplois dans l’industrie, l’artisanat et le commerce (OIT, 1964a : 27-75 ; Yacoub, 1970).

17Troisièmement, dans l’analyse de l’organisation socio-politique des nomades, on peut distinguer deux courants principaux. Le premier considère la variable écologique comme déterminante : “Le facteur crucial d’un environnement incertain et instable au niveau micro-écologique contraint les nomades à développer des systèmes politiques vaguement organisés et généralement non centralisés” (FAO, 1972 : 5). Le second, à défaut de concepts plus précis, affirme que les nomades sont régis par une organisation sociale arriérée, et parfois despotique. A cet égard, les propos de Selim, relatifs à la Jordanie et à l’Iraq, sont significatifs : “Tout le pouvoir politique dans la tribu est centralisé dans la personne du cheikh - il s’agit en général d’un despote dont l’autorité est de caractère royal — qui tient entre ses mains la vie et la destinée de ses sujets. Le cheikh est le propriétaire des terres, le commandant en chef et l’arbitre. Il répartit les terres entre ses sujets et peut les enlever à n’importe lequel d’entre eux. Outre qu’il peut bannir tout membre de la tribu de son territoire, il fait sévèrement punir ceux qui lui désobéissent. Il impose des impôts et des droits, commande les déplacements et conduit les guerres. Le pouvoir exécutif du cheikh s’exerce par l’intermédiaire des chefs de clan ... ainsi que des proches parents et des mandataires ... du cheikh” (Selim, 1959).

18Les affirmations généralisantes priment ainsi sur la présentation et l’analyse des données ; celles-ci sont par ailleurs si minces qu’on est souvent en droit de se demander si l’expert connaît réellement les groupes nomades dont il parle. Nomadisme et tribalisme sont toujours associés : à un mode d’utilisation du territoire correspond un type d’organisation sociale et, hormis quelques définitions essentialistes, le système tribal apparaît inconcevable chez les sédentaires. L’accent est mis par ailleurs sur les conséquences du tribalisme qui entravent la naissance et le développement d’un esprit national (Helaissi, 1959 : 554-555), empêchent l’établissement d’une autorité externe (Awad, 1959 : 34-35) et soulèvent le problème du contrôle étatique : “Les nomades ne respectent pas les frontières nationales qu’ils franchissent souvent et très rapidement, échappant aux arrestations, évitant tout nouveau programme de modernisation... Cette ‘évasion’ amoindrit le lien des nomades à l’Etat” (FAO, 1972 : 5). Dans le cadre des relations intercommunautaires, les nomades sont souvent présentés comme les prédateurs des sociétés paysannes, une véritable “mafia” du désert que seule la présence de l’Etat a pu endiguer (OIT, 1962 : 29). En ce sens, l’opinion prédomine que les chefs tribaux devraient être soumis à un contrôle administratif étroit, et leurs pouvoirs faire l’objet d’une stricte réglementation. En outre, préconise-t-on, le droit coutumier devrait être aboli, ou du moins réformé, afin de répondre aux exigences de la vie “moderne” (OIT, 1964a : 416).

19Quatrièmement, toutes ces études débouchent sur la présentation des avantages de la sédentarisation mais aussi des problèmes qu’elle engendre. Définie comme le processus de fixation des populations nomades, la sédentarisation entraîne une réorientation des activités économiques vers l’agriculture, l’élevage sédentaire ou les activités artisanales et commerciales. Une distinction est toujours opérée entre les processus de sédentarisation dits “spontanés”, qui concernent les nomades ayant choisi “naturellement” d’abandonner le nomadisme, et les processus dits “provoqués” par des mesures “directes” (des projets étatiques de développement rural) ou par les effets “indirects” du développement économique national (OIT, 1962 : 63-69)- Sous ses différentes formes, la sédentarisation serait une véritable panacée. Rendue possible grâce à la maîtrise de l’environnement que l’Etat, désormais, garantit à travers l’apport de technologies nouvelles, elle est également souhaitable pour que les nomades puissent bénéficier des services de santé et d’instruction publique et pour que leur économie soit insérée dans les circuits marchands nationaux. Elle devient donc synonyme d’intégration sociale et économique : “L’abolition du nomadisme entraînerait la réunion des communautés pastorales, rurales et urbaines ... en un tout solide et supprimerait la distance sociale qui actuellement les sépare” (OIT, 1962 : 63). D’un point de vue socio-politique, la sédentarisation aurait aussi comme effet un processus de détribalisation. Selon les experts, cet objectif peut être atteint de diverses manières. Pour certains, le rôle de l’éducation serait primordial : “Si l’enfant nomade a la possibilité de suivre toute la filière de l’enseignement, il se retrouvera ‘détribalisé’ et sera perdu pour les siens et pour la communauté à laquelle il appartient” (OIT, 1964a : 132). Pour d’autres, le développement économique serait le moteur d’une émancipation rapide : l’indépendance économique que les jeunes peuvent atteindre les soustrait à l’autorité des aînés ; l’individualisme se développe proportionnellement à l’affaiblissement des liens de parenté ; les chefs tribaux perdent leur pouvoir et les règles coutumières leur prestige (OIT, 1962 : 78). A travers le processus de détribalisation, corollaire de la sédentarisation, l’organisation socio-politique “devrait tendre à davantage de démocratie et à moins de stratification et d’inégalité sociale” (FAO, 1972 : 12). Enfin, selon Filali (1966), il s’agit de substituer à la trilogie “nature-nomadisme-misère” celle de “civilisation-sédentarité-prospérité”.

20L’Etat est considéré comme l’acteur le plus apte à mettre en œuvre ce processus, mais le débat reste ouvert quant à sa forme. Il y a les partisans d’une approche qu’on pourrait qualifier de “paternaliste” : “Il faut comprendre que ces nomades, qui vivent en dehors des courants de la civilisation moderne, ne peuvent à l’heure actuelle ni déterminer quels sont leurs véritables intérêts ni chercher eux-mêmes les moyens d’atteindre un niveau social plus élevé. Il apparaît donc indispensable qu’ils laissent à leur gouvernement le soin de s’en charger pour leur plus grand profit” (Helaissi, 1959 : 556). Il y a aussi les experts “alternatifs” qui préconisent des schémas de développement moins conventionnels, tout en gardant des perspectives très classiques quant aux stratégies d’intervention : “Une innovation réussie est très souvent mieux introduite par des outsiders... Il est nécessaire de choisir des innovateurs qui conviennent, qui puissent être acceptés par la communauté locale et dont la présence provoquera l’admiration et une forte émulation” (FAO, 1972 : 12). A la fin des années 1970, les approches participatives” deviennent à la mode : dans les discours des années 1950, “développeurs et développés” ne communiquent que verticalement : un fossé sépare les deux univers. Même lorsque le thème de la participation locale est timidement abondé, on ne discute jamais où, quand, comment et par qui celle-ci doit être sollicitée (Leighton, 1986).

21Les représentations que les experts se faisaient des pasteurs nomades dans les années 1950-1970 ont contribué à l’élaboration d’un discours stéréotypé et ont légitimé les politiques de sédentarisation au Moyen-Orient. Le cas jordanien est une bonne illustration de la transposition d’un plan international à un plan local d’une rhétorique du développement appliquée aux nomades. En outre, il nous montre comment, dans les années soixante, le discours des experts sur la sédentarisation a partiellement occulté l’histoire des relations entre l’Etat et les tribus bédouines durant le Mandat britannique. C’est pourquoi nous retraçons les étapes principales des politiques de sédentarisation mises en œuvre dans la période qui a précédé l’indépendance de l’Etat jordanien.

Politiques mandataires en Jordanie : le modèle agro-pastoral

  • 8 Dans l’analyse des politiques de sédentarisation pendant la période mandataire, nous avons utilisé (...)

22Lorsqu’il fut créé en 1921, l’Emirat de Transjordanie comptait une population considérable de nomades et semi-nomades. Selon les estimations des autorités britanniques, il y avait à la fin des années vingt une population totale de 300’000 personnes environ, dont 120’000 semi-nomades et 50’000 nomades.8 Cette proportion élevée posait aux autorités un problème de contrôle et d’allégeance des tribus bédouines, surtout dans l’est et le centre-sud du pays. Alors que les régions à l’ouest de l’Emirat étaient sous le contrôle des puissances mandataires (Angleterre et France), une grande partie des zones désertiques situées à l’est étaient constituées des terrains de parcours de tribus dont l’allégeance politique se partageait entre l’émir ‘Abdallah et Abd al Aziz ibn Séoud. La création d’une frontière internationale avec ce qui était en passe de devenir le Royaume d’Arabie Saoudite confrontait donc les nouveaux Etats et les groupes nomades au double problème de la “nationalité” des tribus et de la division des territoires tribaux (voir l’étude de John Wilkinson).

  • 9 PRO :CO 733/131/5 Annual Report for Transjordan, Annex 7, Hadda Agreement.

23Le premier accord, signé à Hadda en novembre 1925 entre les autorités mandataires anglaises et Ibn Séoud – à l’époque Sultan du Najd et de ses dépendances - concernait les frontières du nord-est de l’Emirat. Celles-ci posaient de sérieuses difficultés aux tribus bédouines de Transjordanie du nord. D’une part, la nouvelle frontière divisait en deux les terrains de parcours des Beni Sakhr, Beni Khalid, Sirhan et Isa dont les pâturages d’hiver se trouvaient dans le wadi Sirhan, désormais sous juridiction saoudienne. D’autre part, la stratégie anti-hachémite de Ibn Séoud consistait à saper la position de l’émir Abdallah, considéré comme le “protégé” des Anglais, et visait à gagner l’allégeance des tribus “transjordaniennes” ; mais cette stratégie se heurtait à l’interprétation de l’article 4 des accords de Hadda, qui reconnaissait les droits “traditionnels” de pâturage et de propriété des tribus transjordaniennes dans le wadi Sirhan.9 En 1926, lorsque les territoires de l’actuel Gouvernorat de Ma’an dans le sud du pays furent annexés à l’Emirat, la question des territoires tribaux surgit à nouveau. Cette fois les autorités mandataires refusèrent de céder à Ibn Séoud la région du Djebel Tubaiq, site des campements d’hiver des Huwaytat.

  • 10 Entre 1926 et 1931, période pendant laquelle les razzias intertribales culminent, on estime que les (...)

24A la suite de l’établissement d’une frontière dans le nord, et face aux tentatives expansionnistes wahhabites, la période 1925-1935 se caractérisa par une grande instabilité politique dans l’est de l’Emirat, marquée par une escalade rapide de razzias intertribales.10 Dans un premier temps, un département spécialement chargé des affaires tribales fut créé, et l’émir ‘Abdallah adopta une politique de subventions aux cheikhs bédouins afin de conserver leur allégeance. Puis, parallèlement à la réorganisation périodique des commissions et tribunaux internationaux d’arbitrage des razzias transfrontalières, les autorités mandataires créèrent, en 1929, un corps spécial au sein de l’Armée : la Desert Patrol Force, recrutée exclusivement chez les bédouins, désormais impliqués dans le contrôle des territoires steppiques. Entre 1924 et 1936, ces mesures furent accompagnées de la promulgation de législations spéciales pour les bédouins (Tribal Courts Laws et Bedouin Control Laws).

25Les autorités mandataires et hachémites poursuivirent ainsi de multiples stratégies pour capter l’allégeance politique des tribus. L’idée de les sédentariser pour mieux les contrôler apparaît dès les années trente. Cependant les ressources économiques de l’Emirat étaient très réduites : la plus grande partie du territoire était désertique, les cultures irriguées peu répandues et l’agriculture pluviale possible seulement sur un dixième du territoire. Par ailleurs, le pays ne recélait pas de gisements miniers importants. Pour développer l’agriculture, principale ressource du pays, et réduire le soutien financier anglais au budget de l’Emirat, les autorités décidèrent dès 1927 de réorganiser le Cadastre, de procéder à la démarcation et à l’évaluation des terres et des titres de propriété, afin d’établir un nouveau système de taxation foncière.

  • 11 Plusieurs cheikhs et membres de différentes sections des Bani Sakhr possédaient des titres de propr (...)
  • 12 PRO :CO 831/23/11, Glubb’s reports on events in Southern Deserts, November 1933 ; et PRO :CO 831/41 (...)

26Le nouveau Code Foncier et la “Land Settlement Law” de 1933 n’accordaient aucun droit aux tribus sur les terrains de parcours. En revanche, des droits furent reconnus aux nomades dans les régions où ils avaient leurs campements d’été et où ils cultivaient des terrains, soit directement, soit par l’intermédiaire de métayers. Ainsi, à partir des années trente, plusieurs cheikhs tribaux reçurent à titre individuel ou au nom de leur section des terres agricoles ou potentiellement cultivables sur lesquelles la construction de villages était prévue. Dans le nord, chez les Bani Sakhr notamment, les quatre sections les plus importantes de la tribu reçurent des terres à proximité des sites de leurs principaux campements d’été, à l’est et au sud-est de ‘Amman.11 Dans le sud, il en fut de même pour différentes sections des Huwaytat, dans la région du Djebel Shara’ et dans le wadi ‘Araba. Dès 1933, le capitaine Glubb mentionnait des Huwaytat du Shara’ s’adonnant à la culture attelée.12

  • 13 PRO :CO 831/34/8, British Resident report on the economic situation, 1935. Report of the Advisory C (...)

27A partir de 1934, les autorités mandataires commencèrent à formuler de véritables programmes de développement agricole. Un Département du Développement fut institué pour l’administration et la planification des projets financés par le “British Colonial Development Fund”. En ce qui concerne les bédouins, les experts anglais prônèrent une politique de sédentarisation fondée sur une série de mesures (construction de puits artésiens et de petites retenues d’eau, réaménagement des anciennes citernes) favorisant le développement de l’agriculture et la construction de villages. La division des terres entre les sections tribales fut préconisée pour promouvoir les cultures avec l’assistance d’experts agricoles. Des écoles furent installées dans les “villages bédouins” et l’on initia aux rudiments des services sanitaires un membre au moins de chaque section tribale. Enfin, on construisit de nouveaux puits et on réaménagea les anciens dans les zones steppiques.13

  • 14 Un rapport d’enquête sur l’état de santé de la population bédouine de l’Emirat, commissionné par le (...)

28Au cours des années trente, de longues périodes de sécheresse mirent à dure épreuve l’économie pastorale ainsi que les premières tentatives de développement agricole dans les régions steppiques. La malnutrition et les épidémies que cette sécheresse entraîna (la tuberculose en particulier) furent un véritable fléau, surtout pour les tribus du sud.14Dans ces circonstances fort éprouvantes, l’année représenta l’unique source de revenus pour de nombreuses familles bédouines.

29Entre 1937 et 1939, le Département du Développement mena une enquête sur la situation hydro-géologique de l’Emirat. D’après les résultats du rapport élaboré par G. Ionides, directeur du Département, il parut souhaitable de poursuivre le développement des cultures irriguées dans la vallée du Jourdain, sur les hauts plateaux et dans certaines régions limitrophes des zones arides. Ce fut dans ces dernières que les plus grands efforts furent déployés en vue de sédentariser les nomades.

  • 15 L’option de la sédentarisation des nomades et de la transformation de leur système économique était (...)

30Parmi les nombreux rapports alors consacrés à la politique de sédentarisation, on dispose d’une série de notes de Glubb datant de 1938. Selon le commandant de la Desert Patrol Force, le fait que les tribus bédouines eussent joui d’une autonomie politique relativement importante et que l’absence d’un pouvoir étatique fort leur eût permis d’imposer un tribut aux populations paysannes et aux voyageurs contribua à créer le stéréotype du bédouin “parasite social”. Il affirmait que l’économie pastorale n’était nullement enclavée : les bédouins étaient intégrés à une économie de marché nationale dont ils dépendaient pour l’écoulement de leurs produits. D’un point de vue économique, la sédentarisation pouvait favoriser la diversification de leurs activités et de leurs investissements. S’ils ne devaient pas totalement abandonner le pastoralisme - le marché national étant demandeur de viande - les nomades durent cependant s’engager dans les activités agricoles afin de compenser les effets catastrophiques des sécheresses prolongées. Sur ce point, Glubb appelait déjà à démythifier une vision des nomades opposés à tout travail agricole, celui-ci étant censé constituer une activité socialement dépréciée par les bédouins. Selon lui, l’exemple de la section des Jbur de la tribu des Bani Sakhr à Nuqaira, à l’est de ‘Amman, ainsi que le cas des Matalqa, Tuwayha et Mara’yah du Shara’, au sud, contredisaient ce mythe. Enfin, d’un point de vue politique, Glubb soulignait que la sédentarisation, accompagnée d’une redistribution des terres aux nomades, permettrait un meilleur contrôle des tribus : un nomade pourrait transporter sa famille, son troupeau et ses richesses où il voudrait ; devenu propriétaire foncier, il saurait qu’en s’éloignant de ses terres il perdrait une partie de sa fortune.15

31Les dernières années du Mandat témoignent donc d’une situation où le processus de sédentarisation était largement entamé et l’économie pastorale intégrée au système de marché national. D’un point de vue socio-politique, les bédouins furent assujettis à une série de lois spéciales promulguées dès 1924 ; ils furent représentés au Parlement dès 1928 et intégrés dans l’Armée dès 1929.

  • 16 PRO :FO 371/104899, Jordan’s Prospects for Development, Report by R.S. Porter, 1953 ; et PRO :FO 37 (...)

32Si l’Emirat ne fut pas directement touché par les événements de la Seconde Guerre mondiale, la Jordanie, dont l’indépendance fut proclamée en 1946, connut des bouleversements majeurs en raison du conflit israélo-arabe qui éclata en 1948. L’annexion d’une partie de la Palestine et l’afflux massif de réfugiés entraînèrent de graves difficultés économiques et sociales. Pour les tribus bédouines, le début et la fin des années cinquante furent en outre marqués par la sécheresse, le gouvernement jordanien devant recourir à l’aide internationale (voir l’étude de William et Fidelity Lancaster). C’est ainsi que plusieurs missions d’experts, anglais et américains surtout, visitèrent la Jordanie afin de définir des stratégies de développement. Deux rapports élaborés par des experts du British Middle East Office, basé à Beyrouth, appuyèrent les options de développement agricole des régions steppiques adoptées pendant la période mandataire. Ils insistèrent toutefois sur le fait que, si le développement agricole et la sédentarisation des bédouins pouvaient efficacement se poursuivre dans les régions steppiques, l’élevage devait également être l’objet d’une attention particulière.16

  • 17 Dans son étude sur les politiques de développement rural pendant la période mandataire, Hamarneh (1 (...)

33A la fin des années cinquante, les experts internationaux et nationaux bénéficiaient donc de vingt ans d’expérience dans le domaine de la sédentarisation, le discours et la pratique des planificateurs véhiculant cependant de vieux clichés.17 Nous pouvons maintenant analyser comment, après avoir évacué en partie l’histoire récente du développement des régions steppiques, les experts allaient proposer comme des solutions nouvelles des stratégies déjà bien connues.

Agriculture irriguée et développement des steppes en Jordanie (1960-1980)

  • 18 The Hashemite Kingdom of Jordan, First Census of population and housing (1961). Scattered tents Cen (...)

34Au début des années soixante, la politique de sédentarisation des bédouins en Jordanie prit la forme de projets d’agriculture irriguée dans les régions steppiques. D’après le recensement démographique de 1961, la population nomade à l’est du Jourdain ne comptait plus que 80’000 personnes environ. Deux tiers d’entre elles étaient concentrés dans le centre-sud,18 où l’agriculture, les voies de communication et les infrastructures étaient les moins développées. Entre 1960 et 1980, avec l’appui de la coopération internationale, l’Etat jordanien implanta onze projets de sédentarisation pour les bédouins.

  • 19 Nous avons analysé ailleurs le cadre institutionnel et juridique de la politique des projets de séd (...)

35Dans le cadre d’un programme d’assistance qui débuta en 1960, le PNUD mena des recherches sur les ressources hydro-géologiques de l’est jordanien. Le bassin de al Jafr, dans le sud-est du pays, apparut comme un site particulièrement favorable et, en 1963, le gouvernement décida d’y lancer, avec la collaboration du PAM et du PNUD, un projet de sédentarisation pour les bédouins de la région.19

36Les analyses et les représentations des nomades du sud jordanien qui ressortent des rapports produits à cette époque pat des experts jordaniens ou étrangers, ressemblent à s’y méprendre à celles qui furent élaborées dans d’autres pays du Moyen-Orient, à la même période ou antérieurement. C’est toujours le facteur écologique qui “détermine” le type d’organisation économique et socio-politique des nomades, et qui motive les politiques de sédentarisation (Huneidi, 1965 ; Qalyoubi, 1967 ; UNESOB, 1973). Dans la plupart de ces rapports, l’analyse de l’organisation socio-économique des nomades est rudimentaire. Quant aux chances de succès des projets, les avis sont parfois contradictoires : “Le nomade n’a ni la capacité ni le pouvoir de rompre avec la tradition” (World Food Program, 1969a : 3) ; “Le projet (de al Jafr) a montré que le bédouin est à la fois intéressé par la vie sédentaire agricole et capable de s’y adapter” (World Food Program, 1969b : 4). La réussite des projets est censée résulter d’une planification technique détaillée et d’une “participation” des destinataires, jamais mieux spécifiée (Qalyoubi, 1967). L’organisation socio-politique des tribus n’est analysée qu’en relation aux changements que le processus de sédentarisation est censé provoquer : “Pour beaucoup de bédouins dans la région de al Jafr et ailleurs en Jordanie, les styles de vie et valeurs de la sédentarisation et de la distanciation par rapport aux liens tribaux et familiaux remplacent graduellement les valeurs du nomadisme et du maintien de relations familiales et tribales solides” (UNESOB, 1973 : 32). Dans l’euphorie de l’expérience de al Jafr, le projet est perçu comme absolument novateur : “L’aurore d’une nouvelle vie a commencé avec l’objectif audacieux de transplanter le xxe siècle dans un endroit où seuls les chameaux prospéraient... le projet est une expérience unique” (Qalyoubi, 1967 : 153-154) ; “une nouvelle communauté a été créée à al Jafr” (UNESOB, 1973 : 31).

37Si dans ces rapports réapparaissent des clichés sur les nomades que l’on avait déjà remis en question durant la période mandataire, la transposition au cas jordanien de stéréotypes élaborés ailleurs est évidente. Hormis le rapport de Huneidi (1965), la dimension historique est trop souvent négligée. Elle est seulement invoquée de manière à cacher, ou à mettre en valeur, certaines caractéristiques des nomades et des acteurs qui, historiquement, ont joué un rôle dans le processus de sédentarisation.

38Le début de l’époque mandataire est identifié par Huneidi comme un moment de rupture par rapport au passé ottoman. Selon l’auteur, les tribus bédouines de l’Arabie du Nord auraient vécu pendant plusieurs siècles une vie “naturelle”, essentiellement fondée sur l’élevage. Leur existence était ponctuée de guerres et de conquêtes dans une situation d’instabilité politique permanente (Huneidi, 1965 : 1). Avec la période mandataire, un pouvoir central fort apparaît pour la première fois, capable d’imposer une stabilité politique durable là où l’armée a permis le contrôle et l’intégration des tribus bédouines. Parallèlement, deux facteurs économiques auraient amorcé le processus de sédentarisation : le déclin du chameau comme moyen de transport et les périodes de sécheresse prolongée (Huneidi 1965 : 2-3). Pour la période 1946-1964, l’auteur met en relief le rôle du nouvel Etat indépendant comme moteur du progrès et du développement technologique dans la maîtrise de l’environnement désertique et l’essor des projets agricoles ; il souligne la création en 1948 du Département Culturel de l’Armée, très actif dans le secteur de l’éducation auprès des bédouins.

39Très riche en données, le rapport de Huneidi tend à présenter comme une “innovation” de l’Etat jordanien indépendant les programmes de sédentarisation et de développement dans les zones steppiques. Dans le processus de changement des sociétés nomades, la période mandataire ne représenterait que la première étape du passage à la “civilisation”.

40Le discours et les analyses des experts, qu’ils soient nationaux ou étrangers, et ce en Jordanie comme ailleurs au Proche-Orient, révèlent une sorte de philosophie partagée. Quelle est donc l’idéologie qui sous-tend cette approche et les pratiques des experts ?

Sédentarisation et modernisation : visions évolutionnistes

41A travers leurs représentions des bédouins jordaniens ou des nomades d’autres pays limitrophes, au fil de leur discours sur le rôle de l’Etat, mais également à travers l’ensemble des opérations d’occultation, de manipulation et de réinterprétation de l’histoire des sociétés nomades, il est possible de dégager une vision du changement social parmi les experts des organisations internationales qui écrivent dans la période 1950-1970. Celle-ci s’inspire tout à la fois des théories économiques et socio-politiques de la “modernisation”, élaborées pat l’école développementaliste américaine, et de certaines approches issues des courants “orientalistes”, plus spécifiques au contexte moyen-oriental.

  • 20 Nous nous référons ici aux “classiques” de la littérature développementaliste américaine des années (...)

42Au cours des années cinquante et soixante, les théoriciens de la modernisation de l’école développementaliste ont élaboré une série de modèles pour expliquer le développement et proposer des alternatives au sous-développement.20 Ils adoptent une approche fonctionnaliste et travaillent dans une perspective comparative, avec une vision évolutionniste du changement social. Parmi leurs principaux présupposés, relevons l’idée que toute société est un système fortement intégré et que tout changement capable de secouer l’inertie du système ne peut venir que de l’extérieur : ce postulat conduit à privilégier le rôle de l’Etat, en tant que vecteur des processus de modernisation. Le corollaire en est que le changement social est un processus irréversible, unidirectionnel et cumulatif. Ainsi la sédentarisation, tenue pour inévitable, semble-t-elle guidée par une nécessité presque téléologique : elle serait le catalyseur des différents inputs du changement.

43Le travail de Lerner (1958), exemple d’application des théories de la modernisation au contexte moyen-oriental, est l’un des ouvrages de référence des experts. Les sociétés occidentales y apparaissent comme le modèle et l’étalon de mesure du développement. La modernisation passe par l’élimination de la tradition et par un processus de mobilisation capable de stimuler un esprit positif et rationnel, conduisant les individus à des comportements de type “universaliste”. Selon Lerner, c’est l’essor de la communication sociale qui est à l’origine de tout processus de mobilisation et qui règle le développement des systèmes socio-politiques. Dès lors, il est possible de “mesurer” et de prévoir le processus de modernisation des sociétés du Moyen-Orient sur la base d’une série d’indices tels que les taux d’urbanisation et d’alphabétisation et le degré de diffusion de l’information.

44Séduits par les approches développementalistes, un grand nombre d’experts ont ainsi opté pour une analyse évolutionniste des sociétés de pasteurs nomades du Moyen-Orient : la vision du changement social impliqué par la sédentarisation a trop souvent nié toute possibilité de réinterprétation locale et d’adaptation des sociétés nomades. Par ailleurs, les experts ont souvent fait preuve d’un manque total de sens historique et d’une utilisation grossière des notions sociologiques, comparant les sociétés nomades d’Etats différents à partir de typologies qui ne prennent en compte que la mobilité des groupes. La rhétorique développementaliste a contribué à aplatir les spécificités et les différences, ainsi qu’à élaborer de véritables caricatures des sociétés pastorales.

45Si les théories de la modernisation ont eu un impact très important sur les analyses des experts entre 1950 et 1970, certains courants “orientalistes” n’en ont pas moins marqué la réflexion. Au début des années cinquante, Carleton Coon, anthropologue américain, publie l’une des premières introductions à l’étude des sociétés du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Son ouvrage, fréquemment ciré dans les rapports des experts, a connu un succès rapide auprès du public anglo-saxon. Coon utilise la métaphore de la “mosaïque” pour décrire les différents modes de vie et les caractéristiques physiques de la population, de même que les groupes linguistiques et religieux ou les divers systèmes d’organisation socio-politique présents au Moyen-Orient. L’explication du fonctionnement du modèle devient possible si, dans les différents contextes que l’on veut analyser, le “moderne” et le “traditionnel” sont séparés. Tout ce qui est “en transition” est supprimé : “une culture en transition est difficile à expliquer et encore plus difficile à comprendre ; il nous faut trouver une période dans l’histoire où la culture était, relativement parlant, au repos” (Coon, 1961 : 8). Coon prétend que les sociétés du Moyen-Orient ont vécu du xve siècle à la fin du xixe siècle comme en hibernation, dans une situation de cultural rest. Dans une perspective encore une fois fonctionnaliste, à la recherche d’un âge d’or au cours duquel les sociétés qui vivent actuellement “l’agonie de la modernisation” auraient connu une situation mythique d’équilibre et de prospérité, Coon élimine d’emblée toute explication tenant compte des transformations historiques des différentes composantes de la mosaïque et des changements dans les types d’interrelations entre ses parties.

46Quant à son influence sur les analyses des experts, la perspective de Coon est complémentaire des approches des théoriciens de la modernisation. L’histoire des sociétés nomades du Moyen-Orient devient ainsi une histoire de sociétés restées “en hibernation”, préservées du changement. Filali affirme : “Les nomades continuent à mener une existence plus ou moins fermée aux influences extérieures, témoignent d’une grande volonté de refus et se réfugient dans la tradition, peut-être parce qu’ils sont complètement impréparés à subir l’impact des facteurs de transformation” (Filali, 1966 : 72). Dès lors, l’histoire des nomades “commence ou recommence” avec la création des Etats-nations modernes et indépendants.

47Enfin, dans la plupart des rapports des experts, les paragraphes sur les facteurs et les objectifs sociaux des programmes de sédentarisation sont — on s’en rend compte rapidement — des passages obligés, simple “maquillage” sociologique. Les questions relatives au développement social des groupes nomades sont abordées dans des approches dites “intégrées”, mais le prix de l’intégration se traduit le plus souvent par une cohabitation hiérarchisée où les facteurs sociaux sont soumis aux impératifs des politiques dominantes, aux préoccupations de l’intervention immédiate et aux critères de la performance. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les experts de l’OIT s’expriment ainsi sur la tâche des sociologues : “Il est nécessaire de consentir un effort sincère pour les rééduquer (les nomades), afin de leur expliquer la nature réelle de ces projets, ainsi que les bénéfices et les privilèges inhérents à un mode de vie moins nomade. On peut atteindre cet objectif avec l’aide d’un sociologue qui s’intéresse davantage que le technicien aux aspects sociaux de la sédentarisation” (OIT, 1962 : 79).

Le système hima et les programmes de régénération des pâturages : vers une nouvelle idéologie de développement ?

48Au début des années 1990, la sédentarisation des nomades ne représente plus une priorité dans les politiques étatiques de développement des régions steppiques du Proche-Orient. Si le nomadisme en tant que mode d’utilisation du territoire a aujourd’hui presque entièrement disparu, on peut en revanche se demander si les effets de la sédentarisation préconisée par les experts ont réellement eu lieu. D’un point de vue économique, les anciens nomades ont fait preuve d’une remarquable capacité d’adaptation aux contraintes imposées par les mesures des nouveaux Etats. On a assisté, au sein de la plupart des familles bédouines, à l’essor de “systèmes économiques à ressources multiples” où le pastoralisme n’a conservé sa place que parmi d’autres activités. La sédentarisation a contribué à l’intégration des économies bédouines locales dans le système de marché national et international et a permis l’accès aux services étatiques de santé et d’instruction publique. Pourtant, elle ne s’est pas accompagnée des processus de détribalisation que les experts avaient prédits. Bien au contraire, plusieurs études récentes montrent que le modèle d’organisation tribale n’a pas disparu dans les groupes sédentarisés. En Jordanie en particulier, si le terme “bédouin” était jadis synonyme de pasteur nomade, il indique aujourd’hui une identité politique de type tribal (Bocco, 1989b ; Layne, 1986).

49Le contrôle de la steppe a longtemps été formulé en termes de sécurité politique, et les programmes de sédentarisation en ont bien été l’un des instruments. Toutefois, le choix prioritaire du développement de l’agriculture dans les zones de steppes, au détriment de programmes de régénération des pâturages et de développement pastoral, n’est pas resté sans conséquences. La fragilité écologique accrue des steppes due à la dégradation des sols, elle-même fonction des rythmes et des conditions de leur exploitation et de la gestion nouvelle des ressources animales et végétales, apparaît aujourd’hui comme un des effets les plus inquiétants des politiques de développement des trente dernières années. Les atouts technologiques modernes dont les Etats ont disposé n’ont pas été suffisants, à eux seuls, pour garantir la maîtrise de l’environnement et la réussite des modèles de développement prévus par les experts. Les politiques foncières et économiques des gouvernements ont en effet contribué à casser les anciens systèmes de gestion des territoires steppiques, réduisant trop souvent ces derniers à des lieux d’investissement et de spéculation à court terme. Enfin, les steppes jouent un rôle de moins en moins important dans l’approvisionnement en fourrage et dans la production animale. Pour ne citer que le cas jordanien, représentatif du contexte régional, la production locale de viande ne pouvait satisfaire au milieu des années 1980 que 25 % de la demande du marché national, alors que les recensements agricoles révélaient une diminution dramatique de la fertilité des sols et de la productivité agricole des régions steppiques (Barham & Mensching, 1988).

50Face aux problèmes de dégradation des ressources végétales dans les zones de steppe, plusieurs organisations internationales et gouvernementales de divers pays du Proche-Orient ont manifesté dans les années 1980 un intérêt croissant pour les programmes de conservation et de développement des pâturages. Toutefois, cette importante réorientation ne constitue pas une nouveauté absolue. En effet, pendant les années 1960, alors que la majorité des études prônaient la sédentarisation des populations nomades et la mise en valeur agricole des steppes, d’autres recherches effectuées en Arabie Saoudite et commissionnées par la FAO mettaient davantage en évidence la nécessité de développer des systèmes de régénération des pâturages. Omar Draz, fonctionnaire du Ministère de l’Agriculture syrien et consultant pour la FAO, a été à l’origine de ces recherches ; il proposait à l’attention des planificateurs l’importance d’un système traditionnel de gestion des terrains de parcours, connu dans la Péninsule Arabique sous l’appellation de hima (plur. ahmia, litt. protection et, par analogie, réserve). Comme l’expliquait Draz : “Le système hima était jadis commun à diverses régions de la Péninsule Arabique, et il est encore en usage dans des régions de l’Arabie Saoudite, du Yémen, de Oman, de Syrie. Il est originaire du Proche-Orient et est utilisable comme moyen de contrôle sur les pâturages dans des zones sélectionnées en territoire aride, semi-aride et montagneux où la pâture nomade est le seul système pratiqué. Des ahmia soigneusement protégées peuvent fournir des réserves de fourrage essentielles pour la stabilité des pâturages nomades. Cela peut aussi changer l’attitude de la population par rapport au territoire en introduisant une ‘philosophie’ de protection et d’amélioration au lieu de l’exploitation” (1969 : 8).

  • 21 D’après les exemples cités par Draz (1980), la plupart des réserves hima en Syrie et en Arabie Saou (...)
  • 22 Dans le compte rendu d’un symposium sur le système hima, récemment organisé par la FAO à Amman, on (...)

51Au début des années 1990, dans un contexte international fortement polarisé sur les questions de l’environnement, la dernière “religion” des experts en sciences sociales ou de la nature est désormais le système hima, nouveau moyen pour combattre les problèmes de la désertification et assurer un “développement durable” dans les zones sèches du Proche-Orient. La légitimation islamique dont bénéficie ce système traditionnel de gestion des ressources remonterait directement au Prophète (Masri, 1991 ; Nesheiwat, 1991), mais aucune étude, ancienne ou récente, n’apporte des analyses détaillées sur son fonctionnement dans les régions de steppes du Proche-Orient.21 En outre, selon les experts qui s’en font les avocats, la mise en place de programmes hima reposerait sur la réhabilitation des droits fonciers tribaux dans les steppes, sur une approche fortement participative qui tiendrait compte de l’organisation sociale des tribus bédouines, ainsi que sur un relatif désengagement de l’Etat dans la gestion des projets. Ce revirement considérable par rapport aux politiques prônées dans les années 1950-60 est non seulement sous-tendu par une critique explicite des projets de sédentarisation déjà réalisés,22 mais il impliquerait également un processus de “désédentarisation” partielle des anciens nomades.

  • 23 Parmi les recommandations formulées par le groupe d’experts réunis à Amman, certaines sont fortemen (...)

52S’il n’est pas question ici de critiquer le bien-fondé de cette nouvelle approche23 - qui par ailleurs n’a pas encore été véritablement testée – on peut en constater le succès auprès d’un grand nombre d’experts et de décideurs, et expliquer ce dernier par rapport aux idéologies du développement dominantes en cette fin de siècle. En faisant appel aux principes de la participation locale et du développement autocentré, le système hima ne peut que séduire les représentants d’organismes internationaux, tels la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international, qui entrevoient la possibilité de mettre en œuvre leurs politiques de libéralisation économique et de promotion d’un esprit d’entreprise, à travers la “redécouverte” d’un système traditionnel de gestion des ressources. D’autre part, si, dans sa réinterprétation socialiste-ba’thiste, la “philosophie” du système hima a déjà connu un certain succès en Syrie, elle est probablement destinée à charmer un grand nombre d’organisations non gouvernementales qui, tout en s’opposant aux politiques libérales d’ajustement structurel, partagent les approches soucieuses de prendre en compte les modèles d’organisation socio-économique locale. Le consensus qui se dégage autour des programmes hima, indépendamment des positions idéologiques des experts ou des institutions qui les appuient, ne doit pas faire illusion. A l’opposé d’il y a trente ans, il semble que l’organisation tribale soit devenue le socle des nouveaux projets ; pourtant, comme c’était déjà le cas jadis, celle-ci demeure pour les experts une “boîte noire” dont le fonctionnement n’est jamais clairement explicité. En fait, sans remettre en cause l’importance des objectifs écologiques des programmes hima, leur adoption nécessiterait des analyses socio-politiques bien plus approfondies que celles dont on dispose actuellement.

53Si les programmes de sédentarisation appartiennent déjà à l’histoire, il serait souhaitable que l’expérience accumulée au cours des dernières décennies dans le domaine du développement des steppes puisse fournir aux futurs experts des outils critiques dans l’élaboration des projets à venir. Un programme de développement est toujours sous-tendu par un ensemble de représentations de la réalité, par une “philosophie” qui est le produit de son époque : son analyse critique n’en est que d’autant plus impérieuse.

Bibliographie

ABU ZEID, A. M.
1966 “The changing world of the nomads”, in J. Peristiany (ed.), Contributions to Mediterranean sociology, The Hague, Mouton, pp. 279-288.

AWAD, M.
1959 “La sédentarisation des tribus nomades et semi-nomades au Moyen-Orient”, Revue Internationale du Travail, 79, 1, janvier, pp. 27-60.

BARHAM, N. & MENSCHING, H.

1988 “Pressure on the pastureland environment in Jordan”, Applied Geography and Development, 31, pp. 37-53

BERQUE, J.
1959 Introduction à “Nomades et nomadisme en zone aride”, Revue Internationale des Sciences Sociales, XI, 4, pp. 501-518.

BOCCO, R.
1987 “La notion de dirah chez les tribus bédouines en Jordanie : le cas des Bani Sakhr”, in B. Cannon (éd.), Terroirs et sociétés au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l’Orient, Série Etudes sur le Monde Arabe n° 2, pp. 195-215.
1989a. “Espaces étatiques et espaces tribaux dans le sud jordanien : législation foncière et redéfinition des liens sociaux”, Maghreb-Machrek, 123, janvier-mars, pp. 144-163.
1989b “L’Etat producteur d’identités locales : lois électorales et tribus bédouines en Jordanie”, in J. Bisson (éd.), Le nomade, l’oasis et la ville, Tours, URBAMA, pp. 271-288.
1990a “La sédentarisation des pasteurs nomades : les experts internationaux face à la question bédouine au Moyen-Orient arabe”, in E. Bernus et F. Pouillon (éd.), Sociétés pastorales et développement, Paris, ORSTOM, Cahiers des Sciences humaines n” 26 (1-2), pp. 97-117.
1990b “Ingénieurs agronomes et politiques de développement dans les steppes du sud jordanien, 1960-1985”, in E. Longuenesse (éd.), Bâtisseurs et bureaucrates : Ingénieurs et sociétés au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l’Orient, Collection Etudes sur le Monde Arabe n” 4, pp. 255-280.

BOIRAL, P. & OLIVIER DE SARDAN, J.-P.
1985 Introduction à Paysans, experts et chercheurs en Afrique noire, Paris, CIFACE-Karrhala, pp. 7-23.

COON, C.
1961 Caravan : the story of the Middle East, New York, Holt, Rinehart & Winston (first published in 1951).

DESTREE, A.
1969 “Le développement des Etats au Moyen-Orient et la crise du nomadisme”, Revue de l’Institut de Sociologie, Paris, 2, pp. 263-281.

DRAZ, O.
1969 The Hema System of range reserves in the Arabian Peninsula. Its possibilities in range improvement and conservation projects in the Near East, Rome, FAO, PL : PFC/13.
1980 “Rangeland development in the Arabian Peninsula based on Syrian expérience through UNDP/FAO/WFP assistance”, Rainfed agriculture in the Near East and North Africa. Rome, FAO, pp. 291-303.

EICKELMANN, D.F.
1989 The Middle East. An anthropological approach, Englewood Cliffs, Prentice Hall Inc. (2e édition).

FAO
1972 Report on the FAO expert consultation on the seulement of nomads in Africa and the Near East, Rome, FAO Regular Program no. RP 20.
1991. Workshop on pastoral communities in the Near East. Traditional Systems in évolution, Rome, FAO, Human Resources Institutions and Agrarian Reform Division.

FILALI, M.
1966 “Les structures sociales en Arabie Séoudite”, Revue Tunisienne des Sciences Sociales, 6, pp. 69-84.

GUICHAOUA, A. et MAJERES, J.
1982 “Usage de la sociologie dans les organismes de la coopération et du développement”, Revue Tiers Monde, XXIII, 90, pp. 423-443.

HAMARNEH, M.
1985 The social and economic transformation of TransJordan, 1921-1946, Washington, Georgetown University, Faculty of History, PhD Thesis.

HELAISSI, A.S.
1959 “Les Bédouins et la vie tribale en Arabie Séoudite”, Revue Internationale des Sciences Sociales, XI, 4, pp. 554-560.

HOROWITZ, M.
1986 “Ideology, policy and praxis in pastoral livestock development”, in M. Horowitz and T.M. Painter (eds.), Anthropology and rural development in West Africa, Boulder, Westview Press, pp. 251-272.

HUNEIDI, M.I.
1965 “Taqrir al mamlaka al Hashimiyah al Urduniyyah ‘an ri’ayat al badw wa tahdirhum wa tawtinhum”, Actes du IXe Congrès des experts des Affaires Sociales et du Travail, Jérusalem, 8-13 mai 1965. Ligue des Etats Arabes, Direction des Affaires Sociales et du Travail, tome II, pp. 1-26.

LAYNE, L.
1986 The production and reproduction of tribal identity in Jordan, Princeton University, Department of Anthropology, PhD Thesis, 344 pp.

LEIGHTON, C.
1986 “How important is local participation to development programs ?”, Nomadic Peoples, 20, pp. 85-94.

LERNER, D.
1958 The passing of traditional society, Glencoe, Free Press.

LEWIS, N.
1987 Nomads and settlers in Syria and Jordan, 1800-1980, Cambridge, Cambridge University Press.

MASRI, A.
1991 The tradition of Hema as a land tenure institution in arid land management : the Syrian Arab Republic, Rome, FAO.

MONTEIL, V.
1966 Les tribus du Fârs et la sédentarisation des nomades, Paris, Mouton.

NESHEIWAT, K.
1991 Socio-economic aspects of the traditional Hema System of arid land management in Jordan, Rome, FAO, Working Papers on Pastoral and Agropastoral Societies no. 12.

OIT
1962 Sédentarisation des tribus nomades et semi-nomades, Rapport du Groupe des Conseillers en matière des populations aborigènes et tribales, Genève, OIT, PCITP/1962/1/3, 88 pp.
1964a Réunion technique d’étude sur le nomadisme et la sédentarisation. Problèmes soulevés par le nomadisme et la sédentarisation, Genève, OIT, TMNS/1964/1, 155 pp. 
1964b Coopération régionale et internationale dans le domaine de la sédentarisation, Genève, OIT, TMNS/1964/2, 47 pp.

QALYOUBI, TA.
1967 “Jafr pilot project for the settlement of bedouins”, in A.R. Ghonemy (ed.), Land policy in the Near East, Rome, FAO, pp. 152-163.

ROFAIL, N.
1984 Integrated regional development plan for Hamad Basin project, Damascus, ACSAD (Arab Center for the Studies of Arid Zones and Dry Lands).

SALZMAN, P.C. (ed.)
1980 “Processes of sedentarization as adaptation and response”, in P.C. Salzman (ed.), When nomads settle, New York, Praeger, pp. 1-20

SELIM, S.M.
1959 A survey of conditions and problems of nomadic and semi-nomadic tribal populations of Jordan and Iraq, Geneva, report to the OIT, 42 pp., ronéo.

SEURAT, M.
1980 “La population, l’Etat, la société”, in A. Raymond (éd.), La Syrie d’aujourd’hui, Paris, Editions du CNRS, pp. 87-142.

SHOUP, J.
1990 “Middle Eastern sheep pastoralism and the Hema System”, in J.C. Galaty & D.L. Johnson (eds.), The world of pastoralism, London, The Guilford Press, pp. 195-215.

UNESCO
1960 Les problèmes de la zone aride, Paris, Imprimeries Oberthur.

UNESOB
1973 A social and economic evaluation of the al Jafr Bédouin settlement project in East Jordan, Beirut, UNESOB/HR/73/18, November, 34 pp.

UNITED NATIONS
1956 Social welfare seminars for Arab States in the Middle East. Reports on the meetings of Beirut 15.8-8.9.1949 ; Cairo 22.11-14.12.1950 ; Damascus, 8-20.12.1952 ; Baghdad, 6-21.3.1954. New York.

WORLD FOOD PROGRAM
1969a Bedouin settlement and nomadic livestock development projects, Rome, WFP/IGC16/8, Add.3, October, 5 pp.
1969b Jordan 036 : pilot project for Bédouin settlement and improvement of nomadk sheep husbandry, Rome, WFP/IGG : 16/8, Add. 3, Annex 1, October, 9 pp.

YACOUB, S.
1970 “Nomadic populations in selected countries in the Middle East and related issues of sedentarization and settlement”, in Studies on selected development problems in various countries in the Middle East, New York, United Nations, pp. 105-117.

ZAOUAL, H.
1984 “La crise du paradigme du développement”, Revue Tiers Monde, 100, pp. 829-836.

Notes

1 Ce travail est une version revue et augmentée d’un article paru en 1990 (voir Bocco, 1990a : 97-117).

2 Dans une synthèse des questions liées aux problèmes du nomadisme et de la sédentarisation dans les régions entre l’Atlantique et le Turkestan, Monteil avait sélectionné et analysé 400 ouvrages environ, parus entre le début du siècle et la moitié des années 1960. En commentant les sources disponibles, l’auteur constatait qu’elles provenaient “soit des intéressés eux-mêmes, dépourvus de formation spécialisée, soit de chercheurs occidentaux, qui ne peuvent consacrer à ces questions qu’un temps trop bref ou des séjours réduits. Quand, par chance, un enquêteur oriental s’occupe de nomadisme, c’est un citadin qui regarde les choses avec méfiance et de loin” (Monteil, 1966 : 7).

3 Après la réunion de Bagdad, la recommandation la plus controversée, et qui a été inégalement appliquée, concerne l’abrogation des législations coutumières des populations nomades, problème politiquement très sensible ; cette abrogation a eu une histoire différente dans les divers Etats du Proche-Orient. Quant à la priorité des politiques de sédentarisation et à leurs objectifs, l’Etat syrien n’a pas hésité à les mentionner directement dans la Constitution du Parti Ba’th arabe de 1947. L’article 6/43 est très explicite : “Le nomadisme bédouin est un état social primitif qui affaiblit la production nationale et fait d’une part importante de la nation un membre infirme et un facteur de retard pour son développement et son progrès. Le Parti s’emploie donc à sédentariser les bédouins, à leur accorder des terres, à abolir le système tribal, et à leur appliquer les lois de l’Etat” (voir Seurat, 1980 : 87-142).

4 A partir de 1959, au sein de l’ASFEC (Arab States Fundamental Education Cen-ter), centre créé sous le patronage de l’UNESCO, fut établi un département spécifiquement chargé des problèmes de scolarisation des populations nomades.

5 Le travail de coordination et de promotion de la recherche sur les populations nomades, assuré par l’OIT, a été suspendu à la fin des années 1970, principalement en raison du refus des autorités soviétiques de souscrire aux recommandations proposées et de permettre la poursuite de recherches de terrain dans les régions d’Asie Centrale (communication personnelle de S. Radwan, OIT, printemps 1988).

6 Concernant la relation entre, d’une part, l’origine socio-géographique des experts qui ont travaillé pour des organisations internationales au cours des années 1950 en Asie du Sud-Ouest et en Afrique saharienne et, d’autre part, leurs attitudes face à la sédentarisation, deux remarques s’imposent. D’abord, nous sommes d’accord avec Monteil (1966 : 61-68) pour affirmer que, sur un plan général, les experts d’origine arabe, parmi lesquels l’on ne retrouve pas de représentants des populations nomades, sont tous en faveur de la sédentarisation. Ensuite, chez les experts occidentaux, les avis sont partagés. La majorité de ceux qui se prononcent contre la sédentarisation sont également ceux qui, de par leur profession, ont acquis une connaissance approfondie des milieux arides et semi-arides et des populations nomades. En ce sens, une différence importante est à souligner entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Tandis qu’au Mashreq les Etats ont obtenu l’indépendance avant 1950, au Maghreb et en Afrique saharienne, hormis l’Egypte et la Libye, la plupart des Etats ont connu l’indépendance au début des années 1960. Ainsi, au cours des années 1950, plusieurs experts pour l’Afrique saharienne ont été recrutés parmi les administrateurs coloniaux en poste, voire parmi d’ex-fonctionnaires tels que T. Monod, directeur de l’IFAN de Dakar, R. Capot-Rey ou les chercheurs du Centre des Hautes Etudes Administratives sur l’Afrique et l’Asie Modernes (CHEAM). A l’exception de J. Berque, la plupart des experts qui avaient travaillé pour l’administration coloniale française en Afrique saharienne sont réticents quant aux politiques de sédentarisation. A cet égard, le cas du Proche-Orient paraît différent et nous n’avons pas connaissance de consultants internationaux des années 1950, français ou anglais, qui aient été ex-fonctionnaires de l’époque mandataire.

7 Dans une autre étude (Bocco, 1989b), nous avons analysé historiquement les différentes définitions du “bédouin” et du “nomade” adoptées par les administrations d’Etat en Jordanie, les chercheurs académiques et les experts internationaux, pour en montrer les implications dans la planification des programmes de développement dans les steppes.

8 Dans l’analyse des politiques de sédentarisation pendant la période mandataire, nous avons utilisé les archives britanniques du Public Record Office (PRO), en particulier la documentation du Colonial Office (CO) et du Foreign Office (FO). Pour les estimations de la population jordanienne à la fin des années 1920, voir CO 831/8/5, Administration Report, 1929.

9 PRO :CO 733/131/5 Annual Report for Transjordan, Annex 7, Hadda Agreement.

10 Entre 1926 et 1931, période pendant laquelle les razzias intertribales culminent, on estime que les tribus du Hijaz et du Najd avaient enlevé environ 6700 chameaux, 6200 moutons et tué 95 membres de tribus transjordaniennes. Le “butin” de ces dernières, au cours de la même période, était nettement inférieur : environ 3000 chameaux, 950 moutons pillés et 41 personnes tuées parmi les tribus du Hijaz et du Najd (PRO :CO 831/12/1 Mc Donnell’s commission report on raids’ arbitration, 1931).

11 Plusieurs cheikhs et membres de différentes sections des Bani Sakhr possédaient des titres de propriété foncière (sanad tabu), délivrés à l’époque ottomane, sur des terres agricoles (voir Hamarneh, 1985 ; Lewis, 1987). La situation des tribus bédouines du sud transjordanien était différente, en raison d’une plus faible présence de l’administration turque (voir Bocco, 1989a).

12 PRO :CO 831/23/11, Glubb’s reports on events in Southern Deserts, November 1933 ; et PRO :CO 831/41/5, Loans to Agricultural Bank, Letter of High Commissioner for Transjordan to Colonial Office, 17.4.1937.

13 PRO :CO 831/34/8, British Resident report on the economic situation, 1935. Report of the Advisory Committee to the British Colonial Development Fund, November 1934.

14 Un rapport d’enquête sur l’état de santé de la population bédouine de l’Emirat, commissionné par les autorités mandataires et publié en 1934, dévoilait une conjoncture accablante. Le docteur McLennan, chargé de la mission, avait visité 1030 personnes parmi les membres de quatre tribus principales (Bani Sakhr, Huwaytat, Sirhan et Bani Hassan). Seules 164 personnes, soit 16% du total, bénéficiaient d’une alimentation adéquate ; environ 15% de la population adulte souffrait de phtisie avancée et l’on estimait qu’une personne sur quatre était atteinte par la maladie. Enfin, 40% des enfants âgés de moins de 15 ans étaient infectés par le bacille de la tuberculose. Conscient de l’étroite relation entre la politique britannique au Proche-Orient et la situation des tribus bédouines, Glubb écrivait : “Il ne peut y avoir aucun doute que ces conditions ne sont pas particulières à tous les bédouins, mais aux seuls bédouins de Transjordanie, et il ne peut y avoir le moindre doute que cela est dû avant tout à la politique diplomatique du gouvernement de Sa Majesté. Celui-ci n’a pas protégé ces tribus face aux razzias des Ikhwân et n’est pas intervenu auprès de Ibn Séoud pour le contraindre à retourner le butin. Que les pluies rares et les mauvais pâturages n’en sont pas les causes premières est prouvé par le fait que ... les Rwala et les Shararat sont toujours prospères, comme le sont aussi les bédouins d’Iraq” (PRO :CO 831/29/2, Glubb’s monthly reports on events in Southern Deserts. Enquiry into the Health Conditions of the Bedouins, report by Dr. Mc Lennan, par. 12, pp. 15-21, 1934).

15 L’option de la sédentarisation des nomades et de la transformation de leur système économique était une question débattue parmi les officiers anglais. Contrairement à d’autres, Glubb prônait le maintien d’un système agro-pastoral : “L’élevage du bétail est une activité aussi nécessaire et utile en Transjordanie qu’elle l’est en Australie et les affirmations sur l’utilité de forcer des nomades à vivre dans des maisons ne sont pas valables économiquement parlant. Car, dans les conditions présentes, le nomadisme est essentiel pour un élevage productif dans des pays où la pâture et les pluies sont si rares et incertaines” (PRO :CO 831/46/9, Glubb’s monthly reports on events on Southern Deserts. Internai administration : Bedouin cultivation, April 1938). Une commission formée pour aider la programmation de projets de développement, et composée d’experts locaux et anglais, partageait le même avis : “Eu égard aux recommandations faites en vue d’encourager la sédentarisation des nomades, il est avant tout nécessaire de se souvenir que les zones désertiques continueront à avoir une population de pasteurs dans les limites du possible, si bien qu’en cas de sédentarisation des nomades actuels d’autres surgiraient pour prendre leur place. Plusieurs nomades de Transjordanie sont déjà propriétaires de terres agricoles, et ils sont très désireux d’obtenir des titres fermes pour ces parcelles. C’est donc le devoir du gouvernement de forcer et d’assurer des mœurs paisibles parmi les bédouins afin de développer les ressources en eau du désert de manière à rendre disponibles des pâturages qui sont actuellement inaccessibles et de faire bénéficier les bédouins comme les fellahs de la ‘Disposai of State Lands Law’ tout en vérifiant qu’ils n’abandonnent pas l’élevage” (PRO :CO 831/34/8, British Resident Report on the Economic Situation, 1935. Report of the Transjordan Economic Commission, par. 14).

16 PRO :FO 371/104899, Jordan’s Prospects for Development, Report by R.S. Porter, 1953 ; et PRO :FO 371/104905, Agricultural Development of the Southern Districts of East Jordan, report by J. C. Eyre, 1953.

17 Dans son étude sur les politiques de développement rural pendant la période mandataire, Hamarneh (1985) appuie la thèse de l’intérêt purement politico-stratégique de la Grande-Bretagne pour la création d’un “Etat-tampon” en Transjordanie. Ainsi, l’absence d’intérêt économique pour le pays de la part des Anglais, doublée du souci de réduire l’aide financière au budget de l’Emirat, aurait favorisé la mise en place de politiques agricoles tendant à reproduire une situation de sous-développement. Il est vrai que sur un plan économique plus général le petit royaume était au moment de son indépendance financièrement dépendant de l’extérieur et incapable de promouvoir un développement autonome. Toutefois, sur le plan des conceptions de mise en valeur des zones sèches, les expériences réalisées durant le Mandat permettent de nuancer les critiques parfois trop sévères à l’égard des autorités britanniques. Contrairement à la thèse de Hamarneh, les débats sur le bien-fondé des politiques de sédentarisation ne faisaient pas l’unanimité parmi les autorités mandataires, ce qui révèle une attitude moins monolithique que l’on ne pourrait le croire. D’autre part, les programmes de développement visant une articulation entre activités agricoles et pastorales, principalement suggérée par Glubb mais également appuyée par d’autres officiers, constituaient des propositions devenues d’actualité au cours des années 1980, dans le contexte du débat sur le “développement durable” des zones sèches.

18 The Hashemite Kingdom of Jordan, First Census of population and housing (1961). Scattered tents Census District, interim report no. 10, Amman, Department of Statistics, October 1963.

19 Nous avons analysé ailleurs le cadre institutionnel et juridique de la politique des projets de sédentarisation, ainsi que les réinterprétations locales des programmes de développement et le rôle joué par les ingénieurs-agronomes du Ministère de l’Agriculture jordanien (voir Bocco, 1989a et 1990b). D’autres programmes de sédentarisation pour des tribus bédouines du sud — les Ahywat et les Sa’idiyin notamment — ont été réalisés dans le wadi ‘Araba par la Jordan Valley Authority au cours des années 1980 (voir Sultah Wadi al ‘Araba, Dirasat al hajat al tanmwiya fi qura mantiqa Wadi al ‘Araba, ‘Amman, 1987).

20 Nous nous référons ici aux “classiques” de la littérature développementaliste américaine des années 1950-1970 : W. Rostow, G. Almond, J. Coleman, B. Powell, D. Apter, L. Pye, pour ne mentionner que les auteurs les plus connus.

21 D’après les exemples cités par Draz (1980), la plupart des réserves hima en Syrie et en Arabie Saoudite avant les années 1960 n’étaient pas situées dans des régions de steppe à proprement parler, mais dans des zones avec une pluviométrie supérieure à 300 mm par an. Un anthropologue américain, J. Shoup (1990), affirme que le gouvernement syrien a adopté le système hima dès le début des années 1970, en mettant en place un réseau de coopératives pastorales dans les zones de steppe. Ses convictions sont contredites par l’étude de Masri, “disciple” de Draz et son successeur au Ministère de l’Agriculture syrien. Selon Masri : “Toute l’infrastructure mise en place par le gouvernement est sensée développer les terrains de parcours syriens par la réactivation du système hima, mais la situation présente est analogue à un circuit électrique bien conçu avant que la fiche soit insérée dans la prise, et qu’on n’a pas encore allumé” (1991 : 35). En Jordanie, Nesheiwat (1991) reconnaît qu’il n’y a pas d’exemples contemporains d’application du système hima. Un grand programme, le Hamad Basin Project, lancé au début des années 1980 sous les auspices de l’ACSAD (Rofail, 1984), serait sous-tendu par la “philosophie” hima. Cependant, en raison du fait que la zone du projet est à cheval entre les frontières de quatre Etats (Jordanie, Arabie Saoudite, Syrie, Iraq), le programme semble connaître une certaine lenteur dans son exécution.

22 Dans le compte rendu d’un symposium sur le système hima, récemment organisé par la FAO à Amman, on lit : “La relation homme-territoire est restée harmonieuse dans la région jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Jusque-là, les pâturages étaient suffisants, les tribus étaient en accord sur les voies de migration et le territoire était sous contrôle. Après la Deuxième Guerre mondiale, les efforts de modernisation mal dirigés du gouvernement ont abouti à la sédentarisation qui a conduit à des dépenses supplémentaires, sans bases solides pour la production. Les droits tribaux furent alors abolis” (FAO, 1991 : 3). A la même réunion, le représentant de la FAO s’est exprimé en faveur de l’adoption du système hima : “Les institutions traditionnelles peuvent aussi prendre part au processus de développement démocratique moderne de la gestion du territoire qui requiert avant tout la participation active des populations bédouines elles-mêmes’’ (FAO, 1991 : 2).

23 Parmi les recommandations formulées par le groupe d’experts réunis à Amman, certaines sont fortement critiques et novatrices par rapport aux approches des années 1950-70. Les décideurs soucieux d’une rentabilité politique à court terme des projets de développement sont clairement invités à adopter des visions qui privilégient davantage les effets à long terme. Un vœu explicite est également exprimé contre la poursuite de tout programme de sédentarisation. Enfin, parallèlement à la nécessité de reconnaître les droits fonciers tribaux, on voit apparaître la notion de “responsabilité écologique” dans la gestion des ressources : “Les droits tribaux devraient être formellement respectés et protégés, de même que les relations coutumières existant entre et parmi les tribus... Les terrains de parcours et les ressources en eau devraient rester propriété de l’Etat et être alloués à long terme à des groupes ou associations locales spécifiques pour leur usage pastoral exclusif et avec la responsabilité de maintenir l’équilibre écologique” (FAO, 1991 : 9).

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search