Version classiqueVersion mobile

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

Recherche appliquée et politiques de développement

Les changements socio-économiques et leurs conséquences sur les nomades du Dhofar, Oman (1970-1990)

Jörg Janzen

Texte intégral

  • 1 Cet article est une version revue et augmentée de la communication présentée au colloque de Paris, (...)

1La situation socio-économique actuelle des pays producteurs de pétrole de la Péninsule Arabique est le résultat de changements complexes et radicaux provoqués par les revenus pétroliers. L’impressionnante expansion de l’infrastructure technique et administrative, l’essor urbain et le développement économique sont décrits dans de nombreuses publications (Altorki & Cole, 1989 ; Janzen, 1980, 1990 ; Scholz, 1979, 1985, 1987 ; Scholz & Janzen, 1989 ; Zimmermann, 1981). Les zones rurales de l’Arabie ont elles-mêmes connu des changements profonds qui ont touché plus particulièrement les populations d’éleveurs nomades (Asche, 1981 ; Birks, 1978 ; Chatty et al., 1991 ; Cole, 1975 ; Cordes, 1981 ; Cordes & Scholz, 1980 ; Janzen, 1980, 1982, 1983, 1986 ; Scholz, 1975, 1981, 1987 ; Zimmermann, 1981). Dans le cadre de notre étude sur le Dhofar, province située au sud du Sultanat de Oman, nous analyserons l’évolution de l’habitat nomade et les possibilités de le préserver.1

  • 2 Les remarques qui suivent s'appuient sur nos enquêtes au Dhofar (Janzen, 1980, 1982, 1983, 1986) et (...)

2Trois questions majeures constituent le canevas et les pistes d’analyse de notre étude.2 Nous nous interrogerons tout d’abord sur la pertinence du maintien de l’élevage nomade dans sa forme actuelle et sur les mesures à envisager pour permettre un développement durable qui puisse satisfaire à la fois les exigences des éleveurs et celles des économies nationales. Nous étudierons ensuite l’utilité d’un retour à des modes de gestion pastorale traditionnels dans le cadre de systèmes modernes d’exploitation des pâturages. Nous aborderons enfin le problème du processus de destruction des ressources, de son enrayement et de la régénération du couvert végétal dans le milieu écologique des nomades du Dhofar.

L’habitat Jabali : cadre géographique et démographie

3La zone étudiée ici inclut l’escarpement de la chaîne du Dhofar et sa plaine côtière antérieure dans le sud du Sultanat de Oman (Fig. 1). Par rapport au reste de la Péninsule Arabique, cette région bénéficie d’un écosystème unique, dû aux effets de la mousson entre juin et septembre. Grâce à ces conditions climatiques particulières, cette “oasis de brume” (Chadwick, 1978 : 5) dispose d’une flore relativement abondante, comparable à la végétation de la savane tropicale. Dans ce contexte favorable, un nomadisme de montagne fondé sur l’élevage de bovins a pu se développer. Chèvres et chameaux jouent un rôle secondaire et ne sont élevés que par un petit nombre d’habitants. Par ailleurs, jusqu’à la fin des années 1960, les arbres à encens sauvages au nord de la ligne de partage des eaux de la chaîne du Dhofar constituaient une importante source de revenus pour les nomades (Janzen, 1980).

4Les terrains de parcours situés sur le versant sud de la chaîne du Dhofar qui bénéficient d’un climat de mousson sont depuis longtemps menacés de surpâturage. En effet, leur végétation abondante a toujours attiré les éleveurs sédentaires des centres côtiers et les tribus bédouines de la région. L’important processus de dégradation de cette zone justifiait nos propos : “La destruction d’une partie de la végétation a déjà modifié l’équilibre écologique. Dans la formulation de projets de développement nationaux, il est urgent d’adopter des mesures visant la protection de la végétation. La planification d’un système d’exploitation des pâturages et la protection de variétés particulières pourraient permettre d’enrayer le processus de désertification” (Janzen, 1980 : 38).

  • 3 Ibidem.

5Depuis lors, les dommages infligés au couvert végétal ont atteint des proportions alarmantes. Les arbustes et les arbres proches des wudyan (sing. wadi) ont été sensiblement endommagés, et ceux situés en dehors de ces zones ont été en grande partie déracinés. Il en est de même pour plusieurs espèces fourragères. Les terrains surpâturés sont exploités avant que les plantes n’aient germé, contribuant ainsi à la diminution rapide des ressources en fourrage.3 Cela n’a rien de surprenant si l’on considère le nombre de troupeaux et la croissance démographique.

6La population du Dhofar comprend trois groupes principaux. Outre les éleveurs des montagnes, appelés Jabali, qui pratiquent un nomadisme vertical et de courte distance, on trouve aussi, mais en plus petit nombre, des éleveurs pratiquant un nomadisme horizontal de grande distance. Il s’agit des bédouins, éleveurs de chèvres et chameaux qui habitent les déserts du Dhofar intérieur. Le groupe le plus nombreux est celui des sédentaires (hadari) qui vivent principalement dans les villages côtiers, Salalah en particulier.

7Les statistiques de 1977 et 1985 révèlent un accroissement démographique rapide. Au cours de cette période, la population totale du Dhofar a augmenté de 67 %, passant de 65’000 à 108’600 personnes. En 1985, 35 % du total, soit 37’000 personnes, habitaient des régions rurales où les nomades des montagnes constituaient le groupe le plus important, soit 27’000 personnes environ. En outre, la population Jabali a augmenté de 31 % depuis 1977 (Oates & Ahmed, 1987 : 2).

8Les habitants de la chaîne du Dhofar sont organisés en tribus : les Qara, les Shahrah et les Al Kathir al-Jabal, ainsi que les Mahrah et les Mashayikh à l’est et à l’ouest du Dhofar (Fig. 1). Ces tribus sont des groupes de descendance patrilinéaire subdivisés en sections, sous-sections, lignages, familles étendues et cellules familiales. Des tribus “nobles”, dont les membres sont appelés qabili, coexistent avec des groupes défavorisés qui, en général, ne possèdent pas de terres. Jusqu’au début des années 1970, ces derniers étaient “sous la protection des tribus nobles”. Bien que ces relations de dépendance n’existent plus aujourd’hui qu’à l’état résiduel et latent, les planificateurs doivent en tenir compte comme d’une source potentielle de conflits.

9Depuis le début des années 1970, les tribus, jusqu’alors principales unités politiques et socio-économiques, ont perdu de leur importance. Toutefois, les cheikhs continuent d’exercer une certaine influence que ni le gouvernement ni les décideurs ne peuvent sous-estimer.

Régime foncier et exploitation des ressources

10Jusqu’en 1974, année où toutes les terres tribales ont été nationalisées, la propriété foncière et l’exploitation des terres étaient réglées par le droit coutumier. Pour les nomades la propriété des terres revient à Allah : ce dernier n’en aurait accordé à l’homme que l’usage. C’est pourquoi ils revendiquent toujours le droit d’utiliser les pâturages là où leurs ancêtres ont vécu et fait paître leurs troupeaux pendant des générations.

11Aujourd’hui encore, les nomades gardent en mémoire le tracé exact des frontières entre les différents territoires des tribus et de leurs sections. Les “frontières” tribales n’étaient pas fermées. De nombreux accords passés au sein d’une tribu ou entre différentes tribus permettaient à des groupes de faire paître et d’abreuver leurs troupeaux sur des territoires limitrophes. Si les accords n’étaient pas respectés, les cheikhs des tribus s’efforçaient de régler les contentieux. Les cas particulièrement épineux étaient présentés à un arbitre supra-tribal, le Wali du Dhofar, qui résidait à Salalah, capitale de la province. Il semble qu’il aurait même rédigé des certificats de propriété pour les tribus de la montagne, permettant ainsi au gouvernement de fixer les frontières par écrit. Le gouvernement cacherait aujourd’hui l’existence de tels documents pour éviter des revendications foncières indésirables.

12A quelques exceptions près, les territoires traditionnels des Jabali se situaient à l’intétieur d’une bande reliant la côte à la ligne de partage des eaux de la chaîne du Dhofar (Fig. 2). Chaque tribu disposait ainsi de toute une gamme de milieux écologiques différents entre les montagnes et la côte, les wudyan constituant les frontières intertribales. Les divers besoins des Jabali éleveurs de bovins, de chèvres ou de chameaux ont donné lieu à deux modèles principaux d’utilisation des pâturages, caractérisés par des degrés variables de mobilité. Aujourd’hui, ces modèles ne fonctionnent plus que partiellement et, dans la plupart des cas, ils ont été sensiblement modifiés. Dans le cadre d’une recherche sur de nouveaux modes d’exploitation écologiquement viables des pâturages, une connaissance des systèmes traditionnels nous paraît indispensable.

13La majorité des Jabali sont éleveurs de bovins et leurs principaux pâturages se trouvent sur les plateaux sud de la chaîne du Dhofar (Khatim). Ils ont des habitats permanents où ils passent l’hiver et la saison humide de la mousson. Avant et après celle-ci, lorsque le climat est plus doux, ils se déplacent à l’intérieur de la zone des plateaux en utilisant les pâturages périphériques et préservent les emplacements situés autour de l’habitat principal pour la saison sèche. Les familles vivent alors dans des cabanes légères et transportables ou, plus récemment, sous des tentes. Ces dernières sont plantées à quelques kilomètres des habitats permanents. Certaines familles parcourent de plus grandes distances, jusqu’à la plaine côtière (Jarbib) ou à la ligne de partage des eaux (Qatn) de la chaîne du Dhofar (Fig. 2).

14Les Jabali qui élèvent chèvres et chameaux sont moins nombreux, et ils n’ont pas les mêmes besoins en espace ni la même mobilité que les éleveurs de bovins ; traditionnellement, ils ne possédaient pas d’habitat permanent. Aujourd’hui, ils laissent leurs chèvres broutet les arbres et les arbustes sur les versants escarpés des wudyan, alors que leurs chameaux préfèrent les terrains moins accidentés. Ils changent souvent de campement et migrent entre la côte et le Qatn. Pendant la saison de la mousson, les chameaux ne broutent pas dans les wudyan des montagnes car le sol y est trop glissant ; ils se rassemblent autour de grands campements dans le Jarbib. Juste après la mousson, ils retrouvent au Qatn leurs pâturages de prédilection.

15Les anciens systèmes de propriété foncière et les modèles traditionnels de mobilité et d’exploitation des ressources témoignent d’une importante adaptation à l’environnement, chaque groupe étant responsable de son territoire particulier. Dans un contexte économique offrant peu ou pas de possibilités d’emploi en dehors de l’élevage, et sans aucun soutien matériel du gouvernement, la pratique de modes de gestion pastorale durables était la seule stratégie de survie. En outre, différents aspects du système traditionnel permettaient de freiner une croissance rapide de la population et du bétail. Le petit nombre de puits dans les wudyan, par exemple, ne pouvait abreuver qu’une quantité limitée de troupeaux, ce qui permettait d’éviter le surpâturage. Le manque d’infrastructures médicales et vétérinaires se traduisait par un taux de mortalité élevé chez les humains comme chez les animaux. Traditionnellement, on ne gardait que les femelles pour le lait et pour l’élevage des veaux. En raison du manque de débouchés économiques, les mâles étaient tués juste après la naissance. C’était encore une façon de prévenir la surexploitation de ressources limitées.

16Toutes ces données appartiennent au passé. Aujourd’hui, une politique de développement écologiquement inadaptée a pour conséquence la destruction de plus en plus rapide des ressources naturelles de la région des Jabali. Ainsi, toute nouvelle stratégie de développement dans le Dhofar devrait être précédée d’une analyse des changements récents qui ont affecté le mode de vie et le système économique des pasteurs.

Les politiques de développement et leur impact sur les Jabali

17La modernisation des provinces du sud de Oman a commencé pendant la deuxième période de la guerre civile du Dhofar qui a duré de 1964 à 1976. Le 18 octobre 1972, le sultan Qabus lança officiellement le “Programme de Développement du Dhofar”. Moyennant une aide matérielle massive et gratuite, le jeune dirigeant entendait gagner au plus vite “les cœurs et les esprits” de l’opposition nomade.

18Le programme visait un développement plus efficace des ressources naturelles du Dhofar afin d’atteindre en quelques années l’autosuffisance économique. La mise en place d’infrastructures techniques et sociales performantes faisait également partie du programme, en particulier dans les régions habitées par des populations nomades. L’amélioration des conditions de vie et de travail de ces dernières constituait l’une des principales préoccupations (Janzen, 1980 : 184-286).

19En quelques années, l’intervention directe dans les zones nomades a permis au gouvernement de contrôler toutes les fonctions importantes, traditionnellement assurées par les tribus. Ainsi, d’énormes changements ont ébranlé le système de valeurs et d’organisation sociale des tribus ainsi que leur droit coutumier, facteurs qui avaient assuré une gestion adaptée des ressources naturelles dans le cadre des territoires tribaux. Avec l’extension de la législation et de la juridiction gouvernementales, les tribus ont été privées d’une grande partie de leur indépendance économique et politico-juridique. En outre, avec la nationalisation en 1974 des terrains de parcours et des régions non cultivées, elles ont aussi perdu leurs droits sur les pâturages. L’Etat avait ainsi réuni toutes les conditions nécessaires à la réalisation de programmes de développement sur le territoire des nomades, sans demander l’avis des tribus et sans risquer d’avoir à leur payer des compensations.

  • 4 Sultanat de Oman, Décrets Royaux no 5/80, 3/83 et 81/84.

20Le gouvernement n’a pas encore jugé nécessaire de promulguer une loi sur l’utilisation des forêts et des pâturages. Le Code foncier en Oman ne concerne que les terrains industriels ou municipaux et les périmètres cultivés.4 Selon la loi en vigueur, tout pâturage reste ouvert au bétail, indépendamment des titres traditionnels de propriété. Après la nationalisation, de nombreuses familles nomades n’ont plus respecté les anciennes “frontières” tribales et les itinéraires migratoires ont commencé à dévier sensiblement des tracés traditionnels. L’arrivée des éleveurs de chameaux – Jabali et bédouins du Dhofar intérieur – sur les pâturages des éleveurs de bovins dans les plateaux du Dhofar et de la plaine côtière a posé des problèmes particuliers. Depuis que les droits territoriaux traditionnels des seconds ne sont plus respectés par les chameliers dont l’argument est que “toute terre appartient à l’Etat”, les conflits se succèdent et se terminent parfois même dans la violence.

21Le nouveau cadre juridique permet l’extension rapide de l’administration et des infrastructures techniques et sociales dans les zones nomades. Grâce à la réalisation de nouveaux centres gouvernementaux, les services publics sont devenus accessibles jusque dans les régions les plus reculées, d’où une politique de pacification des populations nomades qui, pendant la guerre civile, étaient en majorité opposées au gouvernement. Les différentes mesures prises par l’Etat, tels la construction de routes et de puits à moteur de grande profondeur (plus de 160 ont été creusés dans les zones nomades), le développement d’écoles, d’hôpitaux et de centres vétérinaires, de mosquées et de logements bon marché, la mise en place de subventions pour l’achat de matériaux de construction, la distribution de terrains municipaux et la promotion du petit commerce, ont eu un impact important sur le système économique et sur le mode de vie des nomades. Il en est de même pour les “dons en argent liquide” (pensions et subsides, pour l’achat de fourrage surtout) du gouvernement ou du Sultan même (Janzen, 1980, 1983, 1986, 1990).

  • 5 Department of Animal Wealth, Salalah, 1990.

22L’essor des services publics a largement contribué à l’amélioration des conditions de vie des pasteurs, provoquant un accroissement démographique. La taille des troupeaux a également augmenté. Selon les chiffres officiels, la population animale du Dhofar en 1986 était de 164’000 bovins, 98’000 chameaux et 450’000 moutons environ.5 Ces chiffres dépassent largement ceux de 1970 et le cheptel a sans doute triplé. Quoi qu’il en soit, les raisons de cette situation ne sont pas à rechercher seulement dans les nouvelles infrastructures, mais aussi et surtout dans la politique économique du gouvernement.

23Outre les mesures susmentionnées, l’Etat assure aux familles nomades des revenus financiers réguliers qui leur permettent de subvenir à leurs besoins quotidiens. Pour atteindre cet objectif, une force paramilitaire a été créée, la “Milice Firqah”, dont les membres sont principalement recrutés parmi les nomades. En 1990, chaque membre de la milice touchait un salaire mensuel de 120 à 140 riyals omanais (soit 370-430 US$ environ). Cette initiative a permis au sultan Qabus d’accroître la confiance et la loyauté des nomades envers le gouvernement et de maintenir un grand nombre d’entre eux dans leurs territoires traditionnels.

24La distribution de terres aux nomades dans les villages côtiers, en particulier à Salalah, a permis à de nombreux Jabali de construire des maisons pour ensuite les louer, et d’ouvrir des petits commerces avec l’aide de travailleurs étrangers, ou encore de se lancer dans le secteur des transports. Aujourd’hui, les bénéfices sont en grande partie investis dans d’autres entreprises – du commerce ou du bâtiment – ou dans l’achat de voitures et de biens de consommation tels que des postes de télévision et des magnétoscopes. Toutefois, comme les possibilités d’investissement sont rares, c’est du bétail qu’on achète encore le plus souvent. Puisque depuis plusieurs années les pâturages ne produisent pas suffisamment de fourrage, il faut consacrer des sommes importantes à l’achat d’aliments pour animaux. Les familles Jabali les plus démunies sont elles aussi obligées d’acheter du fourrage financé par des emprunts auprès de l’Etat ou de créanciers privés.

25Les Jabali aisés emploient des travailleurs étrangers venant pour la plupart du Bangladesh, pour un salaire moyen de 60-100 riyals omanais (soit 190-310 US$ environ). Leur travail consiste principalement à s’occuper du bétail. Aujourd’hui, les troupeaux restent dans les villages de montagne et dans leurs environs, ou dans des constructions illégales au pied de la chaîne du Dhofar, pour une période de plus en plus longue chaque année. La diversité des débouchés économiques offerts aux Jabali a accéléré le processus de différenciation sociale, leur statut étant désormais lié à leur marque de voiture ou à la grandeur et à la prestance de leurs maisons.

26Un des principaux points faibles du programme de développement mis en place par le gouvernement au Dhofar est l’absence d’une planification adaptée au cadre économique et écologique des nomades. Certes, les efforts de développement ont des effets positifs pour les éleveurs nomades, mais ces mesures visent avant tout l’amélioration des infrastructures et des services. Il manque une vision globale et à long terme permettant l’intégration des éleveurs dans l’économie nationale, surtout si l’on considère que les pasteurs du Dhofar pourraient presque entièrement subvenir aux besoins en viande et en produits laitiers du pays.

27L’absence d’un système de commercialisation efficace qui assurerait l’achat massif du bétail aux nomades à des intervalles réguliers est un véritable obstacle. Le nombre d’animaux égorgés à l’abattoir de Salalah (voir le tableau ci-dessous) est relativement restreint par rapport à l’ensemble du cheptel du Dhofar.

28En fait, dans le commerce du bétail, les intérêts des hommes d’affaires influents de la ville s’opposent à ceux des vendeurs potentiels. Les prix plus élevés au Dhofar empêchent les Jabali de faire face à la concurrence internationale du mouton d’Australie ou du bÅ“uf congelé d’Europe occidentale et d’Amérique.

Animaux égorgés à l’abattoir de Salalah (1988-1990)

Animaux égorgés à l’abattoir de Salalah (1988-1990)

* en provenance du Dhofar
** en provenance d’Australie et des USA
*** seulement jusqu’au mois de juillet inclus

29A ce jour, les initiatives gouvernementales adoptées à la suite des protestations des Jabali (campagnes irrégulières d’achat de bovins) n’ont pas résolu de manière durable les problèmes économiques des éleveurs. Ces initiatives ne font que refléter l’absence d’une vision globale des autorités. Par ailleurs, l’expansion de la vente de jeunes taureaux au nord du pays pourrait renforcer une source de revenus déjà lucrative.

30L’absence d’un lobby influent à Salalah s’est révélé un handicap pour les Jabali. Les hommes d’affaires et les politiciens aisés du chef-lieu du Dhofar ne portent guère d’intérêt à l’essor économique et à la protection de l’environnement dans les montagnes. Cela tient surtout au fait que les projets de développement dans la chaîne du Dhofar vont à l’encontre des intérêts économiques de quelques personnalités politiques influentes qui possèdent plusieurs grandes exploitations laitières avec plus de 3000 vaches frisonnes à haut rendement, importées d’Allemagne. Celles-ci produisent suffisamment de lait pour subvenir aux besoins de tout le Dhofar, et même d’une partie du nord de Oman. Par contre, il n’existe aucun réseau organisé pour la commercialisation de la production laitière des éleveurs nomades du Dhofar ; cela va parfois jusqu’à la destruction de leur surplus laitier. Les exploitations fourragères de la plaine de Salalah, propriétés des grands exploitants laitiers, fournissent du foin aux nomades de la région sur une grande partie de l’année. La “Dhofar Cattle Feed Company” possède aussi une usine agro-alimentaire spécialisée dans les concentrés céréaliers.

  • 6 Tous les marchands pakistanais ont des sponsors omanais.

31La dégradation du couvert végétal a rendu les Jabali dépendants de sources supplémentaires de fourrage et les producteurs de ce dernier jouissent d’un quasi-monopole. Leurs seuls véritables concurrents sont les marchands pakisranais6 qui transportent quotidiennement du foin pat camions sur les 1000 km d’autoroute qui relient la plaine côtière de Batinah à Salalah.

Transformation des modèles migratoires : effets sur l’environnement

  • 7 Department of Animal Wealth, Salalah, 1990.

32Les changements technologiques et politico-économiques des vingt dernières années ont eu des conséquences importantes sur les modèles d’utilisation du territoire. Le développement des transports motorisés a accru la mobilité des nomades et diminué les migrations pour la recherche de nourriture, fourrage et eau, ces ressources étant désormais facilement accessibles. Le creusage de puits profonds et faciles d’accès sur les plateaux a aussi contribué à réduire la mobilité du bétail qui se reproduit plus rapidement.7

33Le développement considérable des réseaux routiers dans les régions de montagne, autrefois accessibles uniquement aux bêtes de somme, et la construction de nouveaux centres administratifs tout au long de ces routes (Fig. 3) sont deux facteurs qui ont renforcé le processus de sédentarisation des éleveurs de bovins, et même des chameliers. De nombreuses familles gardent leur bétail à proximité des nouvelles habitations et des puits durant la plus grande partie de l’année. Le surpâturage qui en résulte est aggravé par le fait que les meilleurs terrains de parcours sont aussi utilisés par des éleveurs non Jabali, en particulier par des bédouins chameliers. Comme l’urine de chameau rend l’herbe immangeable pour les bovins, les éleveurs perdent encore plus de pâturages, ce qui augmente la pression exercée sur les terrains restants. Les modèles migratoires traditionnels ne sont respectés que par une minorité des Jabali éleveurs de bovins alors que le mode de vie et l’économie des éleveurs de chèvres et de chameaux sont encore marqués par un degré de mobilité relativement élevé.

Fig.3. Dhofar du centre-sud : utilisation des terres et infrastructure (1990)

Fig.3. Dhofar du centre-sud : utilisation des terres et infrastructure (1990)

Source DATES/AHMED et recherches de l’auteur en 1990

34Quoi qu’il en soit, la dégradation des pâturages de montagne est moins importante que celle des pâturages des plaines côtières. Les vastes périmètres nécessaires au développement de Salalah, les constructions illégales au pied de la chaîne du Dhofar, l’expansion de cultures irriguées gérée par des hommes d’affaires soucieux d’augmenter la production de fourrage ainsi que la création de zones de loisir réservées aux citadins (aires de pique-nique et zones clôturées de reboisement) ont réduit de moitié la surface des pâturages utilisés par les nomades, en particulier avant et après la période de la mousson. Il faut aussi tenir compte de la baisse de qualité des pâturages sur la plaine côtière. Les sillons de pneus quadrillent la région, tassant le sol et freinant la pousse de la végétation. Les détritus, la déforestation presque totale des contreforts et le pompage excessif des nappes phréatiques pour le développement de Salalah et des cultures irriguées constituent autant d’autres facteurs de dégradation des pâturages côtiers.

35La région du Qatn, quant à elle, pose des problèmes particuliers. Contrairement aux anciens modèles d’utilisation du territoire, de grandes étendues de cette zone jadis contrôlée par les Jabali sont aujourd’hui fréquentées par des bédouins propriétaires d’importants troupeaux de chameaux. Ces derniers ont bâti des cabanes et des abris pour les chameaux ; ils utilisent arbres et arbustes comme combustible ou comme matériaux de construction. Cela représente une perte double, car la végétation permettait de retenir l’eau de pluie indispensable au renouvellement des réserves phréatiques du Dhofar et de la plaine côtière.

36Les exemples susmentionnés illustrent l’ampleur, pour les éleveurs, des problèmes liés à la dégradation de l’environnement, d’où la question de l’interprétation rétrospective de ce processus de changement dans le double contexte de l’élevage nomade et de l’économie nationale. En termes de politique de développement, les résultats des changements dans les montagnes du Dhofar et dans sa plaine côtière sont négatifs à bien des égards. Le principal objectif du programme - l’autosuffisance économique — n’a pas été atteint, du moins pour les nomades. Malgré des moyens financiers importants et le modèle que représente l’expérience d’autres pays ayant des populations nomades, les tentatives de développement économique et écologique de la région n’ont pas abouti. La politique de pacification menée par sultan Qabus comportant une aide matérielle aux Jabali a rendu la majorité de la population des montagnes très dépendante de l’Etat. Toutes les décisions importantes ont été prises par l’Etat, ce qui a souvent conduit les Jabali à adopter une attitude “d’assistés” ne favorisant pas la participation active à un processus de développement : ce fait devrait être davantage pris en compte dans la planification des projets.

37Le pronostic que nous avions formulé au début des années 1980 semble se confirmer : “En supposant que le gouvernement souhaite orienter ses efforts vers un développement économique homogène dans tout le Dhofar, il nous paraît indispensable que toute politique gouvernementale qui veuille aboutit au succès puisse tirer parti des ressources du pays, en mettant en œuvre des moyens modernes de production qui respectent l’équilibre écologique, et en s’assurant la participation active de la population locale... Si une telle politique n’est pas appliquée (il sera) sans doute impossible d’enrayer le processus de marginalisation d’une grande partie de la population nomade” (Janzen, 1980 : 286). Malgré les difficultés que cela implique, tout devrait être mis en œuvre pour élaborer et réaliser des programmes de développement mieux définis et écologiquement viables.

Plaidoyer pour un autre développement au Dhofar

38Une des meilleures façons de réduire, voire de résoudre, les problèmes écologiques de la chaîne du Dhofar et de la plaine côtière serait d’adopter un programme de développement intégré pour l’ensemble des zones rurales.

39Des mesures isolées n’auraient aucune chance d’aboutir. Seul serait viable un programme global visant l’introduction d’un système de gestion des pâturages bien défini, adapté aux nouvelles conditions et bénéficiant du soutien et de la participation active des éleveurs. Un tel programme pourrait être réalisé en trois étapes. Tout d’abord, les troupeaux trop nombreux devraient être réduits rapidement. Une campagne d’achat de bétail, organisée et financée par l’Etat, devrait permettre de réduire de moitié la pression sur les pâturages actuellement utilisés. Une façon de commercialiser le bétail acheté serait d’adopter des mesures gouvernementales obligeant les marchands et les importateurs de bétail à vendre une partie du cheptel domestique. Les chameaux, difficiles à vendre en Oman, pourraient être livrés bon marché, voire gratuitement, aux pays amis tels que l’Egypte, où le chameau est une viande consommée par la population défavorisée.

40La seconde étape porterait sur la formulation d’un programme à moyen terme pour l’habitat des nomades. Ce programme pourrait être inclus dans le prochain plan quinquennal et lié au nouveau “Regional Development and Land Use Plan for the Southern Region” (Atkins/WS International, 1989). Un système de gestion des pâturages écologiquement efficace, financièrement réalisable et politiquement viable devrait être introduit et le projet de “Loi pour les pâturages et forêts” ratifié le plus rapidement possible, fournissant ainsi une base juridique solide. Il serait également essentiel de mettre en place une commercialisation efficace qui assure un écoulement régulier du cheptel, en fonction de son taux d’accroissement. En vue d’une stratégie de commercialisation à long terme, on pourrait poursuivre le programme lancé par le gouvernement en 1990. Ce dernier prévoit l’achat d’environ 15’000 bêtes par an chez les éleveurs des montagnes du Dhofar, destinées aux marchés créés par certains services publics tels que l’armée, la milice ou la police.

41La priorité devrait être accordée à des mesures de reboisement, à un meilleur contrôle de l’expansion rapide et souvent illégale des villages dans la zone nomade et à la limitation des aires de loisir sur la côte. La création d’une “Société pour le développement de l’élevage et de l’habitat Jabali”, dirigée par les intéressés eux-mêmes sur le modèle d’une coopérative de services, permettrait de répondre aux besoins des éleveurs tout en réduisant leur dépendance vis-à-vis des marchands des villes. Une telle société aurait entre autres l’avantage de jouer un rôle important dans un nouveau système de gestion des pâturages, de fournir des matériaux de construction, des moyens de transport, des crédits, du fourrage, etc.

42Nous pensons que l’objectif principal d’un programme de développement pour la chaîne du Dhofar et la plaine côtière pourrait être la réactivation d’un système de gestion des pâturages fondé sur des modèles traditionnels d’utilisation des pâturages (Fig. 2 et 4). Le point central du projet serait la suppression du libre accès aux pâturages nationalisés. Des droits d’usage exclusifs sur des terrains délimités seraient octroyés à des groupes spécifiques qui deviendraient, selon les pratiques traditionnelles, ‘“responsables” du milieu écologique. Ces droits d’usage inclueraient non seulement les pâturages, les arbustes et les arbres, mais aussi d’autres ressources comme l’eau, les baies sauvages, le miel et la résine. Le groupe pourrait être constitué par une tribu, une section tribale, une famille étendue, voire un groupe de plusieurs familles d’éleveurs en relation d’alliance. Les bénéficiaires utiliseraient librement les pâturages à condition de respecter l’environnement. Dans la répartition des terrains de parcours, il faudrait veiller à ce que les besoins de chaque groupe soient pris en compte : chaque pâturage devrait inclure différents milieux écologiques afin de favoriser au maximum la mobilité spatiale à l’intérieur des aires respectives.

Fig. 4 Modèle des terrains de pâturage traditionnels dans une région tribale Jebali
Source. : JANZEN 1990

Fig. 4 Modèle des terrains de pâturage traditionnels dans une région tribale JebaliSource. : JANZEN 1990

43Lors de la distribution des pâturages, les droits d’usage devraient être accordés non seulement aux anciennes tribus propriétaires, mais aussi aux éleveurs défavorisés et traditionnellement dépendants, faute de quoi ces derniers perdraient les droits d’accès qu’ils avaient acquis avec la nationalisation des terres, ce qui conduirait à de nouveaux conflits. Les utilisateurs pourraient eux-mêmes construire les barrières nécessaires (murs de pierres, haies ou clôtures) entre les différents pâturages pour barrer la route au bétail d’autres groupes d’éleveurs. A l’intérieur de chaque zone ainsi définie, des éperons de plateau bordés de falaises pourraient servir de pâturage réservé pour les saisons sèches. Cette mesure a d’ailleurs été récemment mise en pratique par plusieurs groupes d’éleveurs.

44En échange des droits d’usage exclusifs sur sa zone, chaque groupe s’engagerait à en protéger les ressources naturelles. En cas de non-respect de l’environnement, la future “Loi des pâturages et forêts” donnerait à l’Etat le pouvoir de confisquer ces droits et même de pénaliser les contrevenants.

45Avant d’introduire un tel système de gestion des pâturages, il faudrait dresser des cartes détaillées pour documenter les modèles de propriété foncière actuels et traditionnels. Dans la limite du possible, les démarcations des nouvelles aires de pâturages devraient suivre les frontières tribales traditionnelles (Fig. 1 et 4). La plupart des nomades les connaissent bien ; malgré la nationalisation, lorsque des conflits éclatent entre groupes différents, les anciennes frontières sont tacitement respectées, même pat les fonctionnaires du gouvernement. Par ailleurs, les limites administratives des circonscriptions du Dhofar suivent en général les anciennes démarcations tribales. Il ne devrait donc pas être difficile de les conserver lors de la répartition des nouvelles aires de pâturages.

46Une des conditions du succès d’un nouveau système de gestion des pâturages est la participation active des groupes d’éleveurs aux processus d’élaboration et de réalisation du programme. En plus des institutions tribales traditionnelles – cheikhs et conseils des anciens – ces groupes devraient être appelés à collaborer avec l’administration nationale.

47Malgré les problèmes qu’elles impliquent, les différentes formes d’élevage nomade constituent encore le meilleur moyen d’adaptation aux conditions écologiques particulières des régions arides, la mobilité des troupeaux permettant de protéger les ressources limitées sur les terrains de parcours (Janzen, 1988, 1991a ; Scholz, 1986). Alors que la plupart des programmes d’utilisation des pâturages ont échoué, les agences de développement remettent en question les politiques engagées et commencent à s’intéresser aux systèmes traditionnels de gestion (Janzen, 1991b). Les propositions susmentionnées sont à considérer dans cette perspective.

48Un système de gestion des pâturages qui engagerait la responsabilité écologique des pasteurs repose sur l’espoir que leur attachement aux territoires tribaux les pousserait à adopter un mode d’utilisation des terrains de parcours qui protégerait les ressources naturelles. L’introduction d’un tel système dans la zone de mousson au sud du Dhofar permettrait de préserver un écosystème unique et aujourd’hui en danger.

49Nous formulons le même souhait pour d’autres régions de la ceinture aride où il serait temps de reconsidérer les pratiques destructrices d’utilisation des terres provoquées par la nationalisation des pâturages et de les remplacer par des modes de gestion praticables à long terme.

Bibliographie

ALTORKI, S. & COLE, D.P.
1989. Arabian Oasis City. The transformation of ‘Unayzah, Austin, Texas University Press. ASCHE, H.
1981.
Mobile Lebensformgruppen Südost-Arabiens im Wandel. Die Küstenprovinz Al Batinah im erdölfördernden Sultanat Oman, Berlin, Abhandlungen des Geographischen Instituts, Anthropogeographie 32.

ATKINS/WS INTERNATIONAL
1989. Regional Development Plan for the Southern Region, Sultanate of Oman, Planning Committee for Development and Environment in the Southern Region, Salalah, PCDESR. BIRKS, J. S.
1978. “The mountain pastoralists of the Sultanate of Oman”, Development and Change, 9, pp. 71-86.

CHADWICK, M. J.
1978. Report to Kellogg International Corporation on the ecological implications of pipeline construction through Jebel Qara, Oman, for Amal/Marmul development projects, Salalah. CHATTY, D., ZAROUG, M., OSMAN, A.
1991. Pastoralists of Oman. Traditional arid land management and recent developments, Rome, FAO.

COLE, D.P.
1975. Nomads of the Nomads. The al Murrah Bedouin of the Empty Quarter, Illinois, AHM Publishing Corporation.

CORDES, R.
1981. “Wandel im nomadischen Lebensraum Abu Dhabis. Ursachen und Wirkung”, Geographische Rundschau, 33 (2), pp. 42-51.

CORDES, R., SCHOLZ, F.
1980. Bedouins, Wealth and Change. A study of rural development in the United Arab Emirates and the Sultanate of Oman, Tokyo, The United Nations University Press.

DRAZ, O.
1969. The “Hema” system of range reserves in the Arabian Peninsula. Its possibilities in range improvement and conservation projects in the Near East, Rome, FAO.

FABIETTI, U.
1982. “Sedentarization as a means of detribalization. Some politics of the Sa’udi Arabian Government towards the nomads”, in T. Niblock (ed.), State, society and economy in Saudi Arabia, London, Croom Helm, pp. 186-197.

JANZEN, J.
1980. Die Nomaden Dhofars, Sultanat Oman. Traditionelle Lebensformen im Wandel, Bamberg, Bamberger Geographische Schriften 3.
1982. “Erste Ergebnisse und Tendenzen des jungen Wandels in der Lebensund Wirtschaftsweise der Nomaden Dhofars, Sultanate Oman”, in F. Scholz & J. Janzen (eds.),
Nomadismus : ein Entwicklungsproblem ?, Berlin, Abhandlungen des Geographischen Instituts, Anthropogeographie 33, pp. 185-191.
1983. “The modern development of the nomadic living space in Southeast Arabia”, Geoforum, 14 (3), pp. 289-309.
1986. Nomads in the Sultanate of Oman, Boulder, Westview Press.
1988. “Mobile Viehwirtschaft – Überlebensstrategie für die Sahelländer ? Somalia als Beispiel”, in K. Fiege & L. Ramalho (eds.),
Agrarkrisen. Fallstudien zur ländlichen Entwicklung in der Dritten Welt, Saarbrücken, ASA Studien 14, pp. 171-192.
1990. Land tenure and land use in the pastoral living areas of Dhofar, Sultanate of Oman, Rome, FAO.
1991a. “Mobile livestock keeping. A survival strategy for the countries of the Sahel? The case of Somalia”, Applied Geography and Development, vol. 37, pp. 53-65.
1991b. “The revival of traditional pastoral systems in the Near East. A survival strategy for pasture lands and mobile livestock keeping?”, Keynote address presented at the Workshop on
Pastoral communities in the Near East: Traditional systems in evolution, ‘Amman (Jordan), December, Rome, FAO, Annex 3, pp. 1-15.

LIVINGSTONE, I.
1991. “Livestock management and ovetgrazing among pastoralists”, AMIBO, 20 (2), pp. 80-85.

OATES, P.M. & AHMED, A.S.
1987. Jerbeeb: settlements and seasonal occupancy, Salalah, PCDESR, Technical Working Paper no. 3.
1988. Population data base for Southern Region: 1977 and revised 1985, Salalah, PCDESR, Technical Working Paper no. 8.

SCHOLZ, F.
1975. “Sesshafrwerdung von Beduinen in Kuwait”, Erdkunde, 29 (3), pp. 223-234.
1979. “Entstehung von Zentrum und Peripherie in einem ‘jungen’ erdölfördernden Entwicklungsland”, in Deutsche Gesellschaft für Friedens und Konfliktsforschung, Hefte 12, pp. 123-144.
1986. “Ressourcennutzung und Ressourcenerhaltung”, Interaktion Tier und Umwelt, Expertengespräch, 11-14 Dez. 1985, in DSE (ed.), Feldfading, Deutsche Stiftung für internationale Entwicklung, pp. 113-122.
1987. “Nomaden und Erdöl. Ueber Lage und Rolle der Beduinen in den Erdölförderländern der arabischen Halbinsel”, Geographische Rundschau, 39 (7-8), pp. 394-401.

SCHOLZ, F. (ed.)
1981. Beduinen im Zeichen des Erdöls, Wiesbaden, Bh. Tübinger Atlas des Vorderen Orients, Reihe B, n.45.
1985. Die kleinen Golfstaaten. Reichtum und Unterentwicklung – Ein Widerspruch ?, Stuttgart, Klett/Länderprofile.
1991. Nomaden/Mobile Tierhaltung. Zur gegenwärtigen Lage von Nomaden und zu den Problemen und Chancen mobiler Tierhaltung, Berlin, Das Arabische Buch.

SCHOLZ, F. & JANZEN, J. (eds.)
1982. NomadismusEin Entwicklungsproblem ?, Berlin, Abhandlungen des Geographischen Institut, Anthropogeographie 33.
1989. “Südarabien. Traditionelle Verhältnisse und moderner Wandel im nomadischen Lebensraum/South-east Arabia”, AX : Wanderweidewirtschaft. Beispiele, in Tübinger Atlas des Vorderen Orients, 12.5, Wiesbaden.

SULTANATE OF OMAN
1990.
Statistical Yearbook 1989, Muscat, Development Council, Technical Secretariat, (DCTS), 6.
s.d.
Omani Land Law, Muscat, Ministry of Land.

TADROS, K.
1991. “Changes in livestock systems and the utilization of steppe areas in the past four decades: the case of Jordan”, Paper presented at the international conference: Devenir des steppes d’Arabie et du Bilad ash-Shâm, Paris, Institut du Monde Arabe, April.

ZIMMERMANN, W.
1981. Tradition und Integration mobiler Lebensformgruppen. Eine empirische Studie über Beduinen und Fischer in Musandam, Sultanat Oman, PhD Dissertation, Faculty of Natural Sciences, Göttingen Universität.

Notes

1 Cet article est une version revue et augmentée de la communication présentée au colloque de Paris, au printemps 1991. Une traduction en allemand a été publiée in F. Scholz (ed.), 1991a, pp. 330-354.

2 Les remarques qui suivent s'appuient sur nos enquêtes au Dhofar (Janzen, 1980, 1982, 1983, 1986) et sur des recherches commissionnées par la FAO en 1990.

3 Ibidem.

4 Sultanat de Oman, Décrets Royaux no 5/80, 3/83 et 81/84.

5 Department of Animal Wealth, Salalah, 1990.

6 Tous les marchands pakistanais ont des sponsors omanais.

7 Department of Animal Wealth, Salalah, 1990.

Auteur

géographe – Zentrum für Entwicklungsländer-Forschung, Freie Univer-sität, Grunewaldstrasse 35, 1000 Berlin 42 (Allemagne)

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search