Version classiqueVersion mobile

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

Recherche appliquée et politiques de développement

Gestion des systèmes d’élevage en Syrie : complémentarités entre la steppe et les zones cultivées

Timothy Treacher

Texte intégral

1Environ 55 % (10,2 millions d’hectares) du territoire syrien sont gratifiés de précipitations inférieures à 200 mm une année sur deux. Cette zone était jadis couverte d’une végétation d’arbustes pérennes et de plantes annuelles. Bien qu’elle soit de plus en plus cultivée, nous la désignerons dans notre étude sous le terme de steppe. On estime que 75 % des moutons syriens (MAAR, 1984) pâturent dans cette zone une partie de l’année. En 1989, on comptait 14,01 millions de moutons (Bureau Central de Statistiques, 1990) dont 10,5 millions utilisaient la steppe.

2Nous décrirons tout d’abord les liens entre la steppe et les zones cultivées à l’ouest et au nord qui permettent à un aussi grand nombre de moutons de séjourner dans la steppe syrienne malgré son état de dégradation avancée. Nous aborderons ensuite quelques-unes des recherches en cours qui, nous l’espérons, contribueront à modifier les systèmes d’exploitation et à accroître les disponibilités alimentaires. Nous nous pencherons en conclusion sur les contraintes socio-économiques qui rendent difficile la lutte contre le processus d’accroissement des troupeaux et d’accélération de la dégradation de la steppe syrienne.

Liens entre les systèmes d’élevage dans la steppe et les zones cultivées

3La production animale dans les zones de steppe est étroitement liée aux systèmes agricoles, que ce soit par le mouvement saisonnier des troupeaux qui pâturent les résidus de cultures, les apports importants en aliments acheminés des zones cultivées vers les troupeaux chaque fois que les pâturages sont insuffisants et le développement de la culture de l’orge à l’intérieur de la steppe pour nourrir les troupeaux.

Les mouvements de troupeaux

4Traditionnellement, les troupeaux ovins se déplaçaient de manière saisonnière à l’intérieur de la steppe et hors de celle-ci vers les zones cultivées à l’ouest et au nord.

5Les mouvements à l’intérieur de la steppe dépendaient des herbages et de l’eau disponibles pour nourrir et abreuver les troupeaux. Dans les années 1960, le forage de puits par le gouvernement et l’achat de citernes par les éleveurs les plus aisés permirent aux bêtes de paître presque partout dans la steppe. La pression exercée sur son écosystème fragile s’accentua, non seulement du fait de l’accès plus facile et de l’acheminement de l’eau, mais aussi grâce au développement des transports en général.

6Si les troupeaux se déplacent encore en juin vers les zones cultivées pour y pâturer les chaumes et d’autres sous-produits, ce mouvement semble aujourd’hui plus irrégulier. Le principal facteur d’altération des mouvements et des itinéraires de transhumance est l’emploi désormais quasi général du transport par camions. Ces derniers permettent de transporter rapidement les troupeaux d’un bout à l’autre du territoire. En 1990 par exemple, à cause des faibles récoltes céréalières dans l’ouest de la Syrie, le mouvement habituel du mois de juin vers l’ouest n’a pas eu lieu, et les troupeaux ont été acheminés au nord-est où les récoltes étaient proches de la moyenne.

7Aujourd’hui, les troupeaux passent en général l’hiver au même endroit, depuis le mois de novembre, quand ils reviennent des zones cultivées, jusqu’en mars ou avril. Ce phénomène est principalement dû à la dégradation de la végétation naturelle qui laisse peu de biomasse disponible dans les pâturages d’hiver et oblige les éleveurs à recourir aux aliments concentrés et à la paille pendant une plus longue période. Cette baisse de productivité s’est accompagnée d’un accroissement rapide de la sédentarisation. La grande majorité des familles bédouines possèdent désormais une maison et les petits villages se sont multipliés. Les troupeaux ne s’éloignent plus des villages où ils sont nourris d’aliments concentrés et de paille ; ils partent paître chaque jour sur les terrains de parcours dont la végétation est rare, sinon inexistante.

8Un nombre important d’agneaux mâles sevrés qui s’ajoutent aux brebis vont dans des centres d’engraissement, privés ou coopératifs, à proximité des grandes villes. La création de ces coopératives découle des mesures adoptées dans les années 1960 pour lutter contre les surpâturages. Les agneaux sevrés ayant un fort potentiel de croissance et une convertibilité nutritive élevée sont soumis à un régime d’engraissement à base de concentrés ; restent dans la steppe les brebis et les moutons nécessaires au renouvellement des troupeaux. Cinquante coopératives d’engraissement ont été créées ; elles sont alimentées prioritairement par l’organisation gouvernementale de distribution de fourrage. Bahhady (communication personnelle) estime qu’environ la moitié des moutons destinés à la vente, soit plus de deux millions de bêtes, sont nourries dans ces centres avant leur abattage.

L’alimentation hivernale

9De novembre à mars, l’alimentation est constituée d’orge, d’aliments concentrés et de paille. Lorsque la végétation de la steppe est insuffisante lors des années sèches, ce mode d’alimentation peut se prolonger beaucoup plus longtemps.

10Etant donné le grand nombre de moutons présents dans la steppe en hiver, la quantité d’aliments transportés depuis les zones cultivées est très élevée. Les données détaillées les plus récentes sur l’emploi d’aliments concentrés pour les troupeaux de la steppe proviennent d’une étude menée entre 1979 et 1981 (Thomson, Bahhady et Martin, 1989). Bien qu’elles soient certainement dépassées, compte tenu de la rapidité des changements, ces données permettent de comparer l’utilisation d’aliments concentrés dans les villages.

11Cette étude concerne trois villages, mais nous ne tiendrons compte que des deux villages où des données ont été recueillies durant trois années consécutives. Situé à la frontière de la steppe dans la zone des 200-250 mm de pluviométrie, Mohaseneh fut créé au début des années 1940 ; en 1979 le village fait partie de la zone de culture de l’orge. Les familles y habitent la plus grande partie de l’année, et possèdent des troupeaux de 20 à 100 moutons, à l’exception d’une famille propriétaire d’un troupeau de 290 mourons. L’autre village, Bir Amaleh, se trouve dans une zone de précipitations inférieures à 200 mm et a été créé plus récemment. Les familles sont semi-nomades, mais cultivent en moyenne 47 hectares d’orge, dont 8 hectares dans des villages situés dans des zones plus humides à l’ouest. La taille des troupeaux étudiés varie entre 130 et 440 moutons.

12Les résultats de cette étude décrivent le système d’alimentation dans ces villages (Thomson et al., 1989 et Thomson, 1987). Les moyennes de précipitations des trois années (Termanini, communication personnelle) successivement basses, élevées et moyennes indiquent qu’à Mohaseneh 55 % de plus d’aliments concentrés et 200 % de plus de paille ont été consommés qu’à Bir Amaleh, les troupeaux ayant un meilleur accès aux terrains de parcours. Thomson (1987) estime que la pâture des chaumes fournit 1220 MJ d’énergie métabolisable sur des besoins alimentaires totaux de 4200 MJ pour les brebis. Des calculs ultérieurs indiquent que la pâture dans la steppe apporte 50 % des besoins annuels en énergie pour Bir Amaleh, mais seulement 13 % pour Mohaseneh.

Tableau 1 : Alimentation hivernale des troupeaux (moyenne par tête, 1979-1981)

Tableau 1 : Alimentation hivernale des troupeaux (moyenne par tête, 1979-1981)

* Matière sèche en kg.
** Energie métabolisable calculée selon les valeurs de Thomson et al. (1989).

13En 1989, année sèche pour Mohaseneh avec peu de pâture possible, la période d’engraissement a été de 205 jours, soit la moitié plus qu’en 1990 et 1991. 140 kg d’aliments concentrés et 210 kg de paille ont été utilisés en 1989, soit respectivement 20 et 100 % de plus que les deux autres années.

14Pendant les trois années de l’étude, les éleveurs ont produit, sur les terres cultivées autour du village et dans les villages plus humides à l’ouest, un surplus d’orge par rapport à leurs besoins. Ils ont acheté davantage de paille d’orge qu’ils n’en avaient moissonné, notamment parce que cela revenait moins cher d’acheter de la paille que de moissonner des récoltes d’orge peu importantes qu’ils préféraient mettre en pâturage.

15Ainsi, les 8 millions de brebis de la steppe ont consommé en 1988 un total de 800’000 tonnes d’aliments concentrés et 750’000 tonnes de paille dont la plus grande partie a dû être transportée sur place.

L’extension de la zone de culture d’orge

16Parallèlement à l’accroissement des troupeaux de moutons, le développement considérable de la culture de l’orge est un autre indicateur de la dépendance de la production animale par rapport aux régions cultivées. Depuis 1950, quand la zone d’orge couvrait 0,3 millions d’hectares, la surface ensemencée en orge a augmenté régulièrement, avec des fluctuations importantes entre 1965 et 1975, pour atteindre 1,55 million d’hectares en 1986/87. En 1988, elle a encore augmenté de 18 % et, à la suite d’une récolte exceptionnelle cette même année, elle est passée à 2,88 millions d’hectares en 1989.

17La culture de l’orge a augmenté partout, sauf dans les zones de précipitations supérieures à 300 mm. Cooper et Bailey (1990) suggèrent que, dans la zone de précipitations de 250 à 350 mm, l’expansion résulte avant tout du remplacement du blé par l’orge et que, dans celle de précipitations inférieures à 250 mm, elle est due en grande partie à la réduction de la fréquence des jachères dans la rotation, avec une forte tendance à la culture continue de l’orge dans la zone de précipitations entre 250 et 200 mm.

18Entre 1950 et 1989, l’expansion de l’orge dans la steppe a été de 25 %, avec des précipitations inférieures à 200 mm. Les chiffres officiels révèlent que seuls 4 à 5 % de cette zone sont maintenant cultivés. Les chiffres réels sont sans doute beaucoup plus élevés, vu le développement illégal de la production d’orge au détriment de la steppe.

19Bien qu’entre 1979 et 1989 la surface semée en orge ait représenté en moyenne 15 % de l’ensemble de la zone d’orge (de 9 à 19 % selon les années), Cooper et Bailey (1990) estiment que la contribution de cette zone à la production totale d’orge est très faible : en moyenne 6 % pour cette période. Selon les années, elle varie entre 1 % pour trois années (1979, 1982, 1987) et 13 % pour l’année exceptionnellement faste de 1988. Ces auteurs signalent que les rendements seraient suffisants pour justifier une récolte une année sur trois ; ainsi des progrès minimes en matière de gestion de la culture de l’orge dans les zones plus humides pourraient compenser au plan national l’élimination de celle-ci dans la zone de précipitations inférieures à 200 mm.

Recherche et stratégies de développement : amélioration des systèmes d’élevage

20Le système d’élevage ovin dans la steppe a bien fonctionné pendant au moins quinze ans, les troupeaux s’accroissant régulièrement depuis le milieu des années 1970. Cette expansion est le résultat de décisions rationnelles prises par les éleveurs pendant une longue période où les rapports entre les prix de la viande et les coûts d’achat ou de production de l’alimentation, en particulier de l’orge, étaient très favorables. Nous ne disposons pas de chiffres pour les effectifs ovins en 1990 et 1991, mais deux années de sécheresse consécutives ont sans doute entraîné une baisse des effectifs du fait de la hausse du coût des aliments et de la baisse du prix de la viande due à l’augmentation du nombre de moutons abattus.

21La production animale dans la steppe étant toujours plus dépendante des apports en aliments des zones cultivées, les exploitants de ces régions et les éleveurs ont considérablement développé la culture de l’orge, ce qui n’a pas empêché la Syrie de passer de la position d’exportateur d’orge à celle d’importateur. Ce constat – de même que la dégradation flagrante de la steppe – montre que le système de production ovin syrien n’est probablement pas viable même s’il continue d’être séduisant sur le plan économique.

22La recherche et le développement ont certainement un rôle à jouer dans l’évaluation des innovations techniques et des stratégies d’amélioration du système de production ovin. Il faut mettre au point des innovations techniques et structurelles qui puissent assurer un équilibre durable entre le nombre de moutons et les ressources alimentaires. Il y a deux conditions préalables à de tels changements : une diminution radicale du nombre d’animaux et une augmentation des apports en aliments produits à l’extérieur de la steppe. On pourrait recourir à l’importation ; mais, si l’objectif visé est la mise en place d’un système réellement durable au plan national, il est essentiel que les ressources alimentaires soient produites dans le pays, à l’exception des mauvaises années. A court terme, un meilleur approvisionnement dépendra des progrès effectués dans la culture céréalière (voir à ce sujet la contribution de Michael Jones).

Les recherches concernant les zones agricoles

23Les programmes de recherche de l’ICARDA (Centre international de recherche agricole pour les régions sèches) ont pour objectif d’accroître la production globale d’aliments pour les troupeaux à partir des rotations pratiquées dans les zones de culture céréalière, en substituant la culture de légumineuses ou de plantes fourragères aux jachères ou en l’intégrant à la culture de l’orge en continu.

24Trois variétés ont fait l’objet de recherches : les vesces (Vicia sativa, V. narbonensis et V. villosa sous-espèce dasycarpa), les gesses (Lathyrus sativa et L. ochrus) et les pois fourragers (Visum sativa). Les pois ont été écartés du fait de leur faible “palatabilité”. Des travaux de sélection sur les vesces sont en cours. La gesse et la vesce communes ont fait déjà l’objet d’expériences dans deux exploitations au nord-ouest de la Syrie ; l’une est terminée et l’autre est en cours.

25A partir des données du premier essai, Cooks et Thomson (1988) ont calculé que le remplacement de la jachère par des fourrages sans engrais récoltés à maturité pour le grain et le foin augmentait les revenus nets par hectare de 50 % pour les vesces et de 175 % pour les gesses. Avec 20 kg d’engrais phosphatés par hectare, les revenus nets augmentaient de 175 % pour les vesces et de 280 % pour les gesses. Comparé au rendement après jachère, le rendement de l’orge était légèrement plus élevé après la culture de gesses et identique après la culture de vesces.

26Contrairement au précédent, l’essai en cours comprend une rotation d’orge en continu que l’on doit désormais considérer comme la norme chez les exploitants même si le niveau de production ne peut être longtemps maintenu sans apport de fertilisants. Le tableau 2 (Bahhady, communication personnelle) présente des données sur le rendement des cultures et sur la production alimentaire en terme d’énergie métabolisable et de protéines brutes de l’orge en continu (O-O), des rotations orge/jachère (O-J), orge/vesces (O-V) et orge/gesses (O-G). Les rotations comprenant des légumineuses réduisent légèrement la production d’énergie métabolisable de l’orge par rapport à celle de l’orge après jachère. Les productions totales d’énergie métabolisable des rotations de légumineuses qui peuvent se passer de fertilisants sont supérieures d’environ 10 % à celles des cultures d’orge en continu, la production de protéines alimentaires des rotations de légumineuses étant de 40 % plus élevée. Des études menées sur deux sites expérimentaux où les légumineuses sont mises en pâture tôt dans la saison révèlent que leur valeur nutritive est plus élevée pour les brebis laitières ou pour l’engraissement des agneaux que comme fourrage moissonné à maturité.

27Bien que les rotations comprenant des légumineuses annuelles soient plus viables et ne réduisent pas la production d’aliments, le prix des semences de légumineuses et le coût de leur récolte ont l’inconvénient d’être plus élevés que ceux de l’orge. Par ailleurs, la disponibilité des semences pose également un problème.

Tableau 2 : Matière sèche et énergie métabolisable : rendements moyens par hectare (El Bab, 1989-1991)

Tableau 2 : Matière sèche et énergie métabolisable : rendements moyens par hectare (El Bab, 1989-1991)

* Calculé d’après les données de Thomson et al. (1989).
** Calculé d’après les données des Tableaux arabes et du Moyen-Orient de la composition alimentaire (1979) ACSAD – AS – P1 – 1979.

28Les rotations comprenant des légumineuses fourragères telles que le médicago (Medicago spp) dont les graines germent l’année suivant la récolte de céréales ont fait l’objet de recherches approfondies à l’ICARDA. En Asie occidentale, les principaux obstacles à la réussite de ce système ont été surmontés par la sélection d’espèces de médicago résistantes au froid et l’identification d’un rhizobium adapté. Des méthodes et des équipements de labour adéquats ont été mis au point. La gestion des pâturages pose toujours des problèmes, surtout au démarrage et à la fin de la saison ; il faut en effet en limiter l’utilisation afin de garder des réserves en graines suffisantes au renouvellement du pâturage.

29La rotation céréales/médicago constitue une ressource alimentaire limitée. Sauf lors d’années exceptionnelles où il est possible de conserver la production sous forme de foin, la phase de médicago n’apporte que du pâturage. Etant donné la nécessité de protéger les réserves en graines, la location de la terre aux éleveurs, habitués à utiliser totalement les champs de céréales, pose de sérieux problèmes. Ce système présente un potentiel important pour les exploitants des zones agricoles qui possèdent des troupeaux de moutons, car il permet de réduire les apports alimentaires au moment de l’allaitement et d’assurer une bonne qualité de production jusqu’au milieu de l’été. Il pourrait être rentable pour les éleveurs de la steppe qui possèdent ou louent des terres à long terme dans les zones agricoles. Si la rotation céréales/médicago était largement adoptée, elle réduirait les besoins en orge, paille et autres aliments dans les zones agricoles ; l’offre augmenterait sur le marché, ce qui devrait diminuer le coût de la paille mais aurait peu d’effet, du moins à court terme, sur les aliments dont les prix sont contrôlés par l’Etat. Il s’agit donc d’un scénario hautement spéculatif dont il est très difficile de mesurer l’impact.

Les recherches sur les terres marginales des zones agricoles

30Dans les zones agricoles syriennes, 30 % des terres ne sont pas cultivées, soit parce que le sol est trop pauvre, soit parce que les pentes sont trop escarpées. Ces terres marginales sont pâturées surtout au printemps. En raison de leur gestion collective elles sont soumises à un surpâturage entraînant une dégradation de la végétation et de la fertilité des sols.

31Osman et al. (1990) ont démontré que des progrès réguliers avaient été obtenus en matière de fertilité du sol, de couverture végétale et de production animale, après six années d’application de petites quantités d’engrais phosphatés (25 ou 60 kg P2 05/ha), lorsque le pâturage était limité à un nombre d’animaux fixes de 1,3 ou 0,65 brebis/ha. Le potentiel des terres marginales est donc bien plus élevé que son état de dégradation actuel ne le laisse supposer. Il ne sera certainement pas facile de traduire ces résultats en systèmes viables de gestion et d’utilisation des pâturages dans le contexte du libre accès. Nordblom er Thomson (1987) pensent que, si de tels progrès étaient effectués dans les terres marginales des zones agricoles, la rentabilité des troupeaux serait considérablement augmentée.

32De même que l’introduction du médicago dans les rotations des zones agricoles, celle de l’engrais dans les terres marginales ayant des précipitations de 200 à 250 mm ne peut améliorer les réserves alimentaires des troupeaux de la steppe que de manière très indirecte.

Le développement de la steppe

33Le développement de la steppe pose un problème évident. Le fait que la dégradation des sols ait continué et qu’elle se soit probablement accentuée à la suite d’une série de mesures techniques et structurelles prises par le gouvernement syrien souligne la gravité du problème (voir l’étude de Ronald Jaubert).

34La végétation naturelle de la steppe était constituée d’espèces pérennes (Salsola vermiculata, Artemisia et Atriplex spp), de graminées annuelles, de carex et de légumineuses. La dégradation de cette végétation est maintenant telle que les buissons ne peuvent plus être régénérés par la réduction du pâturage et qu’il est nécessaire de replanter ou de semer des buissons. Dans la région méditerranéenne, de nombreuses recherches ont été menées en vue de la plantation, dans les zones menacées, de buissons d’espèces indigènes ou exotiques d’atriplex. Les variétés d’atriplex ont été choisies pour leur bonne adaptation à des précipitations faibles et irrégulières, leur tolérance des sols salins et leur “palatabilité”. En Syrie, plusieurs variétés d’atriplex ainsi que d’autres espèces ont été testées (Sankary, 1978), avec des plantations dans plusieurs stations gouvernementales. Toutefois, malgré toutes les années de recherche et d’expérimentation, on manque toujours d’informations sur les modes d’utilisation et les effectifs de bétail pouvant être maintenus sans mettre en danger la survie des buissons. L’ICARDA a récemment lancé une étude sur ce problème, en coopération avec le Ministère syrien de l’Agriculture et de la Réforme Agraire et l’ACSAD.

35La plantation de buissons semble être le seul moyen de renverser le processus de dégradation de la steppe. Leur potentiel est élevé, même dans les zones les plus arides. Sankary (1978) a démontré qu’une plantation d’atriplex de trois ans, dans une zone de précipitations de 200 mm, permettait de nourrir un mouton par hectare pendant environ un an. Si l’on pouvait en faire autant sur les trois quarts de la steppe syrienne, environ 7,5 millions d’hectares de terrains de parcours pourraient nourrir la plupart des huit millions de brebis qui peuplent actuellement la steppe. Comme dans toutes les aires soumises à une exploitation collective, le problème consiste à mettre au point des projets réalisables pour l’établissement et le maintien de plantations durables dans les zones de libre accès aux pâturages. Le potentiel est tel qu’il faudrait en examiner toutes les possibilités à l’intérieur des structures socio-économiques existantes. Le développement de la culture de l’orge, qui élimine l’exploitation collective, pourrait constituer une solution pour autant que les buissons plantés soient considérés comme appartenant à un individu ou à un groupe. M. C. Jones (1991) a étudié brièvement une des possibilités, à savoir la plantation de rangées d’atriplex alternant avec des bandes de culture d’orge ; cela pourrait permettre d’intégrer le pâturage saisonnier de buissons fourragers à la production d’orge.

Conclusion

36L’accroissement rapide de la population ovine dans la steppe syrienne, résultat du recours aux aliments produits dans les zones agricoles, découle d’un ensemble particulier de facteurs socio-économiques. Ceux-ci ne sont pas spécifiques à la Syrie puisque les mêmes tendances, résultant de facteurs similaires, ont été observées dans d’autres pays d’Asie occidentale et d’Afrique du Nord. J. P. Boutonnet (1989) a fait pour l’Algérie une analyse très détaillée de ces tendances et de leurs causes. Les solutions techniques ne peuvent réduire l’accroissement de la population ovine et la dégradation de l’environnement si on n’agit pas sur ces facteurs sous-jacents. Tant qu’il sera avantageux d’acheter de grandes quantités d’aliments, et tant qu’on n’aura pas trouvé de solution plus rentable, ce système de production animale continuera. En 1989 et 1990, la sécheresse a réduit le rapport entre le prix de la viande et le coût des aliments, et il est certain que le nombre de moutons a baissé proportionnellement à la rentabilité.

37La plupart des facteurs socio-économiques ont peu de chance de changer rapidement. La forte demande en viande de mouton qui fait monter les prix et stimule ainsi l’augmentation des troupeaux ne changera pas puisqu’elle est le résultat direct de l’accroissement démographique. La population rurale augmente elle aussi, bien que son pourcentage par rapport à la population totale ait baissé. La recherche d’activités économiques de subsistance reste donc une priorité, la principale activité, surtout dans les zones les plus arides, étant l’élevage ovin.

38A bien des égards, le gouvernement exerce une influence sur l’environnement économique de l’élevage de moutons, et des changements d’orientation politique pourraient influencer les modes de développement et de production. Le gouvernement pourrait par exemple supprimer le contrôle des prix des aliments pour animaux, ce qui aurait des implications profondes pour l’économie tout entière ; il faudrait en effet réduire aussi les subventions pour l’achat du pain qui, encore aujourd’hui, remplace parfois les céréales pour nourrir les moutons. Notons enfin que le prix des carburants a une influence capitale sur l’agriculture, car les prix bas du diesel encouragent la culture en réduisant les coûts du transport de l’eau, des aliments et des bêtes.

Bibliographie

BOUTONNET, J.-P.
1989 La speculation ovine en Algerie, Montpellier, Institut National pour la Recherche Agronomique, Série Notes et Documents n° 90.

CENTRAL STATISTICAL BUREAU OF SYRIA
1990 Statistical Yearbook, vol. 43.

COCKS, P. S.
1988 “Increasing feed resources for small ruminants in the Mediterranean Basin”, in E.F. Thomson and F.S. Thomson (eds.), Increasing small ruminant productivity in semi-arid areas, pp. 51-66.

COOPER, P. & BAILEY, E.
1990 An assessment of risk associated with increasing sheep and feed supplies in Syria. Current and alternative strategies, Aleppo, ICARDA, Farm Resource Management Program, Annual Report for 1989, pp. 289-316.

JONES, M.C.
1991 “Sustainable farming systems in the barley/livestock areas: research srrategies and results”, communication au Colloque Devenir des Steppes d’Arabic et du Bilad Ach-Châm, Institut du Monde Arabe, Paris 10-13 avril.

MAAR
1984 Livestock and their products, Ministry of Agriculture and Agrarian Reform (MAAR), Publication n° 96.

OSMAN, A.E., COCKS, P.S., RUSSI, L. and PAGNOTTA, M.A.
1991 “Responses of Mediterranean grassland to phosphate and stocking rates: biomass production and botanical composition”, Journal of Agricultural Science, 116, pp. 37-46.

SANKARY, M. N.
1978 Revegetation trails in three disclimax plant communities of the Syrian arid zone with local and introduced xerophytic species, Damascus, ACSAD.

THOMSON, E.F.
1987 Feeding systems and sheep husbandry in the barley belt of Syria, Aleppo, ICARDA, 106/En.

THOMSON, E.F., BAHHADY, FA. & MARTIN, A.
1989 Sheep husbandry at the cultivated margin of the North-West Syrian steppe, Aleppo, ICARDA, 148/En.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Alimentation hivernale des troupeaux (moyenne par tête, 1979-1981)
Légende * Matière sèche en kg.** Energie métabolisable calculée selon les valeurs de Thomson et al. (1989).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 2 : Matière sèche et énergie métabolisable : rendements moyens par hectare (El Bab, 1989-1991)
Légende * Calculé d’après les données de Thomson et al. (1989).** Calculé d’après les données des Tableaux arabes et du Moyen-Orient de la composition alimentaire (1979) ACSAD – AS – P1 – 1979.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3074/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

zootechnicien - International Center for Agricultural Research in Dry Areas, P.O. Box 5466, Alep (Syrie)

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search