Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

Du local au national : les acteurs et leurs stratégies

Commerce et production dans le nord de l’Arabie centrale : changement et développement a ‘Unayzah

Donald P. Cole et Soraya Altorki

Texte intégral

1En utilisant comme exemple la ville et le district de ‘Unayzah, cette étude aborde les thèmes du changement et du développement dans une région de la Péninsule Arabique où ont longtemps cohabité des populations nomades et sédentaires. Située dans la région du Qasîm dans le centre-nord du Najd, la ville de ‘Unayzah compte actuellement une population d’environ 70’000 habitants ; elle est le chef-lieu administratif et commercial du district du même nom qui comprend quelque 3500 km2 de steppe et de terres cultivées. Outre le chef-lieu, le district compte deux petites villes, 22 villages et cinq “centres de population bédouine”. Sans compter ‘Unayzah, on estime à environ 30’000 habitants la population du district (Altorki & Cole, 1989 : 8 ; Al Wasil, 1986 : 162-163). Bien qu’autonomes jusqu’en 1904, la ville et le district forment aujourd’hui un émirat, intégré aux structures administratives locales et régionales du royaume d’Arabie Saoudite.

2Nous avons décrit ailleurs les changements survenus dans cette ville, en étudiant les caractéristiques de sa communauté sur trois périodes de son existence (Altorki & Cole, 1989 : 32-82, 98-113, 119-122, 140-184 et 232-248). La première, antérieure à la formation de l’Etat saoudien et au développement de l’industrie pétrolière, culmina entre la fin du xixe et le début du xxe siècle. La seconde phase correspond à une période de transformations accélérées à la suite de la création du nouveau royaume ; elle prit une importance considérable dans les années 1950 et 1960, à un moment où les effets du développement de l’industrie pétrolière à l’est du pays s’étendaient à de nouvelles régions. La troisième phase, entre la moitié des années 1970 et celle des années 1980, est associée à la flambée des prix du pétrole qui provoqua des investissements massifs dans de nouveaux projets et modifia le processus de changement en cours depuis les années 1960.

3Nous présenterons les principaux aspects des processus de changement évoqués ci-dessus, en analysant en particulier les transformations intervenues dans la production (agriculture, élevage et artisanat) et le commerce à ‘Unayzah. Par cette étude de cas, nous démontrerons, d’une part, la complémentarité des systèmes de production agricole, pastorale et artisanale qui prévalait dans le passé, ainsi que la centralité du marché comme institution reliant les différents éléments de l’économie locale ; nous expliquerons, d’autre part, comment le processus de développement lié à la création de l’Etat et à l’expansion de l’industrie pétrolière a transformé l’économie et la société locales. Si les programmes de développement les plus récents ont remporté des succès spectaculaires, l’économie locale, jadis intégrée et autocentrée, a toutefois été remplacée par un système fortement dépendant de l’extérieur pour ses sources de financement, de main-d'œuvre et d’autres facteurs de production.

‘Unayzah avant la création de l’Arabie Saoudite

4Dans l’ancienne ‘Unayzah, le système de production regroupait trois secteurs distincts mais interdépendants. L’agriculture était pratiquée dans la région depuis le viie siècle, au moment de l’apparition des premiers centres sédentaires qui donnèrent ensuite naissance à la ville de ‘Unayzah. Les activités agricoles étaient surtout développées à l’intérieur de l’enceinte de la ville, mais aussi dans les villages avoisinants. Les artisans vivaient pour la plupart dans la ville même, où ils accomplissaient la majeure partie de leur travail même s’il leur arrivait de se déplacer pour certaines de leurs tâches. Le troisième secteur de production était lié aux pasteurs nomades qui pratiquaient l’élevage dans les pâturages du district et dont les campements estivaux étaient situés près des puits, en marge des communautés sédentaires du district.

5L’agriculture à ‘Unayzah produisait des dattes, du blé, du millet, de l’orge, de la luzerne, des grenades, des figues, des courgettes, des courges, des poivrons, des aubergines, de lokra, des pois, du cresson, des oignons, des poireaux, du cumin, du fenugrec, des melons et des pastèques. Hommes et femmes travaillaient dans l’agriculture, activité organisée autour des unités domestiques mais qui parfois comprenait des échanges de services avec des groupes d’exploitants extérieurs. Le travail salarié existait aussi pour celles et ceux qui étaient employés comme saisonniers dans des exploitations plus importantes. Beaucoup d’exploitants étaient des fellahs, propriétaires de leurs terres. D’autres travaillaient comme métayers sur des terres appartenant le plus souvent à des commerçants. Les travaux d’irrigation étaient effectués par les exploitants eux-mêmes ou par les métayers. On avait souvent recours à du personnel supplémentaire pour cette besogne, surtout dans les grandes exploitations dont le propriétaire pouvait se le permettre.

6Les artisans étaient spécialisés dans le travail du cuir, le métier de forgeron, la charpenterie, la maçonnerie, la construction, le forage de puits, la couture, la fabrication et l’entretien d’armes, la vannerie. Certaines de ces activités étaient organisées au sein des unités domestiques, exigeant la participation de tous. Des membres de la famille travaillaient comme particuliers, vendant leurs produits sur le marché ou offrant leurs services sur certains sites. Bien que le métier d’artisan fût le plus souvent transmis de père en fils, quelques-uns, attirés par une rémunération plus intéressante, choisissaient de se spécialiser dans d’autres activités, comme par exemple le forage de puits. A ‘Unayzah, l’on associait les apprentis à la production, sous la direction d’un ustadh ou “maître-artisan”.

7Bien que géographiquement à l’écart des communautés urbaines et villageoises de ‘Unayzah, les éleveurs bédouins formaient le troisième secteur de la production locale. Ils élevaient des chameaux, des moutons, des chèvres et des chevaux, et en tiraient divers produits, tels le samneh (beurre de conserve), le fromage sec et la laine. L’accès aux pâturages et aux puits était géré selon les principes de l’organisation tribale. En effet, les bédouins et de nombreux hadar (sédentaires) partageaient un statut fondé sur l’origine tribale. L’élevage lui-même était pratiqué en grande partie par les unités domestiques ; hommes et des femmes y participaient, en plus des esclaves et des clients.

8Contrairement à ce que suggèrent de nombreuses études, particulièrement celles sur les bédouins, ces trois secteurs de production ne constituaient pas des systèmes clos, bien qu’étant largement interdépendants. Pour leur consommation alimentaire, les artisans, même lorsqu’ils produisaient une partie de leur nourriture, dépendaient essentiellement des agriculteurs et des bédouins, de même que d’autres artisans spécialisés dans des activités différentes de la leur. Les paysans, à leur tour, avaient besoin des services et de la production des artisans. Il leur fallait aussi des animaux et certains produits de l’économie pastorale bédouine. Hormis le tissage des tentes, les bédouins dépendaient des artisans pour tout l’équipement concernant l’élevage, la vie quotidienne, les raids et la guerre. Ils comptaient aussi sur les agriculteurs pour les dattes et les céréales qui, en dehors du lait produit par leurs animaux, constituaient la base de leur alimentation.

9Dans son article sur les bédouins du Najd (xixe et début du xxe siècle), L. Sweet soutient que “leurs relations avec d’autres sociétés dans le désert, avec la possible exception des cultivateurs des oasis qui sont leurs locataires et leurs esclaves, sont organisées en termes de mécanismes d’intersuprématie et non d’appareil d’Etat” (1965 : 1134). S’il est vrai qu’avant la création de l’Etat saoudien les formes d’autorité centralisée étaient rarement efficaces dans le Najd, les habitants sédentaires du district de ‘Unayzah n’étaient pas non plus les métayers ni les esclaves des tribus bédouines. Même si l’Emir de ‘Unayzah entretenait parfois des relations “d’intersuprématie” avec les bédouins, la plupart des transactions se déroulaient dans un contexte de relations marchandes.

10Au viie siècle, lors de l’apparition des premiers centres sédentaires à ‘Unayzah, un marché ouvert avait été créé (Al Wasil, 1986 : 205-208). Ce marché prit de l’importance et devint l’un des traits dominants de la ville. Lors de sa visite en 1878, C. M. Doughty a décrit ‘Unayzah comme une institution majeure, avec ses étalages bien garnis et ses rues grouillantes de citadins, de villageois et de bédouins, les jours de grand marché (Doughty, 1979, tome 2 : 375).

11En dehors de ce qui servait à l’autoconsommation, les artisans, les paysans et les bédouins échangeaient biens et services lors de transactions qui prenaient place sur le marché, quelquefois dans les camps bédouins, voire dans les boutiques des artisans. Certains producteurs vendaient directement leurs produits et marchandises aux acheteurs ; mais la plupart du temps, l’échange de biens et de services supposait la médiation de marchands qui jouaient un rôle clé dans la coordination de systèmes de production distincts et spécifiques.

12La monnaie existait et était d’usage courant, même si les transactions s’effectuaient souvent en nature. Par exemple, les bédouins apportaient leur samneh à un marchand, leur partenaire habituel, en contrepartie des produits dont ils avaient besoin. L’argent avait alors fonction d’étalon de mesure pour toutes les transactions. Le marchandage sur les prix avait lieu à toutes les étapes de la chaîne des échanges, ce qui semble bien indiquer que les prix étaient conditionnés par l’offre et la demande. Les marchands tiraient leur bénéfice des diverses transactions.

13Organisateurs des échanges, les marchands jouaient également un rôle dans la production. Certains investissaient leurs bénéfices dans l’achat de chameaux dont ils confiaient la garde aux bédouins, sur la base d’arrangements passés avec ces derniers. Les marchands prêtaient fréquemment à crédit, en appliquant des taux d’intérêt. En l’absence d’institutions financières spécialisées telles que les banques, les marchands fournissaient le capital nécessaire au fonctionnement des divers secteurs de la production locale.

14L’importance du marché dans le système économique de la région se manifestait également à travers la présence d’autres catégories professionnelles que les marchands, identifiées en fonction de l’importance de leurs opérations. On trouvait par exemple des courtiers, des commissionnaires et des transporteurs qui, moyennant rétribution, opéraient dans le cadre du marché local. En outre, certains marchands et transporteurs utilisaient le marché comme plaque tournante pour organiser des échanges à longue distance avec d’autres marchés, à l’intérieur et à l’extérieur de la Péninsule Arabique.

15Le commerce à longue distance était alimenté par le surplus de la production agricole et plus particulièrement par l’élevage. Les commerçants de ‘Unayzah exportaient des dattes vers les villes du Hijaz et vers Riyad où partaient aussi du blé et des légumes. Plus important et plus profitable encore était le négoce des chameaux et des chevaux que les commerçants achetaient aux bédouins pour les revendre en Iraq, au Proche-Orient, en Egypte et en Inde. Les bénéfices que rapportaient ces ventes étaient réinvestis dans l’importation de café, de cardamone, de thé, de sucre, d’épices, d’étoffes et de riz. Ces denrées “de luxe” étaient revendues par les commerçants de la région sur le marché de ‘Unayzah, puis redistribuées sur d’autres marchés régionaux.

16Outre son rôle économique, le marché traditionnel était un centre important de communication. Les hommes s’y rendaient pour entendre des nouvelles, échanger des idées et discuter d’événements relatifs à la communauté et à la région. Le marché était aussi le lieu où s’exerçait l’autorité politique et l’Emir de ‘Unayzah y tenait quotidiennement son majlis (Conseil et Cours de justice). On y trouvait aussi la grande mosquée qui avait été édifiée à l’intérieur de l’enceinte du marché principal.

Le déclin de l’ancien régime et les débuts du développement

17L’ancien régime disparut progressivement avec la création du nouvel Etat, l’établissement de frontières internationales, l’introduction de technologies nouvelles et le développement d’une économie liée à l’industrie pétrolière. Le nouveau pouvoir saoudien supprima les nombreuses entités politiques autonomes qui existaient auparavant et dont ‘Unayzah était un exemple, en mettant sur pied une bureaucratie centralisée qui étendait son autorité sur les différentes provinces du pays. La création de tracés frontaliers après la chute de l’Empire ottoman porta sévèrement atteinte au commerce à longue distance, interrompu au début des années 1940. L’introduction de véhicules à moteur à partir des années 1920 réduisit le besoin local de transport par chameaux, mais aussi les exportations de chameaux et de chevaux élevés par les bédouins. L’importation de biens manufacturés entra en concurrence avec la production artisanale locale. Les revenus de la vente du pétrole, découvert dans les années 1930 et exploité surtout après la Deuxième Guerre mondiale, renforcèrent le pouvoir de l’Etat, favorisèrent l’expansion de ses activités et impliquèrent une restructuration des relations économiques dans tout le royaume. Ainsi, parallèlement au déclin de l’ancien régime, ‘Unayzah entra dans une nouvelle phase de changement, liée au développement de l’Etat et de l’économie pétrolière, entre la fin des années 1950 et le début des années 1970.

18Aujourd’hui, les gens de ‘Unayzah considèrent que l’introduction, en 1925, de trois pompes mécaniques servant aux travaux d’irrigation constitua la première innovation technologique importante pour l’agriculture locale, base productive essentielle des communautés urbaines et villageoises de la région. En 1961, l’on pouvait compter à ‘Unayzah 523 pompes mécaniques pour irrigation, 6 tracteurs, 18 batteuses mécaniques et 17 herses (Sharif, 1970 : 127-131). De nouvelles cultures de fruits et de légumes se développèrent également dès cette époque.

19La technologie nouvelle eut un impact important sur la production agricole et son organisation. Ce changement favorisa également la mobilité professionnelle qui s’accrut de façon significative dans les années 1950. Auparavant, les difficultés rencontrées dans l’agriculture étaient surtout liées aux techniques et aux coûts élevés d’irrigation. Les pompes mécaniques remplacèrent le système d’irrigation traditionnel (sawani), qui nécessitait une main-d'œuvre importante et l’utilisation d’un grand nombre de chameaux. Grâce aux nouvelles techniques d’irrigation, on put cultiver de plus grandes étendues de terres avec une moindre quantité de travail ; de ce fait, le nombre et la taille des exploitations augmenta rapidement.

20Le travail agricole fut entièrement restructuré. L’utilisation des nouvelles pompes mécaniques fut réservée aux hommes, et les femmes n’eurent plus à participer aux travaux d’irrigation comme auparavant. Le travail salarié se substitua à l’organisation domestique. Dans les années 1950, c’étaient surtout des femmes et des hommes âgés qui occupaient les emplois permanents ou saisonniers dans l’agriculture. Les plus jeunes étaient dispensés du travail agricole et beaucoup d’entre eux, attirés par des emplois plus rémunérateurs, se tournèrent vers les secteurs de l’industrie pétrolière, de la construction, du commerce et des autres services, en particulier ceux liés aux administrations publiques dans les villes. Ainsi, alors que l’agriculture atteignait un degré de développement significatif et que son rendement global augmentait, elle cessa paradoxalement d’attirer les jeunes.

21Ces mutations s’accompagnèrent de transformations dans la production pastorale des bédouins de la région. Désormais, de nouvelles sources d’eau furent disponibles, l’utilisation de puits équipés de pompes mécaniques et l’emploi de véhicules motorisés se répandirent. L’élevage de chameaux fut progressivement remplacé par celui des moutons dont la demande sur le marché national augmentait au détriment de celle des chameaux. Comme l’a démontré D.P. Cole (1981), l’utilisation des véhicules automobiles et l’accès aux puits à pompes mécaniques facilitèrent l’élevage ovin qui demandait moins de travail que l’élevage chamelier traditionnel. Par conséquent, comme cela avait été le cas dans l’agriculture, les jeunes bédouins cherchèrent d’autres emplois en ville, tandis que les tâches de l’élevage furent confiées aux femmes et aux hommes plus âgés. Le travail salarié fit son apparition dans l’élevage, même si ce secteur restait principalement organisé autour des unités domestiques. Le processus de changement fut accéléré par la longue sécheresse des années 1960 qui causa la perte d’un grand nombre d’animaux et força beaucoup de bédouins à se sédentariser, du moins temporairement.

22Au début des années 1960, le secteur artisanal avait presque entièrement disparu, remplacé par l’importation de biens de fabrication industrielle. Beaucoup de jeunes dont la famille était autrefois spécialisée dans la production artisanale cherchèrent un emploi ailleurs. Les hommes plus âgés et les femmes continuèrent à vivre de leur travail ou se reconvertirent en salariés dans l’agriculture, voire dans le petit commerce.

23Lorsque, en 1904, ‘Abd al ‘Aziz ibn Séoud s’était rendu pour la première fois au marché de ‘Unayzah, il avait exprimé le souhait de voir la ville de Riyad se développer un jour comme ‘Unayzah (Al Wasil, 1986 : 112). En 1918, Philby estimait à 1000 au moins le nombre de magasins au marché de ‘Unayzah (1928 : 174). Cependant, à cause des changements que nous avons décrits, le marché perdit durant les années I960 une partie de son importance par rapport à l’économie locale. Les commerçants de la ville abandonnèrent le commerce à longue distance et, tout en continuant à assurer la commercialisation de la production agricole locale, ils se spécialisèrent surtout dans la distribution de produits importés dans le pays par des établissements commerciaux situés à Djeddah, Riyad ou Dammâm.

24Comme l’a montré A.S. Sharif, le rôle décroissant du marché dans l’organisation des systèmes de production locale fut démontré par le fait que les bédouins, à partir des années 1960, n’y écoulaient plus leur propre production, mais y venaient seulement en tant qu’acheteurs, les produits alimentaires constituant une partie importante de leurs achats. S’ils continuaient d’acheter des dattes produites sur place, la plupart des autres produits étaient importés. Les habitants de ‘Unayzah eux aussi dépendaient de plus en plus d’aliments importés. En ce qui concerne les biens de consommation durables, l’ensemble de la population achetait des produits manufacturés car la production artisanale locale avait presque totalement disparu (Sharif, 1970 : 168-171). Dans les années 1960, le marché avait perdu non seulement son rôle économique, mais aussi sa fonction sociale de centre de communication et de forum politique.

25Ainsi, à partir de la deuxième moitié des années 1950 et malgré le déclin et la marginalisation dont semblait souffrir ‘Unayzah par rapport aux nouveaux pôles de développement (Riyad, Djeddah, Dhahran, Dammâm et Kubar), la ville et le district s’étaient engagés sur la voie d’un développement rapide à travers la mise en place d’infrastructures et de services sociaux modernes.

26Dans l’ancien régime, la plus grande partie de la population travaillait dans la production ou le commerce. Juste avant le boom pétrolier, un recensement effectué à ‘Unayzah révélait qu’en 1973 presque la moitié (46 %) de la main-d'œuvre était employée dans le secteur des services ; 16,5 % travaillaient dans la construction, 13 % dans le commerce, 11,2 % dans l’agriculture, 6,4 % dans les transports, 3,7 % dans l’industrie et 3,3 % dans d’autres secteurs. Selon un recensement du gouvernement en 1974, seul un peu plus du tiers (34,5 %) de la main-d'œuvre de tout le district était employé dans l’agriculture ou dans l’élevage, un peu moins d’un tiers (32,3 %) dans les services sociaux, le dernier tiers se répartissant entre la construction (11,8 %), le commerce (9,6 %), les transports (6,5 %), l’industrie (3,6 %) et d’autres activités (2,6 %) (cité par Al Wasil, 1986 : 145-146). Bien que nous ne disposions pas de statistiques comparables plus anciennes, nous pouvons dire que la proportion importante de main-d'œuvre employée dans le secteur des services, dans la cité et plus généralement dans le district, témoigne du fort degré de mobilité professionnelle. Nos recherches de terrain montrent que, si certaines personnes exerçant des professions modernes sont des immigrés, la majorité est issue du milieu rural ou commerçant local.

27A partir des années 1950, les changements dans la structure de l’emploi coïncidèrent avec l’implication croissante de l’Etat dans la planification du développement. De nombreuses écoles furent ouvertes, de même que des directions régionales des principaux ministères d’Etat. En ce qui concerne l’agriculture, la direction du Ministère national de l’Agriculture et des Eaux s’installa à ‘Unayzah en 1954 ; une succursale de la Banque agricole d’Arabie Saoudite y ouvrit ses portes en 1965 ; un centre de recherche et de formation agricole fut créé en 1966. Si, à l’origine, ces institutions n’eurent qu’un faible impact, elles jouent aujourd’hui un rôle majeur dans la promotion des activités agricoles, que ce soit sur le plan local ou régional.

28A l’échelle nationale, le Ministère de l’Agriculture et des Eaux finança une série d’études qui démarrèrent dans les années 1960 ; elles avaient pour objectif l’évaluation des ressources en eau et de la fertilité des sols. D’importantes réserves d’eau furent découvertes dans plusieurs régions du pays et, dans le sud-ouest, on identifia des zones où il était possible d’aménager des barrages. Ces recherches démontrèrent que l’utilisation de nouveaux points d’eau et systèmes d’irrigation pouvait conduire à une forte expansion de l’agriculture. Elles permirent également de mettre en évidence les obstacles majeurs à l’intensification de l’agriculture, liés à la complexité des régimes fonciers locaux et au morcellement de la propriété agricole. C’est pourquoi les efforts portèrent sur l’extension de l’agriculture. La région du Qasîm, dont fait partie ‘Unayzah, fut identifiée comme une zone dotée d’un potentiel considérable pour l’expansion de l’agriculture moderne. Il fallut attendre le milieu des années 1970 pour que le gouvernement lançât des projets de grande envergure dans la région, juste après le boom pétrolier. Il n’empêche que ce dernier fut à l’origine de bouleversements majeurs dans la région.

Transformations suite au boom pétrolier

29En 1973-74, les dépenses du gouvernement d’Arabie Saoudite s’élevèrent à 13,6 milliards de riais saoudiens ; en 1981-82, elles atteignirent la somme de 283,3 milliards de riais, pour diminuer légèrement ensuite (Kingdom of Saudi Arabia, 1984 : 152). Cette augmentation massive des dépenses fut étroitement liée à la flambée des cours du pétrole (localement appelée tufrah). Cela conduisit à de vastes transformations dans le pays puisque le gouvernement lança toute une série de nouveaux programmes de développement, tout en augmentant son soutien financier aux projets en cours. Une étude complète de ces bouleversements dans le royaume d’Arabie Saoudite dépasserait le cadre de cette étude : nous ne décrirons ici que les changements majeurs intervenus dans la ville et le district de Unayzah, en relation avec les secteurs de l’agriculture et de l’élevage ainsi qu’avec le marché local.

L’agriculture moderne

30En 1974, le district de ‘Unayzah comptait 348 exploitations agricoles. Dix ans plus tard, on en dénombrait 1112 (Al Wasil, 1986 : 79-80). Presque toutes les nouvelles exploitations furent développées sur des terres nouvellement défrichées, certaines se situant à proximité des zones urbaines et villageoises, d’autres s’implantant sur d’anciens pâturages.

31Les habitants de la région distinguent trois grandes catégories de nouvelles exploitations : les basatîn (jardins), les petites et moyennes exploitations (entre 10 et 50 hectares) et les grandes exploitations (plusieurs milliers d’hectares). On y trouve en outre des serres et des unités de production de poulets et d’œufs.

32Les basatîn sont principalement situés dans une zone sablonneuse à l’ouest de la ville de ‘Unayzah. Leur taille varie entre 5 et 20 hectares et ils produisent surtout de la luzerne, des légumes, des agrumes et des dattes. La plupart d’entre eux ont été financés par des investisseurs locaux, d’anciens commerçants devenus hommes d’affaires et/ou hauts fonctionnaires de l’administration. Bien que les sols ne soient pas particulièrement fertiles dans cette zone, celle-ci présente un intérêt pour les investisseurs en raison de la proximité de la ville, de l’existence de canalisations d’eau, de rues asphaltées et de lignes téléphoniques installées par le gouvernement. Même si la production de ces cultures est commercialisée, bon nombre de propriétaires reconnaissent qu’une des raisons majeures du développement de ces “jardins” est d’ordre social. Par conséquent, la plupart disposent de maisons (et, souvent, de piscines) où se rendent les hommes et parfois les femmes et les familles, pour se détendre et passer leur temps libre.

33Les petites et moyennes exploitations ont surtout été construites dans les limites du wadi ar-Rimmah, au nord-est de la ville, et à proximité d’autres localités et villages du district. Les sols sont riches en raison du sédiment qui s’y est déposé au long des millénaires, et les nappes d’eau sont relativement proches de la surface (environ 60 m de profondeur). Bien que le wadi ar-Rimmah remplisse les conditions nécessaires au développement d’une agriculture traditionnelle, ces parties du wadi n’étaient pas cultivées dans le passé, à cause du paludisme et des problèmes d’assèchement des sols et de drainage que les technologies d’an-tan ne permettaient pas de résoudre. La plupart de ces exploitations ont été développées par des investisseurs locaux de souche paysanne qui, aujourd’hui, exercent d’autres professions. Ces exploitations produisent du blé, de la luzerne, des légumes, des agrumes et des dattes. Les propriétaires motivent leur création en termes de production agricole et de génération de revenus.

34Les grandes exploitations, plus récentes, ont été construites sur de vastes étendues en divers endroits de la steppe, loin des villes et des villages. Elles se trouvent généralement sur des sols de qualité variable, pas trop sablonneux. Les ressources en eau de ces régions sont en majeure partie non renouvelables. Il s’agit de l’eau fossile, stockée dans les nappes phréatiques situées entre 250 et 1000 m de profondeur. Ces exploitations ont également été développées par des investisseurs locaux de souche commerçante ayant une grande expérience des affaires et des contrats. Le blé y est la principale culture. Les propriétaires leur confèrent une vocation commerciale, la raison principale de leurs investissements étant le profit.

35Tous les basatîn et les exploitations récemment établies disposent d’équipements mécanisés ; la plupart utilisent une technologie importée coûteuse, hautement sophistiquée. L’emploi de produits chimiques et de fertilisants importés est également très répandu. Trois systèmes d’irrigation sont utilisés : l’arrosage au goutte à goutte (drip irrigation), l’aspersion à partir d’un pivot central rotatif (central pivot) et le système d’aspersion à rampe fixe (stationary sprinkler System). Certaines des plus grandes exploitations sont dirigées par des immigrés, mais ce sont surtout les autochtones qui gèrent l’agriculture moderne, bien que la plupart d’entre eux n’aient pas de formation agronomique spécifique.

36La main-d'œuvre agricole est principalement composée de contractuels immigrés de sexe masculin. La plupart d’entre eux proviennent des zones rurales d’Egypte, mais aussi d’Afghanistan, du Pakistan et des Philippines. Bien que beaucoup d’ouvriers aient travaillé dans l’agriculture dans leur pays d’origine, rares sont ceux qui connaissent l’agriculture moderne et sophistiquée, introduite dans la plupart des exploitations récentes. Il est donc nécessaire de former les ouvriers sur place. A l’époque de nos recherches sur le terrain, le renouvellement de la main-d'œuvre était assez fréquent, les ouvriers retournant dans leur pays avec leurs économies après trois ou quatre ans. Il fallait périodiquement recruter et former de nouveaux ouvriers. Ainsi, l’agriculture moderne à ‘Unayzah dépend non seulement de technologies et d’équipements importés, mais également d’une main-d'œuvre étrangère très mobile qu’il faut remplacer et former tous les trois ou quatre ans.

37Aucun des types d’agriculture que nous avons décrits ne peut être mis en relation avec le processus de croissance engagé dans les années 1950 et 1960, quand l’expansion du secteur agricole était presque entièrement due aux efforts individuels d’investissement des gens de la région. A cette époque, il était peu courant et assez difficile d’obtenir des crédits. Par contre, les progrès de l’agriculture dans les années 1970 et 1980 sont intervenus grâce aux politiques étatiques visant l’auto-suffisance alimentaire.

38Ces politiques furent réalisées essentiellement par le truchement d’importants prêts financiers accordés aux particuliers. Ces financements incluaient des prêts sans intérêts, des subventions et des allocations. Dès 1975-76, la Banque agricole d’Arabie Saoudite augmenta considérablement le volume de ses crédits au secteur agricole. Entre 1982 et 1986, elle accorda à ‘Unayzah environ 1500 prêts, pour un total de 165 millions de riais saoudiens. Les prêts à moyen terme furent principalement destinés à l’achat d’équipements pour l’irrigation, alors que ceux à court terme financèrent les plantations de dattes. A cela s’ajoutaient des prêts accordés pour la réalisation de projets spécifiques (serres et couveuses), et dont le montant s’éleva à 57 millions de riais.

39Les conditions requises pour l’octroi d’un prêt sont la citoyenneté saoudienne, la preuve de propriété légale de la terre à cultiver, avec la caution d’un collatéral, voire la garantie d’un tiers. Si l’équipement financé par la banque est mis en fonction, celle-ci annule la moitié de la dette, l’autre moitié devant être remboursée en versements annuels répartis sur dix ans.

40Outre la Banque agricole d’Arabie Saoudite, d’autres institutions étatiques jouent un rôle important dans la production agricole moderne. Un centre de recherche et de formation rurale participe à la vulgarisation agricole. Le Ministère de l’Agriculture et des Eaux supervise le processus d’acquisition des terrains publics après défrichement et exploitation. Une activité essentielle de ce Ministère consiste dans l’organisation du stockage et de la distribution du blé ; l’Organisation des moulins à farine et des silos à grain garantit aux exploitants un prix fixe pour l’achat de leur blé. Au moment de notre recherche par exemple, les sommes payées pour le blé étaient beaucoup plus élevées que le cours du marché mondial. Ainsi, l’agriculture moderne ne dépend pas seulement de l’importation de technologie, d’équipement et de main-d'œuvre, mais aussi du financement et des subventions étatiques, facteurs qui dépendent à leur tour des revenus provenant de la vente du pétrole.

Transformations de l’élevage

41Comme nous l’avons déjà souligné, une grande partie du cheptel des bédouins fut décimé lors de la longue sécheresse des années 1960, contraignant beaucoup de nomades à se sédentariser, du moins temporairement. Vers le milieu des années 1970, l’Etat lança un programme destiné à encourager la reconstitution des troupeaux. Ce programme, administré par le Ministère de l’Agriculture et des Eaux, offrait aux éleveurs bédouins des subventions proportionnelles au nombre d’animaux qu’ils déclaraient posséder. Si ce programme contribua à accroître le nombre d’animaux élevés dans les steppes par les bédouins, son deuxième objectif, soit l’augmentation de la vente d’animaux, ne fut pas atteint. En effet, ces derniers n’étaient guère encouragés à vendre leurs bêtes, car plus ils déclaraient en posséder, plus l’Etat leur versait de subventions.

42A l’époque de notre recherche, ce programme avait été interrompu, et l’on reprochait aux bédouins de ne pas avoir suffisamment contribué à la production de viande de mouton dans la région. Toutefois, l’habitude de constituer des troupeaux de plus en plus importants, comportement traditionnel chez les bédouins, n’avait pas pour seul but de pallier les ravages causés par les maladies : elle constituait aussi une protection contre les effets des sécheresses. Dans un cas comme dans l’autre, les bédouins considéraient que ceux qui possédaient de grands troupeaux avaient plus de chance de survivre en conservant quelques animaux que ceux qui n’avaient que de petits troupeaux. Dans la mesure où le programme lancé par le gouvernement n’améliora guère l’approvisionnement en médicaments vétérinaires ou en fourrage, la réticence des bédouins à vendre le bétail peut être considérée comme une décision rationnelle, conforme à l’usage traditionnel. En effet, le programme de subventions est le reflet d’un développement non intégré qui, tout en permettant d’accroître la taille des troupeaux grâce à la motivation financière, n’a apporté ni la stabilité à long terme, ni le développement de mécanismes modernes de commercialisation.

43Bien que les bédouins aient formellement bénéficié d’une considération particulière dans le deuxième Plan de Développement national (1975-1980), ce programme représente la seule mesure prise en leur faveur ou, plus globalement, en faveur du développement de l’élevage pastoral.

44Les bédouins du district de ‘Unayzah (principalement les tribus Mutayr, Harb et Subay’) continuèrent de s’engager dans le processus de sédentarisation et de reconversion professionnelle, déclenché dans les années 1960. En conséquence, la population nomade, environ 16 % de la population totale du district en 1974, représentait moins de 4 % en 1984 (Al Wasil, 1986 : 162-163). Bon nombre de bédouins s’installèrent dans la ville de ‘Unayzah ou dans ses banlieues, tandis que certains choisirent d’autres localités du district et que d’autres se regroupèrent pour former de nouveaux “centres de population bédouine”. Ils vivent dans des habitations modernes dont la construction a été financée par le Fonds saoudien de développement des biens immobiliers dans les années 1970 et 1980. En tant que citoyens saoudiens, ils ont bénéficié de prêts subventionnés.

45Ceux qui se sont sédentarisés en ville ont complètement abandonné l’élevage ou ont confié la garde de leurs troupeaux à des bergers, généralement des immigrés. Les hommes sont principalement engagés dans des activités commerciales ou techniques (réparations mécaniques et électriques), tandis qu’un grand nombre de femmes sont employées dans le commerce. Ceux qui ont choisi de s’installer dans des régions rurales ont lancé des exploitations petites et moyennes, grâce à l’assistance financière de la Banque agricole d’Arabie Saoudite. Ces nouvelles exploitations font partie de l’agriculture moderne, décrite plus haut. D’après Al Wasil (1986 : 166), les bédouins se sont surtout installés dans des villages dès qu’ils ont pu bénéficier de prêts leur permettant de travailler dans l’agriculture. L’Etat leur a aussi offert l’accès gratuit à l’école, ce qui les a stimulés à se sédentariser.

46Les sédentaires (hadar) et les bédouins sédentarisés pensent de manière générale que l’élevage nomade tel qu’il était pratiqué autrefois est aujourd’hui révolu. Toutefois, beaucoup de bédouins qui ont créé des exploitations continuent d’élever du bétail. Il en est de même pour les ha-dar, surtout ceux qui ont développé de nouvelles exploitations dans les villages du district. Dans les deux cas, ce sont des bergers salariés étrangers qui conduisent les troupeaux aux pâturages avoisinants. Les troupeaux sont de plus en plus dépendants du fourrage, ce dont les gros producteurs de blé du district sont tout à fait conscients. Beaucoup d’entre eux savent que la demande croissante de fourrage représente une source importante de profit et projettent de cultiver du sorgho au lieu du blé.

Le marché local aujourd’hui

47En 1988, As-Salman (1989 : 145) a recensé 2542 commerces à ‘Unayzah. Nos informations, recueillies en 1986, font état d’environ 720 magasins dans le vieux quartier du marché central, et peut-être autant dans les différents quartiers, anciens et modernes, de la ville. Même si le chiffre avancé par As-Salman est un peu excessif, le commerce occupe toujours une place importante à ‘Unayzah.

48La plupart des grands établissements sont des succursales d’entreprises modernes dont le siège central se trouve à Riyad, Djeddah ou dans une des villes de la Province Orientale. Ces entreprises vendent principalement du matériel importé : équipement agricole, matériel d’irrigation et véhicules automobiles. Elles sont généralement dirigées par des hommes du pays et emploient des immigrés comme vendeurs. En plus de ces établissements, on compte onze succursales de banques nationales et de bureaux de change (As-Salman, 1989 : 143). L’une de ces succursales est réservée aux femmes et n’emploie que des femmes de ‘Unayzah. Les autres sont dirigées par des citoyens de la ville et recrutent des Saoudiens aussi bien que des immigrés.

49Il existe de nombreuses entreprises de taille moyenne, employant cinq vendeurs ou plus, dont les propriétaires sont locaux ; elles sont essentiellement dirigées par ces derniers, mais elles emploient surtout des immigrés. Ces établissements comprennent des supermarchés où l’on trouve une grande variété de produits alimentaires, pour la plupart importés, ainsi que des magasins spécialisés dans la vente d’articles tels qu’appareils ménagers, mobilier, appareils électriques, magnétoscopes et vidéo-cassettes, vêtements, tissus, bijoux en or. Les entreprises de ce genre disposent d’étalages modernes, utilisent des méthodes de comptabilité moderne et tendent à conclure des contrats directs et réguliers avec les gros importateurs du pays, parfois avec les fournisseurs internationaux.

50Les succursales de compagnies nationales et de banques, comme les supermarchés et les magasins modernes de taille moyenne, montrent les liens importants qui existent entre le marché local et national, organisé aujourd’hui à partir d’autres villes. Cette situation reflète aussi l’importance du commerce et des institutions financières modernes à ‘Unayzah. Toutefois, on trouve encore de nombreuses petites entreprises commerciales de type traditionnel, telle l’activité qu’exercent 130 à 150 femmes de la région, formant un groupe de commerçantes dans un secteur spécial du marché central.

51Ces femmes travaillent à leur compte et n’emploient pas de personnel. Elles vendent surtout des produits d’importation comme des épices, des noix, des biscuits, des ustensiles de cuisine, de la vaisselle, du parfum, des teintures, des vêtements, des chaussures et des sandales. Ces articles sont généralement achetés à crédit à des grossistes itinérants d’origine bédouine, yéménite ou pakistanaise. Ces commerçantes sont toutes âgées de 40 ans et plus. Certaines travaillent depuis très longtemps sur le marché. D’autres viennent de débuter, qui travaillaient auparavant dans l’agriculture ou dans l’irrigation. Les dernières arrivées sont des femmes bédouines sédentarisées depuis peu. Elles sont toutes illettrées et ne tiennent donc aucune comptabilité des transactions ou des nombreuses opérations de crédit qu’elles effectuent presque systématiquement. Elles n’ont pas de contacts avec les banques et connaissent mal la procédure à suivre pour gérer leurs activités de façon moderne. Elles déclarent pourtant en tirer profit.

52Le cas de ces commerçantes montre que le marché absorbe actuellement, pour une partie du moins, des gens ayant peu de qualifications professionnelles et qu’il leur offre la possibilité de générer des revenus. De même, des prêteurs sur gage traditionnels, hommes et femmes de la région, sévissent toujours sur le marché. Certes, leur rôle est atténué par la présence des banques et la possibilité d’obtenir des subventions et financements étatiques ; toutefois certaines personnes ont plus volontiers affaire à des prêteurs sur gages qu’à des banques, en particulier les gens illettrés qui ont peu d’expérience des démarches administratives.

53Comme nous l’avons vu, l’augmentation de la production agricole locale est due à la modernisation de l’agriculture. Cependant, le circuit de commercialisation demeure traditionnel. Chaque jour, les producteurs arrivent sur le marché avec des fruits et des légumes qu’ils vendent aux enchères à des détaillants qui ensuite revendent au marché central où, sauf pour de très petites quantités, l’on ne dispose pas de systèmes de réfrigération. De ce fait, le surplus de production invendu est jeté à la fin de la journée. De plus, aucun réseau de distribution n’a été mis en place pour écouler les produits agricoles locaux sur d’autres marchés, dans des endroits du pays où la demande est plus forte. Tout ce qui est vendu ailleurs est distribué par des commerçants individuels, de façon aléatoire et irrégulière, même dans des zones proches où la demande existe. La vente du bétail élevé dans le district s’effectue aussi de manière traditionnelle. Le bétail, essentiellement des moutons et des chèvres, est vendu quotidiennement dans un secteur particulier du marché. Mais rien n’est prévu en ce qui concerne, par exemple, leur alimentation et leur engraissement ou la création d’abattoirs modernes qui pourraient contribuer à satisfaire régulièrement une demande locale croissante de viande de qualité.

Conclusion

54Beaucoup de changements sont intervenus au cours des cinq dernières décennies dans le district de ‘Unayzah. Dans l’ancien régime, la majorité des hommes et des femmes travaillaient dans l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, ou au marché. Il s’agissait d’activités spécialisées témoignant d’une division complexe du travail. Les agriculteurs et les bergers produisaient la plupart de la nourriture consommée dans la région, tandis que les artisans fournissaient presque tous les biens et services nécessaires. Le marché de ‘Unayzah jouait un rôle centralisateur essentiel, reliant entre eux les différents secteurs de la production locale, organisant à la fois l’exportation des surplus et l’importation de certains produits.

55Plusieurs facteurs exogènes ont porté atteinte à ce système auto-centré et localement organisé : la création et l’expansion de l’Etat, l’introduction de biens manufacturés et de technologies importés, les transformations de l’économie nationale et internationale à la suite du développement de l’industrie pétrolière. La production artisanale locale a décliné de façon spectaculaire au début des années 1960 ; elle a maintenant presque entièrement disparu, la plupart des produits vendus sur le marché local étant fabriqués à l’étranger. La production pastorale traditionnelle a considérablement baissé dans les années 1960 et, malgré un léger redressement dans les années 1970, elle a aujourd’hui pratiquement disparu, du fait que la plupart des bédouins sont sédentarisés et occupent des emplois en ville ou travaillent dans l’agriculture. L’élevage représente actuellement une activité accessoire du secteur agricole plutôt que la continuation de l’élevage traditionnel.

56Des trois secteurs de production traditionnels, seule l’agriculture demeure une activité importante. Mais elle a été entièrement transformée et son développement est fortement dépendant du financement et des subventions étatiques. Si elle compte actuellement des Saoudiens comme investisseurs et gérants, la main-d'œuvre, la technologie, l’équipement et la plupart des autres facteurs de production sont importés. Le marché existe toujours, mais il a également subi des changements profonds. Il occupait jadis une place centrale dans l’organisation de l’économie locale ; il ne joue plus aujourd’hui qu’un rôle peu efficace dans la commercialisation de la production locale. Le marché est devenu un centre provincial de distribution des biens importés par les grands établissements commerciaux du pays dont le siège central se trouve dans d’autres villes.

57Dans cette présentation de certains aspects des changements intervenus dans une région de steppe, nous avons laissé de côté la division existant entre les pasteurs nomades, ou bédouins, et les sédentaires. En ne faisant pas état de ces différences – qui par ailleurs existaient et continuent d’exister – nous avons voulu souligner l’interdépendance et la complémentarité qui reliaient ces deux systèmes de production. Les zones sédentaires et les zones de steppe de la région de ‘Unayzah ont en effet été confrontés aux mêmes facteurs exogènes. Nous avons signalé l’importance de la mobilité professionnelle dans les différents groupes de population locale, en particulier dans les années 1960. Ainsi, malgré certaines différences, bédouins et sédentaires possèdent et dirigent à présent des exploitations modernes ou des établissements commerciaux où ils emploient une main-d'œuvre étrangère, tandis que d’autres travaillent dans des administrations publiques ou dans le secteur privé. Dans tous les cas, ces divers groupes sociaux sont très dépendants de l’Etat et de l’économie nationale qui domine aujourd’hui l’ensemble du pays.

Bibliographie

ALTORKI, S. & COLE, D.P.
1989 Arabian oasis city: the transformation of ‘Unayzah, Austin, University of Texas Press.

AL WASIL, A.
1986
Al-’Umran ar-Rifi fi Mantiqat ‘Unayzah, M.A. Thesis, Imam Muhammad Ibn Sa’ud University, Saudi Arabia.

AS-SALMAN, M.A.
1989 ‘Unayzah, Riyadh, Matab’a Jami’at al-Malik Sa’ud.

COLE, D.P.
1981 “The Bedouin and social change in Saudi Arabia”, Journal of Asian and African Affairs, (16), pp. 128-149.

DOUGHTY, C. M.
1979 Travels in Arabia Deserts, New York, Dover Publications (first published in 1888).

KINGDOM OF SAUDI ARABIA
1984 Achievements of the Development Plans 1390-1404 (1970-1984): Facts and figures, Riyadh, Ministry of Planning.

PHILBY, H. St.J.
1928 Arabia of the Wahhabis, London, Constable and Co.

SHARIF, A.S.
1970 Mantiqat ‘Unayzah: Dirasah ‘Iglimiyah, Cairo, Mathba’at an-Nahda al-’Arabiyah. SWEET, L.E.
1965 “Camel raiding of North Arabian Bedouin: a mechanism of ecological adaptation”, American Anthropologist (67), pp. 1132-1150.

Auteurs

anthropologue – Department of Anthropology, American University in Cairo, 113 Shara Kasr al Aini, P.O. Box 2511, Le Caire (Egypte)

anthropologue - Department of Anthropology, American University in Cairo, 113 Shara Kasr al Aini, P.O. Box 2511, Le Caire (Egypte)