Version classiqueVersion mobile

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

Du local au national : les acteurs et leurs stratégies

Élevage et agriculture dans l’oasis de Sukhné (Syrie) : gestion des risques par les commerçants-entrepreneurs

Françoise Métral

Texte intégral

1En plein cœur de la steppe syrienne, bien au-delà de la limite théorique des cultures pluviales constituée par l’isohyète des 200 mm, dans une zone où la pluviométrie annuelle n’est, en moyenne, que de 90 à 120 mm mais connaît d’extrêmes variations locales et interannuelles (de 14 à 234 mm), nous avons vu se développer entre les années 1982 et 1989 la culture de l’orge en sec sur une grande échelle. Ce développement qui gagne sur les terres de pâturages est tout à la fois consécutif et concomitant à une intensification de l’élevage et à une multiplication des troupeaux. Encouragé par un marché en expansion, il s’opère en dépit des programmes de protection des pâturages adoptés par le gouvernement syrien sous l’égide des organismes internationaux.

  • 1 J. Hannoyer, J. Métrai et nous-même avons visité l’oasis la première fois en février 1982, peu aprè (...)

2Le phénomène est particulièrement patent dans le nord de la Palmyrène. Nous allons tenter d’en montrer le processus et les mécanismes à travers l’analyse des entreprises économiques des habitants de la petite cité de Sukhné qui a fait l’objet de recherches sur le terrain entre 1985 et 1989-1 Ces entreprises, qui mettent en jeu différents acteurs et mobilisent des réseaux complexes de relations, attirent notre attention sur les complémentarités économiques existantes : au sein de la steppe, entre les sédentaires de la cité et les tribus de pasteurs ou de bédouins ; en Syrie, entre les steppes de la Palmyrène et les riches régions agricoles du centre ou de la Djézireh. Elles font apparaître les liens commerciaux entretenus avec les pays du Golfe, par-delà les frontières. Elles nous interrogent enfin sur la logique économique et la forme de gestion des risques qui sous-tendent un investissement dans la culture sèche dans un milieu aride où la production est nécessairement hasardeuse.

La steppe au nord de la Palmyrène : gens de cité, gens de tribu

  • 2 Fonction qui lui échappe au profit de Damas à partir de 1870.

3Sukhné est depuis 1960 le centre d’un nahiyé qui constitue la division nord de la Palmyrène, aux confins orientaux du mohafaza de Homs (voir Fig. 1). La petite cité commerçante se situe au pied d’une chaîne montagneuse, au carrefour des pistes du désert reliant Alep à Bagdad, Hama à Mossoul, Damas à l’Euphrate ; point de passage obligé, elle était autrefois une halte et un lieu d’équipement pour les caravanes, notamment pour la grande caravane du Pèlerinage.2

Fig. 1 : Découpage administratif de la steppe en Syrie

4La steppe environnante, bâdiya Sukhné, comprend deux zones géographiques distinctes séparées par une barrière montagneuse : une zone accidentée à l’ouest, le chombol, coupée de dépressions, arrosée, riche en eaux souterraines, un plateau à l’est dépourvu de réseau hydrographique, le hamad, autrefois domaine exclusif des tribus chamelières. Sukhné se trouve ainsi au centre d’une riche zone de pâturages naturels, le hamad verdissant à l’automne et au printemps en fonction des pluies, la montagne offrant des pâturages pour les chameaux jusqu’en été.

  • 3 Le pipeline de l’IPC qui marque la limite sud du nahiyé fait la séparation avec le territoire des R (...)

5Deux traditions de parcours correspondant à deux types de tribus différentes se croisaient ici. L’une, celle des tribus moutonnières dites râ’i, ou “de bergers”, ou encore ‘Arab ou Ahl al dira (de Boucheman, 1934) qui nomadisaient sut 300 km entre ouest et est jusqu’aux bot-dures du hamad, entre la Palmyrène et les plaines agricoles, aujourd’hui irriguées, du Ghab et de la Syrie centrale : telles les ‘Omur, tribu de la montagne fixée dans le Djebel-es-Satih qui surplombe Sukhné, les Mawali et les Hadidiyin dont les villages de sédentarisation et les cultures se situent plus à l’ouest. L’autre, celle des grandes tribus chamelières Chammar ou appartenant à la confédération des Aneze, qui remontaient sur 3000 à 4000 km de l’Arabie jusque dans la Palmyrène et, de là, en Djézireh : telles les deux branches de la tribu bédouine des Sba’a3 qui établissaient leurs campements d’été dans la bâdiya de Sukhné et dont la dira ou “territoire de parcours” était bordée par celle des Rwala au sud et des Feda’an au nord.

  • 4 Ils sont toujours inscrits séparément à l’Etat-civil sur le livre des “tribus bédouines”.

6Aujourd’hui, la population administrativement enregistrée dans le nahiyé de Sukhné, qui comptait 20’000 habitants en 1983, 26’000 en 1987 et près de 30’000 en 1989, se répartit à peu près pour moitié entre Sukhniotes, sédentaires de la cité et de ses deux villages-oasis satellites El Kôm et Taybé, et pour l’autre moitié de “gens des tribus” ou “bédouins”4 (’Omur, Sba’a Bteynat et Sba’a Abadé) qui ont des terres et des points (ou villages) de sédentarisation dans le nahiyé.

  • 5 Sur les 114 puits privés (à usage pastoral ou agricole) recensés par la direction de la steppe dans (...)

7L’élevage chamelier a quasiment disparu au profit de l’élevage moutonnier et les terrains de parcours sont en patrie transformés du fait de la motorisation. Les droits coutumiers sur les puits demeurent,5 mais la steppe est ouverte à tous et le forage de puits gouvernementaux facilite l’accessibilité des pâturages aux troupeaux de groupes tribaux qui ne détenaient ni droits coutumiers ni implantation sur le terres du nahiyé. Au printemps et à l’automne, la bâdiya de Sukhné se couvre ainsi des tentes noires et de troupeaux des tribus de semi-nomades ou semi-sédentaires des dira de Selemiye, de Membij ou des chawaya de l’Euphrate. Leurs troupeaux s’ajoutent à ceux des éleveurs sukhniotes et des tribus bédouines du nahiyé. Pour tous, Sukhné fonctionne comme un marché local qui voit ainsi sa clientèle grossir.

8Des liens économiques multiples et hiérarchisés liaienr les Sukhniotes à ces différentes tribus. Ils payaient la khuwa sut la récolte de céréales aux Sba’a qui, par ailleurs, leur accordaient protection pour leur commerce. Ils confiaient leurs troupeaux aux ‘Omur ou aux Hadidiyin, approvisionnaient les uns et les autres en céréales, tissus, vêtements et produits d’épicerie divers et leur achetaient les produits de l’élevage qu’ils allaient revendre dans les grandes villes.

9Les modes de vie changent, mais les identités demeurent. Pour un Sukhniore, un bédouin, même si sa famille passe les trois quarts de l’année en ville, teste un bédouin, c’est-à-dire membre d’une tribu, et l’inverse est vrai pour les gens des tribus. Il n’y a pas d’intermariages entre les uns et les autres, pas même de voisinage, car les bédouins ne s’installent guère à Sukhné. Cependant, les relations de complémentarité et d’échanges se maintiennent entre ces diverses populations comme nous le montre l’analyse du développement récent des activités des Sukhniotes.

Hier comme aujourd’hui, des commerçants avant tout...

  • 6 Le terme de Sukhni, comme ailleurs celui de Qubeisi ou Rahjbawi (Musil, 1928 : 25, Boucheman, 1934  (...)

10Les Sukhniotes sont avant tout des commerçants spécialisés dans l’achat, la vente, le courtage et le transport de tout ce qui se produit, se consomme et se traite dans la steppe, c’est-à-dire de ce qui est lié au mouton et nécessaire au bédouin. Ils sont, depuis des générations, les intermédiaires entre les tribus et les villes du pourtour de la bâdiya.6 Ils occupent dans cette spécialité toute la hiérarchie des fonctions, que l’on peut résumer ainsi :

  • Le colportage ou le commerce itinérant en tribu qui les conduit de la Palmyrène vers la Djézireh, le commerçant (et l’artisan) plantant sa tente blanche à proximité du puits du chef qui lui assure sa protection ; ce colportage est surtout pratiqué par les jeunes, le passage en tribu étant considéré comme un apprentissage.

  • Le commerce du souk de Sukhné où les boutiquiers ont fonction de semi-grossistes ; ils fournissent les commerçants itinérants et les bédouins de passage qui viennent à l’automne ou au printemps s’approvisionner ; ils collectent, selon la saison, les truffes, le samneh (beurre de conserve) ou la laine ou stockent l’orge, le blé et le fourrage ; en fonction des nouveaux besoins, ils équipent et réparent les camions et tracteurs, vendent l’eau de leur pompes, etc. Leur relais est le khanji (grossiste), compatriote installé à Alep ou Hama à qui ils revendent et auprès de qui ils se fournissent.

  • Enfin, le commerce à grande distance, celui des grands marchands qui pratiquent l’import-export de moutons entre la Turquie, la Syrie et le Golfe, ou autrefois l’Iraq.

  • 7 II décline à partir de la fin du xixe siècle, si bien qu’en 1939, de Boucheman entrevoyait la mort (...)
  • 8 La richesse (relative) de la cité tenait autrefois au nombre de chameaux qu’elle possédait (de Bouc (...)
  • 9 Jusqu’à la fermeture des frontières avec l’Iraq.

11Après une longue période de marasme liée à la fin du commerce caravanier7 et qui s’est poursuivie jusqu’au milieu des années 1960, accompagnée par des vagues d’émigration vers Alep puis Raqqa, le commerce sukhniote a retrouvé aujourd’hui une certaine prospérité. Les grands travaux et le développement de l’Euphrate d’abord, les possibilités de travail dans le Golfe ensuite, ont permis aux Sukhniotes de redémarrer économiquement. La construction de l’axe routier trans-désertique Damas-Deir-ez-Zôr qui s’acheva en 1982 et mit fin à l’isolement de la cité, l’intensification des relations commerciales entre la Syrie, l’Arabie Saoudite ou le Kuwait ont ouvert de nouvelles possibilités qu’ils ont su saisir (Fig. 2). Ils se sont notamment équipés en camions spécialisés dans le transport international et ont développé leur rôle de transitaires et de transporteurs, autre spécificité de cette ancienne petite cité caravanière.8 Ils ont repris les routes de la steppe et, comme les chameliers et caravaniers d’autrefois, ils assurent le trafic entre Alep, Hama, Mossoul, Bagdad, le Bas-Iraq9 et le Kuwait ou encore, le Hijâz et l’Arabie. Leur connaissance des pistes de la steppe, les relations commerciales qu’ils entretiennent de longue date avec les bédouins leur permettent, si nécessaire, de se jouer des frontières.

Fig. 2 : La bâdiya de Sukhné et les liaisons avec l’Euphrate

12Quelques données sur la population et la progression du commerce du souk traduisent ce renversement de situation. Jusqu’en 1960, la population de la cité ne dépassait pas les 2500 habitants, volume qui était le sien en 1933 quand de Boucheman fit son étude. Elle progressa ensuite rapidement : 3550 habitants en 1970, 6000 en 1981, puis connut une explosion au cours des dix dernières années : 12’000 en 1985, 15’000 en 1989. Le nombre de boutiques du souk payant patente passa de 50 en 1978 (A. de Boucheman en dénombrait une quarantaine) à 106 en 1982 et 161 en 1986. Ce chiffre minimal ne tient compte ni des commerçants et des artisans “en tribu”, ni de tous les entrepôts qui servent occasionnellement au commerce de demi-gros, ni des courtiers qui opèrent sur les marchés. S’y ajoutent une trentaine d’ateliers d’artisans, trois stations service et près de 200 transporteurs.

13Le commerce s’est diversifié, suivant la transformation des besoins liés à la hausse du niveau de vie et à la motorisation, mais il reste largement dépendant de la présence des tribus et des activités et productions de la steppe. Il est soumis à un rythme saisonnier très accentué et connaît d’importantes variations interannuelles, contrecoup des phénomènes climatiques. Les bédouins constituent plus de 80 % de la clientèle des commerçants et artisans du souk. Le souk s’anime quand les pâturages verdissent et le chiffre d’affaires des commerçants peut alors être multiplié par dix ; l’activité retombe dès que l’herbe s’assèche et que les troupeaux repartent. Les commerçants sukhniotes envoient alors leurs jeunes fils ou neveux s’établir en tribu, là où se déplacent les troupeaux. Selon l’expression de A. de Boucheman, “le Sukhniote colle au bédouin”, il le suit en Djézireh en été ou pendant les saisons sèches, et l’hiver le retrouve bien souvent dans les Etats du Golfe ou en Arabie.

Aujourd’hui : des investissements diversifiés

14Pas plus que celle des bédouins dans l’élevage, la spécialisation des Sukhniotes dans les activités du négoce n’est exclusive d’autres ressources. Dans ce milieu marqué par la précarité, la diversification est la règle.

15En dehors des jardins de l’oasis, la culture sèche d’orge et de blé en steppe et l’élevage moutonnier ont toujours apporté aux Sukhniotes des compléments qui paraissent, ici, indispensables à l’économie d’un groupe lignager. Ces deux activités auxiliaires s’opèrent également en relation avec les tribus (l’accès à la terre pour la culture passe par les Sba’a, et les bergers des troupeaux sont ‘Omur ou Hadidiyin).

16Au cours des quinze dernières années, l’investissement des Sukhniotes dans ces deux secteurs s’est très largement accru, témoignant d’un enrichissement progressif dont il est en partie la source. Pour la seule cité de Sukhné, le nombre de têtes de moutons, sur la base duquel s’établissent l’impôt et les livraisons de fourrage, s’est multiplié par 10 en quinze ans ; il passe de 7000 en 1970 à 35’000 en 1980 et 75’000 en 1985.

17Depuis 1985, l’investissement se concentre plus massivement sur la culture de steppe. Le changement d’échelle dans cette activité s’exprime dans le langage courant : “Autrefois quand nous cultivions avec l’araire, les familles semaient un ou deux tanaké (un tanaké = 20 litres). Aujourd’hui les entrepreneurs sèment par centaines de sacs” (un sac =100 kilos).

  • 10 En 1948, l’OCP évaluait la production de Sukhné à 268 tonnes de blé et 164 tonnes d’orge (Naaman, 1 (...)

18Bien qu’elles ne soient que de piètres indicateurs du volume global des productions, les données “officielles” que nous fournit l’administration traduisent bien cette tendance. Les livraisons d’orge à l’Office des Céréales, interrompues les années sèches (1983-84, 1987 et 1989), évoluent considérablement : de 5000 tonnes en 1980-81,10 elles passent à 8000 tonnes en 1982, puis à 10’000 tonnes en 1985, 30’000 tonnes en 1986 pour culminer à 52’000 tonnes en 1988. Selon les estimations du Ministère, les superficies ensemencées (illégalement) en 1985-86 étaient de 25’000 à 40’000 hectares dans le nahiyé. En 1987-88, elles auraient approché 50’000 hectares.

19A l’automne 1988, alors que le Plan prévoyait 40’000 hectares pour la mantaqa de Palmyre, les autorisations portèrent finalement sur 80’000 hectares (cf. Ministère des Finances) dont 70 % cultivés par des Sukhniotes. Le rayon d’action de ces derniers, débordant les limites du nahiyé, dépassait alors les 100 kilomètres. L’ampleur du phénomène a de quoi surprendre dans une zone où les rigueurs et l’irrégularité du climat rendent la culture extrêmement aléatoire ; même si la règle pour la culture en steppe n’est plus, comme on nous l’a affirmé dans une administration compétente, une bonne année sur dix mais, trois années sur dix.

20Quels processus, quels mécanismes ont-ils été mis en œuvre par les acteurs pour permettre un tel essor de l’agriculture et de l’élevage ?

Extension de la culture de l’orge

21L’oasis de Sukhné, à l’inverse de celle de Palmyre, ne représente qu’une petite surface de terres irrigables (120 hectares contre 1000 hectares) et le sol, ne bénéficiant pas des mêmes apports alluviaux, y est beaucoup moins fertile. Elle est aujourd’hui dans un quasi-abandon. Depuis l’arrivée de l’électricité, les sources ont en partie été taries par les pompages domestiques.

  • 11 Selon Naaman (1951), en certains emplacements, les rendements étaient bien supérieurs sur ces terre (...)

22Les Sukhniotes bénéficient par contre d’une steppe plus propice à la culture sèche que celle de Palmyre. Leur production en céréales était, déjà en 1948 selon les estimations de l’Office des Céréales Panifiables (OCP), bien supérieure à celle de leurs voisins du sud palmyrénien (Naaman, 1951 : 377). Cette forme de culture avait été adoptée dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour de l’oasis, d’une manière discontinue, dans le fond des vallons ou wudyan (sing, wadi), au débouché des cours d’eau (sail) se formant en temps de pluie ou encore, au pied des montagnes. Là, les eaux d’épandage ou de ruissellement et les sols alluviaux compensaient la faiblesse des précipitations et pouvaient assurer un bon rendement les années fastes (plus de 150 mm),11 avec toutefois de grands écarts selon les emplacements. Les mauvaises années, quand la pluie manquait à l’automne, on ne semait pas ; si elle faisait défaut en hiver ou au printemps, on mettait les moutons sur les champs. Les groupes familiaux de la cité se partageaient ces emplacements repérés de longue date.

23Les bédouins respectaient ce territoire, se contentant, autrefois, de venir prélever la khuwa sur les aires à battre, au moment de la moisson. Lorsque ce privilège leur fut enlevé, ils firent venir des paysans qui cultivaient pour leur compte les terres voisines de leurs puits et de leurs campements d’été. De la même manière, Ils s’approprièrent souvent les terres jouxtant les puits forés par le gouvernement sur leur territoire de parcours. Le passage de la poulie à la motopompe leur permit, dans les années cinquante, d’accroître sensiblement la superficie des terres cultivées.

Statut de la terre et conditions d’accès au sol : droit et pratiques

24En 1948, au départ des Français, seules les terres de l’oasis de Palmyre avaient été cadastrées. A l’exception des droits d’exploitation (tasarruf) qui avaient été reconnus à un cheikh de la tribu Sba’a à Qdeim, en échange de sa fidélité politique et des terres mises en irrigation autour de El Kôm, les terres de steppe ne faisaient l’objet d’aucun titre de propriété enregistré car la culture y était trop intermittente. Leur usage relevait de la coutume. Cela revenait à dire que les terres étaient à ceux qui avaient “mis la main dessus’’ et étaient capables de faire reconnaître leur droit par les autres ainsi qu’à ceux qui pouvaient empêcher les troupeaux de pénétrer dans les champs. Pour résumer la situation : à l’exception des terres jouxtant les oasis de Sukhné, El Kôm et Taybé, les bédouins (les ‘Omur dans la montagne, les Sba’a partout ailleurs) se considéraient maîtres sur les terres de leur dira et ne laissaient personne d’extérieur à la tribu bâtir, cultiver ou s’y établir sans leur consentement. Selon la Constitution syrienne, les terres mawat, telles que les pâturages, tombaient dans la catégorie des terres de l’Etat qui, seul, pouvait décider de les louer ou de les vendre.

25La réforme agraire, la suppression du droit bédouin en 1958, puis les mesures prise à l’encontre des cheikhs de tribus “féodaux” en 1965 ont un temps bouleversé la situation coutumière en provoquant le départ massif des Sba’a vers les Etats du Golfe (Kuwait, Arabie Saoudite) qui leur accordaient la nationalité. En leur absence, certains Sukhniotes s’aventurèrent sur les terres libérées et les mirent en culture. Avec l’assouplissement du régime ba’athiste à partir de 1970 et surtout de 1973, les bédouins revinrent et entamèrent des négociations avec l’Etat, à son plus haut niveau, pour faire reconnaître officiellement leurs droits. En attendant, ils mirent à nouveau la main sur les terres, imposant de fait aux commerçants sukhniotes, qui retrouvaient leur clientèle et désiraient rester en bons termes avec eux, la reconnaissance de la Coutume.

  • 12 Voir l’étude de Ronald Jaubert dans cet ouvrage.
  • 13 Trente-quatre d’entre eux, d’une superficie de 10 à 20 hectares, se situent autour d’El Kôm et cons (...)

26Par ailleurs, le gouvernement mettait en œuvre une politique de protection des pâturages.12 En mai 1970, un décret-loi interdit le labour pour les cultures en sec dans la zone où la pluviométrie était inférieure à 200 mm. L’ensemble des terres de steppe du nahiyé de Sukhné tombait, en principe, sous cette loi. Mais, une dizaine d’années durant, la loi resta sans effet. Les autorités locales, semblant admettre que l’interdiction ne s’appliquait pas aux fonds de vallons, fermaient les yeux sur les débordements ; elles n’exerçaient qu’avec peu de zèle un contrôle d’ailleurs malaisé sur l’intérieur de la steppe. Parallèlement, le gouvernement vendait une quarantaine d’emplacements dans la steppe, de 10 à 100 hectares, pour des projets agricoles précis13 liés au forage d’un puits artésien.

  • 14 L’année avait été bonne pour les régions est et le nord de la Syrie, mais sèche partout ailleurs. A (...)

27Une succession de trois années pluvieuses (1979-81), la remontée des cours de l’orge (et du blé à partir de 1980), la demande croissante de pâtures, enfin l’ouverture de la route rendant plus aisé l’accès de la steppe aux machines agricoles, encouragèrent l’investissement dans la culture sèche. Les Sukhniotes qui désiraient cultiver passèrent des contrats d’association avec les cheikhs bédouins pour avoir accès à la terre. Ils négocièrent parallèlement à l’amiable avec les contrôleurs du Ministère de l’Agriculture. Devant l’ampleur que prit le phénomène, le gouvernement réagit, d’abord timidement en 1983, plus fermement en 1986, en saisissant les récoltes de ceux qui étaient trop visiblement en infraction.14 A l’automne suivant, les consignes furent sévères et tout labour interdit sous peine de prison (y compris sur les terres privées). La loi de 1970 fut soudainement appliquée à la lettre et on ne toléra plus d’exception.

28Des démarches auprès des autorités furent alors entreprises par les Sukhniotes et les cheikhs bédouins. Elles durèrent plus d’un an et remontèrent jusqu’au sommet de l’Etat. Les revendications s’appuyaient sur deux types d’argument. Un argument technique : il est juste de protéger les pâturages mais l’interdiction de culture dans la zone ne peut être générale ; les terres de wudyan peuvent être cultivées sans risque de dégradation des sols ; elles le sont depuis toujours. Un argument juridique : la loi reconnaît les droits acquis, on ne peut pas appliquer à ce propos une règle différente à la steppe, car la loi est valable pour tous les citoyens syriens. Or les terres voisines des villages ont toujours été cultivées.

29En novembre 1987, un amendement à la loi de 1970 accordait aux habitants des agglomérations de la steppe, moyennant paiement d’une taxe, l’autorisation de culture en sec dans un rayon délimité autour de ces agglomérations et, au-delà, à ceux qui pouvaient prouver avoir cultivé ces terres avant 1963. Le verrou était levé. A partir de ce décret, tout devenait possible pour les entrepreneurs et investisseurs et, cette fois, dans une quasi-légalité. Non seulement on ne risquait plus les amendes, mais la location officielle donnait droit à la possibilité de se fournir en semences auprès de l’Office des Céréales, à des prix en général plus avantageux que sur le marché “libre”.

  • 15 Archives du Ministère de l’Agriculture à Palmyre.

30En 1987-88, malgré des labours tardifs qui se prolongèrent jusqu’en janvier, on cultiva 55 000 hectares dans le nahiyé.15 L’année fut exceptionnelle (234 mm de pluie) et les résultats provoquèrent une véritable fièvre dans la cité. A l’automne 1988, 80’000 hectares furent loués par l’Etat dans la mantaqa de Palmyre, dont les deux tiers dans le nahiyé de Sukhné, à raison de 100 livres syriennes par hectare. Les droits avaient été attribués pour 60 % aux bédouins et 40 % aux Sukhniotes.

31Jusqu’à ces dernières années, les bédouins ne se lançaient pas eux-mêmes dans la culture. Ils passaient contrat avec un exploitant agricole (muzara’a) qui les sollicitait et à qui ils cédaient leur terre pour une saison en échange d’un pourcentage de la récolte. Les exploitants agricoles dans le nahiyé de Sukhné et au-delà, dans la mantaqa de Palmyre sont la plupart du temps des Sukhniotes, commerçants et citadins. Ceux-ci étendent actuellement leur rayon d’action sur plus de 100 kilomètres.

L’exploitant agricole, un “manager”

32Comment une extension aussi rapide et qui, à certains égards, rappelle le développement de la culture sur l’Euphrate dans les années cinquante, s’est-elle opérée ? Comment les Sukhniotes s’y sont-ils pris pour réunir les différents moyens de production ? Nos réponses s’appuient sur les observations effectuées en novembre 1986, mais surtout sur la comparaison entre les années 1988 (exceptionnellement pluvieuse) et 1989 (sèche).

33L’exploitant agricole sukhniote n’a souvent ni terre (si ce n’est un droit de culture familial de 45 hectares, plafond fixé par la réforme agraire) ni machines agricoles, mais il dispose d’une camionnette pour ses déplacements. Il a en général un commerce ou diverses autres activités saisonnières, car la culture ne l’occupe que pendant deux mois de l’année (un mois au moment des labours et un mois au moment des moissons où il plante sa tente près des champs). La surface qu’il cultive dépend du capital qu’il est disposé à investir. Ainsi, elle peut varier du simple au double d’une année sur l’autre. En 1988, la surface cultivée s’élevait de 300 à 600 hectares, l’année suivante entre 6 et 1200 hectares. La dimension de “l’entreprise” s’exprime en nombre de sacs : “En 1987, j’ai semé 400 sacs”, cette année j’en ai semé 800 : 300 ici, chez A. des Sba’a à 35 %, 200 là, chez B. à 20 %, 100 chez les Rwala à Tyas à 40 %, etc. Il s’agit essentiellement de culture d’orge, les familles ne cultivant qu’un peu de blé pour la consommation locale. Elles se font sans apport d’engrais autre que la fumure résultant d’une pâture des chaumes et souvent sans respect des temps de jachère, notamment dans les dépressions.

34L’exploitant agricole sukhniote a un rôle comparable à celui d’un promoteur ou d’un “manager”. Entrepreneur de culture et non cultivateur, il prend l’initiative à chaque saison de trouver la terre, le financement, les semences, de faire exécuter les travaux, d’organiser le transport et de vendre la récolte. Pour chacune de ces opérations, il traite avec des partenaires différents. Etant donné la concurrence, les relations que lui ou les membres de sa famille peuvent avoir créées et entretenues dans l’exercice de leur activité commerciale sont précieuses. Une des parties les plus délicates de l’opération est d’essayer d’obtenir des bonnes terres auprès d’ayants droit. En général, l’entrepreneur sukhniote s’associe à un chef bédouin de la tribu Sba’a qui traite en son nom pour les membres de la sous-section de sa tribu (présents ou non en Syrie) qu’il a fait inscrire comme ayants droit à la Direction des Finances de Palmyre. Un chef peut ainsi détenir 15 à 30 autorisations de 45 hectares chacune.

  • 16 Ce qui au total constitue pour les bédouins une rente qui n’est peut-être pas moins confortable que (...)

35Suivant le nombre de sacs de semences dont il dispose, l’entrepreneur traite avec un, deux ou trois cheikhs. Le propriétaire/titulaire de la terre reçoit, sans débours autres que le paiement de la taxe locative, 20 à 40 % de la récolte, plus fréquemment 30 à 35 % quand il s’agit de vallons (10 % seulement pour les terres “interdites” – les pentes – où les labours sont plus onéreux) et il a droit aux chaumes.16

36L’entrepreneur est un investisseur. Son apport personnel peut constituer 40 à 50 % du capital engagé ; il fait également “travailler” l’argent que lui confient des associés qui partagent avec lui les frais et la récolte au prorata de leur participation financière. Ses associés sont en général des membres de la famille, du lignage, des alliés ou encore des clients ou amis qui ont confiance en lui et désirent placer leur argent. Ainsi : K. apporte 50 % et s’associe avec ses deux frères pour 25 % plus deux autres Sukhniotes pour 25 %. L’apport de chacun des associés représente souvent à son tour la somme de plusieurs apports individuels réunis à l’intérieur de leur propre maison. Les jeunes qui ont travaillé quelques mois dans le Golfe placent ainsi leurs économies en attendant la réalisation d’un projet à plus long terme. Les femmes et même les jeunes filles peuvent aussi, en vendant leur or, participer à la mise du chef de famille pour un certain nombre de parts, sans qu’il n’y paraisse rien au dehors.

37En 1988, il était fréquent d’entendre dire : “moi et mes frères, nous avons mis 100’000 livres dans l’agriculture” et cette dernière apparaissait comme une affaire d’hommes. Mais, si on se retrouvait chez les femmes, on entendait : “moi et ma mère, ou moi et ma belle-sœur, nous avons mis 15’000 livres, ou 25’000 livres”, et l’on comprenait ainsi comment avaient pu être rassemblées des sommes conséquentes dans des familles apparemment modestes.

38Les semences sont achetées à l’Etat par l’intermédiaire de la Banque agricole, dans la mesure du quota auquel donnent droit les autorisations de culture. Dans la quasi-totalité des cas, l’entrepreneur complète pour un quart ou un cinquième par des achats sur le marché “libre” à un taux évidemment plus élevé. (En 1988 le sac de 100 kilos de semences d’orge était vendu par l’Office des Céréales à 280 livres syriennes et coûtait 475 livres sur le marché.) Les sacs sont livrés à Sukhné. L’entrepreneur loue les services d’un transporteur (sukhniote) pour l’acheminement par camion jusqu’au champ à ensemencer.

39La culture est entièrement mécanisée mais très peu de Sukhniotes détiennent des machines. Les Sukhniotes ont l’habitude de traiter avec les entrepreneurs de machines de Djézireh qui effectuent semences et labours avec des tracteurs équipés de charrue, comprenant 24 à 32 disques et semoir mécanique. Quand la pression est trop forte, comme en décembre 1987 lorsque les labours entrepris après la sortie du décret ont dû être effectués en peu de temps, on est même allé chercher les machines jusqu’en Turquie. Les labours se payent à l’unité de surface ou au nombre de sacs de semence.

40Pour les moissons, on traite encore avec des entrepreneurs de la Djézireh ou du Ghab selon les relations de chacun et la disponibilité des machines dans telle ou telle région, car les entrepreneurs de machines jouent sur le décalage de maturité des récoltes pour tourner d’une région à l’autre. Ils viennent avec leur mécanicien et un ouvrier, livrent les sacs cousus sur le bord du champ et prennent 12 à 15 % de la récolte.

41Les machines parcourent ainsi, en sens inverse, le même trajet que les troupeaux... et que les commerçants sukhniotes qui suivent les tribus dans leur transhumance ou leur nomadisation. Les réseaux de relations recoupent les terrains de parcours. Le commerce, l’élevage et aujourd’hui l’agriculture ont tissé au cours des saisons, d’année en année, des relations entre les différentes populations de la steppe de Sukhné et les agriculteurs ou les entrepreneurs de ces deux grandes régions agricoles. C’est encore en Djézireh que les marchands sukhniotes vont acheter la paille (teben) et les aliments nécessaires aux troupeaux pour l’hiver, car dans la Palmyrène, contrairement à la Djézireh, on moissonne haut, laissant les chaumes pour la pâture.

42L’entrepreneur loue à nouveau un transporteur et un ouvrier pour charger et transporter la récolte jusqu’à Sukhné. Le gouvernement qui a fourni les sacs, organise pendant la moisson un centre de collecte à Sukhné, assure le transport et le stockage au-delà, vers les silos de l’Etat. Les camions sukhniotes, qui achèvent à cette époque le transport des troupeaux vers la Djézireh ou le Ghab, sont mobilisés pendant toute une partie de l’été pour celui des récoltes. Ils ne suffisent pas toujours à la tâche ; en 1988, l’Etat a dû réquisitionner des camions sur la route.

Risques et calcul économiques

  • 17 Les cours de l’orge et du blé ont connu une augmentation très sensible depuis les années quatre-vin (...)

43Les bonnes années, les entrepreneurs sont garantis contre la mévente ou un effondrement des prix car l’Office des Céréales, à qui tout producteur est tenu de livrer sa récolte moins les 20 % ou 30 % autorisés pour l’autoconsommation, achète la totalité de ce qui lui est livré à un prix fixé en début de campagne.17 Les producteurs sont payés sur place, en liquide. La comparaison avec les années cinquante est présente dans les esprits. On nous a souvent fait remarquer que si, en 1988, l’Etat n’avait pas acheté entièrement la récolte, l’orge serait allée dans les fossés, “comme le blé en 1956”. Quand les récoltes sont maigres, et que l’on considère le prix fixé par l’Etat trop bas, on s’arrange pour ne rien livrer à l’Office et le grain est dirigé vers le marché “libre” ou même au-delà des frontières, vers les pays voisins où les prix ne sont pas plafonnés.

44Les années où, après un automne pluvieux, survient un printemps sec comme en 1989, les champs ne sont pas moissonnés. Le blé en herbe est loué en pâture aux tribus de bergers Hadidiyin et le prix de la pâture rembourse les frais et peut même permettre un léger profit. Le propriétaire de la terre bénéficie de la repousse mais, pour ceux qui ont semé en dehors des vallons, la culture de l’orge peut être l’occasion d’une perte sévère. Rien ne sortira du sol qui s’envolera en poussière au premier vent et, si la sécheresse se poursuit sur plusieurs saisons successives, le terrain sera rapidement perdu pour la culture et pour la pâture. Le risque existe donc pour les producteurs. Il est connu de tous mais son évaluation, bien loin de se limiter aux aléas climatiques, doit prendre en compte un ensemble d’éléments économiques et, au premier chef, les besoins de l’élevage.

45Remarquons que le risque d’un désintérêt pour le statut des terres ne semble pas si grand. Le décret de 1987, autorisant les cultures sur la base d’une attestation d’usage antérieur de la terre, a relancé le problème foncier. L’acquisition de droits susceptibles d’être enregistrés par l’administration a fait de la terre un enjeu et suscité des tensions entre Sukhniotes et bédouins. Celles-ci sont d’autant plus importantes que les Sukhniotes ont pris conscience de la fragilité de leur situation : d’une part, les chefs bédouins, devant la concurrence que les Sukhniotes ont établie, augmentent leurs exigences relatives à la part de récolte revenant à la terre, sans se soucier du taux fixé par la réforme agraire ; d’autre part, des bédouins se sont mis ces dernières années à cultiver ou faire cultiver pour leur propre compte, se passant des Sukhniotes. La question est désormais entre les mains de l’Etat, arbitre incontournable.

L’intensification de l’élevage

  • 18 Ce phénomène est assez général ; il a été analysé par Bonté (1987) en Mauritanie, à l’autre extrémi (...)

46L’essor de la culture de l’orge dans la steppe est étroitement lié à celui de l’élevage moutonnier et aux transformations récentes qu’il a connues.18

47Après les coupes sombres qu’avait subies le troupeau syrien pendant les années de sécheresse entre 1958 et 1961 puis lors du départ des grandes tribus vers le Golfe en 1965-1966, l’élevage redémarra timidement. Les Sukhniotes qui s’y lancèrent firent alors travailler l’argent de leurs parents plus fortunés de Raqqa ou celui de commerçants alépins. En 1970, “l’année de la neige”, la montée brutale des cours de la viande de mouton encouragea les placements. En quelques années, les éleveurs sukhniotes se constituèrent un capital leur permettant de ne plus dépendre des marchands citadins d’Alep ou de Raqqa.

Les formes d’élevage se diversifient

  • 19 En 1984, certains éleveurs ont perdu ainsi un quart et les plus gros éleveurs jusqu’à la moitié de (...)
  • 20 Les troupeaux d’éleveurs appartenant à certaines grandes tribus comme les Rwala ou les Sba’a pratiq (...)

48Le contrat traditionnel d’association “à l’os” (50/50), passé entre les sédentaires et les tribus d’éleveurs ‘Omur ou Hadidiyin à qui les premiers confient leurs troupeaux, susbiste. Par ailleurs, une autre forme d’élevage pastoral se développe, les sédentaires gérant eux-mêmes le troupeau avec l’emploi de bergers salariés, recrutés au sein des mêmes tribus. Ces éleveurs sédentaires, dotés d’un moyen de transport (camion ou camionnette), n’hésitent plus à s’établir sous la tente pendant la période de transhumance avec les membres de leur famille indispensables aux travaux du campement. Au printemps, ils sont dans le hamad et font le va-et-vient avec Sukhné ou le puits le plus proche pour approvisionner les moutons en eau. En mai ou juin, quand les pâturages s’épuisent, ils organisent le transport par camion vers la Djézireh, le Ghab ou le Hawrân où ils louent des pâtures pendant tout l’été. Si la vente des agneaux ne suffit pas à couvrir les frais, ils vendent alors un certain nombre de brebis ;19 ils reviennent dans la Palmyrène à l’automne. Enfin, ils comptent sur le fourrage et les aliments du bétail pour passer l’hiver dans le hamad, au sud-est de Sukhné, restant à proximité d’un puits et d’une grange-entrepôt construite par l’éleveur propriétaire du troupeau.20

49Comme pour la culture de l’orge, ces troupeaux donnent lieu à des formes de partenariat multiples et variées. Ils sont constitués à partir de ce que l’on pourrait appeler une “société familiale d’élevage” formée d’un petit noyau d’éleveurs professionnels, étroitement apparentés, qui se partagent les tâches de gestion du troupeau. Ces éleveurs drainent, sous forme de prises de parts dans l’affaire, l’argent de ceux des membres de leur groupe familial élargi qui désirent investir dans l’élevage de moutons, sans participer à la gestion du troupeau. Quel que soit le mode de gestion retenu, les tâches techniques, garde du troupeau, soin des bêtes etc., sont confiées à des ‘Omur ou des Hadidiyin réputés avoir cette compétence et acceptant le statut de “berger”. Les propriétaires/éleveurs se réservent, quant à eux, les tâches commerciales et le transport d’eau et de fourrage. La formation d’un troupeau s’accompagne nécessairement de l’achat d’un tracteur, d’un pick up ou d’un camion et d’une citerne.

50A côté de l’élevage pastoral, “du troupeau vif, en steppe” (brebis), les éleveurs sukhniotes se sont mis dès 1970 à pratiquer, à l’instar des commerçants citadins de Hama ou d’Alep pour le compte de qui ils ont longtemps travaillé (et qui sont souvent leurs compatriotes), l’engraissage des agneaux mâles, c’est-à-dire un “élevage commercial” destiné à la revente. En témoignent les aménagements d’enclos pour les bestiaux dans les vastes cours des maisons et, plus récemment, la construction de khân, sur la route, à la sortie de la cité.

  • 21 Sur les coopératives en Syrie, voir l’étude de Ronald Jaubert.

51Le redémarrage précoce de l’élevage dans la Palmyrène, qui fut accompagné de la création des premières coopératives d’élevage et d’engraissage,21 plaça les éleveurs de la Palmyrène dans une position favorable au moment de la guerre d’octobre 1973. Quand l’armée chercha de gros contrats pour approvisionner les troupes mobilisées, les coopératives de la Palmyrène furent parmi les seules à pouvoir fournir rapidement des quantités importantes. Dans les années qui suivirent, ces coopératives trouvèrent dans les contrats avec l’armée un débouché sûr et avantageux. Dans ces contrats, le prix de la viande sur pied et le contingent de viande à fournir pendant la saison (minimum de 10 tonnes par contingent) étaient fixés au moment de la signature, en février. Le principe est aujourd’hui le même pour ceux qui traitent avec l’Office des Viandes.

Interventions de l’Etat en faveur de l’intensification

52Après la sécheresse de 1973, le gouvernement mit en œuvre avec l’aide de la Banque mondiale un programme pour l’amélioration des pâturages, tout en encourageant l’élevage intensif. Il poursuivit le forage de puits artésiens qui facilitèrent l’accès de pâturages jusque-là inaccessibles aux troupeaux, notamment ceux du hamad, très appréciés pour la qualité de viande qu’ils engendrent. Il développa la fourniture d’orge et d’aliments du bétail aux membres des coopératives. Cette prestation, initialement destinée à pallier les effets dévastateurs de la sécheresse, se généralisa et les éleveurs y eurent recours de façon systématique, les prix de l’Office des Fourrages, fixés en début de saison, étant pour eux fort avantageux.

53En 1978, l’Office des Fourrages construisit un entrepôt à Sukhné et la cité devint le centre de distribution pour l’ensemble de la mantaqa de Palmyre. Dès 1980, l’Office distribuait à chaque éleveur/coopérateur une quantité fixe (100 kilos par an par brebis, 60 kilos trois fois par an pour les agneaux mâles) et ce, pour un nombre de têtes limité à 250 brebis pour le troupeau fixe et à 50 mâles par cycle d’engraissage. Lors des années sèches, l’Office accordait un quota d’aliments supplémentaire pour les mois d’été, et pouvait accepter une remise partielle des dettes. Ainsi, l’Etat reprenait les traditions des marchands locaux. L’éleveur recevait son quota de fourrage au début de l’hiver contre 20 % de la somme payée comptant et réglait le solde, au printemps, au moment de la vente des agneaux.

  • 22 Quand nous passâmes à Sukhné pour la première fois en 1982, les gens, nous a-t-on dit, vendaient le (...)
  • 23 En 1984, avec la sécheresse, les prix de la viande sur pied s’effondrent. L’agneau d’engraissage to (...)

54La poussée démographique, l’urbanisation, la montée rapide du niveau de vie en Syrie après 1973, enfin l’ouverture des marchés du Golfe, accrurent fortement la demande de viande de mouton et les prix continuèrent à monter. Ces conditions économiques favorables, jointes aux mesures d’encouragement du gouvernement, provoquèrent un accroissement rapide du troupeau. Entre 1978 et 1982 (Al Samman, 1985), le troupeau syrien passa de 8,1 millions à 11,3 millions, ce qui équivaut à une croissance moyenne de 12 % par an. La progression revêtit une ampleur particulière dans la mantaqa de Palmyre22 où le nombre de têtes relevant des coopératives tripla entre 1978 et 1985 ; malgré les pertes conséquentes de 1984,23 il atteignit alors les 300’000.

55Pendant cette période, à Sukhné comme dans l’ensemble de la mantaqa, la participation aux coopératives s’élargit. Le nombre d’éleveurs inscrits passa de 150 à 290, tandis que la taille des troupeaux augmenta. La plupart des membres détiennent aujourd’hui un nombre de bêtes bien supérieur au quota maximum. Les troupeaux individuels de 300 à 600 têtes sont courants et plusieurs dépassent le millier. L’engraissage qui facilite les investissements à court terme progresse, surtout dans les deux oasis de Sukhné et Taybé où les éleveurs sont souvent inscrits dans les deux types de coopératives.

Accentuation de la complémentarité entre élevage et agriculture

56Les quotas de fourrage alloués aux coopérateurs par l’Etat sont insuffisants, particulièrement durant les années sèches, et ils ne concernent que les troupeaux enregistrés dans les coopératives locales. La croissance du troupeau qui, au printemps, fait affluer dans la steppe les éleveurs de la zone intermédiaire (de Selemiyé, de Bab el Menbij, etc.), augmente la pression sur les pâturages naturels, et par la suite, la demande en fourrage tel que l’orge. Sukhné est pour eux le marché où ils s’approvisionnent pour la saison.

57Plusieurs commerçants sukhniotes se sont spécialisés dans la vente en gros des aliments pour le bétail (alaf). Ils trouvent l’orge sur place et achètent la paille et les autres aliments aux producteurs de la Djézireh. Ils approvisionnent les bédouins tout au long de l’hiver, selon le principe de l’avance, et attendent le printemps pour être payés. La demande croissante de pâture et d’orge a fait monter les cours sur le marché “libre”. De ce fait, les risques de la culture de l’orge sont atténués. Les Sukhniotes en sont tout à fait conscients et ont modifié leur politique d’investissement en conséquence. Comparant la rentabilité de l’investissement dans l’élevage et dans l’agriculture, ils expliquent que, depuis quelques années, la culture sèche est bien plus profitable : “Si on met 100 dans l’agriculture, une année sur trois environ, on peut gagner trois ou quatre fois la mise. Les mauvaises années on compense ses frais avec la location de la pâture, alors qu’avec l’élevage, au mieux on double la mise et on peut perdre gros.” Il est vrai qu’aujourd’hui le contrôle des frontières ne permet plus les bénéfices d’une exportation clandestine que Sukhniotes et bédouins ont un temps pratiqué en direction de l’Arabie.

58On n’abandonne cependant pas l’élevage pour autant. Pour les Sukhniotes qui, dans leur grande majorité, ignorent le compte en banque, le mouton est un placement, un capital qui permet de faire face aux dépenses imprévues ou que l’on réalise quand on a besoin de liquidités pour un mariage, pour l’achat d’une machine, d’une voiture, pour agrandir la maison, ouvrir un atelier ou une boutique, pour prendre des parts dans un camion ou pour acheter des semences quand on veut investir dans l’agriculture. A l’inverse l’argent gagné dans l’agriculture lorsque la récolte a été bonne sera, en partie, placé dans l’élevage.

59La fortune des grands commerçants s’évalue souvent au nombre de têtes qu’ils ont dans la steppe. L’opinion publique suit leur évolution, calcule les gains ou les pertes qui sont les leurs. En 1986, Haj Ahmed, nous dit-on, avait 16’000 têtes dans la steppe, Farhan M. 7000, etc. Pour ceux-là, le rapport à l’élevage est celui du citadin qui place son argent ; mais cela exige un savoir-faire dans la prise de décision d’achat, de revente, dans le traitement des marchés avec l’Etat ou avec leurs clients en Arabie Saoudite, au Kuwait ou au Qatar. Ces commerçants, qui ont un pied-à-terre à Raqqa ou Alep et dont le commerce s’appuie sur les produits de la steppe, ont aussi des terres de culture et des camions, les trois richesses complémentaires de la steppe. A Sukhné, on nous a signalé cinq ou six marchands de cette envergure.

Vendre ou ne pas vendre ? Les incertitudes du marché

60L’élevage aux saisons charnières donne lieu à des calculs constants. La surveillance des cours est quotidienne. Même si à l’heure actuelle Sukhné ne dispose pas du téléphone, on y connaît à tout moment les cours du fourrage, des pâtures en Palmyrène, en Djézireh ou dans le Ghab, celui du transport et celui de la viande, en livres syriennes et en dollars, en Syrie et en Arabie Saoudite. On guette l’ouverture de la frontière pour pouvoir exporter dans le Golfe ; en effet, ces dernières années, en particulier depuis 1986 et le début de la crise économique qui a vu l’effondrement de la livre, les coopératives de la Palmyrène, attirées par les cours du marché libre, n’ont plus renouvelé les contrats avec l’armée.

61Les Sukhniotes ont particulièrement développé l’élevage commercial ovin afin de répondre à une augmentation de la demande venant du Golfe. Kamal, commerçant et entrepreneur agricole, n’y fait pas exception. Il a acheté à Deir ez-Zôr 110 dughlé, agneaux mâles d’un an, à 3200 livres syriennes la tête, par l’intermédiaire d’un courtier qui les lui a livrés à Sukhné. Il a loué un berger bédouin chez les ‘Omur (2000 livres par mois) pendant trois mois. Ces moutons sont achetés dans un but commercial, c’est-à-dire pour la revente. “J’achète parce que j’ai une pâture.” Mais les cultures, endommagées par le gel de février 1989, se sont révélées insuffisantes. Aussi le berger fait-il pâturer le bétail dans la journée et donne-t-il un complément d’orge le soir et le matin.

62Kamal a acheté, en prévision, 100 sacs d’orge (et d’aliments divers) pour ses moutons, dont la moitié à l’Etat à 400 livres le sac et l’autre moitié sur le marché libre à 550 livres le sac. Nous étions le 16 mai, ses moutons pesaient environ 60 kilos et il lui restait encore un peu de fourrage ; aussi attendait-il pour les vendre que le prix de la viande remonte. Il avait calculé que chaque tête lui revenait à 3500 livres et voulait les vendre au moins à 60 livres le kilo sur pied.

63Ceux qui n’avaient pu attendre, parce qu’ils manquaient de fourrage ou de pâture dont le prix augmentait tous les jours, avaient perdu près de 1000 livres par tête. Vingt jours plus tôt, au moment de la fête de fin du Ramadan, le prix de la viande sur pied était en effet descendu à 47 livres par kilo. L’ouverture de la frontière, c’est-à-dire l’autorisation d’exporter vers l’Arabie Saoudite, intervenue peu de temps après les fêtes, faisait depuis quelques jours remonter les cours. Au moment de l’interview, le cours était à 57 livres. Cette année-là, le prix d’achat fixé en début de saison par l’Office des Viandes était de 72 livres. Cependant les coopératives avaient boudé les circuits du secteur public, espérant renouveler l’opération de l’année précédente lorsque les cours du marché libre avaient grimpé jusqu’à 130 livres le kilo tandis que le tarif de l’Etat plafonnait à 110 livres. La brebis qui, au printemps 1988, valait 5000 livres ne se vendait plus que 2000 à 2500 livres en mai 1989. Il fallait vendre à perte une partie du troupeau pour acheter du fourrage, payer le transport en Djézireh, la location des pâtures, l’eau et peut-être encore un complément de fourrage. Les troupeaux fondaient.

64Certains éleveurs ayant de très gros troupeaux renouaient avec la pratique de la transhumance pour éviter les pertes qu’aurait entraînées le transport en camion. En effet, le tarif du transport évoluait en sens inverse après la brusque augmentation du prix de l’essence (200 % en mai 1989).

65Le gouvernement, en ouvrant et en fermant la frontière, en fixant un prix à la saison pour les contrats qu’il propose et en organisant une distribution de fourrage à prix fixe pour la saison, pèse sur les prix et est en partie maître du jeu, jouant tantôt l’entrée de devises, tantôt les prix à la baisse sur le marché local pour réduire l’inflation. Reste à l’éleveur ou à celui qui investit dans le mouton de jouer entre marché d’Etat et marché libre, et ce jeu s’apparente fort au jeu boursier.

Logique productive ou jeu spéculatif ?

66L’extension de la culture de l’orge autour de Sukhné peut apparaître comme un cas limite en Syrie. Il est cependant intéressant de revenir sur les conditions propres à la steppe dans laquelle elle a lieu et sur les logiques socio-économiques auxquelles elle obéit ou dans lesquelles elle s’insère.

67La caractéristique dominante, qui ressort de l’analyse des activités économiques des Sukhniotes, réside dans le côté aléatoire des ressources de la steppe et dans leur étroite interdépendance. Qu’elles proviennent du commerce, de l’élevage ou de l’agriculture, ces ressources sont dépendantes de la pluie et de la présence des tribus dont l’afflux saisonnier dans la Palmyrène est lui-même fonction des pâturages naturels ou des pâtures (sur cultures). La rareté et surtout l’extrême irrégularité des précipitations d’une année sur l’autre, d’un lieu à l’autre, empêchent toute prévision et freinent les projections sur l’avenir. En milieu steppique, le risque est inhérent à toutes les activités.

  • 24 Caractéristique du marchand et plus précisément du commerce caravanier dans l’Empire ottoman (Inalc (...)

68Gens du commerce, trafiquants, négociants habitués à jouer sur les différences de prix entre les saisons et entre les marchés,24 les Sukhniotes ont intégré le risque climatique ; ils en évaluent, en calculent les effets économiques et abordent les différentes activités comme partie d’un jeu boursier, en spéculateurs. Ils font face au risque par la diversification et la mobilité (Métral F. et J., 1991). Ils s’engagent dans une activité ou s’en retirent en fonction des probabilités de gains à court terme et de la conjoncture économique du moment.

  • 25 Cette étude a été rédigée en 1991. Notre travail de terrain s’étant effectué à la fin d’une décenni (...)

69Le jeu spéculatif est pratiqué par tout un chacun, dès qu’il y a le moindre surplus.25 Il relève de l’initiative individuelle mais il est coordonné, canalisé, par les réseaux de parenté et activé par la compétition sociale entre les groupes lignagers. Aussi l’investissement est-il diversifié, atomisé, flottant ; il se déplace d’une activité à l’autre, selon les mouvements d’opinion concernant les “coups à tenter”. La culture de steppe est particulièrement propice à cette spéculation, en raison de la promesse assez vague mais devenue tentante d’une à trois bonnes récoltes tous les dix ans, ou plus exactement de trois années de gain sur dix.

70Si le risque climatique est, dans la steppe, beaucoup plus important que dans les zones agricoles de l’ouest et dans la zone agro-pastorale étudiée par l’ICARDA (Centre international de recherche agricole pour les régions sèches), ses effets économiques sont aujourd’hui tempérés par la conjugaison d’un ensemble de facteurs : l’intervention de l’Etat syrien à travers son circuit de distribution (vente de fourrage pour les troupeaux et de semences pour les cultures, achat des récoltes de céréales et de la viande sur pied à des prix fixés en début de saison, évitant la mévente, soutenant ou modérant les cours) ; la possibilité d’exportation dans les pays du Golfe, c’est-à-dire un marché du mouton en expansion, et son corollaire, “l’indexation du mouton sur le dollar”, garantie précieuse en période de dévaluation de la livre syrienne ; enfin, l’étroite intégration locale entre agriculture et élevage. Ces deux derniers facteurs provoquent le développement du “marché libre”.

71Ce marché libre est par moment contrôlé, par moment toléré ou autorisé et l’irrégularité de ce contrôle contient en elle-même un facteur de spéculation, un jeu possible entre circuit d’Etat et marché libre ou clandestin. Dans ce contexte, la place reconquise par les Sukhniotes dans le transport international en direction des pays du Golfe et leur connaissance des pistes de la steppe constituent pour eux un atout supplémentaire.

  • 26 Ainsi Kamal qui a une licence lui assurant le monopole de la distribution des huiles et graisses po (...)

72La culture de l’orge représente une ressource d’appoint pour les Sukhniotes qui y investissent. Pourtant, en 1988, elle a rapporté à elle seule souvent plus du double des revenus de base assurés par le commerce.26 Une bonne année crée l’euphorie. A l’automne suivant, les Sukhniotes, “attirés par l’appât du gain” selon leur propre expression, ont semé le double de l’année précédente, préférant maximiser les risques en tentant un “gros coup” plutôt que de les minimiser en semant modérément, dans les seuls endroits propices. De même, les gains élevés réalisés dans l’élevage en 1988, la montée en flèche des cours de la viande les ont encouragés à jouer à la saison suivante le marché libre avec ses risques plutôt que la sécurité offerte par les contrats avec l’Etat. Inversement, une perte sévère rend prudent. Après la sécheresse de 1984, certains ont réduit leur troupeau pour investir dans la seule richesse qui offre une certaine garantie à moyen terme : le camion et, pour jouer parallèlement dans ce qui apparaissait plus profitable, la culture d’orge.

73Les formes de production de la culture de l’orge traduisent ce rapport au risque, le souci de préserver sa mobilité face à l’incertitude. La culture s’opère sans appropriation de moyens de production, sans immobilisation de capital, autre que l’avance nécessaire pour les semences, le labour et le transport. Il n’y a pas d’achat de terre, pas même de location à long terme. L’unité de production est fluctuante, sans lien permanent avec le sol. Elle ne comporte pas de bâtiment, pas de matériel agricole propre. Si l’entrepreneur achète parfois un tracteur, cet investissement est temporaire, pour une ou deux années pluvieuses, tant qu’il peut être rapidement amorti par un usage commercial. Il sera revendu à la première saison sèche. “Les mauvaises années, le cours des machines agricoles chutent tout comme celui du mouton.” Tout est négocié à la saison. Si certains partenaires sont stables d’autres se renouvellent.

74La culture, telle qu’elle est pratiquée, n’exige que peu de connaissances techniques de la part de l’entrepreneur puisque les tâches techniques sont effectuées par des contractants extérieurs. Les rendements dépendent de la pluie et de la localisation des terres. La conservation des sols n’est pas le problème de l’entrepreneur. Les incidences écologiques des labours ne sont prises en compte que lorsqu’elles ont des effets économiques sur les terres appropriées ; pour le reste, elles sont le problème de l’Etat... et des experts. C’est dans le repérage des terres, la connaissance de la steppe d’une part, la richesse des relations qu’il entretient, la capacité à négocier et à obtenir l’information d’autre part, que réside la réelle compétence de l’entrepreneur.

75L’intégration entre agriculture et élevage est très étroite au niveau local. Elle prend la forme de contrats multiples, d’associations constantes entre sédentaires, tribus de bergers et Sba’a pour la production. Elle s’opère également par l’intermédiaire des commerçants du souk ou du “marché libre” et par le système de redistribution de l’Etat. La répartition des rôles entre les uns et les autres est liée à des identités et des spécificités qui se maintiennent tout en s’adaptant aux nouvelles conditions. Ces identités tendent même à se renforcer, par exemple dans les négocia-rions avec l’Etat sur le problème foncier et en raison du développement des relations commerciales avec les pays du Golfe où les Sba’a, bien implantés, peuvent servir d’intermédiaires, de garants (kafil) aux négociants sukhniotes.

76Cependant, contrairement à la zone de transition agro-pastorale, il n’y a pas nécessairement intégration verticale des activités, notamment de l’agriculture et de l’élevage, au niveau individuel ou familial. Les champs cultivés n’ont pas, comme cela est souvent le cas sur l’exploitation de la zone agro-pastorale, pour première fonction de nourrir le troupeau. A l’intérieur d’un groupe familial élargi (60 à 150 personnes), chaque activité est pratiquée par un petit nombre d’individus, disons de spécialistes, et peut en intéresser financièrement un nombre beaucoup plus grand. La participation de chacun est élective. L’entreprise familiale repose sur des capitaux, des liens d’association, des réseaux de connaissance qui se combinent, s’associent pour des périodes brèves ou se renouvellent dans des compositions ou recompositions variées. Chaque activité, chaque entreprise donne lieu à des prises de parts, une comptabilité spécifique et obéit à la logique du marché. Ainsi, l’élevage de steppe n’alimente pas nécessairement l’engraissage qui, au sein de l’unité familiale, peut être pratiqué avec des capitaux d’origine autre, donc des partenaires différents de celui du troupeau, et s’effectuer avec des agneaux achetés sur le marché. L’orge produit n’est que partiellement stocké pour les besoins du troupeau. Pour le reste, il est revendu si les cours sont favorables.

77L’intégration entre les différentes activités n’a lieu que conjoncturellement, lorsqu’elle apparaît une solution rentable. Elle est fonction des conditions d’un marché dont les dimensions sont à la fois locales, nationales et internationales, et elle s’appuie toujours sur les réseaux de relations personnalisées soigneusement entretenus par ces commerçants.

Bibliographie

AL SAMMAN, H.
1985 Sheep in Syrian Arab Republic and the designed program for supplying their forage needs, Damascus, Report to the Ministry of Agriculture.

BONTE, P.
1987 “L’herbe ou le sol ? L’évolution du système foncier pastoral en Mauritanie du Sud-Ouest”, in M. Gast (éd.), Hériter en pays musluman. Habus, lait vivant, Manyahuli, Paris, CNRS, pp. 193-214.

BOUCHEMAN, A. de
1934 “Notes sur la rivalité de deux tribus moutonnières de Syrie : les Mawali et les Hadidiyin”, Revue des Etudes Islamiques, (1), pp. 8-58.
1939 Une petite cité caravanière, Suhné, Beyrouth, IFD, Document d’Etudes Orientales.

INALCIK, R.
1987 “Marchés et marchands dans l’empire ottoman”, Extraits de l’article paru en anglais dans le Journal of Economie History en 1969, traduits en français et publiés in MAUSS, 8, (2), pp. 13-37.

MÉTRAL F. et J.
1991 “Entre Palmyre et l’Euphrate : oasis et agriculture dans la Palmyrène”, in M.C. Cauvin (éd.), Rites et rythmes agraires en Méditerranée et au Proche-Orient, Lyon, Maison de l’Orient, Collection Travaux n° 20, pp. 87-108.

MUSIL, A.

1928 Manners and customs of the Rwala Bédouins, New York, American Geographical Society (reprinted in 1978).

NAAMAN, A.
1951 Le pays de Homs, Tome II, La zone steppique, Thèse principale pour le Doctorat ès Lettres, Paris, Sorbonne (dactylographié).

TRABOULSI, M.
1991 “La variabilité des précipitations dans le désert syrien”, Méditerranée, 4, pp. 47-54.

Notes

1 J. Hannoyer, J. Métrai et nous-même avons visité l’oasis la première fois en février 1982, peu après l’ouverture de la route, et avons décidé d’en faire l’étude en raison de la monographie existante de A. de Boucheman (1939). Une mission préparatoire a été effectuée en avril 1985 avec M. Naçiri pour obtenir les autorisations. L’étude proprement dite a été menée grâce à la participation financière du Ministère de la Recherche et de la Technologie français, de l’IFEAD de Damas et du CNRS, au cours de trois missions d’un mois, en novembre 1986, avril 1988 et avril-mai 1989, par J. Hannoyer, J. Métrai et nous-même, avec la participation ponctuelle de B. Geyer (bio-géographe) et M. Traboulsi (climatologue). Nous remercions ici les autorités du Ministère de la Culture et de l’Agriculture syrien, les responsables de la Direction des Finances et de la Direction des Antiquités à Palmyre pour leur compréhension et leur aide. Nous remercions également tous les Sukhniotes qui nous ont généreusement offert leur hospitalité et ont patiemment supporté notre curiosité.

2 Fonction qui lui échappe au profit de Damas à partir de 1870.

3 Le pipeline de l’IPC qui marque la limite sud du nahiyé fait la séparation avec le territoire des Rwala qui sont rattachés à Palmyre, les Feda’an se retrouvant quant à eux plus au nord à l’intérieur des limites du mohafaza de Raqqa. Selon un accord conclu entre les tribus Aneze par l’entremise du gouvernement, les divisons administratives actuelles recoupent ainsi, avec la volonté de les fixer, les anciens terrains de parcours (campements d’été) de ces tribus.

4 Ils sont toujours inscrits séparément à l’Etat-civil sur le livre des “tribus bédouines”.

5 Sur les 114 puits privés (à usage pastoral ou agricole) recensés par la direction de la steppe dans le nahiyé, 51 appartiennent aux Sba’a, 5 aux ‘Omour, 58 aux sédentaires (38 aux gens d’El Kôm, 12 à Sukhné, 6 à Taybé). La capacité de débit de ces puits dont la plupart sont artésiens varie de 4 à 30 m3/heure) Il y a par ailleurs 17 puits gouvernementaux dans la badiyé du mobafaza de Homs.

6 Le terme de Sukhni, comme ailleurs celui de Qubeisi ou Rahjbawi (Musil, 1928 : 25, Boucheman, 1934 : 11), est devenu synonyme de la fonction parmi les bédouins.

7 II décline à partir de la fin du xixe siècle, si bien qu’en 1939, de Boucheman entrevoyait la mort de l’oasis.

8 La richesse (relative) de la cité tenait autrefois au nombre de chameaux qu’elle possédait (de Boucheman, 1939).

9 Jusqu’à la fermeture des frontières avec l’Iraq.

10 En 1948, l’OCP évaluait la production de Sukhné à 268 tonnes de blé et 164 tonnes d’orge (Naaman, 1951 : 327).

11 Selon Naaman (1951), en certains emplacements, les rendements étaient bien supérieurs sur ces terres de steppe, bour, vierges que sur les sols épuisés des plaines agricoles de la Syrie centrale (ce que confirment les chiffres de l’OCP pour 1948) ; ils pouvaient atteindre 20 à 25 plus rarement 30 à l’unité, là où à l’ouest ils n’étaient que de 3 ou 4 à l’unité. A certains endroits, exceptionnellement tous les dix ou vingt ans, ils auraient atteint le chiffre fabuleux de 60 ou même 100 à l’unité. Ces chiffres semblent faire partie du mythe sur le passé et sur le côté imprévisible de la steppe. On les entend encore dans les dires actuels des Sukhniotes et ils nous ont été confirmés à la Direction de l’Agriculture de Palmyre.

12 Voir l’étude de Ronald Jaubert dans cet ouvrage.

13 Trente-quatre d’entre eux, d’une superficie de 10 à 20 hectares, se situent autour d’El Kôm et consacrent 7 % de leur superficie à la culture de tomates qui est devenue une spécialité d’El Kôm.

14 L’année avait été bonne pour les régions est et le nord de la Syrie, mais sèche partout ailleurs. A Sukhné la moitié seulement des terres avaient eu de la pluie.

15 Archives du Ministère de l’Agriculture à Palmyre.

16 Ce qui au total constitue pour les bédouins une rente qui n’est peut-être pas moins confortable que ne l’était, autrefois, les prélèvements effectués pour la khuwa.

17 Les cours de l’orge et du blé ont connu une augmentation très sensible depuis les années quatre-vingt.

18 Ce phénomène est assez général ; il a été analysé par Bonté (1987) en Mauritanie, à l’autre extrémité du Monde Arabe.

19 En 1984, certains éleveurs ont perdu ainsi un quart et les plus gros éleveurs jusqu’à la moitié de leur troupeau pour payer successivement transport, pâture, fourrage...

20 Les troupeaux d’éleveurs appartenant à certaines grandes tribus comme les Rwala ou les Sba’a pratiquent encore une transhumance vers le sud-est et se retrouvent en hiver, en Jordanie, dans le wadi Sirhan et, avant la fermeture de la frontière iraqienne, dans le Bas-Iraq ou le Kuwait.

21 Sur les coopératives en Syrie, voir l’étude de Ronald Jaubert.

22 Quand nous passâmes à Sukhné pour la première fois en 1982, les gens, nous a-t-on dit, vendaient leurs tracteurs pour acheter des moutons.

23 En 1984, avec la sécheresse, les prix de la viande sur pied s’effondrent. L’agneau d’engraissage tombe à 13 livres syriennes le kilo. Deux ans plus tard, à l’automne 1986, alors que la livre avait chuté brutalement depuis quelques mois, le kilo variait entre 20 et 24 livres. Entre 1985 et 1986, les prix ne cessent d’augmenter ; ils culminent au printemps 1988 à 130 livres le kilo, pour retomber à 47 livres au printemps 1989.

24 Caractéristique du marchand et plus précisément du commerce caravanier dans l’Empire ottoman (Inalcik, 1987).

25 Cette étude a été rédigée en 1991. Notre travail de terrain s’étant effectué à la fin d’une décennie globalement faste (1979-1989) malgré trois années sèches et après une année exceptionnelle, les surplus étaient alors abondants. Le caractère spéculatif des investissements économiques apparaissait particulièrement flagrant. Actuellement, après quatre saisons sèches successives dans la Palmyrène, les ressources sont quasiment épuisées, les troupeaux réduits des deux tiers (entre mai 1988 et mai 1992), le commerce arrêté ; la survie des ménages n’est plus assurée que par l’émigration des jeunes et les salaires des membres de la parenté appartenant à la fonction publique et par le recours à la solidarité du réseau familial. Il n’y a plus aucune marge pour la spéculation, plus d’argent pour les semences. Il n’est plus question de culture d’orge en sec. Hommes et bêtes ont déserté la Palmyrène devenue une terre aride. Mais le processus que nous avons décrit ici peut se reproduire, selon les mêmes mécanismes, dès que les conditions climatiques et les cours du marché seront à nouveau favorables, dès que “le printemps” reviendra.

26 Ainsi Kamal qui a une licence lui assurant le monopole de la distribution des huiles et graisses pour les véhicules à moteur et fournit les 12 détaillants, garages et stations d’essence du nahiyé – commerce qui lui rapporte en moyenne 10‘000 à 12’000 livres syriennes par mois – a gagné, en 1988, 580’000 livres en se faisant entrepreneur pour l’orge. Ses deux frères, fonctionnaires, dont le salaire est de 2000 livres par mois, se sont associés à l’entreprise pour un huitième de la somme investie et ont gagné chacun 145’000 livres.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Découpage administratif de la steppe en Syrie
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 2 : La bâdiya de Sukhné et les liaisons avec l’Euphrate
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search