Version classiqueVersion mobile

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

La longue durée et l’histoire récente

Paysans, nomades et État en Jordanie orientale : les politiques de développement rural (1920-1989)

Tareq Tell

Texte intégral

  • 1 Le terme “tribal” est contesté en Jordanie (Bocco, 1989 ; Layne, 1989). Il est ici employé dans son (...)

1La Jordanie est considérée comme “l’exemple classique d’Etat tribal au Moyen-Orient” (Jureidini, 1984 : VII). Il suffit de parcourir quelques ouvrages traitant de ce pays pour s’apercevoir rapidement de l’importance attribuée par les experts aux tribus de la Rive Orientale dans la stabilité du régime hachémite. En particulier, les tribus bédouines,1 représentées dans les plus hautes sphères du gouvernement, semblent avoir joué un rôle crucial en assurant le soutien des forces armées. C’est ainsi que Marius Haas affirme que “l’élite bédouine représente un facteur de pouvoir qu’il serait dangereux de négliger pour la politique intérieure” du pays (cité par Hamarneh, 1987 : 4).

2Paradoxalement, cette position politique privilégiée n’a pas de contrepartie socio-économique. En effet, les régions tribales ont fait les frais d’une relative négligence gouvernementale, et ce sont les zones urbaines qui ont le plus bénéficié des investissement étatiques (Malkawi, 1978). Les bédouins sont défavorisés, en particulier par rapport aux autres groupes sociaux, en matière de revenus et de prestations sociales (Abu Jaber et al., 1987). Le fait que certains aient bénéficié de faveurs individuelles ne tient pas tellement à leur statut de membres d’une tribu bédouine, mais plutôt à leurs relations avec l’Etat, soit comme clients d’hommes politiques des zones urbaines, soit comme membres d’une administration publique ou des forces de sécurité (Hamarneh, 1987).

3Le contraste entre l’importance politique attribuée aux tribus et leur statut socio-économique est révélateur d’un parti pris contre l’agriculture et l’élevage traditionnels qui sévit depuis les années 1950. Ses origines remontent aux transformations de l’économie nomade durant la période mandataire et aux réformes du régime foncier et du système de taxation, effectuées entre 1920 et 1946. Avant d’aborder les développements les plus récents, nous présenterons une analyse historique des relations entre les tribus et l’Etat pour expliquer ce parti pris dans la planification des politiques de développement rural en Jordanie.

La création de l’Emirat en Transjordanie

  • 2 F.G. Peake Papers : Biographical Fragments. Imperial War Museum, London.

4Pendant les dernières décennies de l’Empire ottoman, la société tribale de la Jordanie orientale avait connu des transformations radicales dues à l’extension des zones cultivées et au développement de l’exportation du blé. Ces transformations avaient contribué à la formation d’une élite politico-économique instable, issue de l’aristocratie bédouine et des grandes familles marchandes qui s’étaient appropriées de vastes terrains dans les régions de ‘Ajlûn et de la Balqa’ (Abu Jaber, 1989). La prise du pouvoir en Transjordanie par les forces en majorité tribales de la Révolte Arabe de 1918 avait mis en péril cette nouvelle classe de propriétaires terriens. Les observateurs de l’époque décrivent des épisodes de fuite des lettrés et des propriétaires, ainsi que des foules mettant le feu aux registres fonciers et aux centres de perception des impôts pour échapper aux ponctions fiscales et effacer les dettes.2 Même après l’arrivée de Faysal, les Beni Sakhr avaient occupé des terres appartenant à des marchands, et des rapports britanniques parlent de colons circassiens établis près de ‘Amman vivant dans la peut d’être attaqués par les bédouins (Kazziha, 1972).

5Après l’expulsion de Damas du roi Faysal par les Français, la menace de nouveaux soulèvements en Transjordanie avait poussé les chefs de tribus, les minorités et les marchands à soutenir les efforts de pacification de H. Samuel, Haut Commissaire pour la Palestine, par l’établissement de gouvernements locaux au cours de l’été 1920. Mais les notabilités avaient montré une incapacité de coopérer même au niveau régional, et le pays avait connu un processus de fragmentation politique selon des critères essentiellement tribaux. Réduits à des autorités fantômes dans les villes, les gouvernements locaux s’effacèrent au moment de l’arrivée de ‘Abdallah à Ma’an en novembre 1920. Soit par intérêt personnel, soit par sentiment nationaliste, les notables locaux collaborèrent avec l’Emir, lui-même soutenu par les Britanniques, à la formation d’un gouvernement centralisé, créé à ‘Amman quelques mois plus tard (Wilson, 1984).

6Le “factionnalisme” endémique des tribus permit au gouvernement de ‘Amman de mater les révoltes locales provoquées par la remise en vigueur du système de taxation ottoman. Les plus grands soulèvements eurent lieu à Kura en 1921 et chez les ‘Adwan deux ans plus tard. Pourtant, la prodigalité financière de ‘Abdallah et le sentiment antifrançais des Syriens, majoritaires dans ses premiers cabinets, se heurtèrent vite aux efforts des Briranniques pour assurer la stabilité des frontières orientales de la Palestine. A court de moyens financiers et de plus en plus dépendant de la protection de la Royal Air Force anglaise contre les Ikhwân de Ibn Séoud, ‘Abdallah dut s’en remettre au pouvoir impérial. L’Emir approuva le Transfert de l’autorité administrative en faveur d’une élite constituée de fonctionnaires du gouvernement de Palestine, ainsi que l’abandon du wadi Sirhan décidé par la mission de Clayton, en échange d’une route sûre vers l’Iraq.

7Le contrôle financier et administratif des Britanniques fut ratifié par le Traité Anglo-Jordanien de 1928, “la parfaite expression de la dépendance de ‘Abdallah” (Wilson, 1984 : 176). Les opposants manifestèrent leur mécontentement lors des cinq “Congrès Jordaniens”, tenus entre 1928 et 1933- Bien que la plupart des personnalités d’influence en Transjordanie, cheikhs de tribus ou membres de l’intelligentsia, eussent pris part au mouvement, les Congrès ne purent obtenir une meilleure représentation locale au sein de l’administration. L’opposition se divisa sur la question de la vente des terres aux agences sionistes (Wilson, 1984), laissant ainsi l’exécutif sans interlocuteurs.

8Les années 1920 montrent clairement que les élites transjordaniennes manquaient de moyens et de cohésion pour former un Etat indigène. Si ‘Abdallah avait offert, dans un premier temps, un point de ralliement aux différentes minorités, ses moyens ne lui permettaient pas de prendre de la distance par rapport aux Britanniques. Il accorda ainsi un semblant de légitimité charifienne à ce qui n’était qu’une entreprise coloniale. Une fois les résistances tribales réprimées, l’administration mandataire obtint une liberté d’action considérable par rapport à la société locale. Le rôle des Transjordaniens fut réduit, dans le meilleur des cas, à une position subalterne au sein d’une “élite collaboratrice” (Robinson, 1972) constituée de la “clique” du Palais, de bureaucrates, de marchands et de cheikhs de tribus à la botte du pouvoir colonial.

Les tribus et l’Etat durant le mandat britannique3

  • 3 Dans l’analyse des politiques britanniques durant la période mandataire, nous avons principalement (...)
  • 4 Tripe Papers : Report on the political evolution of Transjordan (undated) SAC.

9L’autonomie des autorités mandataires permit à la Grande-Bretagne d’imposer ses priorités stratégiques aux finances de l’Emirat. Malgré les revendications de l’opposition en faveur de dépenses destinées à accroître le niveau de vie des habitants, les frais administratifs représentaient entre 1924 et 1944 les trois quarts du budget (Hurani, 1976). De plus, la plus grande partie de l’aide financière anglaise était dépensée pour la défense et la construction de routes d’intérêt stratégique.4 Une sorte de “keynesianisme militaire” en résulta, qui permit de financer un surplus d’importations en grande partie absorbées par les villes qui se développaient autour des bases militaires et des principales voies de communication (Hurani, 1976).

10Etant donné la diminution des dépenses de l’Etat et le peu d’intérêt que représentait la Transjordanie pour les capitaux étrangers, les efforts pour encourager le développement de la production n’ont véritablement commencé que vers le milieu des années 1930. Les termes de la concession Rutenberg empêchaient tout développement véritable de l’irrigation, et la promotion des cultures sèches se limitait à quelques opérations de distribution de grain et à des crédits dérisoires accordés aux propriétaires terriens (Hamarneh, 1985). Pourtant les fonctionnaires locaux, convaincus que la clé de la stabilité était entre les mains des tribus, avaient donné la priorité au développement rural, craignant des soulèvements après les sécheresses, les invasions de criquets et la famine de la fin des années 1920. Par souci d’économie, les mesures prises étaient insignifiantes et, jusqu’en 1939, destinées uniquement à assurer le minimum vital aux bédouins et aux agriculteurs les plus démunis.

  • 5 PRO : CO 831/11/6, Situation on the southern frontiers, 1931.

11L’économie nomade avait déjà souffert de la perte du marché de la viande de chameau en Egypte et du remplacement inéluctable de cet animal par les moyens de transport motorisés (Hurani, 1976). En 1927, un problème encore plus grave fut causé par la perte du libre accès aux pâturages d’hiver du wadi Sirhan, lorsque Ibn Séoud décida de soumettre à l’imposition de la zakat les tribus transjordaniennes qui entraient dans la région.5 Désormais, les tribus devaient payer un double impôt puisqu’elles étaient aussi soumises aux ponctions fiscales des autorités mandataires sur les pâturages d’été. En 1930, ces fardeaux supplémentaires, imposés par les nouvelles frontières coloniales, furent alourdis par des fléaux tels que la sécheresse et les invasions de criquets, ainsi que par la multiplication des razzias lors de la rébellion des Ikhwân.

  • 6 PRO : CO 831/12/2, Hejaz-Transjordan raids’ arbitration mission : report by M.S. McDonnell, 1931.
  • 7 J.B. Glubb Papers : Monthly reports on the administration of the deserts of Transjordan, February 1 (...)

12Même après la répression du mouvement wahhabite, les raids continuèrent à terroriser les tribus de Transjordanie, tandis qu’Ibn Séoud essayait d’enlever l’arrière-pays de ‘Aqaba et le Djebel Tubaiq à ‘Abdallah. Il en résulta un important transfert de bétail et de richesses en faveur des tribus séoudites. La médiation britannique, effectuée par la Commission McDonnell, ne réussit pas à rapatrier le butin enlevé par les Wahhabites6 et, au début des années 1930, cet échec conduisit une partie des Huwaytat, des Beni Atiya et presque tous les Sirhan au bord de la famine.7

  • 8 Ibidem : various monthly reports for 1931-33.

13Le capitaine Glubb empêcha la famine de se répandre, et évita un soulèvement qui aurait conduit les bédouins du sud à rejoindre les rangs d’Ibn Séoud. Il allégea l’impôt sur le bétail en le centralisant et en réduisant le nombre de percepteurs. Les subventions versées aux cheikhs des tribus contribuèrent à limiter la fréquence des razzias et à exercer un meilleur contrôle des migrations des nomades. Ces subsides, de même que les revenus des travaux de construction et l’emploi dans la Desert Patrol Force, permirent aux tribus de surmonter les années de sécheresse, mais renforcèrent la dépendance des bédouins envers l’Etat.8

14Les autorités mandataires encouragèrent particulièrement le développement des activités agricoles chez les bédouins, en les considérant comme une étape vers une sédentarisation définitive, et donc comme un moyen d’éloigner les tribus de la frontière et de l’influence d’Ibn Séoud. Le remplacement des chameaux par les moutons eut les mêmes conséquences car, en l’absence de camions, les migrations des tribus étaient limitées aux régions occidentales des steppes transjordaniennes. Glubb supervisa les distributions de semences et de terres aux bédouins, en prenant soin de donner la priorité aux plus démunis pour éviter la concentration de la propriété foncière dans les mains des cheikhs et de leurs familles (Elphinston, 1945). Une fois la sécurité du désert assurée, les tribus semi-nomades et même certains fellahs purent faire paître leur bétail à l’est du chemin de fer du Hijâz, sur des terres jadis réservées aux chameaux (Glubb, 1938).

  • 9 PRO : CO 831/53/11, Prevention of gang activities, 1939.

15Avec la pacification des régions désertiques et le développement de l’agriculture dans les steppes, Glubb prit à partir de 1936 une place de plus en plus importante en Transjordanie. Son rôle culmina en 1939, avec la répression du soulèvement palestinien à ‘Ajlûn par la Desert Patrol Force (Glubb, 1948). La tâche de cette dernière aurait été nettement moins facile si l’appui des paysans locaux n’avait pas fait défaut aux rebelles. Cela s’explique en raison de la prospérité de la région après trois ans de récoltes excellentes9 et du processus de réglementation des droits fonciers, pratiquement achevé au moment du soulèvement. En parcellisant les terres musba’a, la nouvelle politique foncière avait affaibli les solidarités villageoises ainsi que la capacité des paysans à se mobiliser en faveur des rebelles.

16Dans le processus de réglementation et d’enregistrement des droits fonciers, les autorités mandataires prirent soin de protéger les intérêts des petits propriétaires, en espérant que ces derniers seraient davantage intéressés à la mise en valeur agricole que les propriétaires absentéistes. Les Anglais croyaient également qu’une paysannerie aisée les aiderait à assurer la stabilité politique dans les villages. Cette tendance à favoriser les petits propriétaires apparaît clairement dans les registres fonciers, où l’on retrouve une minorité de propriétaires absentéistes jusqu’à la fin des années 1940. Contrairement à la Palestine, le manque de terres n’a jamais posé de véritables problèmes en Transjordanie durant le Mandat (Walpole, 1948).

  • 10 Reports by His Britannic Majesty’s Government on the administration of Palestine and Transjordan to (...)

17Le processus d’enregistrement des terres fut accompagné par une réforme fiscale. Celle-ci impliqua la commutation de la dîme ottomane - qui ne faisait pas de distinction entre terres affermées – en taxe monétaire sur les terres cultivées, indexée sur la valeur de la production globale. Le nouveau système de taxation était réputé plus juste et il touchait une minorité de grands propriétaires : en 1943, 70 % des paysans payaient moins d’une livre palestinienne par an (Konikoff, 1946). Quant à l’impôt sur le bétail, la réforme rationalisait son mode de perception : en éliminant un grand nombre d’intermédiaires, elle le faisait baisser de 30 % environ (Walpole, 1948). Les nouveaux registres fonciers permettaient ainsi de faire des estimations individuelles plutôt que collectives, ce qui facilitait la rémission d’impôts à la suite de mauvaises récoltes.10 Cela permettait aussi de déterminer le montant de l’impôt selon la solvabilité des agriculteurs.

  • 11 PRO : CO 831/58/2, British Resident monthly reports on the political situation, 1941.

18Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, la Transjordanie fur l’un des bastions de la sécurité britannique dans le Levant, permettant à l’Emirat de consolider ses acquis des années 1930. Les effectifs de la Légion Arabe furent quintuplés sous le commandement de Glubb, et la majorité des nouvelles recrues était d’origine bédouine (Vatikiotis, 1967). Grâce à leur loyauté et à leur cohésion, les bédouins purent entrer dans la Habforce (nom donné à l’expédition anglaise en Iraq) lors de la répression de la révolte de Kaylani. L’emprise de Glubb sur les nomades était telle que les Anglais purent emprisonner er humilier publiquement les cheikhs des Bani Sakhr opposés à la participation de leur tribu à l’expédition. 11

  • 12 PRO : CO 831/58/3, British Resident monthly reports on the political situation, 1942.
  • 13 PRO : CO 831/60/2, British Resident monthly reports on the political situation, 1943-1944.
  • 14 PRO : CO 831/58/2, British Resident monthly reports on the political situation, 1941.
  • 15 PRO : CO 831/58/3, British Resident monthly reports on the political situation, 1942.

19Avec le développement de ‘Aqaba et des grands travaux de l’armée, et du fait des migrations liées à l’emploi en Palestine, la demande en main-d’œuvre agricole augmenta pendant la guerre12. Pour la première fois depuis la fin du xixe siècle, on manquait d’ouvriers au moment des moissons13. Le marché noir durant les années de guerre constitua une source de revenu inhabituelle, qui permit autant aux commerçants propriétaires des marchandises qu’aux tribus qui effectuaient la contrebande de s’enrichir considérablement.14 Même le transport par chameau connut un nouvel essor à cause du manque de camions et de pièces détachées, faisant ainsi augmenter pour la première fois depuis 1930 la production de chameaux (Konikoff, 1946). Le grain remplaça de plus en plus une monnaie fortement dévalorisée par l’inflation des années de guerre, et la contrebande de grain vers la Palestine et la Syrie était courante.15 L’augmentation des prix des céréales contribua indirectement à la réduction du poids de l’imposition fiscale, permettant aux agriculteurs de compter sur des revenus importants après le payement des impôts.

  • 16 PRO : FO 371/68849, Economic report for 1947.

20Malgré l’apparente prospérité des années de guerre, bédouins et villageois devinrent de plus en plus dépendants des ressources extérieures pour satisfaire leur nouveau mode de vie. Au cours des années 1940, les hypothèques à la banque agricole augmentèrent considérablement, car il était possible d’utiliser comme garantie subsidiaire les terres privées enregistrées au cadastre (Walpole, 1948). L’augmentation de la dette des paysans était peut-être inévitable, étant donné la hausse de la demande de liquidités après la monétarisation de l’impôt foncier et l’inflation des années de guerre. Toutefois, cette dette soulignait le sous-développement de l’économie rurale, soumise de plus aux aléas climatiques. En 1947, alors que la sécheresse menaçait la plupart des agriculteurs, les autorités décidèrent de promulguer un décret annulant la dette paysanne.16

21Il semble clair, par conséquent, que le Mandat légua à la Jordanie indépendante un héritage ambigu de sous-développement économique et de stabilité politique. L’économie de “l’enclave militaro-bureaucratique” avait créé un pays financièrement assujetti où les bédouins mêmes, principaux bénéficiaires, étaient de plus en plus dépendants des allocations étatiques contrôlées par Glubb. Les villages étaient politiquement fragmentés et leurs habitants endettés. Enfin, le déclin économique des bédouins était compensé par leurs privilèges d’élite prétorienne du régime.

22A la différence de la Syrie et de l’Iraq, les conflits sociaux dans les campagnes furent atténués par la parcellisation de la propriété foncière (Gerber, 1987) et par des ressources complémentaires induites par le travail à l’extérieur. Pour l’agriculteur individuel, l’allègement fiscal pendant la guerre marquait un progrès, dans le contexte d’une “éthique de subsistance” qui mesurait l’exploitation par les bénéfices laissés après le prélèvement des impôts (Scott, 1976). Cet allègement permit de réduire les hostilités vis-à-vis de l’Etat et de légitimer l’autorité des Hachémites.

Les tribus et l’Etat dans la Jordanie contemporaine

23Grâce au soutien des régions rurales et à la loyauté d’une armée largement constituée de tribesmen in uniform (Axelrod, 1978), la monarchie a survécu au déclin de l’Empire britannique au Moyen-Orient et aux troubles provoqués par l’annexion de la Palestine. C’est aussi le seul pays du Levant Arabe où les élites qui avaient collaboré avec le pouvoir colonial ont résisté aux tourmentes des premières décennies après l’indépendance. Libérée du contrôle direct des Britanniques, renforcée par le soutien d’une patrie des notabilités palestiniennes et par le patronage américain, la vieille coalition de bureaucrates, marchands et propriétaires terriens a conservé son emprise sur la politique économique du pays. De plus, avec la “clique” du Palais, elle est devenue la principale bénéficiaire des programmes de développement financés par l’aide massive des Etats-Unis et des pays du Golfe (Ameri, 1982).

24Outre l’enrichissement de cette “bourgeoisie bureaucrate”, l’aide étrangère a financé la croissance régulière de l’emploi public, et de l’armée en particulier, dont les effectifs ont augmenté de façon spectaculaire dans les années 1950 et 1960 (Vatikiotis, 1967). Pendant cette période, caractérisée entre autres par une situation de chômage chronique induit par l’arrivée massive de réfugiés, le service militaire a exercé un attrait important parmi les bédouins et la population rurale de la Rive Orientale, en raison de la stabilité de l’emploi. Pourtant, les salaires de l’armée compensaient la perte du travail saisonnier en Palestine, et la Légion Arabe devenait aussi nécessaire à la survie des villageois qu’elle l’avait été pour les bédouins dans les années 1930. A partir de la fin des années 1950, 10 % des hommes d’un village type comme Kura étaient engagés dans les forces armées et leur salaire constituait la principale source de revenus qui permettait de compléter les profits tirés des activités agricoles (Antoun, 1972).

25Pendant les années 1970, l’économie jordanienne – “une économie subventionnée, en équilibre le long des ... voies de circulation des revenus pétroliers directs et indirects” (Chatelus, 1987 : 204) – a connu une croissance sans précédent et paradoxale en même temps car le pays est passé d’une situation de chômage chronique à un manque de main-d’œuvre, avec une augmentation spectaculaire des importations. Cela a stimulé l’essor du secteur des services dans des villes déjà envahies par des vagues successives de réfugiés (Mazur, 1979)- De plus, les versements des travailleurs émigrés dans le Golfe ont contribué à stimuler un processus d’inflation des prix des terres, enclenchant ce que A. Findlay (1986) a appelé le modèle de charity urbanization, caractérisé par l’extension de périmètres urbains sur les terres agricoles aux alentours de ‘Amman et de ‘Irbid. Malgré les progrès de l’irrigation dans la vallée du Jourdain, la réduction des surfaces cultivées dans les hauts-plateaux et la fuite de la main-d’œuvre vers le secteur tertiaire ont contribué à la diminution du poids de l’agriculture dans l’économie nationale (Ameri, 1982).

26A l’origine, la hausse des prix des terres avait suscité un phénomène “d’investisseurs ruraux, d’agriculteurs devenus soudainement riches et cherchant des moyens d’investir leur argent” (Day, 1986 : 101). Après 1980, de nouveaux investisseurs – des migrants ruraux, souvent d’anciens militaires ayant travaillé dans le Golfe – commencèrent à placer leurs économies dans l’immobilier rural, voire dans le tertiaire, où leurs compétences étaient sollicitées et mieux rémunérées. Ces phénomènes parallèles favorisèrent un processus de “suburbanisation” dans les régions sédentaires du nord-ouest de la Jordanie, et le développement d’une classe de “navetteurs” autour des agglomérations de ‘Amman et de ‘Irbid (Seccombe, 1987). Les modes de consommation urbains se répandirent vite et des enquêtes effectuées au début des années 1980 révélèrent une nette préférence pour des produits “prêts à consommer”, au détriment des produits faits maison (Basson, 1981).

27La création de liens étroits entre les zones urbaines et rurales nous amène à nuancer les descriptions parfois trop contrastées entre une agriculture en difficulté d’une part, et des villes prospères d’autre part. Des études de terrain approfondies dans les régions rurales font ressortir une typologie complexe, où les principales différences opposent des exploitations agricoles caractérisées par une gestion de type capitaliste, appartenant le plus souvent à des propriétaires absentéistes qui emploient des travailleurs saisonniers d’une part, à des fermes plus “traditionnelles” aux activités diversifiées (élevage compris), reposant sur une main-d’œuvre familiale d’autre part (Mundy, 1990). S’il n’est pas suffisant de connaître le système de propriété foncière pour savoir à quel type de ferme on a affaire, il semble cependant qu’en dehors de la vallée du Jourdain, le deuxième type d’exploitation agricole va de pair avec un haut degré de parcellisation de la terre (Qasem, 1986), un vestige sans doute de l’introduction de la propriété individuelle dans le contexte d’un système qui permet la division des terres par héritage.

28Les politiques étatiques sont en grande partie responsables du modèle dualiste susmentionné. Au début des années 1980, le “East Ghor irrigation Project”, principal bénéficiaire des investissements publics, était entre les mains de propriétaires absentéistes, et destiné principalement à une horticulture intensive orientée vers le marché du Golfe (Musa, 1987). Le subventionnement de l’eau pour l’irrigation et les crédits gouvernementaux favorisèrent le développement de nouvelles technologies dans la vallée du Jourdain, et leur diffusion dans les exploitations irriguées des hauts-plateaux (World Bank, 1989). Un dinar stable et, après 1982, surévalué, était indispensable, étant donné que 60 % des nouveaux inputs étaient importés (Musa, 1987). Mais un taux de change trop élevé entraîna une baisse de la compétitivité et une saturation du marché, tandis que les intermédiaires et les commissionnaires devenaient les principaux bénéficiaires de ce nouveau système (Tarawnah, 1989).

29Dans le même sens, les prix élevés des céréales favorisèrent le développement de cultures commerciales de blé près de Disi et de Sahli as-Suwan dans le sud, avec l’utilisation de systèmes d’irrigation modernes (Shepley, 1988). La politique des prix subventionnés se justifiait par la nécessité d’accroître les ressources alimentaires et contrastait avec les politiques antérieures qui depuis 1974 avaient congelé les prix pour favoriser les consommateurs citadins (Mazur, 1979). La nouvelle politique des prix subventionnait à la fois les consommateurs et les producteurs, et elle était censée encourager la diffusion de nouvelles technologies parmi les agriculteurs “traditionnels”. Toutefois, entre 1980 et 1986, la production n’augmenta pas de la manière espérée (Shepley, 1988) et les subventions ne profitèrent guère aux petits propriétaires dont la production céréalière était utilisée avant tout pour la consommation familiale ou comme fourrage pour le bétail.

30Ce favoritisme d’Etat vis-à-vis du secteur capitaliste moderne s’explique en partie par les avantages qu’il représentait pour les cultivateurs pratiquant une agriculture orientée vers le marché, pour les commerçants et pour les intermédiaires, tous bien intégrés dans l’élite au pouvoir. L’existence de ce groupe d’intérêt encouragea des formes d’interventionnisme bureaucratique en sa faveur, en échange d’un soutien dans la politique de planification et dans d’autres domaines, selon le modèle décrit par R. Bates (1981) en Afrique tropicale. Parallèlement, l’orientation commerciale de ce groupe favorisa la monoculture, d’où la possibilité de tirer d’importants bénéfices lorsqu’un seul produit, le blé par exemple, bénéficiait de prix subventionnés. Disposant de moyens et de ressources suffisantes pour imposer son point de vue à la bureaucratie, ce groupe constitua un véritable lobby.

31Les agriculteurs traditionnels, quant à eux, étaient confrontés aux difficultés de coordonner des actions collectives parmi les groupes de petits propriétaires et souffraient d’une trop grande parcellisation des terres et d’une agriculture trop diversifiée. Les stratégies multiples qu’ils mirent en œuvre pour survivre en marge du secteur capitaliste moderne divisèrent leurs intérêts et réduisirent la portée des aides ou des prix subventionnés dans un domaine particulier. Le fait que la plupart des mesures prises en faveur des petits agriculteurs nécessitaient une intervention constante de l’Etat à contre-courant du marché n’arrangea rien. Pour moderniser les culture céréalières par exemple, il fallut recourir à des mesures globales de manière à augmenter le nombre des opérations et à limiter les risques, en incluant des activités complémentaires telles que l’élevage (Mitchell, 1986).

32Incapables d’exercer leur influence comme groupe de pression, les tribus des régions rurales refusèrent pendant longtemps de contester les politiques étatiques au travers d’actions collectives. En 1983, le recours à la “désobéissance collective” adoptée par les membres de la tribu des Bani Hassan pour défendre les droits tribaux sur les terres à l’est de ‘Amman (Razzaz, 1989) révéla les principaux obstacles à ces stratégies d’action dans les zones rurales. Il est vrai que le terrain en ville se vendait à prix d’or, ce qui en soi était suffisant pour vouloir le défendre coûte que coûte. Mais c’est surtout la détermination des autorités à appliquer leur propre définition “juridique” de la propriété qui priva les Bani Hassan de tout moyen légitime d’action.

33C’est pourtant cette même “soupape de sécurité” (Hirschman, 1971) que la croissance de l’emploi et des salaires dans l’armée et dans les villes avait apporté aux tribus depuis l’époque du Mandat qui contribua à démotiver toute action collective. En effet, ce ne fut qu’après l’augmentation considérable du chômage et l’effondrement du cours du dinar qu’apparurent les premiers mouvements de protestation. Au printemps 1989, l’augmentation des prix décrétée par le FMI déclencha des émeutes à Ma’an, qui s’étendirent rapidement à presque tout l’arrière-pays de la Rive Orientale et dans les régions tribales en particulier (Hu-rani, 1989). Les émeutes furent d’autant plus alarmantes qu’elles partirent de régions considérées comme traditionnellement fidèles au régime, et c’est en cela qu’elles jouèrent un rôle capital dans le déclenchement du processus de démocratisation en cours aujourd’hui.

34Si les émeutes ont sûrement eu une fonction de catalyseur, il reste à voir comment elles auraient pu permettre de combler l’écart entre le statut politique et le statut économique des tribus.

Bibliographie

ABU JABER, K.S., GHARAIBEH, F.A., HILL, A.
1987 The Badia ofJordan. Theprocess of change, ‘Amman, University of Jordan.

ABU JABER, R.S.
1989 Pioneers over Jordan. The frontier of seulement in Transjordan, 1850-1914, London, Tauris.

AMERI, A.
1982 Socio-economic development of Jordan (1950-1980). An application of Dependence Theory, Wayne State University, PhD Dissertation.

ANTOUN, R.
1972 Arab Village. A socio-structural study of a Transjordanian peasant community, Bloomington, Indiana University Press.

AXELROD, L.W.
1978 “Tribesmen in uniform: the demise of the Fidayyun in Jordan, 1970-71”, Muslim World, 68 (1), pp. 25-45.

BASSON, P.
1981 Women and traditional food technologies in rural Jordan, University of Yarmouk, mimeo.

BATES, R.
1981 Markets and States in tropical Africa, Berkeley, University of California Press.

BOCCO, R.
1989 “L’Etat producteur d’identités locales : lois électorales et tribus bédouines en Jordanie”, in J. Bisson (éd.), Le nomade, l’oasis et la ville, Tours, Urbama, Collection Recherche n° 20, pp. 271-288.

CHATELUS, M.
1987 “Rentier or producer economy in the Middle East? The Jordanian response”, in B. Khader & A. Badran (eds.), The economic development of Jordan, London, Croom Helm, pp. 204-220.

DAY, A.R.
1986 East Bank/West Bank. Jordan and the prospects for peace, New York, The Council on Foreign Relations.

ELPHINSTON, W.G.
1945 “The future of the Bedouin of Northern Arabia”, International Affairs, 31 (3), pp. 370-375.

EPSTEIN, E.
1938 “The Bedouin of Transjordan: their social and economic problems”, The Journal of the Royal Central Asian Society, 25, pp. 228-236.

FINDLAY, A.
1986 “Amman, urbanization in a ‘charity’ State”, Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, 109 (1-2), pp. 211-222.

GERBER, H.
1987 The social origins of the Middle East, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

GLUBB, J.B.
1938 “The economic situation of the Transjordan tribes”, The Journal of the Royal Central Asian Society, 25, pp. 448-459
1948 The Story of the Arab Légion, London, Hodder and Stoughton.

HAMARNEH, M.
1985 The social and economic transformation of Transjordan, 1921-1946, Washington, Georgetown University, Faculty of History, PhD Dissertation.
1987 The political importance of the Bedouins in Jordan: myth and reality, Washington, Georgetown University, Faculty of History, research paper, mimeo, 23 pp.

HIRSCHMAN, A.
1971 Exit, Voice and Loyalty, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

HURANI, H.
1976 Al tarkib al iqtisadi al ijtima’i fi-l-Sharq al Urdun. Muqaddima muharraf tatawur, Beirut.
1989 “Intifada nisan 1989”, Al Urdun al Jadid, V (14), pp. 7-31.

JUREIDINI, P. & McLAURIN, R.
1984 Jordan: the impact of social change on the role of the tribes, Washington Papers Series no. 108, Washington, Center for Strategic and International Studies.

KAZZIHA, W.
1972 The social history of Southern Syria (Transjordan) in the XIXth and early XXth century, Beirut, the Arab University.

KONIKOFF, A.
1946 Transjordan: an économic survey, Jerusalem, Economic Research Institute of the Jewish Agency for Palestine.

LAYNE, L.
1989 “The dialogics of tribal self-representation in Jordan”, American Ethnologist, 16 (1), pp. 24-39.

MALKAWI, A.
1978 Régional development in Jordan. S orne aspects of the urban bias, Amman, Royal Scientific Society.

MAZUR, M.
1979 Economie growth and development in Jordan, Boulder, Westview Press.

MITCHELL, M.
1986 “Cereal production and risk in the rainfed sector”, in A. Burrell (éd.), Agricultural policy in Jordan, London, Ithaca Press, pp. 41-54.

MUNDY, M. & SAUMAREZ-SMITH, R. (eds.)
1990 Part-time farming. Agricultural development in the Zarqa River Basin, Jordan, Irbid, Yarmouk University, Institute of Archaeology and Anthropology, vol. 2.

MUSA, M.
1987 A multi-level analysis of the characteristics, determinants and impacts of technological change in East Jordan Valley agriculture, Boston, Massachussets Institute of Technology, PhD Dissertation.

QASEM, S.
1986 “The size of agricultural land holdings”, in A. Burrell (ed.), Agricultural policy in Jordan, London, Ithaca Press, pp. 21-29

RAZZAZ, U.

1989 Legality and il legality as strategies in urban land conflict. The case of Jordan, Paper presented at MESA annual conference, Los Angeles.

ROBINSON, R.,
1972 “Non-European foundations of European imperialism: sketch for a theory of collaboration”, in R. Owen & B. Sutcliffe (eds.), Studies in the theories of imperialism, London, Longman, pp. 117-143.

SCOTT, J.C.
1976 The moral economy of the peasant. Rebellion and subsistence in South-East Asia, New Haven, Yale University Press.

SECCOMBE, I.
1987 “Labour migration and the transformation of a village economy. A case study from North-West Jordan”, in A. Lawless (ed.), The Middle Eastern Village, London, Croom Helm, pp. 115-144.

SHEPLEY, S.
1988 Wheat subsidy policies in the Hashemite Kingdom of Jordan, An économie analysis, Amman, USAID.

TARAWNAH, M.F.
1989 Aspects of rural transformation in the Jordan Valley. The case of Deir Alla, Irbid, Yarmouk University, Institute of Archaeology and Anthropology, M.A. Thesis.

VATIKIOTIS, P.
1967 Politics and the military in Jordan, London, Frank Cass.

WALPOLE, G.

1948 “Land problems in Transjordan”, The Journal of the Royal Central Asian Society, 35, pp. 52-65.

WILSON, M.
1984 King Abdullah of Jordan: a political biography, Oxford, St. Antony’s College, Center for Middle East Studies, PhD Dissertation.

WORLD BANK

1989 Jordan: towards an agriculture sector strategy, Washington, IBRD, report no. 7547-JO.

Notes

1 Le terme “tribal” est contesté en Jordanie (Bocco, 1989 ; Layne, 1989). Il est ici employé dans son sens large, pour désigner les descendants des nomades et des agriculteurs qui ont peuplé la Rive Orientale avant 1920. Par commodité seulement, le terme “bédouin” désigne les tribus qui élevaient des chameaux ainsi que leurs descendants.

2 F.G. Peake Papers : Biographical Fragments. Imperial War Museum, London.

3 Dans l’analyse des politiques britanniques durant la période mandataire, nous avons principalement utilisé les archives du Public Record Office (PRO) – en particulier la documentation du Colonial Office (CO) et du Foreign Office (FO) – ainsi que les archives du St. Antony’s College à Oxford (St. Antony’s Collection, SAC).

4 Tripe Papers : Report on the political evolution of Transjordan (undated) SAC.

5 PRO : CO 831/11/6, Situation on the southern frontiers, 1931.

6 PRO : CO 831/12/2, Hejaz-Transjordan raids’ arbitration mission : report by M.S. McDonnell, 1931.

7 J.B. Glubb Papers : Monthly reports on the administration of the deserts of Transjordan, February 1932, SAC.

8 Ibidem : various monthly reports for 1931-33.

9 PRO : CO 831/53/11, Prevention of gang activities, 1939.

10 Reports by His Britannic Majesty’s Government on the administration of Palestine and Transjordan to the League of Nations, various years.

11 PRO : CO 831/58/2, British Resident monthly reports on the political situation, 1941.

12 PRO : CO 831/58/3, British Resident monthly reports on the political situation, 1942.

13 PRO : CO 831/60/2, British Resident monthly reports on the political situation, 1943-1944.

14 PRO : CO 831/58/2, British Resident monthly reports on the political situation, 1941.

15 PRO : CO 831/58/3, British Resident monthly reports on the political situation, 1942.

16 PRO : FO 371/68849, Economic report for 1947.

Auteur

politologue - St. Antony’s College, Oxford OX2 6JF (Grande-Bretagne)

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search