Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

La longue durée et l’histoire récente

La politique mandataire française à l’égard des tribus et des zones de steppe en Syrie : l’exemple de la Djézireh

Christian Velud

Texte intégral

  • 1 Les résolutions du Congrès Arabe réuni à Damas le 2 juillet 1919 et les conclusions d’une enquête e (...)

1L’occupation militaire franco-britannique des provinces arabes de l’Empire ottoman, au lendemain de la Première Guerre mondiale, apparaissait comme la concrétisation de la domination politique et économique européenne, issue du xixe siècle, sur ces territoires d’Orient, mais aussi comme la poursuite de la traditionnelle lutte d’influence entre les deux puissances coloniales européennes victorieuses de Constantinople qu’étaient la France et l’Angleterre. Le 25 avril 1920, à la Conférence de San Remo, la France reçoit officiellement de la Société des Nations (SDN) un Mandat international sur la Syrie et le Liban. Beaucoup de rancœurs et de désillusions se sont accumulées du côté français depuis la fin des hostilités en Orient. L’installation des troupes françaises au Levant a été rendue extrêmement difficile par l’absence de moyens en matériel et en hommes. Pour causes de restrictions budgétaires, Paris a bloqué crédits et renforts militaires pourtant nécessaires face à l’hostilité quasi générale et croissante des populations syriennes, chrétiennes libanaises mises à part.1 C’est uniquement par la force que la France est parvenue, non sans mal, au cours des années 1920-1921, à réduire les résistances et à s’imposer à Damas (bataille de Khân Maysalûn), dans la région d’Alep, dans le Djebel ‘Alawite, le Djebel Druze et les régions de l’Euphrate.

2Par ailleurs, les renoncements territoriaux successifs de la France face aux revendications britanniques et turques ont été une autre grande désillusion. La perte irrémédiable de la Palestine et de la région de Mossul en décembre 1918, celle de la Cilicie en 1921, réduisaient comme une peau de chagrin les espoirs nourris d’une “Grande Syrie Mandataire” prévue par les accord Sykes-Picot de 1916. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les diplomates français acceptaient de perdre en Orient ce qu’ils espéraient garder ou récupérer en Europe, le long du Rhin. Enfin, l’expérience mandataire en Syrie allait devenir très vite impopulaire en métropole. Après quatre ans de guerre meurtrière et destructrice en Europe, la Syrie valait-elle tant de dépenses supplémentaires ? Quels pouvaient être les bénéfices de cette aventure syrienne ?

  • 2 Selon Wasfi (1983 : 24) la Shamiyyah syrienne est le domaine steppique limité à l’est par la vallée (...)

3C’est pour répondre à ces questions et, par là même, justifier la présence française au Levant que les pro-Mandataires, militaires en tête, se sont lancés dans un programme de rentabilisation économique du Mandat en prônant la mise en valeur des territoires dont ils avaient la charge. Or, les deux tiers de ce territoire étaient occupés par des régions de steppes (la Badiyat ach-Châm) situées de part et d’autre de la vallée de l’Euphrate et désignées sous le nom de Shamiyyah en rive droite2 et Djézireh en rive gauche, cette zone étant peuplée de populations nomades et semi-nomades d’origine arabe dans leur grande majorité, mais aussi kurde et circassienne dans ses confins orientaux.

  • 3 Il faut cependant faire une réserve en ce qui concerne les plaines du Hawrân et le Djebel Druze dan (...)

4Tout plan de mise en valeur passait donc nécessairement par une politique de gestion et de développement de la zone steppique. Cette zone se divisait traditionnellement en deux domaines : la ma’mura et la barriyya proprement dite ou tchol. La ma’mura désigne les terres de bordure steppique mieux arrosées, situées au-delà de l’isohyète 200 à 250 mm/an et propices à la culture et à la vie sédentaire. La barriyya désigne la steppe centrale, domaine exclusif mais temporaire des nomades. Il n’y a jamais eu entre ces deux domaines de limites précises mais plutôt une zone de transition, rattachée à l’un ou à l’autre de ces domaines en fonction de circonstances politiques locales et de la reconnaissance d’un pouvoir central fort et respecté. Ainsi, les dernières décennies de l’administration ottomane allaient se caractériser par la nette domination et l’extension de l’économie bédouine au détriment de la zone traditionnellement sédentaire.3

Fig. 1 : Organisation du projet d’Etat bédouin en Syrie

5Conscient de cet état de choses et fort d’une expérience coloniale héritée d’Afrique du Nord, le Mandat allait se doter d’une politique bédouine chargée de ramener l’ordre et la sécurité dans la steppe, condition première avant d’en entreprendre le développement économique. C’est essentiellement en Syrie de l’est, dans les territoires de l’Euphrate et de la Djézireh, que les plus grands efforts allaient être déployés, dès 1920, pour parvenir à des résultats qui, vingt-cinq années plus tard, se révéleront économiquement et politiquement irréversibles pour l’ensemble des populations de la steppe syrienne.

Fig. 2 : Les Etats du Levant en 1920

Pacification de la steppe et domestication du monde bédouin

6Les opérations militaires qui, de décembre 1920 à l’été 1921, ramenèrent l’ordre dans la montagne druze ainsi que dans le nord du pays, de l’Oronte à l’Euphrate, se firent grâce à l’envoi de colonnes pacificatrices. De même, l’occupation de la vallée de l’Euphrate et des territoires mésopotamiens revenant à la Syrie, selon les traités d’Angora et de Londres qui en avaient délimité les frontières orientales, dut être envisagée sous l’angle militaire dans un premier temps. Ainsi, après l’installation sans histoire à Dayr al-Zawr de la mission française Trenga fin 1920, ordre fut donné en septembre 1921 de lancer une colonne sur Dayr al-Zawr, sous les ordres du Colonel Debieuvre, pour “mater” l’insurrection des tribus Agueidat de l’Euphrate. En Djézireh, de 1921 à 1923, plusieurs colonnes furent également organisées pour lutter contre des tribus arabes et kurdes insoumises. En juillet 1923, l’échec retentissant de Bayandur dans le “Bec de Canard” (désignation de la pointe nord-est de la Haute Djézireh syrienne avançant entre Iraq et Turquie), contre une coalition arabo-kurde, entraîna un recul des positions françaises sur le Khabur et retarda de plusieurs années l’occupation complète et définitive de la Haute Djézireh.

  • 4 En octobre 1927, une troisième compagnie était créée à Dmayr.

7Un autre moyen de ramener l’ordre dans la steppe fut la création, en 1921 de deux compagnies méharistes, la première en poste à Palmyre, la seconde à Dayr al-Zawr, qui n’eurent de cesse de sillonner la badiyat de Damir Qabu, à la frontière turque, à Dmayr, aux portes de Damas, à la poursuite des tribus pillardes et rebelles.4

8De façon générale, cette pacification donna de bons résultats. Cependant, deux remarques sont à faire :

9– En 1925, la révolte druze éclata ; elle gagna rapidement la région de Damas et le nord de la Syrie. La matérialisation d’une révolte généralisée des tribus syriennes, comme le souhaitaient ardemment les chefs nationalistes de l’insurrection, eut représenté pour la France un danger réel. Finalement, le monde nomade dans son ensemble adopta une attitude prudente et réservée. Pour les militaires, c’était le signe tangible du succès de leur politique de reprise en main des tribus. Certainement, il s’agissait aussi d’une manifestation supplémentaire de la coupure ancestrale entre deux mondes à part qui s’ignoraient et se méprisaient superbement : celui des nomades de la steppe et celui des sédentaires citadins et ruraux de la Syrie de l’ouest. Au cours des années 1920, les mots d’ordre nationalistes qui étaient capables d’enthousiasmer les foules de Damas ou d’Alep ne trouvaient pas la même audience dans les campements de Palmyrène et de Djézireh.

10– La reconnaissance officielle, mais tardive, des frontières orientales de la Syrie, en 1929 avec la Turquie, pour le tronçon de Nusaybin à Jazirat B. ‘Umar, et en 1933 avec l’Iraq, marqua une étape décisive dans la politique de contrôle des nomades. L’existence de frontières politiques porta effectivement un coup fatal à leur liberté d’initiative dans leurs déplacements coutumiers. Privés de refuges extérieurs en cas de conflit avec l’autorité occupante, les nomades n’eurent désormais d’autre choix que le ralliement et la venue à composition. Ajoutons cependant que ces ralliements, spontanés ou non, furent encouragés par le Mandat. Dès le début de l’occupation militaire française, le Général de Lamothe, un “ancien” du Maroc, responsable militaire de la région d’Alep et de la zone des confins steppiques, inaugura une “politique des grands chefs”. Cette politique, le général la mit à exécution en choisissant, parmi ceux des chefs bédouins considérés comme les plus influents, l’émir Nuri Cha’alân, chef de la tribu Rwala dans le sud, et l’émir Mujhim bin Muhid, chef des ‘Anazah d’Alep dans le nord. Ce fut principalement autour de ce dernier que s’organisa cette politique bédouine. En récompense de ses services rendus en 1919 et en vue de son soutien reconnaissant, ce cheikh reçut en février 1920 une somme d’un million de francs. En juillet 1920, alors que l’entrée des forces françaises à Alep s’opérait avec le soutien de ses tribus, Mujhim fut fait Chevalier de la Légion d’Honneur. Enfin, le 4 septembre 1920, de Lamothe signa avec lui un traité d’alliance. Par ce traité, l’Emir des ‘Anazah était reconnu comme le chef de la Police du Désert et chargé, à ce titre, de faciliter l’installation française dans les territoires de l’est. D’autre part, l’action de Mujhim fut orientée vers le nord, afin de réaliser le plus vite possible une entente politique avec la tribu kurde Milli et la tribu arabe des Shammar, deux tribus parmi les plus importantes de la Djézireh, constituant ainsi une zone bédouine tampon et ralliée à la cause mandataire.

11Très rapidement, cette politique particulièrement onéreuse se révéla être un échec et fut abandonnée. Mis à part l’émir Sha’alan dans le sud, aucun grand chef bédouin n’émergeait dans la steppe syrienne mais une multitude de tribus et de fractions de tribus avec chacune à leur tête des chefs se jalousant les uns les autres. Alors la décision fut prise de privilégier non pas un ou deux grands chefs nomades choisis pour leur puissance ou leur influence, mais plutôt une entité politique bédouine, sorte d’Etat bédouin à l’intérieur duquel les chefs de tribus ralliées seraient les interlocuteurs directs des autorités militaires. Pourquoi un tel projet ?

12Dès les premières prises de contact avec les tribus nomades de Syrie, les autorités mandataires furent persuadées que leur contrôle devait être confié à un organisme spécial, cela en raison de l’importance quantitative du monde nomade : si les statistiques du début de l’occupation française en Syrie, évidemment très imprécises, parlaient d’environ 500’000 bédouins, des études plus spécialisées, faites en particulier en 1924, avançaient le chiffre de 225’000 individus répartis entre nomades (125’000) et semi-nomades (100’000), sur une population totale de l’520’000 habitants.

13En 1930, cette population bédouine fut à nouveau estimée à quelque 130’000 individus répartis entre 23’000 tentes. Malgré une différence d’appréciation importante, il n’en reste pas moins que le groupe nomade constituait un potentiel humain d’importance, d’autant plus qu’il s’accompagnait d’une puissance de feu considérable : en effet, toutes les tribus, étaient armées dans la steppe, soit des dépouilles des armées turques et allemandes de la Première Guerre mondiale, soit d’armes de contrebande. En 1923, un rapport sur la seule tribu du cheikh Mujhim, qui comptait trois mille tentes, estimait à 3000 le nombre de combattants armés de mausers que le cheikh pouvait mettre sur pied. Il est évident qu’il y avait là une situation de fait à ne pas sous-estimer en matière de politique bédouine.

14Par ailleurs, la pensée dominante considérait qu’il fallait maintenir le monde nomade à l’écart des fièvres nationalistes qui secouaient les régions de l’ouest, les villes principalement. Profitant du traditionnel mépris entre sédentaires, citadins de l’ouest et population bédouine de l’est, la France chercha à prévenir toute influence contraire à ses intérêts en zone steppique. C’est ainsi que les prisons politiques de Dayr al-Zawr et Hasaka furent vidées en 1925-1926 de tous leurs détenus nationalistes afin d’éviter les risques de “contagion idéologique”. Les militaires étaient bien décidés à se réserver l’exclusivité de l’administration de ces terres de confin ; ils les transformèrent en territoire militaire sous haute surveillance, placé sous l’autorité directe du Général Commandant Supérieur des Troupes du Levant.

  • 5 Comme le soulignait Raymond : “Sous couleur de protéger les minorités religieuses et ethniques, et (...)
  • 6 Une autre raison qui poussa le Haut Commissariat à se méfier puis à condamner le projet “d’Etat béd (...)

15Le projet de constituer un Etat bédouin autonome ne représenta qu’une étape supplémentaire dans l’entreprise mandataire de morcellement politique du domaine syrien en plusieurs Etats.5 En 1922, un rapport du commandant Labrue, chef du Service de Renseignements (SR) d’Alep, appuyé par le général de Lamothe, prévoyait la constitution d’un “territoire des confins militaires” englobant, en Djézireh et Shamiyyah, les deux confins des Etats d’Alep et de Damas pour n’en plus faire qu’un seul sous l’autorité des officiers du SR qui avaient pouvoir décisionnel. Ce territoire devait bénéficier d’un budget autonome qui, bien que rattaché au Haut Commissariat, serait géré exclusivement par les militaires. Ce projet, très proche par l’esprit de ce qui existait dans les territoires du Sud algérien et leur organisation en un Service d’Affaires Indigènes, fut refusé pour son aspect trop militaire difficilement compatible avec le système et les exigences du Mandat. Quelques années plus tard, de nouvelles tentatives pour réactualiser l’idée d’un territoire bédouin autonome furent à nouveau repoussées par le Haut Commissariat. En effet, à partir de décembre 1925, pouvoirs civils et militaires furent différenciés avec la nomination d’un sénateur, Henri de Jouvenel, au poste de Haut Commissaire. Très vite, le nouveau commissaire allait réagir contre le dessein des militaires de se réserver l’exclusivité de l’administration de territoires aussi vastes que ceux des régions steppiques. Ce net désaccord sur la politique bédouine subsista jusqu’à la fin du Mandat et se manifesta, au niveau local, par des rivalités entre Service de Renseignements et Contrôle Bédouin.6

  • 7 En août 1930, M. Rappart, rapporteur général à la SDN pour les affaires syriennes, s’étonnait de la (...)

16Créé en juin 1921, le Service de Renseignements du Levant joua très tôt un rôle essentiel dans le contrôle des régions de marge comme celles de Lattaquié, du Djebel Druze et des territoires nomades où il représentait à lui seul le pouvoir effectif. Investis de tous les pouvoirs par l’autorité militaire supérieure, pratiquant l’administration directe sans tenir compte des pouvoirs locaux, les officiers de ce service apparaissaient comme un organisme militaire à part, en marge des autres rouages du Haut Commissariat et dont l’essentiel des attributions échappait totalement à l’autorité civile. Suite à de multiples plaintes provenant à la fois des autorités syriennes, du Haut Commissariat et de la SDN,7 Paris décida en 1930 de réorganiser ce service qui devint Service Spécial du Levant (SS) avec mission essentiellement administrative dépendant du Haut Commissariat. Dans les faits, la situation régionale n’évolua guère jusqu’à la fin du Mandat ; c’étaient toujours les officiers du SR qui représentaient l’autorité militaire, la seule qui comptât véritablement.

17Les officiers du Contrôle Bédouin, issus du SR, à la tête de leurs compagnies méharistes, étaient chargés de s’occuper plus spécialement des tribus, veillant au maintien de la paix dans la steppe. A partir de 1925, par l’intermédiaire du chef du Contrôle Bédouin de Syrie, le Haut Commissariat se servit de cette organisation pour reprendre pied dans les régions steppiques. Une lutte d’influence sourde, accompagnée de conflits d’autorité multiples, se développa alors entre civils et officiers du Contrôle Bédouin et ceux du SR, ces derniers réclamant la suppression du Contrôle Bédouin et la réintégration des officiers dans leur corps d’origine.

18Dans les années trente, les effets de la pacification militaire et les progrès constants de la sédentarisation ne justifiaient plus le maintien de corps militaires d’encadrement spécialement réservés au monde nomade. En 1934, le Haut Commissariat proposa un plan de réorganisation de l’administration bédouine, prévoyant le remplacement des cadres du Contrôle Bédouin par l’administration syrienne et celui des compagnies méharistes par une Police du Désert, sous les ordres des services des délégués régionaux du Haut Commissariat.

19La volonté du Mandat de “protéger” le monde bédouin se manifesta non seulement à l’égard des autorités syriennes ou civiles françaises, mais également vis-à-vis des ttibus et des administrations des pays voisins. De façon générale, tous projets de réunions des chefs bédouins, en Syrie ou avec ceux des territoires étrangers, étaient déconseillés afin d’éviter la création d’une union bédouine en Syrie et par-delà les frontières. Pour ce faire, deux attitudes étaient recommandées :

    • 8 Nantes, fonds Beyrouth, inventaire 6, carton 552, note 1821/k 3 du 15 mars 1927.

    Se tenir au-dessus des rivalités existant entre les grands chefs bédouins des trois mouvances de Damas, d’Alep et de l’Euphrate et soutenir avec zèle les divergences d’intérêts qui les séparaient. C’était favoriser l’individualisme des tribus, tout en évitant cependant que d’éventuelles rivalités ne dégénèrent en conflits d’importance.8

  • Agir avec prudence lors des nombreuses conférences bédouines qui, de 1921 à 1934, étaient chargées de régler les litiges intertribaux sur fond de revendications frontalières syro-iraqiennes. A la lecture des comptes rendus de séances de ces conférences, il apparaît que la France a volontairement adopté un profil bas, sans jamais prendre d’initiatives politiques susceptibles de se retourner contre ses intérêts. C’est ce qui explique sans doute le maigre bilan de ces réunions, dû en partie à l’attitude française toute de suspicion à l’égard des Britanniques et de crainte dans l’éventualité de rapprochements tribaux.

Le repeuplement de la steppe : l’immigration kurdo-chrétienne

20Un autre handicap majeur se présenta au cours des années vingt, empêchant le démarrage économique de la steppe : la faiblesse du peuplement indigène.

  • 9 Nantes, fonds Beyrouth, inventaire 6, carton 506, rapport du 10 août 1926. Ce rapport est également (...)

21En 1925, une enquête du Service Agronomique du Haut Commissariat réalisée dans le sanjdak de Dayr al-Zawr prévoyait comme possible, en cas d’extension du réseau d’irrigation, un accroissement de 300’000 hectares de la surface cultivable. Or, envisager le peuplement agricole nécessaire pour une telle superficie signifiait une population de quelque 300’000 agriculteurs, soit 5,3 fois le chiffre de la population agricole du sanjdak en 1925. Le Service Agronomique s’interrogeait donc sur la logique à vouloir évaluer le nombre de dizaines et même de centaines d’années qu’il faudrait pour atteindre ce résultat par le seul accroissement de la population locale.9

Fig.3 : Les Etats du Levant en 1925

22Pour résoudre ces difficultés, le Haut Commissariat proposait trois solutions :

  • le développement rapide de l’assistance médicale en milieu agricole et bédouin, afin de réduire l’effroyable mortalité infantile qui sévissait dans ces régions ;

  • l’encouragement à la sédentarisation des bédouins, sans perdre de vue cependant que l’on estimait généralement qu’il fallait plusieurs générations pour transformer un nomade en agriculteur ;

  • l’accélération des mouvements d’immigration et l’organisation d’une politique d’accueil et d’installation des réfugiés, avec une nette préférence pour les populations chrétiennes, assyro-chaldéennes d’Iraq, arméniennes et syriaques de Turquie.

  • 10 La correspondance, quasi quotidienne, du Général Weygand, Haut Commissaire au Levant de mai 1923 à (...)

23En ce qui concerne l’immigration de réfugiés dans les Etats du Levant tout au long des années vingt, elle fut essentiellement arménienne. Le 1er janvier 1925, quelque 100’000 immigrés, arméniens dans leur grande majorité, provenant d’Anatolie et de Cilicie, y étaient recensés. Rien que pour l’Etat d’Alep, 49’600 réfugiés étaient dénombrés à la même date, dont 44700 Arméniens. Les causes de ces départs en masse de populations chrétiennes de Turquie pour la Syrie occupée par une armée chrétienne, française de surcroît, s’expliquaient par le besoin de rechercher une protection après le souvenir des massacres d’Arméniens commis durant la Première Guerre mondiale. L’abandon de la Cilicie par la France en 1921 provoqua également l’immigration de dizaines de milliers de malheureux. Enfin, entre 1922 et 1926, d’innombrables vexations des autorités turques, des arrestations et déportations massives touchèrent toutes les communautés chrétiennes confondues, véritable nettoyage dans les principales villes de Cilicie et d’Anatolie ; toute cette politique était organisée en stricte application d’une décision d’Ankara de réduire à 5 % la proportion chrétienne des métropoles de ces régions.10

  • 11 En 1927, il s’agit des deux qada’ de Hasaka et de Karu dont la limite orientale ne dépassait pas le (...)
  • 12 Il s'agit des petites villes de Hasaka, Qamishli, Ra's al 'Ayn, Dirbasiyya, 'Amuda, Qubur al Bid, D (...)
  • 13 Ce sont les Assyro-Chaldéens et les Syriens-orthodoxes (Jacobites) qui allaient constituer l’apport (...)

24A partir de 1925, la situation évolua quelque peu : d’une part, les années de gros contingents d’immigrés étaient passées ; d’autre part, après le choc des années 1923-1925, le Mandat profitait mieux de la présence de ces populations sur le territoire syrien, évitant leur concentration dans des centres d’accueil saturés comme Alep et utilisant leur compétence agricole et artisanale afin de développer des régions demandeuses de main-d’œuvre et de savoir-faire comme l’étaient les zones de steppe. Pour ces dernières, ce furent essentiellement les régions le long de la frontière turque et des rivières Balikh, Khabur et Jagh-Jagh, ainsi que celle du Bec de Canard après 1930, qui bénéficièrent d’une immigration chrétienne venue de Turquie (Syriaques et Chaldéens) et d’Iraq (Assyro-Chaldéens). Cette immigration concernait également un grand nombre de tribus kurdes, chassées de Turquie par la répression kémaliste qui suivit la révolte kurde de 1925 du cheikh Sa’id en Anatolie. Ces populations s’installèrent en priorité dans les villages situés le long de la frontière turque entre Ra’s al ‘Ayn et Jazirat B. ‘Umar. En 1927, sur une population globale de réfugiés estimée à 10’000 personnes dans les territoires de la Djézireh sous contrôle mandataire11,” 6000 environ étaient d’origine kurde. De façon générale, les communautés chrétiennes venues de Turquie au cours des années 1920 constituèrent les noyaux de population des petits centres urbains dont le Mandat entreprit la construction à partir de 192212. Il y avait des chrétiens de souche essentiellement urbaine parmi les commerçants, les artisans ou les engagés dans les unités militaires auxiliaires locales.13

25Au printemps 1931, une note du SR de Hasaka, adressée au Haut Commissariat, établissait un recensement de la population chrétienne de ces centres régionaux :

Centres de réfugiés

Population totale

Population chrétienne

Ra’s al-’Ayn

3’000

2’000

Dirbasiyya

l’500

l’000

‘Amuda

2’800

2’000

Qamishli

12’000

8’000

Dayrik

l’900

900

Qubur al Bid

3’000

2’000

‘Ayn Diwar

10’600

Hasaka

9’000

8’500

Tall-Brak

500

500

Total

34700

25’500

26Ces chiffres montrent une augmentation sensible de la population chrétienne par rapport à la situation en 1927. Sur une période de quatre ans, plus de 20’000 personnes étaient venues grossir la petite communauté de 1927, soit un flux annuel correspondant à quelque 5000 réfugiés en moyenne.

27L’autre source d’immigration chrétienne fut l’arrivée, à partir de 1930, de populations assyro-chaldéennes venues d’Iraq. Ce mouvement culmina en 1936, avec l’installation, sous le contrôle de la SDN, de plus de 9000 personnes dans la haute vallée du Khabur, entre Hasaka et Ra’s al ‘Ayn. Ce sont les Assyro-Chaldéens qui furent à l’origine du développement agricole de cette partie de la vallée du Khabur.

28Mention doit être également faite d’une immigration juive, provenant essentiellement de la ville de Nusaybin, en Turquie, et qui, bien que numériquement très minoritaire, n’en représenta pas moins une composante urbaine, économiquement et commercialement de toute première importance.

29Ainsi, lorsqu’en 1941 les services cadastraux du Haut Commissariat publièrent les chiffres de la population de la Djézireh, la répartition entre Kurdes, Chrétiens, Arabes et Juifs était présentée de la façon suivante :

Qada’

Kurdes

Chrétiens

Arabes

Juifs

Hasaka

Rural

5720

9’600

27’480

0

Urbain

59

6’922

2’070

59

Qamishli

Rural

38’470

2’400

11’910

0

Urbain

l’200

13’213

3109

l’663

Tigre

Rural

12150

l’480

4180

0

Urbain

400

l’330

-

0

Total

57’999

34’945

48749

1722

30Si l’on considère le chiffre de la population totale de la Djézireh qui était en 1939, d’après la même source, de 141’390 habitants, il apparaît tout d’abord que l’élément chrétien réfugié de Turquie et d’Iraq, tous rites confondus, et quelque quinze années après le début véritable de l’exode chrétien, représentait 24,8 % de cette population, soit un habitant sur quatre. Les Kurdes, qui avaient largement profité de la forte immigration à la fin des années 20, représentaient avec 41 % de l’ensemble de la population du sandjak le groupe ethnique dominant. A titre de comparaison, la population arabe totalisait 48789 habitants, soit une représentation ethnique qui n’était plus que de 34,5 %.

31La décision française de repeupler les confins steppiques de la Djé-zireh en faisant appel à une main-d’œuvre kurde et chrétienne allogène au pays avait réussi non seulement à élargir, mais également à complexifier la physionomie traditionnelle du peuplement régional. L’émergence d’une société recomposée multi-confessionnelle, et à l’hétérogénéité ethnique marquée, en était la conséquence directe et irréversible. Désormais, ce fut en tenant compte de cette grande mosaïque humaine qu’était devenue cette société des confins steppiques de la Djézireh que la politique de développement agricole voulue par les militaires français fut pensée et appliquée.

Politique de fixation des populations en Djézireh : colonisation et sédentarisation

32Dans le but de stabiliser les populations nouvellement immigrées dans la zone des confins orientaux, ainsi que celles, nomades, en voie de sédentarisation, le Mandat se dota d’une politique foncière mieux adaptée aux objectifs poursuivis qu’elle ne l’avait été sous la période ottomane, permettant notamment l’accès au droit à la propriété du plus grand nombre. Allaient alors se poser non seulement la question du statut des terres sur lesquelles devaient se faire les opérations de regroupement et de fixation de ces populations, mais également celle des modalités de distribution et d’acquisition de ces terres.

  • 14 Ici encore, c’est la mise en culture qui permettait le transfert de ces terres dans la catégorie de (...)

33Il faut savoir que la grande majorité des terres de la Syrie sous Mandat étaient miri, c’est-à-dire propriété de l’Etat qui en cédait la possession (le tasarruf) à titre de jouissance gratuite ou onéreuse à qui pouvait justifier de dix ans de mise en cultures. En 1858, avec le début de l’enregistrement des propriétés sur les registres de l’Etat (daftar Kbana), les premiers titres de propriété (sanad Tabu) furent accordés. Ainsi les terres de la zone steppique étaient, selon ce code de 1858, inscrites comme terres mortes (mawât) puisque considérées comme terres incultes n’appartenant à personne. Elles pouvaient aussi être définies sous l’appellation de terres libres (mubah ou khalya), non appropriées de mémoire d’homme.14 La mise en valeur de ces terres donnait alors un droit de possession puisque le terrain, dès lors vivifié, revenait obligatoirement au domaine des terres miri. Cependant, l’administration avait le droit de déclarer mahlul, c’est-à-dire déliées, toutes terres laissées en friche pendant cinq ans. Dans ce cas, la terre redevenait mawat...

  • 15 L’exemple le plus connu en Djézireh syrienne est celui de la tribu des Shashan, chassée du Caucase (...)

34Si l’on s’en tient aux applications théoriques de la loi ottomane, il apparaît que c’est la vivification des terres qui était le mode d’acquisition officiel de ces surfaces domaniales. Dans la réalité, les choses se passaient différemment. En zone bédouine, il était de coutume que l’occupation d’un territoire, soit le fait pour une tribu de faire paître par ses troupeaux l’herbe qui croît naturellement sur une terre libre, conférait à cette tribu une autorité, quasi-droit de propriété sur cette terre. Elle pouvait y vivre depuis longtemps ou s’y être installée depuis peu : la garantie de ses droits dépendait, le plus souvent, de sa capacité à les faire respecter, même par la force (Bocco, 1987). Par ailleurs, certaines tribus avaient été installées sur des terres, dans des circonstances historiques particulières, par les autorités ottomanes qui leur reconnaissaient officiellement un droit de contrôle.15

35En règle générale, la possession des terres chez les nomades dépendait de la loi du plus fort et n’était jamais définitive. Par un équilibre savant, prenant en compte les forces et les revendications en présence, chaque groupe se voyait reconnaître une zone de résidence et une aire de pâturage. Délimité par la tradition et le compromis, ce territoire était possession commune à la tribu en regard du droit coutumier tribal, mais revenait à l’Etat en regard de la loi. Ainsi, les terres de nomadisme, considérées comme bien commun ou comme propriété d’Etat, ne pouvaient être ni vendues ni cédées.

36Si l’on prend l’exemple d’un nomade en voie de sédentarisation désireux de s’installer sur des terres lui paraissant libres pour les vivifier et en devenir propriétaire, de nombreuses difficultés se présentaient à lui : d’une part, la terre qui l’intéressait pouvait faire soudainement l’objet de revendications de la part de chefs de tribus au nom du droit du premier occupant ; d’autre part, cette terre pouvait être défendue par des prétendants, notables citadins pour la plupart, détenteurs d’antiques tabu justifiant abusivement la possession de terrains aux superficies considérables. Ainsi, que ce soit par l’occupation tribale ou par la détention de tabu ottomans, la possession des terres miri était trop souvent revendiquée abusivement et illégalement. Afin de promouvoir ses plans de colonisation agricole et de lotissement urbain en zone des confins, la France promulgua des aménagements circonstanciés de la loi foncière et une accentuation de la politique de sédentarisation. Dans le but de faciliter ce glissement progressif vers la sédentarisation et la mise en cultures des terres, le Mandat choisit de poursuivre une politique inaugurée par Constantinople en s’adressant directement aux cheikhs, faisant d’eux des interlocuteurs privilégiés. Par cette politique, le Mandat visait la sécurité et le maintien de l’ordre dans la steppe, en s’appuyant sur les chefs de tribu. Pour ces derniers, face à la désagrégation des formes traditionnelles de la vie tribale née de la sédentarisation, le danger était réel de se voir remplacer peu à peu par la classe nouvelle et montante des mukhtar ou d’autres petits chefs locaux. C’est cette évolution dans le partage des pouvoirs qui poussa les chefs de tribu à s’approprier de vastes domaines afin de maintenir leur statut social et politique, profitant en cela du soutien et du laisser-faire des autorités françaises.

37De son côté, la puissance mandataire mit à profit cette évolution en encourageant ces chefs à mettre en valeur leurs terres cultivables, condition essentielle pour qu’elles leur fussent concédées. Répugnant au travail de la terre, ces derniers préféraient confier cette tâche à des métayers étrangers à la tribu, généralement des paysans kurdes ou chrétiens. Ainsi, la possession de ces terres, dès lors vivifiées, pouvait légalement être reconnue aux cheikhs pendant que le domaine cultivé augmentait d’autant. La nouveauté impliquait l’officialisation des droits à la possession des chefs de tribus, faisant d’eux des propriétaires fonciers, d’autant que le droit de possession tasarruf sur les terres domaniales n’avait cessé d’évoluer depuis la fin du siècle dernier pour placer, en définitive, la possession au même rang que la propriété.

  • 16 Ces deux arrêtés no 144 / S du 10 juin 1925, relatif au domaine public, et no 275 du 5 mai 1926 rel (...)

38Afin de s’attacher la fidélité des chefs de tribus, le Mandat leur consentit, en échange de leur bonne volonté pour se sédentariser, de nombreux avantages sous forme d’indemnités, de mandats législatifs et de mesures foncières et législatives allant dans le sens de leurs intérêts. Ainsi, deux décrets, n° 132 de 1940 et n° 141 de 1941, assignaient à des tribus des terres d’Etat non enregistrées, situées à l’est de la ligne du désert, au sud de Hasaka, séparant en Djézireh domaine cultivé et domaine réservé aux nomades. Cette procédure d’exception ne fut rendue possible que grâce à deux arrêtés de 1925 et 1926, relatifs aux domaines public et privé de l’Etat.16 Désormais, ce n’était plus la distinction traditionnelle entre terres mulk, miri et matruka qui était privilégiée, mais celle existant entre terres enregistrées sur lesquelles s’établissait la conception occidentale de la propriété et terres non enregistrées, comme les terres de steppe mawat sur lesquelles l’Etat réclamait son droit de propriété. Deux conséquences sont à signaler : d’une part, l’Etat se constitua ainsi une réserve foncière dont il pouvait disposer à sa guise ; d’autre part, les décrets 132 et 141 furent en partie responsables de la constitution dans la zone des confins d’immenses domaines reconnus officiellement comme propriété d’un seul, le chef de tribu, étant ainsi à l’origine du système latifundiaire, caractéristique des régions de l’est syrien au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

39Les opérations de lotissement en milieu urbain amenèrent également les autorités françaises à profiter des opportunités locales et du laisser-aller de la situation foncière pour parvenir au but qu’elles s’étaient fixé : la stabilisation des centres de réfugiés de la région.

40L’une des raisons fondamentales de la fragilité de ces centres était le maintien de la sécurité sur place qui restait toujours précaire et qui ne pouvait être assurée que grâce à la présence de fortes garnisons bien organisées. D’où la nécessité, particulièrement à Hasaka, capitale administrative provinciale, de disposer de terrains suffisants pour y installer le personnel militaire, auxiliaire et réserviste. Une fois encore, l’antiquité semblait devoir légitimer et inspirer les initiatives françaises en Mésopotamie syrienne et naturellement, le Père Antoine Poidebard, tout auréolé de ses recherches archéologiques sur le limès romain en Mésopotamie, devait s’en faire l’écho :

  • 17 Nantes, Fonds Beyrouth, Inventaire 6, carton 571 Rapport du R.P. Poidebard sur la situation des réf (...)

41“La question de sécurité est fondamentale pour la stabilité des centres de réfugiés. Au point de vue militaire, la fixation de Hasaka est indispensable comme centre de police et de défense de la haute Jazirah et aussi comme centre de recrutement de la Légion Syrienne parmi les montagnards assyro-chaldéens et montagnards du jebel Tour émigrés dans la zone de Mandat français. Pour favoriser le recrutement de ces excellents effectifs, fixer leur constance par une rémunération suffisante, garder des cadres exercés et des soldats de métier, attachés au sol, tout en maintenant à proximité de chaque compagnie des réservistes, il semble opportun et nécessaire que des terres soient concédées, sous une forme ou sous une autre, aux familles de militaires. On rentrerait ainsi dans la méthode de garde des territoires frontières suivie dans la même région par l’Empire romain. Depuis le milieu du troisième siècle, la garde des frontières, à laquelle avaient jadis concouru toutes les troupes des armées impériales, avait été confiée à des soldats d’une espèce spéciale, soldats et colons tout ensemble, à qui des terres étaient concédées dans le voisinage de la frontière, à charge pour eux de les mettre en cultures et de les protéger par les armes. On espérait qu’ils serviraient l’empire avec plus de cœur, s’ils défendaient en même temps et par là même leur propriété.”17

42En réalité, ce projet était double : il visait, d’une part, à installer des militaires et leur famille dans les centres mêmes, comme à Hasaka, en y créant de nouveaux quartiers et, d’autre part, à procéder à la fondation de villages de réfugiés, aux abords de la ville, de préférence le long des rivières Khabur et Jagh-Jagh. Comment allaient se réaliser ces projets de lotissement et sur quelles terres pouvaient-ils se concrétiser, sans provoquer de réactions anti-minoritaires de la part des populations locales comme de l’administration syrienne en place ?

43Dans un premier temps, il fut décidé d’attribuer, sous forme de terrains de garnison, des jardins et des petits champs aux militaires mariés de la Légion Syrienne et aux vétérans de la même formation qui se virent astreints par la suite à un service périodique de réservistes. Mais, pour mener à bien ce projet, il s’avéra nécessaire de trouver des terrains disponibles suffisants. Dans un souci de ménager les autorités civiles syriennes et la population autochtone locale, le Mandat se servit de la législation régionale. En effet, la base de l’affaire des concessions des terrains mahlûl reposait sur une décision du conseil administratif du liwâ de Dayr al-Zawr (décision n° 339 du 15 août 1922) portant approbation du mutasariff, du qadi et du mudir. Cette décision classait terrains mahlûl 37 parcelles de terres de grande surface situées autour de Hasaka, de Ra’s al ‘Ayn et dans la vallée du Khabur et de ses affluents. Afin que cet arrêté très important ne fût pas infirmé par décision des Tribunaux administratifs, les autorités militaires précipitèrent les choses. Une première étape fut celle de l’attribution des parcelles des dits terrains situés dans le périmètre des municipalités de Hasaka et de Ra’s al ‘Ayn et de leur lotissement en faveur des familles des miliraires de la Légion Syrienne. Une commission nommée par le Délégué du Haut Commissaire à Dayr al-Zawr, sur proposition du qa’imaqâm, et présidée par l’officier du SR, fut chargée d’examiner les demandes présentées. Par ailleurs, afin de revivifier cet arrêté de 1922, décision fut prise de lui donner force de loi de façon qu’il fût inattaquable devant les tribunaux.

44A ces mesures, officielles et régulières, de récupération des terrains non sans avoir joué sur les incohérences et le flou de la législation foncière, s’ajoutèrent d’autres pratiques plus politiques de récupération et de constitution de réserve foncière. Ainsi, l’autorité militaire avait le droit de réclamer aux municipalités certaines quantités de terrains pour cause d’aménagement d’aires militaires, que ce fût sous la forme de casernes, de pistes d’atterrissage mais aussi de terrains à lotir. Si ce fait est attesté plusieurs fois dans les documents, il n’a pas été possible d’en retrouver plus précisément les conditions d’exécution. Enfin, certaines terres pouvaient aussi avoir été inscrites sur les registres au nom d’organismes comme, par exemple, le Comité Central des Réfugiés, très actif en Syrie tout au long des années vingt dans sa politique d’aide aux réfugiés arméniens, et dont le Père Poidebard était l’un des responsables les plus écoutés. Il était alors tout à fait régulier pour ces organismes de céder des parcelles de terres à d’éventuels postulants dans le besoin, tout en en conservant la propriété légale. Le Comité Central des Réfugiés joua ainsi un rôle très important en Djézireh, particulièrement à Hasaka, mais aussi à Qamishli et Ra’s al ‘Ayn, comme cela avait déjà été le cas à Beyrouth, Alep ou en Syrie du nord pour la création de quartiers ou de villages arméniens.

45Les résultats de cette politique s’avérèrent rapidement très encourageants : ainsi, dans la ville de Hasaka, comme d’ailleurs dans les principaux centres-garnisons de la Djézireh, que ce soit Qamishli, Ra’s al ‘Ayn ou Dayrik, un nouveau quartier militaire s’organisa, pouvant accueillir jusqu’à 1250 personnes. A Hasaka, le terrain d’un même quartier fut pris sur celui donné à l’armée par la municipalité, au voisinage du poste militaire, au bord du Jagh-Jagh.

46Trois villages de réfugiés furent également fondés aux abords immédiats de Hasaka, l’un au bord du Jagh-Jagh, les deux autres le long du Khabur. Pour chaque village, des terres étaient données à deux ou trois familles d’anciens militaires qui devaient constituer le noyau de ces villages. Les chefs des villages, tous d’anciens sous-officiers, étaient chargés de regrouper autour d’eux d’autres familles réfugiées. De vastes terrains semblent leur avoir été donnés. Nous n’avons cependant pas pu recueillir plus d’informations, ni sur l’étendue des terres attribuées, ni sur l’organisation de ces villages. Il est cependant certain que leur fondation annonçait un projet beaucoup plus ambitieux des autorités militaires de lotir des terrains prévus en bordure du Khabur. Cette idée de mettre en exploitation la vallée du Haut-Khabur, reprise par les militaires pour justifier la poursuite de leur politique d’accueil de réfugiés en Djézireh, avait été soulevée et argumentée à l’origine par le Père Poidebard à l’occasion de deux missions réalisées dans la région en 1927 et 1929- Selon lui, un constat s’imposait dans cette partie de la rivière en amont de Hasaka : la déshérence des terrains qui s’y trouvaient.

47Plusieurs propositions furent alors formulées, dont la réalisation devait favoriser le redressement économique de cette région :

  • Tout d’abord, l’usage de pompes élévatrices permettant l’irrigation sur de vastes étendues alors que, jusqu’en 1929, sur chaque rive, la vallée, arrosée par le système traditionnel des norias, n’était cultivée que sur 10 à 300 m de profondeur. Selon le Père Poidebard, les traces des anciens canaux d’irrigation devaient permettre la constitution rapide d’un nouveau système d’adduction d’eau dont toute la région profiterait. Le croquis général des anciens canaux, qu’il était en train d’établir par photographies aériennes pour sa carte archéologique, donnait une première idée de l’antique réseau, en attendant l’achèvement de la carte hypsométrique, indiquant les principaux niveaux des terrains.

    • 18 Ce regroupement des terres était considéré comme nécessaire car les propriétés s’échelonnaient très (...)

    Ensuite, une nécessité s’imposait : celle de la main-d’œuvre, première condition pour la mise en valeur du bassin du Khabur. Il fallait donc maintenir et activer les courants d’immigration de Turquie, voire d’Iraq. L’arrivée de groupes financiers importants impliqués dans l’exploitation de vastes domaines, qui se précisait dès la fin des années vingt, devait être précédée rapidement par la constitution d’une population agricole locale, représentative, adonnée à la culture sur de petites ou de moyennes exploitations qui devaient être la richesse économique de la région. Inévitablement, la grande exploitation ne pouvait que faire monter le prix des terrains et donc entraver le développement d’une population agricole. Une commission cadastrale était réclamée d’urgence afin de regrouper les terres et de vérifier les titres de propriété.18

  • Enfin, pour rendre ces mesures de regroupement moins impopulaires, malgré l’expropriation partielle nécessaire à ce genre de projet, il était prévu de dédommager les anciens occupants, en compensation de la part de terrains confisquée le long du Khabur. Des titres de propriété exempts de toute contestation leur seraient attribués par la commission cadastrale. Ils recevraient également le droit de profiter du système général d’irrigation, canaux et élévateurs d’eau installés par les nouveaux villages. En conclusion, le rapport du Père Poidebard précisait que les terrains, ainsi rendus disponibles après avoir été confisqués, seraient réservés exclusivement à la petite propriété et à la création de nouveaux villages de réfugiés qui seuls pouvaient ramener en Djézireh la population agricole absente nécessaire.

  • 19 Le 31 décembre 1938, les travaux de cadastration pour la Syrie concernaient 3’083'384 ha, soit un q (...)

48Il est intéressant de noter que ce projet, tel qu’il fut présenté en 1929, était celui même qui devait se réaliser en partie, six ans plus tard, avec l’installation des populations assyro-chaldéennes venues d’Iraq. Seules les opérations de cadastre, sur l’ensemble des territoires de la Djézireh et, bien sûr, de la Shamiyyah devaient être remises à beaucoup plus tard, faute de crédits et en l’absence de priorité politique.19

Conclusion

49Avec l’initiative française de peuplement et de développement de la steppe syrienne, clairement affirmée dans les confins orientaux de la Djézireh, et au-delà des seuls problèmes des terres et de la sécurité dans la région, c’était bien la question du devenir des populations bédouines qui allait se poser en termes de survie économique et politique. Pour les militaires français, repeupler la steppe signifiait évidemment, derrière un discours officiel progressiste fondé sur la mise en valeur et le développement, modifier “dans le bon sens” les rapports de force traditionnels entre populations nomades indigènes, toujours suspectes parce que trop remuantes, et populations sédentaires allogènes, clientélisées et donc sûres.

50Cependant, et la lecture de la correspondance militaire de ces années de l’entre-deux-guerres le montre bien, les limites et les risques d’une application stricte des différents volets de cette politique, que ce fût l’immigration kurdo-chrétienne, la colonisation agricole ou la sédentarisation des tribus, allaient être signalées avec insistance. D’une part, et toujours pour des raisons de sécurité, de nombreuses réserves étaient faites quant au résultat d’une sédentarisation qui, tout en détruisant l’autorité des chefs de tribus, risquait de déstabiliser non seulement l’organisation tribale traditionnelle, mais de supprimer du même coup un moyen important de surveillance des pistes de la Djézireh, avant qu’une armée territoriale bien exercée et attachée au sol ne fût créée ; d’autre part, d’un point de vue économique, il y avait l’inconvénient de priver la région d’une source de revenus importants liés à la production pastorale ; sans oublier l’autre argument, si souvent répété, qu’un nomade sédentarisé par la force faisait ordinairement un bien mauvais agriculteur.

51Par ailleurs, la question de la sécurité en Djézireh pouvait trouver une solution si les nouveaux centres de sédentarisation et de colonies étaient conçus comme points principaux de cette armée territoriale en formation, comme centres économiques capables de se défendre eux-mêmes et d’alimenter en effectifs le maintien de la sécurité. Ces centres n’avaient ainsi plus rien à redouter des tribus, dès lors que ces dernières étaient mieux contrôlées sur leur territoire de parcours, devenu “territoire tribal” placé sous le contrôle des chefs dont l’autorité, en apparence du moins, s’en trouvait renforcée et stabilisée. En réalité, cette autorité était battue en brèche. Politiquement, le maintien des chefs à la tête de leurs tribus dépendait le plus souvent directement de l’autorité mandataire. D’ailleurs, la création de frontières nationales, limitant leur déplacement et leur liberté de manœuvre, ne leur laissait guère d’autres solutions que celles proposées par l’autorité en place.

  • 20 Cet élargissement de la zone de sédentarisation, spectaculaire à partir des années 1926-1927, corre (...)
  • 21 C’est au cours de la Conférence bédouine de Palmyre, réunie en 1933, que la steppe syrienne fut déc (...)

52Si l’on voulait dresser un bilan de vingt-cinq années de politique mandataire dans la steppe syrienne, il apparaîtrait pour le moins contrasté. En Syrie de l’est, par exemple, les effets conjugués des multiples opérations foncières, de la sédentarisation des tribus et de la colonisation eurent pour conséquence immédiate l’émergence d’un nouveau rapport ville-steppe-campagne : alors que les populations nomades régressaient vers le sud devant la poussée d’un front de colonisation agricole kurdo-chrétien, des centres urbains prospéraient et le domaine cultivé progressait d’autant.20 Mais, à côté de ce far east en plein bouleversement économique, un pourcentage toujours croissant de la population nomade était en voie de paupérisation rapide, due en partie à un cycle inhabituel de longues sécheresses dévastatrices au cours des années 1930.21 C’est tout cela qui apporta finalement un éclairage nouveau sur ce monde de la steppe syrienne et déclencha auprès des autorités en place, syriennes et mandataires, une prise de conscience réelle du problème politique posé par cette société en mutation. Pour les observateurs civils et militaires intéressés par la “question bédouine”, un double constat s’imposait au début des années 1940 : d’une part, un monde bédouin en décadence progressive, économiquement assisté et politiquement sous protection ; d’autre part, une zone de steppe en plein redressement économique dans ses franges orientales les plus favorisées et les plus dynamiques.

53Ainsi, à la veille de l’indépendance, c’est bien en terme de “survivance” que se posait, pour les politiques et les militaires, la question de l’avenir de la société et de l’économie pastorales dans l’ordre économique de la Syrie moderne. Si le Mandat avait réussi à régler l’aspect militaire de la question nomade en Syrie, il restait cependant au jeune Etat syrien le problème très délicat de mener à bien l’intégration nationale de l’ensemble des populations de la steppe syrienne.

Bibliographie

BOCCO, R.
1987 “La notion de dirah chez les tribus bédouines en Jordanie : le cas des Bani Sakhr”, in B. Cannon (éd.), Terroirs et Sociétés au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l’Orient, Collection Etudes sur le Monde Arabe n” 2, pp. 195-215.

BOUCHEMAN, A. de
1936 Une petite cité caravanière : Soukhné, Paris, Documents d’Etudes Orientales de l’Institut Français de Damas. CHARLES, H.
1939 Tribus moutonnières du Moyen Euphrate, Paris, Documents d’Etudes Orientales de l’Institut Français de Damas.
1942 La sédentarisation entre Euphrate et Balikh : notes d’ethno-sociologie, Beyrouth.

DELEGATION GENERALE DE LA FRANCE COMBATTANTE AU LEVANT
1943 Les tribus nomades de l’Etat de Syrie, Damas.

DIRECTION DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT DU LEVANT
1930 Les tribus nomades et semi-nomades des Etats du Levant placés sous Mandat Français, Beyrouth.
LEWIS, N.
1987
Nomads and settlers in Syria and Jordan, 1800-1980, Cambridge, Cambridge University Press.

MONTAGNE, R.
1932 “Quelques aspects du peuplement de la Haute Djéziré”, Bulletin
d’Etudes Orientales,
tome 2, pp. 53-66.
1947 La civilisation du Désert, Paris, Hachette.

MOUNAYER, N.
1929 Le régime de la terre en Syrie, Lyon.

MULLER, V.
1931 En Syrie avec les Bédouins, Paris, Librairie E. Leroux.

RAYMOND, A.
1980 “La Syrie, du royaume arabe à l’indépendance (1914-1946)”, in A. Raymond (éd.), La Syrie d’aujourd’hui, Paris, Editions du CNRS, pp. 55-85.

VELUD, C.
1986 “L’émergence et l’organisation sociale des petites villes de Jazirah en Syrie, sous le Mandat français”, in P. Signoles (éd.), Petites villes et villes moyennes dans le Monde Arabe, Tours, Urbama, pp. 85-106.
1987 “Régime des terres et structures agraires en Jazirah syrienne durant la première moitié du vingtième siècle”, in B. Cannon (éd.), Terroirs et sociétés au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l’Orient, Collection Etudes sur le Monde Arabe n° 2, pp. 161-194.
1991 Une expérience d’administration régionale en Syrie durant le Mandat français : conquête, colonisation et mise en valeur de la Jazirah, 1920-1936, Université de Lyon, Maison de l’Orient, Thèse de Doctorat, 602 pp.

WARRINER, D.
1957 Land reform and development in the Middle East, New York.

WASFI, Z.
1983
‘Asha’ir ash-Sham, Damas (1re édition: 1945).

Notes

1 Les résolutions du Congrès Arabe réuni à Damas le 2 juillet 1919 et les conclusions d’une enquête en Palestine et en Syrie menée par la Commission américaine King-Crane, parues en août 1919, annonçaient clairement les grandes difficultés que ne manquerait pas de rencontrer l’installation d’un mandat français en Syrie.

2 Selon Wasfi (1983 : 24) la Shamiyyah syrienne est le domaine steppique limité à l’est par la vallée de l’Euphrate et au sud par une ligne joignant Damas à Anah, dans la vallée de l’Euphrate au sud d’Abu Kamal.

3 Il faut cependant faire une réserve en ce qui concerne les plaines du Hawrân et le Djebel Druze dans la région sud de Damas, où il semble que les autorités ottomanes et les pouvoirs locaux aient réussi à mieux contrôler les tribus et ce, dès le xixe siècle. Voir Lewis, 1987 : 74-95.

4 En octobre 1927, une troisième compagnie était créée à Dmayr.

5 Comme le soulignait Raymond : “Sous couleur de protéger les minorités religieuses et ethniques, et de tenir compte des différents niveaux de développement des populations syriennes, la France divisa la Syrie en unités politiques distinctes : en septembre 1920, furent créés un Etat d’Alep (avec un régime spécial pour le sandjak d’Alexandrette), un Etat de Damas, un Territoire des Alaouites (qui deviendra Etat en 1922) et en mars 1921, l’Etat du Djebel Druze. La Syrie, qui venait d’être séparée de la Palestine et du Grand Liban, était ainsi divisée en quatre entités distinctes. Cet émiettement avait un caractère si exagéré que, en 1922, sur la suggestion de Catroux, Délégué du Haut Commissaire à Damas, une Fédération Syrienne regroupera Damas, Alep, et les Alaouites, mais pour peu de temps car, dès 1924, l’Etat des Alaouites sera à nouveau séparé de l’Etat de Syrie” (1980 : 69).

6 Une autre raison qui poussa le Haut Commissariat à se méfier puis à condamner le projet “d’Etat bédouin” fut certainement la crainte, après la secousse politico-militaire représentée par la révolte druze et ses prolongements dans les régions syriennes de l’ouest, de voir se constituer, dans des zones périphériques sensibles, des blocs unifiés susceptibles un jour de se retourner contre la puissance mandataire. Dans cette hypothèse, l’union des populations bédouines allait inspirer chez les dirigeants français du Levant, et surtout après 1926, plus de méfiance et de réticence qu’autres considérations.

7 En août 1930, M. Rappart, rapporteur général à la SDN pour les affaires syriennes, s’étonnait de la permanence du SR dans un pays bénéficiant depuis mai 1930 d’un statut organique : “A mon avis – déclarait-il – il semble y avoir une opposition inévitable entre l’existence prolongée de ce service et le statut organique qui vise à libérer le pays de la tutelle du mandat.” Nantes, fonds Beyrouth, inventaire 18, carton 1565, lettre de M. Ponsot au Quai d’Orsay, le 17/11/1930.

8 Nantes, fonds Beyrouth, inventaire 6, carton 552, note 1821/k 3 du 15 mars 1927.

9 Nantes, fonds Beyrouth, inventaire 6, carton 506, rapport du 10 août 1926. Ce rapport est également publié dans le Bulletin Economique Trimestriel des pays sous Mandat Français, année 1926, 3e trimestre : “L’avenir de l’irrigation dans l’Etat de Syrie”, pp. 1082-1088.

10 La correspondance, quasi quotidienne, du Général Weygand, Haut Commissaire au Levant de mai 1923 à janvier 1925, avec le Quai d’Orsay, nous renseigne sur l’ampleur et la cadence des expulsions de chrétiens par les autorités turques au cours des années 1923-1924, qui auront pour conséquence l’asphyxie de la ville d’Alep par l’afflux de ces réfugiés. Ministère des Affaires Etrangères (MAE), Série E Levant, 1918-1940 : Turquie, vol. 258 consacré à l’immigration chrétienne au Levant.

11 En 1927, il s’agit des deux qada’ de Hasaka et de Karu dont la limite orientale ne dépassait pas le méridien de Damir qabu. Les deux tiers environ du Bec de Canard étaient toujours sous contrôle turc.

12 Il s'agit des petites villes de Hasaka, Qamishli, Ra's al 'Ayn, Dirbasiyya, 'Amuda, Qubur al Bid, Dayrik et 'Ayn Diwar.

13 Ce sont les Assyro-Chaldéens et les Syriens-orthodoxes (Jacobites) qui allaient constituer l’apport essentiel des formations auxiliaires locales pour maintenir l’ordre dans la région, comme la Légion Syrienne qui deviendra, en 19.30, le célèbre 8e Bataillon du Levant, composé et commandé pat des chrétiens, en garnison dans les principaux centres de la Djézireh.

14 Ici encore, c’est la mise en culture qui permettait le transfert de ces terres dans la catégorie de terrains miri permettant l’accès à la possession.

15 L’exemple le plus connu en Djézireh syrienne est celui de la tribu des Shashan, chassée du Caucase par la conquête russe et fixée dans la haute vallée du Khabur sur d’immenses domaines, par décision impériale en 1876.

16 Ces deux arrêtés no 144 / S du 10 juin 1925, relatif au domaine public, et no 275 du 5 mai 1926 relatif au domaine privé de l’Etat, établissaient une distinction entre des terres enregistrées au nom de l’Etat et à la disposition du Directeur du domaine de l’Etat et des terres sur lesquelles l’Etat réclamait son droit de propriété, soit toutes les terres occupées dont les titres n’avaient pas été enregistrés ainsi que les terres inoccupées et non cultivées.

17 Nantes, Fonds Beyrouth, Inventaire 6, carton 571 Rapport du R.P. Poidebard sur la situation des réfugiés de Haute Jézireh, octobre 1927, p. l 1.

18 Ce regroupement des terres était considéré comme nécessaire car les propriétés s’échelonnaient très étroites tout le long du Khabur. La commission était chargée de les regrouper en profondeur, perpendiculairement et non parallèlement à la rivière, et de dégager ainsi de larges aboutissants au Khabur qui seraient donnés au nouveaux propriétaires. Il était prévu également d’organiser ces propriétés perpendiculaires à la rivière de façon à pouvoir utiliser l’eau pour l’irrigation et la culture de l’arrière-pays.

19 Le 31 décembre 1938, les travaux de cadastration pour la Syrie concernaient 3’083'384 ha, soit un quart du territoire, et se limitaient aux terrains exploitables, laissant de côté les parties montagneuses ou arides du pays. En ce qui concerne les confins steppiques de la Djézireh, l’organisation du registre foncier restait encore à faire à la fin du Mandat. Le cadastre n’existait pas, les titres de propriété autres que les tabu ottomans non plus.

20 Cet élargissement de la zone de sédentarisation, spectaculaire à partir des années 1926-1927, correspondant au recul des terres de parcours, représentait autant de sacrifices imposés aux nomades. Une compensation fut rapidement trouvée du fait de la plus-value des terres que les nomades possédaient dans leur zone de transhumance et de la redevance que leur payaient les villageois pour les terres cultivées sur leur domaine. Il est à noter que, dans ce cas précis, plus-value et redevance, inscrites au Bureau Foncier, en théorie au bénéfice de la tribu, profitaient en fait au seul chef de tribu au nom duquel s’était faite cette reconnaissance de possession de terre. Les chefs compensaient ainsi par des avantages économiques importants une situation personnelle politiquement instable et précaire imposée par le Mandat.

21 C’est au cours de la Conférence bédouine de Palmyre, réunie en 1933, que la steppe syrienne fut déclarée “zone sinistrée”, après plusieurs années de sécheresse, et que des directives du Haut Commissariat furent données afin de limiter la grande misère des populations. Voir in Oriente Moderno les articles relatifs aux mesures d’urgence prises par les autorités durant les années 1933, 1934, 1935 et 1936.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Organisation du projet d’Etat bédouin en Syrie
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3048/img-1.jpg
Fichier image/, 244k
Légende Fig. 2 : Les Etats du Levant en 1920
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3048/img-2.jpg
Fichier image/, 108k
Légende Fig.3 : Les Etats du Levant en 1925
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3048/img-3.jpg
Fichier image/, 192k

Auteur

Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, P.O. Box 344, Damas (Syrie)