Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

La longue durée et l’histoire récente

Émergence de l’agriculture, de l’élevage et du nomadisme pastoral au Proche-Orient

Jacques Cauvin

Texte intégral

1Les stratégies de subsistance actuelles n’ont pas toujours existé : elles sont fonction d’impératifs climatiques – et le climat lui même, au Proche-Orient comme ailleurs, a une histoire – autant que des initiatives économiques et culturelles qui modifient avec le temps les rapports de l’homme avec son milieu.

2Depuis que l’espèce humaine a émergé il y a quelque trois millions d’années, le climat mondial a été marqué par une alternance d’épisodes froids, phases dites “glaciaires”, et de périodes “interglaciaires” à température plus élevée. Compte tenu de sa latitude, le Proche-Orient n’a jamais eu à souffrir de froids excessifs, restant hors de portée de l’extension des glaciers qui a caractérisé l’Europe tempérée (Rognon, 1987).

  • 1 Les wudiyan (sing. wadi) sont des cours d’eau temporaires.

3Outre cet avantage climatique, le Proche-Orient a bénéficié, dans le domaine du peuplement humain, de sa position de charnière entre le continent africain, où l’Homo erectus et l’Homo sapiens sapiens, notre ancêtre direct, ont tour à tour émergé, et le reste de l’Ancien Monde. C’est par le Levant qu’ils ont l’un et l’autre transité dans leur expansion vers l’Europe et vers l’Asie. Les premières occupations par des chasseurs-cueilleurs paléolithiques y remontent à environ un million d’années, mais c’est entre 600’000 et 150’000 BP que les gisements se multiplient, dans la culture dite Acheuléenne (Hours, 1985). Or les steppes désertiques d’à présent y sont aussi intensément concernées que le littoral ; simplement, au fil des alternances entre phases sèches et humides, on y voit les artefacts préhistoriques répandus tout au long des wudiyan1 de nos jours desséchés, ou bien au contraire se concentrer davantage au voisinage des points d’eau.

  • 2 Selon communication personnelle de Hillman.

4Entre 150’000 et 40’000 BP, des cultures propres au Levant nord (Yabroudien, Hummalien), ou bien répandues de l’Euphrate au Sinaï (Levalloiso-moustérien), sont également présentes dans les oasis. Ainsi, d’après les fouilles japonaises à Douara près de Palmyre, on a pu reconstituer pour le Paléolithique moyen (entre 80’000 et 40’000 BP) un paysage boisé de micocouliers et de pruniers sauvages bien oublié aujourd’hui2 L’Aurignacien du Levant, surtout connu dans la zone littorale, vient d’être retrouvé dans l’oasis d’El Kowm et à Palmyre (Paléolithique supérieur, entre 40’000 et 14’000). Toutes ces cultures témoignent d’un être humain épanoui, souvent techniquement en avance sur ses contemporains d’Europe ; il connaît notamment un usage précoce des lamelles de silex microlithiques, qui devaient armer des outils composites, alors que ce microlithisme n’apparaît en Europe occidentale que bien plus tard, au Magdalénien.

5Ce n’est qu’à partir de 20’000 ans BP que s’établissent par étapes au Proche-Orient les conditions écologiques plus rudes que nous connaissons. Parmi elles, on sait que le problème des steppes n’est pas seulement leurs hautes températures estivales, mais surtout la rareté de l’eau (Métrai et Sanlaville, 1981).

6Or si la fin des temps glaciaires a entraîné à l’échelle de la planète un réchauffement progressif du climat, le Proche-Orient a présenté de cette transformation une version originale, concernant principalement le régime de ses pluies. Le Moyen-Orient se trouvait déjà très aride, bien avant 20’000 BP, parce qu’y manquait l’actuel Golfe arabique, réserve permanente d’humidité, où la mer ne s’est avancée qu’il y a six mille ans (Sanlaville, 1989), et aussi, semble-t-il, les moussons fécondantes de l’océan Indien. Ce désert oriental a progressé vers l’ouest : dès 20’000 BP, c’est la fin du lac de Palmyre qui s’assèche, suivi vers 16’OOO BP par le lac de Damas et avant 12’000 BP par le grand lac Lisân, dans le fossé du Jourdain, dont ne subsistent de nos jours que des résidus (mer Morte, lac de Tibériade). Seule la façade méditerranéenne, mieux arrosée par les vents marins, est épargnée par ce dessèchement. Un retour général mais éphémère de l’humidité marque la période entre 14’000 et 12’000 BP, lorsque les chasseurs-cueilleurs épipaléolithiques du Kébarien Géométrique parsèment d’installations très denses des contrées à présent semi-désertiques ou désertiques comme le Sinaï, le Neguev, les déserts de Syrie et de Jordanie.

7C’est à partir de 12’000 BP qu’avec un retour progressif de la sécheresse s’installent au Proche-Orient des conditions climatiques définitivement comparables aux nôtres. Pendant près de 2000 ans, tout le Levant a été occupé par la civilisation dite “Natoufienne”, caractérisée par ses microlithes géométriques en forme de segments de cercle. Son territoire s’étend de l’Euphrate à la mer, mais ses stratégies de subsistance sont déjà bien différentes, selon la zone écologique où on les observe. Dans l’aire climatique où tombent plus de 200 mm d’eau par an, depuis le Moyen Euphrate jusqu’au Neguev, cette civilisation a fondé les premiers villages sédentaires. Ces villages, à maisons rondes semi-enterrées, sont encore préagricoles mais diversifient assez leurs activités de prédation (pêche, chasse et cueillette) pour survivre l’année durant dans un même lieu (Cauvin, 1978). Ceux d’Abu Hureyra et Mureybet, sur l’Euphrate, et celui de Mallaha, dans la vallée du Jourdain, sont les plus connus. Le paysage d’alors est ce qu’on appelle la “steppe-forêt”, c’est-à-dire une forêt clairsemée de pistachiers et de chênes verts, fréquemment associés aux céréales sauvages. Si ces arbres ont aujourd’hui disparu, à part de rares reliquats subsistant dans les massifs montagneux, c’est moins pour des raisons climatiques que par suite de leur destruction par l’homme. En revanche, dans les steppes arides de l’intérieur, on ne trouve que des stations natou-fiennes d’étendue très limitée, les groupes humains y étant plus petits et certainement mobiles ; l’outillage pour la cueillette (faucilles) et le traitement des végétaux (meules et mortiers) y est, à la différence du Natoufien sédentaire, très raréfié par rapport aux instruments de chasse (Byrd, 1989). Déjà donc, ces chasseurs-cueilleurs nomades de la steppe vivaient plutôt des ressources animales que de l’exploitation des végétaux.

  • 3 Les datations “bc” que nous donnons désormais sont toutes calculées en chronologie C14 non calibrée

8A la fin du Natoufien, c’est-à-dire au IXe millénaire avant J.-C.3, les steppes ont été quasiment abandonnées par l’homme. C’est qu’un épisode nouveau propre au début de l’Holocène – l’invention de l’agriculture – va survenir, auquel les zones arides n’auront aucune part.

Les débuts de l’agriculture et de l’élevage (8000-6500 bc)

9L’invention de l’agriculture s’est faite au Proche-Orient, plus précisément au Levant dans ce qu’on appelle le “corridor levantin”, étroite bande en arc de cercle qui va du Moyen Euphrate à la vallée du Jourdain en passant par l’oasis de Damas, et où presque toute la population humaine se concentre alors (Cauvin, 1989)- Cette bande coïncide à peu près avec l’aire précédente de répartition du faciès sédentaire du Natoufien, qui, par ses regroupements sociaux et la fixité de ses habitats, avait déjà d’une certaine manière préparé les débuts de la production de subsistance. Elle coïncide aussi à peu près avec l’aire naturelle des céréales sauvages, ou bien elle la jouxte immédiatement : en effet les céréales spontanées (engrain, blé amidonnier, orge, seigle) poussaient plutôt en secteur montueux (collines de Judée, Anti-Liban, Taurus oriental et Haute Djézireh), tandis que les premiers agriculteurs se sont volontiers déplacés avec leurs semences un peu plus bas, dans les vallées sédimentaires ou la cuvette de Damas, à la recherche de terroirs plats plus fertiles et favorables à une utilisation agricole.

10Ces tout premiers agriculteurs occupent chronologiquement, entre 7800 et 7500 bc, ce qu’on appelle “l’horizon PPNA” (Prepottery Neolithic A), ensemble de cultures néolithiques toutes dérivées du Natoufien. Ils ont bâti de grands villages à maisons circulaires pouvant atteindre (à Jéricho ou Mureybet) de 2 à 3 hectares. On a constaté à Mureybet qu’ils sélectionnaient désormais leurs ressources alimentaires en abandonnant plus ou moins la pêche et la chasse des petits animaux pour en préférer de plus grands (équidés, bœufs sauvages) ; mais ils ne sont “producteurs” que dans le domaine végétal, et cela sans sortir encore de la zone climatique des cultures sèches. Huit espèces de plantes sont alors mises en culture presque en même temps (Zohary et Hopf, 1988) : les unes sont des céréales (engrain, blé amidonnier, orge), les autres des légumineuses (pois, lentilles, fèves, pois chiches, vesces). Des résultats récents permettront sans doute d’y ajouter le seigle.

11La civilisation qui leur succède à partir de 7500 bc, le “PPNB” (Prepottery Neolithic B), est très différente par son outillage et ses architectures désormais rectangulaires, mais n’outrepasse pas non plus, du moins jusqu’à mi-chemin de son parcours historique vers 6500 bc, les mêmes limites géographiques. Les villages deviennent un peu plus nombreux et ils sont tous agricoles. L’élevage de la chèvre fait alors, sur certains sites encore rares comme Abu Hureyra, Jéricho ou Beidha, sa première apparition. Il est important de noter que l’introduction de l’élevage a été au Levant une affaire de sédentaires : aucune trace de nomadisme pastoral n’est encore apparue.

Fig. 1 : Principaux sites archéologiques

Le PPNB récent et final et la reconquête des steppes (6500-5500 bc)

12A la moitié du VIIe millénaire avant J.-C, la civilisation PPNB est loin d’être épuisée : elle en a pour plusieurs siècles encore à perpétuer ses outillages, ses architectures et ses cultes religieux caractéristiques. Ce qui change totalement vers 6500 bc, c’est son rapport avec l’espace. Dans la zone nucléaire elle-même, on croit assister à une sorte de fièvre de déménagements : la plupart des anciens villages sont abandonnés, d’autres sont fondés, parfois pas très loin des précédents. L’agriculture s’y perfectionne, avec des espèces nouvelles de céréales domestiques (blé dur, orge à six rangs) et la culture du lin (à Ramad près de Damas). L’élevage s’y généralise : des chèvres mais aussi désormais des moutons et, tout à fait à la fin du VIIe millénaire, les premiers bœufs domestiques (Ras Shamra), dans un contexte toujours sédentaire (Helmer, 1991).

13A partir de 6500 bc, le Néolithique n’est plus cantonné à la zone nucléaire par les contraintes climatiques. Des gisements du PPNB récent ou final, respectivement avant et après 6000 bc, se rencontrent désormais en nombre dans les steppes semi-désertiques abandonnées depuis la fin du Natoufien : il y en a en Syrie, sur l’Euphrate ou dans les oasis d’El Kowm et de Palmyre, en Jordanie dans l’oasis de ‘Azraq et le Désert Noir, et enfin au nord de l’Arabie et dans le désert du Sinaï.

14Comment ces groupes humains se sont-ils adaptés aux conditions écologiques nouvelles, beaucoup plus rudes que dans leurs territoires occidentaux d’origine ? Il apparaît que les solutions choisies furent de plusieurs types (Cauvin, 1990). Les uns ont fondé des villages sédentaires, vivant ici aussi sur une économie mixte agro-pastorale : c’est le cas de Bouqras ou d’El Kowm 2. L’agriculture sèche est en principe prohibée par le manque de pluie, mais il est possible d’y suppléer par le choix de microenvironnements particuliers : basses terrasses inondables des bords de l’Euphrate (Bouqras), bas-fonds plus ou moins humides des bords de sebkhas au voisinage des sources d’oasis (El Kowm 2). Les agriculteurs d’El Kowm 2 pratiquaient ainsi une agriculture qui était loin d’être rudimentaire : quatre espèces différentes de céréales ainsi que des légumineuses y étaient cultivées. Il n’est pas exclu que les sources vauclusiennes de la cuvette d’El Kowm qui jaillissent au sommet de “tertres de sources” d’origine éolienne dominant la plaine aient permis une sorte d’irrigation primitive par simple gravité. Il y a aussi un élevage important d’ovicaprinés, auxquels s’ajoutent à Bouqras des bœufs et peut-être des porcs, et un appoint non négligeable de ressources cynégétiques (gazelles, équidés, bœufs sauvages) pouvant satisfaire jusqu’à 30 % des besoins en protéines animales.

15Une autre solution est le nomadisme pastoral, dont le Proche-Orient nous offre les plus anciens témoignages connus. Les gisements ne livrent alors lorsqu’on les fouille aucune structure construite, à moins qu’on y trouve, lorsque le terrain est pierreux comme dans le Désert Noir basaltique de Jordanie ou dans le Sinaï, des murets bas circulaires qui servaient à consolider les tentes. Seuls quelques-uns de ces sites ont livré de la faune domestique : Qdeir 1 dans la cuvette d’El Kowm, ou ‘Azraq 31 en Jordanie. Il s’agit alors d’un élevage surtout moutonnier, complété par une chasse importante. D’autres sites comme Jilat 7 et Dhuweila dans le Désert Noir ou wadi Tbeik au Sinaï, n’ont fourni que de la faune sauvage : on s’est demandé s’il s’agissait d’une véritable régression économique de groupes PPNB abandonnant provisoirement toute production de subsistance. En fait, la mobilité étant désormais la règle parmi ces groupes, un seul d’entre eux pouvait laisser derrière lui au cours de ses déplacements des “stations préhistoriques” de natures très diverses, au gré des activités particulières qui s’y étaient déroulées, qu’il se fût agi de camps de base, d’ateliers de taille du silex ou de simples postes de chasse dont les moutons étaient évidemment tenus à l’écart...

16Des recherches sont en cours pour préciser les territoires de parcours de ces premiers nomades : il est certain que non seulement la cuvette d’El Kowm mais les montagnes qui l’entourent ont toutes déjà livré un grand nombre de stations de surface relevant de ce faciès assez particulier du PPNB, dit “faciès de Qdeir”. Des recherches analogues sont effectuées par une équipe anglaise dans le Désert Noir jordanien. Il est probable en tout cas, si l’on en croit les premiers restes végétaux retrouvés dans la fouille de Qdeir 1, que certaines étapes plus prolongées s’accommodaient d’activités agricoles et qu’il s’agissait donc plutôt d’un semi-nomadisme où l’élevage, ressource dominante, n’était cependant pas la seule.

17Une question demeure : pourquoi le nomadisme pastoral ? La réponse a longtemps paru simple : ce nomadisme en zone aride a été traditionnellement interprété (Lattimore, 1967 et Service, 1975), sur des exemples plus récents, comme le résultat de l’expulsion hors des zones plus clémentes d’une partie de leurs populations, le plus souvent à la suite d’un excédent démographique. Le nomadisme pastoral apparaît dès lors comme une réponse adaptative à des conditions climatiques difficiles mais non voulues. Il permet, en effet, à des producteurs de subsistance de déplacer dans l’espace leurs “provisions”, c’est-à-dire leur cheptel, au gré des saisons qui enrichissent périodiquement ici ou là la couverture végétale naturelle, de toutes façons raréfiée sous ce climat. Plus récemment, Lees et Bates (1974) ont encore interprété de cette manière le nomadisme pastoral au Proche-Orient.

  • 4 De ce point de vue, les régions plus arides, où de forts apports éoliens contribuent à sceller les (...)

18Les données plus anciennes dont on dispose à présent confirment-elles ce modèle ? Assez peu en vérité : il serait audacieux, d’une part, de parler d’excédent démographique à si haute époque, où les habitats humains restaient de toutes manières très clairsemés. Surtout, on voit surgir des traces de nomadisme aux mêmes périodes dans les zones littorales elles-mêmes : on les a peu étudiées, un campement nomade néolithique, que manifeste souvent une simple concentration de silex sur le sol, laissant très rarement des dépôts fouillables4 Il est évident cependant qu’un village PPNB récent comme Ramad, dans l’oasis de Damas, a connu vers 6000 bc une arrivée de populations nomades venues s’y sédentariser, interrompant la tradition architecturale du lieu en y creusant des fosses rondes rudimentaires (Contenson, 1971). Or ces nomades ne venaient pas du désert mais du littoral : ils apportaient avec eux la céramique noire lustrée dite DFBW (Dark Face Burnïshed Ware), caractéristique du Néolithique de l’Amouq, dont l’analyse chimique a confirmé cette provenance occidentale (Le Mière et Picon, 1987). Il existe d’autres exemples analogues. Il se pourrait donc que le nomadisme pastoral à son origine n’ait été lié à aucun type d’environnement particulier. Il ne faut pas surestimer le rôle des pressions écologiques dans l’avènement de ce nouveau mode de vie, dont les bédouins du Proche-Orient sont les héritiers actuels. Quelque initiative de nature culturelle, comme par exemple une idéologie particulière privilégiant la mobilité, idéologie dont la mentalité bédouine a d’ailleurs conservé des traces, a dû aussi prendre part à ce changement ; il est cependant encore difficile d’en dire plus.

Bibliographie

BYRD, B.F.
1989 “The Natufian settlement variability and economic adaptations in the Levant at the end of the Pleistocene”, Journal of World Prehistory, 3, 2, pp. 159-197.

CAUVIN, J.
1978 Les premiers villages de Syrie-Palestine du IXe au VIIe millénaires av. J.-C., Lyon, Maison de l’Orient, Collection de la Maison de l’Orient n° 4, Série archéologique.
1989 “La Néolithisation du Levant et sa première diffusion”, in O. Aurenche et J. Cauvin (eds.), Néolithisations, BAR, international series no. 316, pp. 3-36.
1990 “Les origines préhistoriques du nomadisme pastoral dans les pays du Levant”, in H.P. Francfort (éd.), Nomades et sédentaires en Asie Centrale, Paris, Editions du CNRS, pp. 69-80.

CONTENSON, H. de
1971 “Tell Ramad, a village of Syria of the 7th and 6th millenia BC”, Archaeology, pp. 277-285.

HELMER, D.
1991 La domestication des animaux par les hommes préhistoriques, Paris, Masson.

HOURS, F.
1985 “L’occupation du Proche-Orient au Paléolithique”, in Le Grand Atlas de l’Archéologie, Paris, Encyclopaedia Universalis, pp. 164-165.

LATTIMORE, O.
1967 Inner Asian frontiers of China, Boston, Beacon Press.

LEES, H., BATES, D. G.
1974 “The origins of specialized nomadic pastoralism: a systemic model”, American Antiquity, 39 (2), pp. 187-193.

LE MIERE, M. et PICON, M.
1987 “Productions locales et circulation des céramiques au VIe millénaire au Proche-Orient”, Paléorient, 13/2.

METRAL, J. et SANLAVILLE, P. (éd.)
1981 L’Homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient, Lyon, Maison de l’Orient, “Travaux de la Maison de l’Orient” n° 2, tome 1.

ROGNON, P.
1987 “Relations entre phases climatiques et chronologiques au Moyen-Orient de 16’000 à 10’000 BP”, in O. Aurenche, J. Evin, F. Hours (eds.), Chronologies du Proche-Orient : relative chronologies and absolute chronologies 16.000-4.000 BP, BAR, international series no. 379, pp. 198-206.

SANLAVILLE, P.
1989 “Considérations sur l’évolution de la basse Mésopotamie au cours des derniers millénaires”, Paléorient, 15/2, pp. 5-27.

SERVICE, E. R.
1975 Origins of the State and Civilization, New York, Orton.

ZOHARY, D., HOPF, M.
1988 Domestication of plants in the Old World, Oxford, Clarendon Press.

Notes

1 Les wudiyan (sing. wadi) sont des cours d’eau temporaires.

2 Selon communication personnelle de Hillman.

3 Les datations “bc” que nous donnons désormais sont toutes calculées en chronologie C14 non calibrée.

4 De ce point de vue, les régions plus arides, où de forts apports éoliens contribuent à sceller les restes d'occupations humaines même temporaires, sont un meilleur terrain d'étude pour l'archéologie des groupes nomades.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Principaux sites archéologiques
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Auteur

préhistorien – Maison de l’Orient, CNRS-URA 17, 7 rue Raulin, 69007 Lyon (France)