Version classiqueVersion mobile

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

La longue durée et l’histoire récente

Du nomade magnifié au nomade mystifié : point de vue sur l’histoire de la steppe

Olivier Aurenche

Texte intégral

1On peut définir la steppe comme un espace intermédiaire entre la ville et le désert, ou, plus exactement, entre les zones cultivées contrôlées, par les villes et le désert. Ces zones cultivées comprennent non seulement les villes, mais aussi les couronnes de villages d’agriculteurs exploitant ces zones. La steppe est donc conçue d’emblée comme un espace marginal, aux dimensions fluctuantes, souvent confondu par le sédentaire ou le citadin avec le désert lui-même. Précisément parce qu’il s’agit d’une zone de transition, la steppe est souvent mal perçue et mal identifiée.

2Géographiquement, comme le démontre la synthèse de Paul Sanlaville, il s’agirait plutôt d’une bande plus ou moins large, épousant la forme du fameux “croissant fertile” entre l’arc montagneux forestier, aujourd’hui largement déboisé, et le désert. Cette bande, à végétation herbacée, est, par exemple, plus étroite en Jordanie qu’en Syrie. Ses dimensions peuvent varier, en outre, sur la courte ou sur la longue durée, en fonction de données climatiques et notamment pluviométriques. Les modes d’exploitation de la steppe, dont il faut se demander s’ils sont spécifiques, dépendent en partie de ces données.

3Dans l’imaginaire collectif tel qu’on le perçoit à travers les documents dont dispose l’historien, le monde de la steppe (et/ou du désert) s’oppose au monde de la ville comme la nature s’oppose à la culture. Rien d’étonnant à cela, puisque la plupart des documents semblent avoir été élaborés par et pour les “citadins”. L’histoire de la steppe n’a toujours été envisagée que du point de vue du citadin : l’homme de la steppe est le sauvage, celui qui est mobile, par rapport à l’homme civilisé, fixé sur la terre. C’est le nomade, opposé au sédentaire (Briant, 1982 : 9-15). A l’image du territoire qu’il occupe, il inspire la crainte, une crainte qui est en grande partie une peur de l’inconnu. Sa vie, associée à celle des animaux, devient, à la limite, une vie animale.

4Nomadisme et bestialité semblent donc bien être aux yeux du sédentaire les traits principaux qui dépeignent l’occupant de la steppe. Il convient, là encore, d’examiner en quoi cette image a régi, à travers le temps, les rapports entre sédentaires et nomades.

5Les documents dont on dispose sont de natures diverses : avant l’apparition de l’écriture, les documents sont archéologiques. Dans le cas de populations non fixées au sol de manière permanente, on sait combien leurs traces sont discrètes, mais au moins leur appartiennent-elles en propre ! C’est le mérite des préhistoriens que de parvenir à les interpréter. L’apparition de l’écriture introduit une autre série de documents, apparemment plus “parlants” et plus directement exploitables. Mais ces documents sont biaisés, car ils émanent - sauf exception, comme les inscriptions safaïtiques (Al Khrayshah, 1991) - non pas des habitants de la steppe, mais de leurs voisins, citadins et sédentaires. Les documents écrits sont donc à manier avec précaution et ne doivent être lus qu’après un décryptage, dont on n’est jamais sûr qu’il aboutisse. De plus, leur nature différente - textes “historiques”, textes “économiques”, textes “poétiques” etc. - rend l’interprétation encore plus délicate. C’est pourtant principalement à l’aide de ces documents que nous allons, dans un premier temps et sur la longue durée, tenter de définir les modes d’exploitation de la steppe puis, dans un deuxième temps, essayer de mettre en valeur les rapports qui se sont établis, toujours sur la longue durée, entre les occupants de la steppe et leurs voisins.

Les modes d’exploitation de la steppe

L’élevage du petit bétail

6Les premiers documents, discutés dans l’étude de Jacques Cauvin, montrent que, dès le 7e millénaire, la steppe était le cadre d’un “élevage surtout moutonnier”, associé d’une part à une “chasse importante” et à une agriculture sèche recevant l’appoint, le cas échéant, d’une “sorte d’irrigation primitive par simple gravité”. Cette situation peut varier en fonction de “microenvironnements particuliers”. Si, comme le montre Jacques Cauvin, l’élevage du petit bétail n’est pas, à proprement parler, né dans la steppe, mais à sa périphérie, dans les zones cultivées, il n’en reste pas moins que l’environnement de la steppe convient parfaitement à cette activité. Dans un “système d’économie mixte agro-pastorale”, la steppe est le lieu privilégié où l’élevage peut se pratiquer de manière à la fois extensive et intensive, sans nuire à, ou empiéter sur, des terres cultivées. On mesure combien, dès l’origine, la steppe est bien cette zone de contact et de transition où, en fonction de variations externes (climat) ou internes (choix économiques), les populations peuvent moduler cette activité, tantôt principale (élevage seul), tantôt complémentaire (élevage associé à l’agriculture). Une grande variété de solutions intermédiaires peut être envisagée.

7Ajoutons que le mouton domestique, qui constitue l’essentiel du “petit bétail” élevé dès le 7e millénaire, descend d’une forme sauvage dont l’habitat naturel est précisément la steppe, ou sa périphérie (Ürpmann, 1981 : 102 ; Helmer, 1989).

8Cette situation est confirmée par les premiers textes littéraires. L’Epopée de Gilgamesh, dont l’élaboration en Mésopotamie remonte au début du 3e millénaire, évoque comme principale richesse les moutons et les chèvres qui paissent aux limites de la steppe et du désert et que les bergers défendent des attaques des lions et des loups (Labat et al., 1970 : 159). Au 2e millénaire, les textes en provenance de Mari, ville située sur l’Euphrate, en contact avec la steppe, mentionnent plusieurs tribus nomades “éleveurs de moutons qui vivent à la lisière du désert ou dans les régions subdésertiques”. Les Benjaminites “parcourent les vallées de l’Euphrate et du Khabour et les steppes qui couvrent l’ouest de la Haute Mésopotamie”. Les Sutéens “foulent la steppe syrienne... et les pistes qui relient l’Euphrate à la Syrie en passant par Palmyre” (Kupper, 1957 : 260). Les nombreux textes contemporains ou postérieurs réunis par Briant lui permettent de montrer combien ce type d’élevage suppose et crée tout à la fois des liens relativement étroits avec la zone proprement agricole (Briant, 1982 : 137). La situation est la même à l’époque romaine et byzantine. Les Safaïtes de la steppe syro-jordanienne, autour du Djebel Druze, sont des éleveurs de moutons et de chèvres, pratiquant un pastoralisme transhumant en contact avec des villages d’agriculteurs. D’autres tribus, comme les Maranites du Sinaï, ou les Dèbes, sont à la fois éleveurs et agriculteurs (Sartre, 1983).

9Au xxe siècle, vers 1930, les habitants de Sukhné, une oasis de la steppe syrienne, sont des éleveurs de moutons (de Boucheman, 1936) et ils le restent en 1990. Comme le démontre Françoise Métral, on est frappé par la stabilité, à travers le temps, de ce premier - et principal - mode d’exploitation de la steppe.

L’élevage de gros bétail

10A partir du 3e ou du 2e millénaire avant J.-C, la steppe est le lieu d’élevage de deux autres espèces qui, à la différence du mouton, ne sont pas originaires de la steppe syro-jordanienne, mais s’y sont bien acclimatées après y avoir été introduites.

11La première est le dromadaire, appelé communément chameau, originaire des steppes de l’Asie centrale, qui constitue très vite l’attribut principal de l’habitant des steppes de l’Asie antérieure, tout en contribuant à entretenir une ambiguïté. En effet, la steppe n’est que l’habitat temporaire de l’éleveur de dromadaires, qui passe une autre partie de son temps dans le désert. La confusion s’est donc vite introduite aux yeux du sédentaire, entre le “petit nomade” éleveur de “petit bétail” (moutons, chèvres) dont le territoire principal est la steppe, et le “grand nomade”, éleveur de “gros bétail” (chameaux) dont la steppe constitue une partie seulement du territoire. Lorsque la caravane de chameaux arrive à la ville, sait-on si elle vient de la steppe ou du désert ? La confusion est d’autant plus facile à entretenir qu’élevage de petit et de gros bétail peuvent coexister au sein d’une même population et que les tribus pratiquent le plus souvent ce genre d’économie mixte.

12Le chameau est un animal à tout faire : animal de prestige, mais aussi de boucherie, c’est un moyen de transport aussi bien qu’une machine de guerre (Briant, 1982 : 128-136).

13Le cheval, autre animal de prestige, domestiqué dans les steppes de l’Europe méridionale, est à sa place dans la steppe syro-jordanienne, même si cette place n’est pas spécifique. Le cheval est en effet “partagé” entre les sédentaires et les nomades. A l’époque romaine, éleveurs de moutons, de chameaux et de chèvres, les Safaïtes élèvent aussi des chevaux (Sartre, 1983 : 153), mais ils semblent isolés. A Sukhné, A. de Boucheman (1936 : 70) mentionne un élevage de juments. Cette forme d’élevage paraît donc assez marginale.

14Numériquement peu abondant mais économiquement important, il faut ajouter l’élevage d’ânes et de mulets, animaux de bât ou de trait.

Activités agricoles

15Même si la steppe reste, de manière très spécifique et privilégiée, une zone d’élevage, on a vu qu’elle avait été dès l’origine, et qu’elle était restée, le théâtre d’activités agricoles. Mais dans son mode d’exploitation traditionnel, avant l’introduction de la mécanisation et des moyens de pompage artificiels (moto-pompes), l’agriculture est une activité de complément. En fonction des variations climatiques, l’étendue de la zone de contact entre terres cultivées et terres non cultivées est variable. La culture a pu tantôt “gagner” sur la steppe, tantôt régresser. C’est en ce sens qu’on parlera d’agriculture marginale, car pratiquée à la limite de deux zones. La même situation peut se répéter à l’intérieur de la steppe, autour des oasis : ce fut le cas, semble-t-il, au 7e millénaire dans la steppe syrienne, où les habitants de l’oasis d’El Kowm pratiquaient autour d’un village à architecture en dur “une agriculture qui était loin d’être rudimentaire : quatre espèces différentes de céréales ainsi que des légumineuses”, tout en se livrant à un élevage important d’ovicaprinés, pendant que les habitants de Qdeir, à 9 km au nord, sans trace d’une architecture “fixe”, pratiquaient un élevage surtout moutonnier accompagné “d’activités agricoles plus sporadiques, mais réelles”. Il s’agit donc bien d’un “semi-nomadisme où l’élevage, ressource dominante, n’était cependant pas la seule” (voir texte de Jacques Cauvin). Ce mode d’exploitation de la steppe trouve, au xxe siècle, son correspondant exact dans l’oasis voisine de Sukhné, où une agriculture de complément (blé pour la nourriture humaine) est pratiquée “dans les vallées à fond plat, que les pluies d’hiver imprègnent ou dans les rodat (zones d’épandage des torrents débouchant en plaine) ” (de Boucheman, 1936 : 70).

16La situation est comparable à l’époque romaine, chez les Safaïtes, dans le Djebel Druze, où l’interpénétration des éleveurs semi-nomades et des agriculteurs sédentaires est forte : un même clan, les Bani Amrat, est présent “à la fois dans les zones agricoles et dans la steppe” (Sartre, 1983 : 158). Cette situation, tant au 2e millénaire autour de Mari qu’à l’époque romaine dans le Hauran, “où les contacts entre pasteurs et sédentaires, nés des contraintes écologiques et économiques, sont particulièrement étroits”, engendrant une “économie qui est une combinaison entre pastoralisme ovin et agriculture villageoise” (Briant, 1982 : 139), a fait naître l’hypothèse de “sociétés dimorphiques” constituées “d’éléments complémentaires et non pas nécessairement antagonistes” (Briant, 1982 : 141 ; Sartre, 1983 : 151). La steppe, qui serait donc bien le lieu privilégié de l’élaboration de telles sociétés, offre encore d’autres ressources.

La chasse

17L’activité cynégétique, bien que plus rarement mentionnée, procure un complément aux habitants de la steppe. Dès le 6e millénaire, un site néolithique de la Djézireh mésopotamienne, Umm Dabaghiah, est interprété par son inventeur comme un centre d’exploitation de l’onagre (Kirkbride, 1974), et à la même époque, une “frise” d’autruches figure sur un mur peint d’une maison de Bouqras, site des bords de l’Euphrate au contact de la steppe syrienne. Xénophon décrit avec précision, au 4e siècle avant J.-C, une chasse à l’onagre dans la steppe mésopotamienne. Il en compare la chair à celle des cerfs, mais la trouve plus “ferme”. Les autres gibiers cités par Xénophon sont les autruches, les outardes et les gazelles (Briant, 1982 : 120-121). Rappelons que, dans l’Epopée de Gilgamesh au 3e millénaire, Enkidou, le “sauvage” venu de la steppe, est présenté comme un chasseur. Son origine est ainsi évoquée : “Enkidou, mon ami, la gazelle est ta mère et l’âne sauvage, ton père, t’a engendré. Quatre onagres, de leur lait, t’ont fait grandir” (Labat et al., 1970 : 195). Tous ces animaux “nourriciers” ont pour habitat la steppe. Plus loin il est appelé “mulet vagabond, onagre de la steppe, léopard du désert” (Labat et al., 1970 : 196). A l’époque romaine, à l’est du golfe d’Aqaba, Diodore mentionne “des chameaux sauvages, des cerfs et des gazelles” (Sartre, 1983 : 149) tandis que les inscriptions safaïtiques mentionnent ou représentent des “lions, peut-être des loups, et des panthères” ainsi que des “antilopes, des oryx et des autruches” (Sartre, 1983 : 154 et 157). Au xxe siècle on chasse autour de Sukhné le renard et la gazelle dont on vend la peau dans les villes (de Boucheman, 1936 : 84).

Autres ressources végétales

18D’autres ressources spécifiques de la steppe sont signalées par de Boucheman comme procurant, au début du xxe siècle, des ressources économiquement non négligeables : il s’agit de l’herbe à savon (qelî), transformée sur place par combustion en plein air et expédiée par caravanes de 200 chameaux à Alep, de l’huile de térébinthe (botum), transformée aussi sur place, des truffes (kema) et de la réglisse (sus) (de Boucheman, 1936). Tous ces produits sont vendus sur les marchés urbains et donc “exportés” hors de la steppe.

Ressources minérales

19Le sel constitue une autre ressource traditionnelle de la steppe. Dès le 2e millénaire, les textes de Mari mentionnent des salines dont la ville s’efforçait de maintenir le contrôle. La plus proche était près de Bouara “sur la rive gauche de l’Euphrate, à l’endroit où le chaib Ajïj achève de se perdre. C’est la région de Rodda où les nomades Chammar Zor allaient, à l’époque du Mandat, s’approvisionner en sel”. D’autres étaient situées plus au nord “dans la région où se perdent les oueds dans la steppe au fond du Sinjar... A l’époque du Mandat, les nomades allaient s’y approvisionner en sel pour assaisonner le fourrage sec donné au bétail en hiver” (Durand, 1987 : 199-205). Remarquons, d’une part, la cohérence dans l’utilisation des ressources de la steppe, qui fournit à l’éleveur l’aliment principal en même temps que la nourriture de complément, et d’autre part, la permanence de cette exploitation. A côté de ces salines “naturelles”, le royaume de Mari entretenait par la construction de digues en roseaux des salines “artificielles”, installées sur les bords de Khabour. Ces salines étaient l’objet de convoitise de la part de tribus d’éleveurs semi-nomades, les Hanéens, qui préféraient s’y servir directement plutôt que d’acquitter les taxes dues au titre du monopole de l’Etat (Durand, 1990 : 634).

20Le monopole du sel s’exerce aussi à l’époque romaine à Palmyre, comme en témoigne une fameuse inscription, le Tarif de Palmyre. Selon A. Musil, en 1912, le sel constitue encore la principale source de revenus pour les habitants de l’oasis ; il s’exportait à Homs et à Damas (Teixidor, 1984 : 78). La même permanence dans l’exploitation s’observe à Sukhné où, selon A. de Boucheman, le sel est recueilli en “couche au fond des petites mares où l’eau s’est accumulée, puis évaporée” (1936 : 82). Associé à l’élevage, mais aussi produit d’exportation, le sel a donc constitué de tout temps une ressource importante de la steppe.

21Plus récemment, l’exploitation des mines de potasse, près de Palmyre, ou l’extraction de pétrole en Djézireh syrienne sont venus amplifier les ressources minérales. Mais ceci est une autre histoire, car les habitants de la steppe ne sont guère concernés par leur exploitation...

Le transport et le commerce

22Parcourue par les pasteurs nomades ou semi-nomades, éleveurs de petit ou de gros bétail, la steppe est aussi traversée. La steppe a constitué de tout temps un lieu de passage entre les zones désertiques de l’arrière-pays et les franges cultivées, ou entre ces dernières et les massifs montagneux : c’est le cas, par exemple, de la vallée de l’Euphrate syrienne, ou plus généralement de la Mésopotamie dont l’accès à la Méditerranée ou aux sources de matières premières passe, nécessairement, par la steppe. A plus grande échelle, la steppe syro-jordanienne est une liaison obligée entre plusieurs mondes, l’Extrême et le Moyen-Orient, le Proche-Orient et l’Occident. Le nomade, ou l’habitant de la steppe, joue donc un rôle d’intermédiaire auquel le sédentaire doit faire appel. Deux aspects sont à considérer : la connaissance de voies de circulation, et la mise au point de moyens de transport adaptés. L’activité “commerciale” constitue bien, au même titre que l’élevage, l’une des spécificités fondamentales de la steppe.

23Ce rôle du “nomade” face au “sédentaire” est symboliquement mis en valeur dans l’Epopée de Gilgamesh, texte élaboré au 3e millénaire déjà cité. Gilgamesh, le roi d’Ourouk en Basse-Mésopotamie, souhaite s’approvisionner en bois dans la forêt des Cèdres (les montagnes du Liban), domaine du redoutable Houwawa. Pour s’y rendre, il a recours à Enkidou, l’homme du désert et de la steppe, suivant en cela le conseil des Anciens de la ville : “Ne te fie pas, Gilgamesh, seulement à ta force, que tes yeux soient bien clairs ! Prends garde à toi ! Qu’Enkidou marche devant toi, il a déjà vu le chemin et parcouru la route de la forêt, il connaît les accès et de Houwawa, toutes les roueries... A l’étape du soir, creuse un puits, qu’il y ait toujours de l’eau dans ton outre” (Labat et al., 1970 : 167). Ce dernier détail montre bien la nature du chemin à parcourir entre la ville et la forêt.

24La domestication du chameau et son introduction dans la steppe syro-jordanienne ont permis la mise en place d’une organisation commerciale dans laquelle le nomade joue le double rôle d’organisateur de la caravane (rôle technique) et de protecteur des biens et des personnes (rôle militaire). Cette activité militaro-commerciale est attestée par de nombreux documents : à Mari, au 2e millénaire, une lettre du roi Shamsi-Addi à son fils lui recommande d’utiliser les services d’une tribu de la steppe syrienne, les Ubrabéens, pour conduire à bon port l’armée depuis les rives de l’Euphrate jusqu’à Qatna, près de l’actuelle Hama : “Les armées qui vont se déplacer sont vastes : 20’000 hommes qui vont être en déplacement, des ânes, leurs provisions ainsi que l’avant-garde de ces armées : comment l’eau suffira-t-elle ? Si, avant ton départ, tu ne sais pas à quoi t’en tenir à propos de l’approvisionnement en eau de ces routes, il ne faut pas prendre de décision. Vu qu’il y a des Ubrabéens qui ont l’expérience de ces routes, envoie... ces gens qui ont l’expérience de ces routes afin qu’ils sachent bien à quoi s’en tenir concernant les ressources en eau... Ecris-moi un rapport complet : quelle route est la bonne pour la marche de l’armée” (Durand, 1987 : 159-167). La suite du document indique plusieurs routes possibles, soit au nord, soit au sud du Djebel Bishri. Ces routes “militaires” sont celles qu’empruntent aussi les convois “commerciaux” et on est frappé de la permanence de ces voies de communication qui sont identiques au 2e millénaire, à l’époque romaine, comme aujourd’hui. Le commerce, à travers la steppe, a fait la fortune des “cités caravanières” dont Palmyre à l’époque romaine est le plus brillant exemple. Plus au sud, les Nabatéens, à l’époque hellénistique et romaine, ont aussi fondé avec Pétra leur puissance sur le commerce caravanier (Sartre, 1990 : 352-354).

25Deux axes principaux jalonnent la steppe : un axe nord-sud “entre l’Arabie Heureuse d’une part, la Syrie et la Mésopotamie d’autre part” (Briant, 1982 : 142) et un axe est-ouest entre l’Extrême et le Moyen-Orient d’une part, et le Proche-Orient d’autre part, sans parler, ensuite, de l’Occident. Ces deux axes traversent la steppe syro-jordanienne, pour parvenir dans les contrées “civilisées”. Le point commun de ce commerce est qu’il porte sur des denrées rares, à forte valeur ajoutée : aromates, épices, parfums, étoffes. Les revenus que procurent ces activités commerciales s’ajoutent, souvent dans des proportions importantes, aux ressources propres de la steppe.

26Retenons de cette rapide revue des modes d’exploitation de la steppe deux remarques principales : les constantes à travers le temps et l’équilibre réalisé entre l’homme et ce milieu particulier.

27Élevage et commerce trans-steppique ont constitué – sinon dès l’origine, du moins dès que les techniques l’ont permis – les deux ressources principales. Les autres ressources, plus marginales (agriculture, chasse, ressources minérales ou végétales), ont fait aussi l’objet d’une exploitation systématique à toutes les époques. Ces constantes montrent bien que si les ressources ne sont pas exclusives - elles peuvent aussi exister ailleurs - elles n’en sont pas moins spécifiques de la steppe. Cette spécificité tient à la complémentarité de ces ressources : on a vu par exemple l’interaction, à la marge, entre agriculture et élevage, ou d’une manière plus technique, l’exploitation du sel, à la fois aliment de complément pour l’éleveur et source de revenus supplémentaire grâce à son “exportation” hors de la steppe. Notons enfin que les deux ressources principales - élevage et commerce - ne sont pas “concurrentielles”, mais au contraire complémentaires, transformant en avantage le handicap que pouvait constituer un milieu, a priori et aux yeux du sédentaire, peu hospitalier. La mise en valeur de la steppe repose donc sur un équilibre qui s’est constitué au cours des millénaires. Si cet équilibre s’est maintenu, c’est qu’il reposait sur une exploitation à la fois interne (élevage, agriculture) et externe (commerce) de la steppe.

28Comme le soulignent de nombreuses études dans ce livre, cet équilibre est aujourd’hui en train de se rompre sous l’effet de deux facteurs :

  • surexploitation du milieu par une intensification de l’élevage induisant une agriculture galopante qui ne fournit plus un complément de nourriture pour l’homme, mais un aliment destiné au bétail, d’où l’introduction d’une spirale infernale : plus on élève de bétail et plus on doit cultiver ! Autrefois activité de complément, l’agriculture devient activité principale ;

  • mécanisation des moyens de transport, des systèmes de pompage, introduction du machinisme agricole qui ont pour effet de dégrader (irrémédiablement ?) un milieu fragile, qu’un système d’exploitation plus “léger” (cycles de pâturages, mise en culture limitée et espacée dans le temps) permettait de régénérer. Si la steppe disparaît comme espace spécifique, que restera-t-il de l’homme de la steppe ?

La place de la steppe dans l’histoire

29Même si elle est faussée, au départ, par la nature des documents disponibles, une histoire de la steppe peut cependant être esquissée Elle se résume, le plus souvent, aux rapports entre sédentaires - éléments fixes, éléments de référence, détenteurs du pouvoir et du savoir - et nomades – éléments mobiles, non “contrôlés”, échappant au pouvoir. Cette histoire n’est cependant pas aussi linéaire ni univoque qu’il y paraît au premier abord.

Le nomade éliminé et le nomade assimilé : du mythe à l’histoire

30J. Cauvin a bien montré que la mise en valeur de la steppe avait commencé au néolithique, avec les traces d’une cohabitation dans la steppe syrienne près d’El Kowm entre des agriculteurs pratiquant l’élevage et des éleveurs pratiquant l’agriculture. Il a montré aussi que cette situation d’équilibre apparent trouvait un écho dans le récit biblique de la Genèse, et notamment dans l’histoire de Caïn, l’agriculteur, et d’Abel, l’éleveur de petit bétail (Cauvin, 1986). Caïn et Abel sont frères, mais Caïn est l’aîné et Abel le cadet, et c’est bien dans cet ordre que sont apparus, au néolithique, l’agriculture, puis l’élevage. Abel n’est cependant pas un éleveur “grand nomade”. La “technique” en est encore inconnue. Le récit de la Genèse est à cet égard éclairant, et la généalogie présentée offre un raccourci précis de l’apparition de ces “techniques”. Si Adam et Eve peuvent être considérés comme les derniers chasseurs-cueilleurs — plus cueilleurs que chasseurs - ils mettent au monde d’abord un agriculteur, Caïn, puis un éleveur, Abel. Après avoir tué Abel, meurtre sur lequel nous reviendrons, Caïn engendre un fils, Henok, et construit une ville. Ce n’est qu’à la sixième génération dans la descendance de Caïn que Lamek engendre Yabal, l’ancêtre de “ceux qui habitent des tentes avec des troupeaux” (c’est-à-dire l’ancêtre des “grands nomades”) et You-bal, l’ancêtre de “ceux qui jouent de la cithare et du chalumeau”, puis, d’une deuxième femme, Toubal-Caïn qui “aiguisait tout soc de bronze et de fer” (c’est-à-dire l’ancêtre des métallurgistes) (Genèse IV : 17-22, TOB). L’ordre d’apparition de ces différentes “techniques” reflète assez bien les données archéologiques et permet de mettre en place les différents protagonistes.

31Si l’on revient aux rapports de Caïn et d’Abel, “l’archéologie ne perçoit ... pas pour l’instant ... de signes évidents de conflits fratricides. En revanche, nous pouvons entrevoir au niveau de la simple sociologie des groupes villageois, en quoi le voisinage en leur sein de cultivateurs ayant des biens fonciers à garder et à défendre avec des ‘protoéleveurs’ ne maîtrisant pas encore leurs troupeaux pouvait à terme engendrer des tensions et des conflits” (Cauvin, 1986 : 33-34). De fait Caïn tue Abel, et le premier éleveur devient, déjà, la victime de l’agriculteur...

32Il existe cependant une autre tradition qui donne des rapports entre le nomade et le sédentaire une image opposée. Elle est recueillie dans l’Epopée de Gilgamesh, au 3e millénaire. Le contexte est différent : il met en présence un sédentaire, le “civilisé”, Gilgamesh, roi d’Orouk en Basse-Mésopotamie, et un “sauvage”, Enkidou, venu du désert et de la steppe. Leurs destins vont cependant converger : attiré par une femme, Enkidou cède aux délices de la vie citadine. Devenu l’ami de Gilgamesh, et grâce à sa connaissance de la steppe et du désert, il l’aide à franchir ces contrées inconnues pour pénétrer dans la forêt des Cèdres et à déjouer les ruses du redoutable Houwawa : “Houwawa, à nous deux nous avons réussi à te vaincre. Si un seul reste seul, il ne peut vaincre, mais deux le peuvent. Des étrangers dispersent leurs forces ; amis, ils les conjuguent” (Labat et al., 1970 : 176). Le sédentaire et le nomade ont fait cette fois alliance pour le meilleur et pour le pire. Si Abel représente le nomade éliminé, Enkidou est, lui, l’archétype du nomade assimilé. Ces deux destins, contradictoires, symbolisent bien, dès les origines, les deux attitudes extrêmes auxquelles aboutissent les rapports entre nomades et sédentaires. L’histoire de la steppe va s’inscrire entre ces deux extrêmes.

Du nomade magnifié au nomade marginalisé : des origines de l’histoire à la fin de l’Antiquité

33Les premières sources mésopotamiennes attestent d’une entrée fracassante de la steppe dans l’histoire. Sargon, le fondateur de l’empire d’Accad au milieu du 3e millénaire, est en effet un homme de la steppe. D’origine sémite - c’est-à-dire des steppes à l’ouest de l’Euphrate - il s’introduit à la cour du roi de Kish, sumérien, descendant des agriculteurs sédentaires occupant la plaine alluviale, et s’empare du pouvoir. Il “unifie” peu à peu les royaumes sumériens du sud mésopotamien et crée le premier empire de l’histoire, contrôlant un vaste territoire qui englobe, outre la Mésopotamie stricto sensu, le nord de la Syrie et une partie de l’Anatolie, refaisant le chemin “ouvert” par Gilgamesh et Enkidou. Son fils, Naram-Sin, atteignit la Méditerranée. Voilà donc, sous la houlette d’un nomade “assimilé”, un territoire qui comprend terres cultivées, montagnes, steppe et désert.

34Cet empire est éphémère et, dès la fin du 3e millénaire, les “petits” royaumes sumériens retrouvent indépendance et divisions. Ce “repli” sur les terres cultivées a pour conséquence une “marginalité” de la steppe, si l’on en juge, au 2e millénaire, par la situation d’un royaume du Moyen Euphrate, placé précisément à la limite des terres cultivées et de la steppe, le royaume de Mari. Les sources écrites sont abondantes et permettent de se faire une idée assez précise des rapports, vus de la capitale, entre nomades et sédentaires, même si ces sources peuvent être interprétées de manière contradictoire : pour les uns (Kupper), les rois de Mari doivent “contrôler” les tribus de la steppe et lutter contre des incursions nomades en terre sédentaire, nécessitant une contre-offensive des paysans ; pour les autres (Luke), ce sont les sédentaires qui cherchent à empiéter sur le territoire des nomades. “Au concept habituel ... de la pression nomade contre les terres des sédentaires, se substitue le concept de la pression du palais sur la vie de la tribu... Les ‘rébellions’ contre l’autorité palatiale sont la résistance à une emprise politico-économique non demandée par les nomades ni utile à eux” (Liverani, cité par Briant, 1982 : 50, qui résume la discussion).

35L’ambiguïté de la situation à Mari illustre parfaitement le double statut du nomade face au sédentaire : agresseur ou agressé, le nomade reste l’interlocuteur privilégié, le complément indispensable du sédentaire. Redoutant le nomade, le sédentaire cherche à le tenir à distance. Méprisant le sédentaire, le nomade tient à garder ses distances. C’est en ce sens que l’on peut parler de la “marginalité” du nomade. Observée à l’échelle “microscopique” du royaume de Mari au 2e millénaire, cette situation ambiguë semble pouvoir être généralisée à l’échelle, “macroscopique”, du Proche-Orient. Face au pouvoir central, qu’il soit assyrien, babylonien, achéménide ou grec, le nomade reste “marginal”. A cette échelle, le “contrôle” de la steppe semble plus important que sa mise en valeur, sur laquelle les sources “étatiques” sont discrètes. La remarquable analyse de Briant illustre cette hypothèse. Pour les royaumes mésopotamiens, il importe de maintenir l’accès à la Méditerranée, et cet accès implique une traversée de la steppe. Il importe aussi de contrôler l’ensemble des voies commerciales qui traversent, en partie, désert et steppe : “Les rois d’Assyrie n’ont certainement jamais eu l’intention, ni l’ambition ni même les moyens de conquérir et d’occuper durablement l’Arabie du nord. Il ne paraît pas douteux, en revanche, qu’ils ont eu pour objectif de ‘contrôler’ d’une manière ou d’une autre les grandes voies caravanières, et de prélever une part aussi importante que possible des produits et des profits du commerce en provenance de l’Arabie méridionale” (Briant, 1982 : 156). Cette politique est aussi celle des rois de la dynastie néo-babylonienne, comme des souverains achéménides. “L’impression dominante est celle d’une profonde continuité du 9e siècle à la fin du 4e siècle. Les objectifs et les modalités de l’action politique et militaire vers l’ouest des grands empires paraissent remarquablement identiques” (Briant, 1982 : 174).

36La situation ne change guère lorsque les pouvoirs centraux viennent de l’ouest et non plus de l’est : aux époques hellénistique et romaine, la steppe assiste aux affrontements entre Lagides (au sud) et Séleucides (au nord), puis la pax romana s’impose. A chaque fois, le but du pouvoir central est de “contrôler” la steppe et les voies de communication.

37A plusieurs reprises, cependant, et dans plusieurs régions, la steppe s’organise, et les nomades s’érigent en entités politiques suffisamment autonomes pour traiter avec le pouvoir central. On retiendra, à titre symbolique, le royaume nabatéen, dans le sud jordanien, autour de Pétra, et le royaume palmyrénien, dans la steppe syrienne, autour de Palmyre. Ces deux exemples illustrent la capacité du nomade à “se poser” face à des pouvoirs forts, mais lointains. La richesse de ces royaumes repose sur l’exploitation “traditionnelle” de la steppe, mais plus encore sur l’organisation et le contrôle des voies de communication dont le “débouché” reste cependant tributaire du pouvoir central sédentaire.

38La situation n’est pas la même qu’à l’époque de Sargon d’Accad : il ne s’agit pas des nomades “assimilés” qui s’emparent du pouvoir chez les sédentaires, mais, pour la première fois, d’un “pouvoir nomade” qui se met en place non pas contre, mais face aux sédentaires. Les royaumes nabatéen et palmyrénien constituent les premiers “Etats nomades”, établis dans la steppe par les hommes de la steppe. L’indépendance politique s’accompagne cependant d’une dépendance économique. D’une certaine manière, la “marginalité” s’estompe sans disparaître totalement.

39La taille de ces premiers Etats nomades ne leur permet pas de rivaliser avec les puissances sédentaires, appuyées ou non sur les grands empires “occupants” (empires romain ou byzantin). Ils préfigurent cependant la mise en place du premier et du seul empire né de la steppe, l’Islam.

Du nomade transcendé au nomade mystifié : de la naissance de l’Islam à l’époque contemporaine

40Mahomet, fondateur de l’Islam, est le type même de l’homme de la steppe : tout jeune, il avait gardé des moutons, avant de devenir “organisateur de caravanes” pour le compte d’une femme devenue veuve, Khadija. Sa ville d’origine, la Mecque, est une cité caravanière où transitent les marchandises en provenance de l’océan Indien, en route pour l’Occident.

41Issu du désert, mais sortant du désert, l’Islam naissant se heurte aux empires finissants, byzantin et sassanide. Les premières villes conquises, Damas, Alep, Jérusalem, à l’ouest, Ctésiphon, en Mésopotamie à l’est, sont les métropoles de toujours, situées en pays sédentaire, terminus habituel et “obligé” des caravanes. L’Islam illustre, d’une certaine manière, la revanche éclatante des nomades sur les sédentaires et marque, en tout cas, l’époque du nomade transcendé.

42Très vite cependant, l’Islam se “normalise”, “s’urbanise”, chaque dynastie s’assimilant en quelque sorte aux régions qu’elle conquiert et contrôle, perdant peu à peu sa spécificité nomade. La steppe et le désert retrouvent peu à peu leur place et leurs occupants, leur marginalité. A leurs rôles traditionnels s’ajoute un rôle nouveau, militaro-religieux, le contrôle des “routes de pèlerinage” vers les lieux saints, dont il faut permettre l’accès aux croyants venus des villes et des campagnes.

43Face à la steppe et au désert, l’Empire ottoman, par exemple, adopte les mêmes attitudes que les grands empires orientaux ou occidentaux de l’Antiquité : contrôler les nomades et les cantonner dans “leur” domaine, sans chercher à y pénétrer. Pour tous les pouvoirs, la steppe reste un territoire tabou. Au xxe siècle, il en va de même avec les puissances mandataires, puis avec les premiers “Etats nationaux”. Le nomade n’est “accepté” que s’il consent à se fixer, à se sédentariser. Certes, on observe des nuances dans ces comportements, mais la ligne générale reste identique : la steppe est toujours marginale.

44La dernière étape, en ce xxe siècle finissant, est décisive. Si, comme tout le laisse à penser, la steppe - comme la forêt amazonienne - disparaît en tant qu’espace spécifique comme ont disparu les prairies du Far West nord-américain, l’habitant de la steppe ne sera plus seulement le nomade marginalisé, mais, pour toujours, le nomade mystifié.

Bibliographie

AL KHRAYSHAH, F.
1991 Raiding and berding in Bilad asb-Shâm : ancient inscriptions and modern parallels, Communicarion au Colloque “Devenir des steppes d’Arabie et du Bilad ach-Shâm, Paris, Insritut du Monde Arabe, avril.

BOUCHEMANN, A. de
1936 Une petite cité caravanière : Sukhné, Damas, Institut Français de Damas, Documents d’Etudes Orientales.

BRIANT, P.
1982 Etat et pasteurs au Moyen-Orient, Cambridge, Cambridge Universiry Press er Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

CAUVIN, J.
1986 “Mémoire d’Orient : sortie du Jardin d’Eden et la néolithisation du Levant”, Cahiers de l’Institut Catholique de Lyon, 17, pp. 25-40.

DURAND, J -M.
1987 “Villes fantômes de Syrie et autres lieux”, MARI, 5, Paris, Ed. ADPF, pp. 199-205.
1990 “Le sel à Mari (II) : les salines sur les bords du Habur”, MARI, 6, Paris, Ed. ADPF, pp. 629-634.

HELMER, D.
1989 “Le développement de la domestication au Proche-Orient de 9500 à 7500 B.P : les nouvelles données d’El Kowm et de Ras Shamra”, Paléorient, 15 (1), pp. 111-121.

KIRKBRIDE, D.
1974 “Umm Dabaghiah: a Trading Outpost”, Iraq, 36, pp. 85-92.

KUPPER, J. R.
1957 Les nomades en Mésopotamie au temps des rois de Mari, Paris, Les Belles Lettres.

LABAT, R., CAQUOT, A., SZNYCER, M., VIEYRA, M.
1970 Les religions du Proche Orient asiatique, Paris, Fayard / Denoël.

SARTRE, M.
1983 “Les Arabes nomades d’Arabie du nord-ouest d’Alexandrie au Haut Empire”, in Le Désert : Image et réalité, Louvain, Ed. Peeters, pp. 139-160.
1990 L’Orient romain, Paris, Ed. du Seuil.

TEIXIDOR, J.
1984 “Un port romain dans le désert : Palmyre”, Semitica, 34.

URPMANN, H. P.
1981 “The major faunal areas in the Middle East during the late Pleistocene and early Holocene”, in Préhistoire du Levant, Paris, Ed. du CNRS, pp. 99-106.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search