Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Steppes d’Arabies

 | 
Riccardo Bocco
, 
Ronald Jaubert
, 
Françoise Métral

Introduction

Jean Hannoyer, Riccardo Bocco, Ronald Jaubert et Françoise Métral

Note de l’auteur

Dans la translitération des noms arabes, nous avons adopté la terminologie du “Robert”, dictionnaire de la langue française. Pour les mots qui n’y sont pas répertoriés, nous avons laissé aux auteurs le choix entre les systèmes anglais et français de translitération tels qu’ils sont couramment utilisés par les arabisants.

Texte intégral

1La maîtrise des profondes transformations qui affectent les steppes du Proche-Orient et de l’Arabie constitue un enjeu majeur pour la région. Ces vastes domaines aux climats aride ou semi-aride, aujourd’hui divisés par les frontières étatiques, ont représenté et représentent toujours un ensemble solidaire autant sur le plan économique et socio-culturel que sur celui des questions que soulèvent les politiques de mise en valeur. Dans cet ouvrage, le terme de “steppe” qualifie les espaces intérieurs dessinés en creux par le Croissant Fertile, entre Euphrate, Mer Rouge et Golfe Arabe. Cette appellation doit être entendue dans son acception historique. En effet, le vocable “steppe” renvoie au mot arabe bâdiyah, lui même lié à celui de badw (bédouins) ; il s’agit donc des zones semi-arides et arides, terrains de parcours traditionnels des pasteurs nomades, en opposition aux régions hyperarides, les déserts proprement dits (sahrah).

2Aujourd’hui, la steppe ne correspond plus à une réalité écologique. Dans plusieurs régions, la végétation steppique jadis pâturée par les troupeaux des pasteurs a cédé la place à la céréaliculture sur de larges surfaces. Dans d’autres cas, l’exploitation des hydrocarbures ou des phosphates a sensiblement modifié le milieu.

3Trois grands ensembles d’interrogations constituent la trame de l’ouvrage : l’écologie, les stratégies d’adaptation et les politiques.

4– D’un point de vue écologique, l’exploitation agro-pastorale, conditionnée par l’aridité du climat et la fragilité du milieu, s’est nettement intensifiée sous des formes souvent qualifiées de “minières”. Quelle est la réalité des phénomènes de dégradation de la flore et des sols et leurs conséquences à terme ? Dans quelle mesure les moyens techniques modernes modifient-ils les limites imposées par les contraintes du milieu ? L’utilisation de ces moyens est-elle adaptée aux conditions d’un milieu fragile ?

5Agronomes, géographes et anthropologues analysent ici l’évolution du milieu physique en fonction des conditions et des rythmes de son exploitation et dont la transformation au cours des trois dernières décennies a été conditionnée par une gestion nouvelle des ressources animales et végétales. Les risques de dégradation sont également liés à la géographie du peuplement. Celle-ci nous permet d’esquisser les volumes et les densités d’occupation des espaces, les regroupements sédentaires et les zones de nomadisation, les flux des migrations saisonnières ou permanentes.

6Historiens et préhistoriens contribuent à cette analyse en replaçant la problématique dans la longue durée et en décrivant les cycles de flux et de reflux du peuplement humain ; ils mettent ainsi en évidence les processus de renouvellement du milieu et la permanence des contraintes.

7La combinaison de ces approches permet de dresser un bilan de l’évolution des sociétés et de leur milieu. Elle permet aussi de mieux apprécier les connaissances effectives par opposition aux perceptions subjectives et aux mythes sur lesquels se sont fondées nombre d’interventions passées.

8– En réponse aux conditions aléatoires de l’exploitation agro-pastorale, les populations des steppes ont développé des stratégies d’adaptation variées et complexes dont témoignent leurs activités et modes de vie. Ces stratégies utilisent des complémentarités économiques et écologiques ainsi que des réseaux d’échanges aux relais multiples, que ce soit dans les steppes, dans les cités oasiennes ou dans les centres urbains.

9Quelle est aujourd’hui l’importance des relations tribales, de parenté et d’alliances au sein des réseaux d’échanges s’étendant au-delà des régions de steppe et des frontières inter-étatiques ? Qui sont les investisseurs, quelle est leur place dans ces réseaux et quels sont leurs objectifs ? Quelle importance relative convient-il d’attribuer à la gestion des risques et à la spéculation à court terme ? Comment évaluer les possibilités de reproduction du milieu à long terme ?

10Nous abordons également le rôle des experts internationaux et des centres de recherche appliquée. Devenus des acteurs importants, leurs recherches visent aujourd’hui à proposer des solutions techniques qui puissent transformer les conditions d’exploitation. Quels sont les résultats de ces travaux et les pistes actuellement explorées ? Aux besoins de quels acteurs répondent-ils ? Dans quelle mesure y a-t-il adéquation entre les objectifs des experts et ceux des acteurs locaux ? Y a-t-il prise en compte des pratiques des habitants des steppes ? Dans quelle mesure cette prise en compte permet-elle l’amélioration des propositions techniques de mise en valeur des ressources ? Les stratégies d’investissement sont-elles compatibles avec un objectif de développement durable ?

11Les stratégies des acteurs sont analysées en termes d’équilibres écologiques, alimentaires et financiers. La combinaison de ces perspectives peut contribuer à mieux cerner les intérêts et les objectifs divergents, parfois contradictoires, des différents acteurs intervenant dans les transformations en cours.

12– Parmi les acteurs en présence, les décideurs politiques détiennent une place particulièrement importante. Les plans de développement se succèdent depuis quelques décennies sous l’égide des Etats de la région, principaux commanditaires d’études et de contrats de coopération. Dans quelle mesure ces Etats sont-ils effectivement maîtres des politiques de développement mises en œuvre, souvent à l’initiative des experts ? Quel est le poids des organismes internationaux dans la perception et la définition des problèmes des zones arides et dans les solutions proposées ? Quel est le rôle joué dans ces politiques de développement par les valeurs et les pratiques des sociétés concernées ?

13Le contrôle de la steppe a longtemps été formulé en termes de sécurité politique. Dans cette perspective, les programmes de sédentarisation ont été un des instruments du contrôle des populations nomades. Mais les valeurs et l’organisation des tribus nomades font aussi l’objet de représentations contradictoires qui, selon les cas, sont combattues comme obstacle au développement ou, au contraire, mobilisées en tant que ressources politiques.

14Le processus de formation des Etats nationaux a été en partie tributaire des dimensions particulières de leurs territoires et de leurs sociétés. Le tracé des frontières, l’établissement d’administrations centrales, les systèmes juridiques ne coïncident pas toujours avec les pratiques et usages des sociétés bédouines et avec leur mode d’organisation socio-politique. L’insertion des économies nationales dans les échanges régionaux et internationaux a assigné aux sociétés des steppes des rôles et des fonctions spécifiques, en particulier comme relais de circuits commerciaux et de production nouveaux. Ces politiques révèlent la complexité des processus de décision et de contrôle ainsi que la diversité des partenaires impliqués, leurs représentations mutuelles, de même que le caractère parfois divergent des intérêts en cause.

15Du mouvement wahhabite et des politiques mandataires à nos jours, des exigences de la sécurité politique à celles de la sécurité alimentaire, l’évaluation des politiques et modèles de développement des steppes doit tenir compte de deux niveaux d’analyse : d’une part, celui des logiques politiques en jeu dans les rapports entre Etat et sociétés nomades pour le contrôle des espaces nationaux ; d’autre part, celui de la diversité des Etats de la région, eux-mêmes héritiers de ces rapports particuliers, mais aussi de ressources démographiques, économiques, financières et culturelles très différenciées.

16Cette diversité sera-t-elle un facteur de complémentarités nouvelles ? Quelle est la place des steppes dans la production des ressources nécessaires à de nouveaux équilibres régionaux ? Voilà bien la question fondamentale à laquelle nous tentons de répondre ici.

NOTE

17Il nous paraît ici important de mentionner les étapes qui ont précédé le colloque d’avril 1991. En effet, entre 1987 et 1990 diverses réunions et journées d’étude avaient déjà permis à plusieurs chercheurs, qui ont ensuite participé au colloque, de se rencontrer et de confronter leurs idées. En avril 1987 d’abord, W. Lancaster, M. Mundi et S. Shami ont organisé un symposium à l’Institut d’Archéologie et d’Anthropologie de l’Université de Yarmouk (‘Irbid, Jordanie) sur le thème “Pastoral society in Arabia and Bilâd ach-Châm”. Au mois de novembre de la même année, dans le cadre du colloque d’ouverture de l’Institut du Monde Arabe à Paris, J. Hannoyer dirigea l’atelier ”Espaces et sociétés : pratiques des lieux, logiques des liens”. En juin 1988, lors de la réunion annuelle de l’Association Française d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman, F. Métrai réunissait plusieurs spécialistes dans l’atelier : “Nomades er sédentaires : identités, modes de vie, complémentarités”. En mars 1989, R. Bocco aborda les questions identitaires en organisant une journée d’étude à la Maison de l’Orient de Lyon sur le thème : “Les récits de fondation : mémoire sociale, enjeux politiques et stratégies de légitimation”. Enfin, au mois de juillet 1989, dans le cadre du meeting annuel de la British Society for Middle Eastern Studies, N. Lewis dirigea l’atelier “Nomads and Settlers”.

18Parallèlement, les travaux des centres de recherche agronomique ont souligné, au cours des années 1980, les problèmes liés à l’organisation de la gestion des ressources et à la définition des politiques de développement. Les questions relatives à l’organisation sociale et économique de la production ainsi qu’aux objectifs et contraintes des instances de décision y constituèrent autant de ponts à partir desquels pouvait s’initier un dialogue entre chercheurs des sciences sociales, des centres de recherche appliquée et des décideurs politiques.

19Ainsi, le Comité d’organisation du colloque assigna à la rencontre un triple objectif :

  • effectuer un bilan des travaux et des interventions en cours pour révéler les lacunes, identifier les contraintes de l’action et réfléchir sur les orientations des recherches et des politiques de développement futures ;

  • associer dans un même questionnement des approches disciplinaires différentes (agronomie, économie, géographie, ethnologie, science politique, histoire...) dans le but d’en évaluer les apports mutuels à la connaissance d’un objet commun et de permettre à chaque discipline de préciser sa problématique ;

  • rapprocher chercheurs, experts et décideurs – dont les préoccupations sont généralement communes mais dont les démarches sont le plus souvent parallèles – afin d’appréhender les complémentarités entre les enjeux de connaissance et de développement et esquisser des perspectives de coopération.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/3037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteurs

Directeur du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain, P.O. Box 830413, Zahran, Amman (Jordanie)

anthropologue et politologue – Institut Universitaire d’Etudes du Développement, 24 rue Rothschild, 1202 Genève (Suisse)

économiste et agronome – Institut Universitaire d’Etudes du Développement, 24 rue Rothschild, 1202 Genève (Suisse)

IRMAC-GREMO, Maison de l’Orient, Université de Lyon II, 7 rue Raulin, 69007 Lyon (France)